Ouvrir le menu principal

La Roche-Vineuse

commune française du département de Saône-et-Loire
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Roche.

La Roche-Vineuse
La Roche-Vineuse
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Mâcon
Canton Hurigny
Intercommunalité Mâconnais Beaujolais Agglomération
Maire
Mandat
Robert Luquet
2014-2020
Code postal 71960
Code commune 71371
Démographie
Population
municipale
1 544 hab. (2016 en augmentation de 6,26 % par rapport à 2011)
Densité 129 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 20′ 37″ nord, 4° 43′ 48″ est
Altitude Min. 212 m
Max. 422 m
Superficie 11,96 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Saône-et-Loire

Voir sur la carte administrative de Saône-et-Loire
City locator 14.svg
La Roche-Vineuse

Géolocalisation sur la carte : Saône-et-Loire

Voir sur la carte topographique de Saône-et-Loire
City locator 14.svg
La Roche-Vineuse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Roche-Vineuse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Roche-Vineuse
Liens
Site web larochevineuse-mairie.fr

La Roche-Vineuse est une commune française située dans le département de Saône-et-Loire, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Sommaire

GéographieModifier

Communes limitrophesModifier

ÉconomieModifier

HistoireModifier

Le [1], Narduin, vicomte de Mâcon donne à l'abbaye Notre-Dame, Saint-Pierre et Saint-Benoit de Fleury ses biens propres et acquis à Sommeré (Saumeriacum), paroisse de Saint-Sorlin, y compris les huit colonges cédées en mai 895 à cette abbaye par Winter, seigneur de Sommeré et son fils Thierry, que Narduin tenait en bénéfice de l'abbé Amalbert[2].

Durant la Révolution, pour suivre le décret de la Convention du 25 vendémiaire an II invitant les communes ayant des noms pouvant rappeler les souvenirs de la royauté, de la féodalité ou des superstitions, à les remplacer par d'autres dénominations (décret non-obligatoire), la commune change de nom pour La Roche-Vineuse, avant de reprendre son ancien nom. Durant la même décennie révolutionnaire, Saint-Sorlin absorbe la commune éphémère de Nancelles.

En 1908, Saint-Sorlin reprend le nom de La Roche-Vineuse, utilisé quelque temps sous la Révolution française. Un nom que la commune porte encore de nos jours, à l'instar de quatre autres communes du département de Saône-et-Loire qui, comme La Roche-Vineuse, ont conservé leur nom révolutionnaire[3].

Le gentilé des habitants de la Roche-Vineuse est Sorlinois ou Saint-Sorlinois.

Politique et administrationModifier

Liste des maires depuis la Libération
Période Identité Étiquette Qualité
1944   Edmond Mangematin[6]    
09/11/1944   Claudius Dumonceau    
17/05/1945 1953 Edmond Mangematin    
03/05/1953 1965 Jacques Pacros    
26/03/1965 1971 William Margueron    
29/03/1971 1977 Raymond Journet    
27/03/1977 1989 Louis Plassard   initiateur du « Hameau de l’Eau Vive »
24/03/1989 1995 Philibert Foulon    
23/06/1995 2014 Bernard Desroches    
23/03/2014 en cours Robert Luquet    


DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[8].

En 2016, la commune comptait 1 544 habitants[Note 1], en augmentation de 6,26 % par rapport à 2011 (Saône-et-Loire : -0,18 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0201 0431 1189971 0381 0791 1911 1851 126
1856 1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901
1 1511 1831 2271 3381 3501 2591 1071 2171 119
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 1181 094889863833823777798865
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012 2016
8099871 2001 3801 3561 3951 4011 4731 544
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Culture et patrimoineModifier

Musée de la Vigne et du Vin, plus de 2 000 outils de la viticulture et de la vie quotidienne dans un domaine historique. Au Château de la Greffière, domaine viticole depuis 1585.

Article détaillé : Tourisme en Saône-et-Loire.

Lieux et monumentsModifier

  • L'église, placée sous le vocable de saint Sorlin, dont une plaquette de présentation est consultable ici (origine : pastorale diocésaine du tourisme, juillet 2014). Cet édifice fut bâti à l'emplacement de l'ancienne église en 1853, dans le style néogothique et d'après des plans de l’architecte mâconnais Ancelin.
 
La chapelle romane de Nancelle, édifiée à partir de la pierre non gélive des carrières de La Lie aujourd'hui classées monument historique.
  • Les carrières de la Lie, site archéologique mis en valeur par une association loi 1901 (les périodes vont du Ier siècle jusqu'aux années 1920), possibilité de les visiter[11].
  • Au hameau de Nancelle[12] : l'ancienne église Saint-Martin (aujourd'hui chapelle privée), construite au XIe siècle par les moines de Cluny à l'emplacement d'un sanctuaire chrétien édifié au VIIIe siècle, protégée au titre des Monuments historiques[13].
  • Au hameau de Nancelle : calvaire dont le piédestal comporte une inscription en latin[14].

Personnalités liées à la communeModifier

CulteModifier

La Roche-Vineuse appartient à l'une des sept paroisses composant le doyenné de Mâcon (doyenné relevant du diocèse d'Autun) : la paroisse Saint-Vincent en Val-Lamartinien, paroisse qui a son siège à La Roche-Vineuse et qui regroupe quinze villages du Mâconnais.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. fmg.ca 2011
  2. Saint-Benoît-sur-Loire T1, p. 179
  3. Avec : Donzy-le-National, Laives, Burnand et Senozan.
  4. Antoine Boullay donne sa démission en 1834. Élection du 2 novembre 1834, ont été élus Guillaume Maillet, Louis Siraudin, Joseph Duffour, Hugues Bernard, Georges Garnier. Au deuxième tour est élu Jean Baptiste Pascal et Louis Robert en remplacement d'une démission d'un des membres. Vu l'arrêté du Conseil de Préfecture du 23 juin 1837, portant annulation des élections communales de 1831 attendu que le serment exigé par la loi du 21 mars 1831 n'avait pas été prêté par les électeurs. Les élections auront lieu le 16 juillet 1837 pour la nomination de 6 conseillers municipaux. Sont élus Etienne-Gilbert Guillet, Etienne Boulay, Jean Versaud, Antoine Marin, Antoine Bouillard, Henry Luquet (élu au deuxième tour). 23 juillet 1840, Les membres composant la 2e série élus en 1837 sont Antoine Marin, Jean Chambard et Antoine Bouillard. La 1re série de ceux élus en 1840 sont Jean-Baptiste Pascal, Adrien Louis Siraudin et Cellard Dussordet. Suite a la loi du 31 août 1830, On prêtait serment : Jean Baptiste Pascal, Guillaume Maillet, Georges Garnier, Philibert Boulay, Adrien-Louis Siraudin et Cellard Dussordet : « Je jure fidélité au Roi des Français, obéissance à la charte comptitutionnelle et aux lois du Royaume ». Par arrêt du préfet de Saône-et-Loire du 15 septembre le maire et l'Adjoint sont désignés
  5. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9616445c/f2.item.r=canton.zoom
  6. Edmond Mangematin resigne les registres municipaux comme Maire à partir du 20 février 1944.
  7. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  11. « Les carrières de La Lie à La Roche-Vineuse », article en deux parties d'Albert Barthélémy paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 55 de l'automne 1983 (pages 11 à 13) et n° 56 de Noël 1983 (pages 21 à 23).
  12. « Pourquoi le site de Nancelle ? », article de Bernard Laymet paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 169 de mars 2012, pages 22 et 23.
  13. « L'église Saint-Martin de Nancelle », article de Bernard Laymet paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 165 de mars 2011, pages 2 à 5.
  14. Inscription que l'on peut traduire de la sorte : « Guigue de Champvans C.V. seigneur de Maisod gouverneur de Nîmes érigea avec Adel La Roche C.E. cette croix dans le nouveau sanctuaire et on la bénit au cours d'une cérémonie officielle en l'année 1875. » Source : André Jeannet, Calvaires et croix de chemin de l'arrondissement de Mâcon, revue « Images de Saône-et-Loire » n° 28 (décembre 1975), pp. 19-24.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  • (en) Foundation for Medieval Genealogy, "Medieval Lands - Burgondy Kingdom Nobility" : "Guigues Ier", (lire en ligne)