Prissé

commune française du département de Saône-et-Loire

Prissé
Prissé
Le château de Monceau.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Mâcon
Intercommunalité Mâconnais Beaujolais Agglomération
Maire
Mandat
Pierre Desroches
2020-2026
Code postal 71960
Code commune 71360
Démographie
Population
municipale
1 910 hab. (2019 en diminution de 1,39 % par rapport à 2013)
Densité 176 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 19′ 17″ nord, 4° 44′ 40″ est
Altitude Min. 192 m
Max. 401 m
Superficie 10,85 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Mâcon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Hurigny
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Prissé
Géolocalisation sur la carte : Saône-et-Loire
Voir sur la carte topographique de Saône-et-Loire
City locator 14.svg
Prissé
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Prissé
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Prissé
Liens
Site web mairie-prisse.fr

Prissé est une commune française située dans le département de Saône-et-Loire en région Bourgogne-Franche-Comté.

GéographieModifier

Prissé, commune traversée par le TGV et la RN 79, se situe dans le Mâconnais.

Communes limitrophesModifier

Voies de communication et transportsModifier

RouteModifier

Prissé est facilement accessible du fait de sa proximité avec de grands axes de communication (A6, A40, A406, N79). La N79 traverse la commune, où une sortie est implantée.

La commune est traversée d'Est en Ouest par la D17, et du Nord au Sud par la D89.

Transports en communModifier

Prissé, en tant que commune membre de la CAMVAL puis de MBA, est desservie par le réseau de transports urbains Tréma. La desserte de Prissé est assurée par

  • Le transport à la demande TrémA'Fil périf' qui propose, du lundi au samedi, trois possibilités de départs depuis Prissé vers Mâcon, et trois possibilités de départ depuis Mâcon vers Prissé.
  • Les lignes à vocation scolaire 201 et 209, desservant les collèges et lycées mâconnais.

Chemins de fer

Prissé se trouve sur l'ancienne ligne de Moulins à Mâcon. Une gare était implanté sur la commune, elle fut desservie jusqu'à la fermeture de la ligne en 1968. Aujourd'hui, une voie verte est implantée sur l'ancienne emprise ferroviaire.

Aujourd'hui, l'accès à la commune via le train se fait depuis la gare de Mâcon-Ville et la gare TGV de Loché.

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Prissé est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Macon dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 105 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[4],[5].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (87,4 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (91 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : cultures permanentes (44,8 %), prairies (23,9 %), zones agricoles hétérogènes (16,3 %), zones urbanisées (10,2 %), terres arables (2,4 %), forêts (2,4 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

ToponymieModifier

HistoireModifier

Époque gallo-romaineModifier

Un lot de céramiques communes gallo-romaines, avec une large majorité de céramique sombre grise(95 %), a été trouvé au lieu-dit Condemines[8]. Les formes dominantes sont les pots à lèvre en bourrelet (125 pièces) puis ceux à lèvre moulurée (15)[9]

XXIe siècleModifier

Le 27 et , le village pour l'appellation Saint-Véran a reçu la Fête de la Saint-Vincent tournante et a attiré environ 85 000 visiteurs[10].

HéraldiqueModifier

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

De gueules à la bande ondé d’or chargée d’une bande ondée d’azur, accompagnée en chef d’un encrier et d’une plume en barre et en pointe d’une grappe de raisin feuillée d’une pièce, le tout aussi d’or.


Politique et administrationModifier

 
Mairie.

Tendances politiques et résultatsModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Maire en 1976 1981
(décès)
Jean Augoyard[11]   Dirigeant de société
1981 1996 Maurice Jantzen[12]   Retraité des Ponts et Chaussées, maire honoraire
1996 mars 2001 Henri Ray    
mars 2001 mai 2020 Michel Daventure DVD Agriculteur
mai 2020[13] En cours Pierre Desroches   Salarié viticole, ancien adjoint
Les données manquantes sont à compléter.

DémographieModifier

Les habitants de Prissé s'appellent les Prisséens.


L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[15].

En 2019, la commune comptait 1 910 habitants[Note 3], en diminution de 1,39 % par rapport à 2013 (Saône-et-Loire : −0,85 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 1501 3541 2741 3331 4091 3501 3171 3991 381
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 3401 3931 4321 4351 4081 4521 4541 3361 365
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 3151 2491 2451 1531 1161 1121 0441 1201 047
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
1 0841 4131 4571 5581 5221 6201 7071 7191 748
2014 2019 - - - - - - -
1 9931 910-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

ÉconomieModifier

Tissu économique localModifier

L'activité agricole de Prissé est très largement dominée par la viticulture, avec la présence de nombreux domaines viticoles. Par ailleurs, le siège de la cave coopérative de Prissé-Sologny-Verzé (Vignerons des Terres Secrètes) est implanté sur la commune.

 
Le bureau de Poste de Prissé en avril 2017

Activités commercialesModifier

Les commerces, concentrés historiquement au bourg, tendent, depuis la fin des années 2000, à migrer vers l'entrée nord de la commune, où un supermarché Super U existe depuis 2008.

EnseignementModifier

Prissé compte un groupe scolaire, constitué d'une école maternelle et d'une école élémentaire. Elles ont fusionné en une seule école primaire à la rentrée de [18].

Lieux et monumentsModifier

  • Prissé dispose d'une église, qui fut agrandie au milieu du XIXe siècle (et consacrée par monseigneur Perraud, évêque d'Autun, le ). Elle est placée sous le vocable des saints Martin et Claude. Ce dernier saint y est d'ailleurs visible, sur un tableau présenté à gauche du chœur, daté de 1850 (œuvre signée Clémence de Bémondange)[19]. L'église dispose en outre d'un vitrail de 1876 signé Edouard Didron représentant saint Vincent[20].
  • Château de la Combe.
  • Château de Monceau.
  • Au hameau des Bouteaux : un puits présentant la particularité d'avoir conservé son treuil[21].

Personnalités liées à la communeModifier

SportsModifier

CulteModifier

Prissé appartient à l'une des sept paroisses composant le doyenné de Mâcon (doyenné relevant du diocèse d'Autun) : la paroisse Saint-Vincent en Val-Lamartinien, paroisse qui a son siège à La Roche-Vineuse et qui regroupe quinze villages du Mâconnais.

Pour approfondirModifier

BibliographieModifier

  • Jean Corsin, « Prissé hier et aujourd'hui », revue Images de Saône-et-Loire n° 35 (), pp. 21-23.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

RéférencesModifier

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Mâcon », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. [Bourguignon & Barthélemy 2012] Jean-Paul Bourguignon et Daniel Barthélemy, « La céramique commune sombre gallo-romaine en val de Saône. Entre grise et rouge » (Actes de la table ronde organisée à Lyon les 2 et 3 février 2009 à la Maison de l'Orient et de la Méditerranée), MOM Éditions, no 60 « Les céramiques communes dans leur contexte régional : faciès de consommation et mode d'approvisionnement »,‎ , p. 221-234 (lire en ligne [sur persee]), p. 223.
  9. Bourguignon & Barthélemy 2012, p. 224.
  10. Le Journal de Saône-et-Loire, 29 janvier 2018, Prissé : Saint-Vincent Tournante (85 000 visiteurs et un plaisir partagé, p.  4
  11. « Une double expertise », Le Journal de Saône-et-Loire,‎ (lire en ligne).
  12. [PDF] Maurice Jantzen (maire honoraire) nous a quittés, Prissé Bulletin municipal, n°111, janvier 2018.
  13. « Prissé : L'ex-adjoint Pierre Desroches prend les rênes », Le Journal de Saône-et-Loire,‎ (lire en ligne)
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  18. « Compte-rendu du conseil municipal du lundi 8 février 2016 », Le Journal de Saône-et-Loire,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  19. « Avec la bénédiction de saint Claude », article de Claude Elly paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 170 de juin 2012, pages 2 à 6.
  20. Brochure de présentation de l'église éditée par la pastorale diocésaine du tourisme
  21. Fernand Nicolas, Richesses en Mâconnais. Nature, sites villages., Mâcon, Académie de Mâcon, 2008 (176 pages). (ISBN 2-9523794-8-3).
  22. « Lamartine à Montceau », article de Paul Noize paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 88 (hiver 1991-1992), pages 3 à 8.