Singapore Airlines

compagnie aérienne basée à Singapour
Singapore Airlines
Logo de cette compagnie

A great way to fly

AITAOACIIndicatif d'appel
SQSIASINGAPORE
Repères historiques
Date de création 1947 (Sous le nom de Malayan Airways)
Généralités
Basée à Aéroport international de Singapour-Changi
Programme de fidélité KrisFlyer
Alliance Star Alliance
Taille de la flotte 138
Nombre de destinations 62
Siège social Drapeau de Singapour Singapour
Société mère Temasek Holdings
Filiales Scoot
SilkAir
SIA Engineering Company
Singapore Airlines Cargo
Vistara
Dirigeants Goh Choon Phong (PDG)
Site web www.singaporeair.com
Données financières
Chiffre d'affaires en augmentation $US 11,6 milliards (2017)
Résultat net en augmentation $US 789,3 millions (2017)

Singapore Airlines Limited (SIA) (code IATA : SQ ; code OACI : SIA) (chinois : 新加坡航空公司 ; pinyin : Xīnjiāpō Hángkōng Gōngsī, abbreviated 新航; malais : Syarikat Penerbangan Singapura; tamoul : சிங்கப்பூர் ஏர்லைன்ஸ்) (SGX : S55) est une compagnie aérienne, basée à Singapour, considérée comme une des meilleures du monde depuis quelques années. La compagnie a été élue 2e Compagnie de l'Année au World Airline Awards de Skytrax derrière Qatar Airways en 2015. Selon Skytrax encore, Singapore Airlines est au 1er rang mondial au "Best Business Class Award" 2015.

Elle est membre de la Star Alliance et dessert 64 villes dans 35 pays à travers tous les continents et depuis peu, l’Amérique du Sud.

Singapore Airlines est très présente en Asie du Sud-Est, en Asie de l'Est, en Asie du Sud et est une des principales compagnies à rallier les grandes villes européennes à l’Océanie, via la « route kangourou » (vols d'Europe vers l'Océanie), et se montre aussi très présente dans les vols transpacifiques vers les États-Unis d’Amérique, notamment avec le vol commercial non-stop le plus long du monde entre Singapour et Newark (vol SQ21/22, 16 600 km en 18h40 de vol).

La compagnie possède plusieurs compagnies filiales : Silk Air, qui effectue les vols régionaux principalement à destination de l'Inde, de la Birmanie, la Thaïlande, le Cambodge, le Vietnam, la Chine, la Malaisie et l’Indonésie ; et Singapore Airlines Cargo pour le fret.

Singapore Airlines possède aussi une part de 49 % chez Tiger Airways, une compagnie aérienne à bas prix également basée à Singapour.

Le Groupe Singapore Airlines (SIA Group), composé de Singapore Airlines, Silkair et Singapore Airlines Cargo est la plus grande compagnie aérienne du monde par la capitalisation boursière, ayant dépassé Southwest Airlines en 2006, et se trouve dans les 15 premières compagnies pour ce qui est du revenu par passager et par kilomètre parcouru. Le groupe était la 8e compagnie aérienne asiatique en nombre de passagers servis en 2006, et 8e mondial pour ce qui est du transport passager international[1].

HistoireModifier

DébutsModifier

 
L'Airspeed Consul (VR-SCD), le premier avion opéré par Malayan Airways.

Singapore Airlines a d'abord été incorporée sous le nom de Malayan Airlines (MAL) en 1937, à une époque où Singapour était une colonie de la Couronne britannique alors que les sultanats de la péninsule de Malacca étaient des protectorats britanniques. Ce n'est toutefois qu'en 1947, le , que la compagnie fait son premier vol. Le vol part de Singapour pour Kuala Lumpur, Malaisie, et est effectué par un Airspeed Consul (en), un avion bimoteur à piston. Il s’ensuit, dès le 1er mai, de vols réguliers hebdomadaires avec le même appareil à destination de Kuala Lumpur, Ipoh et Penang sur la péninsule. La compagnie continue sa croissance et son expansion durant la fin des années 1940 et durant les années 1950. Durant les vingt premières années de son existence, Malayan Airways acquiert des Douglas DC-4 Skymaster, des Vickers Viscount, des Lockheed Constellation, des Bristol Britannia, des Comet IV et enfin des Fokker F27[2].

Le , les sultanats et les colonies de Penang et Malacca, également situées sur la péninsule, accèdent à l'indépendance, formant une « Fédération de Malaisie ». Le c'est au tour de Singapour et des colonies de Sabah et Sarawak à Bornéo de devenir indépendants et de rejoindre la fédération, qui prend alors le nouveau nom de "Malaysia", un néologisme. La compagnie est en conséquence renommée Malaysian Airways Limited. Cependant les dirigeants malais de la péninsule, inquiets de voir l'équilibre ethnique basculer en faveur des Chinois avec l'entrée de Singapour, largement chinoise sur le plan ethnique, décident d'expulser la cité-état de la fédération, qui devient indépendante en 1965. La compagnie est de nouveau renommée en tant que Malaysia-Singapore Airlines (en) (MSA). L’année suivante, s’ensuit une rapide expansion des destinations et de la flotte qui se voit dotée du premier Boeing acquis par la compagnie, un Boeing 707. Singapour acquiert par ailleurs de nouveaux locaux pour le siège de la compagnie, qui ajoute par la suite plusieurs Boeing 737 à sa flotte .

Singapore AirlinesModifier

 
SIA Building.

MSA cessa toutefois ses activités en 1972 lorsque des conflits politiques apparurent entre Singapour et Kuala Lumpur, et il en résulta deux compagnies distinctes[3],[4],[2] : Malaysia Airline System (MAS) et Singapore Airlines, qui se vit garder tous les Boeings 707 et 737, les lignes en partance de Singapour ainsi que les locaux du siège de la compagnie situés dans cette même ville. Le personnel de cabine féminin continua de porter un ensemble dit "sarong kebaya" dessiné par le couturier français Pierre Balmain, et introduit en 1968. Cet ensemble devint l'icône de la compagnie et les hôtesses sont internationalement reconnues comme représentantes de la « Singapore Girl (en) ».

 
Les hôtesses de l'air chez Singapore Airlines, connues aussi en tant que Singapore Girl sont largement employées par le marketing de Singapore Airlines.

Singapore Airlines a ensuite accéléré sa croissance en se dotant de plusieurs Boeing 747. En 1980, elle reliait les États-Unis d’Amérique, le Canada et de nombreuses villes Européennes.

En 1989, la compagnie reçut son premier Boeing 747-400 (nommé Megatop par la compagnie) et fut complétée par la suite d’Airbus A310, A340, et de Boeing 777. L’Afrique fait depuis 1990 partie du réseau de destination de Singapore Airlines avec l’ajout de Johannesburg comme destination.

En 2004, Singapore Airlines commence ses premiers vols transpacifiques non-stop en reliant Los Angeles avec un Airbus A340-500 (nommé Leadership par la compagnie), avion réputé pour son long rayon d’action. Plus tard, la compagnie aérienne rallonge le vol commercial non-stop le plus long du monde en reliant Singapour et Newark, toujours un record aujourd’hui.

C’est en que Singapore Airlines annonça sa commande de 25 Airbus A380. La commande, qui se chiffre à 8,6 milliards de $US comprenait une commande ferme de 10 appareils, et une option sur les 15 autres[5]. La commande fut confirmée par la compagnie le . En , Singapore Airlines annonça qu’elle lancera le premier vol commercial de l’A380 en reliant Singapour à Sydney. Cet événement initiera le nouveau slogan de la compagnie : « First to fly the A380 – Experience the difference in 2006 »[6] (« Premiers à voler l’A380 – Testez la différence en 2006 »). Slogan qui promeut le premier vol en A380 de la compagnie, prévu à l’époque en 2006.

Cependant, dès juin de l’année 2005, Airbus annonce à répétition que son programme A380 prenait du retard[7], repoussant le premier vol effectué avec cet avion par SIA. Chew Choon Seng (en), président de la compagnie, a pris connaissance des annonces d’Airbus avec colère en menaçant de poursuivre le constructeur :

« Airbus a pris du temps avant d'avouer le retard pris dans le calendrier du programme A380 […] J'avais espéré plus de sincérité […] C'est comme une course en taxi, plus le trajet dure longtemps, plus ça vous coûte cher. Chaque mois de retard pris dans le programme A380 coûtera plus cher à Airbus[8]. »

Il annonça plus tard que SIA se tournera davantage vers Boeing qu'Airbus, la compagnie ayant reçu ses nouveaux Boeing 777-300ER avant l’A380[8].

Le , Singapore Airlines effectua une commande initiale de Boeing 787 Dreamliner, à savoir 20 Boeing 787-9 et une option pour 20 de plus. L’annonce de cette commande intervint un jour après qu'Airbus ait annoncé le deuxième retard de l’A380. Christian Streiff, nouveau président d’Airbus annonce plus tard un troisième retard quant à la livraison du premier A380 à SIA[9].

En , le gouvernement australien a décidé de ne pas accorder la cinquième liberté du droit aérien à Singapore Airlines concernant des vols reliant l’Australie aux États-Unis d’Amérique. Singapore Airlines expliqua que les vols transpacifiques depuis l’Australie souffraient d’un manque de capacité menant donc à des prix rehaussés.

Le premier vol commercial de l'A380, sous les couleurs de la compagnie Singapore Airlines, sous le numéro de vol SQ380, a eu lieu entre Singapour et Sydney le jeudi , pendant une durée de 7 heures. Son décollage a eu lieu devant des centaines de passagers et de personnels, massés dans l'aéroport Changi. Le menu servi aux 455 passagers comprenait du caviar, du magret de canard aux cerises noires, du wok de bœuf au poivre de Java, accompagné de Dom Pérignon rosé 1996. Les places avaient été mises aux enchères et ont rapporté 1,3 million de dollars américains, somme reversée par la compagnie à des œuvres caritatives.

Le , la Commission européenne condamne Singapore Airlines ainsi que dix autres compagnies aériennes pour entente illicite qui viole les règles des traités européens. Ces entreprises s'étaient secrètement entendues pour exiger des surtaxes sur le transport de fret à partir de ou vers l'Union européenne. Singapore Airlines est condamnée à verser une amende de 75 millions d'euros au budget européen[10].

En , Singapore Airlines crée une coentreprise avec Tata Sons en Inde pour lancer une nouvelle compagnie aérienne ‘full service’, avec un capital initial de 100 millions de dollars (49 % pour SIA, 51 % pour Tata)[11]. Elle sera basée à l'aéroport international Indira-Gandhi (Delhi).

En , la compagnie cherche à investir en Corée du Sud et engage des discussions avec la low cost Jeju Air[12]. En , Singapore Airlines acquiert pour l'équivalent de 295 millions d'euros les participations qu'il ne détenait pas dans Tigerair, qu'il détenait déjà à 55,8 %[13].

Le , la compagnie signe un accord interligne avec Eurowings pour les passagers de Düsseldorf et Munich[14].

DestinationsModifier

Singapore Airlines dessert une soixantaine de destinations à travers l'Asie, l'Amérique du Nord, l'Afrique, l'Europe mais également en Océanie.

La compagnie dessert depuis peu l'Amérique du sud.

PartenariatsModifier

Partage de codes

En plus de ses partenaires Star Alliance, Singapore Airlines partage ses codes avec les compagnies aériennes suivantes :