Asie de l'Est

région d'Asie

Asie de l'Est
Carte de l'Asie de l'Est.
Carte de l'Asie de l'Est.
Superficie 11 839 074 km2
Population 1 618 778 000 hab. (2016[1])
Densité 137 hab./km2
Pays 6
Principales langues Mandarin, japonais, wu, coréen, cantonais, minnan, hakka, mongol, tibétain
Fuseaux horaires UTC+7 (Mongolie)
UTC+9 (Japon)
Principales villes Tokyo, Shanghai, Pékin, Séoul, Taipei, Pyongyang, Oulan-Bator

L'Asie de l'Est (ou Asie orientale[2]) est une région d'Asie, comprenant : la Chine, la Corée (Corée du Nord et Corée du Sud), le Japon, la Mongolie (parfois rattachée à l'Asie centrale), Taïwan, éventuellement le Viêt Nam et Singapour, pour des raisons culturelles (ces pays sont plus généralement rattachés à l'Asie du Sud-Est pour leur position géographique), l'Extrême-Orient russe peut aussi être rattaché à cette région. Elle est couramment associée à la notion d'Extrême-Orient.

HistoireModifier

La Chine a été la première région colonisée en Asie de l'Est et a sans aucun doute été le noyau de la civilisation est-asiatique à partir duquel se sont formées les autres parties de l'Asie de l'Est[3]. Les diverses autres régions d'Asie de l'Est ont été sélectives dans les influences chinoises qu'elles ont adoptées dans leurs coutumes locales. L'historien Ping-ti Ho a qualifié la civilisation chinoise de « berceau de la civilisation orientale », parallèlement au « bberceau de la civilisation moyen-orientale » le long du Croissant fertile englobant la Mésopotamie et l'Égypte antique[4], ainsi que le berceau de la civilisation occidentale englobant la Grèce antique[5],[6],[7],[8],[9],[10],[11],[12],[13],[14],[15] et la Rome antique[16],[17],[18],[19],[20].

La civilisation chinoise a existé pendant environ 1 500 ans avant que les autres civilisations d'Asie de l'Est n'émergent dans l'histoire. La Chine impériale a exercé une grande partie de son influence culturelle, économique, technologique et politique sur ses voisins[21],[22],[23],[24]. Les dynasties chinoises successives ont exercé une énorme influence sur l'Asie de l'Est sur les plans culturel, économique, politique et militaire pendant plus de deux millénaires[24],[25],[26]. Le système tributaire de la Chine impériale a façonné une grande partie de l'histoire de l'Asie de l'Est pendant plus de deux millénaires en raison de l'influence économique et culturelle de la Chine impériale sur la région, et a donc joué un rôle énorme dans l'histoire de l'Asie de l'Est en particulier[23],[27],[28]. La prééminence culturelle de la Chine impériale a non seulement conduit le pays à devenir la première nation alphabétisée de toute la région, mais elle a également fourni au Japon et à la Corée des emprunts de mots chinois et des influences linguistiques ancrées dans leurs systèmes d'écriture[29].

Sous l'empereur Han Wudi, la dynastie Han a fait de la Chine la puissance régionale de l'Asie de l'Est, projetant une grande partie de son pouvoir impérial sur ses voisins[24],[30]. La Chine des Han abritait la plus grande population unifiée d'Asie de l'Est, la plus alphabétisée et urbanisée, la plus développée économiquement, ainsi que la civilisation la plus avancée technologiquement et culturellement de la région à l'époque[31],[32]. Des interactions culturelles et religieuses entre les Chinois et d'autres dynasties et royaumes régionaux d'Asie de l'Est ont eu lieu. L'impact et l'influence de la Chine sur la Corée ont commencé avec l'expansion vers le nord-est de la dynastie Han en 108 avant J.-C., lorsque les Chinois Han ont conquis la partie nord de la péninsule coréenne et établi une province appelée Lelang. L'influence chinoise ne tarde pas à s'enraciner en Corée, avec l'introduction du système d'écriture, du système monétaire, de la culture du riz et des institutions politiques confucéennes[33]. La société Jomon, dans le Japon ancien, a intégré la culture du riz humide et la métallurgie grâce à ses contacts avec la Corée. À partir du quatrième siècle de notre ère, le Japon a incorporé le système d'écriture chinois qui a évolué en kanji au cinquième siècle de notre ère et est devenu une partie importante du système d'écriture japonais[34]. L'utilisation du système d'écriture chinois a permis aux Japonais de mener leurs activités quotidiennes, de conserver des archives historiques et de donner forme à diverses idées, pensées et philosophies[35]. Le Japon et la Corée ont commencé à incorporer activement dans leur culture et leur société des influences chinoises telles que le confucianisme, l'utilisation des caractères Han, l'architecture de style chinois, les institutions étatiques, les philosophies politiques, la religion, l'urbanisme et diverses méthodes scientifiques et technologiques, grâce à des contacts directs avec la Chine des Tang et les dynasties chinoises qui leur ont succédé[36],[37],[38]. En s'inspirant du système politique des Tang, le prince Naka no Oe a lancé la réforme Taika en 645 après J.-C., qui a radicalement transformé la bureaucratie politique du Japon en un empire bureaucratique plus centralisé[39]. Les Japonais ont également adopté le bouddhisme mahayana, l'architecture de style chinois et les rituels et cérémonies de la cour impériale, y compris la musique orchestrale et les danses d'État, ont subi des influences tang. Le chinois écrit gagna en prestige et certains aspects de la culture Tang, comme la poésie, la calligraphie et la peinture de paysage, se répandirent. Pendant la période Nara, le Japon commença à importer de manière agressive la culture et les styles de gouvernement chinois, notamment le protocole confucéen qui servit de base à la culture japonaise ainsi qu'à la philosophie politique et sociale[40],[41]. Les Japonais ont également créé des lois inspirées du système juridique chinois, utilisées pour gouverner, ainsi que le kimono, inspiré de la robe chinoise (hanfu), au cours du huitième siècle de notre ère[42]. Pendant de nombreux siècles, notamment du VIIe au XIVe siècle, la Chine s'est imposée comme la civilisation la plus avancée de l'Asie de l'Est et la première puissance militaire et économique, exerçant son influence par la transmission de pratiques culturelles et de modes de pensée chinois avancés qui ont grandement façonné la région jusqu'au XIXe siècle[43],[44],[45],[46].

GéographieModifier

L'Asie de l'Est comprend au total six pays : la Chine (capitale : Pékin ; plus grande ville : Shanghai), Taïwan : (capitale : Taipei), la Corée du Nord (capitale : Pyongyang), la Corée du Sud (capitale : Séoul), le Japon (capitale : Tokyo), et la Mongolie (capitale : Oulan-Bator), parfois rattachée à l'Asie centrale. Peuvent également être inclus : le Viêt Nam (capitale : Hanoï ; plus grande ville : Hô Chi Minh-Ville) et Singapour (capitale : Singapour).

GalerieModifier

CultureModifier

Historiquement, la Chine a profondément influencé les autres pays d'Asie de l'Est, notamment au niveau du vocabulaire et de l'écriture, ainsi que des croyances et/ou religions. Le cœur de cette région est formé par la Chine de l'Est, la péninsule coréenne et le Japon ; ces pays et territoires ayant plusieurs points communs :

  • un climat humide, plus ou moins tempéré (continental au nord et tropical à l'extrême sud) et propice à l'agriculture (blé et surtout riz) ;
  • des civilisations millénaires ;
  • une écriture restée longtemps à base de sinogrammes ;
  • une spiritualité associant bouddhisme, taoïsme et confucianisme.

L'expansion de la culture chinoise vers l'Est (Corée et Japon) est estimée au VIe siècle. L'expansion vers la Mongolie et l'Ouest, au XIIe siècle avec la dynastie Yuan d'origine mongole sous l'impulsion de Gengis Khan.

DémographieModifier

Avec 1,6 milliard d'habitants en 2016, l'Asie de l'Est représente 21,8 % de la population mondiale[47]. C'est la deuxième région la plus peuplée du monde après l'Asie du Sud.

Année Population de l'Asie de l'Est Population mondiale Part de l'Asie de l'Est
1950 666 586 000 2 525 149 000 26,4 %
1960 788 145 000 3 018 344 000 26,1 %
1970 978 113 000 3 682 488 000 26,6 %
1980 1 173 372 000 4 439 632 000 26,4 %
1990 1 368 592 000 5 309 668 000 25,8 %
2000 1 496 284 000 6 126 622 000 24,4 %
2010 1 575 320 000 6 929 725 000 22,7 %
2016 1 618 778 000 7 432 663 000 21,8 %

En raison d'un taux de fécondité très faible, la part de l'Asie de l'Est dans la population mondiale ne cesse de diminuer. De plus, l'Asie orientale est la région du monde qui vieillit le plus rapidement.

ÉconomieModifier

En Amérique du Nord, à partir de la Seconde Guerre mondiale, l'Asie de l'Est devient un domaine d'étude interdisciplinaire appelé études de l'Asie de l'Est (Hast Asiate studies). Du fait de l'émergence socio-économique, culturelle et politique de la région, l'Asie de l'Est devient depuis la fin du XXe siècle un domaine d'étude de plus en plus important au-delà de l'Amérique du Nord.

Notes et référencesModifier

  1. La population de la région est la somme des populations de la Chine (incluant Hong Kong et Macao), du Japon, des deux Corée, de Taïwan et de la Mongolie.
  2. (en) « Northeast Asia », sur un.org, Nations Unies
  3. (en) Hugh Dyson Walker, East Asia: A New History, AuthorHouse, (ISBN 978-1-4772-6517-8, lire en ligne)
  4. (en) Charles Holcombe, A History of East Asia, Cambridge University Press, (ISBN 978-1-107-11873-7, lire en ligne)
  5. Maura Ellyn et Maura McGinnis, Greece: A Primary Source Cultural Guide, The Rosen Publishing Group, (ISBN 978-0-8239-3999-2, lire en ligne), p. 8
  6. John E. Findling et Kimberly D. Pelle, Encyclopedia of the Modern Olympic Movement, Greenwood Publishing Group, (ISBN 978-0-313-32278-5, lire en ligne), p. 23
  7. Wayne C. Thompson et Mark H. Mullin, Western Europe, 1983, Stryker-Post Publications, (ISBN 9780943448114, lire en ligne), for ancient Greece was the cradle of Western culture ...
  8. Frederick Copleston, History of Philosophy Volume 1: Greece and Rome, A&C Black, (ISBN 978-0-8264-6895-6, lire en ligne), PART I PRE-SOCRATIC PHILOSOPHY CHAPTER II THE CRADLE OF WESTERN THOUGHT:
  9. Mario Iozzo, Art and History of Greece: And Mount Athos, Casa Editrice Bonechi, (ISBN 978-88-8029-435-1, lire en ligne), The capital of Greece, one of the world's most glorious cities and the cradle of Western culture,
  10. Marxiano Melotti, The Plastic Venuses: Archaeological Tourism in Post-Modern Society, Cambridge Scholars Publishing, (ISBN 978-1-4438-3028-7, lire en ligne), p. In short, Greece, despite having been the cradle of Western culture, was then an “other” space separate from the West.
  11. Library Journal, vol. 97, Bowker, (lire en ligne), Ancient Greece: Cradle of Western Culture (Series), disc. 6 strips with 3 discs, range: 44–60 fr., 17–18 min
  12. Stanley Mayer Burstein, Current Issues and the Study of Ancient History, Regina Books, (ISBN 978-1-930053-10-6, lire en ligne), and making Egypt play the same role in African education and culture that Athens and Greece do in Western culture.
  13. Murray Milner, Jr., Elites: A General Model, John Wiley & Sons, (ISBN 978-0-7456-8950-0, lire en ligne), Greece has long been considered the seedbed or cradle of Western civilization.
  14. Slavica viterbiensia 003: Periodico di letterature e culture slave della Facoltà di Lingue e Letterature Straniere Moderne dell'Università della Tuscia, Gangemi Editore spa, (ISBN 978-88-492-6909-3, lire en ligne), The Special Case of Greece The ancient Greece was a cradle of the Western culture,
  15. Kim Covert, Ancient Greece: Birthplace of Democracy, Capstone, (ISBN 978-1-4296-6831-6, lire en ligne), Ancient Greece is often called the cradle of western civilization. ... Ideas from literature and science also have their roots in ancient Greece.
  16. Henry Turner Inman, Rome: the cradle of western civilisation as illustrated by existing monuments (ISBN 9781177738538)
  17. Michael Ed. Grant, The Birth Of Western Civilisation, Greece & Rome, Thames & Hudson, (lire en ligne)
  18. HUXLEY, George, « 9780500040034: The Birth of Western Civilization: Greece and Rome », sur AbeBooks.com (consulté le )
  19. « Athens. Rome. Jerusalem and Vicinity. Peninsula of Mt. Sinai.: Geographicus Rare Antique Maps », sur Geographicus.com (consulté le )
  20. « Download This PDF eBooks Free » [PDF], sur File104.filthbooks.org (consulté le )
  21. Desmond Ball, The Transformation of Security in the Asia/Pacific Region, Routledge, (ISBN 978-0714646619), p. 104
  22. Hugh Dyson Walker, East Asia: A New History, AuthorHouse, , p. 119
  23. a et b Amy Chua et Jed Rubenfeld, The Triple Package: How Three Unlikely Traits Explain the Rise and Fall of Cultural Groups in America, Penguin Press HC, (ISBN 978-1594205460), p. 121
  24. a b et c David C. Kang, East Asia Before the West: Five Centuries of Trade and Tribute, Columbia University Press, , 33–34 p. (ISBN 978-0231153195)
  25. Candice Goucher et Linda Walton, World History: Journeys from Past to Present, Routledge, (ISBN 978-0415670029), p. 232
  26. Sergey Smolnikov, Great Power Conduct and Credibility in World Politics, (ISBN 9783319718859, lire en ligne)
  27. Stewart Lone, Daily Lives of Civilians in Wartime Asia: From the Taiping Rebellion to the Vietnam War, Greenwood, (ISBN 978-0313336843, lire en ligne), 3
  28. (en) Warren I. Cohen. East Asia at the Center : Four Thousand Years of Engagement with the World. (New York: Columbia University Press, 2000. (ISBN 0231101082).
  29. Jerry Norman, Chinese, Cambridge University Press, (ISBN 978-0521296533), p. 17
  30. Warren Cohen, East Asia at the Center : Four Thousand Years of Engagement with the World, Columbia University Press, (ISBN 978-0231101080, lire en ligne), 60
  31. Amy Chua, Day of Empire: How Hyperpowers Rise to Global Dominance--and Why They Fall, Anchor, (ISBN 978-1400077410), p. 62
  32. Steve Leibo, East and Southeast Asia 2012, Stryker Post, (ISBN 978-1610488853, lire en ligne), 19
  33. Henry Tsai, Maritime Taiwan: Historical Encounters with the East and the West, Routledge, (ISBN 978-0765623287), p. 3
  34. Gopal Kshetry, Foreigners in Japan: A Historical Perspective, Xlibris Corp, (ISBN 978-1425770495), p. 30
  35. Gopal Kshetry, Foreigners in Japan: A Historical Perspective, Xlibris Corp, (ISBN 978-1425770495), p. 31
  36. Craig Lockard, « Tang Civilization and the Chinese Centuries », Encarta Historical Essays,‎ , p. 2–3 (lire en ligne)
  37. Craig Lockard, « Tang Civilization and the Chinese Centuries », Encarta Historical Essays,‎ , p. 7 (lire en ligne)
  38. Brian M. Fagan, The Oxford Companion to Archaeology, Oxford University Press, (ISBN 978-0195076189), p. 362
  39. Craig Lockard, « Tang Civilization and the Chinese Centuries », Encarta Historical Essays,‎ , p. 8 (lire en ligne)
  40. Craig A. Lockard, Societies Networks And Transitions: Volume B From 600 To 1750, Wadsworth, , 290–291 p. (ISBN 978-1-4390-8540-0)
  41. Ainslie Embree et Carol Gluck, Asia in Western and World History: A Guide for Teaching, M.E. Sharpe, (ISBN 9781563242656, lire en ligne), Japan culture tang dynasty.
  42. Gopal Kshetry, Foreigners in Japan: A Historical Perspective, Xlibris Corp, (ISBN 978-1425770495), p. 32
  43. John Brown, China, Japan, Korea: Culture and Customs, Createspace Independent, (ISBN 978-1419648939), p. 33
  44. Jennifer Lind, « Life in China's Asia: What Regional Hegemony Would Look Like », Foreign Affairs,‎ (lire en ligne)
  45. Craig Lockard, « Tang Civilization and the Chinese Centuries », Encarta Historical Essays,‎ (lire en ligne)
  46. Lucien Ellington, Japan (Nations in Focus), , p. 21
  47. (en)World Population Prospects: The 2015 Revision

Sur les autres projets Wikimedia :