Sermilik (Sud-Est du Groenland)

pm llw

Sermilik
Panorama du fjord vu depuis la rive est.
Panorama du fjord vu depuis la rive est.
Géographie humaine
Pays côtiers Drapeau du Danemark Danemark
Subdivisions
territoriales
Drapeau du Groenland Groenland
Géographie physique
Type Fjord
Localisation Océan Atlantique Nord
Mer d'Irminger
Coordonnées 66° 00′ 00″ nord, 37° 52′ 00″ ouest
Superficie 1 103 km2
Longueur Entre 85[1] et 90[2] km
Largeur
· Maximale 12[2] km
· Minimale 5[2] km
Profondeur
· Moyenne Environ 800[3] m
Géolocalisation sur la carte : Groenland
(Voir situation sur carte : Groenland)
Sermilik

Sermilik — ou, en danois : Egede og Rothes Fjord — est un fjord situé dans le Sud-Est du Groenland. Il fait partie de la municipalité de Sermersooq. Recouvrant une surface totale de 1 103 km2, Sermilik est le plus vaste fjord du Sud-Est du Groenland.

Sermilik, qui s'inscrit dans la zone géographique du roi Christian IX et dans le sud de la région arctique, constitue l'un des trois principaux fjords de l'ancien district d'Ammassalik. Le fjord, qui trouve son emplacement à quelques dizaines de kilomètres au-dessous du cercle polaire arctique est bordé au sud par la mer d'Irminger et au nord par la chaîne de montagnes du Schweizerland, et longe, dans sa partie sud-est l'île d'Ammassalik. Tasiilaq, localité la plus proche de Sermilik, est distante d'environ 20 km.

Le fjord comporte deux bras principaux : le Johan Petersen fjord, au sud-ouest, et l'Helheimfjord, au nord-ouest.

Vers 2 000 av. J.-C., au cours de la période de Saqqaq, une occupation humaine est attestée au sein du fjord. La présence humaine à Sermilik se prolonge, de manière continue ou discontinue, durant les périodes dorsétienne, nordique et thuléenne.

Vers la fin du XIXe siècle, Sermilik et l'ensemble du district d'Ammassalik font l'objet de nombreuses explorations polaires, d'abord avec l'expédition entreprise par Gustav Holm, puis avec celle menée par Fridtjof Nansen. Les explorateurs découvrent alors une population restée isolée pendant plusieurs siècles. D'autres expéditions sont réalisées à Sermilik et sa région dans la première moitié du XXe siècle, par le météorologue suisse Alfred de Quervain, par l'explorateur danois Knud Rasmussen, par le Britannique Gino Watkins, ou encore par l'ethnologue Paul-Émile Victor et l'anthropologue Robert Gessain.

Une station de recherche glaciologique, la « station de Sermilik », établie sur la rive est du fjord, a été construite au début des années 1970. Ce centre de recherche est destiné à observer et surveiller les glaciers du fjord, et principalement celui de Mittivakkat. Sermilik, qui s'étend sur une longueur d'environ 85–90 km pour une largeur comprise entre 5 et 12 km, se décharge sur trois principaux glaciers : celui d'Helheim, celui de Fenris et celui de Midgard. En raison du réchauffement climatique, les fronts de ces trois glaciers ont été marqués par d'importants retraits au cours du XXe et du début du XXIe siècle.

GéographieModifier

Situation et territoireModifier

 
OpenStreetMap Localisation du fjord de Sermilik, ici à gauche de l'île d'Ammassalik, au sein de la municipalité de Sermersooq.

Sermilik est localisé au sein du district d'Ammassalik, subdivision de la municipalité de Sermersooq, dans la partie sud-est du Groenland. À l'instar des deux autres principaux fjords de la région d'Ammassalik, le fjord de Sermiligaaq et le fjord d'Ammassalik, Sermilik est orienté selon un axe nord-sud[4],[5],[6],[7],[8].

La partie sud-est du fjord est située à gauche de l'île d'Ammassalik[6]. Sermilik est borné au nord par le massif de Schweizerland[9],[5]. Positionné à proximité du cercle arctique[8], il se trouve entre le cap Gustav Holm (ou Tasiilap Karra) et le cap Poul Løvenørn (ou Umiiviip Kiammut Kangera)[5]. En outre, Sermilik, encadré par le fjord Nattivit Kagervitat et le fjord d'Ammassalik[5], est situé dans la partie sud-est de la région du roi Christian IX[9]. Un détroit, anciennement appelé Ikerarsarsuak — actuellement, ce bras de mer est connu sous les deux détroits successifs d'Aariaa et d'Ikaasartivaq[5] —, établit une connexion entre les fjords d'Ammassalik et de Sermilik[10]. Le Johan Petersen fjord, au sud-ouest, et l'Helheimfjord, au nord-ouest, constituent les deux principaux affluents de Sermilik[5],[11],[12],[13]. La localité de Tasiilaq (ou Tassîlaq, Angmagsalik, Angmagssalik[14],[7]), bourg le plus proche de Sermilik est distant d'environ 20 km en axe est de l'embouchure du fjord[15],[16]. L'embouchure du fjord[Note 1], bornée à l'ouest par le cap Tycho Brahe[17], se trouve à une distance de 10 km de la station de recherche météorologique de Tasiilaq[1], la station de Sermilik[Note 2], étant localisée sur la rive est du fjord[19],[Note 3].

Sermilik, le plus vaste fjord de la partie sud-est du Groenland, recouvre une superficie de 1 103 km2[1],[21] et se développe sur une longueur totale d'environ 85 km à 90 km, pour une largeur s'échelonnant entre un minimum de 5 km et un maximum de 12 km[1],[2],[3],[Note 4]. Le fjord atteint une profondeur moyenne d'environ 800 m (0,5 mille)[3]. Son bassin versant s'étend sur une surface de 58 054 km2. Le fjord relie directement l'inlandsis du Groenland à la mer d'Irminger[1],[23].

Outre celle d'Ammassalik, plusieurs îles sont baignées par les eaux du fjord : Aammangaa, une terre de 400 m d'altitude localisée à l'embouchure de Sermilik[Note 5] ; l'île d'Ikkateq[Note 6] ; Immikkeerteq[Note 7] de 1,8 mile de long, située dans la partie orientale du fjord ; Immikeertikajik, dont le point culminant est établi à 139 m d'altitude ; Kitak ; Pikiitsi ; Qeertartivatsiaq ; l'île de Sukkersit, localisée sur la rive ouest de Sermilik[Note 8] ; et Ukiiverajik, d'environ 1,6 km de long[5],[17].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Géologie et topographieModifier

 
Environnement topographique du fjord.

L'embouchure du fjord[Note 9], qui vient se jeter dans la mer d'Irminger, s'élève à une altitude minimale de 112 m, tandis que sa tête[Note 10] s'élève à une cote de 76 m[26]. Ces deux éléments, datés au béryllium 10 (10Be), sont essentiellement formés de blocs erratiques[26],[27]. L'un et l'autre sont distants de 81 km[27]. L'embouchure de Sermilik est datée de 12,7 kyr (127 000 années) ± 700 années. Sa lithologie est constituée de gneiss associé à du schiste. Le front du fjord, qui trouve son emplacement à la jonction entre le fjord d'Heilheim et celui de Fenris, est formé de paragneiss. Il est daté de 121 000 années ± 700 années[27].

Le fjord et l'ensemble de la région d'Ammassalik font partie du bouclier canadien. Ce bouclier géologique s'est formé au cours du Précambrien. La région d'Ammassalik possède un substratum composé de roches cristallines — en majeure partie du granite, du gneiss et de la granodiorite[Note 11]. Dans les marges occidentales de la région, l'inlandsis recouvre ces formations géologiques sur une épaisseur pouvant atteindre 3 000 m. En raison d'une forte érosion fluvioglaciaire et marine, la région présente un relief relativement modelé associé à de basses élévations topographiques. Ce type de relief, constitué de formations rocheuses moutonnées, se retrouve particulièrement dans la partie sud du bassin de Sermilik[4], mais également dans sa partie ouest[29] et sur les îles comprises dans son delta[28],[30],[31]. Dans sa partie orientale, le panorama du fjord est dominé par un relief de type alpin[29]. La partie sud du fjord est marquée par le retrait de l'inlandsis. Cette récession est datée entre 11 100 et 9 700 ans (début de l'Holocène)[32]. Dans la même zone, cette séquence de déglaciation est suivie par une phase de déposition sédimentaire datée de 7 200 ans AP[33].

 
Roches moutonnées sur la rive est de Sermilik.

La vallée de Sermilik, la vallée de Toqulertivit Imiat[Note 12], présente une altitude moyenne inférieure à 400 m. Sa roche-mère a été datée grâce aux isotopes du 10Be et l'aluminium 26 (26Al)[26]. Les analyses réalisées sur les fossiles de foraminifères ont permis d'établir que l'érosion fluvioglaciaire de la vallée a pris effet il y a 11 100 à 9 700 ans dans ses marges. Ce processus est attesté entre 12 800 et 9 900 ans, 10 km plus au nord de la dépression groenlandaise[32].

Le front de Sermilik, qui se termine sous la forme de trois branches — la première d'axe sud-ouest/ouest-nord-ouest, la seconde d'axe sud/nord-ouest et la troisième d'axe sud-est/nord-est — est encadré au nord par un massif, le Schweizerland[24], une région montagneuse qui comporte notamment le mont Forel[34], dont le sommet culmine à 3 505 m d'altitude[35] ou 3 360 m selon les données altimétriques de l'Institut d'études géologiques des États-Unis en 1995[36] et celles de l'Agence d'information géographique danoise (en) (Danish Geodata Agency) en 2015[5],[Note 13]. Le front du fjord est distant d'environ 150 km du mont Forel[37]. La partie septentrionale du fjord présente un paysage géomorphologique constitué de vallées glaciaires séparées par des crêtes. Le relief du nord de Sermilik est également marqué par la présence de cirques glaciers[38]. Au niveau de sa partie sud-est, les rives du fjord sont surplombées par le Kingigtit[Note 14], un mont culminant à une altitude de 3 000 pieds et qui se présente sous la forme d'un « pain de sucre »[40],[41],[9].

ClimatologieModifier

 
Vue aérienne de l'est de l'inlandsis du Groenland produisant des courants glaciaires qui se déverse dans le fjord.

Le climat du fjord et de ses environs, situés dans la partie sud de la zone arctique, juste au-dessous du cercle polaire, est, selon la classification de Köppen, de type ET (climat de toundra)[42],[43],[44]. Le climat local est simultanément influencé par le courant du Groenland oriental — ce courant marin atteint une vitesse de 50 cm/s aux environs d'Ammassalik[45] —, dans sa partie orientale, et par la présence de la calotte polaire[Note 15], qui induit des courants glaciaires dans sa partie occidentale[47],[26],[22],[44]. La masse de l'inlandsis groenlandais, dont l'épaisseur atteint localement près de 3 000 m, fait dévier les circulations cyclonales. La présence de cette masse de glace induit également une baisse des températures par son important albédo (localement appelé qatsimalit[48]) et provoque un mécanisme de cyclogénèse par la confrontation entre les coulées d'air froid du Groenland et les remontées de l'air marin, qui, lui, est plus chaud en raison de son ouverture vers le Gulf Stream[8]. La présence d'une banquise durant une longue période de l'année contribue à résorber les influences modératrices de la masse océanique[8]. Le climat local est caractérisé par des températures moyennes mensuelles basses, celles-ci ne dépassant que rarement les 15 °C. Le fjord, et l'ensemble du littoral de la région d'Ammassalik, aux étés de courte durée, sont soumis à de fréquentes précipitations et rafales de vent — des vents atteignant 90 m/s et dont la température atteignait −20 °C ont été enregistrés le  —[44],[49]. Ces vents catabatiques, localement appelés piteraq[Note 16], arrivent en direction de l'est, via la mer d'Irminger[49],[51]. Le climat est également caractérisé par de violentes tempêtes appelées neqqajaaq et pilarngaa[48].

 
Carte représentant les principaux courants de l'Atlantique Nord. Le courant du Groenland oriental apparaît en haut à droite de la carte.

En 1970, selon les données climatologiques enregistrées par l'Institut météorologique danois, les températures annuelles moyennes étaient de −1,2 °C avec un minimum de −8,3 °C observé au mois de février et un maximum de 6,9 °C répertorié au mois de juillet[44]. Un record de température minimal de −25 °C a été enregistré en , tandis qu'un maximum de 23,5 °C a été observé en [44].

Sur la période comprise entre 1961 et 1990, les données météorologiques enregistrées à la station de Tasiilaq sont les suivantes : −1,7 °C de température moyenne annuelle ; −7,5 °C de température moyenne minimale observée au mois de janvier ; 6,4 °C de température moyenne maximale relevée en juillet ; et un total de 1 374 heures d'ensoleillement par an[16],[50]. Durant la période comprise entre 1958 et 1999, un record de température minimale de −29,5 °C a été enregistré le et un record de température maximale de 25,2 °C a été relevé aux et [50]. Un record de pression atmosphérique maximale de 105,9 hPa a été observé le et un record de pression atmosphérique minimale de 938,6 hPa a été relevé le [50].

Une épaisse couche de glace recouvrait encore le bassin de Sermilik au cours de l'hiver 1985. En raison du réchauffement climatique, cette masse de glace n'est plus réapparue durant les 30 dernières années[48],[Note 17].

Avec une valeur moyenne de 984 mm de précipitations annuelles — précipitations réparties sur 120 jours de l'année — enregistrée entre 1961 et 1990[50], Sermilik et ses environs est l'une des zones les plus humides du Groenland[21],[Note 18]. Durant la période de 1999 à 2008, la température annuelle moyenne relevée à 2 m au-dessus de la surface des eaux du fjord s'élevait à −4,8 °C, cette moyenne s'échelonnant entre un maximum d'environ °C, température observée à proximité de Tasiilaq et des autres localités côtières, et un minimum d'environ −19 °C, température observée au niveau de la calotte polaire du Groenland[53].

Relevés météorologiques à la station no 04360 de Tasiilaq (normales pour la période 1961-1990 et records pour la période de 1958-1999) :
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −11,1 −11,6 −12,3 −8,1 −2,7 0,6 2,5 2,4 0,1 −3,5 −7,8 −10,7 −5,2
Température minimale moyenne la plus basse (°C)
année du record
−27,3
1971
−29,25
1978
−27,4
1975
−22,4
1992
−14,7
1963
−5,5
1983
−3
1969
−3,3
1982
−6,2
1969
−14,4
1967
−23,6
1971
−23,8
1974
−29,5
1978
Température moyenne (°C) −7,5 −7,7 −8,1 −4 −0,7 4,2 6,4 6 3 −0,9 −4,8 −7,3 −1,7
Température maximale moyenne (°C) −4,2 −4,2 −4,3 0 4,2 7,7 10,4 9,8 6,2 1,7 −1,9 −4 1,8
Température maximale moyenne la plus haute (°C)
année du record
8,5
1970
12,5
1969
15,1
1979
15,2
1996
15,5
1999
21,5
1958
25,2
1995
20,2
1964
20,5
1962
13
1968
12,4
1994
9,8
1969
25,2
1995
Ensoleillement (h) 1 34 116 162 188 234 245 189 144 55 10 0 1 374
Précipitations (mm) 120 99 98 75 63 51 47 64 78 83 99 102 984
Source : Institut danois de météorologie — Normales pour la période 1961-1990 et records pour la période de 1958-1999 à Tasiilaq[50]


Les phénomènes climatiques et les pressions atmosphériques enregistrés à la station météorologique de Tasiilaq durant la période comprise entre 1961 et 1990 sont les suivants :

Relevés des phénomènes climatiques et des pressions atmosphériques enregistrés à la station météorologique de Tasiilaq (no 04360) entre 1961 et 1990[Note 19]
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Nombre de jours avec température minimale ≤ −10 °C 17 16,7 20,2 10,7 0,6 0 0 0 0 1,1 9,7 18 93,4
Nombre de jours avec gel 29,9 27,3 30,2 28,2 24,4 9,8 3,1 3,2 14,2 26,7 28,7 29,7 253,9
Nombre de jours avec rafales ≥ 57,6 km/h 2,5 2,7 2,1 1,8 1,4 1,4 1,4 1,4 1,7 1,7 2,4 2,5 1,9
Nombre de jours avec rafales ≥ 100,8 km/h 0,1 0,2 0 0 0 0 0 0 0 0 0,1 0,1 0,5
Pression atmosphérique au niveau de la mer (hPa) 1 003,3 1 004,3 1 006,7 1 012,9 1 015,7 1 012,2 1 011,6 1 010,9 1 008,8 1 006,3 1 007,1 1 004,3 1 008,7
dont nombre de jours avec précipitations ≥ 1 mm 13 11,8 11,5 10,3 8,8 7,9 6,6 8,3 9 10,7 11 11,2 120,4
dont nombre de jours avec précipitations ≥ 10 mm 4 3,2 2,8 2,5 2 1,6 1,5 2,2 2,5 2,5 3,2 3,1 31,3
Nombre de jours avec neige 14,7 13,7 14,2 11,9 7,4 1 0,1 0,2 3,6 10,9 13,2 12,5 103,5
Nombre de jours avec grêle 22,3 21 24,3 14,1 1,7 0 0 0 0,1 8,6 19,3 23,5 134,7
Nombre de jours d'orage 0,1 0,2 0 0 0 0 0 0 0 0 0,1 0,1 0,5
Nombre de jours avec brouillard 0,6 0,6 1,3 3,4 7,1 11,8 13,4 10 4 2,1 1,3 0,5 56
Source : Institut danois de météorologie — Normales pour la période 1961-1990 et records pour la période de 1958-1999 à Tasiilaq[50]

Glaciologie, hydrographie et océanographieModifier

 
Icebergs formés sur les rives du fjord (ici, au niveau de la station de recherche de Sermilik).

Sur la période allant de 1999 à 2008, le fjord comprenait en moyenne un volume de 40,4 × 109 m3 ± 4,9 × 109 m3 d'eau douce, dont 85 % issue de la fonte de ses glaciers de décharge — 65 % provenant uniquement du glacier d'Helheim — ; 11 % issue des eaux de ruissellement ; 3 % issue des précipitations ; et 1 % issue de lacs subglaciaires. Entre 1999 et 2005, le volume des eaux de ruissellement a varié de 2,9 × 109 m3 ± 0,4 à 5,9 × 109 m3 ± 0,9[53]. Au-dessous d'une profondeur de Modèle:Unité 250 m, les eaux du fjord sont essentiellement constituées de celles provenant de l'océan Atlantique Nord, via la mer d'Irminger[54].

Les icebergs formés au sein de Sermilik, dans les années 2010, mesurent entre 0,050 et 1 km de long pour une hauteur immergée (profondeur sous l'eau) allant de 48 m à 393 m[55].

Des relevés, effectués entre l' et l', ont mis évidence que les eaux du fjord présentent, à leur surface, un taux de salinité proche de 30 g/kg au mois d'août 2009 et de 32 à 33 g/kg au mois de mars de l'année suivante. Au-delà de 600 m de profondeur, ce taux, sur l'ensemble de la période considérée, augmente jusqu'à 34 g/kg. À environ 300 m de profondeur, la salinité des eaux de Sermilik présente des variations corrélées avec celles de la température. La fonte du glacier d'Helheim et de ces eaux de ruissellement impacte également ce taux de salinité[56].

Sermilik se décharge sur trois principaux glaciers : le glacier d'Helheim, le glacier de Fenris et le glacier Midgard[1]. Les glaciers de Sermilik forment une barrière d'environ 700 m de hauteur[3]. Le fjord se décharge également sur le Mittivakkat (en)[1],[26], un glacier d'une superficie de 26,2 km2 et dont la surface de drainage recouvre 18,4 km2[42],[57]. Ce glacier, localisé dans la partie sud-est du fjord, sur l'île d'Ammassalik[Note 20] et qui atteint une altitude s'échelonnant entre un minimum de 160 m et un maximum de 880 m[57], repose sur une assise stratigraphique composée d'argile et de grès[26], laquelle est surmontée par des dépôts morainiques[42]. Le bassin versant de Sermilik comporte d'autres glaciers dont le glacier d'Hobbs, situé dans sa partie ouest[Note 21], le glacier de Tinit[59],[58], le glacier 16 September[Note 22],[61],[60], ainsi que le glacier d'Heim[Note 23],[62] et le glacier d'Hann[Note 24], tous deux localisés dans le Johan Petersen Fjord[63],[64].

 
Vue aérienne de blocs de glaces dérivant au large de la côte sud-est groenlandaise et conduits par le courant du Groenland oriental.

Le couple formé par Sermilik et le glacier d'Helheim constitue l'un des plus importants systèmes d'exutoire en eau solidifiée du Groenland[55],[Note 25]. De récentes recherches glaciologiques et océanographiques réalisées par l'Institut océanographique de Woods Hole (WHOI) ont montré que le glacier d'Helheim, a marqué un retrait, sous la surface de l'eau, de 1 500 (profondeur initilale) à 1 000 pieds (profondeur actuelle)[3]. À la fin des années 1990 et début des années 2000, le front de l'Hehleim n'a pas été marqué de variations saisonnières importantes. En revanche, entre les années 2002 et 2010, le front de ce glacier a présenté des amplitudes saisonnières de 3 à 4 km. Au cours de la période s'échelonnant entre 1981 et 2001, la partie centrale du front glaciaire d'Helheim a régressé de 4 km. Sur la période comprise entre 2002 et 2005, il a présenté un retrait de 7 à 8 km, tandis qu'entre 2005 et 2006, il s'est avancé d'environ 3 km avant de se stabiliser[54]. Au cours des périodes considérées, les glaciers de Fenris et de Midgård ont observé les mêmes variations de leur front glaciaire[54]. En outre, l'Institut d'études géologiques des États-Unis, selon des relevés satellitaires, a mis en évidence que le glacier de Fenris a marqué une récession globale de 3 km entre la fin des années 1900 et le milieu des années 1990 tandis que le front du glacier Midgard a, quant à lui, régressé de 17 km au cours de cette même période[36],[Note 26].

Des relevés effectués au sein du fjord entre 2003 et 2011, indiquent que les transferts thermiques entre les eaux océaniques et les glaciers oscillent autour d'une moyenne 29 × 109 W et s'échelonnent entre une valeur minimale de 11 × 109 W et une valeur maximale de 64 × 109 W[66],[Note 27]. Néanmoins, les recherches glaciologiques et océanographiques ont mis en évidence que les régressions des formations glaciaires de Sermilik ne sont pas induites par l'augmentation de la salinité et du réchauffement des eaux nord-atlantiques, mais sont impactées par l'accroissement de la température de l'air[54].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

ToponymieModifier

 
Carte du Sud-Est du Groenland établie par Gustav Holm dans les années 1880. Le toponyme du fjord apparaît ici sous les formes d'Egede og Rothes Fjord et de Sermilik.

Le toponyme groenlandais de Sermilik (prononcé Sermilik[67]) signifie littéralement, « fjord de glace »[22]. L'une des premières mentions du fjord, sous sa forme groenlandaise, apparaît dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, dans le journal de bord de l'explorateur dano-norvégien Peder Olsen Wallöe (en), rédigé entre 1737 et 1753. En , Olsen, conduisant une expédition dans le sud du Groenland, au sein de la région située au-dessous de Paamiut (anciennement Frederikshaab), rencontre trois familles originaires de la côte sud-orientale qui lui font état de plusieurs lieux habités, dont ceux d'Avarqat, de Naujánguit, de Sermilik et d'Umîvik (en)[68],[69],[70],[71]. En danois, le nom du fjord est connu sous les termes de Egede og Rothes Fjord[9],[5],[14],[Note 28]. Les termes Egede og Rothes Fjord font probablement référence à l'expédition conduite vers la fin du XVIIIe siècle (en 1786-1787) par les officiers de marine Christian Testrup Egede[73], Carl Adolph Rothe (en) et Poul de Løvenørn (da)[74],[9], lors d'une approche de la côte sud-est du Groenland, en direction du fjord en date du [75],[76]. Ces mêmes termes sont pour la première fois mentionnés en 1789[75],[Note 29]. Ultérieurement, dans la première moitié du XIXe siècle, dans les années 1820 et début des années 1830, l'explorateur Wilhelm August Graah, bien qu'il ne soit jamais parvenu jusqu'à Sermilik lors de son expédition dans le Sud-Est du Groenland[78],[79],[74],[80],[Note 30], mentionne le fjord sous le terme de « Sermelik »[74], et lui donne le nom d'Egede og Rothes Fjord[75],[76],[9].

La toponymie locale révèle que les îles, établissements, presqu'îles et villages se trouvant compris dans l'aire territoriale de la vallée de Sermilik, se déclinent sous plusieurs termes anciennement ou actuellement employés. Ainsi, le village de Tiniteqilaaq, situé dans la partie est du fjord, est également connu sous le nom de Diilerilaaq[81], mais également de Tiileqilaaq, ou encore Tiniteĸilâĸ et de Tiredia[Note 31],[83],[82],[84]. Le nom de l'île d'Immikkeerterajik a pour équivalent danois Keglen[5]. Sivinganeq, qui se présente sous la forme d'une presqu'île située sur la rive orientale de Sermilik et distante d'environ 5 km en axe nord de l'île d'Ikkatteq[5], est anciennement connu sous les toponymes norrois de Fjeldskråning ou Skråning[Note 32], se prononce Sawaraneq, en groenlandais oriental et peut être décliné sous la forme de Sivinganek[86],[87],[88],[67], de Savanganeq[89],[90] et, plus rarement, de Savanganek[91]. À la fin du XIXe siècle, l'île d'Ikkatek était connue sous le nom d'Ikatek, prononcé Ikatërgn en groenlandais oriental, et se déclinait localement en Norajik, Kingak et Kingorsuak[67]. Le toponyme Qêrtartivatsiaq était l'ancien terme pour désigner l'île de Qeertartivatsiaq[92]. Sous son ancienne forme, le nom désignant l'île d'Aammangaa était Ãmangâ et a pour équivalent danois « Dens hjerte » (termes pouvant se traduire par « Son cœur »)[85]. L'ancien établissement d'Umiattuartivit, situé dans la partie sud-ouest de Sermilik, se décline sous les formes d'Umiagtuartivit et d'Umittivartivik[85],[5]. L'île d'Ukiiverajik est également connue sous les noms d'Ukîverajik et d'Ukiverajik[85],[5],[93]. Le toponyme du hameau et ancien établissement de Sarpaq[93], dont le nom signifie littéralement « le courant »[94], se décline, en danois, sous le terme de Strømen[85],[5]. Le site d'Akernernaq[93] se revèle être mentionné sous les formes d'Akernninaq, d'Akorninaq, d'Agernarnaq[95]. L'île de Sukkersit est également connue sous les termes de Sukersit, Suukkersit, Suukerti et Sûkerti[85],[92],[86].

Les noms des deux glaciers de Fenris et de Midgård, pourraient renvoyer, pour l'un, au loup de la mythologie nordique Fenrir — ou Fenrisúlfr et Fenrisvulfen, en danois, mentionné dans le Ragnarök[96] —, et pour le second au serpent de mer appelé Jörmungand — ou Midgårdsormen en danois[97],[98][9]. En groenlandais, les noms de ces deux glaciers sont respectivement connus sous les termes d'Apuseerejik et de Ningertii Apusiia[9]. À l'instar des glaciers de Fenris et de Midgård, le toponyme du glacier d'Helheim pourrait faire référence au nom d'un personnage mythologique, celui d'Hel[Note 33],[9]. Le terme désignant le glacier de Mittivakkat, se décline en Milluakkat, en langue groenlandaise de l'ouest et son nom officiel est Mitdluagkat, et fait référence au nunatak, cartographié par l'explorateur Knud Rasmussen, lors de la « septième expédition de Thulé »[100],[101],[38].

Les deux bras de Sermilik, le Johan Petersen Fjord et l'Helheimfjord, ont, en langue groenlandaise, pour équivalent respectif Qeertartivatsaap Kangertiva et Maniisilertarpia[5]. Enfin, le terme Kingigtit, désignant le mont situé dans la zone sud-est du fjord, se décline sous la forme d'Ungutok (sv)[41],[9], et signifie littéralement « hautes terres »[102],[39].

HistoireModifier

Préhistoire, protohistoire et Moyen ÂgeModifier

La région d'Ammassalik, comprenant le fjord de Sermilik, est occupée dès 2 000 ans av. J.-C.[103]. Au sein de la région d'Ammassalik, la présence de peuples de la culture de Saqqaq, mise en évidence par des fouilles archéologiques réalisées au cours des années 1980, est datée de 1 885 ans av. J.-C.[104] Les eskimos de la culture de Dorset s'établissent vers 500 av. J.-C.[103]

Des peuples vikings venant de Norvège, menés par Gunnbjørn Ulsson se seraient probablement établis pour la première fois sur ces territoires (mentionnés sous les termes de Gunnbjørn Skær) dès la fin du IXe siècle, en 877[104],[Note 34]. Cette première vague de colonisation nordique est suivie par une seconde vague, sous Erik le Rouge, au cours des années 980[104],[105]. Pour l'archéologue danois Daniel Bruun (is), l'explorateur norvégien aurait possiblement abordé cette zone du littoral au niveau des îles Gunnbjørn[106],[105],[Note 35]. En 1028, des navires venant de Norvège abordent les côtes du Sud-Est. Finn Fegin, le neveu d'Olaf II, meurt au cours de cette expédition et son corps est enterré sur une île que les navigateurs vikings appellent alors Korsø[104]. Les recherches archéologiques et historiques effectuées au début des années 1980 ont permis de confirmer que cette île, qui s'inscrit au sein d'une petite baie mentionnée sous le terme de Finbur, correspond à celle d'Ammassalik[104],[Note 36].

Les peuples thuléens succèdent aux vikings vers la fin du bas moyen âge (XIVe siècle)[103],[104], voire au début de l'époque moderne, vers l'an 1500[107],[Note 37]. Bien que l'ensemble de ces cultures soient représentées, aucun indice matériel n'est venu confirmer une continuité d'occupation[103]. En 1476, les navigateurs et corsaires Didrik Pining et Hans Pothorst atteignent le littoral sud-est groenlandais et rencontrent des populations autochtones de la région d'Ammassalik probablement au niveau des « îles Gunnbjørn »[104].

Époque contemporaine : le temps des explorations et des expéditionsModifier

Explorations et expéditions à la fin du XIXe siècleModifier

 
L'explorateur Gustav Holm.

Au cours de l'été 1884, l'explorateur Gustav Holm conduit une expédition dans la région d'Assammalik[108]. L'expédition, débutée à Copenhague en date du , arrive à Nanortalik le [10]. À bord de 4 pirogues — embarcations construites sur place et mesurant 10 m de long —, l'expédition repart de Nanortalik le , longe les côtes sud et sud-est du Groenland, puis rallie le fjord de Bernstorff (en) le , lieu où Holm et son équipe rencontrent trois familles originaires de la vallée de Sermilik et les accompagnent sur une partie de leur route[10]. Après avoir atteint l'île Dannebrog en date du , Holm et son équipe traversent Sermilik et atteignent l'établissement d'Ammassalik le [78],[10],[109],[110]. L'explorateur danois et son équipe — laquelle est composée, entre autres, de l'officier de marine Thomas Vilhelm Garde, du botaniste Peter Eberlin, du géologue Hans Knutsen et du linguiste Johan Petersen[79],[111],[112],[10] — prennent alors contact avec les habitants du fjord et de sa région (413 résidents à cette époque)[108], une population inuite restée isolée et sans contact extérieur pendant une longue période[113],[114],[Note 38]. À Sermilik, les explorateurs réalisent des recherches archéologiques, botaniques, ethnographiques, géologiques et hydrographiques[78],[113],[87],[67]. Après un hivernage passé à Ammassilik, Holm et son équipe retournent à Sermilik le et y restent jusqu'au [10]. À la suite de cette expédition, la « Konebaade Ekspedition », Holm, à partir des relevés d'arpentage et des mesures géodésiques collectées, établit une carte de la côte sud-est du Groenland et de la région du roi Christian IX sur laquelle les contours et le nom du fjord sous ses formes danoise et groenlandaise apparaissent[115].

 
Carte du Sud-Est du Groenland représentant une partie du trajet de l'expédition de Fridtjof Nansen en 1888[116].

L'histoire de Sermilik est également liée à l'explorateur danois Fridtjof Nansen. Lors de son expédition à bord du navire Thyra, à la fin des années 1880, l'explorateur polaire estimait que Sermilik pouvait lui offrir une route pour atteindre la calotte glaciaire et ainsi mener à bien son projet de traversée terrestre du Groenland d'est en ouest et rejoindre Qasigiannguit (ou Christianshåb, en danois)[117]. En date du , un chasseur norvégien, le navire Jason (en) ramasse le groupe de Nansen dans le port islandais d'Ísafjörður, au nord-ouest de l'Islande[117]. Une semaine plus tard, la côte du Groenland a été aperçue, mais la progression du chasseur a été entravée par une épaisse banquise. Le , alors que le navire se trouvait encore à 20 km de la côte, l'expédition arrive en vue de Sermilik et Nansen décide de mettre les embarcations à l'eau[117]. L'équipe de Nansen quitte le navire à 7 heures du matin, et, d'après le capitaine du Jason, Mauritz Jacobsen, « dans la bonne humeur et avec l'espoir d'un résultat heureux »[117]. Il s'ensuivit des jours de frustration extrême pour la partie car, empêchés par les conditions météorologiques et maritimes, d'atteindre la côte, les hommes dérivèrent vers le sud avec la glace[118],[119]. Le , ils étaient à 380 km au sud du point où ils avaient quitté le navire. Ce jour-là, ils ont finalement atteint la terre, mais étaient trop au sud pour commencer la traversée[120]. Le , après un bref repos, Nansen et son équipe décide de retourner dans les bateaux et de commencer à ramer vers le nord. Après avoir navigué sur une distance de 30 km, ils parviennent en vue d'une île connue sous le nom de Karra Akugnak[120]. En date du , ils atteignent la baie d'Umivik[121]. Le , Nansen décide finalement de commencer sa traversée au niveau de cette baie[122],[116].

Explorations et expéditions au début du XXe siècleModifier

Au cours de l'été 1905, Gustav Holm mène une seconde exploration dans la région d'Ammassalik. Son équipe comprend alors le philologue William Thalbitzer[Note 39] et l'officier de marine Georg Carl Amdrup. Ils rencontrent les habitants de Sermilik, dont ceux de la péninsule de Qeertartivatsiaq[113].

 
Expédition d'Alfred de Quervain au Groenland en 1912[124].

En 1912, l'explorateur et météorologiste suisse Alfred de Quervain, accompagné du glaciologue Paul-Louis Mercanton, entreprend une expédition au Groenland. Partant de Godhavn — ou, actuellement, Qeqertarsuaq, en groenlandais —, un port situé dans la partie sud de l'île de Disko à l'ouest du Groenland, ils rallient Sermilik le de la même année[37],[34]. En arrivant au fjord, De Quervain découvre un massif montagneux qu'il baptise Schweizerland[34],[37],[9].

 
L'explorateur Knud Rasmussen.

En 1919, Knud Rasmussen mène la « quatrième expédition Thulé » à Ammassalik. Lors de cette exploration, l'anthropologue danois réalise des recherches ethno-folkloristiques sur la population de la région d'Ammassalik[125],[126],[127]. Rasmussen renouvelle une exploration polaire à Ammassalik en 1931 avec la « sixième expédition Thulé »[128],[126],[125],[127]. À bord du navire appelé le Dagmar, l'explorateur danois et son équipe initient leur route à partir du Cap Farewell, longent la côte du roi Frédérick VI (en) et rallient le district d'Ammassalik le [129]. Au cours de cette 6e édition, Rasmussen rencontre des chasseurs de Sermilik, tandis que l'archéologue Therkel Mathiassen (en), qui fait alors partie de l'expédition polaire, réalise des fouilles sur plusieurs sites locaux[129]. En 1932 et 1933, Rasmussen réalise sa troisième expédition à Ammassalik avec la « septième exploration Thulé »[128],[126],[125],[127]. Lors la 7e exploration, le géologue K. Milthers, alors membre de l'expédition, entreprend des relevés géodésiques et topographiques sur trois des glaciers de Sermilik, dont le Mittivakkat et le glacier de Hann (de). Le géologue réalise également une cartographie de chacun des glaciers au moyen d'un théodolite[130]. C'est au cours de cette dernière expédition que l'explorateur danois tombe malade, affecté d'une intoxication alimentaire. Il est alors rapatrié au Danemark[127],[131],[132].

 
L'explorateur Gino Watkins.

En 1930-1931, le britannique Gino Watkins et son équipe, lors de leur mission au Groenland (la British Arctic Air Route Expedition (en)), établissent une base aérienne sur les rives de Sermilik. À l'été 1931, le groupe effectue des photographies aériennes du bassin de Sermilik (dont le fjord de Johan Petersen[133]) ainsi que de la côte allant du fjord jusqu'à la baie d'Umivik[134]. L'explorateur britannique réalise une seconde expédition sur les mêmes lieux l'année suivante[135],[136].

En 1932, alors que la seconde édition de l'Année polaire internationale est initiée par l'Organisation météorologique internationale, une mission d'exploration est organisée à Ammassalik sous la direction du climatologue, naturaliste, météorologue et océanographe néerlandais Ewoud van Everdingen (nl)[137],[138]. À bord du navire Gertrud Rask, l'expédition, conduite par le physicien Jan van Zuylen et également composée de J. Andre de Bruine, d'Henk van Lohuizen et de Karel van Schouvenberg quittent Copenhague le [137]. L'expédition rallie les côtes orientales du Groenland en date du . Le , après s'être arrêtée à la station néerlandaise d'Ammassalik, l'équipe repart à bord du navire Sökongen afin d'explorer et de parcourir le district d'Ammassalik. Durant cette mission d'exploration, qui s'étale jusqu'à l'été 1933, les chercheurs effectuent des relevés, études et des observations climatologiques, météorologiques ainsi que des recherches sur l'activité du champ magnétique terrestre[137]. Van Zuylen rencontre des résidents de Sermilik, en particulier ceux habitant à Tiniteqilaaq, hameau situé à l'embouchure du fjord et réalise un documentaire photographique[139],[140],[Note 40].

En , l'explorateur Paul-Émile Victor et l'anthropologue Robert Gessain, lors de leur exploration au Groenland — l'« Expédition scientifique française sur la côte est du Groenland », entreprise de à dans le cadre de recherches démographiques, anthropologiques et ethnographiques —, établissent un campement sur le site de Panargayik, un établissement eskimo localisé dans la partie nord-est de la vallée de Sermilik[141],[142]. Victor mène une seconde expédition scientifique — dont fait alors partie l'archéologue et explorateur danois Eigil Knuth (en) — à Ammassalik en 1936[143].

En 1938, une expédition est organisée par le Club alpin suisse. Cette expédition alpine, dont le point de départ débute à Sermilik et aux environs d'Ammassalik le , a pour objectif d'escalader des sommets tels que le mont Forel, le Col des Poulies, le Col des Eskimos, le mont Perez, le Laupejboerg (2 580 m) et le Rödenhorn (2 140 m)[37].

Recherches glaciologiques et station d'observation de SermilikModifier

Les premières études glaciologiques de la région d'Ammassalik dans la première moitié des années 1930 sont effectuées par le géologue danois K. Mithers lors de l'exploration polaire dirigée par Knud Rasmussen sur la côte du roi Frederick VI (en)[144],[145],[146]. En 1957 et 1958, lors de l'année géophysique internationale, le centre de recherche danois opte pour l'étude du glacier de Mittivakkat. Au début des années 1960, en 1961, le géographe Børge Fristrup (da) reprend ces recherches sur le glacier. La station de recherche et d'observation de Sermilik est construite et inaugurée en 1970. La station, un bâtiment préfabriqué d'une surface de 90 m2, est implantée sur l'île d'Ammassalik, au sein du bassin du glacier de Mittivakat, à l'extrémité sud-est du fjord. Bien que le centre scientifique ait pour principale destination l'observation et la surveillance du glacier, les premiers relevés de turbidité et de flux sédimentaires sont effectués en 1972. Au printemps de la même année, la station est détruite par une avalanche de neige. Un nouveau bâtiment pour abriter le centre de recherche — cette fois-ci d'une surface de 60 m2 — est construit en 1973 à 100 m de l'établissement d'origine[145],[147]. En 1990 un groupe de scientifiques formés au département de géographie de Copenhague, et dont le domaine de recherche porte sur la géophysique de l'Arctique, est constitué et opère à la station[144]. Depuis 1997, cet établissement abrite également un centre de recherches météorologiques[49].

ArchéologieModifier

Les premières investigations archéologiques sont réalisées au milieu des années 1880 durant la mission d'exploration de Gustav Holm à Sermilik et à Ammassilik[87],[148].

 
Vestiges d'un habitat thuléen à Sivinganeq.
 
Vue d'ensemble de ruines thuléennes à Sivinganeq.

À Sivinganeq — le site se présente sous la forme d'une péninsule de petite taille et situé à environ 5 km au nord d'Ikkatteq (en)[5] — trois vestiges d'habitations hivernales inuites, datés entre 1350 et 1500 (période thuléenne) ont été identifiés[149],[67],[88],[87],[150]. Ces structures, mises en évidence dans les années 1880 par Gustav Holm et fouillées au début des années 1930 par Therkel Mathiassen, ont été construites au moyen de blocs faits à partir de tourbe amalgamée à des pierres[149],[87]. Les trois structures domestiques découvertes sur le site de Sivinganeq (ou Savanganeq) ne comportent qu'une seule et unique pièce de logement[150] qui se présente sous une forme circulaire de 3 à 4 m de diamètre[149]. Des artefacts métalliques ont été recueillis au milieu de vestiges thuléens de Sivinganeq lors de leur excavation[87],[67]. Les prospections réalisées au sein de ces abris hivernaux ont permis de retrouver des pointes de flèche conçues dans du bois de renne. Ces objets destinés à la chasse sont datés, par procédé radiométrique au 14C, du XVIIe siècle[151],[Note 41].

Les investigations archéologiques entreprises en 1935 à Sivinganeq ont permis d'exhumer une statuette anthropomorphe confectionnée en bois[90]. La pièce, d'une hauteur de 15 cm, est dépourvue de membres antérieurs et postérieurs[90]. La figurine est affectée d'un cou proportionnellement long, qui pour Robert Gessain, fouilleur à Sermilik et ses environs lors de l'expédition française à l'est du Groenland en 1934 et 1935, ressemble à celui d'un « oiseau »[90]. Elle présente à sa surface une gravure représentant un squelette[90]. Le bas de la pièce, taillé, présente une incision circulaire[90]. Pour Robert Gessain, les caractéristiques de la partie inférieure de la statuette suggèrent que la pièce peut venir s'adapter à un support[90]. Les os, le système digestif ainsi que le sexe mâle du personnage — dépourvu de testicules —, sont très clairement représentés[90]. Les fouilles conduites dans les années 1880 ont permis de retrouver des reliefs conçus en ivoire et en bois. Ces ornements sont composés de figures animalières aux formes épurées et de motifs géométriques[153].

 
Exemple d'une tête de harpon inuit à crochets.

Le site de Sukkersit et d'Ivnartalik — l'équivalent d'Innartalik[154], une presqu'île située en bordure de la rive est du fjord[Note 42] —, deux anciens établissements inuits situés dans la vallée de Sermilik, a révélé des anciennes structures d'habitats hivernaux : six vestiges pour l'un (dont deux se présentant sous la forme d'une simple pièce) et trois vestiges pour le second. Ces structures, comme celles de Sivinganeq sont attribuées à l'époque thuléenne[149],[150]. Trois des ruines découvertes à Suukkersit — les habitats « 1 », « 7 » et « 8 » — révèlent une mise en œuvre architecturale typique de la région du Groenland du nord-est, avec un mur de façade comprenant une sorte de niche[155]. En outre, parmi les six habitations retrouvées sur le site archéologique, quatre d'entre elles comportent des vestiges de foyers. Deux des maisons de Suukkersit ont délivré des artefacts d'origine post-nordique — deux pendantifs en bronze, 7 perles en verre et un couteau. Une troisième maison a fourni une pièce fabriquée en bronze d'artisanat nordique[156]. Les restes osseux d'un individu de sexe féminin ont été exhumés des vestiges la maison no 5[25]. Le site de Sukersit, dont la période d'occupation est établie entre 1 350 et 1 500, a délivré sept artefacts fabriqués à partir de bois de renne. Quatre d'entre eux ont été confectionnés sous forme d'outils domestiques et sont des objets probablement importés ; les trois autres pièces se présentent sous forme d'éléments de fourche (dont des dents) et révèlent une conception artisanale également extérieure au site et à la région d'Ammassalik[151]. Le mobilier archéologique fourni par le site de Sukkersit est également constitué d'une tête de harpon à crochets de culture thuléenne[155],[Note 43].

 
Fragment d'une tige d'ajaqaq en os[157],[158].

Un site archéologique situé dans la localité de Tiredia — l'équivalent de Tiniteqilaaq, dans la partie est du fjord[84] — a délivré un ajagak — ou ajaqaq (écrit : ᐊᔭᒐᖅ), en langue Inuktitut —[159]. L'artefact, une sorte d'ancien bilboquet eskimo attribué à la culture de Dorset[160], a été fabriqué dans un fémur de chien et mesure 8 cm de long[159]. Le jouet en os présente une surface patinée. Il est percé de cinq trous destinés au jeu et de deux autres servant à la suspension de la boule[159]. Pour William Thalbitzer, ce type d'artefact n'est pas uniquement caractéristique du territoire groenlandais. D'autres objets de ce type auraient été également découverts en Alaska (tel qu'à Point Barrow), sur l'île de Baffin, ainsi que dans le Labrador[161]. Des couteaux, de type ulu (ou ulo[162], tsakkek), ont été découverts à Ammassilik au cours des années 1880, puis lors d'une campagne de fouilles effectuée en 1923 et 1924[108],[87].

Des artefacts de culture thuléenne, confectionnés en bronze, ont été mis en évidence sur le site de Sivinganeq. Le site, ainsi que d'autres localisés sur l'île d'Ammassalik et établis à proximité des rives de Sermilik[163], ont délivré des vestiges et des mobiliers archéologiques, certains attribués à la culture de Saqqaq — outillages, notamment grattoirs fabriqués en silex —, d'autres à celles de Thulé et Dorset — industrie lithique diverse, dont microlames, pointes en silex[87],[164]. À Pupik, sur la côte de l'île d'Ikateq, de nombreux vestiges de maisons paléo-esquimaudes ont été mis au jour[17]. Bien que l'ensemble de ces cultures archéologiques soient représentées, aucun indice matériel n'est venu confirmer une continuité d'occupation des sites de Sermilik[103],[Note 44].

Enfin, des structures domestiques, inventoriées et identifiées comme étant de « type Scoresby Sund », ont été mises au jour sur les rives du fjord, dans l'île d'Ammassalik. Ces maisons, datées du thuléen tardif, ont délivré plusieurs têtes de harpons fabriquées en os de mammifère marin. Ces pièces sont munies de trous et présentent deux barbelures latérales[166].

Population et sociétéModifier

 
Femme Tunumiit, habitante de Diilerilaaq (Tiniteqilaaq), sur les rives de Sermilik en 1982, par Gerti Nooter (nl)[Note 45].

Les habitants de Sermilik, comme l'ensemble des résidents de la région d'Ammassalik, sont appelés Ammassalimuit[168],[169],[170],[171], ou Sermilimmiit (signifiant « peuple de Sermilik »)[172], et font partie du peuple des Tunumiit[81]. Le nom de Sermilimmiit fait probablement référence à la première vague de colonisation de groenlandais d'Ammassalik, principalement issus de la vallée de Sermilik, et venant s'établir au sein d'établissements situés plus au sud[172]. Les habitants du fjord parlent la langue Tunumiisut[81]. Au début du XXe siècle, en 1905, des Angakuit (singulier : Angakkok, Angakkoq et Angakeeq), des chamans inuits, pratiquaient des rituels religieux à Sermilik et ses environs[173]. À cette époque, selon le philologue danois William Thalbitzer, 500 personnes vivant à Ammassalik adoptaient alors les rites des chamans inuits[173].

Plusieurs hameaux sont, ou ont été, établis dans la vallée de Sermilik[93]. En 1829, selon la liste de recensement dressée par Wilhelm August Graah, aucun habitant ne résidait à Sermilik[Note 46],[174],[76]. En 1851, un missionnaire danois, dénommé Lund, a recensé à Sermilik une population totale de 30 habitants[174]. Alors que l'ancienne commune d'Ammassalik a été créée en 1894, quatre des établissements de Sermilik ont été fondés avant 1884 — Savanganaartik, Ikkatek, Sivinganeq et Akernernaq —, et trois dans la seconde moitié des années 1890 — Ittilalik, Sarqaq et Qeertartivatsiaq[175]. Douze hameaux occupés ont été répertoriés au sein de l'aire géographique de Sermilik au cours du XXe siècle[Note 47] : Akkernernaq ; Ikkatteq ; Innartalik ; Kakalik ; Paarnakajiit (ou Paornakajik[17]) ; Puppik ; Qeertartivatsiaq ; Sarpaq ; Sivinganeq ; Tinileqilaaq ; Ukiverajik ; et Umittivartivik[93]. En 1925, dans le but d'accroître leurs colonies dans l'île nord-américaine, les autorités danoises proposent à des chasseurs volontaires habitant à Ammassalik de venir s'installer avec leurs familles à Scoresbysund (actuelle Illoqortormiut), une localité fondée au sein du Scoresby Sund situé plus au nord. 12 personnes originaires de Sermilik — sur un total de 70 personnes originaires d'Ammassalik —, sont alors acheminées dans la colonie de Scoresbysund. Deux autres vagues de colonisation ont lieu en 1935. Puis en 1945 — une personne résidant à Sermilik est transportée à Scoresby Sund cette année-là[169],[171]. La plupart des établissements de Sermilik ont été abandonnés avant la fin de la première moitié du XXe siècle[93]. Bien qu'ils soient moins nombreux, la majeure partie des établissements du district sont répartis autour de Sermilik, de l'Ammassalikfjord et du fjord de Sermiligaaq (le Senniligaq). Les habitants, économiquement dépendant des ressources naturelles, élisent domicile dans de longues maisons durant la saison hivernale et viennent s'installer quelques kilomètres plus loin sur les rives du fjord au cours des mois d'été[176].

Établissements situés dans l'aire géographique du fjord et leur évolution démographique entre 1934 et 1956[93],[5].
Nom de l'établissement Population en 1934 Population en 1940-1941 Population en 1945 Population en 1950 Population en 1955
Akernernaq[Note 48] 0 7 et 11 10 10 14
Ikkatteq[Note 49] 33 56 57 60 82
Innartalik[Note 50] 0 9 et 14 0 0 0
Kakalik 10 16 16 0 0
Paarnakajiit[Note 51] 17 0 0 0 0
Pupik[Note 52] 21 0 0 0 0
Qeertartivatsiaq 7 0 0 0 0
Sarpaq[Note 53] 15 8 0 0 0
Sivinganeq 14 0 0 0 0
Tiniteqilaaq 43 73 126 110 133
Ukiverajik 19 0 0 0 0
Umiattuartivit
(ou Umittivartivik)[Note 54]
16 31 20 18 26

En 1968, la population d'Ikkatteq atteignait un total de 40 habitants[177] et au , le hameau comptait un habitant[178],[Note 55]. Selon les données du bureau national des statistiques du Groenland, ce hameau ne comprenait aucun habitant en 2009[180]. La même année, en raison de possibles facteurs économiques et sociaux, quatre femmes originaires de l'aire territoriale de Sermilik, dont deux d'Ikkateq et deux de Tiniteqilaaq, viennent s'installer au Danemark. Entre 1955 et 1969, trois enfants dont les parents sont originaires d'Ikkatek et dix enfants issus de parents originaires de Tiniteqilaaq naissent au Danemark[181].

En 2009, le village de Tiniteqilaaaq, la principale localité située sur les rives de Sermilik, comprenait 129 habitants[180].

En outre, aux douze hameaux recensés au XIXe et première moitié du XXe siècle, s'ajoutent ceux des îles d'Immikkeerteq, situées au sein du fjord et d'Immikkeerterajik[5],[Note 56], ainsi que les sites de Qipa[Note 57], d'Itterajik[Note 58] et d'Umiattuartivit[Note 59],[17].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Faune et floreModifier

FauneModifier

Peu d'espèces animales représentent la faune locale. Des taxons, tels que le lièvre arctique (Lepus arcticus), ou le bœuf musqué (Ovibos moschatus), ne sont plus présents sur le territoire de Sermilik et de sa région depuis la période préhistorique du Groenland[182],[176]. Le renne (Rangifer tarandus) a, quant à lui, disparu de la vallée du fjord depuis la fin du XIIe siècle[151],[Note 60]. Quelques renards arctiques (Vulpes lagopus) et ours polaires (Tharloctos maritimus) peuvent être parfois rencontrés et venir nicher aux environs du fjord[182],[183],[176].

Des groupes de narvals opèrent leur migration dans les eaux de Sermilik durant les mois d'été, afin de se reproduire[184]. Au sein du fjord, à l'instar de certains pinnipèdes[185],[186], ces cétacés font, ou faisaient, fréquemment l'objet de chasse[184],[187],[188],[Note 61]. La partie sud de Sermilik, à l'instar du fjord de Scoresby Sund et ceux de la localité de Kangerlussuaq, constitue l'une des zones écologiques privilégiées par les narvals[189] et leur population y est particulièrement importante[187],[Note 62]. Des phoques à capuchon (Cystophora cristata) viennent occuper la zone située à l'embouchure de Sermilik durant les mois d'été[182]. D'autres espèces appartenant à la famille des phocidés, notamment le phoque commun (Phoca vitulina) et le phoque annelé — Pusa hispida, synonyme, Phoca hispida[191],[192] —, nichent dans l'aire territoriale du fjord[182]. En outre, la présence de morses de l'Atlantique (Odobenus rosmarus rosmarus[193]) a été observée à Sermilik. Un total de 10 individus a fait l'objet d'une chasse entre 1980 et 1988[194],[Note 63].

Les eaux du fjord abritent des poissons tels que l'omble chevalier (Salvelinus alpinus) — espèce piscicole venant migrer pour frayer au cours des saisons estivales —, le chaboisseau à épines courtes (Myoxocephalus scorpius) — ou, en synonyme, le Acanthocottus scorpius, un taxon appartenant à la super-famille des cottoidea[196] — et la morue de l'Atlantique (Gadus morhua)[182].

Le bécasseau de l'Anadyr Calidris tenuirostris et le tournepierre à collier (Arenaria interpres) comptent parmi les taxons aviaires inventoriés dans le fjord[197]. Cette espèce, et ce genre d'oiseau, accomplit une migration jusqu'à Sermilik au cours des mois de juin et juillet[Note 64],[197]. D'autres espèces limicoles — notamment le bécasseau sanderling (Calidris alba), l'oie rieuse (Anser albifrons), la bernache cravant (Branta bernicla), le pluvier grand-gravelot (Charadrius hiaticula), le tournepierre à collier (Arenaria interpres), le bécasseau maubèche (Calidris canutus) —, qui effectuent leur parcours migratoire en partant de l'Islande via le fjord de Sermilik jusqu'à l'île d'Ellesmere[Note 65], dans le territoire fédéral canadien du Nunavut, ont été également répertoriées[197],[200]. Entre Sermilik et la baie de Disko, lors de leur mouvement trans-glacial du printemps, ces oiseaux utilisent des courants aériens dont les vents peuvent atteindre des vitesses s'échelonnant entre 15 et 25 m/s[Note 66],[197]. Enfin, la présence de goélands bruns (Larus fuscus) a été observée à Sermilik au début des années 1990[201].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

FloreModifier

La vallée de Sermilik et des deux autres fjords, qui comportent des niches écologiques exposées et aux températures relativement douces, sont favorables à une croissance végétative pérenne[202],[203],[30],[28]. La flore bordant les rives du fjord se compose notamment de variétés de campanules (Campanula) — en particulier la campanule uniflore (Campanula uniflora) et de la Campanula giesekiana, synonyme de Campanula rotundifolia (campanule à feuilles rondes)[204],[205],[206],[207]) —, de variétés de Pedicularis — en particulier la Pedicularis hirsuta —, de Diapensia lapponica, de Loiseleuria procumbens (azalée couchée), de Chamerion latifolium (épilobe à feuilles larges), et de Rhododendron lapponicum (rhododendron lapon). Ces essences se retrouvent aussi autour des fjords d'Ammassalik et de Sermiligaaq[202],[30],[203]. D'autres espèces florales, comme l'orpin rose (Rhodiola rosea), la cassiope hypnoïde ou encore l'angélique officinale (Angelica archangelica) et la renouée vivipare sont inventoriées dans la vallée de Sermilik[30],[202],[203]. Des spécimens de Selaginella selaginoides (ou sélaginelle spinuleuse), une espèce de « plante rare » dans le sud du Groenland et appartenant à l'ordre des lycophytes, et des herbacées, telles que l'Alchemilla filicaulis, la Carex bigelowii, la gentiane amère, la renoncule âcre, et le Trichophorum cespitosum (nom vernaculaire : Scirpe cespiteux), Taraxacum lapponicum (synonyme : Taraxacum croceum[208],[209]), Thalictrum alpinum, la violette des marais, ainsi qu'une espèce d'orchidée, Platanthera hyperborea (nom vernaculaire anglais : « Northern green Orchid »[210]) ont été recensées[29],[Note 67].

La couverture végétative de la vallée, notamment dans sa partie sud-est, dans la zone entourant le glacier de Mittivakkat, ainsi que sur les îlots se trouvant dans son delta, comprend plusieurs espèces de lichens, dont Acarospora molybdina (ordre des Acarosporales[213],[214]), Allantoparmelia alpicola (espèce appartenant à la famille des Parmeliaceae et au genre Allantoparmelia[215],[216]), Calvitimela armeniaca (famille des Lecanoraceae, genre Calvitimela[217],[218]), Lecanora polytropa (genre Lecanora[219],[220]), Melanelia hepatizon (famille des Parmeliaceae, genre Melanelia[221]), Orphniospora moriopsis (famille des Fuscideaceae, genre Orphniospora[222]), Pseudephebe minuscula (genre Pseudephebe[223]), Umbilicaria hyperborea (famille des Umbilicariaceae, genre Umbilicaria[224],[225]) et Umbilicaria virginis (famille des Umbilicariaceae, genre Umbilicaria[226])[31]. Ces espèces poussent essentiellement sur des formations de type morainique (essentiellement des blocs erratiques), ainsi que sur des roches moutonnées[31],[30]. Les thalles (ou thalli) des spécimens de Pseudephebe minuscula, d'Umbilicaria hyperborea et d'Umbilicaria virginis poussant sur les moraines de la partie sud de Sermilik, ont été observées avec des diamètres respectifs de 125, 53 et 60 mm en 1900 ; tandis qu'en 1970, ils n'étaient plus que de 20, 46 et 30 mm[31],[30]. Des spécimens de Rhizocarpon geographicum ont été également inventoriés dans la vallée de Sermilik[227],[30],[31]. Ces formations hétérotrophes sont associées à des taxons de mousses et des Cyperaceae dont Carex rariflora (nom vernaculaire : carex rariflore[228],[229])[203],[30],[28].

Par ailleurs, des petits arbrisseaux producteurs de baies, tels que Empetrum nigrum (camarine noire) et la myrtille des marais, sont répertoriés à Sermilik et dans le district d'Ammassalik. Enfin, des espèces arbustives naines, notamment le bouleau nain (Betula nana), le saule herbacé (Salix herbacea) et le saule glauque (Salix glauca), viennent compléter le panorama végétatif du fjord[30],[202],[203],.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. L'embouchure du fjord est établie au point de coordonnées géographiques suivant : 65° 37′ N, 38° 04′ O[5].
  2. Les coordonnées géographiques de la station météorologique de Tasiilaq sont : 65° 36′ N, 37° 38′ O[18]. La station météorologique côtière (la « Coast Station »), est implantée sur la rive est de Sermilik, au point de coordonnées géographiques 65° 41′ N, 37° 55′ O[18].
  3. La station de recherches glaciologiques de Sermilik est localisée à 65° 40' de latitude nord et à 38° 10' de longitude ouest (65° 40′ 50″ N, 37° 54′ 51″ O)[20],[16].
  4. Ces données métriques varient selon les estimations, le spécialiste Niels Nielsen estimant que la longueur du fjord est de 81 km et que sa largeur est comprise entre un minimum de 7 et un maximum de 13 km[22].
  5. L'île d'Aamangaa est située au point de coordonnées géographiques suivant : 66° 14′ N, 37° 36′ O[17].
  6. Les coordonnées géographiques de l'île d'Ikkateq sont les suivantes : 65° 38′ N, 37° 57′ O[17].
  7. Les coordonnées de l'île sont : 66° 14′ N, 37° 42′ O[24].
  8. Ses coordonnées géographiques d'île de Sukkersit sont : 66° 02′ N, 37° 56′ O, soit 66° 02′ 28″ N, 37° 55′ 31″ O[25].
  9. Les coordonnées de l'embouchure sont : 65° 51′ 25″ N, 38° 00′ 22″ O[26].
  10. La tête du fjord s'établit aux coordonnées suivantes : 66° 13′ 34″ N, 37° 35′ 35″ O[26].
  11. Un soubassement géologique constitué de gneiss à grenat a été mis en évidence dans la partie sud-ouest et sud-est de la vallée de Sermilik, tandis qu'une variété de « gneiss gris » a été identifiée à l'extrémité sud-ouest de l'embouchure du fjord et le long de sa rive orientale. Un substrat constitué de roches métasédimentaires associées à du gneiss gris déformé a été répertorié au niveau de sa partie est et sud-sud-ouest. Dans une moindre mesure, la roche-mère située au niveau de l'extrémité sud-est de l'embouchure du fjord a révélé la présence d'un système cristallin composé d'anorthosite et de granulite[28].
  12. Les coordonnées géographiques de la vallée sont 65° 45′ 25″ N, 38° 17′ 35″ O[26].
  13. Cette donnée altmétrique du point culminant du mont Forel, 3 360 m, avait déjà été établie lors d'une expédition alpine suisse dans le massif du Schweitzerland en 1938[37].
  14. Les coordonnées géographiques du Kingigtit sont les suivantes : 65° 34,51′ N, 37° 45,45′ O[39].
  15. L'inlandsis du Groenland, très proche de Sermilik, occupe environ 80 % du territoire de l'île nord-américaine et se développe, du nord au sud, sur une longueur avoisinant 2 400 km[46].
  16. Ce terme signifie littéralement, en anglais : « that, which attacks you » (« cela, ça vous attaque »)[50].
  17. Des analyses menées sur la séquence stratigraphique des sédiments, de leur faciès géo-minéralogique ainsi que les recherches effectuées sur les gisements de fossiles polliniques et fauniques d'Ammassalik montrent que les conditions climatiques de la région ont significativement changé durant l'actuelle période interglaciaire (celle de l'Holocène). Ces changements climatiques ont contribué à façonner et à transformer l'environnement floral de la région d'Ammassalik depuis les 5 000 à 4 000 dernières années[52].
  18. Le maximum de précipitations annuelles moyennes au Groenland étant enregistré environ 200 km au sud de Sermilik[21]
  19. Les données concernant les phénomènes météorologiques de brouillard sont indiquées à une visibilité inférieure ou égale à 1 km[50].
  20. Le glacier de Mittivakkat est établi au point de coordonnées 65° 41′ 31″ N, 37° 54′ 25″ O[26].
  21. Les coordonnées du glacier d'Hobbs sont 65° 46' de latitude nord et 38° 11' de longitude ouest (65° 46′ N, 38° 11′ O)[58].
  22. Les coordonnées géographiques de ce glacier sont : 66° 16′ N, 36° 30′ O[60].
  23. Le glacier d'Heim, dont la superficie de drainage est de 443,8 km2, est établi au point de coordonnées géographiques suivant : 65° 59′ 10″ N, 38° 30′ 00″ O[62]
  24. Les coordonnées géographiques du glacier de Hann sont : 65° 50′ N, 38° 20′ O[63].
  25. Le glacier d'Helheim est l'un des trois plus importants glaciers d'exutoire (en) (ou glacier de vallée du Groenland avec ceux de Jakobshavn Isbræ et de Kangerlussuaq (en)[65].
  26. Le glacier Midgard a marqué un retrait de 5 km en 1968, 15 km en 1972 et 17 km en 1978[36].
  27. L'équation donnant le transfert thermique des eaux océaniques vers les glaciers de Sermilik est la suivante : «   », où :
    • «   » représente la capacité thermique volumique spécifique de l'eau de mer (égale à 3 980 J/kg/K) ;
    • «   » représente la masse volumique de référence (laquelle est égale à 1 027 kg/m3) ;
    • «   » représente la fonction de vélocité de transfert à 0 ;
    • «   » est la température ;
    • «   » est le point de congélation en fonction de la surface du liquide ;
    • La double intégrale «   » est définie dans l'espace vectoriel du fjord de Sermilik (  pour les abscisses et   pour les ordonnées)[66].
  28. D'autres lieux sont connus sous le toponyme de Sermilik, y compris dans la municipalité canadienne de Pond Inlet. En eskimo-aléoute, le terme de Sermilik, décliné en sirmilik, signifie littéralement « le glacier » ou « l'endroit où il y a un glacier »[72].
  29. Le toponyme Egede og Rothes Fjord apparaît en 1789 dans le recueil intitulé Reisebeskrivelse til Ostgrønlands Opdagelse forgate i Aanere 1786 og 1787, rédigé par Christian Testrup Egede[75],[77].
  30. Wilhelm August Graah n'est pas allé plus au nord que l'île Dannebrog lors de son expédition de la partie sud-est du Groenland en 1828-1931[78],[79],[74],[80].
  31. Les toponymes de ce hameau sont également connus sous les termes de Tileqilaq, et de Tiniteqilaq. Le nom actuel de l'établissement est Tiilerilaaq[82].
  32. Ce terme peut se traduire par les mots « pente » ou « talus »[85].
  33. Cette déesse, Hel, serait dans la mythologie nordique, la sœur de Fenrisúlfr et de Miðgarðsormr, ainsi que la fille d'Angrboða et de Loki[99],[9].
  34. Les recherches effectuées dans les années 1920 par Gustav Holm et Robert Petersen ont permis de mettre en évidence que le site de Gunnbjørn Skær, mentionné dans les écrits de Gunnbjørn Ulsson, correspond précisément à Ammassalik[104],[105]. Deux Vikings norvégiens bannis viennent s'installer sur le site de Gunnbjørn Skær environ un siècle après Gunnbjørn Ulsson et ses hommes[104].
  35. En 1982, l'explorateur et architecte danois John Andersen (da) confirme l'hypothèse proposée par Bruun à la fin du XIXe siècle[105].
  36. Plus de 350 ans plus tard, vers la fin du XIVe siècle, dans les années 1380, un navigateur islandais, Bjørn Einarsen Jorlsafar, aborde des îles qu'il mentionne « îles de Gunnbjørn »[104]. Les recherches réalisées au début des années 1930 par l'archéologue Therkel Mathiassen (en), ont permis de confirmer que les îles de Gunnbjørn décrites par Bjørn Einarsen Jorlsafar correspondent à celles de la région d'Ammassalik[104].
  37. Les premiers peuples inuits qui ont occupé les fjords d'Ammassalik et de Sermigaaq, arrivant par le nord, s'y seraient établis environ un siècle plus tard[107].
  38. Les explorateurs fondent une colonie danoise, le « district d'Ammassalik » une dizaine d'années plus tard, en [114].
  39. Durant cette expédition l'ethno-linguiste William Thalbitzer envoie une lettre datée du à l'anthropologue Marcel Mauss, lettre dans laquelle il fait une description de la société d'Ammassalik[123].
  40. Les photos réalisées durant l'expédition sont alors transmises puis conservées au Musée d'ethnologie de Leyde et au musée de Tasiilaq[140].
  41. Le mobilier mis au jour à Sivinganeq lors des fouilles de Mathiassen est également composé de fragments de kayak[152],[149].
  42. Ses coordonnées géographiques sont : 66° 00′ 49″ N, 37° 44′ 22″ O[149],[150].
  43. La présence de cet élément matériel, artefact typique de peuples du nord-est du Groenland durant la seconde phase thuléenne, suggère la migration de ces tribus nomades vers la région d'Ammassalik à cette époque[155].
  44. Des investigations, entreprises dans les années 1930 et 1940 par l'archéologue Eigil Knuth (en), ont montré que des sites et des mobiliers archéologiques présentent un faciès appartenant à la fois à la culture de Thulé et à celle de Dorset. Pour l'archéologue danois, ces éléments matériels révèlent une culture « mixte » pouvant être expliqués par la rencontre de groupes venus du nord avec des populations venant du sud[165].
  45. Au cours des années 1960, 1970 et 1980, l'anthropologue et socio-géographe néerlandais Gerti Nooter (nl) entreprend plusieurs recherches ethnologiques au sein d'établissements situés sur les rives de Sermilik, notamment à Tiniteqilaaq et à Saputit, un site abandonné. Nooter y réalise également des photo-documentaires sur les habitants vivant au sein de ces hameaux, ainsi que sur différents objets représentatifs de leur quotidien, notamment des kayaks, des têtes de harpons et des éléments vestimentaires traditionnels. Les œuvres photographiques de Gerti Nooter ont fait l'objet d'expositions et sont actuellement conservées en collection appartenant au Museon (en) de La Haye et au musée national d'ethnologie à Leyde[167],[81].
  46. Néanmoins, pour William Thalbitzer, en raison de mouvements nomades des habitants de Sermilik vers des lieux d'hivernage effectués à cette époque, la liste de recensement établie par Graah est très probablement « non-fondée »[174].
  47. Selon les données démographiques officielles, sur la période recouvrant la fin du XIXe et le début du XXe siècle, 19 sites de la vallée de Sermilik ont été habités par des nomades groenlandais durant les saisons hivernales[175].
  48. Les coordonnées d'Akernernaq sont : 65° 47′ 09″ nord, 37° 55′ 14″ ouest[5].
  49. Les coordonnées d'Ikkatek sont : 65° 38′ 10″ nord, 37° 56′ 47″ ouest[5].
  50. Les coordonnées sont : 66° 00′ 46″ nord, 37° 46′ 18″ ouest[5].
  51. Les coordonnées de Paarnakajit sont : 66° 05′ N, 37° 37′ O[5].
  52. Les coordonnées de Pupik sont : 65° 47′ 32″ nord, 37° 54′ 29″ ouest[17].
  53. Les coordonnées de Sarpaq sont : 65° 52′ N, 37° 47′ O[17].
  54. Les coordonnées d'Umiattuartivit sont : 65° 54′ N, 38° 00′ O[5].
  55. L'organisme central des statistiques du Groenland, le Naatsorsueqqissaartarfik n'a fait état d'aucun résident au sein du hameau d'Ikkatteq pour l'année 2006[179].
  56. Paul-Émile Victor a également recensé les établissements d'Eriit, situés au niveau de l'embouchure de Sermilik ; de Naajalalik ; de Nugatitsit ; et de Pigiittit[89].
  57. Les coordonnées de l'établissement de Qipa sont : 66° 10′ N, 37° 50′ O[17].
  58. Les coordonnées géographiques de l'établissement d'Itterajik sont : 66° 04′ N, 37° 44′ O[17].
  59. Les coordonnées géographiques du site d'Umiattuartivit sont : 65° 54′ N, 38° 00′ O[17].
  60. De nombreux fossiles de rennes ont été exhumés dans l'aire territoriale de Sermilik. La technique de datation par 14C a permis d'évaluer l'âge de ces restes osseux à 720-770 ans apr. J.-C. pour les plus anciens spécimens recueillis et entre 1165 et 1190 pour les plus récents[151].
  61. L'institut de recherche environnemental du Groenland a observé qu'en 1991 10 individus narvals ont fait l'objet d'une chasse[188].
  62. De récentes études ont permis d'établir que la population de narvals vivant au sein du territoire maritime allant de Sermilik, au sud, jusqu'à Scoresby Sund, au nord, s'élève à environ 6 400 individus[190].
  63. Des fouilles archéologiques opérées dans les années 1930 à Sermilik ont permis de recueillir des ossements de morses sur des sites datant des premiers établissements inuits au Groenland[195].
  64. Une migration estivale jusqu'au fjord de Sermilik avait déjà été observée chez le Pipit farlouse Anthus pratensis au début du XXe siècle[198]. En outre, la corneille noire Corvus corone a été recensée au sein du fjord en [199].
  65. Le vol migratoire de ces espèces aviaires s'inscrit via le détroit de Danemark puis par l'inlandsis du Groenland en direction de l'ouest/ouest-nord-ouest et est suivi par changement de cap d'axe ouest/ouest-sud-ouest à partir de la baie de Disko pour prendre la direction de la partie sud du Nunavut[197],[200].
  66. En juin et , ces espèces ont été observées à basse altitude le long des côtes du Jutland avec des vitesses de vol comprises entre 13 et 20 m/s et une moyenne enregistrée oscillant autour de 15 m/s[197].
  67. Les essences inventoriées dans la vallée de Sermilik, comprennent également la listère cordée, la viola palustris, l'alchémille des Alpes, l'orchis miel, l' Alchemilla filicaulis (nom vernaculaire : achemille velue[211]), l'orphin rose, dans la partie sud ; la Potentilla hyparctica, la Pyrola grandiflora, l'Antennaria porsildii, la renoncule âcre et la Juncus arcticus, au nord ; la Subularia aquatica (en), la Callitriche palustris — son synonyme est Callitriche anceps, et son nom vernaculaire est callitriche des marais ou callitriche de printemps[212] —, la Mertensia maritima, la Juncus subtilis, et la Juncus arcticus, à l'ouest ; la sélaginelle fausse-sélagine, la gentiane amère et le vulpin fauve, à l'est[29].

RéférencesModifier

  1. a b c d e f et g (en) Sebastian H. Mernild, Marit-Solveig Seidenkrantz, Petr Chylek et al., « Climate-driven fluctuations in freshwater flux to Sermilik Fjord, East Greenland, during the last 4 000 years », The Holocene (en), vol. 22, no 2,‎ 22 novembre 2011 , p. 155-164 (DOI 10.1177/0959683611431215, lire en ligne [PDF], consulté le 5 mars 2018).
  2. a b c et d (en) Camilla S. Andresen, Fiammetta Straneo et Mads Hvid Ribergaard, « Rapid response of Helheim Glacier in Greenland to climate variability over the past century », Nature Geoscience,‎ (DOI 10.1038/NGEO1349, lire en ligne [PDF], consulté le 5 mars 2018).
  3. a b c d et e (en) Rebecca Jackson, « A Mooring in Iceberg Alley : Fjords may link warming oceans and melting glaciers », Oceanus magazine, vol. 51, no 2,‎ (lire en ligne, consulté le 5 mars 2018).
  4. a et b (en) Joelle Robert-Lamblin, « Geology and Landscape », dans Joelle Robert-Lamblin, Ammassalik, East Greenland - End or Presistance of an Isolate, vol. 10, Museum Tusculanum Press - Man & Society, coll. « Meddelelser om Grønland », , 168 p. (lire en ligne), p. 8.
  5. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w et x (en) Collectif - Danish Geodata Agency (en), « Umiiviip Kiammut Kangera (Kap Poul Løvenørn) − Tasiilap Karra (Kap Gustav Holm) », dans Collectif - Danish Geodata Agency, Greenland Pilot Sailing Directions for East Greenland, Danish Geodata Agency, , 1re éd. (ISBN 978-87-92107-61-9, lire en ligne [PDF]).
  6. a et b « Chemin : Sermilik (405932413) », sur le site OpenStreetMap (consulté le 6 mars 2018).
  7. a et b (en) Ancker Weidick, « Greenlandic Place-names », dans Ancker Weidick, Sattellite Images of Glaciers of the World - Greenland, vol. 1386, t. Partie 3, U.S. Geological Survey Professional Paper, (lire en ligne), p. 9.
  8. a b c et d Pierre Robbe, « Climat d'Angmagssalik. », Cahiers du Centre de recherches anthropologiques, vol. XIIe Série, t. 8, no fascicule 1-4,‎ , p. 137-166 (DOI 10.3406/bmsap.1971.2032).
  9. a b c d e f g h i j k et l (da) Jan Løve, Østgrønlandske stednavne : fra den første kortlægning, NAA – Nunat Aqqinik Aalajangiisartut (Comité groenlandais des toponymes), (lire en ligne [PDF]).
  10. a b c d e et f Collectif, chap. IX « Sur l'expédition entreprise en 1883-85 sur la côte orientale du Groenland », dans C. A. Reitzel, Résumé des communications sur le Groenland, Copenhague, (lire en ligne [PDF]).
  11. (da) John Andersen, « Ammassalik - Juli 2003 », dans John Andersen, På oplevelse i kajak, Gyldendal A/S, (lire en ligne).
  12. (en) Naval Oceanographic Office, Sailing directions for East Greenland and Iceland : Includes the island of Jan Mayen, , p. 69.
  13. Petersen 2003, p. 279.
  14. a et b (en) Ancker Weidick, « Tables 12-14 », dans Ancker Weidick, Sattellite Images of Glaciers of the World - Greenland, vol. 1386, t. Partie 3, U.S. Geological Survey Professional Paper, (lire en ligne), p. 112 à 114.
  15. (en) Ancker Weidick, « Images of Southern-East Greenland », dans Ancker Weidick, Sattellite Images of Glaciers of the World - Greenland, vol. 1386, t. Partie 3, U.S. Geological Survey Professional Paper, (lire en ligne [PDF]), p. 83 à 87.
  16. a b et c (en) « The Sermilik Scientific Research Station », sur le site de l'Institut des sciences de la Terre et de l'administration des ressources naturelles, Université de Copenhague (consulté le 4 mars 2018).
  17. a b c d e f g h i j k et l (en) Collectif, « Sector 6. Greenland—Southeast Coast—Prins Christian Sund to Scoresby Sund », dans Collectif, Sailing Directions Greenland and Iceland, Springfield, Virginia, National Geospatial-Intelligence Agency - Gouvernement fédéral des États-Unis, , 13e éd. (lire en ligne [PDF]).
  18. a et b (en) Sebastian H. Mernild et Glen E. Liston, « The Influence of Air Temperature Inversions on Snowmelt and Glacier Mass Balance Simulations, Ammassalik Island, Southeast Greenland », Bulletin of the American Meteorological Society, American Meteorological Society,‎ (lire en ligne [PDF], consulté le 3 janvier 2018).
  19. (en) Bernt Hasholt et Sebastien M. Mernild, « Estimation water balance in and around Mittivakkat Glacier Basin, Ammassalik Island, Southeast Greenland : Location and settings », dans Douglas L. Kane et Daqing Yang, Northern Research Basins Water Balance, International Association of Hydrological Science, , 271 p. (lire en ligne), p. 130.
  20. « Nœud : Sermilik Station (2051280900) », sur le site OpenStreetMap (consulté le 4 avril 2018).
  21. a b et c (en) Sebastian H. Mernild, M. Howat, Y. Ahn et al., « Freshwater flux to Sermilik Fjord, South-East Greenland »,  The Cryosphere, vol. 4, no 4,‎ , p. 453-465 (lire en ligne [PDF], consulté le 30 mars 2018).
  22. a b et c (en) Niels Nielsen, « Geomorphology of a Degrading Arctic Delta, Sermilik, South-East Greenland », Geografisk Tidsskrift, vol. 94, no 1,‎ (DOI 10.1080/00167223.1994.10649351, lire en ligne, consulté le 16 mars 2018).
  23. (en) F. Straneo, G.S. Hamilton, L.A. Stearns et D.A. Sutherland, « Connecting the Greenland Ice Sheet and the ocean : A case study of Helheim Glacier and Sermilik Fjord », Oceanography, vol. 29, no 4,‎ , p. 34–45 (DOI 10.5670/oceanog.2016.97., lire en ligne [PDF], consulté le 4 mars 2018).
  24. a et b (da) Karl Libert - conseil communal de Sermersooq, « Vedtgækt om narvhalvangst med garn i Ammassalik og Ittorqqorttoormiit i østgrønland » [PDF], sur le site officiel du Gouvernement du Groenland, Nuuk, (consulté le 10 mars 2018), pages 1 et 7.
  25. a et b (en) D. Erle Nelson, Niels Lynnerup et Jette Arneborg, « A First Isotopic Dietary Study of the Greenlandic Thule Culture », Journal of the North Atlantic, vol. 3 - dossier : Greenland Isotope Project: Diet in Norse Greenland AD 1000–AD 1450,‎ , p. 51 à 64 (lire en ligne, consulté le 29 mars 2018).
  26. a b c d e f g h i et j (en) Laurence M. Dyke, Anna L.C. Hughes, Tavi Murray et al., « Evidence for the asynchronous retreat of large outlet glaciers in southeast Greenland at the end of the last glaciation », Quaternary Science Reviews, vol. 99,‎ , p. 244-259 (lire en ligne, consulté le 4 mars 2018).
  27. a b et c (en) A.L.C. Hughes, E. Rainsley et T. Murray, « Rapid response of Helheim Glacier, southeast Greenland, to early Holocene climate warming », Geology, vol. 40, no 5,‎ , p. 427-430 (lire en ligne [PDF], consulté le 5 mars 2018).
  28. a b c et d (en) Fred J. A. Daniëls, « Vegetation of the Angmagssalik District Southeast Greenland : III Epilithic macrolichen communities », Meddeleser øm Grønland, Copenhague, vol. 198, no 3,‎ (lire en ligne [PDF], consulté le 23 mars 2018).
  29. a b c et d (en) Fred J. A. Daniëls et J. G. de Molenaar, « Rare Plants from the Angmagssalik District, Southeast Greenland », Botanisk Tidsskrift, Utrecht, Museum botanique et Herbarium, vol. 65,‎ , p. 252 à 263 (lire en ligne [PDF], consulté le 23 mars 2018).
  30. a b c d e f g h et i (en) F. J. A. Daniëls, Vegetation of the Angmagssalik District, Southeast Greenland, IV. Shrub, Dward Shrub and Terricolous Lichens, vol. 10, Museum Tusculanum Press - Man & Society, coll. « Meddelelser om Grønland », (lire en ligne).
  31. a b c d et e (en) Eric Steen Hansen, « An initial study of lichen growth on boulders and rocks near the Mittivakkat Gletscher South East Greenland », Graphis Scripta, Stockholm, no 15,‎ , p. 33–38 (ISSN 0901-7593, lire en ligne, consulté le 22 mars 2018).
  32. a et b (en) D.H. Roberts, A.J. Long, C. Schnabel, S. Freeman et M.J.R. Simpson, « The deglacial history of southeast sector of the Greenland Ice Sheet during the Last Glacial Maximum », Quaternary Science Reviews, vol. 27, nos 15–16,‎ , p. 1505-1516 (lire en ligne, consulté le 5 mars 2018).
  33. (en) Samuel Halett Davin, « Introduction », dans Samuel Halett Davin, 7 700 Years of Holocene climatic variability in Sermilik Valley, Southern Greenland inferred from Lake Sediments, University of Massachusetts, (lire en ligne [PDF]), p. 8.
  34. a b et c Maurice Zimmermann, « Nouvelle traversée du Groenland. », Annales de géographie, t. 21, no 120,‎ , p. 472-473 (lire en ligne, consulté le 5 mars 2018).
  35. (en) Joelle Robert-Lamblin, « Geology and landscape », dans Joëlle Robert-Lamblin, Ammassalik, East Greenland - End or Presistance of an Isolate, vol. 10, Man & Society - Tusculanum Press, coll. « Meddelelser om Grøland Museum », , 168 p. (lire en ligne).
  36. a b et c (en) Anker Weidick, Richard S. Williams Jr (dir.), Jane G. Ferrigno (dir.), Gordon P. Eaton (en) et al., « East Greenland », dans Ancker Weidick Richard S. Williams Jr, Jane G. Ferrigno et al., Sattellite Images of Glaciers of the World : Greenland - United States Geological Survey Professional Paper 1386-C, U.S. Geological Survey, (lire en ligne [PDF]), p. 86 à 89.
  37. a b c d et e (en) André Roch, « The Swiss Expedition to Greenland, 1938 », Alpine Journal,‎ , p. 105 et 106 (lire en ligne [PDF], consulté le 5 mars 2018).
  38. a et b (en) Vijay P. Singh, Pratap Singh et Umesh K. Haritashya, « Greenland Glaciers outside the Ice Sheet : Southeast Greenland », dans Vijay P. Singh, Pratap Singh et Umesh K. Haritashya, Encyclopedia of Snow, Ice and Glaciers, Springer Science & Business Media, , 1253 p. (lire en ligne), p. 478 à 487.
  39. a et b (da) Gustav Holm et Thomas Vilhelm Garde, « Middelværdi af astronomiske Bestemmelser », dans Gustav Holm et al., Der østgrøslandske Expedition - 1883-1885, vol. I, Copenhague, coll. « Meddelelser om Grønland », (lire en ligne [PDF]).
  40. (en) Einar Storgaard, « The Physiography of East Greenland », dans M. Vahl, Georg Carl Amdrup, Louis Bobbé et AD S. Jensen, Greenland : The Discovery of Greenland, Exploration and Nature of the Country, vol. I, Commission for the Direction of Geological and Geographical Investigations in Greenland, (lire en ligne), p. 529 et 530.
  41. a et b (da) H. Knutsen et P. Eberlin, « Om de geologiske Forhold i Dansk Ostgronland : Fra Dannebrogs O til Sermiligak. Kong Christian den IX.'s Land. », dans Gustav Holm et al., Der østgrøslandske Expedition - 1883-1885, vol. I, Copenhague, coll. « Meddelelser om Grønland », (lire en ligne [PDF]).
  42. a b et c (en) Sebastian H. Mernild, Bent Hasholt et Glen E. Liston, « Water flow through Mittivakkat Glacier, Ammassalik Island, SE Greenland », Geografisk Tidsskrift - Danish Journal of Geography, vol. 106, no 1,‎ (lire en ligne [PDF], consulté le 18 mars 2018).
  43. (en) Bent Hasholt et Sebastian H. Mernild, « Glacial erosion and sediment transport in the Mittivakkat Glacier catchment, Ammassalik Island, southeast Greenland, 2005 », dans Bent Hasholt, Sebastian H. Mernild et al., Sediment Dynamics and the Hydromorphology of Fluvial Systems (Proceedings of a symposium held in Dundee, UK, July 2006)., vol. 306, IAHS Publ, (lire en ligne [PDF]).
  44. a b c d et e (en) Joelle Robert-Lamblin, « Climate », dans Joelle Robert-Lamblin, Ammassalik, East Greenland - End or Presistance of an Isolate, vol. 10, Museum Tusculanum Press - Man & Society, coll. « Meddelelser om Grønland », , 168 p. (lire en ligne), p. 8 et 9.
  45. (en + fr + ru) K. Aagaard et L. K. Coachmann, « The East Greenland Current north of Denmark Strait, Part 1 », Arctic Journal,‎ (lire en ligne [PDF], consulté le 7 avril 2018).
  46. (en) Patrick Barkham, « The Sermilik fjord in Greenland : a chilling view of a warming world », The Guardian,‎ (lire en ligne, consulté le 4 mars 2018).
  47. (en) Clements Robert Markham, Collectif - Royal Geographical Society, « The Subglacial Stream », dans Royal Geographical Society, Arctic Geography and Ethnology, J. Murray, , 292 p. (lire en ligne), p. 38.
  48. a b et c (en) Cunera Buijs, « Inuit perceptions of climate change in East Greenland », Études/Inuit/Studies, vol. 34, no 1,‎ , p. 39–54 (lire en ligne, consulté le 15 mars 2018).
  49. a b et c (en) M. Oltmanns et F. Straneo, « Strong Downslope Wind Events in Ammassalik, Southeast Greenland », Journal of Climate,‎ (lire en ligne, consulté le 14 mars 2018).
  50. a b c d e f g et h (da + en) John Cappelen, Brent Vaare Jørgensen et Ellen Vaarby Laursen, Technical Report 00-18, Copenhague, Institut danois de météorologie - Ministère des Transports du Danemark, (ISSN 0906-897X, lire en ligne [PDF]).
  51. (en) Marilena Oltmanns, « Ice, Wind & Fury : Scientists investigate the avalanche of winds known as piteraqs », Oceanus magazine, vol. 51, no 2,‎ (lire en ligne, consulté le 5 mars 2018).
  52. (en) Bjarne Holm Jakobsen, Bent Fredskild et Jørn Bjarke Torp Pedersen, « Holocene changes in climate and vegetation in the Ammassalik area, East Greenland, recorded in lake sediments and soil profiles », Geografisk Tidsskrift, vol. 108, no 1,‎ , p. 21-50 (lire en ligne, consulté le 5 mars 2018).
  53. a et b (en) Sebastian H. Mernild, I. M. Howat et Y. Ahn, « Freshwater flux to Sermilik Fjord, SE Greenland », The Cryosphère, no 4,‎ , p. 453-465 (lire en ligne [PDF], consulté le 8 mars 2018).
  54. a b c et d (en) O.M. Johannessen, A. Korablev, V. Miles et al., « Interaction Between the Warm Subsurface Atlantic Water in the Sermilik Fjord and Helheim Glacier in Southeast Greenland », Survey in Geophysics, vol. 387, no 32,‎ (lire en ligne [PDF], consulté le 4 mars 2018).
  55. a et b (en) T. Moon, D. A. Sutherland, F. Straneo et al., « Subsurface iceberg melt key to Greenland fjord freshwater budget », Nature Geoscience, vol. 11,‎ , p. 49–54 (DOI 10.1038/s41561-017-0018-z, lire en ligne [PDF], consulté le 31 mars 2018).
  56. (en) Fiammetta Straneo, Ruth G. Curry, David A. Sutherland et al., « Impact of fjord dynamics and glacial runoff on the circulation near Helheim Glacier », Nature Geoscience, vol. 4,‎ , p. 322–327 (DOI 10.1038/ngeo1109, lire en ligne [PDF], consulté le 11 mars 2018).
  57. a et b (en) J. C. Yde, N. T. Knudsen, N. Tvis et al., « Spatio-temporal variability of Oxygen Isotope in three contrasting glacier river catchment in Greenland », Hydrology and Earth System Sciences,‎ (lire en ligne [PDF], consulté le 3 avril 2018).
  58. a et b (en) Jacob C. Yde, Niels T. Knudsen et Jørgen P. Steffensen, « Stable oxygen isotope variability in two contrasting glacier river catchments in Greenland », Hydrology and Earth System Sciences (en), vol. 20, no 3,‎ , p. 1205 et 1206 (DOI 10.5194/hess-20-1197-2016, lire en ligne [PDF], consulté le 2 avril 2018).
  59. (en) S. H. Mernild, J. K. Malmros, J. C. Yde et N. T. Knudsen, « Multi-decadal marine- and land-terminating glacier recession in the Ammassalik region, southeast Greenland », The Cryosphere, vol. 10, no 6,‎ , p. 625-639 (DOI 10.5194/tc-6-625-2012, lire en ligne [PDF], consulté le 2 avril 2018).
  60. a et b (en) United States Board on Geographic Names, Gazetteer of Greenland : United States Board on Geographic Names : Official Standard Names Approved by the United States Board on Geographic Names, U.S. Army Topographic Command, Geographic Names Division. - United States Board on Geographic Names, (lire en ligne), p. 271.
  61. (en) Derek Fordham, « Greenland 1999 », Alpine Journal, Alpine Club,‎ (lire en ligne [PDF], consulté le 3 avril 2018).
  62. a et b (en) M. Morlighem, E. Rignot, J. Mouginot et al., « Deeply incised submarine glacial valleys beneath the Greenland ice sheet - Supplementary Information », Nature Geoscience,‎ , Table S1, page 34 (DOI 10.1038/NGEO2167, lire en ligne [PDF], consulté le 4 avril 2018).
  63. a et b (en) Gunnar Jensen, « One hundred years of crossing Greenland's Island ice », American Alpine Journal, American Alpine Club, vol. 32,‎ (lire en ligne, consulté le 2 avril 2018).
  64. (en) « Greenland's Lesser-Known Glaciers », sur le site de la NASA Earth Observatory, National Aeronautics and Space Administration, (consulté le 4 avril 2018).
  65. (en) Camilla S. Andresen, F. Straneo et M.H. Ribergaard, « Using marine sediment archives to reconstruct past outlet glacier variability », PAGES News, vol. 21, no 1,‎ (ISSN 1563-0803, DOI 10.22498/pages.21.1.12, lire en ligne [PDF], consulté le 31 mars 2018).
  66. a et b (en) David A. Sutherland et Fiammetta Straneano, « Estimating ocean heat transports and submarine melt rates in Sermilik Fjord, Greenland, using lowered acoustic Doppler current profiler (LADCP) velocity profiles », Annals of Glaciology, vol. 60, no 53,‎ , p. 56 (DOI 10.3189/2012AoG60A050, lire en ligne [PDF], consulté le 23 mars 2018).
  67. a b c d e et f (en) Hos С. А. Reitzel, The Ammassalik Eskimo, Meddelesser om Grønland,‎ (lire en ligne [PDF]).
  68. (en) Louis Bobé, « Early Explorations of Greenland », dans M. Vahl, Georg Carl Amdrup, Louis Bobé et AD S. Jensen et al., Greenland : The Discovery of Greenland, Exploration and Nature of the Country, vol. I, Commission for the Direction of Geological and Geographical Investigations in Greenland, , 594 p. (lire en ligne), p. 29, 30 et 31.
  69. (en) M. KAJ Birket-Smith, « The Greenlanders of the present days », dans M. Vahl, Georg Carl Amdrup, Louis Bobé et AD S. Jensen et al., Greenland : The Past and the Present Population of Greenland, vol. II, Commission for the Direction of Geological and Geographical Investigations in Greenland, , 438 p. (lire en ligne), p. 15.
  70. (da) Peder Olsen Walløe et Louis Bobé, Peder Olsen Walløes dagbøger fra hans rejser i Grønland 1739-53, Commission for the Direction of Geological and Geographical Investigations in Greenland, (lire en ligne), p. 132.
  71. (da) O. Bendixen, « Peder Olsen Walløe's Dagbøger. Udgivne i Udtog af Louis Bobé, (B°, 128 Sider) Kommission hos G. E. C. Gad, Kjøbenhavn. », Geografisk Tidsskrift, vol. 30, no 4,‎ (lire en ligne [PDF], consulté le 9 avril 2018).
  72. Guy Mary-Rousselières, « Toponymie esquimaude de la région de Pond Inlet », Cahiers de géographie du Québec, vol. 10, no 20,‎ , p. 310 (DOI 10.7202/020633ar, lire en ligne [PDF], consulté le 13 mars 2018).
  73. (da) P. Lauridsen, « Egede, Chritian Testrup », dans Carl Frederik Bricka (en), Dansk biografisk leksikon, 1887-1905 (lire en ligne), p. 422 et 423.
  74. a b c et d (en) Wilhelm August Graah, « Introduction », dans Wilhelm August Graah, Narrative of an Expedition to the East Coast of Greenland, Sent by Order of the King of Denmark, in Search of the Lost Colonies, Under the Command, John W. Parker, , 199 p. (lire en ligne), p. 13 à 16.
  75. a b c et d (da) Gustav Holm et Thomas Vilhelm Garde, chap. III « Om den geografiske Forhold i Dansk Ostgrønland : Fra Dannebrogs ø til Sermiligak. Kong Christian den IX's Land. », dans C. A. Reitzel et al., Résumé des communications sur le Groenland, Copenhague, Man & Society, coll. « Meddelelser om Grønland », (lire en ligne), p. 205.
  76. a b et c (en) William Thalbitzer (dir.), Gustav Holm et G. Amdrup, « Ethnographical collections from Greenland : History and ancestors of Ammassalimuit », dans William Thalbitzer et al., The Ammasslik Eskimo : Contributions to the Ethnology of East-Greenland Natives, vol. XXXIX, Copenhague, Man & Society, coll. « Meddelelser om Grønland », (lire en ligne [PDF]), p. 339.
  77. (da + en) Haldór Hermannsson, The Northmen in America (982-c. 1500) : a contribution to the bibliography of the subject, Ithaca, New York, Cornell University Library, (lire en ligne), p. 42 et 43.
  78. a b c et d (en) Clements R. Markham, chap. XLII « Danish Expeditions to Greenland », dans Clements R. Markham, The Lands of Silence, Cambridge University Press, (1re éd. 1921), 612 p. (lire en ligne).
  79. a b et c (en) Spencer Apollonio, « 2 - Danish Pre-eminence : Holm and Garde and the Konesbaad expedition 1883-1885 », dans Spencer Apollonio, Lands that Hold One Spellbound : A Story of East Greenland, University of Calgary Press, , 322 p. (lire en ligne), p. 59 à fin chapitre.
  80. a et b Petersen 2003, p. 35-37.
  81. a b c et d (en + fr) Cunera Buijs et Aviâja Rosing Jakobsen, « The Nooter photo collection and the Roots2Share project of museums in Greenland and the Netherlands », Études/Inuit/Studies, vol. 35, nos 1–2,‎ , p. 165–186 (DOI 10.7202/1012840ar, lire en ligne [PDF], consulté le 27 mars 2018).
  82. a et b Joëlle Robert Lamblin, « 1984, Ammassalik cent ans après sa découverte », sur le site de l'observatoire photographique des pôles (consulté le 10 mars 2018).
  83. (da) Robert Petersen, « Fortegnelse over grønlandske stednavne », Tidsskrift Grønland, no 7,‎ , p. 216 (lire en ligne [PDF], consulté le 3 mars 2018).
  84. a et b (en) Robert Petersen, « Appendix 3 - The use of East Greenlandic place-names », dans Robert Petersen, Settlements, Kinship and Hunting Grounds in Traditional Greenland, Museum Tusculum - Man & Society, coll. « Meddelelser om Grønland », , 323 p. (lire en ligne), p. 315.
  85. a b c d e et f (da) « Den Grønlanske Lods : Folklaring til stednavne », Grønlandske stednavne, Ministère de l'Environnement du Danemark (Miljøministeriet) - Agence danoise de données géographiques (Geodatastyrelsen),‎ (ISBN 978-87-92107-59-6, lire en ligne [PDF], consulté le 26 mars 2018).
  86. a et b (da) « Stednavnenes genstandsbetegnelser, godkendt af Grl. Stednavnenævn d. 08.04.15 og Grl. Sprognævn d.12.12.14. » [PDF], sur le site du Secrétariat de la langue groenlandaise, Nunat Aqqinik Aalajangiisartut (Comité groenlandais des toponymes) et Oqaasiliortut (Conseil de la langue groenlandaise), (consulté le 5 mars 2018).
  87. a b c d e f g et h (da) Tinna Møbjerg, « Ammassalik - i 4000 år », Tidsskriftet Grønland, no 4,‎ (lire en ligne [PDF], consulté le 6 mars 2018).
  88. a et b (en) Tinna Møbjerg, « A Contribution to Paleoeskimo Archaeology in Greenland. », Arctic Anthropology, vol. 23, nos 1/2,‎ , p. 19–56 (lire en ligne, consulté le 5 mars 2018).
  89. a et b Paul-Émile Victor, Catherine Enel et al. (préf. Paul-Émile Victor), Chants d'Ammassalik, vol. 16, Museum Tusculum Press - Man & Society, coll. « Meddelelser om Grønland », (lire en ligne).
  90. a b c d e f g et h Robert Gessain, « L'art squelettique des Eskimo. », Journal de la Société des américanistes, t. 48,‎ , p. 237 à 239 (DOI 10.3406/jsa.1959.1193).
  91. (en) Robert Gessain, « The Ammassalimiut Kayak and its Demographic Evolution », Objets et mondes, Musée de l'Homme, vol. VIII, no 4,‎ (lire en ligne [PDF], consulté le 28 mars 2018).
  92. a et b (da) « Den Grønlanske Lods : Folklaring til stednavne », Grønlandske stednavne, Ministère de l'Environnement du Danemark (Miljøministeriet) - Agence danoise de données géographiques (Geodatastyrelsen),‎ (lire en ligne [PDF], consulté le 26 mars 2018).
  93. a b c d e f et g (en) Joëlle Robert-Lamblin, « Appendix », dans Joëlle Robert-Lamblin, Ammassalik, East Greenland - End or Presistance of an Isolate, vol. 10, Museum Tusculanum Press - Man & Society, coll. « Meddelelser om Grønland », , 168 p. (lire en ligne), p. 166.
  94. (en) Collectif - Danish Geodata Agency (en), « Greenlandic place-names », dans Collectif - Danish Geodata Agency, Greenland Pilot Sailing Directions for East Greenland, Danish Geodata Agency, , 1re éd. (ISBN 978-87-92107-61-9, lire en ligne [PDF]).
  95. Petersen 2003, p. 315.
  96. (en) Manfred Lurker, « Fenrir », dans Manfred Lurker, A Dictionary of Gods and Goddesses, Devils and Demons, Routledge, , 464 p. (lire en ligne), p. 128 et 129.
  97. (en) John Lindow, « Deities, themes and concepts », dans John Lindow, Norse Mythology : A Guide to Gods, Heroes, Rituals, and Beliefs, Oxford University Press, , 384 p. (lire en ligne).
  98. (da) En vetenskapshistorisk och komparativ studie av föreställningar och gestaltningar kopplade till den fornnordiske guden Tyr, (lire en ligne [PDF]).
  99. (en) Martyn Whittock et Hannah Whittock, « The Children of Loki », dans Martyn Whittock et Hannah Whittock, Norse Myths and Legends : Viking tales of gods and heroes, Hachette UK, , 288 p. (lire en ligne), p. 43-45.
  100. (en) A. A. Bjørk, L. M. Kruse et P. B. Michaelsen, « Brief communication : Getting Greenland’s glaciers right - a new data set of all official Greenlandic glacier names », The Cryosphere, no 9,‎ , p. 2216 (DOI 10.5194/tc-9-2215-2015, lire en ligne [PDF], consulté le 25 mars 2018).
  101. (da) « Sermilik Stationen
    • vigtig udpost i forståelsen af klimaændringer », GeologiskNyt,‎ (lire en ligne [PDF], consulté le 25 mars 2018).
  102. (en) National Geospatial-Intelligence Agency, « Glossaries », dans Sailing directions : Greenland ans Iceland, Springfield, Virginia, National Geospatial-Intelligence Agency - Gouvernement fédéral des États-Unis, , 13e éd. (lire en ligne [PDF]), p. 170.
  103. a b c d et e Philippe Mennecier, chap. 1 « Le pays », dans Philippe Mennecier, Le tunumiisut, dialecte inuit du Groenland oriental : description et analyse, Peeters Publishers, , 605 p. (lire en ligne).
  104. a b c d e f g h i j et k (en) Joelle Robert-Lamblin, « History and administrative organisation : Historical aspects - Before 1884 », dans Joëlle Robert-Lamblin, Ammassalik, East Greenland - End or Presistance of an Isolate, vol. 10, Museum Tusculanum Press - Man & Society, coll. « Meddelelser om Grønland », , 168 p. (lire en ligne), p. 9 à 12.
  105. a b c et d (da) John Andersen, « Vikingeekspedition 1982, Angmagssalik-Nanortalik. », Tidsskriftet Grønland, no 5,‎ (lire en ligne [PDF], consulté le 12 mai 2018).
  106. (en) Daniel Bruun (is), chap. XI « Ancient Greenland Topography », dans Daniel Bruun et Finnur Jónsson, The Icelandic Colonization of Greenland and the Finding of Vineland, vol. LVII, Kommissionen for ledelsen af de geologiske og geografiske undersøgelser i Grønland, coll. « Meddelelser om Grønland », (lire en ligne), page 172.
  107. a et b (en) Brigitte Sonne, Worldviews of the Greenlanders : An Inuit Arctic Perspective, University of Alaska Press, , 1150 p. (lire en ligne), p. 335, note 10.
  108. a b et c Camille Viot, « Tous semblables, tous différents : Quelles méthodes pour appréhender le lien entre variabilité et fonction des couteaux ulu ?. », Les nouvelles de l'archéologie, vol. 141,‎ (DOI 10.4000/nda.3125, lire en ligne, consulté le 5 mars 2018).
  109. (en) William J. Mills, « Holm, Gustav (1849-1940) : A Historical Encyclopedia », dans William J. Mills, Exploring Polar Frontiers, vol. 2 (lire en ligne), p. 306.
  110. (da) Flaaden G. Amdrup, « Den østgrønlandske Kystexpedition 1900. », Geografisk Tidsskrift, vol. 16,‎ 1901 - 1902, p. 47 (lire en ligne, consulté le 17 mars 2017).
  111. (da + en) Joakim Devold et Per Fredrik Scholander, « Botanical investigations on Southeast Greenland South Angmassalik, and in Kangerlussuak Lat.68° 15' N », dans Joakim Devold et Per Fredrik Scholander, Flowering Plants and Ferns of Southeast Greenland, with illustrations and maps, Oslo, I Kommisjon Jacob Dybwab, coll. « Skrifter om Svalbard og Ishavet » (no 56), (lire en ligne [PDF]), p. 8 à 10.
  112. (da) Ejnar Mikkelsen, « Nekrolog - Johan Petersen », Tidsskriftet om Gronland, vol. 6, no 2,‎ , p. 79 et 80 (lire en ligne [PDF], consulté le 1er avril 2018).
  113. a b et c (en) William Thalbitzer, Gustav Frederik Holm et Georg Carl Amdrup, The Ammassalik Eskimo : contributions to the ethnology of the East Greenland natives, vol. 40, Museum Tusculanum Press - Man & Society, coll. « Meddelser om Grønland », (lire en ligne [PDF]).
  114. a et b Robert-Lamblin 1986, p. 11-12.
  115. (en) F. H. Trap, « The Cartography of Greenland », dans M. Vahl, Georg Carl Amdrup, Louis Bobé et AD S. Jensen et al., Greenland : The Discovery of Greenland, Exploration and Nature of the Country, vol. I, Commission for the Direction of Geological and Geographical Investigations in Greenland, , 594 p. (lire en ligne), p. 137 à fin chapitre.
  116. a et b (en) Fridtjof Nansen, The First Crossing of Greenland, Cambridge University Press, (1re éd. 1890), 564 p. (lire en ligne).
  117. a b c et d Roland Huntford, chap. 12 « "I let them all prate" », dans Roland Huntford, Nansen : The Explorer as Hero, Hachette UK, , 768 p. (lire en ligne).
  118. Roland Huntford, chap. 13 « Threatened by ice », dans Roland Huntford, Nansen : The Explorer as Hero, Hachette UK, , 768 p. (lire en ligne).
  119. (en) Christian A. R. Christensen, « Fridjof Nansen - A Life in the Service of Science and Humanity », publications du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés, Genève,‎ , p. 2 (lire en ligne [PDF], consulté le 4 mars 2018).
  120. a et b Roland Huntford, chap. 14 « Eskimo and Lapp », dans Roland Huntford, Nansen : The Explorer as Hero, Hachette UK, , 768 p. (lire en ligne).
  121. (en) William J. Mills, « Nansen, Fridtjof : A Historical Encyclopedia », dans William J. Mills, Exploring Polar Frontiers, vol. 2 (lire en ligne), p. 444.
  122. (en) Gunnar Jensen, « One Hundred Years of crossing of Greenland's inland ice », American Alpine Journal, vol. 32,‎ (lire en ligne, consulté le 8 mars 2018).
  123. Bernard Saladin D’Anglure, « Mauss et l’anthropologie des Inuit », Sociologie et sociétés, vol. 36, no 2,‎ , p. 91–130 (DOI 10.7202/011050ar, lire en ligne, consulté le 5 mars 2017).
  124. (de) Alfred de Quervain, Quer Durchs Grönlandeis, (lire en ligne), p. 117.
  125. a b et c (en) Kaj Birket-Smith, « Knud Rasmussen. », Journal de la Société des Américanistes, t. 25, no 2,‎ , p. 371-374 (lire en ligne, consulté le 26 mars 2018).
  126. a b et c (en) William Thalbitzer, « Knud Rassmussen : in Memoriam », American Antropologist, no 36,‎ , p. 587 (lire en ligne [PDF], consulté le 26 mars 2018).
  127. a b c et d (en) Spencer Apollonio, « Rassmussen and the Last Thulé, 1931, 1932, 1933 », dans Spencer Apollonio, Lands that Hold One Spellbound : A Story of East Greenland, University of Calgary Press, , 322 p. (lire en ligne), p. 201 à 203.
  128. a et b (en) « Greenland - Sixth and Seventh Thule Expeditions, 1931 and 1932 », Polar Record, vol. 1, no 6,‎ , p. 95-98 (lire en ligne, consulté le 26 mars 2018).
  129. a et b (en) Knud Rasmussen, « South East Greenland. The Sixth Thule Expedition, 1931, from Cape Farewell to Angmagssalik », Geografisk Tidsskrift, vol. 35, no 4,‎ , p. 177 à 182 (lire en ligne [PDF], consulté le 26 mars 2018).
  130. (en) Bent Hasholt, Dirk van As et Niels Tvis Knudsen, « Historical ablation rates on south-east Greenland glaciers measured in the 1933 warm summer », Polar Research, vol. 35, no 1,‎ (ISSN 1751-8369, DOI 10.3402/polar.v35.28858, lire en ligne [PDF], consulté le 26 mars 2018).
  131. (en) Victoria M. Garcia, « Rasssmussen, Knud », dans Andrew J. Hund, Antarctica and the Arctic Circle : A Geographic Encyclopedia of the Earth's Polar Regions, , 848 p. (lire en ligne).
  132. (en) Nana Folke Olsen, « Knud Rassmussen », dans Prem Poddar, Historical Companion to Postcolonial Literatures - Continental Europe and its Empires, Edinburgh University Press, , 688 p. (lire en ligne), p. 251.
  133. (en) Anders A. Bjørk, Kurt H. Kjær et Svend Funder, « An aerial view of 80 years of climate-related glaciers fluctuations in southeast Greenland », Nature Geoscience, vol. 5,‎ , p. 427–432 (DOI 10.1038/ngeo1481, lire en ligne [PDF], consulté le 29 mars 2018).
  134. (en) Linda Parker, Ice Steel and Fire : British Explorers in Peace and War 1921-45, Helion and Company, , 336 p. (lire en ligne), p. 326-328.
  135. (en) Robert Petersen, « Information of Hunting conditions, Ammassalik municipality », dans Robert Petersen, Settlements, Kinship and Hunting Grounds in Traditional Greenland, Museum Tusculum - Man & Society, coll. « Meddelelser om Grønland », , 323 p. (lire en ligne), p. 313.
  136. (en) « H. G. Watkins' Expedition to Greenland, 1932 », Polar Record, vol. 1, no 4,‎ , p. 58-59 (lire en ligne, consulté le 9 mars 2018).
  137. a b et c (en) Susan Barr, Louwrens Hacquebord et Cornelia Lüdecke, « Some IPY-2 histories : The Dutch IPY-Station in Ammassalik », dans Susan Barr et Cornelia Lüdecke, The History of the International Polar Years (IPYs), Springer Science & Business Media, , 320 p. (lire en ligne).
  138. (nl) H.A.M. Snelders, « Everdingen, Ewoud van (1873-1955) », sur la base de données Huygens (consulté le 9 mars 2018).
  139. (en) Cunera Buijs et Peter van Zuylen, « Jaap van Zuylen. A Dutchman in east Greenland 1932–1934 », Tidsskriftet Grønland, Musée national d'ethnologie, no 5,‎ (lire en ligne [PDF], consulté le 29 mars 2018).
  140. a et b (en) Cunera Buijs, « The Real Stuff : Authenticity and Photography from East Greenland in Netherlands », dans Alexander Geurds et Laura Van Broekhoven, Creating Authenticity (lire en ligne).
  141. Stéphane Dugast et Daphné Victor, Paul-Émile Victor : J'ai toujours vécu demain, Robert Laffont, , 505 p. (lire en ligne).
  142. Philippe Mennecier, chap. 1.5 « Cadre de l'étude », dans Philippe Mennecier, Le tunumiisut, dialecte inuit du Groenland oriental : description et analyse, Peeters Publishers, , 605 p. (lire en ligne), p. 11.
  143. (en) Bjarne Grønnow, Jens Jensen et Christyann M. Darwent, « Introduction : Eigil Knuth's archaeological investigations in Peary Land and adjacent areas », dans Bjarne Grønnow, Jens Jensen et Christyann M. Darwent, The northernmost ruins of the globe, Danish Polar Center, Museum Tusculanum Press, , 403 p. (lire en ligne [PDF]).
  144. a et b (en) « The Sermilik Scientific Research Station : History and facilities », sur le site du Department of Geosciences and Natural Resource Management (IGN), Université de Copenhague (consulté le 12 mars 2018).
  145. a et b (en) Ben Hashold et Sebastien H. Mernhild, « Estimation of water balance in and around the Mittivakkat Glacier basin, Ammassalik Island, southern Greenland », dans Douglas L. Kane et Daqing Yang, Northern Research Basins Water Balance, International Association of Hydrological Science, , 271 p. (lire en ligne), p. 130 à fin chapitre.
  146. (en) William J. Mills, « Denmark : A Historical Encyclopedia », dans William J. Mills, Exploring Polar Frontiers, vol. 2 (lire en ligne), p. 186.
  147. (en) Bent Hasholt et Bjarne Holm Jakobsen, « 75 years of research at the Sermilik Station : 1933–2008 », Geografisk Tidsskrift-Danish Journal of Geography, vol. 108, no 1,‎ (DOI 10.1080/00167223.2008.10649571, lire en ligne, consulté le 11 mars 2018).
  148. (en) Clark Wissler, « The Ammassalik Eskimo. Contributions to the Ethnology of the East Greenland Natives by William Thalbitzer », American Anthropologist, New Series, vol. 18, no 1,‎ , p. 115-117 (lire en ligne, consulté le 6 mars 2018).
  149. a b c d e et f (da) Therkel Mathiassen, « Bidrag til Angmagssalik-Eskimoernes Forhistorie. », Geografisk Tidsskrift, vol. 35, nos 3 et 4,‎ (lire en ligne, consulté le 28 mars 2018).
  150. a b c et d (da) Einar Lund Jensen, Kristine Raahauge et Hans Christian Gulløv, « Forhistorien : Frederick VI's Kyst », dans Einar Lund Jensen, Kristine Raahauge et Hans Christian Gulløv, Kulturmøder ved Kap Farvel : De østgrønlandske indvandrere og den tyske Brødremission i det 19. århundrede, Museum Tusculanum Press, , 313 p. (lire en ligne), p. 49 à 54.
  151. a b c et d (en) Motern Meldgaard (dir.) et al., « Region 19 - Ammassalik - The Geological Record - The Archeological Record », dans Motern Meldgaard, The Greenland Caribou Zoogeography, Taxonomy, and Population Dynamics, vol. 20, Man & Society, coll. « Meddelelser om Gronland - Bioscience », (lire en ligne).
  152. (da) Mads Kildegaard Nielsen, « I kølvandet på et fangstredskab », Tidsskriftet Grønland, no 4,‎ , p. 293 et 294.
  153. (en) William Thalbitzer (dir.), « Ornementals carving and reliefs in ivory », dans William Thalbitzer et al., The Ammassalik Eskimo : Contributions to the Ethnology of East-Greenland Natives, vol. XXXIX, Copenhague, Man & Society, coll. « Meddelelser om Grønland », (lire en ligne [PDF]), p. 505.
  154. Petersen 2003, p. 316.
  155. a b et c (en) Mikkel Sorensen et Hans Christian Gulløv, « The Prehistory of Inuits in Northeast Greenland », Arctic Anthropology, vol. 49, no 1,‎ , p. 94 et 98 (ISSN 0066-6939, lire en ligne [PDF], consulté le 28 mars 2018).
  156. (en) Einar Lund Jensen, Hans Christian Gulløv et Kristine Raahauge, « Prehistory : Frederick VI's Coast », dans Einar Lund Jensen,Hans Christian Gulløv,Kristine Raahauge, Cultural Encounters at Cape Farewell : The East Greenlandic Immigrants and the German Moravian Mission in the 19(th) Century, Museum Tusculanum Press, , 339 p. (lire en ligne).
  157. Thalbitzer 1914, p. 658.
  158. Thalbitzer 1914, p. 750.
  159. a b et c Robert Gessain, « L'ajagak, bilboquet eskimo. », Journal de la Société des américanistes, t. 41, no 2,‎ , p. 264 (DOI 10.3406/jsa.1952.3741, lire en ligne, consulté le 14 mars 2018).
  160. (en) Bodil Kaalund, « Dolls and Toys », dans Bodil Kaalund, The Art of Greenland : Sculpture, Crafts, Painting, University of California Press, , 224 p. (lire en ligne), p. 121 et 122.
  161. (en) William Thalbitzer (dir.), « General remarks on the playthings », dans William Thalbitzer et al., The Ammassalik Eskimo : Contributions to the Ethnology of East-Greenland Natives, vol. XXXIX, Copenhague, Man & Society, coll. « Meddelelser om Grønland », (lire en ligne [PDF]), p. 662 à 665.
  162. (en) William Thalbitzer (dir.), « Women's works and tools », dans William Thalbitzer et al., The Ammassalik Eskimo : Contributions to the Ethnology of East-Greenland Natives, vol. XXXIX, Copenhague, Man & Society, coll. « Meddelelser om Grønland », (lire en ligne [PDF]), p. 505.
  163. (da) Hans Christian Gulløv, « De første mennesker i Vestgrønland : Saqqarkulturens land », dans Hans Christian Gulløv, Grønlands forhistorie, Gyldendal A/S, , 434 p. (lire en ligne), p. 65 à 70.
  164. « Palaeoeskimo dwellings in Greenland : A Survey », Études/Inuit/Studies, vol. 27, nos 1–2,‎ , p. 283–306 (DOI 10.7202/010805ar, lire en ligne, consulté le 6 mars 2018).
  165. (en) Bjarne Grønnow, Jens Jensen et Christyann M. Darwent, « 10 - Settlements by the North-East Water – the East Coast from Nordostrundingen to Dove Bugt : Eigil Knuth's archaeological investigations in Peary Land and adjacent areas », dans Bjarne Grønnow, Jens Jensen et Christyann M. Darwent, The northernmost ruins of the globe, Danish Polar Center, Museum Tusculanum Press, , 403 p. (lire en ligne [PDF]), p. 322 à 326.
  166. Hans Christian Gullov, « Harpons heads and traditions », dans Hans Christian Gullov, From Middle Ages to Colonial Times, Museum Tusculanum Press, (lire en ligne).
  167. (da) Cunera Buijs et Caroline Paulsen, « Tiderne skifter - Gertie Nooter (1930-1998) i Østgrønland. », Tidskriftet Grønland, vol. 104, no 5,‎ , p. 177-193 (lire en ligne [PDF], consulté le 9 avril 2018).
  168. Robert-Lamblin, « L'expression de la violence dans la société ammassalimiut (Côte orientale du Groenland). », Études rurales, nos 95-96,‎ , p. 115-129 (DOI 10.3406/rural.1984.3021, lire en ligne, consulté le 13 mars 2018).
  169. a et b Joëlle Robert, « Enquête sociologique au Scoresbysund (côte orientale du Groëland, 1968). », Journal de la Société des américanistes, t. 57,‎ , p. 101-125 (DOI 10.3406/jsa.1968.2039, lire en ligne, consulté le 13 mars 2018).
  170. M. Perrot, « Les Ammassalimiut au Danemark, 1972. Étude démographique et psycho-sociologique de l'émigration de la Côte Orientale du Groenland. », Cahiers du Centre de recherches anthropologiques, vol. XIIIe Série, t. 2, no fascicule 1-4,‎ , p. 5-100 (DOI 10.3406/bmsap.1974.2109, lire en ligne, consulté le 13 mars 2018).
  171. a et b Joëlle Robert, « Les Ammassalimiut émigrés au Scoresbysund. Étude démographique et socio-économique de leur adaptation (Côte orientale du Groenland 1968). », Cahiers du Centre de recherches anthropologiques, vol. XIIe Série, t. 8, no fascicule 1-4,‎ , p. 5-131 (DOI 10.3406/bmsap.1971.2031, lire en ligne, consulté le 13 mars 2018).
  172. a et b (en) Robert Petersen, « Ammassalik. The East Greenlander population in the past. », dans Robert Petersen, Settlements, Kinship and Hunting Grounds in Traditional Greenland, Museum Tusculum - Man & Society, coll. « Meddelelser om Grønland », , 323 p. (lire en ligne), p. 35 à 40.
  173. a et b William Thalbitzer, « Les magiciens esquimaux, leurs conceptions du monde, de l'âme et de la vie. », Journal de la Société des américanistes, t. 22, no 1,‎ , p. 73-106 (DOI 10.3406/jsa.1930.1059, lire en ligne, consulté le 14 mars 2018).
  174. a b et c (en) William Thalbitzer (dir.) et al., « Adenda », dans William Thalbitzer et al., The Ammasslik Eskimo : Contributions to the Ethnology of East-Greenland Natives, vol. XXXIX, Copenhague, Man & Society, coll. « Meddelelser om Grønland », (lire en ligne [PDF]), p. 674 et 675.
  175. a et b (en) Joëlle Robert-Lamblin, « Social life and economic development - Geographical distribution », dans Joëlle Robert-Lamblin, Ammassalik, East Greenland - End or Presistance of an Isolate, vol. 10, Museum Tusculanum Press - Man & Society, coll. « Meddelelser om Grønland », , 168 p. (lire en ligne), p. 166.
  176. a b et c (en) Jeannette Mirsky, chap. 2 « The Eskimos of Greenland : Economic background », dans Margaret Mead, Cooperation and Competition Among Primitive Peoples, Routledge, , 576 p. (lire en ligne), p. 77 et 78.
  177. (en) G. W. Nooter, « Hunting », dans G. W. Nooter, Leadership and Headship : Changing Authority Patterns in an East Greenland Hunting Community, BRILL, , 117 p. (lire en ligne), p. 34.
  178. (da) « Befolkingen følt in Grønland forteld på regioner pr. jan. 2005 » [PDF], sur le site du bureau national des statistiques du Groenland (consulté le 10 mars 2018).
  179. (da) « Befolkingen følt in Grønland forteld på regioner pr. jan. 2006 » [PDF], sur le site du bureau national des statistiques du Groenland (consulté le 10 mars 2018).
  180. a et b (da) « Befolkingen følt in Grønland forteld på regioner pr. jan. 2009 » [PDF], sur le site du bureau national des statistiques du Groenland (consulté le 10 mars 2018).
  181. M. Perrot, « Les Ammassalimiut au Danemark, 1972. Étude démographique et psycho-sociologique de l'émigration de la Côte Orientale du Groenland. », Cahiers du Centre de recherches anthropologiques, vol. XIIIe Série, t. 2, no fascicule 1-4,‎ , p. 5-100 (DOI 10.3406/bmsap.1974.2109, lire en ligne, consulté le 9 avril 2018).
  182. a b c d et e (en) Rober Petersen, « Animal life », dans Robert Petersen, Settlements, Kinship and Hunting Grounds in Traditional Greenland, Museum Tusculum - Man & Society, coll. « Meddelelser om Grønland », , 323 p. (lire en ligne), p. 23 et 24.
  183. (en) Wendy Redal, « A new base camp offers welcome respite in Greenland », WWF magazine, WWF, no printemps 2016,‎ (lire en ligne, consulté le 19 mars 2018).
  184. a et b (en) Christian Martin Glahder (dir.), « Narwhal fœtus from female caught in Kangerlussuaq », dans Christian Martin Glahder, Kangerlussuaq, East Greenland, 1951-1991 : An Asessement of Local Knowledge, vol. 19, Museum Tusculum Press - Man & Society, coll. « Meddelelser om Grønland », (lire en ligne).
  185. (en) Sophie Cäcilie Elixhauser, « Humans and animals », dans Sophie Cäcilie Elixhauser, Negotiating Personal Autonomy : Communication and Personhood in East Greenland, Routledge, , 250 p. (lire en ligne).
  186. (da) Collectif, chap. 3 « Biologiske parametre », dans Collectif, Fangstdyr og klimarytmer i Grønland : og det levendes brug af landet, Nordic Council of Ministers, , 59 p. (lire en ligne), p. 42.
  187. a et b (en) Erik W. Born, Rune Dietz et al., « Results : Coastal observations of narwhals », dans Erik W. Born, Rune Dietz et al., Studies of White Whales (Delphinapterus Leucas) and Narwhals (Monodon Monoceros) in Greenland and Adjacent Waters, vol. 39, Museum Tusculum Press - Man & Society, coll. « Meddelelser om Grønland », (lire en ligne).
  188. a et b (en) Christian Glahder et Niels Grann (trad. Mark White), chap. 11 « Narwhals », dans Hunting in Kangerlussuaq : East Greenland 1951-1991, Greenland Environmental Research Institute, , 202 p. (lire en ligne [PDF]), p. 126.
  189. (en) M. P. Heide-Jørgensen, N. H. Nielsen, R. G. Hansen et al., « The predictable narwhal : satellite tracking shows behavioural similarities between isolated subpopulations », Journal of Zoology, vol. 297,‎ , p. 60 à 62 (DOI 10.1111/jzo.12257, lire en ligne [PDF], consulté le 20 mars 2018).
  190. (en) Mark Carwardine, « East Greenland », dans Mark Carwardine, Guide to Whale Watching In Britain And Europe, Bloomsbury Publishing, , 2e éd., 256 p. (lire en ligne), p. 207.
  191. (en) « Phoca hispida Schreber, 1775 », sur la base de données du World Register of Marine Species (WoRMS) (consulté le 20 mars 2018).
  192. (en) Référence UICN : espèce Pusa hispida (Schreber, 1775) (consulté le ).
  193. (en) Hillary Baker, « Odobenus rosmarus - walrus », sur le site de l'Animal Diversity Web, Université du Michigan (consulté le 21 mars 2018).
  194. (en) Erik W. Born, Rune Dietz et al., « Appendix 2 - Coastal observations of Walrus in East Greenland, 1889-1994 », dans Erik W. Born, Rune Dietz et al., Historical and Present Distribution, Abundance and Exploitation of Atlantic Walruses (Odobenus Rosmarus Roasmarus L.) in Eastern Greenland, vol. 46, (lire en ligne), p. 61.
  195. (en) Erik W. Born, Rune Dietz et al., « Distribution before 1950 », dans Erik W. Born, Rune Dietz et al., Historical and Present Distribution, Abundance and Exploitation of Atlantic Walruses (Odobenus Rosmarus Roasmarus L.) in Eastern Greenland, vol. 46, (lire en ligne), p. 9.
  196. (en) « Acanthocottus scorpius (Linnaeus, 1758) », sur la base de données du World Register of Marine Species (WoRMS) (consulté le 20 mars 2018).
  197. a b c d e et f (en) Thomas Alerstam et al., « Species involved, specials areas and destination », dans Thomas Alerstam, Spring Migration of Birds Across the Greenland Inlandice, vol. 21, Meddeler im Grønland - Museum Tusculanum Press, coll. « Bioscience », (lire en ligne).
  198. (en) Arthur Cleveland Bent (en), « Meadows Pippit », dans Arthur Cleveland Bent, Life Histories of North American Wagtails, Shrikes, Vireos, and Their Allies, vol. 15, Courier Corporation, , 411 p. (lire en ligne), p. 41.
  199. (en) David Boertmann, « Crows and Jays Corvidae », dans David Boertmann, An Annotated Checklist to the Birds of Greenland, vol. 18, Man & Society - Museum Tusculanum Press, coll. « Meddelesler im Grønland », (lire en ligne).
  200. a et b (en) A. D. Fox et D. A. Stroud, The Breeding Biology of the Greenland White-fronted Goose (Anser Albifrons Flavirostris), vol. 27, Man & Society - Museum Tusculanum Press, coll. « Meddelelser im Grønland », (lire en ligne).
  201. (en) Peter Lyngs, « South Polar Skua : An analysis of ringing recoveries », dans Peter Lyngs, Migration and winter ranges of birds in Greenland, vol. 97, Dansk Ornitologisk Forening, coll. « Dansk Ornitologisk Forenings tidsskrift », (lire en ligne [PDF]).
  202. a b c et d (en) Rober Petersen, « Plant life », dans Robert Petersen, Settlements, Kinship and Hunting Grounds in Traditional Greenland, Museum Tusculum - Man & Society, coll. « Meddelelser om Grønland », , 323 p. (lire en ligne), p. 23.
  203. a b c d et e (en) Eric Steen Hansen, « Contribution to the lichen flora of South East Greenland. : IV. The Ammassalik Area », Botanica Lituanica, vol. 22, no 1,‎ , p. 72–77 (ISSN 2029-932X, lire en ligne [PDF], consulté le 24 mars 2018).
  204. (fr+en) Référence ITIS : Campanula giesekiana Vest ex Schult. (+ version anglaise) (consulté le ).
  205. (fr+en) Référence ITIS : Campanula gieseckiana Vest ex Schult. (+ version anglaise) (consulté le ).
  206. (en) « Campanula rotundifolia », sur la base de données du Native Plant Information Network (NPIN), Lady Bird Johnson Wildflower Center (en) (consulté le 22 mars 2018).
  207. (en) « Common Harebell (Campanula gieseckiana) on the shores of nulissat Icefjord », sur le site de l'Unesco (consulté le 22 mars 2018).
  208. (fr+en) Référence ITIS : Taraxacum croceum (+ version anglaise) (consulté le ).
  209. (fr+en) Référence ITIS : Taraxacum lapponicum (+ version anglaise) (consulté le ).
  210. (en) Référence UICN : espèce Platanthera hyperborea (L.) Lindl. (consulté le ).
  211. Référence INPN : Achemilla filicaulis Buser, 1893 (consulté le ).
  212. Référence INPN : Callitriche palustris Lineaus, 1753 (consulté le ).
  213. Référence INPN : Acarospora molybdina (Wahlenb.) A.Massal. (consulté le ).
  214. (en) Référence MycoBank : Acarospora molybdina (Wahlenb.) Trevis. (1851) (consulté le ).
  215. Référence INPN : Allantoparmelia alpicola (Th. Fr.) Essl., 1978 (consulté le ).
  216. (en) Référence MycoBank : Allantoparmelia alpicola Esslinger, T.L. 1978 (consulté le ).
  217. « Calvitimela armeniaca (DC.) Hafellner, 2001 : (Ascomycota, Lecanoromycetes, Lecanorales) - Taxonomie », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (INPN), Muséum national d'histoire naturelle (MNHN) (consulté le 23 mars 2018).
  218. (en) Référence MycoBank : Calvitimela armeniaca (DeCandolle) Hafellner J., 2001 (consulté le ).
  219. « Lecanora polytropa (Hoffm.) Rabenh. : (Ascomycota, Lecanoromycetes, Lecanorales) - Taxonomie », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (INPN), Muséum national d'histoire naturelle (MNHN) (consulté le 23 mars 2018).
  220. (en) Référence MycoBank : Lecanora polytropa Rabenhorst, L., 1845 (consulté le ).
  221. « Melanelia hepatizon (Ach.) Thell : (Ascomycota, Lecanoromycetes, Lecanorales) - Taxonomie », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (INPN), Muséum national d'histoire naturelle (MNHN) (consulté le 23 mars 2018).
  222. « Orphniospora moriopsis (A.Massal.) D.Hawksw., 1982 : (Ascomycota, Lecanoromycetes) - Taxonomie », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (INPN), Muséum national d'histoire naturelle (MNHN) (consulté le 23 mars 2018).
  223. « Pseudephebe minuscula (Nyl. ex Arnold) Brodo & D.Hawksw. : (Ascomycota, Lecanoromycetes, Lecanorales) - Taxonomie », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (INPN), Muséum national d'histoire naturelle (MNHN) (consulté le 23 mars 2018).
  224. (en) Référence Index Fungorum : Umbilicaria hyperborea (Ach.) Hoffm., Deutschl. Fl., Zweiter Theil (Erlangen): 110 (1796) [1795 ] (+ MycoBank) (consulté le ).
  225. (fr+en) Référence EOL : Umbilicaria hyperborea (consulté le ).
  226. « Umbilicaria virginis Schaer., 1842 : (Ascomycota, Lecanoromycetes, Umbilicariales) - Taxonomie », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (INPN), Muséum national d'histoire naturelle (MNHN) (consulté le 23 mars 2018).
  227. (en) Eric Steen Hansen, « A review of lichen growth and applied lichenometry in southwest and southeast greenland », Geografiska Annaler : Series A, Physical Geography, vol. 92, no 1,‎ , p. 65-79 (lire en ligne, consulté le 23 mars 2018).
  228. (en) Référence UICN : espèce Carex rariflora (consulté le ).
  229. « Carex rariflora (Wahlenb.) Sm., 1813 : (Equisetopsida, Poales) - Taxonomie », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (INPN), Muséum national d'histoire naturelle (MNHN) (consulté le 24 mars 2018).

Pour approfondirModifier

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (en) Thomas Alerstam et al., « Species involved, specials areas and destination », dans Thomas Alerstam, Spring Migration of Birds Across the Greenland Inlandice, vol. 21, Meddeler om Grønland - Museum Tusculanum Press, coll. « Bioscience », (lire en ligne).  
  • (en) Camilla S. Andresen, Fiammetta Straneo et Mads Hvid Ribergaard, « Rapid response of Helheim Glacier in Greenland to climate variability over the past century », Nature Geoscience,‎ (DOI 10.1038/NGEO1349, lire en ligne [PDF], consulté le 5 mars 2018).  
  • Collectif, « IX - Sur l'expédition entreprise en 1883-85 sur la côte orientale du Groenland », dans C. A. Reitzel, Résumé des communications sur le Groenland, Copenhague, (lire en ligne [PDF]).  
  • (en) F. J. A. Daniëls, Vegetation of the Angmagssalik District, Southeast Greenland, IV. Shrub, Dward Shrub and Terricolous Lichens, vol. 10, Museum Tusculanum Press - Man & Society, coll. « Meddelelser om Grønland », (lire en ligne).  
  • (en) Danish Geodata Agency (en), « Umiiviip Kiammut Kangera (Kap Poul Løvenørn) − Tasiilap Karra (Kap Gustav Holm) », dans Collectif - Danish Geodata Agency, Greenland Pilot Sailing Directions for East Greenland, Danish Geodata Agency, , 1re éd. (ISBN 978-87-92107-61-9, lire en ligne [PDF]).  
  • (en) Bjarne Grønnow, Jens Fog Jensen et Christyann M. Darwent, The northernmost ruins of the globe : Eigil Knuth's archaeological investigations in Peary Land and adjacent areas, Danish Polar Center, Museum Tusculanum Press, , 403 p. (lire en ligne [PDF]).  
  • (en) Berni Hasholt, « Sediment transport in Greenland », dans D. E. Walling et Bruce Webb, Erosion and Sediment Yield: Global and Regional Perspectives : Proceedings of an International Symposium Held at Exeter, UK, from 15 to 19 July 1996, IAS, (lire en ligne).  
  • (en) Gustav Holm, William Thalbitzer et al., « The Ammassalik Eskimo », Meddelelser om Grønland, Man & Society,‎ (lire en ligne [PDF], consulté le 5 mars 2018).  
  • (da) Gustav Holm, « I - Der østgrøslandske Expedition - 1883-1885 », dans C. A. Reitzel, Résumé des communications sur le Groenland, Copenhague, coll. « Meddeler om Grønland », (lire en ligne [PDF]), p. 13 à fin chapitre.  
  • (da) Gustav Holm, chap. VIII « Liste over Stednavne », dans C. A. Reitzel, Résumé des communications sur le Groenland, Copenhague, coll. « Meddeler om Grønland », (lire en ligne [PDF]), p. 13 à fin chapitre.  
  • (en) Bjarne Holm Jakobsen, Bent Fredskild et Jørn Bjarke Torp Pedersen, « Holocene changes in climate and vegetation in the Ammassalik area, East Greenland, recorded in lake sediments and soil profiles », Geografisk Tidsskrift, vol. 108, no 1,‎ , p. 21-50 (lire en ligne, consulté le 5 mars 2018).  
  • (en) A.L.C. Hughes, E. Rainsley et T. Murray, « Rapid response of Helheim Glacier, southeast Greenland, to early Holocene climate warming », Geology, vol. 40, no 5,‎ , p. 427-430 (lire en ligne [PDF], consulté le 5 mars 2018).  
  • (en) Roland Huntford, Nansen : The Explorer as Hero, Hachette UK, , 768 p. (lire en ligne).  
  • (en) O.M. Johannessen, A. Korablev, V. Miles et al., « Interaction Between the Warm Subsurface Atlantic Water in the Sermilik Fjord and Helheim Glacier in Southeast Greenland », Survey in Geophysics, vol. 387, no 32,‎ (lire en ligne [PDF], consulté le 4 mars 2018).  
  • (en) Joëlle Robert-Lamblin, Ammassalik, East Greenland : End or Presistance of an Isolate, vol. 10, Museum Tusculanum Press - Man & Society, coll. « Meddelelser om Grønland », , 168 p. (lire en ligne).  
  • (en) Clements R. Markham, chap. XLII « Danish Expeditions to Greenland », dans Clements R. Markham, The Lands of Silence, Cambridge University Press, , 612 p. (lire en ligne [PDF]), p. 365 à fin chapitre.  
  • (en) William J. Mills, « Nansen, Fridjof (1861-1930) », dans William J. Mills, Exploring Polar Frontiers : A Historical Encyclopedia, vol. 2, ABC-CLIO, , 797 p. (lire en ligne).  
  • (da) Tinna Møbjerg, « Ammassalik - i 4000 år », Tidsskriftet Grønland, no 4,‎ (lire en ligne [PDF], consulté le 6 mars 2018).  
  • (en) Sebastian H. Mernild, Marit-Solveig Seidenkrantz, Petr Chylek et al., « Climate-driven fluctuations in freshwater flux to Sermilik Fjord, East Greenland, during the last 4 000 years », The Holocene (en), vol. 22, no 2,‎ 22 novembre 2011 , p. 155-164 (DOI 10.1177/0959683611431215, lire en ligne, consulté le 5 mars 2018).  
  • (en) Gerit Nooter (nl), Leadership and Headship : Changing Authority Patterns in an East Greenland Hunting Community, BRILL, , 117 p. (lire en ligne).  
  • (en) Robert Petersen, Settlements, Kinship and Hunting Grounds in Traditional Greenland : A comparative study of local experience from Upernavik and Ammassalik, Museum Tusculum - Man & Society, coll. « Meddelelser om Grønland », , 323 p. (lire en ligne).  
  • (en) D.H. Roberts, A.J. Long, C. Schnabel, S. Freeman et M.J.R. Simpson, « The deglacial history of southeast sector of the Greenland Ice Sheet during the Last Glacial Maximum », Quaternary Science Reviews, vol. 27, nos 15–16,‎ , p. 1505-1516 (lire en ligne, consulté le 5 mars 2018).
  • (en) F. Straneo, G.S. Hamilton, L.A. Stearns et D.A. Sutherland, « Connecting the Greenland Ice Sheet and the ocean : A case study of Helheim Glacier and Sermilik Fjord », Oceanography, vol. 29, no 4,‎ , p. 34–45 (DOI 10.5670/oceanog.2016.97., lire en ligne [PDF], consulté le 4 mars 2018).  
  • (en) David A. Sutherland et Fiammetta Straneo, « Estimating ocean heat transports and submarine melt rates in Sermilik Fjord, Greenland, using lowered acoustic Doppler current profiler (LADCP) velocity profiles », Annals of Glaciology, vol. 53, no 60,‎ , p. 50-58 (lire en ligne, consulté le 4 mars 2018).  
  • (en) William Thalbitzer, Gustav Frederik Holm et Georg Carl Amdrup, The Ammassalik Eskimo : contributions to the ethnology of the East Greenland natives, vol. 40, Museum Tusculanum Press - Man & Society, coll. « Meddelser om Grønland », (lire en ligne [PDF]).  
  • (en) M. Vahl (dir.), Georg Carl Amdrup, Louis Bobé, AD S. Jensen et al., Greenland : The Discovery of Greenland, Exploration and Nature of the Country, vol. I, Commission for the Direction of Geological and Geographical Investigations in Greenland, , 594 p. (lire en ligne).  
  • (en) M. Vahl (dir.), Georg Carl Amdrup, Louis Bobé, AD S. Jensen et al., Greenland : The Past and the Present Population of Greenland, vol. II, Commission for the Direction of Geological and Geographical Investigations in Greenland, , 438 p. (lire en ligne).  

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 21 octobre 2018 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 21 octobre 2018 de cet article a été reconnue comme « bon article », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.