Riccardo Muti

chef d'orchestre italien
Riccardo Muti
Description de cette image, également commentée ci-après
Riccardo Muti en 2008

Naissance (79 ans)
Naples, Drapeau de l'Italie Italie
Activité principale Chef d'orchestre
Années d'activité 1963-présent
Récompenses Prix Wolf en art

Riccardo Muti (né le à Naples) est un chef d'orchestre italien, d'origine napolitaine et des Pouilles.

BiographieModifier

Riccardo Muti étudie la philosophie, puis la direction d'orchestre à Naples, puis à Milan. Il a 8 ans quand il commence le violon avant de bifurquer vers le piano à l'âge de 13 ans.

Marié à Cristina Mazzavillani, ancienne cantatrice aujourd'hui son impresario et fondatrice du festival de Ravenne, il est père de trois enfants : Francesco, Chiara (épouse du pianiste français David Fray) et Domenico.

Après avoir remporté le premier prix du Concours Guido Cantelli en 1967, il devient chef de l'Orchestre du Mai musical florentin et sa renommée devient internationale. Il dirige en 1971 au festival de Salzbourg et succède à Otto Klemperer à la tête du Philharmonia Orchestra. En 1980, il prend la direction de l'Orchestre de Philadelphie, où il succède à Eugene Ormandy, puis la tête de la Scala de Milan de 1986 à 2005. En , il est nommé directeur musical par l'Orchestre symphonique de Chicago à compter de la saison 2010-2011.

Il est invité à diriger le Concert du nouvel an de l'Orchestre philharmonique de Vienne en 1993, 1997, 2000, 2004, 2018 et 2021. Il est un des chefs invités les plus réguliers de l'Orchestre philharmonique de New York et de l'Orchestre national de France. Il a également réalisé des enregistrements avec l'Orchestre philharmonique de Berlin, l'Orchestre symphonique de la Radiodiffusion bavaroise et l'orchestre du Royal Opera.

À l'opéra, il a beaucoup dirigé Verdi et Mozart, ainsi que Rossini ou Puccini Dans le domaine symphonique, il a enregistré des intégrales de Beethoven, Schubert, Schumann (à deux reprises), Brahms, Tchaïkovsky et Scriabine (symphonies, Poème de l'extase et Prométhée) et des œuvres de Mozart, Mahler (1re symphonie), Bruckner (4e et 6e symphonies), Chostakovitch (5e symphonie). Dans le domaine de la musique vocale sacrée, il a dirigé Haydn (Sept dernières paroles du Christ en croix), Rossini, Verdi et surtout une série d'œuvres assez rares de Cherubini. Il a également enregistré des pages de Stravinsky, Prokofiev, Debussy, Ravel, Chausson et Richard Strauss.

Le , alors qu'il dirige une nouvelle production de Nabucco de Verdi, à l'Opéra de Rome en inauguration des célébrations liées aux 150 ans de l'unité italienne, il accepte de bisser le célèbre « Chœur des esclaves » de l'acte III, Va pensiero, comme lors de la création de l'œuvre à Milan en 1842. Il adresse alors un vibrant discours contre les coupes budgétaires au ministère de la Culture par le gouvernement de Silvio Berlusconi, appelant à un « Risorgimento de la culture » et demande au public de se joindre aux voix du chœur. Celui-ci s'exécute, tandis qu'une volée de tracts aux couleurs vert blanc rouge célébrant « Riccardo Muti, senatore a vita » (Riccardo Muti, sénateur à vie) tombent des dernières loges[1],[2],[3].

HommageModifier

Discographie sélectiveModifier

  • Beethoven : Symphonies n° 7 et n° 8 - The Philadelphia Orchestra, 2006.
  • Bellini : Il puritani - Philharmonia Orchestra, 1980.
  • Bellini : I capuleti e i Montecchi - Orchestra of the Royal Opera House, 1985.
  • Cherubini : Requiem in C minor - Philharmonia Orchestra London, 1982.
  • Cherubini : Messa Solenne - Symphonieorchester des Bayerischen Rundfunks, 2001.
  • Chostakovitch : Symphonie n° 5 en ré mineur - The Philadelphia Orchestra, 1993.
  • Donizetti : Don Pasquale - Philharmonia Orchestra, 1984.
  • Liszt : Faust-Symphonie - The Philadelphia Orchestra, 1983.
  • Mercadante: I due Figaro - Orchestra Giovanile Luigi Cherubini et al., 2011.
  • Mozart : La clemenza di Tito - Wiener Philharmoniker, 1995.
  • Mozart : Don Giovanni - Wiener Philharmoniker, 1991.
  • Carl Orff : Carmina Burana - Philharmonia Orchestra, 1980.
  • Prokofiev : Roméo et Juliette - The Philadelphia Orchestra, 1985.
  • Prokofiev : Symphonies n° 1 et 3 - The Philadelphia Orchestra, 1990.
  • Rachmaninov : Piano concerto n° 3 - The Philadelphia Orchestra, 1987.
  • Ravel : Boléro, Daphnis et Chloé, Alborada de gracioso - The Philadelphia Orchestra, 1982.
  • Rimsky-Korsakov : Schéhérazade - The Philadelphia Orchestra, 1982.
  • Schubert : Symphonies n° 3 et n° 5 - Wiener Philharmoniker, 1989.
  • Schubert : Symphonies n° 4 et n° 6 - Wiener Philharmoniker, 1988.
  • Scriabin : Symphonies n° 1, 2 et 3 - The Philadelphia Orchestra, 1991.
  • Stravinsky : Sacre du printemps - The Philadelphia Orchestra, 1982.
  • Tchaïkovsky : Symphonies n° 1 à 6 et « Manfred » - Philharmonia Orchestra, 1975-1981.
  • Tchaïkovsky : Symphonie n° 6 « Pathétique » - Orchestre National de France, 2003.
  • Tchaïkovsky : Roméo et Juliette, Ouverture et Symphonie n. 5, Op. 64 - Orchestra Giovanile Luigi Cherubini, 2009 et 2014.
  • Verdi : Nabucco - Philharmonia Orchestra, 1978.
  • Verdi : Ernani - Teatro alla Scala, 1982.
  • Verdi : Attila - Teatro alla Scala, 1989.
  • Verdi : Rigoletto - Teatro alla Scala, 1995.
  • Verdi : La Traviata - Teatro alla Scala, 1992.
  • Verdi : I vespri siciliani - Teatro alla Scalla, 1990.
  • Verdi : La forza del destino - Teatro alla Scala, 1986.
  • Verdi : Don Carlo - Teatro alla Scala, 1994.
  • Verdi : Un ballo in maschera - New Philharmonia Orchestra, 1975.
  • Verdi : Aida - New Philharmonia Orchestra, 1974.
  • Verdi : Falstaff - Teatro alla Scala, 1994.
  • Verdi : Messa da Requiem - Teatro alla Scala, 1987.
  • Verdi : The best of - Orchestra Giovanile Luigi Cherubini et al., 2013.

Notes et référencesModifier

  1. « Rome debout pour Riccardo Muti », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 22 janvier 2020)
  2. Christian Merlin, « Un Nabucco chargé d'électricité », sur Le Figaro.fr, (consulté le 22 janvier 2020)
  3. « Nabucco — Riccardo Muti contre les coupes sombres au budget de la Culture » (consulté le 22 janvier 2020)

Liens externesModifier