Ouvrir le menu principal

Daphnis et Chloé (ballet)

oeuvre de Ravel
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Daphnis et Chloé.

Ne doit pas être confondu avec Daphnis é Chloé.

Daphnis et Chloé
Image illustrative de l’article Daphnis et Chloé (ballet)
Étude pour le décor de Léon Bakst, aquarelle et gouache sur papier.

Genre Ballet
Nb. de mouvements 1
Musique Maurice Ravel
Sources littéraires Daphnis et Chloé, roman grec de Longus
Chorégraphie Michel Fokine
Durée approximative Environ 1 heure
Dates de composition 1909 - 1912
Commanditaire Serge de Diaghilev
Création
Théâtre du Châtelet, Paris Drapeau de la France France
Interprètes Ballets russes, Vaslav Nijinski (Daphnis)
Tamara Karsavina (Chloé)
Pierre Monteux (dir.)
Scénographie Léon Bakst
Versions successives

Daphnis et Chloé est une symphonie chorégraphique pour orchestre et chœurs sans paroles écrite par Maurice Ravel entre 1909 et 1912, sur la commande de l'impresario russe Serge de Diaghilev. Michel Fokine est le corédacteur, avec Maurice Ravel, de l'argument du ballet.

L'œuvre porte la référence M.57, dans le catalogue des œuvres du compositeur établi par le musicologue Marcel Marnat.

HistoriqueModifier

Composé pour les Ballets russes, Daphnis et Chloé fut chorégraphié par Michel Fokine et créé dans des décors et des costumes de Léon Bakst. La première eut lieu le au Théâtre du Châtelet sous la direction de Pierre Monteux. Les rôles titre étaient tenu par Vaslav Nijinski, moins de quinze jours après avoir créé L'Après-midi d'un faune sur la musique de Claude Debussy et Tamara Karsavina.

Conçue en un seul mouvement divisé en trois parties enchainées, l'histoire s'inspire du roman grec Daphnis et Chloé, de Longus. Elle conte l'histoire du berger Daphnis, son amour pour Chloé, l'enlèvement de cette dernière par des pirates, l'intervention du dieu Pan et la fin heureuse. L'ambiance reste très pastorale, en contradiction avec le programme initial d'une musique « antiquisante », amenant la rupture avec le chorégraphe peu après sa création[C'est-à-dire ?].

Le dernier épisode s'ouvre sur le célèbre « lever du jour », dont les raffinements sonores suggèrent que tout ce qui se déploie ici, c'est moins l'émoi amoureux des deux protagonistes que la musique accèdant à son indépendance, faite de couleurs et de timbres. C'est un vaste crescendo où sont conciliés éclatement sonore et thématisme majestueux : un fond de cascade tournoyante des bois à l'unisson en doubles croches avec en premier plan de longues tenues lyriques des cordes qu'on peut considérer comme le sommet de l'art orchestral du compositeur.

Son interprétation dure environ une heure, ce qui en fait l'œuvre la plus longue de Ravel.

Le chorégraphe Benjamin Millepied a créé, avec l'Opéra de Paris, une nouvelle version du ballet en 2014[1].

OrchestrationModifier

Découpage de l’œuvreModifier

Première partie

Introduction - Lent - Très modéré
Danse religieuse - Modéré
Danse des jeunes filles - Vif
Danse grotesque de Dorcon - Vif - Plus modéré - Très modéré
Danse légère en gracieuse de Daphnis - Assez lent - Animé
Lycenion entre - Lent - Moins lent - Très libre
Nocturne

Deuxième partie

Interlude
Danse guerrière
Danse suppliante de Chloé

Troisième partie

Lever du jour
Pantomime
Danse générale

Versions dérivéesModifier

Suites orchestralesModifier

De l'intégralité de l'œuvre Ravel lui-même a extrait deux suites pour orchestre destinées au concert. La seconde, la plus célèbre, correspond à la dernière scène du ballet. La première suite fut créée le au Théâtre du Châtelet par les Concerts Colonne sous la direction de Gabriel Pierné, soit près une année avant la création du ballet en lui-même.

Réduction pour le pianoModifier

Maurice Ravel a écrit une réduction pour piano. La partition a été publiée par Durand & Cie en 1910.

DiscographieModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Voir aussiModifier

Utilisation dans l'artModifier

Au cinémaModifier

Notes et référencesModifier

  1. Sophie Jouve, « "Daphnis et Chloé" : le nouveau ballet audacieux de Benjamin Millepied », Culturebox,‎ (lire en ligne, consulté le 2 mars 2018)
  2. Éditions Durand Salabert Eschig, op. cit.

AnnexesModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier