Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Casadesus.
Robert Casadesus
Description de cette image, également commentée ci-après
Robert Casadesus en 1972.

Naissance
Paris, Drapeau de la France France
Décès (à 73 ans)
Paris, Drapeau de la France France
Activité principale Pianiste
Activités annexes Compositeur
Collaborations Maurice Ravel, Zino Francescatti
Formation Conservatoire de Paris
Maîtres Louis Diémer, Xavier Leroux
Enseignement Conservatoire américain de Fontainebleau
Conjoint Gaby Casadesus
Descendants Jean Casadesus
Famille Gisèle Casadesus, cousine germaine
icône haut parleur Audio externe
Vous pouvez écouter Robert Casadesus et Gaby Casadesus interprétant des concertos pour piano de Wolfgang Amadeus Mozart:
Nº 10 pour deux pianos en mi bémol majeur, K. 365
Nº 12 en la majeur, K. 414
Nº 18 en si bémol majeur, K. 456
Nº 20 en ré mineur, K. 466
avec George Szell à la direction du Cleveland Orchestra en 1955-1956 ici(en)

Robert Casadesus, né le à Paris où il est mort le , est un pianiste et compositeur français[1].

BiographieModifier

Petit-fils de Luis, patriarche de la famille Casadesus originaire d'Espagne, Robert Casadesus est un des pianistes les plus importants du XXe siècle, représentant de la « tradition française » de la clarté et du « bon goût ». Il entre au Conservatoire de Paris où il travaille avec Louis Diémer et où il remporte un 1er prix de piano en 1913. En 1918, il est appelé au service militaire. En 1919, il obtient un 1er prix d'harmonie dans la classe de Xavier Leroux. Il donne son premier récital en 1917. Il devient en 1922 l'ami de Maurice Ravel. Son répertoire, qui va de Wolfgang Amadeus Mozart à Olivier Messiaen, comprend tous les compositeurs francophones, mais aussi, par exemple, Béla Bartók, dont il est très tôt un interprète de choix.

Il joue souvent en duo avec Zino Francescatti, avec lequel il réalise des enregistrements marquants des sonates pour violon et piano de Beethoven.

 
Robert et Gaby Casadesus.

Il épouse en 1921 Gabrielle L'Hôte (Gaby Casadesus), avec laquelle il donne des récitals à deux pianos ou à quatre mains[2]. Ils auront une fille (Thérèse) et deux fils, Guy et Jean Casadesus, ce dernier lui aussi pianiste, avec lequel ils formeront un trio pour l'interprétation de concertos pour trois pianos.

En 1935 il est nommé professeur au Conservatoire américain de Fontainebleau, dont il devient directeur en 1946.

Aux États-Unis, il sera célébré, et jouera sous la direction de grands chefs, notamment George Szell dont il est le pianiste préféré[3].

En 1972 son fils Jean meurt dans un accident de voiture. Il s'éteindra à son tour, probablement de chagrin, quelques mois plus tard[3].

 
Robert et Jean Casadesus.
Robert Casadesus joue Feux d'artifice des Préludes de Debussy (archive de l'INA).
 
Plaque au 54 rue Vaneau (7e arrondissement de Paris), où il vécut de 1924 à 1972.

CréationsModifier

Ses créations en tant qu'interprète :

Arthur Honegger lui a dédié la dernière de ses Sept Pièces brèves (1920).

ŒuvresModifier

Comme compositeur, il a écrit[4] :

OrchestreModifier

  • 7 symphonies
    • Première symphonie, op. 19
    • Deuxième symphonie, op. 32
    • Troisième symphonie, op. 41
    • Quatrième symphonie, op. 50
    • Cinquième symphonie sur le nom de Haydn, op. 60
    • Sixième symphonie, op. 66
    • Septième symphonie avec chœur "Israël", op. 68
  • 3 suites pour orchestre
    • Première suite, op. 11
    • Deuxième suite, op. 26
    • Troisième suite sur le nom de Rameau, op. 33

ConcertosModifier

  • 3 concertos pour piano
    • Concerto pour piano, nº 1, op. 7
    • Concerto pour piano, nº 2, op. 37
    • Concerto pour piano, nº 3, op. 63
  • Concertstück pour piano et orchestre de chambre, op. 27
  • Concerto pour deux pianos, op. 17
  • Capriccio pour piano et orchestre à cordes, op. 49
  • Concerto pour trois pianos et orchestre à cordes, op. 65
  • Concerto pour violon, op. 15
  • Concerto pour flûte et orchestre de chambre, op. 35
  • Concerto pour violoncelle, op. 43

Musique de chambreModifier

  • 4 quatuors à cordes
    • Premier quatuor à cordes, op. 13
    • Deuxième quatuor à cordes, op. 29
    • Troisième quatuor à cordes, op. 46
    • Quatrième quatuor à cordes, op. 55
  • Introduction et polonaise pour piano et violoncelle, op. 4
  • Premier trio pour piano, violon et violoncelle, op. 6
  • Première sonate pour violon et piano, op. 9
  • Quintette pour harpe, flûte, violon, alto et violoncelle, op. 10
  • Sonate pour piano et alto, op. 12
  • Quintette pour piano et cordes, op. 16
  • Sonate pour flûte et piano, op. 18
  • Deux pièces pour harpe, op. 20
  • Sonate pour piano et violoncelle, op. 22
  • Sonate pour piano et clarinette ou hautbois, op. 23
  • Trois intermezzi pour quintette à vent, op. 24
  • Trio à cordes, op. 25
  • Concertstück pour piano & orchestre de chambre, op. 27
  • Quatuor pour piano et cordes, op. 30
  • Deuxième sonate pour violon et piano, op. 34
  • Suite pour deux violons seuls, op. 39
  • Trio pour hautbois, clarinette et basson, op. 42
  • Nonetto pour piano, quatuor à cordes et quatuor à vent, op. 45
  • Hommage à Chausson pour piano et violon, op. 51
  • Deuxième trio pour piano, violon et violoncelle, op. 53
  • Sextuor pour piano et quintette à vent, op. 58
  • Fantaisie pour flûte et piano, op. 59
  • Deux pièces pour basson et piano, op. 61
  • Septuor pour cordes, op. 64

Musique pour le pianoModifier

  • 4 sonates
    • Première sonate, op. 14
    • Deuxième sonate, op. 31
    • Troisième sonate, op. 44
    • Quatrième sonate, op. 56
  • Voyage imaginaire, op. 1
  • Vingt-quatre préludes, op. 5
  • Trois berceuses, op. 8
  • Huit Études, op. 28
  • Toccata, op. 40
  • Variations, op. 47 (d'après l'Hommage à Debussy de M. De Falla)
  • Six enfantines, op. 48
  • Suite, op. 52
  • Trois danses, op. 54
  • Trois berceuses, op. 67
  • Impromptu, op. 67

Musique pour deux pianosModifier

  • Six pièces, op. 2
  • Trois danses méditerranéennes, op. 36
  • Chant pour la Libération de Paris, op. 38
  • Sonate, op. 62

Notes et référencesModifier

  1. « Ballade (1ère) Chopin, Frédéric », sur Bibliothèques spécialisées de la Ville de Paris (consulté le 4 janvier 2018)
  2. Alain Pâris, Dictionnaire des interprètes et de l'interprétation musicale au XXe siècle, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », , 1112 p. (ISBN 978-2-2210-6660-7 et 2-221-06660-X, OCLC 319830089).
  3. a et b Olivier Bellamy, Dictionnaire amoureux du piano (lire en ligne).
  4. [1].

BibliographieModifier

  • Alain Pâris (préf. Alain Pâris), Dictionnaire des interprètes et de l’interprétation musicale au XXe siècle, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », (réimpr. 1985, 1989, 1995), 4e éd. (1re éd. 1982), 1278 p. (ISBN 2-221-08064-5), p. 287

Liens externesModifier