Saronno

commune italienne

Saronno
Blason de Saronno
Héraldique
Saronno
Noms
Nom latin (origine) Solonius
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Drapeau de la région de Lombardie Lombardie 
Province Varèse 
Code postal 21047
Code ISTAT 012119
Code cadastral I441
Préfixe tel. 02
Démographie
Gentilé saronnesi
Population 39 161 hab. (31-12-2010[1])
Densité 3 606 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 38′ 00″ nord, 9° 03′ 00″ est
Altitude 212 m
Min. 199 m
Max. 230 m
Superficie 1 086 ha = 10,86 km2
Divers
Saint patron San Pietro et San Paolo
Fête patronale 29 juin
Localisation
Localisation de Saronno
Localisation dans la province de Varèse.
Géolocalisation sur la carte : Lombardie
Voir sur la carte administrative de Lombardie
City locator 14.svg
Saronno
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Saronno
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Saronno
Liens
Site web site officiel

Saronno est une ville italienne de l'agglomération milanaise d'environ 38 500 habitants, située dans la province de Varèse, en Lombardie, dans le nord-ouest de l'Italie

ToponymeModifier

Provient du nom latin Solonius ou Solonas.

GéographieModifier

Deux gares desservent la commune : la gare de Saronno et la gare de Saronno-Sud.

HistoireModifier

La route, via Mediolanum-Bilitio, passait par Solomnum, le nom romain de Saronno, qui reliait Mediolanum (Milan) à Luganum (Lugano) en passant par Varisium (Varese). La plus ancienne preuve documentaire de l'existence de Saronno est une charte notariale de 796, concernant un gage de prêt contracté par un certain Johannes de Vico Salomno (Jean, du village de Salomno).

Avant d'atteindre la dénomination définitive de Saronno, la ville a pris au cours des siècles diverses dénominations que l'on peut retrouver grâce à la documentation historiographique. Dans l'ordre chronologique, Saronno est mentionné comme Solomno (année 903), Serogno (année 1150), Sorogno (XIIe siècle), Serono (XIIIe siècle) et, immédiatement après, Sarono.

ÉconomieModifier

 
Image de l'église de Saint-François, Saronno, Varèse, Lombardie, Italie.

CultureModifier

Église de Saint-FrançoisModifier

Notes HistoriquesModifier

L'église aujourd'hui dédiée à Saint-François était dans l'antiquité dédiée à Saint-Pierre : les premières nouvelles à son sujet remontent à 1154. Il est devenu une nécropole pour les habitants de Saronno et, au XIIIe siècle, il a accueilli les Frères Mineurs, disciples de Saint-François. Le vicaire ou le curé de Saronno a conservé les droits paroissiaux sur le maître-autel pendant plusieurs siècles, même si l'église a reçu les privilèges d'une église régulière. En 1570, Saint-Charles-Borromée décida de remédier aux différends qui avaient surgi entre le curé et les frères en transférant les droits de la paroisse à l'église de Saint-Marie, aujourd'hui dédiée aux Saints Pierre et Paul, et en dédiant l'ancienne église à saint François. Le monastère franciscain a été supprimé par les Français à la fin du XVIIIe siècle et l'église, le monastère et les biens de l'ordre ont été vendus : l'église est passée entre plusieurs mains jusqu'à ce qu'elle soit confiée au curé prévôt de Saronno au milieu du XIXe siècle. Grâce à Monseigneur Angelo Ramazzotti, le PIME (Institut pontifical pour les missions étrangères) a été fondé en 1850. L'église a subi plusieurs restaurations et interventions au cours du XXe siècle. Ces dernières années, elle a fait l'objet d'importants travaux de restauration : en 2021, le dernier chantier de la nef centrale et de la contre-façade a été ouvert sous la direction de l'architecte Carlo Mariani.

ExtérieurModifier

L'église donne sur la place du même nom : la façade date du XVIIIe siècle, tandis que la porte principale de l'ancien couvent franciscain, aujourd'hui une résidence privée, s'ouvre sur le bâtiment attenant. Dans les deux niches situées à côté de la fenêtre centrale, on aperçoit les deux statues de Saint François et de Saint Antoine de Padoue, réalisées en 1774 en pierre calcaire, fortement endommagées et donc remplacées en 2004. La corniche orne le devant des versants du toit, là où le parcours sinueux converge vers le haut, juste au-dessus de la longue corniche qui relie les piliers et les pinacles. La façade telle que nous la voyons aujourd'hui est le résultat d'une rénovation du XVIIe-XVIIIe siècle. La partie centrale, datant du XVIIe siècle, est définie par deux pilastres monumentaux. Des chapiteaux ioniques soutiennent une architrave classique qui termine par des cuspides pyramidales. Les volutes des chapiteaux ioniques sont reliées par une frise florale formée par une guirlande de lys. Les deux portails latéraux peuvent être datés de la même période avec un motif décoratif similaire. Le sommet de la façade centrale, qui se poursuit sur les deux parties latérales, témoigne une intervention du XVIIIe siècle (vers 1750).

Chapelles latérales de droiteModifier

1 – Chapelle de l’Ange Gardien (XVe siècle). Sur les piliers Sainte-Lucie et Sainte-Catherine.

2 – Chapelle du Crucifix – Anciennement dédiée à l'Annonciation, elle porte une statue en bois (de la fin du XVIe siècle). La chapelle était le patronage de la famille Visconti (1552), déjà propriétaire du Palais Visconti de Saronno. Sur la voûte on en aperçoit le blason, flanqué à celui de la famille Rossi de Parme. Sur les piliers : Saint-Henri empereur, un Évêque et, en face, Saint-Defendente martyr.

3 – Chapelle de Saint-Charles – la fresque du Saint fut commandée par Angelo Ramazzotti au XIXe siècle. À l’origine, elle était dédié aux apôtres Philippe et Jacques et au patronage de la famille Borroni, les fresques remontent à 1607. Sur les piliers quelques Martyrs franciscains.

4 – Chapelle de Saint-Antoine-de-Padoue – La gloire de Saint-Antoine est de Stefano Maria Legnani dit le Legnanino. Les fresques sont de Jean-Baptiste et Jérôme Grandi tandis que les deux ovales sur toile sont d’Andrea Porta. Sur les piliers quelques Martyrs du Maroc.

5 – Chapelle de Saint-Jean-Baptiste – chapelle de patronage de la famille Reina (dans la voûte on remarque les armoiries des familles Carcano, Crivelli, Zerbi et Lucini). Peinte à fresque en 1605 avec des scènes de la vie du Baptiste et avec Sainte-Catherine-de-Sienne et Sainte-Apolline. Dans les ronds Saint-Blaise et Sainte-Agathe. Le retable représente Saint-Mammès (dans l’acte de baptiser un groupe de fidèles) dans l’acte d’offrir du lait, attribut typique de l’iconographie du Saint (1700). Sur les piliers Saint-Jérôme, Saint-Gothard, Saint-Adjutor (martyr du Maroc).

6 – Chapelle dédiée un temps aux Saints-Côme et Damien (1570).

7 – Atrium de la Sacristie

8 – Sacristie

9 – Clocher: en parcourant les escaliers qui serpentent sur le clocher, on peut encore apercevoir les anciennes structures qui permettaient l’accès à l’église du couvent adjacent. Suggestive le grenier, qui permet une visite “au-delà de la fresque”, permettant de saisir les transformations de l’édifice au cours des siècles.

10 – Plaque qui rappelle la fondation du PIME (Institut Pontifical Mission Étrangère) à œuvre de Angelo Ramazzotti (1850).

Presbytère et AbsideModifier

11 – Presbytère: l’arc qui ouvre le presbytère porte l’Annonciation peinte par Luini. La voûte avec des symboles de l'Eucharistie est de Tommaso Legnani. Les œuvres placées sur les parois latérales, œuvres du Lanzani (1650-1712), représentent “Moïse qui implore la manne” et, à gauche de l’autel,“Moïse qui fait jaillir l’eau”. À la suite des récentes restaurations, sur l’arc au centre du presbytère est maintenant visible la date 1635 et le blason de la famille Campi.

12 – Abside et chœur: Dans l’abside, ovale avec Saint-François qui reçoit les stigmates (notez le détail du clou dans les mains du Saint). Dans les quatre médaillons : l’Obéissance, la Pauvreté, la Chasteté et la Pénitence, œuvres de Lanzani. Le chœur en bois du XVIIIe siècle a été relocalisé à Saint-François à la fin du XXe siècle après les spoliations du XVIIIe - XIXe siècle.

Chapelles de gaucheModifier

13 – Chapelle du Saint-Rosaire – La Vierge à l’Enfant (XVIe siècle), entourée par les mystères du Saint-Rosaire, est une œuvre d'Aurelio Luini, fils du célèbre Bernardino. Sur le pilier : le célèbre doct. Lirano, franciscain du XIVe siècle et en face de Sainte-Madeleine.

14 – Chapelle de Sainte-Catherine – À la place du retable se trouve "L’extase de Saint-Joseph-de-Cupertino" et les statues de Saint-Antoine et Saint-Roch. Sur les piliers Saint-Louis-d’Anjou, évêque, Sainte-Lucie.

15 – Chapelle de l’Immaculée – la chapelle, est surmontée d’une coupole octogonale du XVIe siècle, portant les peintures des quatre Docteurs de l’Église, avait une abside plus large abattue au XIXe siècle pour élargir la voie surplombant. La statue de Marie-Immaculée (1712) fut transportée dans l'église prévôtale des Saints-Pierre et Paul après la suppression napoléonienne. On peut admirer les statues de Notre-Dame-de-la-Peine, de Saints-Charles, et Saint-Ambroise. Sur les piliers: Sainte-Marthe, Sainte-Ursule, Sainte-Marguerite et la figure d’un Évêque, émergée au cours des ouvrages de restauration de 1990.

16 – Chapelle de Saint-Martin-de-Tours – patronage de la famille Visconti. Il y a une statue de Saint-Joseph. Sur les piliers Saint-Louis, roi de France, et Saint-Jérôme.

17 – Chapelle de la Piété – On y trouve le «Défunt», magnifique groupe de statues en bois œuvre de la fin du XVe siècle / début du XVIe siècle. Le groupe est composé des statues de Marie avec le Christ mort, Saint-Jean et la Madeleine. L’œuvre est attribuée par certains à Andrea Corbetta, actif dans le Sanctuaire voisin de la Sainte-Vierge-des-Miracles. Sur la voûte, œuvres de A. Bianchi (1605).

18 – Chapelle de Saint-Joseph-de-Cupertino, déjà dédiée à Sainte-Ursule – On peut admirer une toile, attribuée à Bellotti de Busto Arsizio, dépeignant Saint-Joseph-de-Cupertino et la possédée.

Nef centrale : L'Apothéose FranciscaineModifier

Le cycle de fresques fut commandé par le père gardien Gerolamo Maderna à Giovanni Ambrogio Legnani en 1678. Il paraît vraisemblable que Legnanino lui-même, fils de Giovanni Ambrogio, ait pu assister son père pendant l’exécution de l'œuvre. À gauche, en commençant par l’autel :


À gauche, en commençant par l’autel:

I – Saint-François consolé par l’ange à Rieti

II – La prédication de Saint-Antoine contre les avares, les usuriers et les luxurieux. La femme assise représente l’Histoire

III – L'apothéose de Marie-Immaculée, Jean Duns Scot et les docteurs franciscains

IV – Saint-Antoine ressuscite un mort qui proclame l’innocence de son père, condamné à mort

V – Saint-François ressusciter un enfant tombé dans l’eau bouillante

VI – Saint-Antoine rattache le pied qu’un jeune homme s’était coupé, ayant donné un coup de pied à son père


À droite, en commençant par la porte principale :


VII – Saint-Antoine refuse les dons d'Ezzelino III da Romano

VIII – L’approbation de la Règle: Saint-François et Pape Innocent III

IX – Saint-Antoine devant à Ezzelino III da Romano qui fait semblant de se repentir

X – La Vierge, médiatrice de grâces, exaltée par les docteurs dominicains et franciscains

XI – Saint-Antoine devant à Ezzelino III da Romano

XII – Fresque disparue qui devait probablement représenter la mort de Saint-François


Les 21 médaillons représentent les cardinaux franciscains de l’Ordre Mineur (côté droit) et les rois de France et d’Espagne (côté gauche).

19 – À l'extérieur de l’abside de l’église, dans la rue Carcano a été placé un autel païen retrouvé au XXe siècle sur le côté de l’édifice avec une dédicace datant de l’époque du bas Empire romain qui récit : «Quintus Cassius Mercator Deis Deabus» (le marchand Quintus Cassius dédie aux dieux et aux déesses).

AdministrationModifier

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
27 juin 1999 14 juin 2004 Pierluigi Gilli   Prof.
14 juin 2004 22 juin 2009 Pierluigi Gilli Centro-destra Prof.
23 juin 2009 6 juillet 2009 Luciano Porro Centro-sinistra Dott.
6 juillet 2009 12 avril 2010 Giuliana Longhi (sans maire) Commissaire préfet
12 avril 2010 juin 2015 Luciano Porro Centro-sinistra Dott.
juin 2015 En cours Alessandro Fagioli Lega Nord .
Les données manquantes sont à compléter.

HameauxModifier

Cassina Berretta, Cassina Colombara e Cassina Ferrara, Cassina Roba Paolo, la Cascinetta, Cassina Italia

Communes limitrophesModifier

Communes limitrophes de Saronno
Gerenzano Rovello Porro (CO) Cogliate (MB)
Uboldo   Ceriano Laghetto (MB)
Origgio Caronno Pertusella Solaro (MI)

Personnalités nées à SaronnoModifier

JumelageModifier

  Challans (France) depuis 2004[2]

NotesModifier

Voir aussiModifier