Thaï

langue parlée en Thaïlande

Thaï
ภาษาไทย
Pays Thaïlande
Nombre de locuteurs 66 millions
Typologie SVO, isolante, à tons
Écriture Alphasyllabaire thaï
Classification par famille
Statut officiel
Langue officielle Drapeau de la Thaïlande Thaïlande
Région géographique de l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est ASEAN
Codes de langue
ISO 639-1 th
ISO 639-2 tha
ISO 639-3 tha
IETF th
Échantillon
Article premier de la Déclaration universelle des droits de l'homme (voir le texte en français)

เราทุกคนเกิดมาอย่างอิสระ เราทุกคนมีความคิดและความเข้าใจเป็นของเราเอง เราทุกคนควรได้รับการปฏิบัติในทางเดียวกัน.

Translittération :

Raw thuk khon kə̄t mā yāṅ isara raw thuk khon mī khwāmkhit læ khwām khawčai pen khɔ̄ṅ raw ēṅ raw thuk khon khwan dairâp kān patibāti nai thāṅ diyawkân.

Le thaï, plus anciennement appelé siamois ou Thai An Un (autonyme : ภาษาไทย, phasa thai, /pʰaː˧.saː˩˦.tʰɑj˧/), est une langue du groupe taï de la famille des langues taï-kadaï. Il compte environ soixante millions de locuteurs. C'est la langue officielle de la Thaïlande et la langue de la littérature thaïlandaise.

HistoireModifier

ClassificationModifier

Le thaï appartient au groupe taï de la branche dite kam-taï de la famille des langues taï-kadaï. Certains linguistes cherchent à rapprocher la famille tai-kadai de celle des langues austronésiennes, en s'appuyant sur un fond de vocabulaire commun relatif à l'agriculture et à l'élevage.

Il convient de ne pas perdre de vue que près de 90 % de la population thaïlandaise parlent une langue tai comme langue maternelle (seuls les immigrés et "les montagnards" surtout présent dans le nord ne parlent pas tai).

Les Thaïs siamois, qui vivent généralement dans le centre du pays et parlent le siamois, sont environ 24 millions (environ 35 % de la population totale). On peut y ajouter la presque totalité des près de 5 millions de chinois thaïlandais et sino-thaï (issus de mariage mixte) (environ 7 % de la population totale), généralement bilingue, qui résident pour l'essentiel dans les villes, principalement à Bangkok. Ce sont les Thaïs siamois qui dirigent le pays, qui ont défini la norme linguistique et imposé leur variété linguistique à l'ensemble du pays, notamment au gouvernement, en éducation et dans les médias écrits. Le thaï officiel correspond en effet au thaï siamois.

Plusieurs autres langues tai sont parlées en Thaïlande ; elles ne sont pas des dialectes du thaï mais des langues sœurs. Notamment :

  • les Thaïs du Nord-Est ou Isan, appelés aussi Lao-Thaïs, habitent dans quelque dix-sept provinces du Nord. On compte environ 18 millions de locuteurs (environ 27 % de la population totale) parlant le thaï du Nord-Est ou isan ;
  • les Thaïs du Nord ou Muang, appelés également Yuan, sont concentrés dans les zones montagneuses du Nord. Au nombre de près de sept millions (environ 10 % de la population totale), ils parlent le thaï du Nord, appelé aussi lanna ou kham muang ;
  • les Thaïs du Sud, appelés aussi les Khon Pak Tai, disséminés dans les 14 provinces du Sud sont un peu plus de cinq millions (environ 8 % de la population totale)[1]. On estime que 81 % d'entre eux[réf. nécessaire] s'expriment généralement en thaï du Sud.

D'un point de vue linguistique, les langues les plus directement apparentées au thaï siamois sont :

Le siamois forme avec ces langues le rameau dit chiang saeng des langues tai, du nom d'une localité située dans le Triangle d'or, près de la ville de Chiang Rai dans le nord de la Thaïlande.

Le thaï du Nord-Est ou isan est proche du lao, langue officielle du Laos. Avec deux autres langues de Thaïlande, le nyaw et le phuthai, le lao et le thaï isan forment le sous-groupe dit lao-phuthai. L'isan et le lao sont suffisamment proches pour que former un continuum linguistique de part et d'autre de la frontière entre les deux pays. En revanche, il n'y a pas intelligibilité mutuelle entre les locuteurs du thaï et ceux du thaï isan, a fortiori ceux du lao. En termes de typologie sociolinguistique, l'isan et le thaï sont donc des langues par distance (Abstand) tandis que l'isan et le lao sont plutôt des langues par élaboration (Ausbau).

Le thaï du Sud constitue une langue distincte, aussi bien du sous-groupe chiang saeng que du lao-phuthai.

Il en est de même d'une autre langue de Thaïlande, le yong.

ÉcritureModifier

Le thaï utilise un alphasyllabaire particulier dérivé de l'alphabet khmer issu de l'alphabet pâli, adapté pour pouvoir transcrire le système tonal de la langue :

  • il possède vingt consonnes, écrites avec quarante-quatre lettres, dont deux tombées en désuétude ;
  • il possède vingt-quatre voyelles, incluant des diphtongues et triphtongues, notées avec treize lettres (six voyelles courtes, cinq voyelles longues et deux signes de diphtongues particuliers) ;
  • le système tonal est gouverné par le choix des consonnes, qui sont divisées en trois groupes ; quatre accents permettent de corriger ce système et d'intégrer les mots étrangers difficiles à transcrire.

Le thaï s'écrit de gauche à droite, il n'y a pas de ponctuation, et plusieurs mots peuvent s'écrire collés. Les lettres ne sont pas liées. Il n'y a pas de majuscules.

TranscriptionModifier

Officiellement, il n'existe pas de standard pour transcrire le thaï en alphabet latin. Par exemple, le nom du précédent roi, Rama IX, a déjà été transcrit Bhumibol, Phumiphon ou encore phuuM miH phohnM[réf. souhaitée]. Les dictionnaires[Lesquels ?], les guides touristiques et les brochures peuvent avoir leur propre système de transcription. C'est une des raisons pour lesquelles de nombreux cours de thaï encouragent l'élève à maîtriser l'alphabet thaï.

Toutefois, l'Institut royal de Thaïlande (en) a publié le système général royal de transcription du thaï (RTGS)[2], de plus en plus utilisé dans l'administration thaïlandaise[citation nécessaire] notamment pour la signalisation routière. Cette transcription a néanmoins le principal défaut d'occulter le ton et la longueur des voyelles, rendant impossible la réécriture en alphabet thaï depuis une transcription RTGS.

TranslittérationModifier

L'Organisation internationale de normalisation a publié un standard international de translittération de l'alphabet thaï vers l'alphabet latin en (ISO 11940)[3]. Contrairement au RTGS, ce système est une véritable translittération car des symboles diacritiques indiquent le ton et la longueur des voyelles, ce qui permet de revenir du latin au thaï. Ce système est rarement utilisé en dehors du milieu universitaire[citation nécessaire].

PrononciationModifier

VoyellesModifier

Tableau des voyelles du thaï en symboles API
antérieure centrale postérieure
fermées i ɯ u
mi-fermées e ɤ o
mi-ouvertes ɛ ɔ
ouvertes a ɑ

ConsonnesModifier

Tableau des consonnes du thaï en symboles API
bilabiales labiodentales alvéolaires post-alvéolaires palatales vélaires glottales
occlusives sourdes non-aspirées p t k ʔ
occlusives sourdes aspirées
occlusives sonores b d
affriquées (sourdes) ʨ
affriquées (sourdes) aspirées ʨʰ
fricatives (sourdes) f s h
nasales m n ŋ
latérales l
vibrantes (battue) r
spirantes j w

TonsModifier

Le thaï est une langue tonale qui compte cinq tonèmes : bas [˨˩], médian [˧], haut [˦˥], descendant [˥˩] et ascendant [˩˦].

GrammaireModifier

Du point de vue de la typologie linguistique, le thaï est une langue isolante : tous les mots sont et restent invariables. En conséquence, la morphologie est simple. Il n'y a pas d'articles, de genres, de pluriel ni de conjugaison. Ces fonctions sont remplies par des particules qui permettent de marquer le nombre, la classification des noms et les temps des verbes.

LexiqueModifier

Le vocabulaire courant du thaï est surtout constitué d'un large lexique monosyllabique ou disyllabique. Il y a de nombreuses analogies avec les langues tonales des langues sino-tibétaines, ce qui est dû au long séjour des porteurs des langues taï-kadaï dans le Sud de la Chine :

  • สี่ [siː˨˩] « quatre », mandarin
  • ไม่ [mɑj˥˩] « ne pas », mandarin méi

Ce vocabulaire se constitue par juxtaposition de concepts simples :

  • noms : tu (armoire) + yen (froid) = tu-yen (réfrigérateur)
  • verbes : put (parler) + len (jouer) = put-len (plaisanter)

Le vocabulaire comprend également un large nombre d'emprunts aux langues sacrées de l'Inde (sanskrit et pāli), qui forment un ensemble très hétérogène au sein de cette langue, où la plupart des mots du fond lexical sont monosyllabiques ou disyllabiques :

  • ประเทศ [pra˨˩.tʰeːt˥˩] « pays » (cf. sanskrit pradeśa « contrée, endroit, place »)
  • มหาวิทยาลัย [ma˧.ha˩˦.wit˦˥.tʰa˦˥.jaː˧.lɑj˧] « université » (cf. sanskrit mahāvidyālaya « collège »)

Plus récemment, le thaï a fait des emprunts au chinois (exemples : ก๋วยเตี๋ยว - [kuɑj˦˥.tiɑw˩˦] « pâtes de riz », เจ๊ [t͡ɕeː˦˥] « sœur aînée » — mandarin jiě), qui se signalent souvent par une phonétique différente de celle des mots du fond lexical (notamment au niveau des tons). Il y a aussi nombreux emprunts aux langues européennes, surtout à l'anglais.

ExemplesModifier

Mot Traduction Prononciation en API
terre โลก [loːk˥˩]
ciel ฟ้า [faː˦˥]
eau น้ำ [naːm˦˥]
feu ไฟ [fɑj˧]
homme ผู้ชาย [pʰuː˥˩.t͡ɕʰaːj˧]
femme ผู้หญิง [pʰuː˥˩.jiŋ˩˦]
manger กิน [kin˧]
boire ดื่ม [dɯːm˨˩]
grand ใหญ่ [jɑj˨˩]
petit เล็ก [lek˦˥]
nuit ค่ำ [kʰɑm˥˩]
jour วัน [wɑn˧]

VocabulaireModifier

français thaï (translittération latine) mot-à-mot approximatif
Oui. tchaï ; khrap(m.) ; kha(f.)
Non. maï tchaï (au début de la phrase)
Bonjour, bonsoir. sawat dii khrap (venant d'un homme) sawat dii khaa (venant d'une femme)
Comment ça va ? sabaïdii reu plao aller bien - ou - pas ?
merci khoop khun khrap (venant d'un homme), khoop khun khaa (venat d'une femme)
je ; moi phom (locuteur masculin), ditchan (locuteur féminin), tchan (deux sexes)
tu ; toi ; vous (pluriel et/ou politesse) khoun.
copain / copine fènh
Est-ce que tu as un(e) petit(e) ami(e) ? khoun mii fènh reu plao tu - avoir - petit(e) ami(e) - ou - non ?
Oui, j’en ai. mii avoir
tchaï mii affirmation - avoir
Non, je n’en ai pas. maï mii négation - avoir
Comment t'appelles-tu ? khoun tcheu araï tu - s'appeler - comment ?
Quel âge as-tu ? khoun mii aïou thao raï tu - avoir - âge - combien ?
Auriez-vous une cigarette ? khoun mii bourii maï vous - avoir - cigarette - mot interrogatif
Je n'ai pas de cigarette. maï mii bourii. négation - avoir - cigarette
Où vas-tu ? khoun pai nai tu - aller - où ?
café noir cafè dam café - noir
les Français khon Farangsèd gens - France
As-tu faim ? hiu khao maï affamé - riz - mot interrogatif
As-tu soif ? hiu nam maï affamé - eau - mot interrogatif

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Yves Goudineau et Bernard Vienne (sous la direction de Stéphane Dovert et Jacques Ivanoff), Thaïlande contemporaine, IRASEC, coll. « Monographies nationales », , 624 p. (ISBN 978-2-84654-271-5), Troisième partie : Construire l'image nationale à l'intérieur et à l'extérieur de son territoire : L’État et les minorités ethniques : la place des populations montagnardes (chao khao) dans l'espace national page 445
  2. (th) « สำนักงานราชบัณฑิตยสภา », sur royin.go.th (consulté le ).
  3. « ISO 11940:1998 Information et documentation — Translittération du thaï », sur iso.org (consulté le ).

Liens externesModifier

BibliographieModifier

  • ASSIMIL, Introduction au thaï, par Watana Noonpackdee Butori et Bernard G. Butori avec CD audio ou Cassettes audio, (ISBN 2700520866)
  • Gilles Delouche, Méthode de thaï, volume 1, L'Asiathèque – Maison des langues du monde, collection « Langues – Inalco », 2009 (1ère édition 1994) (nouvelle édition révisée et actualisée) (ISBN (Livre + 1 CD) : 978-2-915255-65-2).
  • Gilles Delouche, Méthode de thaï, volume 2, L'Asiathèque - Maison des langues du monde, collection "Langues - Inalco", 2009 (1ère édition 1991) (ISBN 978-2-915255-67-6)
  • Wanee Pooput et Michèle Conjeaud, Pratique du thaï, volume 1, L'Asiathèque - Maison des langues du monde, collection "Langues - Inalco", 2009 (1ère édition 2000) (ISBN (Livre + 1 CD) : 978-2-915255-83-6)
  • Wanee Pooput et Michèle Conjeaud, Pratique du thaï, volume 2, L'Asiathèque - Maison des langues du monde, collection "Langues - Inalco", 2010 (1ère édition 2003) (ISBN (Livre + 1 CD) : 978-2-36057-012-6)
  • Carole Sithivong, Thaï express, Édition du dauphin, 2002 (ISBN 2-7163-1214-1)
  • Jean-Pierre Dupuis et Nattawan Boonniyom, Précis de grammaire thaïe, Édition You-Feng, 2004, avec 1 CD (ISBN 2-84279-208-4)
  • Jean-Pierre Dupuis et Nattawan Boonniyom, Guide de conversation Français-Thaï, Édition You-Feng, 2006, avec 1 CD (ISBN 978-2-84279-299-2)
  • ASSIMIL, Kit de conversation thaï, avec 1 livre Guide de conversation thaï, par Martin Lutterjohann, adaptation française d'Eric de Caussade ( (ISBN 978-2-7005-0473-6) ; (ISSN 1281-7554)) et 1 CD audio (ISBN (Livre + 1 CD) : 978-2-7005-4061-1), 2010
  • Charles Degnau, Méthode de thaï, "Communiquer en thaï" [286 pages] [format A4] [Broché], Craftsman Press, 2013 (ISBN (Livre + 1 CD : 978-616-348-247-1) (ISBN 978-616-348-247-1)
  • ASSIMIL, Thaï, par Sirikul Lithicharoenporn et Supawat Chomchan, 2015 ( (ISBN 978-2-7005-0663-1) ; (ISSN 2266-1158))
  • ASSIMIL, Le thaï, par Sirikul Lithicharoenporn et Claude Berrouet, 2017 (ISBN 978-2-7005-0576-4) avec 2 CD audio (ISBN 9782700518405) ou une clé USB (9782700518399)
  • Les cahiers d'écriture ASSIMIL, Thaï, Les bases, par Sirikul Lithicharoenporn et Mai Lithicharoenporn, 2019 (ISBN 978-2-7005-0830-7)