Grand Prix automobile de Suisse 1950

course de Formule 1
Grand Prix de Suisse 1950
Tracé de la course
Données de course
Nombre de tours 42
Longueur du circuit 7,280 km
Distance de course 305,760 km
Conditions de course
Météo temps chaud et ensoleillé
Affluence environ 200 000 spectateurs
Résultats
Vainqueur Drapeau de l'Italie Giuseppe Farina,
Alfa Romeo,
h 2 min 53 s 7
(vitesse moyenne : 149,279 km/h)
Pole position Drapeau de l'Argentine Juan Manuel Fangio,
Alfa Romeo,
min 42 s 1
(vitesse moyenne : 161,678 km/h)
Record du tour en course Drapeau de l'Italie Giuseppe Farina,
Alfa Romeo,
min 41 s 6
(vitesse moyenne : 162,178 km/h)

Le Grand Prix automobile de Suisse 1950 (X Grosser Preis der Schweiz), disputé le sur le circuit de Bremgarten, est la quatrième épreuve du championnat du monde de Formule 1.

Contexte avant le Grand PrixModifier

Le championnat du mondeModifier

Quatrième épreuve du championnat, le Grand Prix de Suisse se dispute cinq jours après les 500 miles d'Indianapolis, seule épreuve qualificative réservée aux "Indycars". D'ailleurs, aucun pilote de Formule 1 n'a pris le départ de cette troisième manche, chasse gardée des spécialistes américains. Trois pilotes sont en tête du championnat du monde avec neuf points et une victoire chacun: Giuseppe Farina et Juan Manuel Fangio, tous deux pilotes Alfa Romeo et grands favoris dans la course au titre, ainsi que Johnnie Parsons, vainqueur à Indianapolis mais qui ne disputera aucune autre épreuve du championnat.

Le circuitModifier

Construit en 1931, près de Berne, ce circuit fut d'abord utilisé pour les compétitions motocyclistes. Il accueillit le premier Grand Prix de Suisse en 1934. Long de 7,28 km, le circuit de Bremgarten comporte de nombreux secteurs pavés ; le parcours est accidenté, bordé d'arbres, enchaînant les virages rapides (dont la très piégeuse courbe d'Eymatt)[1]. Il est considéré comme l'un des plus beaux et des plus dangereux du championnat.

Monoplaces en liceModifier

  • Alfa Romeo 158 "Usine"
 
L'Alfetta, dominatrice en F1 depuis ses débuts.

L'équipe officielle Alfa Romeo est inchangée par rapport au Grand Prix de Monaco disputé deux semaines plus tôt, engageant trois "Alfetta" pour Farina, Fagioli et Fangio. Les "trois F" seront une nouvelle fois largement favoris de l'épreuve. Ainsi que les autres voitures à moteur suralimenté, les Alfa devront ravitailler une fois en course.

  • Ferrari 125 F1 "Usine"
 
Une Ferrari 166 F2, semblable à celle de Sommer.

La Scuderia Ferrari avait initialement engagé quatre modèles 125 F1 à double compresseur pour cette épreuve, les futures 375 F1 à moteur atmosphérique n'étant pas encore prêtes. Raymond Sommer et Peter Whitehead devaient épauler les pilotes officiels Alberto Ascari et Luigi Villoresi, mais la Scuderia n'a finalement amené que deux de ces voitures. Celle de Villoresi est désormais équipée d'un pont de Dion, qui teste ici cette amélioration prévue pour la future voiture. Whitehead doit donc renoncer à courir ici, tandis que Sommer utilisera finalement la Ferrari 166 F2 (V12 - 2 litres) dont il dispose également pour la course de Formule 2 disputée en lever de rideau du Grand Prix[1].

  • Maserati 4CLT "Usine"

Comme à Monaco, l'équipe officielle Maserati a engagé deux 4CLT/48 pour Louis Chiron et Franco Rol, mais ce dernier n'est pas remis de son accident survenu aux essais deux semaines plus tôt et doit déclarer forfait. Chiron pilote donc la seule Maserati "Usine", épaulé par les 4CLT-48 de l'écurie Platé (Emmanuel de Graffenried et le Prince Bira), celle de l'écurie Varzi pilotée par Nello Pagani (le pilote italien remplace José Froilán González accidenté à Monaco), et la Maserati-Milano de Felice Bonetto, qui dispose de vingt chevaux supplémentaires. Reg Parnell a déclaré forfait, mais on verra une sixième Maserati pour le pilote local Toni Branca, engagé sur une ancienne 4CL.

  • Talbot-Lago T26C "Usine"

A l’exception de la Ferrari F2 de Sommer, les Talbot sont les seules monoplaces à moteur atmosphérique engagées. Très sobres, elles effectueront la distance du Grand Prix sans ravitailler, ce qui leur permet de se poser en rivales sérieuses des Maserati et des Ferrari pour les places d'honneur. Sont présentes trois monoplaces officielles à double allumage pour Yves Giraud-Cabantous, Eugène Martin et Louis Rosier, épaulées par les voitures privées (à simple allumage) pilotées par Philippe Étancelin, Johnny Claes et Harry Schell[2], ce dernier ayant loué pour la circonstance la T26 personnelle de Rosier[3].

  • SVA

Le pilote suisse Rudi Fischer est officiellement engagé sur une monoplace SVA à moteur Fiat à compresseur, mais les difficultés rencontrées par cette équipe l'obligent à déclarer forfait[4].

Coureurs inscritsModifier

 
Seul pilote suisse régulièrement engagé en F1, Emmanuel de Graffenried prendra le départ de son Grand Prix national sur Maserati.
Liste des pilotes inscrits[5],[6]
no  Pilote Écurie Constructeur Modèle N° châssis Moteur Pneumatiques
2   Nello Pagani Scuderia Achille Varzi Maserati Maserati 4CLT/48 1600 Maserati L4s P
4   Johnny Claes Écurie Belge Talbot-Lago Talbot-Lago T26C 110 011 Talbot L6 D
6   Yves Giraud Cabantous Automobiles Talbot-Darracq SA Talbot-Lago Talbot-Lago T26C-DA 110 052 Talbot L6 D
8   Eugène Martin Automobiles Talbot-Darracq SA Talbot-Lago Talbot-Lago T26C-DA 110 053 Talbot L6 D
10   Louis Rosier Automobiles Talbot-Darracq SA Talbot-Lago Talbot-Lago T26C-DA 110 051 Talbot L6 D
12   Luigi Fagioli Alfa Romeo SpA Alfa Romeo Alfa Romeo 158 Alfa Romeo L8s P
14   Juan Manuel Fangio Alfa Romeo SpA Alfa Romeo Alfa Romeo 158 Alfa Romeo L8s P
16   Nino Farina Alfa Romeo SpA Alfa Romeo Alfa Romeo 158 Alfa Romeo L8s P
18   Alberto Ascari Scuderia Ferrari Ferrari Ferrari 125 125C-01 (14C) Ferrari V12s P
20   Raymond Sommer Scuderia Ferrari Ferrari Ferrari 125
Ferrari 166 F2
08C
GP1-49
Ferrari V12s
Ferrari V12
P
22   Luigi Villoresi Scuderia Ferrari Ferrari Ferrari 125 125C-04 (18C) Ferrari V12s P
24   Peter Whitehead Scuderia Ferrari Ferrari Ferrari 125 10C Ferrari V12s P
26   Louis Chiron Officine Alfieri Maserati Maserati Maserati 4CLT/48 1606 Maserati L4s P
28   Franco Rol Officine Alfieri Maserati Maserati Maserati 4CLT/48 1604 Maserati L4s P
30   Prince Bira Enrico Platé Maserati Maserati 4CLT/48 1607 Maserati L4s P
32   Emmanuel de Graffenried Enrico Platé Maserati Maserati 4CLT/48 1601 Maserati L4s P
34   Felice Bonetto Scuderia Milano Maserati Maserati Milano 4CLT/50 1611 Maserati L4s P
36   Reg Parnell Scuderia Ambrosiana Maserati Maserati 4CLT/48 1596 Maserati L4s D
38   Rudi Fischer Écurie Espadon SVA SVA Fiat L4s P
40   Toni Branca Privé Maserati Maserati 4CL 1582 Maserati L4s P
42   Philippe Étancelin Privé Talbot-Lago Talbot-Lago T26C 110 008 Talbot L6 D
44   Harry Schell Ecurie Bleue Talbot-Lago Talbot-Lago T26C 110 001 Talbot L6 D

QualificationsModifier

Trois séances d'essais ont été prévues, du jeudi 1er au samedi . La première session verra très peu d'activité sur la piste, et ce n'est que le vendredi que la bataille s'engage réellement. Une nouvelle fois, les Alfa Romeo se montrent intraitables sur ce tracé difficile, Fangio s'adjugeant aisément la pole position. Avec un meilleur tour en 2 min 42 s 1, il devance largement ses coéquipiers, Farina étant à plus d'une seconde et demie et Fagioli à plus de trois secondes. Les Ferrari de Villoresi et Ascari sont reléguées en seconde ligne, et pourront être inquiétées par les vaillantes Talbot d'Étancelin et de Giraud Cabantous, embusquées en troisième ligne et capables d'effectuer la totalité du parcours sans s'arrêter.

Résultats des qualifications
Pos. no  Pilote Écurie Temps Écart
1 14   Juan Manuel Fangio Alfa Romeo 2 min 42 s 1  
2 16   Nino Farina Alfa Romeo 2 min 42 s 8 + 0 s 7
3 12   Luigi Fagioli Alfa Romeo 2 min 45 s 2 + 3 s 1
4 22   Luigi Villoresi Ferrari 2 min 46 s 1 + 4 s 0
5 18   Alberto Ascari Ferrari 2 min 46 s 8 + 4 s 7
6 42   Philippe Étancelin Talbot-Lago 2 min 51 s 1 + 9 s 0
7 6   Yves Giraud Cabantous Talbot-Lago 2 min 52 s 7 + 10 s 6
8 30   Prince Bira Maserati 2 min 53 s 2 + 11 s 1
9 8   Eugène Martin Talbot-Lago 2 min 53 s 7 + 11 s 6
10 10   Louis Rosier Talbot-Lago 2 min 54 s 0 + 11 s 9
11 32   Emmanuel de Graffenried Maserati 2 min 54 s 2 + 12 s 1
12 34   Felice Bonetto Maserati 2 min 54 s 6 + 12 s 5
13 20   Raymond Sommer Ferrari 2 min 54 s 6 + 12 s 5
14 4   Johnny Claes Talbot-Lago 2 min 59 s 0 + 16 s 9
15 2   Nello Pagani Maserati 3 min 06 s 8 + 24 s 7
16 26   Louis Chiron Maserati 3 min 06 s 8 + 24 s 7
17 40   Toni Branca Maserati 3 min 10 s 0 + 27 s 9
18 44   Harry Schell Talbot-Lago 3 min 11 s 5 + 29 s 4

Grille de départ du Grand PrixModifier

Grille de départ du Grand Prix et résultats des qualifications[7]
1re ligne Pos. 3 Pos. 2 Pos. 1
 
Fagioli
Alfa Romeo
2 min 45 s 2
 
Farina
Alfa Romeo
2 min 42 s 8
 
Fangio
Alfa Romeo
2 min 42 s 1
2e ligne Pos. 5 Pos. 4
 
Ascari
Ferrari
2 min 46 s 8
 
Villoresi
Ferrari
2 min 46 s 1
3e ligne Pos. 8 Pos. 7 Pos. 6
 
Bira
Maserati
2 min 53 s 2
 
Giraud-Cabantous
Talbot-Lago
2 min 52 s 7
 
Étancelin
Talbot-Lago
2 min 51 s 1
4e ligne Pos. 10 Pos. 9
 
Rosier
Talbot-Lago
2 min 54 s 0
 
Martin
Talbot-Lago
2 min 53 s 7
5e ligne Pos. 13 Pos. 12 Pos. 11
 
Sommer
Ferrari
2 min 54 s 6
 
Bonetto
Maserati
2 min 54 s 6
 
De Graffenried
Maserati
2 min 54 s 2
6e ligne Pos. 15 Pos. 14
 
Pagani
Maserati
3 min 06 s 9
 
Claes
Talbot-Lago
2 min 59 s 0
7e ligne Pos. 18 Pos. 17 Pos. 16
 
Schell
Talbot-Lago
3 min 11 s 5
 
Branca
Maserati
3 min 10 s 0
 
Chiron
Maserati
3 min 06 s 9

Déroulement de la courseModifier

Sur la durée de l'épreuve les Alfa Romeo, les Ferrari et les Maserati devront ravitailler une fois. 200000 spectateurs assistent à la course[8]. Temps chaud et ensoleillé au départ.
Les trois Alfa Romeo de Juan Manuel Fangio, Giuseppe Farina et Luigi Fagioli, parties en première ligne, prennent immédiatement la tête, mais Alberto Ascari (Ferrari) parvient à dépasser Fagioli avant la fin du premier tour, s'emparant de la troisième place, alors qu'Yves Giraud Cabantous (Talbot) est sorti de la route et a dû abandonner. Ascari attaque pour maintenir le contact avec les deux hommes de tête, mais il est ralenti dès la fin du troisième tour (fuite d'huile) et abandonne peu après. Son coéquipier Luigi Villoresi déborde alors Fagioli et se maintient quelques tours en troisième position, mais doit rapidement abandonner, victime de problèmes de transmission. Après dix tours à peine, les deux Ferrari à compresseur, seules à pouvoir suivre le rythme des Alfa Romeo, sont hors course.

Dès lors, les souveraines Alfetta ne peuvent plus être inquiétées. Emmenées par Farina qui a pris la tête au septième tour, suivi de très près par Fangio, elles reçoivent l'ordre de ralentir, et se dirigent vers un facile triplé. Derrière, c'est tout d'abord le Prince Bira (Maserati) qui emmène le reste du peloton, mais il perd trois places lors de son ravitaillement à la fin du quinzième tour, se retrouvant septième derrière les trois Talbot de Philippe Étancelin, Eugène Martin et Louis Rosier. Au vingtième tour, Martin (alors en sixième position) sort de route au virage d'Eymatt. Victime de sérieuses blessures (commotion cérébrale et jambe cassée), il sera indisponible pour le reste de la saison.

La fin du Grand Prix est monotone, les Alfa Romeo conservant une très nette avance après leur ravitaillement à mi-course. Seuls des ennuis de soupape entraînant l'abandon de Fangio à huit tours de l’arrivée privent l'équipe milanaise du triplé, et c'est finalement Rosier qui s'empare de la troisième place, Étancelin ayant dû renoncer peu après la mi-course sur problème de boîte de vitesses.

Classements intermédiairesModifier

Classements intermédiaires des monoplaces aux premier, dixième, vingt-et-unième et vingt-cinquième tours[9].

Classement de la courseModifier

 
La Talbot-Lago T26, troisième de l'épreuve avec le pilote français Louis Rosier derrière les inaccessibles Alfa Romeo.
Classement de la course
Pos. no  Pilote Voiture Tours Distance Temps/Abandon Grille Points
1 16   Giuseppe Farina Alfa Romeo 42 305,760 km 2 h 02 min 53 s 7 2 9
2 12   Luigi Fagioli Alfa Romeo 42 305,760 km 2 h 02 min 54 s 1 (+ 0 s 4) 3 6
3 10   Louis Rosier Talbot Lago 41 298,480 km 2 h 05 min 17 s 9 (+ 1 tour) 10 4
4 30   Prince Bira Maserati 40 291,200 km 2 h 04 min 37 s 1 (+ 2 tours) 8 3
5 34   Felice Bonetto Maserati 40 291,200 km 2 h 05 min 18 s 1 (+ 2 tours) 12 2
6 32   Emmanuel de Graffenried Maserati 40 291,200 km 2 h 05 min 45 s 3 (+ 2 tours) 11
7 2   Nello Pagani Maserati 39 283,920 km 2 h 04 min 28 s 8 (+ 3 tours) 15
8 44   Harry Schell Talbot Lago 39 283,920 km 2 h 05 min 01 s 6 (+ 3 tours) 18
9 26   Louis Chiron Maserati 39 283,920 km 2 h 05 min 16 s 9 (+ 3 tours) 16
10 4   Johnny Claes Talbot Lago 39 283,920 km 2 h 05 min 20 s 4 (+ 3 tours) 14
11 40   Toni Branca Maserati 37 269,360 km 2 h 05 min 02 s 5 (+ 5 tours) 17
Abd. 14   Juan Manuel Fangio Alfa Romeo 32 232,960 km Moteur 1
Abd. 42   Philippe Étancelin Talbot Lago 25 182,000 km Boîte de vitesses 6
Abd. 8   Eugène Martin Talbot Lago 19 138,320 km Accident 9
Abd. 20   Raymond Sommer Ferrari 19 138,320 km Suspension 13
Abd. 22   Luigi Villoresi Ferrari 9 65,520 km Moteur 4
Abd. 18   Alberto Ascari Ferrari 4 29,120 km Pompe à huile 5
Abd. 6   Yves Giraud Cabantous Talbot Lago 0 0,000 km Accident 7

Légende:

  • Abd.=Abandon

Pole position et record du tourModifier

Tours en têteModifier

Classement général à l'issue de la courseModifier

Classement des pilotes
Pos. Pilote Écurie Points  
GBR
 
MON
 
500
 
SUI
 
BEL
 
FRA
 
ITA
1   Giuseppe Farina Alfa Romeo 18 9* - - 9*
2   Luigi Fagioli Alfa Romeo 12 6 - - 6
3   Juan Manuel Fangio Alfa Romeo 9 - 9* - -
  Johnnie Parsons Kurtis Kraft 9 - - 9* -
5   Alberto Ascari Ferrari 6 - 6 - -
  Bill Holland Deidt 6 - - 6 -
  Louis Rosier Talbot-Lago 6 2 - - 4
8   Prince Bira Maserati 5 - 2 - 3
9   Reg Parnell Alfa Romeo 4 4 - - -
  Louis Chiron Maserati 4 - 4 - -
  Mauri Rose Deidt 4 - - 4 -
12   Yves Giraud-Cabantous Talbot-Lago 3 3 - - -
  Raymond Sommer Ferrari 3 - 3 - -
  Cecil Green Kurtis Kraft 3 - - 3 -
15   Felice Bonetto Maserati 2 - - - 2
16   Joie Chitwood Kurtis Kraft 1 - - 1 -
  Tony Bettenhausen Kurtis Kraft 1 - - 1 -
  • attribution des points : 8, 6, 4, 3, 2 respectivement aux cinq premiers de chaque épreuve et 1 point supplémentaire pour le pilote ayant accompli le meilleur tour en course (signalé par un astérisque)
  • Le règlement permet aux pilotes de se relayer sur une même voiture, les points éventuellement acquis étant alors partagés. Joie Chitwood et Tony Bettenhausen marquent chacun un point pour leur cinquième place à Indianapolis.

À noterModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b Jean-Paul Delsaux, 1950, Editeur : Bruno Alfieri, , 254 p. (ISBN 88-7960-029-X)
  2. Pierre Abeillon, « Les Talbot en course », Revue Auto passion, no 22,‎
  3. Gérard Gamand, « Harry Schell, un Américain à Paris », Revue Autodiva, no 17,‎
  4. sur http://www.statsf1.com Consulté le 9 octobre 2011
  5. (en) Bruce Jones, The complete Encyclopedia of Formula One, Colour Library Direct, , 647 p. (ISBN 1-84100-064-7)
  6. Pierre Ménard, La Grande Encyclopédie de la Formule 1 1950-1999, Chronosports Éditeur, , 863 p. (ISBN 2-940125-18-X)
  7. a et b Gérard Crombac, 50 ans de formule 1 - Les années Fangio, Editions E-T-A-I, , 224 p. (ISBN 2-7268-8336-2)
  8. Revue L'Automobile n°51 - juillet 1950
  9. Edmond Cohin, L'historique de la course automobile, Editions Larivière, , 882 p.