Université du Caire

université publique d'Égypte

L'université du Caire (anciennement Université égyptienne de 1908 à 1940 puis Université Fouad Ier de 1940 à 1952), est une institution d'études supérieures située à Gizeh en Égypte. C'est la première université publique en Égypte. Elle a été fondée, en 1908 d'abord comme université privée, sous le patronage du futur roi Fouad Ier, puis elle est devenue université d'Etat en 1925[1]. L'université du Caire est la deuxième plus ancienne université en Égypte après l'université Al-Azhar.

Université du Caire
Cairo university.jpg
Image dans Infobox.
Université du Caire.
Histoire et statut
Fondation
Type
Président
Mohamed Osman Elkhosht (en) (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web
Chiffres-clés
Étudiants
257 200 ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Effectif
12 158Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation
Ville
Pays

Elle est classée par le U.S. News & World Report au 4e rang du classement régional 2016 des universités arabes[2].

HistoireModifier

Elle a été créée en 1908 « à l’initiative d’intellectuels et de leaders nationalistes égyptiens – parmi lesquels Mustafa Kamil, Saad Zaghloul (ministre de l’éducation en 1906 puis chef du parti nationaliste Wafd), Ahmad Lutfi al-Sayyid »[3], Adolphe Cattaui Bey[4], etc. Le prince Fouad (fils du khédive Ismaël) a été son premier recteur.

En 2012 elle compte 250 000 étudiants[5].

FacultésModifier

PersonnalitésModifier

ProfesseursModifier

EtudiantsModifier

  • Naguib Mahfouz (1911-2006), écrivain égyptien, prix Nobel de littérature, est diplômé en littérature ;
  • Amine Hafez (1921-2009), homme politique libanais, est diplômé en droit ;
  • Yasser Arafat (1924-2004), homme politique palestinien, prix Nobel de la Paix, est diplômé en ingénierie ;
  • Omar Sharif (1932-2015), acteur égyptien, est diplômé en mathématiques et physique ;
  • Nahid al-Rayyis (1937–2010), homme politique palestinien ;
  • Saddam Hussein (1937-2006), homme politique irakien ;
  • Etidal Osman (1942-), auteure égyptienne ;
  • Mohamed el-Baradei (1942-), diplomate égyptien, prix Nobel de la Paix, est diplômé en droit ;
  • Hala El Badry (1954-), journaliste et romancière égyptienne ;
  • Raufa Hassan Al-Sharki (1958-2011), activiste yéménite des Droits de l'Homme et des Droits des Femmes ;
  • Iman Mersal (1966-), poétesse égyptienne ;
  • Engy Ghozlan (1985-), journaliste et féministe égyptienne.

Notes et référencesModifier

  1. Frédéric Abécassis, L'enseignement étranger en Égypte et les élites locales (1920-1960) : francophonie et identités nationales, p. 61lire en ligne
  2. « Search Top Arab Region Universities | US News Best Arab Region Universities » (consulté le )
  3. Saadia Radi, "Les Sciences en Egypte", 2001, p.8, disponible en ligne
  4. Alisa Douer, Egypt - The Lost Homeland: Exodus from Egypt, 1947-1967, Logos Verlag Berlin, 2015, p.108, lire en ligne
  5. https://www.letudiant.fr/educpros/actualite/un-an-apres-la-revolution-luniversite-du-caire-fait-sa-mue.html

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier