Ouvrir le menu principal
Opération Opium
Description de cette image, également commentée ci-après
Fleurs de pavot en Afghanistan

Titre original Poppies Are Also Flowers
Réalisation Terence Young
Georges Lampin : réalisateur seconde équipe
Scénario Jo Eisinger d’après une histoire de Ian Fleming
Acteurs principaux

Stephen Boyd (Benson)
Yul Brynner (colonel Salem)
Omar Sharif (docteur Rad)
Rita Hayworth (Monique Markos)

Sociétés de production Telsun Foundation Inc.
United Nations
Wiener Stadthalle-Station Betriebs-und Produktionsgesellschaft
Xerox Corporation
Pays d’origine Drapeau de l'Autriche Autriche
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau de la France France
Genre Film policier
Psychotrope au cinéma
Durée 100 min
Sortie 1966

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Opération Opium (Poppies Are Also Flowers) est un film policier américano-franco-autrichien réalisé par Terence Young et sorti en 1966.

Sommaire

SynopsisModifier

Des inspecteurs américains traquent des trafiquants de drogue qui s’approvisionnent en fleurs de pavot en Iran. Grâce aux autorités iraniennes, ils procèdent au marquage radioactif d'une cargaison afin qu’elle les mène aux responsables du réseau. C’est en Italie que les inspecteurs retrouvent la piste du convoi…

Fiche techniqueModifier

ProductionModifier

  • Primitivement ce film était le dernier d'une série de quatre téléfilms commandée par l'Organisation des Nations unies, pour faire connaître ses missions et son rôle dans le maintien de la paix. Le film était à l'origine de 80 minutes, il a été étendu à 100 minutes pour une sortie en salles en 1967.
  • Le film est basé sur une idée de Ian Fleming, le créateur de James Bond . Financé en partie par une subvention de Xerox, il a été produit par les Nations unies et les stars ont touché un salaire symbolique de 1 $[2]

DistributionModifier

Autour du filmModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Source : CNC.
  2. "The Euan Lloyd Interview". Cinema Retro
  3. Ce serait seulement dans certaines versions du film.
  4. L’agent de l’actrice aurait refusé que la chanson s’appelle Marilù Tolo. Source : Serge Gainsbourg, l'intégrale et cætera, d’Yves-Ferdinand Bouvier et Serge Vincendet, Éditions Bartillat, Paris, 2005 (ISBN 2841003418)