Barrage de Guerlédan

barrage hydroélectrique sur le Blavet en Bretagne

Le barrage de Guerlédan est un barrage hydroélectrique situé dans les communes de Saint-Aignan dans le Morbihan et de Mûr-de-Bretagne dans les Côtes-d'Armor, en France.

Barrage de Guerlédan
Barrage Guerledan.JPG
Photographie aérienne du barrage en 2006.
Géographie
Localisation
Coordonnées
Cours d'eau
Objectifs et impacts
Vocation
Date de mise en service
Barrage
Type
Hauteur
(lit de rivière)
45 m
Réservoir
Nom
Altitude
121 mVoir et modifier les données sur Wikidata
Volume
55 millions de
Superficie
304 ha
Centrale(s) hydroélectrique(s)
Puissance installée
15 MW
Production annuelle
20 GWh/an
Localisation sur la carte de Bretagne
voir sur la carte de Bretagne
Arch dam 12x12 ne.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Arch dam 12x12 ne.svg

DescriptionModifier

 
La face intérieure (amont) du barrage pendant la vidange et l'assèchement de 2015 : à gauche les bouches alimentant les turbines, à droite les vannes de la surverse (évacuateurs de crue) et l'écluse du Moulin neuf au pied de l'ouvrage.

De type barrage poids en béton, sa construction a duré sept ans (de 1923 à 1930). Placé sur le cours du Blavet, il mesure 45 m de haut au-dessus du talweg (au total 54,6 m sur fondation), 206 m de longueur de crête, 1,50 m d'épaisseur en crête, 33,50 m d'épaisseur à la base (soit un volume de 110 000 m3) et retient un volume de 55 millions de m3 d'eau sur une étendue de 304 hectares, formant ainsi le lac de Guerlédan, un des plus grands lacs bretons.

Sa mise en eau a englouti plus de 12 km de la vallée du Haut Blavet. Lors des vidanges du lac, on peut découvrir quelques murs de maisons (notamment éclusières), des arbres engloutis de l'ancienne vallée ainsi que son halage, ses jardinets, ses écluses et ses déversoirs.

La constructionModifier

Après la Première Guerre mondiale, les besoins d’électrification conduisent à rechercher des sources d’énergie hydraulique afin d'assurer le développement économique des régions[1]. Les côtes bretonnes sont électrifiées grâce à de petites centrales thermiques mais pas le pays du Centre-Bretagne. Auguste Leson, ingénieur en électricité (promotion 1909 de l'École supérieure d'électricité) en poste après la guerre à Laon décide en 1921 de revenir dans son pays natal de Pontivy. Il y rencontre Joseph Ratier, sous-préfet de Pontivy qui a l'idée d'un grand barrage à Guerlédan (l’écluse no 119 de Guerlédan du canal de Nantes à Brest comportait déjà une chute d’eau de quelques mètres et une petite usine hydraulique créée par Picquet au début du XXe siècle[2]), sur le Blavet canalisé, pour y installer une grande usine électrique alors qu'il n'existe à cette époque que quatre barrages de cette importance en France mais ces derniers ne produisent pas d’électricité. Le choix de ce site par Ratier s'explique en raison de sa géographie (Blavet seul fleuve de la région à avoir un débit important toute l'année, présence d'un méandre qui permet de réduire la pression qui arrive sur le barrage), sa géologie (cluse entre deux collines de schiste sur la rive nord, de grès armoricain sur la rive sud, roche dure sur laquelle peuvent se poser les fondations du barrage et ses deux appuis d'extrémités) mais aussi parce que de nombreuses maisons de la vallée sont déjà en ruines ce qui entraîne de faibles coûts d’expropriation pour les pouvoirs publics. Grâce à la foi des deux hommes en ce projet, au soutien politique du breton Yves Le Trocquer, ministre des Travaux publics qui obtient les premières subventions pour financer le projet et à la SGE qui se charge des travaux, l’ouverture du chantier a lieu le [3].

Faute d'argent, le chantier est arrêté de l'automne 1925 au printemps 1927. Le directeur de l'exploitation Leson obtient un financement de la Royal Bank of Canada pour poursuivre les travaux mais à condition de terminer l'ouvrage en deux ans, ce qui fait abandonner le projet de construire une route sur le haut du barrage et de rétablir la navigation (projet d'ascenseur à péniche comme à Saint-Louis-Arzviller). L'inauguration du premier barrage construit en béton en France a lieu le , par le sénateur morbihannais Alfred Brard[4].

Le , est signé l'arrêté préfectoral autorisant la mise en service de l'usine qui produit 15 MW (alimentation en électricité de 15 000 personnes), puis la mise en exploitation officielle de l’usine hydroélectrique le .

Projet inachevéModifier

 
Écluse n° 119 (1895)
 
Écluse n° 127 de Trégnanton (engloutie)
 
Écluses n° 135 de Granges et n° 136 de Longeau en 1883 (englouties)

À l'origine, le projet prévoyait la construction d'une échelle d'écluses en parallèle au barrage afin de maintenir le trafic fluvial sur le canal de Nantes à Brest. Cette initiative n'a jamais abouti, divisant ainsi le canal de Nantes à Brest en deux tronçons de navigation : à l'ouest, la branche finistérienne et à l'est, la branche Loire Atlantique et morbihannaise. De fait, il accéléra l'abandon progressif du canal déjà mis à mal par l'arrivée du chemin de fer dans le centre Bretagne.

Le barrage a également englouti 17 écluses qui faisaient partie du canal de Nantes à Brest[5].

ÉCLUSES ENGLOUTIES[6].
Écluse Lieu Altitude Distance de Nantes
no 120 Moulin neuf[7] 84,04 mètres 227,3 kilomètres
no 121 Castel-Finans[8] 85,64 mètres 228,3 kilomètres
no 122 Caurel[9] 88,74 mètres 229,5 kilomètres
no 123 Kergoff[10] 90,64 mètres 230,9 kilomètres
no 124 Pouldu[11] 92,68 mètres 232,0 kilomètres
no 125 Baraval[12] 95,18 mètres 232,8 kilomètres
no 126 Kermadec[13] 96,75 mètres 233,5 kilomètres
no 127 Trégnanton[14] 99,75 mètres 234,0 kilomètres
no 128 Cosquer[15] 102,25 mètres 234,2 kilomètres
no 129 Cuilleret[16] 104,75 mètres 234,4 kilomètres
no 130 Zélo[17] 106,75 mètres 234,7 kilomètres
no 131 Saint-Gelven[18] 109,25 mètres 235,0 kilomètres
no 132 Malvran[19] 111,58 mètres 235,2 kilomètres
no 133 Toul-er-Lann[20] 113,62 mètres 235,4 kilomètres
no 134 Toulhouët[21] 115,94 mètres 235,7 kilomètres
no 135 Granges[22] 118,44 mètres 236,2 kilomètres
no 136 Longeau[23] 120,94 mètres 236,7 kilomètres

La SGE était tenue par la concession du de rétablir la navigation au moyen d'une échelle d'écluses, recevant pour cela une subvention importante de l'État[Note 1].

En , un décret en Conseil d'État substitue l'Union Hydro-Électrique Armoricaine à la SGE. Neuf projets furent présentés, certains acceptés, d'autres refusés, mais le projet n'aboutit jamais[24].

En 1946, Électricité de France, deviendra concessionnaire de l'usine, lors de nationalisation de l'électricité. En 1953, EDF remboursera la subvention accordée en 1930. La concession a été renouvelée en 2008, pour une nouvelle période de 40 ans, avec un nouveau cahier des charges.

Pour autant, le projet de rétablissement de la navigation est souvent remis sur la table par la population et les usagers du Canal de Nantes à Brest. Celle-ci serait possible grâce à l'installation d'un ascenseur à bateaux[25], (comme le plan incliné de Saint-Louis-Arzviller en Moselle qui remplace 17 écluses, pour une hauteur de 44 m, inauguré en 1969) ou l'ascenseur rotatif, la Roue de Falkirk pour une hauteur de 24 m, inauguré en 2002, à Falkirk, en Écosse, pour un coût de 24 millions d'euros[26]).

L'assecModifier

Entre 1951 et 1985, le lac est asséché 4 fois (assec), afin de vérifier l’état du barrage, et de permettre la réalisation de travaux sur les parties habituellement immergées du barrage.

En 2005, les opérations de vérification, réalisées lors d'un ETC (Examen Technique Complet)[Note 2], au moyen d’un robot subaquatique téléguidé[27], ont révélé la nécessité d’une vidange totale du lac pour réaliser d’importants travaux de rénovation sur l’ouvrage[28]. À l'occasion de la vidange de la retenue au printemps 2015, un nouvel ETC décennal a été effectué[29],[30].

Le , un nouvel assec de la retenue est autorisé, par les préfets du Morbihan et des Côtes-d'Armor[31],[32], afin que des travaux puissent être réalisés sur le site pendant 6 mois[Note 3]. Ils représentent un investissement de 4 millions d’euros[33], avec pour objectifs, la remise aux normes de l’infrastructure et la vérification de l'état des bandes d’étanchéité[Note 4],[34].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Pendant l'assec, un suivi continu de la qualité de l’eau (oxygène dissous, taux de matière en suspension, etc) est réalisé en temps réel par EDF, avant et pendant l’opération de vidange. Pour cela, un laboratoire temporaire est installé au pied du barrage, compte tenu que le Blavet continue à traverser la retenue. La remise en eau de la retenue a été réalisée le , pour une remise en service de la centrale le [35]. Compte tenu de la pluviométrie fin 2015, la retenue a été, le , presque à nouveau remplie, soit 2,30 mètres en-dessous de la cote maximale hivernale.

Le réempoissonnement après l'assecModifier

En 2016, 13 tonnes de poissons devraient être réintroduites, par la Fédération de pêche des Côtes-d’Armor, avec le soutien financier d’EDF. Une première opération de réempoissonnement, a été organisée le , juste avant le début de la période de reproduction des poissons, pour un total prévu, en janvier, de 9 tonnes : un mélange de poissons, jeunes et adultes, pêchés dans des étangs de la Brenne, dans l'Indre : des carnassiers tels que brochets et sandres, et des poissons fourrage, tels que gardons et rotengles, qui seront complétés par une autre opération de peuplement, de 4 tonnes, en [36]. La pêche devrait ainsi pouvoir reprendre fin 2017[37].

La ressource en eau de la retenueModifier

Pendant un assec, il existe un risque important de voir certaines usines de production d'eau du secteur, cesser de fonctionner avec la vidange de 51 millions de m3 d'eau. La solution existe dans l'interconnexion des différentes usines qui a été anticipée et réalisée, par le syndicat départemental d'eau Eau du Morbihan (56 usines). L'interconnexion représente 7 300 kilomètres de canalisations enterrées[38],[39].

La gestion des cruesModifier

En période de crues[Note 5], il est nécessaire de vérifier que les entrées d'eaux dans la retenue, soient égales aux sorties d'eaux relâchées par le barrage. Cependant, si les conditions le permettent, un stockage temporaire supplémentaire, permet d'assurer un effet retardant, de l'impact d'une crue. Le Groupe d'Exploitation Hydraulique Ouest, qui assure la gestion permanente de la retenue, l'exploite depuis 2001, avec une hauteur hivernale (du au ), inférieure de 2,5 mètres par rapport au niveau normal, ceci afin de protéger les communes situées en aval du barrage, des crues du Blavet[40],[Note 6].

Le soutien d'étiageModifier

En cas de sécheresse, ou de manque d'eau, le soutien d’étiage permet, d'ajouter un débit d’eau complémentaire au débit naturel du Blavet pour permettre d'assurer les prélèvements d’eau réalisés en aval, pour la production d'eau et de favoriser la vie aquatique du Blavet en aval du barrage[41].

Un niveau élevé du lac en période estivale pour favoriser le tourismeModifier

Afin de permettre le fonctionnement des activités qui se sont développées grâce au lac, un niveau élevé est assuré en début de saison touristique puis maintenu au mieux, en fonction des débits entrants et du soutien d’étiage[42].

La production d'électricitéModifier

Une centrale de lacModifier

Les centrales hydroélectriques de lac sont associées à une retenue artificielle. L’eau stockée dans la retenue provient soit d'une rivière ou d'un fleuve existant à l'origine (c'est le cas du Blavet, qui traverse la retenue), et de l'eau captée dans les bassins versants en amont de la retenue. Celle-ci est ensuite acheminée jusqu’aux turbines de la centrale en contrebas. Ces centrales sont activables rapidement, et capables de fournir d’importantes quantités d’énergie, appelées durant les heures de plus forte consommation et produisent une électricité à très forte valeur ajoutée. Elles sont un facteur d’ajustement pour répondre aux brusques variations de la demande, comme au moment des pics de consommation, le matin et le soir et dans les périodes de grand froid.

L'équipement de productionModifier

L'usine hydroélectrique[43]. est équipée de 4 turbines Francis, représentant au total, une puissance installée de 15 MW, pour une production de 20 GWh/an[44].

La turbine Francis tire son nom de l'ingénieur américain James Bicheno Francis, (1815-1892), qui l'a développée en 1848, aux États-Unis. L'eau arrive radialement par la volute en forme de spirale, sur le pourtour de la roue, pousse les aubes, puis sort axialement en s'écoulant ensuite, par le canal de fuite.

A Guerlédan, compte tenu de l'installation verticale des turbines, l'eau entre verticalement et en sort horizontalement. Chaque turbine est couplée à un alternateur triphasé, via un volant d'inertie[45].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

La régulationModifier

Le volant d’inertie joue un rôle de stockage tampon d'énergie cinétique entre la production intermittente de la turbine et le réseau électrique, via l'alternateur. Dans une installation hydroélectrique, comprenant une turbine et un alternateur, celle-ci est soumise à une régulation automatique, la grandeur de sortie (grandeur réglée) doit être la plus proche possible de la valeur demandée (grandeur de consigne) soit une fréquence du courant de 50 Hz en France, et ceci malgré les diverses perturbations qui peuvent s'exercer sur elle.

Le rôle de la régulation est de maintenir la fréquence du réseau constante. Pour cela, le système de régulation agit sur le débit d'eau admis dans la turbine pour équilibrer la puissance fournie par la turbine et la puissance absorbée par le réseau, via l'alternateur. Ainsi, la régulation doit commander, les directrices (ou guide vanes), un organe de la machine capable de contrôler le débit d'eau entrant dans la turbine et ainsi de contrôler l'énergie transférée par l'eau à la turbine (processus d'asservissement).

Le bilan énergétiqueModifier

Le barrage est la quatrième source d'électricité de Bretagne et contribue ainsi à réduire le déficit énergétique de cette région. Un projet de STEP (station de transfert d'énergie par pompage) d'une puissance de 700 MW n'a pu aboutir, car le pompage journalier remontant l'eau dans un bassin supérieur de 60 mètres d'altitude aurait créé un marnage de 5 mètres dans le lac, sans compter que le barrage joue un rôle important en tant qu'écrêteur de crue[46].

BibliographieModifier

  • Auguste Leson, Mémoires du constructeur du barrage et de l'usine (1921-1937), Éditions des Montagnes Noires, 2002, 144 pages (ISBN 978-2-913953-32-1)
  • Gilles de Janzé, Le barrage de Guerlédan, Éditions Coop-Breizh, 2015, 128 pages (ISBN 9-782843-467295)[47]
  • Ernest et Gilles Blat, Guerlédan 1927-1931, un barrage s'élève, Éditions La Truite de Quénécan, 2015, 36 pages (ISBN 978-2-9530086-9-2)[48]
  • Barrage de Guerlédan. Extraordinaire aventure. Saint-Aignan (Morbihan), Électrothèque de Guerlédan, s.d.
  • Gilles de Janzé, Guerlédan à sec, les écluses englouties, Éditions La Truite de Quénécan, 2015, 36 pages (ISBN 979-10-94826-02-7)

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. « le concessionnaire sera tenu d’assurer à travers la chute de Guerlédan, à ses frais et sous sa responsabilité le passage des bateaux fréquentant le canal de Nantes à Brest et des marchandises qu’ils transportent ».
  2. La réglementation française fixe l'obligation, aux exploitants de barrages de plus de 20 mètres de haut, de réaliser une inspection complète tous les dix ans (le précédent ETC avait été réalisé en 1995).
  3. Afin de réaliser les travaux en toute sécurité et ne pas noyer les zones de chantier, la période de vidange a été définie en fonction des opérations à effectuer, en favorisant les périodes d'hydraulicité les plus faibles, situées entre mai et novembre, indique EDF. Entre mai et novembre, le débit naturel du Blavet est statistiquement assez faible pour pouvoir passer l'eau par un seul des deux conduits de fond, car l'eau doit impérativement continuer à traverser le barrage pendant les travaux, c'est à ce moment-là qu'il faut intervenir. Les travaux sur les deux conduits de fond sont réalisés successivement et demandent six mois d'intervention au total.
  4. Entretien de la surface habituellement immergée, rénovation de deux vannes de fond, réfection de peintures, création d'un batardeau pérenne, permettant l'entretien, sans avoir l'obligation de vidanger la retenue.
  5. Evacuation d'une crue au moyen de deux vannes permettant d’extraire jusqu’à 465 m3/s.
  6. Les grandes crues de 1995 avaient occasionné de forts sinistres à la ville de Pontivy, ainsi qu'au Centre hospitalier du Centre-Bretagne, en aval du Blavet.

RéférencesModifier

  1. Marcel Gautier - Annales de géographie Volume 48 Pages 472-480, « L'électrification de la Bretagne », sur persee.fr, année 1939 (consulté le 23 septembre 2015).
  2. « Le barrage de Guerlédan », sur morbihan.fr, .
  3. Jean G. Dhombres, La Bretagne des savants et des ingénieurs. Le XXe siècle, Éditions Ouest-France, , p. 229.
  4. Jean G. Dhombres, La Bretagne des savants et des ingénieurs. Le XXe siècle, Éditions Ouest-France, , p. 234.
  5. Le Télégramme, « Un livre sur les écluses englouties, par Gilles du Pontavice », sur letelegramme.fr, (consulté le 16 septembre 2015).
  6. Poudouvre, « Le barrage de Guerlédan », sur poudouvre.over-blog.com, (consulté le 16 septembre 2015).
  7. Notice no IA22132914, sur Gertrude, base du service de l’Inventaire du patrimoine de la région Bretagne.
  8. Notice no IA22132917, sur Gertrude, base du service de l’Inventaire du patrimoine de la région Bretagne.
  9. Notice no IA22132915, sur Gertrude, base du service de l’Inventaire du patrimoine de la région Bretagne.
  10. Notice no IA22132916, sur Gertrude, base du service de l’Inventaire du patrimoine de la région Bretagne.
  11. Notice no IA22132918, sur Gertrude, base du service de l’Inventaire du patrimoine de la région Bretagne.
  12. Notice no IA22132919, sur Gertrude, base du service de l’Inventaire du patrimoine de la région Bretagne.
  13. Notice no IA22132920, sur Gertrude, base du service de l’Inventaire du patrimoine de la région Bretagne.
  14. Notice no IA22132921, sur Gertrude, base du service de l’Inventaire du patrimoine de la région Bretagne.
  15. Notice no IA22132922, sur Gertrude, base du service de l’Inventaire du patrimoine de la région Bretagne.
  16. Notice no IA22132923, sur Gertrude, base du service de l’Inventaire du patrimoine de la région Bretagne.
  17. Notice no IA22132924, sur Gertrude, base du service de l’Inventaire du patrimoine de la région Bretagne.
  18. Notice no IA22132925, sur Gertrude, base du service de l’Inventaire du patrimoine de la région Bretagne.
  19. Notice no IA22132926, sur Gertrude, base du service de l’Inventaire du patrimoine de la région Bretagne.
  20. Notice no IA22132927, sur Gertrude, base du service de l’Inventaire du patrimoine de la région Bretagne.
  21. Notice no IA22132928, sur Gertrude, base du service de l’Inventaire du patrimoine de la région Bretagne.
  22. Notice no IA22132930, sur Gertrude, base du service de l’Inventaire du patrimoine de la région Bretagne.
  23. Notice no IA22132929, sur Gertrude, base du service de l’Inventaire du patrimoine de la région Bretagne.
  24. Archives du Morbihan, « Le barrage de Guerlédan », sur archives.morbihan.fr (consulté le 16 septembre 2015).
  25. Ouest-France, « Guerlédan. Mûr-de-Bretagne rêve d'un ascenseur à bateaux », sur ouest-france.fr, (consulté le 11 janvier 2016).
  26. Alix Froissart - Le Télégramme, « Ascenseur à bateaux. La solution à Guerlédan ? », sur letelegramme.fr, (consulté le 11 janvier 2016).
  27. EDF - médiathèque, « Robot subaquatique Super Achille », sur edf.fr (consulté le 16 septembre 2015).
  28. EDF, « Surveillance des ouvrages : Sûreté hydraulique : des ouvrages sous surveillance constante », sur edf.fr (consulté le 16 septembre 2015).
  29. Préfecture du Morbihan, « Pourquoi réaliser un examen technique complet sur le barrage de Guerlédan ? », sur morbihan.gouv.fr, (consulté le 22 septembre 2015).
  30. Ministère de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie, « Examen Technique Complet (réglementation) », sur wikhydro.developpement-durable.gouv.fr, (consulté le 26 septembre 2015).
  31. Préfectures des Côtes-d'Armor et du Morbihan, « Arrêté autorisant les travaux d'entretien lourd, après vidange complète de la retenue en amont, sur le barrage de Guerlédan » [PDF], sur energie.edf.com, (consulté le 17 septembre 2015).
  32. Préfectures des Côtes-d'Armor et du Morbihan, « Arrêté, réglementant l'accès aux berges de la retenue de Guerlédan » [PDF], sur energie.edf.com, (consulté le 17 septembre 2015).
  33. Ouest-France, « Guerlédan 2015. La rénovation du barrage a démarré », sur ouest-france.fr, (consulté le 16 septembre 2015).
  34. EDF, « Barrage de Guerlédan : le lac révèle sa face cachée », sur edf.fr (consulté le 16 septembre 2015).
  35. EDF, « La vidange du barrage hydroélectrique de Guerlédan » [PDF], sur energie.edf.com (consulté le 26 septembre 2015).
  36. Maville.com, « Guerlédan. Les poissons de retour dans le lac après la vidange », sur dinan.maville.com, (consulté le 13 janvier 2016).
  37. EDF, « Vidange du barrage hydroélectrique de Guerlédan : préserver le milieu aquatique, un enjeu important » [PDF], sur energie.edf.com, (consulté le 29 septembre 2015).
  38. Ouest-France, « Vidange de Guerlédan. Comment va faire Pontivy sans eau ? », sur ouest-france.fr, (consulté le 23 septembre 2015).
  39. Eau du Morbihan, « Eau du Morbihan, service public d'eau potable », sur eaudumorbihan.fr (consulté le 23 septembre 2015).
  40. GEH - EDF, « Le Groupe d'Exploitation Hydraulique Ouest » [PDF], sur edf.com, (consulté le 16 septembre 2015).
  41. Préfecture du Morbihan, « Le complexe hydroélectrique de Guerlédan/Saint-Aignan », sur morbihan.gouv.fr, (consulté le 16 septembre 2015).
  42. Office de tourisme Côtes-d'Armor Centre Bretagne, « Petit quiz sur le lac de Guerlédan et son barrage » [PDF], sur centrebretagne.com (consulté le 16 septembre 2015).
  43. « Plan de coupe de l'usine hydroélectrique de Guerledan (Archives Départementales des Côtes d'Armor) », sur fr.topic-topos.com, (consulté le 16 septembre 2015).
  44. Région Bretagne, « Turbine hydraulique de type Francis et alternateur », sur patrimoine.region-bretagne.fr, (consulté le 8 octobre 2015).
  45. (en) World News (WN) Network, « Francis turbine », sur wn.com, (consulté le 19 septembre 2015).
  46. Non à la centrale, « Lac de Guerlédan », sur nonalacentrale.fr, (consulté le 23 septembre 2015).
  47. Pontivy Journal, « Le barrage de Guerlédan par Gilles de Janzé », sur pontivyjournal.fr, (consulté le 16 septembre 2015).
  48. Coop-Breizh, « Guerlédan », sur coop-breizh.fr (consulté le 16 septembre 2015).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier