Lyon olympique universitaire rugby

club de rugby à XV en France

Le Lyon olympique universitaire rugby, couramment abrégé en LOU rugby, est la section de rugby à XV du club omnisports Lyon olympique universitaire. La section a été fondée sous le nom Racing Club de Lyon en 1896 et devient le Lyon olympique universitaire en 1901.

Lyon OU
Logo du Lyon OU
Généralités
Nom complet Lyon olympique universitaire
Surnoms Le LOU
Fondation 1896
Statut professionnel SASP
Couleurs Rouge et noir
Stade Matmut Stadium Gerland
(35 029 places)
Siège 60 avenue Tony Garnier
69007 Lyon[1]
Championnat actuel Top 14 (2023-2024)
Champions Cup (2023-2024)
Propriétaire GL events
Président Yann Roubert
Entraîneur Fabien Gengenbacher
Julien Puricelli (avants)
Alan-Basson Zondagh (arrières)
Arnaud Héguy (mêlée)
Coenie Basson (défense)
Site web www.lourugby.fr
Palmarès principal
National[Note 1] Championnat de France de 1ère division (2)
Championnat de France de Pro D2 (3)
Championnat de France de 2e division (2)
Challenge Yves du Manoir (1)
International[Note 1] Challenge européen (1)

Maillots

Domicile

Extérieur

Actualités

Pour la saison en cours, voir :
Saison 2023-2024 du Lyon olympique universitaire
0

Dernière mise à jour : 28 octobre 2023.

L'équipe masculine, créé en , est notamment double champion de France (1932 et 1933). Après plusieurs allers-retours entre le Top 14 et la Pro D2 au début des années 2010, le LOU rugby évolue depuis la saison 2016-2017 en Top 14. Au niveau européen, il remporte le Challenge européen en 2022.

Le club comprend également une équipe féminine depuis , qui évolue depuis 2019 en Élite 1.

Historique modifier

Fondation modifier

Le rugby est pratiqué en premier lieu à Lyon par des associations sportives scolaires, en particulier par l’Union Sportive du lycée Ampère en 1890. Le Football Club de Lyon (FCL) est fondé en 1893, il dispute des compétitions de rugby dès 1895 avec l’Association Athlétique de Grenoble[2]. Le FC Lyon et le Sporting Club de Lyon recrutent alors des joueurs britanniques pour renforcer leur effectif au début des années 1900 et se qualifient régulièrement pour la phase finale du championnat de France.

Jean Burnichon démissionne brusquement de son poste de président du FC Lyon et rejoint le Racing Club de Lyon, fondé en 1896. Le club adopte alors le nom de Lyon olympique et de nouvelles couleurs, rouge et noir. Le troisième ligne Noël Cessieux à l'honneur de participer au premier match de l'histoire du XV de France contre la Nouvelle-Zélande le 1er janvier 1906[3].

Le rapprochement entre le Lyon olympique et l’AS de l’École centrale de Lyon en 1910 lui permet d'acquérir de jeunes joueurs, ce qui justifie son nouveau nom de Lyon olympique universitaire (LOU).

Pendant l'entre-deux-guerres, le LOU joue les premiers rôles dans le championnat, notamment grâce à un recrutement de joueurs venant du Languedoc-Roussillon. Dans la période 1920-1930, le LOU supplante le FC Lyon comme meilleur club de rugby du Lyonnais en remportant plusieurs fois le championnat du Lyonnais.

Le rugby est alors dans une période trouble entre « amateurisme, professionnalisme et amateurisme marron » comme on le disait à l'époque[4].

L'âge d'or du Lyon OU modifier

En 1928, le club accueille de nouvelles recrues venues d’Occitanie, parmi lesquels deux internationaux biens connus Vincent Graule et de Jean Brial. D'autres joueurs accompagnent la montée en puissance du club tels Roger Claudel, Joseph Griffard, Lucien Lafond et Henri Marty.

Vice-champion de France 1931 modifier

 
Toulon (maillots foncés)-Lyon (maillots clairs), en finale du championnat de rugby 1931 : le Toulonnais Lafontan tente d'intercepter le Lyonnais Cartier.

En 1931, le championnat se joue sans 12 équipes majeures qui avaient alors en sécession de la FFR fondé l'UFRA[5]. Cette année-là Toulouse remporte le Tournoi des Douze. En championnat de France, le LOU s'incline en finale contre le RC Toulon 6-3[6].

Champion de France et finaliste du challenge Yves du Manoir 1932 modifier

 
Le Lyon OU, champion de France en mai 1932.
 
Le LOU champion de France de rugby à XV pour la première fois le 5 mai 1932 à Bordeaux.

En 1932, le championnat se joue sans 14 équipes majeures qui disputent l'UFRA. Cette année-là Toulouse remporte également le Tournoi des Quatorze. En championnat de France, le LOU remporte le titre en finale contre le RC Narbonne.

Membre fondateur du challenge Yves du Manoir[7], le club participe à la première édition dont il termine second, devancé par le SU Agen[8].

Champion de France et vainqueur du challenge Yves du Manoir 1933 modifier

 
Le match LOU-Narbonne du 7 mai 1933 (2e finale du championnat remportée par le LOU).
 
Finale du championnat 1933, les avants du LOU passent le ballon à leur demi de mêlée Brial (9, de dos) ; l'équipe est la première à réussir le doublé championnat / challenge du Manoir.

Le championnat de l'UFRA ne connut que deux éditions après deux années de brouille si bien que le championnat 1933 passa de 40 à 54 clubs avec le retour de tous les clubs.

Le LOU sous la conduite de son capitaine Vincent Graule atteint alors son apogée et remporte le championnat en finale toujours contre le RC Narbonne et réalise le doublé en remportant également le challenge Yves du Manoir devant le SU Agen[9].

Longue période de disette après la Seconde Guerre mondiale modifier

Après la Seconde Guerre mondiale, le rugby à XV lyonnais connaît une période de déclin qui peut être imputée tout d'abord à l'émergence du rugby à XIII dans la région puis à la popularité du football, l'Olympique lyonnais jouant en première division dès 1954. Sur le plan régional, le LOU est concurrencé par les clubs isérois voisins du CS Vienne champion de France en 1937 et du FC Grenoble champion de France en 1954.

Le LOU parvient en quart de finale du championnat 1950-51. Par la suite le LOU est rattrapé sur le plan régional par les Ardéchois de La Voulte champion de France en 1970, les Drômois de Romans et plus récemment par les Isérois du CS Bourgoin-Jallieu.

Le demi de mêlée Chris Laidlaw rejoint le club pour les saisons 1970, année où il permet au club de retrouver la première division et 1971 où Lyon arrache de justesse le maintien.

Deuxième de sa poule, Lyon atteint ensuite les huitièmes de finale du Championnat en 1975 où il est éliminé de peu 14-9 par le RC Narbonne vice-champion de France[10].

Champion de France de deuxième division 1989 modifier

En 1989 le Lyon OU s'impose en finale sur le score de 21 à 12 face à Cahors. Il joue alors deux saisons en première division groupe B. Après un maintien acquis difficilement en 1990, Lyon est relégué l'année suivante en deuxième division.

Champion de France de deuxième division 1992 modifier

Remonté en première division groupe B en 1990, le club redescend deux ans plus tard en deuxième division. Il recrute alors une colonie de joueurs du Sud-Ouest avec notamment l'ancien ailier international dacquois Jacques Bégu reconverti au centre, l'arrière bayonnais Didier Sallaber mais aussi l'ancien agenais Philippe Bérot ou encore le deuxième ligne castrais Éric Mercadier. Lyon remonte immédiatement en première division, remportant au passage le titre de champion de France devant Bagnères 22-14 et le Challenge de l'amitié devant le SO Ugine-Albertville 41-24.

Accession à l'élite et déclin du club modifier

Le Lyon OU, demi-finaliste du championnat de France de première division groupe B 1993 connaît une deuxième accession consécutive et participe au championnat de France 1994. Il termine dernier de son groupe avec 2 victoires pour 12 défaites. En Coupe André Moga pour le maintien dans l'élite, il est ensuite relégué de justesse au goal-average comparatif qui profite à Tarbes. Le club retrouve la première division groupe B entre 1995 et 1997, année où il est relégué en deuxième division fédérale, le 4e niveau hiérarchique du rugby français.

Demi-finaliste du championnat de France de deuxième division, Lyon retrouve la première division groupe B en 1999. Si la première année, il manque pour un point la qualification au profit d'Ugine-Albertville, il remonte progressivement dans la hiérarchie les deux saisons suivantes.

Le Lyon OU s'installe dans le rugby professionnel modifier

Champion de France de Fédérale 1 2002 et accession en Pro D2 modifier

Il remporte ce championnat en 2002 et accède à la Pro D2 en 2003. Après une bonne saison 2006, le LOU se renforce nettement avec l'arrivée de nouveaux joueurs et d'un nouvel encadrement. Malgré ces renforts, le LOU ne se qualifie pas pour le tour final de montée au Top 14.

 
Le LOU affronte le Stade montois à domicile en Pro D2 en 2005.

Champion de France de Pro D2 2011 modifier

Il faut attendre la saison 2011 et une place de 1er du championnat de France de Pro D2 pour que le LOU soit enfin promu en Top 14. Le club ne reste pas longtemps au sein de l'élite, puisque, terminant dernier de la saison 2011-2012, il retourne en Pro D2 pour la saison 2013. Malgré cette relégation, il parvient néanmoins à recruter un des joueurs les plus connus du rugby français : l'international Sébastien Chabal.

Malgré un début de saison 2012-2013 plutôt réussi, le club enchaîne les mauvais résultats à partir de l'automne 2012 et voit les équipes de têtes s'échapper. Le réveil du mois de mars, se révèle inefficace, l'équipe retombe dans ses travers quelques semaines plus tard pour finir la saison sur des défaites cinglantes (Albi, Pau ou Dax). L'équipe dirigeante annonce de nouveaux changements au niveau du staff technique avec les départs de Tom Smith et de Xavier Sadourny et les arrivées de Tim Lane et d'Olivier Azam. La saison est clairement un échec, le LOU, désigné comme favori pour l'accession directe avait pourtant réussi à conserver ses meilleurs joueurs et même à se renforcer (Chabal, Nallet...) pour atteindre ses objectifs.

Champion de France de Pro D2 2014 modifier

 
Au terme de la saison 2013-2014, le LOU est à nouveau sacré champion de France de 2e division.

La saison 2014 est celle de la rédemption. Encadrée par un nouveau staff technique (Tim Lane, Olivier Azam et David Ellis) et renforcée par des joueurs revanchards ou prometteurs (Lachie Munro, Jérémy Castex, Joseph Tu'ineau) ou des jokers médicaux performants (Kendrick Lynn, Wian du Preez ou encore Frans Viljoen), l'équipe enchaîne les victoires (11 victoires sur les 12 premiers matchs). Après une période hivernale plus délicate (défaites à Tarbes, Agen et Narbonne), le LOU se reprend pour être, au soir de la 28e journée, sacré champion de France de Pro D2 et promu directement dans le championnat élite. Afin de proposer un effectif capable de se maintenir en Top 14, l'équipe est d'ores et déjà active sur le marché de transfert avec les arrivées de Pierrick Gunther, Georges Smith, Emmanuel Felsina, Karim Ghezal, Stephen Brett, Hoana Tui, Charles Malet, Jérôme Porical, Mathieu Lorée ou encore Julien Puricelli[11],[12]. Plusieurs joueurs quittent le club au terme de la saison comme Julien Dumora (Castres), Jérôme Bosviel (Bourgoin) et Laurent Tranier (SA Charente XV) ou mettent un terme à leur carrière (Sébastien Chabal, Xavier Fiard, Wakanivuga).

La saison 2014-2015 est un échec, le LOU rugby ne parvient pas à se maintenir au plus haut niveau. Les blessures de joueurs importants (Gunther, Du Preez), l'absence de performance de l'équipe à l'extérieur (aucune victoire), les contre-performances à domicile et les frictions en interne font que l'équipe termine bonne dernière du championnat et est logiquement reléguée en Pro D2.

Champion de France de Pro D2 2016 modifier

Une nouvelle fois, le staff est complètement remanié avec les départs de Tim Lane en cours de saison, de Scott Wisemantel vers Montpellier et d'Oliver Azam vers Oyonnax et les arrivées de Pierre Mignoni en tant qu'entraîneur principal et de Sébastien Bruno en tant qu'entraîneur des avants.

L'effectif est lui également remanié avec les départs notamment de Lionel Nallet (retraite), George Smith (Wasps) et Rickie Januarie (La Rochelle) et les arrivées de Napoleoni Nalaga et de Julien Bonnaire en provenance de Clermont ou encore de David Attoub en provenance de Montpellier.

Le LOU est de nouveau sacré champion de France de Pro D2 avec 117 points le club termine premier et promu directement dans le championnat élite.

Le Lyon OU en quêtes de sommets du rugby français et européen modifier

Double demi-finaliste en 2018 et 2019 modifier

Le LOU de Michalak élimine en barrage le RC Toulon vice-champion de France 2017 à Stade Mayol de Toulon (19-19, 2 essais à 1). Puis Lyon s'incline lourdement contre le Montpellier HR de Louis Picamoles en demi-finale au Groupama Stadium, devant 58 664 spectateurs, battant ainsi le record d'affluence tout événements confondus du stade. De jeunes joueurs issus du centre de formation s'affirment comme de futurs pensionnaires du Top 14 à l'image de Baptiste Couilloud, Pierre-Louis Barassi ou encore Félix Lambey.

L'année suivante, Lyon prend sa revanche en éliminant en barrage à Gerland Montpellier vice-champion de France 2018, sur le score de 21-16. À Bordeaux, le LOU s'incline encore (33-13) en demi-finale contre Clermont, vainqueur du Challenge européen 2019. La saison suivante, le LOU est deuxième avant l’arrêt de championnat en raison de la pandémie de Covid-19. Quatre joueurs lyonnais sont convoqués par Fabien Galthié pour disputer le Tournoi des Six Nations 2020 : Demba Bamba, Dylan Cretin, Baptiste Couilloud, Killian Geraci une première pour le club rhodanien depuis le début de l'ère professionnelle.

Vainqueur du Challenge européen 2022 modifier

 
Le Lyon olympique universitaire rugby remporte le Challenge européen en 2022.

En Challenge européen 2021-2022, Lyon élimine Worcester puis les Écossais de Glasgow en quart de finale (35-27). En demi-finale, Lyon élimine les Wasps (20-18).

Le LOU accède alors pour la première fois de son histoire à la finale du Challenge européen au Stade Vélodrome de Marseille. Les Lyonnais remportent le Challenge européen en battant le RC Toulon (30-12).

Lors de la saison 2022-2023, en Top 14, Lyon est éliminé en barrage, à domicile au stade Gerland, par l'Union Bordeaux Bègles (25-32). En Challenge européen, le RC Toulon prend sa revanche en éliminant le LOU tenant du titre (48-23) en quart-de-finale au Stade Mayol de Toulon.

Lors de la saison 2023-2024, Fabien Gengenbacher en provenance du FC Grenoble remplace Xavier Garbajosa au poste de manager[13].

Identité visuelle modifier

Couleurs et maillots modifier

Équipementiers :

modifier

Supporters modifier

Le LOU Rugby compte plusieurs associations de supporters :

  • La Meute[14]
  • Les Lougdunums[15]
  • Les Lounited
  • L'Amicale des anciens du LOU

Le stade modifier

Stade des Iris modifier

Anciennement, le club utilisait le stade des Iris à Villeurbanne.

 
Match du LOU au stade des Iris de Villeurbanne, années 1950.

Stade Vuillermet (Jusqu'en 2011) modifier

Jusqu'en 2011, il a évolué au stade Vuillermet, d'une capacité de 4 822 places.

 
Stade Vuillermet avant un match du LOU.

Matmut Stadium (2011-2015) modifier

Le stade Vuillermet étant vieillissant et inadapté pour le Top 14, les dirigeants du club ont évoqué le projet de construction d'un stade modulable d'un peu moins de 10 000 places. Réalisable « en dix mois » selon Thierry Braillard, adjoint aux sports de la ville de Lyon, le projet comprend la construction d'une enceinte modulable qui devra sortir de terre à l'automne 2011 sur la plaine des Jeux des États-Unis, dans le 8e arrondissement de Lyon[16]. Le , le LOU et la Matmut ont signé un accord de naming, la Matmut était déjà partenaire du club rhodanien pour le financement du stade modulable dans lequel l'équipe joue depuis l'automne 2011 et qui a pris le nom de Matmut Stadium. Le montant de l'accord serait d'un million d'euros par saison pendant cinq ans[17].

Fin , le stade modulaire de 7 998 places a été réalisé en moins de trois mois à Vénissieux pour un coût de 11,2 millions d'euros HT comprenant l'infrastructure en général ainsi que le montage de l'enceinte et la pelouse, pour un premier match en Top 14 en [18]. À la fin de la saison 2013-2014 qui voit la montée du club à l'échelon supérieur, Yann Roubert le président du LOU confirme la volonté d'agrandir le stade et de porter sa capacité de 8 000 à 12 000 places[19].

 
Matmut Stadium de Vénissieux.

Matmut Stadium de Gerland (depuis 2016) modifier

Après avoir évolué de nombreuses années au stade Vuillermet, d'une capacité de 4 822 places, le LOU rugby occupe depuis le Matmut Stadium dont il est le propriétaire et qui, au départ, a été envisagé comme une solution temporaire. En effet, il est prévu que le LOU change de stade d'ici quelques années. Le club occuperait alors le stade de Gerland (40 094 places), laissé vacant par l'Olympique lyonnais au profit du Parc Olympique lyonnais.

Des études sont menées depuis 2007 en vue d'optimiser la mutation du stade de Gerland en une enceinte adaptée au Top 14 et aux spécificités du public lyonnais (réduction de la capacité d'accueil, mise aux normes sportives, requalification des sites annexes...)[20]. Dans cette optique, la ville de Lyon, actuel propriétaire de l'infrastructure, s'est résolue en 2009 à dégager les investissements nécessaires à la remontée et au maintien du LOU rugby en Top 14[21].

Afin de répondre aux nombreuses questions suscitées par ce projet de déménagement, notamment en termes d'affluence, il fut décidé d'organiser la rencontre contre le FC Grenoble Rugby comptant pour la 6e journée de pro D2 au stade de Gerland, le . Ce match, remporté par le LOU (39-20), a attiré 32 000 spectateurs, faisant de cette rencontre le record de fréquentation pour un match de Pro D2[22]. Selon Yvan Patet, Président du LOU rugby, « ce premier match du LOU rugby à Gerland marque un pas important dans notre montée en puissance, sur notre capacité à fédérer un large public et montrer un spectacle sportif de qualité. Le rugby lyonnais a pour objectif d'occuper de manière permanente le stade de Gerland à l'horizon 2014 - 2015, nous nous devons de commencer à travailler maintenant afin de roder notre système d'organisation »[23]. L'opération est menée une seconde fois lors de la 28e journée (défaite 18 à 19 face à Oyonnax) et 35 000 spectateurs feront le déplacement à Gerland[24]. Dans le cadre de la saison 2011-2012, le club a effectué trois délocalisations pour les affiches opposant le LOU au Stade toulousain, au Castres olympique, ou encore au Stade français Paris[25].

Le LOU prendra possession du Stade de Gerland, qui sera inoccupé dès lors que l’Olympique Lyonnais s’installera dans son nouveau stade, provisoirement baptisé Stade des Lumières. C’est le maire de Lyon, Gérard Collomb, qui a fait cette déclaration au quotidien Le Progrès : « Le stade de Gerland sera le stade permanent du LOU ». Il est toutefois prévu que le Stade de Gerland subisse des travaux de reconfiguration d’une durée de trois ans qui verront sa capacité passer de 41 000 à 35 000 places[26]. En , Olivier Ginon confirme l'entrée du club au Stade de Gerland à partir du mois de [27].

Le , le LOU dispute son premier match dans sa nouvelle enceinte à l'occasion de la réception du FC Grenoble Rugby dans le cadre d'un match de Challenge Cup, devant environ 17 000 spectateurs.

Pour la plupart de ses matchs, le LOU rugby utilise Gerland avec une configuration de 25 000 places, en bâchant une partie des virages Nord et Sud.

 
Matmut Stadium de Gerland avant un match du LOU en 2019, après rénovation.

Participation au championnat d'élite depuis 1946 modifier

La liste suivante indique les saisons disputées par le LOU de 1946 à 1994 dans le championnat d'élite (dont l'appellation a changé au fil des ans) : 1946-47 à 1955-56, 1959-60 à 1968-69, 1970-71 à 1972-73, 1974-75 à 1977-78 et 1993-94.

Sa meilleure performance durant cette période est une qualification en 1/4 de finale lors de la saison 1950-51.

  • en 2002-2003, le LOU termine 5e de la saison régulière et ne participe pas à la phase finale.
  • en 2003-2004, le LOU est battu en demi-finale par le FC Auch, champion de Pro D2 cette année-là, sur le score de 11-16;
  • en 2004-2005, le LOU est battu en finale par le Stade aurillacois, qui sera éliminé en barrage pour une place dans le Top 14, sur le score de 19-21.
  • en 2005-2006, le LOU termine 12e du championnat.
  • en 2006-2007, le LOU termine 6e du championnat.
  • en 2007-2008, le LOU est battu en demi-finale par le Stade montois 6-12.
  • en 2008-2009, le LOU termine 6e de la saison régulière et n'est donc pas qualifié pour la phase finale.
  • en 2009-2010, le LOU est battu en finale par le Stade rochelais 26-32.
  • en 2010-2011, le LOU termine premier au classement et est promu en Top 14.
  • en 2011-2012, le LOU termine 14e du Top 14 et est donc relégué en Pro D2.
  • en 2012-2013, le LOU termine 8e de la Pro D2 et n'est donc pas qualifié pour les barrages de montée en Top 14.
  • en 2013-2014, le LOU termine premier au classement du Pro D2 et est promu en Top 14.
  • en 2014-2015, le LOU termine 14e du Top 14 et est donc relégué en Pro D2.
  • en 2015-2016, le LOU termine premier au classement du Pro D2 et est promu en Top 14.
  • en 2016-2017, le LOU termine 10e du Top 14.
  • en 2017-2018, le LOU termine 5e du Top 14 et se qualifie ensuite pour les demi-finales du Top 14, après sa victoire sur le RCT à Toulon. Le LOU est éliminé en demi face à Montpellier.
  • en 2018-2019, le LOU termine 3e du Top 14 et se qualifie ensuite pour les demi-finales du Top 14, après sa victoire sur le MHR (Montpellier) à Lyon. Le LOU est éliminé en demi face à l'ASM (Clermont) au Matmut Atlantique (Bordeaux).
  • en 2019-2020, le LOU termine 2e du Top 14 après 17 journées. Le championnat est alors arrêté en raison de l'épidémie de coronavirus.
  • en 2020-2021, le LOU termine 9e du Top 14 et se qualifie pour la 2022 du Challenge européen
  • en 2021-2022, le LOU termine 9e du Top 14 et se qualifie pour la Coupe d'Europe en remportant le Challenge européen.
  • en 2022-2023, le LOU termine 3e du Top 14 et se qualifie pour la Coupe d'Europe.

Palmarès modifier

Palmarès du LOU Rugby
Compétitions nationales Compétitions européennes Compétitions de jeunes et saisonnières
Championnat de France de première division
Challenge Yves du Manoir
  • Vainqueur (1) : 1933
  • Second (1) : 1932
Championnat de France de Pro D2
Championnat de France de deuxième division
Championnat de France de Fédérale 1
  • Champion (1) : 2002
Challenge de l’Amitié
Challenge européen
  • Vainqueur (1) : 2022
Coupe Frantz Reichel
Championnat de France espoirs
  • Finaliste des playoffs (1) : 2017
Championnat de France Reichel B
  • Vice-champion (1) : 1986
Championnat de France Crabos
Championnat de France Cadets
  • Champion (1) : 1984
  • Vice-champion (1): 1983
Matmut Cup
  • Vainqueur (1) : 2015
Challenge Auvergne
  • Vainqueur (1) : 2019

Les finales du Lyon OU modifier

Challenge européen
Date de la finale Vainqueur Finaliste Score Lieu de la finale Spectateurs
  Lyon OU   RC Toulon 30-12 Stade Vélodrome, Marseille 51 431
Championnat de France
Date de la finale Vainqueur Finaliste Score Lieu de la finale Spectateurs
RC Toulon Lyon OU 6-3 Parc Lescure, Bordeaux 10 000
Lyon OU RC Narbonne 9-3 Parc Lescure, Bordeaux 13 000
[28] Lyon OU RC Narbonne 10-3 Parc Lescure, Bordeaux 15 000
Barrage d'accession en Top 14
Date de la finale Vainqueur Finaliste Score Lieu de la finale Spectateurs
Stade rochelais Lyon OU 32-26 Stade Amédée-Domenech, Brive 15 000
Finale qualificative pour le barrage d'accession en Top 14
Date de la finale Vainqueur Finaliste Score Lieu de la finale Spectateurs
Stade aurillacois Lyon OU 21-19 Stade Marcel-Michelin, Clermont-Ferrand 14 000
Championnat de France de deuxième division
Date de la finale Vainqueur Finaliste Score Lieu de la finale Spectateurs
Stade bordelais UC Lyon OU 14-11 Stade Louis-Darragon, Vichy
Blagnac rugby Lyon OU 38-3 Stade Nicolas-Kaufmann, Nîmes
Lyon OU Stade cadurcien 22-12 Stade Roger-Léniaud, Ussel 3 072
Lyon OU Stade bagnérais 22-14 Stade Louis-Trigit, Pézenas
Championnat de France de Fédérale 1
Date de la finale Vainqueur Finaliste Score Lieu de la finale Spectateurs
Lyon OU SC Albi 28-23 Stade Nicolas-Kaufmann, Nîmes 3 500
Challenge de l'Amitié
Date de la finale Vainqueur Finaliste Score Lieu de la finale Spectateurs
1989 Lyon OU CS Vienne 6-3
1992 Lyon OU SO Chambéry 41 - 24

Rivalités modifier

Lyon partage une rivalité avec le FC Grenoble dans le derby régional pour un classique du championnat de France[29] mais également avec le club de Bourgoin ou encore plus récemment avec celui d'Oyonnax[30][source insuffisante] ainsi que l'ASM Clermont Auvergne.

Effectif 2023-2024 modifier

Nom Poste Naissance Nationalité sportive International Dernier club Arrivée au club
(année)[Note 2]
Demba Bamba Pilier   France   CA Brive 2019
Vivien Devisme Pilier   France - CA Brive 2019
Feao Fotuaika Pilier   Tonga     Queensland Reds 2022
Hamza Kaabeche Pilier   France - Formé au club 2016
Valentin Simutoga Pilier   France - ASM Clermont 2023
Paulo Tafili Pilier   France - Stade toulousain 2022
Sébastien Taofifénua Pilier   France   RC Toulon 2021
Jérôme Rey Pilier   France - FC Grenoble 2021
Yanis Charcosset Talonneur   France - Formé au club 2021
Liam Coltman Talonneur   Nouvelle-Zélande     Highlanders 2022
Guillaume Marchand Talonneur   France - Stade toulousain 2021
Killian Geraci Deuxième ligne   France   FC Grenoble 2019
Mickaël Guillard Deuxième ligne   France - RC Massy 2020
Joel Kpoku Deuxième ligne   Angleterre -   Saracens 2021
Félix Lambey Deuxième ligne   France   AS Béziers 2016
Alban Roussel Deuxième ligne   France - Union Bordeaux Bègles 2023
Romain Taofifénua Deuxième ligne   France   RC Toulon 2021
Liam Allen Troisième ligne   Nouvelle-Zélande -   Canterbury 2022
Arno Botha Troisième ligne   Afrique du Sud     Bulls 2022
Dylan Cretin Troisième ligne   France   Formé au club 2016
Loann Goujon Troisième ligne   France   Union Bordeaux Bègles 2018
Maxime Gouzou Troisième ligne   France - Stade montois 2022
Pierre-Samuel Pacheco Troisième ligne   France - Colomiers rugby 2023
Beka Saghinadze Troisième ligne   Géorgie   Stade aurillacois 2021
Jordan Taufua Troisième ligne   Samoa     Leicester Tigers 2021
Théo William Troisième ligne   France - US bressane 2022
Baptiste Couilloud Demi de mêlée   France   Formé au club 2016
Jean-Marc Doussain Demi d'ouverture   France   Stade toulousain 2018
Martin Page-Relo Demi de mêlée   Italie   Stade toulousain 2023
Léo Berdeu Demi d'ouverture   France - SU Agen 2020
Paddy Jackson Demi d'ouverture   Irlande     London Irish 2023
Fletcher Smith Demi d'ouverture   Nouvelle-Zélande -   Green Rockets Tokatsu 2022
Kyle Godwin Centre   Australie     Western Force 2022
Josiah Maraku Centre   Nouvelle-Zélande - RC Narbonne 2022
Alfred Parisien Centre   France - Formé au club 2020
Semi Radradra Centre   Fidji     Bristol Bears 2023
Thibaut Regard Centre   France - Formé au club 2011
Thaakir Abrahams Ailier   Afrique du Sud -   Sharks 2023
Ethan Dumortier Ailier   France   CS Bourgoin-Jallieu 2019
Monty Ioane Ailier   Italie     Melbourne Rebels 2023
Xavier Mignot Ailier   France   FC Grenoble 2017
Vincent Rattez Ailier   France   Montpellier HR 2023
Toby Arnold Arrière   Nouvelle-Zélande -   Bay of Plenty 2013
Davit Niniashvili Arrière   Géorgie     Khvamli RC 2021
Alexandre Tchaptchet Arrière   France - RC Massy 2020

Joueurs emblématiques modifier

Liste des entraîneurs modifier

Saisons Entraîneurs Adjoints Titres
Années 1920   Georges Orfidan[31]
1989-1990   Bruno Anne
  Christian Colombat
1990-1991   André Buiret
1992-1993   François Monteil
1993-1995   François Monteil
  Michel Arnoldi
1995-1996   Jean Pierre Béguin
  Roger Robin
1996-1997   Bernard Ferret
  Patrick Zanone
1997-1999   Murray Kidd
  Roger Robin
1999-2000   Murray Kidd
  Richard Pivano
  Patrick Zanone
2000-2001   Murray Kidd
  Jean Michel Thevenon
2001-2003   Jean Henri Tubert Bertrand Potherat Championnat de France de Fédérale 1 2002
2003-2004   Bertrand Potherat
2004-2005   Jean Henri Tubert et Bertrand Potherat
2005-2006   Jean Henri Tubert puis Cedric Chaubeau
2006-2007   Christian Lanta   Alain Penaud (arrières)
2007-2011   Raphaël Saint-André
  Matthieu Lazerges
Champion de Pro D2 2011
2011-Fev.2012   Raphaël Saint-André   Matthieu Lazerges
  Pascal Peyron (avants)
Février 2012-2012   Xavier Sadourny (arrières)
  Pascal Peyron (avants)
2012-2013   Tom Smith (avants)
  Xavier Sadourny (arrières)
2013-2014   Tim Lane   Olivier Azam (avants)
  David Ellis (consultant)
Champion de Pro D2 2014
2014-22/03/2015   Olivier Azam (avants)
  Scott Wisemantel (arrières et skills)
  David Ellis (consultant)
22/03/2015-2015   Olivier Azam (avants)   Scott Wisemantel (arrières et skills)
  David Ellis (consultant)
2015-2016   Pierre Mignoni   Sébastien Bruno (avants)
  David Ellis (arrières)
Champion de Pro D2 2016
2016-2017   Sébastien Bruno (avants)
  David Ellis (défense)
  Karim Ghezal (touche)
  Kendrick Lynn (arrières & skill)
2017-21/03/2018   Sébastien Bruno (avants)
  Karim Ghezal (avants)
  Kendrick Lynn (arrières & skill)
21/03/2018-2019   Karim Ghezal (avants)
  David Attoub (mêlée)
  Kendrick Lynn (arrières & skill)
2019 - 2020   David Gérard (avants)
  David Attoub (mêlée)
  Kendrick Lynn (arrières & skill)
2020 - 2021   David Gérard (avants)
  David Attoub (mêlée)
  Kendrick Lynn (trois-quarts)
  Julien Puricelli (touche)
2021 - 2022   Julien Puricelli (avants)
  David Attoub (mêlée)
  Kendrick Lynn (trois-quarts)
Challenge européen 2022
2022 - 2023   Xavier Garbajosa   Julien Puricelli (avants)
  Didier Bès (mêlée)
  Kendrick Lynn (trois-quarts)
  Coenie Basson (défense)
2023 -   Fabien Gengenbacher   Julien Puricelli (avants)
  Alan-Basson Zondagh (trois-quarts)
  Arnaud Héguy[32] (mêlée)
  Coenie Basson (défense)

Liste des présidents modifier

  • 1978 - 1983 : Louis Fillat
  • 1983 - 1986 : Franck Seignol
  • 2000 - 2005 : Jacques Cadario
  • 2005 - 2014 : Yvan Patet
  • 2014 - : Yann Roubert

Autres équipes modifier

Équipe de rugby à VII modifier

  • Supersevens 2020

Le LOU Rugby dispute la première compétition professionnelle de rugby à sept en France, le Supersevens 2020 se déroulant le à la Paris La Défense Arena.

L'équipe engagée est notamment composée de Toby Arnold et Jean-Marcellin Buttin, joueurs de l'équipe à XV. Le champion olympique 2016 Josua Tuisova a quant à lui déclaré forfait quelques jours avant le tournoi.

La formation lyonnaise termine à la 13e place, après deux revers contre le Racing 92 et l'ASM Clermont Auvergne puis une victoire contre le CA Brive.

Équipe féminine modifier

La section rugby du Lyon OU comporte une section féminine, les Louves.

Pour la saison 2019-2020, l'équipe première évolue en Élite 1, tandis que l'équipe réserve joue en Fédérale 1.

Il existe également une équipe cadette à XV et à X au club, et une équipe à X en section sport-étude au lycée Jacques-Brel.

Équipes de jeunes modifier

Le LOU[33] dispose d'équipes dans toutes les catégories élites des championnats de France: Espoirs[34], National U18[35] en rassemblement avec RC Rillieux, Crabos[36], Cadettes à XV et à X[37], Alamercery[38], Gaudermen[39], moins de 14 ans ainsi qu'une école de rugby.

Le club a signé un rassemblement nommé L.O.U Métropole[39], qui regroupe les clubs suivants : Ovale Reins Amplepuis, AS Ampuis Côte Rôtie, Rugby Club Pays de l'Ozon, US Vénissieux, AS Villeurbannaise E.L, Ol St Genis Laval, Arcol Rugby, et le LOU Rugby. Il a aussi signé un rassemblement nommé RAS Rillieux L.O.U[35] en U18.

Équipes cadettes modifier

Le club comprend également une section Cadettes[40]. Elle participe au championnat de France de rugby à XV et de rugby à 10 de cette tranche d'âge. Elles ont 2 entraînements par semaine à la plaine des jeux de Gerland[41],[42].

Il a également mis en place depuis 2012 une section sport-étude féminine, en partenariat avec le lycée Jacques-Brel à Vénissieux. Les filles qui habitent loin de Lyon sont en internat au lycée professionnel Tony-Garnier dans le quartier Mermoz à Bron[43]. Elles ont 6 entraînements par semaine au stade Laurent Gérin[41] à Vénissieux et 2 entraînements à la plaine des jeux de Gerland avant les entraînements du LOU. Et elles participent au championnat de France des lycées de rugby à 10 en fin d'année.

Notes et références modifier

Notes modifier

  1. a et b Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.
  2. Pour les joueurs formés au club, année de leur première apparition en équipe professionnelle.

Références modifier

  1. « Mentions légales », sur www.lourugby.fr (consulté le ).
  2. Pierre-François Gros, « L’émergence et l'évolution du rugby à Lyon »
  3. Garcia 1996, p. 809.
  4. L’amateurisme marron dans le rugby français (1912-1939)
  5. Garcia 1996, p. 256.
  6. « 1931 (1re division) », sur archive.wikiwix.com, 17 février 2011 (consulté le 14 mars 2019).
  7. Mérillon 1990, p. 18.
  8. Mérillon 1990, p. 19.
  9. Mérillon 1990, p. 20.
  10. Henri Garcia 1996, p. 485 et 486.
  11. « Lyon en Top 14 ! », sur lequipe.fr,
  12. « Porical trois ans au LOU », sur lequipe.fr,
  13. « Fabien Gengenbacher prochain manager du LOU », sur L'Équipe (consulté le )
  14. « La Meute Du LOU Rugby », sur lourugby.fr (consulté le ).
  15. OVHcloud, « Félicitations ! », sur lougdunums.fr (consulté le ).
  16. « Le futur stade du LOU », sur leprogres.fr,
  17. « Stade : accord LOU - Matmut », sur lequipe.fr,
  18. Le Moniteur no 5627 du 30 septembre 2011
  19. Laurent Genin, « Yann Roubert: "Le but est de faire de Lyon une ville de rugby" »,
  20. Stade Gerland "avenir", Olyon
  21. L’avenir de Gerland au conseil, Guide de Lyon
  22. LOU Rugby : pari Gerland réussi, Mlyon
  23. Le LOU Rugby part en conquête au stade de Gerland, Lyon Capitale
  24. Le LOU attendra
  25. « Top 14 Orange, quel impact commercial pour le LOU? », sur www.sportbizinside.com, Sportbizinside, (consulté le )
  26. « Lyon : Le LOU à Gerland à partir de 2015 », sur rugby365.fr
  27. « Pro D2 - Lyon : Le Lou confirme son arrivée à Gerland en janvier 2017 », Rugbyrama,‎ (lire en ligne, consulté le )
  28. « 70 ans après, le lou montre de nouveau ses cros », sur Ligue nationale de rugby, (consulté le )
  29. « FCG/LOU : entre meilleurs ennemis », sur www.ledauphine.com (consulté le )
  30. « J - 4 AVANT LOU / GRENOBLE AU STADE DE GERLAND », sur lourugby.fr
  31. « L'Auto-vélo : automobilisme, cyclisme, athlétisme, yachting, aérostation, escrime, hippisme / directeur Henri Desgrange », sur Gallica, (consulté le )
  32. « Arnaud Héguy nouveau coach de la mêlée du LOU », sur L'Équipe (consulté le )
  33. « L.O.U Équipes », sur ffr.fr (consulté le )
  34. « L.O.U Reichel/Espoirs 2019/2020 », sur ffr.fr (consulté le ).
  35. a et b « RAS Rillieux L.O.U 2019/2020 », sur ffr.fr (consulté le ).
  36. « L.O.U Crabos 2019/2020 », sur ffr.fr (consulté le ).
  37. « L.O.U Cadette à X 2019/2020 », sur ffr.fr (consulté le ).
  38. « L.O.U Alermercery 2019/2020 », sur ffr.fr (consulté le ).
  39. a et b « L.O.U Métropole Gaudermen », sur ffr.fr (consulté le ).
  40. « Cadettes », sur lou1896.fr (consulté le ).
  41. a et b « Section élite à Jacques Brel », sur www.expressions-venissieux.fr (consulté le ).
  42. « La plaine des Jeux Gerland pour le Lou », sur www.lyonmag.fr (consulté le ).
  43. « Un nouveau maillot pour l’équipe féminine de rugby du lycée Jacques-Brel », sur www.expressions-venissieux.fr (consulté le ).

Annexes modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie modifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Gérard Corneloup, « LOU (Lyon Olympique universitaire) », dans Dictionnaire historique de Lyon, Lyon, Éditions Stéphane Bachès, , p. 783-784.
  • Henri Garcia, La fabuleuse histoire du rugby, Éditions de la Martinière, 1996/, 935 p. (ISBN 2-7324-2260-6)
  • [Mérillon 1990] Jean Mérillon, Le Challenge Yves du Manoir : Histoire du rugby, Paris, Éditions Chiron, , 335 p. (ISBN 2-7027-0395X)  

Articles connexes modifier

Liens externes modifier