Ouvrir le menu principal

Jean-Michel Blanquer

homme politique et juriste français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Blanquer.

Jean-Michel Blanquer
Illustration.
Jean-Michel Blanquer en 2017.
Fonctions
Ministre de l'Éducation nationale et de la Jeunesse[a]
En fonction depuis le
(2 ans, 5 mois et 2 jours)
Président Emmanuel Macron
Premier ministre Édouard Philippe
Gouvernement Philippe I et II
Prédécesseur Najat Vallaud-Belkacem (Éducation nationale)
Patrick Kanner (Vie associative et Jeunesse)
Biographie
Date de naissance (54 ans)
Lieu de naissance Paris (France)
Nationalité française
Parti politique LREM (depuis 2017)
Diplômé de université Panthéon-Sorbonne
Institut d'études politiques de Paris
université Panthéon-Assas
Profession juriste
haut fonctionnaire
Ministres français de l’Éducation nationale

Jean-Michel Blanquer, né le à Paris, est un juriste, haut fonctionnaire et homme politique français.

Après avoir été recteur d'académie, il est directeur général de l'enseignement scolaire auprès du ministre de l'Éducation nationale Luc Chatel sous la présidence de Nicolas Sarkozy, puis directeur de l'École supérieure des sciences économiques et commerciales (ESSEC).

À partir de 2017, il est ministre de l’Éducation nationale dans les gouvernements d'Édouard Philippe.

BiographieModifier

FamilleModifier

Jean-Michel Blanquer est né le dans le 8e arrondissement de Paris, du mariage de Roland Blanquer, avocat[b] et d'Anne-Marie Vendeuil, enseignante[2].

Il est père de quatre enfants[2]. Ses trois premiers enfants sont issus de son mariage en 1991[3]. Il divorce en 2012[4] et se marie en secondes noces en 2018, avec une vice-procureure qui était son étudiante à l'Institut d'études politiques de Lille[5],[6].

Jeunesse et formationModifier

Il fait sa scolarité au collège Stanislas[2], établissement privé catholique situé dans le 6e arrondissement de Paris[7]. En 1982, il obtient un baccalauréat B au lycée Stanislas[8].

Alors qu'il est étudiant à Sciences Po Paris, en 1987, il rédige avec deux amis rencontrés au collège Stanislas, François Baroin et Richard Senghor, une « Déclaration du troisième millénaire », qui se veut une version actualisée de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789[9],[10]. Il restera par la suite proche de François Baroin, qu'il dira être son « presque frère »[7]. Il sera un temps étudiant à l'université Harvard, grâce à la bourse d'excellence Lavoisier du ministère des Affaires étrangères[11].

Il est titulaire d'un diplôme d'études approfondies (DEA) de droit public, d'une maîtrise de philosophie, d'un second DEA en science politique (Institut d'études politiques de Paris, 1989)[2],[12],[13]. Il devient ensuite docteur en droit (1993, université Panthéon-Assas)[14],[15] puis agrégé de droit public (1996)[2].

Parcours professionnelModifier

Entre 1989 et 1991, Jean-Michel Blanquer est chercheur coopérant à l’Institut français d'études andines à Bogota en Colombie. Il est attaché temporaire d’enseignement et de recherche à l’université Panthéon-Assas de 1992 à 1994, puis maître de conférences en droit public à l’université François-Rabelais de Tours. En 1996, il devient professeur de droit public à l’Institut d'études politiques de Lille[11], où il se lie d'amitié avec le futur directeur de l'institut, Pierre Mathiot[16]. De 1996 à 1998, il est également professeur à l'université Lille-II[11].

En 1998, il est nommé directeur de l'Institut des hautes études de l'Amérique latine (IHEAL) de l'université Paris III Sorbonne-Nouvelle et y enseigne le droit constitutionnel, la théorie du droit et le droit communautaire. En 2004, il est nommé recteur de l'académie de la Guyane pour deux ans. Puis, en 2006, il rejoint le cabinet du ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Gilles de Robien, comme directeur adjoint, poste qu'il quitte le pour devenir recteur de l’académie de Créteil, quand Xavier Darcos, dont il est proche, devient ministre. Sous sa direction, et avec l'appui du ministre, cette académie deviendra un laboratoire[7] où sont expérimentées des mesures telles qu'un microlycée pour les décrocheurs[17], les conventions d'éducation prioritaires avec Sciences Po[18] et l'internat d'excellence de Sourdun qu'il qualifie lui-même d'« utopie éducative concrète »[19],[20] et qu'il est chargé de développer en France.

Le , il devient le directeur général de l'enseignement scolaire (DGESCO) de Luc Chatel au ministère de l'Éducation nationale. Il est alors chargé d'élaborer et de mettre en œuvre la politique relative aux écoles, aux collèges ainsi qu'aux lycées généraux et professionnels. À l’automne 2011, lorsque le projet de repérage à la maternelle des élèves présentant des risques lors des apprentissages, dont il est l'inspirateur[21], provoque un tollé chez les syndicats, il déclare que « les professeurs sont en attente d'un outil comme ça », le projet s'inscrivant à ses yeux dans le plan de lutte contre l'illettrisme[22].

Après avoir quitté le ministère le , il tente une candidature infructueuse à la direction de l'IEP de Paris. Il fait partie des trois candidats, sur 32 prétendants, retenus par le comité de recherche[23]. Selon Patrick Fauconnier du Nouvel Obs, des universitaires membres des conseils de Sciences Po auraient subi des pressions pour voter Frédéric Mion. Jean-Michel Blanquer aurait aussi perdu des voix en ne proposant pas de projet d'« école d’affaires publiques ou de gouvernement » à Sciences Po contrairement à Frédéric Mion[24].

Jean-Michel Blanquer est nommé directeur général du groupe ESSEC en [25].

Il est décrit comme proche d'Alain Juppé[26] et du think tank Institut Montaigne (« qui a toujours défendu un courant libéral de l’enseignement »[27]). En 2015, il est invité par Sens commun, organisation proche de La Manif pour tous, à une table ronde à Marseille sur le thème de la réformabilité de l’école, mais ne pouvant pas s'y rendre, il se prête à une interview filmée[28].

Ministre de l'Éducation nationaleModifier

Il est nommé ministre de l'Éducation nationale dans le gouvernement Édouard Philippe le [21]. Le portefeuille de la Jeunesse est ajouté à ses attributions le 16 octobre 2018[29],[30].

Son directeur de cabinet est Christophe Kerrero, ancien membre du cabinet de Luc Chatel au ministère de l'Éducation nationale. Son directeur adjoint de cabinet est Raphaël Muller, normalien, son ancien directeur de la communication à l'ESSEC, et son chef de cabinet est Christophe Pacohil, qui occupait le même poste auprès de François Baroin au ministère de l'Économie[31]. Il est le seul membre du gouvernement à avoir pratiqué le système des dépouilles annoncé par Emmanuel Macron au cours de sa campagne (changement d'une grande partie des directeurs d’administration centrale après une élection présidentielle). En effet, au moment de son arrivée, le ministre aurait rencontré tous ses directeurs et laissé à chacun la possibilité de s’associer ou non à sa ligne politique[32]. Il procède notamment au remplacement du directeur général de l’enseignement scolaire (DGESco), un poste clé de son administration ; L'Opinion indique : « S’il a pu le faire, c’est qu’il connaît « la maison ». Et qu’il avait sous la main les hommes de rechange. Par ailleurs, il a fait l’inverse de ses prédécesseurs, qui à leur arrivée « faisaient tourner » les recteurs d’académie, mais laissaient en place la plupart des directeurs »[33].

Il annonce être membre de La République en marche en [34].

Juste après sa nomination, l'association SOS Éducation publie une interview dans laquelle Jean-Michel Blanquer discute du jargon du socle des connaissances. D'abord disponible en ligne, celle-ci disparaît ensuite, ce qui attire l'attention des médias. À sa lecture, Paul Devin, inspecteur de l'Éducation nationale et secrétaire général du syndicat national des personnels d'inspection SNPI-FSU, y voit une future privatisation du service public[35], à travers le développement des écoles privées[36]. Le délégué général de l'association, « proche de la cathosphère » pour la journaliste du site Arrêt sur images, Juliette Gramaglia, justifie le retrait de l'interview, réalisée plusieurs semaines auparavant, par la crainte que l'image droitière de l'association ne cause du tort au ministre notamment lors des négociations avec les syndicats[37].

Ses premières mesures au ministère (notamment, le dédoublement des classes de CP dans le réseau d'éducation prioritaire) sont reçues avec enthousiasme par une partie de l'opinion, mais beaucoup de personnes interrogées doutent encore de ses capacités à réformer efficacement l'Éducation nationale dans un contexte budgétaire étriqué[38].

La première action de Jean-Michel Blanquer est de revenir sur une partie de la réforme du collège de son prédécesseur immédiat, Najat Vallaud-Belkacem, en publiant un décret qui rétablit les classes bilangues, renforce les langues anciennes, rend facultatifs les enseignements pratiques interdisciplinaires et augmente l'autonomie des établissements[39].

Peu avant la rentrée des classes 2017, il affirme vouloir que les enseignants s’appuient sur la méthode syllabique pour l'apprentissage de la lecture, et non pas sur la méthode globale[40]. La secrétaire générale du Syndicat national unitaire des instituteurs, professeurs des écoles et PEGC (SNUIPP) s'interroge : « Est-ce de la méconnaissance ou la volonté de manipuler l'opinion en faisant croire que les enseignants appliquent la méthode globale, que l'école fait n'importe quoi et qu'on va remettre de l'ordre dans tout ça ? »[41]. Les syndicats s'interrogent également sur la mise en place matérielle du CP à 12 élèves, autre mesure phare du programme d'Emmanuel Macron appliquée dès la rentrée 2017.

En décembre 2017, il confirme l'interdiction du téléphone portable dans les écoles et collèges dès la rentrée 2018. Cette mesure figurait dans le programme d'Emmanuel Macron[42].

En 2018, il mène une réforme du baccalauréat général et technologique et une réforme du lycée.

Il déploie également des unités mobiles « laïcité » dans les lycées, afin de régler les problèmes liés aux comportements religieux de certains élèves[43].

Jean-Michel Blanquer pense que l’existence de lycées privés sous contrat d’association avec l’État appartenant à des fonds de pension américains ne pose pas de problème en l'état et soutient l'intérêt de l'enseignement privé. Il écrivait ainsi dans son ouvrage L’École de demain. Propositions pour une éducation nationale rénovée : « L’enseignement privé pourrait être un partenaire plus important encore du service public par sa capacité à expérimenter et à accompagner certains des grands enjeux sociaux et sociétaux de notre temps »[44].

En septembre 2018, il annonce la suppression de 1 800 postes dans l'enseignement secondaire sur les postes administratifs, amorçant une tendance opposée à l'évolution de la démographie scolaire puisque le nombre d'élèves devrait croître de 170 000 élèves entre les rentrées 2017 et 2022[45].

À partir de la rentrée 2018, un mouvement de contestation intervient contre son action. La réforme du lycée et du baccalauréat, la loi pour « une école de la confiance » et l'absence de revalorisation salariale sont au centre de la contestation[46]. Le mouvement a au début une tournure classique, s’organisant autour des syndicats enseignants et lycéens, mais, sur le modèle du mouvement des Gilets jaunes, des enseignants mènent ensuite des actions sous l'appellation des « Stylos rouges »[47]. Lors des épreuves du baccalauréat de 2019, pour la première fois depuis la création du baccalauréat, des enseignants convoqués pour assurer la surveillance des épreuves se mettent en grève[48]. Les rectorats sont donc obligés de faire appel à des étudiants, des contractuels ou du personnel administratif pour assurer le bon déroulement des épreuves[49]. Ne recevant pas de proposition de discussion, une partie des enseignants correcteurs du baccalauréat décident alors de ne pas saisir les notes dans le logiciel de remontée au niveau national[50]. La veille des résultats du baccalauréat, environ 80 000 copies manquent selon le secrétaire d'État auprès du ministre de l’Éducation nationale[46]>, entraînant des dysfonctionnements dans les jurys[51]. Afin que tous les élèves puissent avoir leurs résultats le 5 juillet, Jean-Michel Blanquer demande que les notes du contrôle continu issues du livret scolaire soient utilisées pour attribuer les notes manquantes[52].

D’ à , il est la deuxième personnalité politique la plus présente dans les matinales, avec 47 passages, derrière Yannick Jadot[53]. En , un sondage Odoxa fait état d'une forte baisse de sa popularité, indiquant que 46 % des Français ont une bonne opinion de lui, soit 16 points de moins que dix-huit mois plus tôt[54] : il s'avère particulièrement impopulaire chez les ouvriers (76 %), les salariés du public (63 %), les sympathisants de La France insoumise (62 %) et du Rassemblement national (69 %)[54]. Le même sondage indique que ses réformes sont soutenues par l’opinion publique, excepté la réforme du lycée et du bac[54].

TravauxModifier

Son mémoire de diplôme d'études approfondies[55] analyse les lois Savary sur l’éducation et leur conformité avec les grands principes constitutionnels. Ses séjours en Amérique latine, et notamment en Colombie où il vit de 1989 à 1991, l’amènent à publier des travaux sur la décentralisation et les nouvelles constitutions adoptées sur ce sous-continent. Son travail de thèse intitulé « les méthodes du juge constitutionnel » porte sur le Conseil constitutionnel français[56]. Il met en évidence une théorie de la hiérarchie des normes qui aboutit à une mise en cause de la notion de bloc de constitutionnalité pour lui préférer celle de système de références au travers d’une analyse de l’influence constitutionnelle et des processus de décision du juge. La constitution de la Ve République est analysée comme la résultante de l’histoire constitutionnelle française depuis 1789 en utilisant les critères de la théorie du régime mixte[57].

En parallèle, Jean-Michel Blanquer développe une réflexion sur un autre terrain avec Changer d’ère[58]. Il publie en 1999 avec Olivier Beaud un ouvrage collectif sur la responsabilité des gouvernants[59], qui montre une préoccupation concrète de l’évolution de la notion de responsabilité politique dans les systèmes constitutionnels contemporains. Ces travaux recoupent certains phénomènes pointés au titre de la société de droits : la pénalisation de la vie publique et plus globalement le risque de dilution de la distinction entre droit privé et droit public.

Il publie en 2015 avec Marc Milet un ouvrage sur deux grands juristes du début du XXe siècle, L’invention de l’État : Léon Duguit, Maurice Hauriou et la naissance du droit public moderne (Odile Jacob) qui donne lieu à plusieurs comptes rendus de la part d'autres spécialistes du droit public[60],[61].

PublicationsModifier

  • Avec Dario Fajardo, La decentralizacion en Colombia, estudios y propuestas, Ediciones IFEA/UNC, Bogotá, 1991.
  • Michel Baroin, les secrets d’une influence. Plon, Paris, 1992.
  • Avec Jérôme Cordelier, Le Sérail, histoire d’une promotion de l’ENA. Librairie académique Perrin, Paris, 1995.
  • Changer d’ère : progrès, déclin, transformation. Descartes et compagnie, Paris, 1996.
  • Dir. avec Christian Gros, La Colombie à l’aube du troisième millénaire, IHEAL, Paris, 1996.
  • Dir. avec Olivier Beaud, La Responsabilité des gouvernants, Descartes et compagnie, Paris, 1999.
  • Avec Hélgio Trinidade Helgio, Les Défis de l’éducation en Amérique latine, IHEAL, Paris, 2000.
  • Les Études de la documentation française : Amérique latine, 2002.
  • Avec Isidoro Cheresky, De la ilusión reformista al descontento ciudadano: las elecciones en Argentina, 1999-2001, Homo Sapiens ediciones, Rosario IHEAL, Paris, Instituto de Investigaciones Gino Germani (Universidad de Buenos Aires, Facultad de Ciencias Sociales), 2003.
  • Avec Hélène Quanquin, René Rémond, Willibald Sonnleitner et Christine Zumello, Voter dans les Amériques, 2005, 360 p.
  • Avec Fernando Carrillo Flórez et Willibald Sonnleitner, Explorando los territorios del voto: hacia un atlas electoral de Centroamérica. CAUDAL, Guatemala, CEMCA, México, 2006.
  • L'école de la vie. Pour que chacun puisse réussir, Paris, Odile Jacob, 2014, 310 p.
  • Avec Marc Milet, L’invention de l’État : Léon Duguit, Maurice Hauriou et la naissance du droit public moderne, Paris, Odile Jacob, 2015
  • L’École de demain : Propositions pour une Éducation nationale rénovée, Paris, Odile Jacob, 2016, 152 p.
  • La Colombie, PUF, coll. « Que sais-je ? », no 4091 paru le .
  • Construisons ensemble l'école de la confiance, Odile Jacob, 2018.

DistinctionsModifier

DécorationsModifier

PrixModifier

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Claude Meunier-Berthelot (préf. François Billot de Lochner), Blanquer, « ce monstre froid » : remède de cheval contre la « Blanquer-mania », Versailles, éditions des Trianons, .

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Portefeuille de la Jeunesse ajouté le 16 octobre 2018.
  2. Roland Blanquer (1924-2010), avocat à la cour d'appel de Paris, membre en 2006 du Haut Conseil des rapatriés auprès du Premier ministre, est mort en 2010, il était alors président de l'Académie des sciences d’outre-mer[1].

RéférencesModifier

  1. http://www.academieoutremer.fr/academiciens/fiche.php?aId=291
  2. a b c d e et f Who's Who in France, édition 2015, p. 316.
  3. Who's Who in France, édition 2013, p. 308.
  4. Mentions marginales de l'extrait d'acte de naissance en mairie de Paris 8e, année 1964, acte no 899.
  5. « Qui est Aurélia Devos, la nouvelle femme de Jean-Michel Blanquer ? », sur pureactu.com, .
  6. « Lesbiographies.com ».
  7. a b et c Elise Vincent, « Jean-Michel Blanquer, hyper-recteur », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 5 janvier 2018).
  8. « Pour son baccalauréat, Jean-Michel Blanquer avait pris une option bien surprenante », sur huffingtonpost.fr, .
  9. « La Déclaration de 1789 revue et corrigée par trois jeunes Parisiens », sur lemonde.fr, Le Monde, .
  10. « Droits de l'Homme. Des jeunes de quatre-vingts pays tentent de rédiger la déclaration universelle du troisième millénaire », sur lemonde.fr, Le Monde, .
  11. a b et c « Jean-Michel Blanquer et Frédérique Vidal, deux ministres pour l'Éducation nationale et l'Enseignement supérieur », EducPros,‎ (lire en ligne, consulté le 5 janvier 2018).
  12. « l'Association des Sciences-Po - Fiche profil », sur www.sciences-po.asso.fr
  13. SUDOC 096923105.
  14. Avec une thèse intitulée Les méthodes du juge constitutionnel et dirigée par Jacques Robert.
  15. SUDOC 041526929.
  16. « Bac : le père de la réforme répond aux lycéens en colère », sur L'Obs (consulté le 4 mars 2019).
  17. « Jean-Michel Blanquer, ministre à tout prix », sur leparisien.fr, (consulté le 2 avril 2019).
  18. « L'Académie cobaye du gouvernement fait sa rentrée », Libération,‎ (lire en ligne).
  19. Le Monde, « Sourdun, un internat d'excellence pour élèves ordinaires », 16 septembre 2009
  20. Marie-Sandrine Sgherri, « Éducation : l'excellence hors de prix », Le Point,‎ (lire en ligne, consulté le 5 juin 2017).
  21. a et b Mattea Battaglia et Aurélie Collas, « Jean-Michel Blanquer, un spécialiste marqué à droite à l’éducation nationale », lemonde.fr, (consulté le 17 mai 2017).
  22. « L'évaluation en maternelle suscite un tollé », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 4 juin 2017).
  23. « Les conseils de Sciences Po Paris proposent Frédéric Mion comme directeur », sur europe1.fr, (consulté le 10 juin 2017)
  24. « Frédéric Mion : cet inconnu qui va devoir calmer Sciences Po », sur nouvelobs.com, (consulté le 10 juin 2017)
  25. Jean-Michel Blanquer va prendre la direction de l'ESSEC, nouvelobs.com, 15 mai 2013
  26. « Jean-Michel Blanquer, un ministre de l'éducation classé à droite », Libération,‎ (lire en ligne).
  27. Ismaël Halissat, « Montaigne maitre à penser de Macron », Libération,‎ (lire en ligne).
  28. « Etats Généraux : l’Education en débat à Marseille », sur Sens Commun - Le changement c'est l'engagement !, (consulté le 16 mai 2019)
  29. Décret du 16 octobre 2018 relatif à la composition du Gouvernement.
  30. « EN DIRECT - Remaniement : Emmanuel Macron admet que son «parler vrai» a pu «choquer» », sur FIGARO,
  31. Ellen Salvi, « Matignon, Elysée, ministères... Les cabinets verrouillés du nouveau pouvoir », sur Mediapart, (consulté le 17 juillet 2017).
  32. Ellen Salvi, « Macron, «c’est le chef comptable qui a pris le pouvoir », sur Mediapart, (consulté le 14 avril 2018).
  33. Nathalie Segaunes, « Le spoil system, la promesse non tenue d’Emmanuel Macron », sur L'Opinion.fr, (consulté le 27 août 2019).
  34. « L'invité politique de 24h Pujadas, l'info en questions du 31 octobre 2017 : Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Education nationale », sur LCI
  35. Julien Rebucci, « Les Inrocks - En cachette, la sulfureuse association SOS Education efface tous ses liens avec le nouveau ministre de l'Education nationale », sur Les Inrocks, (consulté le 5 juin 2017).
  36. Marie-Estelle Pech, « La mystérieuse interview disparue du ministre de l'Éducation nationale », Le Figaro,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne, consulté le 5 juin 2017).
  37. « En cachette, la sulfureuse association SOS Éducation efface tous ses liens avec le nouveau ministre de l'Éducation nationale », sur arretsurimages.net, (consulté le 16 juin 2017).
  38. « Premier jour de la rentrée: les Français plébiscitent les premières réformes de Jean-Michel Blanquer », sur huffingtonpost.fr, (consulté le 19 septembre 2017).
  39. « La réforme du collège sera enterrée le 8 juin ».
  40. Aurélie Collas, « Le ministre de l’éducation lance la rentrée par une polémique sur la lecture », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 29 août 2017).
  41. Marie-Sandrine Sgherri, « Jean-Michel Blanquer et la méthode syllabique : une polémique ubuesque ! », Le Point,‎ (lire en ligne, consulté le 29 août 2017).
  42. « Les téléphones portables interdits à l'école et au collège dès la rentrée 2018 ».
  43. Madeleine Vatel, « Des unités mobiles "laïcité" déployées dans les lycées », Le Figaro, samedi 24 / dimanche 25 février 2018, page 8.
  44. Laura Raim, « À qui profite la paix scolaire ? », Le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne, consulté le 17 septembre 2018).
  45. Anne-Aël Durand, « Non, il n’y a pas de « réductions d’effectifs d’élèves » justifiant 1 800 suppressions de poste », sur lemonde.fr, (consulté le 17 novembre 2018).
  46. a et b « Plusieurs syndicats d'enseignants appellent à une grève de la surveillance du baccalauréat », sur Franceinfo, (consulté le 16 juillet 2019).
  47. « Les Stylos Rouges - Accueil », sur stylosrouges-officiel.fr (consulté le 16 juillet 2019).
  48. « Grève de la surveillance du bac : "C'est un crève-coeur mais nous n'avons pas le choix" », sur Marianne, (consulté le 16 juillet 2019).
  49. « L'éducation nationale dans l'attente de la grève des examens », sur www.cafepedagogique.net (consulté le 16 juillet 2019).
  50. Collectif d'enseignants des jurys du bac, « Résultats du baccalauréat 2019 : « L’idéal sacré d’égalité vient d’être bafoué » », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 16 juillet 2019).
  51. « Baccalauréat : l’épreuve de force continue », Libération,‎ (lire en ligne).
  52. « Résultats du bac : le joker de Blanquer pour que « tous les élèves » aient leur note malgré la grève », L'Obs,‎ (lire en ligne, consulté le 16 juillet 2019).
  53. « Télévision et radio : qui sont les politiques les plus présents ? », sur lepoint.fr, (consulté le 8 août 2019).
  54. a b et c « Sondage : la popularité de Jean-Michel Blanquer s’effondre de 16 points par rapport à février 2018 », sur francetvinfo.fr, (consulté le 29 août 2019).
  55. Jean-Michel Blanquer, Les freins constitutionnels aux politiques publiques : les politiques publiques d’éducation, mémoire de DEA : Études politiques, dirigé par J.L. Quermonne, IEP de Paris, 1989.
  56. Jean-Michel Blanquer, Les méthodes du juge constitutionnel, thèse de doctorat en droit public, dirigée par Jacques Robert, Paris 2, 1993.
  57. Jean Michel Blanquer, « L’ordre constitutionnel d’un régime mixte, le sens donné à la Constitution par le Conseil constitutionnel », Revue du droit public et de la science politique en France et à l’étranger, no 5-6,1998, PP. 1526-1540.
  58. Jean-Michel Blanquer, Changer d’ère : progrès, déclin, transformation. Descartes et compagnie, Paris, 1996. 116 p.
  59. Jean Michel Blanquer, Olivier Beaud, La responsabilité des gouvernants, Descartes et compagnie, Paris, 1999 p. 7-14.
  60. « Compte rendu de Blanquer et Millet, L'Invention de l'Etat par Jacques Chevallier », sur Droit et société, (consulté le 12 août 2017)
  61. « Compte rendu de L'Invention de l'Etat pas Jean-Arnaud Mazères » (consulté le 12 août 2017)
  62. Décret du 22 avril 2011 portant promotion et nomination dans l'ordre national de la Légion d'honneur
  63. Décret du 30 janvier 2008 portant promotion et nomination dans l'ordre national du Mérite
  64. Média, « Jean-Michel Blanquer - La biographie de Jean-Michel Blanquer avec Voici.fr », sur Voici.fr
  65. Biographie de mai 2017