Engie

entreprise française du secteur de l'énergie
(Redirigé depuis GDF Suez)

Engie
logo de Engie
Logo d'Engie.
illustration de Engie
Siège social de Engie en 2015
(Tour T1, dans le quartier d'affaires La Défense)

Création [1] (fusion de Gaz de France et de Suez sous le nom de « GDF Suez »)
Dates clés (rachat d'International Power)

(GDF Suez devient Engie)

Remplace Gaz de France et SuezVoir et modifier les données sur Wikidata
Fondateurs Gaz de France et Suez
Forme juridique Société anonyme
Action Euronext : ENGI
Siège social Tour T1, La Défense à Courbevoie
Drapeau de France France
Direction Jean-Pierre Clamadieu, président du conseil d'administration
Catherine MacGregor, directrice générale
Directeurs Jean-Pierre ClamadieuVoir et modifier les données sur Wikidata
Actionnaires Au [2]
Capital social (et droits de vote) :
État français :
23,64 % (34,47 %)
Actionnariat salarié :
3,27 % (3,43 %)
CDC et CNP Assurances :
4,59 % (3,91 %)
Auto-détention :
0,76 % (0,59 %)
Public (y compris investisseurs institutionnels, actionnaires individuels et autres, y compris BlackRock) :
67,74 % (57,60 %)
Activité Fourniture d'énergie et services
Produits Gaz naturel, électricité, services à l'énergie
Filiales GRDF
GRTgaz
Elengy
Storengy
Altiservice Engie
Endel Engie
Engie Axima
Engie Cofely
Engie Ecova
Engie Electrabel
Engie Fabricom
Engie Global Markets
Engie Home Services
Engie Ineo
Engie IT (Information et Technologies)
SHEM
Engie Lab Crigen
Engie M2M
Engie Réseaux
Solairedirect
Engie Impact
Tractebel
Culturespaces
Engie Green
La Compagnie du vent
Électricité de Tahiti
Effectif 171 100 (2019)
SIREN 542 107 651
TVA européenne FR13542107651[3]Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web engie.com

Capitalisation 23,57 Md d' (2020)
Fonds propres 38,0 Md d' (2019)
Dette 27,9 Md d' (2020)
Chiffre d'affaires en diminution 60,1 Md d' (2019)
-0,9%
Résultat net 2,6 Md d' (2019)
+4%

Engie est un groupe industriel énergétique français. C'est le troisième plus grand groupe mondial dans le secteur de l'énergie (hors pétrole) en 2015. Son principal actionnaire est l'État français, qui détient un quart du capital (23,64 % du capital et 33,84 % des droits de vote d'Engie).

Le groupe naît le d'une fusion entre Gaz de France (GDF) et Suez. En 2010, GDF Suez devient « la plus grande société de services au public au monde en matière de chiffre d’affaires » par son rapprochement avec l'électricien britannique International Power. En , le groupe annonce le changement de son nom commercial, « GDF Suez » devenant « Engie », dénomination sociale du groupe à partir du .

A partir de 2016, le groupe s'engage dans une profonde mutation basée sur la transition énergétique et le numérique. Sa stratégie industrielle évolue, chahutée par les changements de gouvernance.

En 2018, Engie compte 158 505 salariés et son chiffre d’affaires s'élève à 60,6 milliards d’euros.

Coté à Bruxelles, Luxembourg et Paris, le groupe est présent dans les indices boursiers : CAC 40, BEL20 et Euronext 100.

HistoireModifier

Le groupe Engie est né en 2008 de la fusion entre d'une part Gaz de France, groupe énergétique français spécialisé dans le transport et la distribution de gaz naturel créé en 1946, et d'autre part Suez, un des leaders mondiaux dans les domaines de l'énergie (gaz et électricité) et de l'environnement (eau et propreté), créé en 1858.

Fusion Gaz de France - SuezModifier

Le projet de fusion entre les groupes Gaz de France et Suez a été annoncé officiellement pour la première fois au public le .

Ce projet visait officiellement à contrer une menace d'OPA hostile sur Suez par l'Italien Enel. Dans le cadre de son discours sur le « patriotisme économique », le Premier ministre Dominique de Villepin annonçait alors la fusion du groupe public Gaz de France avec le groupe privé Suez : « Avec cette fusion, nous avons l'ambition de créer un des tout premiers groupes mondiaux de l'énergie, en particulier dans le secteur du gaz : cette entreprise serait en effet le premier acteur mondial du gaz naturel liquéfié. Elle donnerait à la France un deuxième grand acteur énergétique à côté d'EDF et renforcerait la vocation industrielle mondiale de notre pays[4]. »

Pour permettre cette fusion, la loi relative au secteur de l'énergie[5] prévoit, dans son article 39, la privatisation de Gaz de France. La participation de l'État devait ainsi baisser de 70 % (son niveau minimal prévu par la loi du relative au service public de l'électricité et du gaz et aux entreprises électriques et gazières) à 34 % environ. Elle prévoyait une parité d’échange de 21 actions Gaz de France pour 22 actions Suez.

Nicolas Sarkozy, alors ministre de l'Économie et des Finances, s'est, d'abord opposé, pendant plusieurs mois, au projet du gouvernement Villepin de fusionner les deux entreprises avant de l'accepter[6]. Ce projet de fusion a été longtemps critiqué[7], non seulement par l'ensemble de la gauche, qui craignait une hausse des prix de la consommation, mais aussi par les gaullistes sociaux. Ainsi, Marc-Philippe Daubresse, député UMP du Nord et ancien ministre délégué au Logement, déclarait que « tout cela manque de souffle et d'ambition européenne », tandis que Claude Gaillard, député UMP de Meurthe-et-Moselle, affirmait que « le rôle de Premier ministre n'est pas d'être le porte-parole d'une simple fusion industrielle, mais d'avoir une vraie vision »[8].

Selon Le Canard enchaîné, « on a rapidement appris » que la menace d'Enel, agitée par Breton et Villepin, n'était qu'un prétexte, et que la fusion était en réalité « en projet depuis des mois, voire des années[9] ».

Cette fusion est finalement retardée en par la cour d'appel de Paris[10], pour défaut d'information au Comité d'entreprise de Gaz de France, et repoussée à nouveau par le Conseil Constitutionnel jusqu'après le [11], soit après l'élection présidentielle. Les représentants du personnel de Gaz de France (Comité central d'entreprise, Comité central européen…) se sont à plusieurs reprises prononcés contre le projet de fusion. Selon eux, ce projet était avant tout politique et financier et ne contenait pas de projet industriel optimisé.

Juridiquement, il s'agit d'une absorption de Suez par Gaz de France. Politiquement, on parle de fusion entre égaux. Pratiquement, la taille et la puissance réelle des groupes, les schémas managériaux post fusion ainsi que les profils des dirigeants dessinaient une prédominance industrielle de Suez sur Gaz de France.[pas clair]

Plus d'un an et demi après l'annonce de leur rapprochement, Suez et Gaz de France officialisent le leur fusion, qui donne naissance à un nouveau géant énergétique européen, en même temps que Suez Environnement acquiert une existence distincte. Dans le contexte de scission EDF-GDF, les dossiers des 11 millions de clients de Gaz de France sont transférés vers GDF Suez.

Post-fusion et acquisition d'International PowerModifier

Le , la Commission de régulation de l'énergie (CRE) rend publique la formule de calcul de l'évolution des coûts d'approvisionnement de GDF Suez[12].

À la suite de la polémique des années 2000 sur les stock-options, GDF Suez est en 2011 l'un des premiers grands groupes français à renoncer à ce type de rémunération.

GDF Suez annonce le son rapprochement avec l'électricien britannique International Power. Elle doit apporter une partie de ses activités, dont celles regroupées sous le nom de GDF Suez Energy International (Amérique latine, Amérique du Nord, Moyen-Orient, Asie, Afrique) et celles au Royaume-Uni et en Turquie, à International Power[13]. L'opération donne naissance à « New International Power »[14]. Le groupe français reçoit en échange 70 % du capital de la société britannique[15],[16].

Le rapprochement entre « International Power plc » et « GDF Suez Énergie International » est approuvé le à plus de 99 % par l’assemblée générale des actionnaires d’International Power[17]. Elle renforce également la production d’électricité et le leadership mondial de GDF Suez dans le secteur des services aux collectivités (« utilities »). Le groupe devient ainsi le numéro 1 mondial du secteur avec un chiffre d’affaires de plus de 84 milliards d'euros en 2009, ainsi que la 1re entreprise de type « utility[Quoi ?] » en Europe en matière de gestion de volumes de gaz (plus de 1 300 TWh)[18].

En , GDF Suez annonce le rachat de « Balfour Beatty Workplace », une filiale de services énergétiques du groupe Balfour Beatty, pour un montant inconnu[19]. En , GDF Suez via sa filiale Cofely, acquiert pour 335 millions de dollars l'entreprise américaine Ecova, présente dans l'optimisation énergétique et qui emploie 1 450 personnes[20].

2015 - 2017 : GDF Suez devient Engie - Désengagement de l'ÉtatModifier

Le , le groupe GDF Suez annonce qu'il prend pour nom la marque « Engie »[21],[22]. La dénomination sociale, quant à elle, prend aussi ce même nom à la suite de l'assemblée extraordinaire des actionnaires le .

En , Engie acquiert 95 % de Solairedirect pour un montant indéterminé permettant de faire passer sa production d'énergie photovoltaïque de 125 à 486 MW[23].

En , Engie acquiert TSC, une entreprise australienne présente dans les services énergétiques (climatisation, chauffage) et employant 600 personnes[24].

Engie conclut, en , un accord avec la société russe Gazprom afin d'adapter le prix de leurs contrats d’approvisionnement de gaz à long terme[25].

En mai 2016, Engie acquiert 80 % de l'entreprise californienne Green Charge Networks (en), spécialisée dans le stockage d'énergie[26] sur batteries.

Le , Engie annonce avoir remporté un contrat en Arabie saoudite pour la construction d'une centrale de cogénération d’électricité pour une valeur de 1,2 milliard de dollars. Ce contrat couvre la construction, l'exploitation et la maintenance de la centrale « la plus efficace du pays » selon la direction[27]. En février 2017, Engie annonce la vente de sa participation dans une coentreprise en Asie et aux États-Unis pour 3,3 milliards d'euros à Dynegy[28]. En avril 2017, Engie vend sa participation de 40 % dans NuGeneration (en), filiale spécialisée dans la construction de centrales nucléaires au Royaume-Uni, à Toshiba pour 139 millions d'euros[29]. Le même mois, Engie monte sa participation de 59 à 100 % dans la Compagnie du Vent[30].

En janvier et en septembre 2017, l'État français procède à des ventes de participations dans le capital d'Engie (un bloc de 4,1 % de capital en janvier 2017 puis un bloc de 4,56 % du capital début septembre 2017). Le , l'État, au travers de l'Agence des participations de l'État, ne détient plus que 24,1 % du capital et 27,6 % des droits de vote d’Engie[31],[32].

Adhésion au Comité Français du Butane et du Propane (CFBP)Modifier

En 2018, ENGIE adhère au CFBP[33] en tant que fournisseur de propane par réseaux canalisés, alors qu'à la suite de l’ouverture du marché du gaz (2001) les délégations de service public et surtout les réseaux canalisés augmentent (en 2018, plus de 3 225 réseaux maillent la France des 27 000 communes non reliées à un réseau de gaz naturel[34]).

Achèvement de la privatisationModifier

Le projet de loi PACTE autorise l'État à céder l'intégralité de sa participation dans Engie, soit 24,1 % des actions et 34,8 % des droits de vote. L'État conserve une action spécifique lui donnant le droit de s'opposer aux décisions les plus stratégiques. La loi autorisera également GRTgaz à ouvrir son capital à des investisseurs privés ; elle imposera désormais seulement une « détention majoritaire » du capital par Engie ou des entités publiques, alors que cette obligation concernait auparavant l'intégralité du capital (Engie 75 %, Caisse des dépôts et CNP Assurances 25 %)[35].

2016-2022 : projet de transformation du groupeModifier

À son arrivée à la direction générale d’Engie en 2016, Isabelle Kocher entame une transformation profonde et rapide des métiers de l’entreprise[36]. Celle-ci se traduit par une volonté de favoriser la transition énergétique en développant des énergies « décarbonées ». Pour cela, Engie cède tous ses actifs dans le charbon et se désengage de l’amont pétrolier et gazier (exploration-production et transport), au profit d’investissements dans les services et les énergies renouvelables.

De 2016 à 2019, 15 milliards d’euros sont investis dans les nouvelles activités[37]. Pour la période 2019 à 2022, Engie annonce 11 à 12 milliards d’investissements[38] répartis entre les services et solutions clients (4 à 5 milliards), les énergies renouvelables (2,3 à 2,8 milliards) et les infrastructures gazières (3 à 3,3 milliards)[39].

Engie définit son effort sur les services comme « la transition énergétique as a service »[40]. Elle concentre ses services sur les entreprises privées et les collectivités locales, qui sont les acteurs les plus demandeurs de transition énergétique[41], afin de les aider à réduire leur impact CO2. Isabelle Kocher qualifie cette tendance de « deuxième vague de la transition énergétique »[37] (la première vague étant la transition énergétique poussée par les États, la deuxième par les entreprises et les collectivités mises sous pression par leurs parties prenantes — clients, citoyens, salariés — pour réduire leur impact carbone[42]).

Le groupe annonce pour la période 2016-2022 avec 27 milliards d’euros d’investissements et 21 milliards d’euros de cessions, que certains observateurs qualifient de « mue radicale »[37].

Pour faciliter la mise en œuvre de ce plan, Engie se réorganise autour de quatre « lignes de métiers » : les solutions clients, les infrastructures, les énergies renouvelables et le thermique[42].

Fin octobre 2019, Engie annonce la suppression de 450 postes d'ici 2023 avec la fermeture de trois centres d'appels situés à Toulouse, Villeurbanne et Bagneux[43],[44]. La direction annonce un accompagnement des partants à travers un projet de reclassement ou de mobilité[45].

Le groupe Engie définit sa raison d'être, qu'il a adoptée lors de son assemblée générale du , comme « agir pour accélérer la transition vers une économie neutre en carbone, par des solutions plus sobres en énergie et plus respectueuses de l’environnement »[46].

Rachat de TAGModifier

En avril 2019, Engie annonce l’acquisition de 90 % de Transportadora Associada de Gás (TAG), le plus grand propriétaire de réseau de transport de gaz naturel du Brésil (4 500 km de gazoduc, soit 47 % des infrastructures gazières du pays), pour 8,6 milliards de dollars (7,7 milliards d'euros environ)[47],[48].

Il s’agit de sa plus grosse acquisition depuis celle d’International Power en 2010. L’opération permet à Engie de se développer sur son axe stratégique des infrastructures énergétiques ainsi qu’au Brésil, qui compte parmi les pays prioritaires[49].

Éviction d'Isabelle KocherModifier

Le , le conseil d'administration d'Engie met fin au mandat d'Isabelle Kocher, qui devait arriver à échéance en , dans des conditions très controversées.

Le président du conseil d'administration d'Engie, Jean-Pierre Clamadieu, estime qu'Isabelle Kocher a "su porter une vision très ambitieuse d'Engie en tant que leader de la transition énergétique", mais que la directrice générale n'a pas assez agi sur le cœur de métier, le groupe ayant « pris du retard en quatre ans dans le domaine des activités de génération d'électricité et d'infrastructures gazières », étant dans l’incertitude sur l’avenir de ses centrales nucléaires belges au-delà de 2025 et le gaz n’ayant pas la place qu’il devrait dans la transition énergétique en France[50].

Cette décision est abondamment commentée dans les médias et les milieux d'affaires et politiques. Un rapport interne fait part d'un « manque d'intelligence émotionnelle », motif dénoncé pour son sexisme[51]. Plusieurs médias relèvent qu'Isabelle Kocher n'était pas appréciée d'Emmanuel Macron[52],[53] et certains estiment qu'il aurait pu intervenir en sa défaveur[54], d'autres estimant qu'Isabelle Kocher a surtout été sanctionnée du fait de mauvaises relations avec ses administrateurs[54],[52].

Certains commentateurs, comme Xavier Bertrand, estiment que l’État aurait souhaité une plus forte valorisation afin de démanteler Engie[54],[55], Jean-Pierre Clamadieu répondant de son côté que "personne au conseil d'administration n'a jamais évoqué un tel scénario"[54].

Le et sans attendre l’échéance, un protocole d’accord conclu entre Isabelle Kocher et Engie est approuvé par le conseil d’administration de l’entreprise[56]. Il comprend la fin de son contrat de travail, sa démission immédiate de son mandat d’administrateur et un volet financier d’un montant de 3,3 millions d’euros[57] La partie de ce volet financier qui n’est pas liée à la fin du contrat de travail est soumise à approbation par l’assemblée générale.[58] Le montant prévu respecte le plafond de 24 mois de rémunération prévu par le code Medef-Afep[59].

Une direction générale provisoire est mise en place pour assurer l'intérim : Claire Waysand, secrétaire générale d'Engie, exerce les fonctions de directeur général par intérim[56]. Le directeur général adjoint, chargé des opérations, Paulo Almirante, et la directrice financière, Judith Hartmann, participent à assurer la direction pendant la période de transition[60].

Nomination de Catherine MacGregorModifier

Le , on apprend la nomination de Catherine MacGregor comme directrice générale. Une nouvelle répartition des responsabilités a lieu à la tête de l'entreprise, le président Jean-Pierre Clamadieu doit s'occuper de la stratégie et assurer les relations avec l'Etat français et avec les collectivités locales[61].

StratégieModifier

La stratégie d’Engie connaît deux périodes distinctes depuis l’arrivée d’Isabelle Kocher à la tête de l’entreprise en 2016.

De 2016 à 2019, elle est caractérise par trois axes prioritaires (dite stratégie des « 3D ») : une énergie décarbonée (pétrole et charbon remplacés par les énergies renouvelables et le gaz naturel), décentralisée (l'énergie est produite et stockée au plus près de son lieu de consommation) et numérisée ("digitalisée") (capteurs, big data et outils numériques au service de l'efficacité énergétique et de la gestion des réseaux)[62],[63],[64],[65],[66].

Au cours de cette phase, Engie a engagé 15 milliards d'euros d'investissements, financés par la vente d’actifs dans le charbon et l’amont pétrolier et gazier (exploration-production et transport)[37]. Isabelle Kocher déclare que l’entreprise a diminué ses émissions carbone de 56 % et que sa croissance organique est passée de -9 % en 2015 à +5 % en 2018[67].

2016-2019 : décarbonation, décentralisation et numérisationModifier

Annonces successives de sortie du charbonModifier

En 2013, le groupe annonce son intention de devenir le leader de la transition énergétique et a notamment émis une obligation verte d’un montant de 2,5 milliards d’euros, en 2014[68],[69].

Depuis 2014, Engie renforce ses investissements dans les énergies peu émettrices de CO2[70] (les énergies renouvelables telles que l'éolien, le solaire, la géothermie, la biomasse et l'hydroélectrique), ainsi que dans les services à l’énergie pour les collectivités, les entreprises et les particuliers[71],[72].

En 2015, Engie annonce sa décision d’arrêter ses investissements dans le charbon.

Le groupe cible également de nouveaux marchés sur le plan international : en Europe, en Afrique, au Chili, aux États-Unis et au Mexique.[réf. nécessaire]

Avec la cession de sa part de 70 % dans la centrale électrique au charbon de Loy Yang B, en Australie, d'une capacité de 1 GW, au chinois Alinta Energy, annoncée en novembre 2017, Engie boucle 88 % de son programme de cessions d'actifs de 15 milliards d'euros et ramené la part du charbon dans sa production d'électricité à 6 % contre 13 % en 2015[73].

En 2015, lorsque Engie s'est engagé à ne plus construire de nouvelles centrales à charbon, il a explicitement exclu les contrats déjà signés pour des projets au Chili, au Brésil et au Maroc. Engie doit les revendre après leur mise en service pour tenir ses engagements. Au Maroc, la centrale de Safi (1 250 MW) doit entrer en service en 2018 ; c'est un investissement de 2 milliards d'euros qu'Engie partage avec le japonais Mitsui et le marocain Nareva. Au Brésil, la nouvelle usine est mise en vente avant d'être inaugurée. Le charbon représente 31 % des nouvelles capacités en construction d'Engie, devant les centrales au gaz (25 %), l'éolien (22 %) et le solaire (20 %). Le groupe cherche aussi à céder ses centrales à charbon en Allemagne et aux Pays-Bas, mais les négociations n'ont pas encore abouti[74].

En février 2019, Engie annonce sa sortie définitive du charbon[75],[39].

DécentralisationModifier

Pour favoriser la production d'énergie décentralisée, Engie développe des offres d'autoconsommation pour les particuliers, les entreprises ou les collectivités (panneaux solaires, transformation des surfaces solarisables). Cet axe de la stratégie d'Engie implique des cessions d'actifs dans le domaine de la production d'électricité à partir de grosses centrales, au profit des solutions décentralisées[76].

NumérisationModifier

Engie lance en 2017 l'entité Engie Digital en vue de la numérisation de ses métiers, services et de son organisation, notamment à travers plusieurs partenariats dans les domaines de la relation client, de la cybersécurité, de l'analyse des données du big data[77] pour la production de logiciels et l'anticipation des besoins numériques[77].

Engie mise également sur l’innovation ouverte, via un fonds qui finance des start-up innovantes et des appels à projets internes et externes[78],[79].

2019-2021 : recentrage sur les services et les énergies « vertes »Modifier

En 2018, en termes de réduction d'effet de serre, Engie se situe dans la moyenne des grands producteurs d'électricité européens avec 293 kg (CO2/MWh), loin derrière son concurrent français EDF (54 kg (CO2/MWh))[80].

Plan d'investissementsModifier

Le plan prévoit d'investir 11 à 12 milliards d'euros dans les services énergétiques et les énergies "vertes", financés en partie par la cession de 6 milliards d'euros d'actifs, dont les dernières centrales à charbon, notamment la filiale thaïlandaise Glow et les dernières centrales à charbon en Allemagne et aux Pays-Bas[38]. Dans certains pays, les centrales à charbon peuvent être « transformées en centrales à gaz qui émet moitié moins de CO2 »[81].

La répartition prévue pour ces investissements en 2019 est la suivante : infrastructures gazières (3 à 3,3 milliards), les services et solutions clients (4 à 5 milliards) et les énergies renouvelables (2.3 à 2.8 milliards)[39]. Les zones ciblées par les investissements sont l’Europe de l’ouest, l’Amérique du Nord, l'Australie et Singapour, mais aussi des pays comme la Roumanie, le Mexique, le Brésil, le Chili, le Pérou ou la Colombie. Engie veut également augmenter sa présence en Afrique et en Asie du Sud-Est, en se concentrant sur des métropoles[82]. Cette répartition est revue en 2020 pour un recentrage dans un nombre plus limité de pays.

Engie a par ailleurs provisionné 13 milliards d'euros pour démanteler 7 réacteurs nucléaires situés en Belgique, que la loi belge oblige à arrêter en 2025[83].

Énergies renouvelablesModifier

Dans les énergies renouvelables, Engie annonce ajouter 9 GW de capacités de production à l’existant[38] et estime pouvoir atteindre une capacité installée renouvelable comprise entre 52 et 64 GW à l’horizon 2026[84].

Services de transition énergétiqueModifier

  • Isabelle Kocher élabore en 2019 un ambitieux plan de développement des services :
Dans les solutions clients, Engie souhaite répondre aux besoins des entreprises privées et des collectivités locales qui souhaitent réduire leurs émissions carbone[85]. Engie qualifie ces services de « transition énergétique as a service »[67].
Il s’agit pour Engie de fournir des services de transition énergétique aux entreprises privées et aux collectivités locales. L’entreprise explique cette direction à la fois par la demande émanant de ces acteurs, qui souhaitent tendre vers le « zéro carbone » mais ne savent pas comment le faire, et par sa capacité à les accompagner en combinant la conception d’infrastructures, leur financement et leur gestion[82]. Isabelle Kocher dit qu’il s’agit « peut-être de l’invention d’un nouveau secteur » d’une valeur potentielle d’un billion de dollars[42],[86].
Pour cela, Engie investit dans des infrastructures, des projets d’énergies renouvelables, des équipements industriels qu’il opère pour proposer à ses clients des contrats à long terme de fourniture et stockage d’énergie, réduction de consommation, services bas carbone, réseaux de chaleur et de froid, panneaux solaires sur toiture, stations de rechargement des véhicules électriques[37] L’entreprise le fait en investissant puis en cédant 50 à 80 % du projet à un partenaire financier, tout en restant opérateur des infrastructures[75],[40].
Engie souhaite plus particulièrement développer ces services auprès de 500 grandes entreprises internationales et dans une vingtaine de pays et une trentaine de métropoles[36], principalement en Asie du sud-est et en Afrique, sans que la liste en soit arrêtée[39]. Pour se développer auprès de ces grands clients, Engie annonce monter une force commerciale « de haut niveau » avec Accenture, Engie Impact[75].
  • Ce plan est modifié comme suit par Jean-Pierre Clamadieu en 2020 :
    L'activité de solutions clients doit être coupée en deux parties :
    • « Un tiers environ de ces activités relève de la transition énergétique, notamment l'exploitation des réseaux de chaleur et de froid, et certains de ces métiers aident nos clients à réduire leur consommation d'énergie et à verdir leur production »[81]. Ces activités doivent rester dans le giron de Engie.
    • Les "petites opérations" d'installation électrique, de systèmes de climatisation et de gestion d'immeubles doivent être cédées ou introduites en bourse.

Services aux particuliersModifier

Dans la fourniture d’énergie aux particuliers, Engie annonce ne pas vouloir se développer au-delà des vingt pays dans lesquels il est déjà présent, en raison de la faiblesse des marges[42].

Politique de cessions ou d'autonomisations d'activitésModifier

Outre la vente de centrales à charbon et la vente de Suez à Veolia, Engie souhaite vendre sa participation de 40% dans GTT.

Engie prévoit de céder, ou bien de donner son autonomie en vue d'une introduction en bourse, à « un ensemble d'activités de service, de l'ordre de 12 milliards de chiffre d'affaires, qui concerne des installations électriques, des systèmes de climatisation ou de gestion d'immeubles, avec beaucoup de petites opérations »[81]. Cette activité représente 74 000 salariés, et Engie espère obtenir ainsi 8 milliards d'euros[83]. Ce montant sera réinvesti en majorité dans les énergies renouvelables, notamment l'éolien en mer, « dans quelques pays comme la France, le Benelux, les Etats-Unis et le Brésil »[81].

ActivitésModifier

Engie est présent sur trois grandes activités : l'électricité, le gaz et les services à l'énergie.

ÉlectricitéModifier

Engie dispose en 2015 d’une capacité de production d’électricité de 112,7 GW ; son parc de production électrique est l’un des plus diversifiés du monde. Au , la capacité de production d’électricité d'Engie n'est plus que de 102,7 GW, répartie entre les centrales au gaz naturel (56 %), au charbon (7 %), nucléaires (6 %) et celles utilisant les énergies renouvelables : 31 % (hydroélectricité : 19 %, éolien : 5 %, solaire : 2 %, autres renouvelables : 5 %[74]).

Les centralesModifier

Centrales hydroélectriquesModifier

La filiale Tractebel Engie est l’un des premiers bureaux d’ingénierie européens et leader mondial dans le domaine des barrages ; sa filiale Coyne et Bellier est un cabinet d’ingénierie qui possède le plus grand nombre de références en grands barrages hydrauliques et hydroélectriques à l’échelle mondiale.

En France, 17 % des capacités installées d'Engie produisent 25 % de l’hydroélectricité de la France à travers la Compagnie nationale du Rhône (CNR), deuxième producteur français d’électricité[87] et la SHEM, ancienne filiale de la SNCF (barrages dans le Sud-ouest de la France, production annuelle moyenne de 1 836 GWh).

Au Brésil, Engie est le premier producteur indépendant d’électricité du pays, par l’exploitation de 21 centrales, dont 13 hydroélectriques.

Aux États-Unis, sa filiale FirstLight Power Resources exploite des centrales hydroélectriques sur les rivières Shetucket et Housatonic dans le Connecticut et au Massachusetts, et une autre filiale exploite une station de pompage-turbinage de 1 080 MW à Northfield, au Massachusetts.

En Belgique, Engie Electrabel exploite la station de pompage-turbinage de Coo-Trois-Ponts, d’une puissance installée de 1 164 MW, dans les Ardennes

Au Royaume-Uni, First Hydro Company, filiale de IPR-GDF-Suez, a une capacité installée de 2 088 MW et assure la gestion et l'exploitation des centrales de pompage-turbinage de Dinorwig et Festiniog, au Pays de Galles.

Centrales à cycle combiné gaz (CCCG)Modifier

Les centrales à cycle combiné gaz (CCCG) constituent la majorité du parc de centrales électriques du groupe : en 2015, le gaz naturel représentait 56 % des capacités et 58 % de la production électrique du groupe[88], en fort développement comme chez la plupart de ses concurrents.

En France, GDF Suez a construit CyCoFos (490 MW) mis en service début 2010 à Fos-sur-Mer, Combigolfe d'Engie Ectrabel (, 435 MW) à Fos-sur-Mer et la centrale Spem de Montoir-de-Bretagne de 435 MW.

Un coup d'arrêt à ce développement des centrales à gaz semble avoir été donné : GDF Suez a annoncé le la fermeture provisoire de trois de ses quatre centrales à gaz en France : CyCoFos (Fos-sur-Mer) sera mise sous cocon pour une période indéterminée, Combigolfe (Fos-sur-Mer) et Spem à Montoir-de-Bretagne (Loire-Atlantique) seront mises sous cocon pendant l'été et continueront à fonctionner l'hiver. Comme tous les énergéticiens en Europe, le groupe français subit la concurrence du charbon américain bon marché et la baisse de la demande d'électricité sur le Vieux Continent. Ne tournant plus assez, ses centrales à gaz ne sont plus rentables. En moyenne, leur taux d'utilisation est tombé de 42 % en 2011 à 33 % en 2012[89]. En , redémarrage de la centrale CCGT de CyCoFos après une période de deux ans de mise en conservation[90].

Tirant les conséquences de cette baisse de rentabilité de ses centrales à gaz, GDF Suez a annoncé le des dépréciations d'actifs d'un total de 14,9 milliards d'euros, essentiellement sur des centrales électriques thermiques et des capacités de stockage de gaz en Europe, qui l'ont fait plonger dans le rouge avec une perte nette de 9,7 milliards au titre de 2013 ; le groupe est affecté par le bas niveau des prix de marché de l'électricité en Europe, dû à une combinaison de surcapacités et de faible demande et son PDG, Gérard Mestrallet, a souligné que ces dépréciations reflétaient sa conviction d'une crise « durable et profonde » ; mais elles n'impactent ni la trésorerie ni la solidité financière du groupe, et le résultat net récurrent (hors exceptionnels) est ressorti à 3,4 milliards d'euros[91].

En 2017, Engie annonce la construction à l'horizon 2019 de la centrale de Fadhili en Arabie saoudite. Elle devrait atteindre une capacité supérieure à 1 500 mégawatts[92].

Centrales charbonModifier
A partir de 2019Modifier

En février 2019, Engie annonce sa sortie définitive de ses activités dans le charbon, entamée en 2016 avec la cession progressive de nombreux actifs[75],[93]. Dans ce cadre, le 26 avril 2019, Engie annonce la vente de ses centrales à charbon en Allemagne et aux Pays-Bas au fonds Riverstone Holdings LLC[94],[95].

Avant 2019Modifier

Depuis l'origine, Engie exploite le charbon comme combustible pour produire de l’électricité dans des centrales thermiques aux Pays-Bas (Rotterdam : 731 MW), en Allemagne (1 924 MW de capacités gaz et charbon dont 1 619 MW pour les centrales de Farge, Zolling et Wilhelmshaven), en Australie (deux centrales dont la centrale à charbon d'Hazelwood) et en Thaïlande[93].

En 2014, selon une étude de l'université d'Oxford pour les ONG Oxfam et les « Amis de la Terre », Engie, avec ses trente centrales à charbon dans le monde, émet 81 millions de tonnes de CO2 par an. De plus, avec son partenaire Exxaro, la société venait de remporter un appel à projets pour une nouvelle centrale à charbon à Thabametsi, en Afrique du Sud. Alors que la France organise la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques et s’est engagé à réduire ses émissions domestiques, «la France pollue allègrement à l’étranger via ses entreprises à capital public», selon le rapport[96].

En octobre 2015, Engie confirme une déclaration de la Ministre de l'Environnement Ségolène Royal selon laquelle l'entreprise n'investira plus dans le charbon. Concrètement, les projets en cours sont abandonnés, sauf ceux qui avaient déjà fait l'objet d'un engagement ferme. Sont donc abandonnés les projets de centrale à charbon à Ada Yumurtalik (Turquie) et à Thabametsi (Afrique du Sud). Engie poursuit deux projets en cours dans lesquels il s'était fermement engagé (Mongolie et Brésil) ainsi que la construction de 4 centrales à charbon (Brésil, Chili, Inde, Maroc)[97].

En février 2016, Engie signe un accord pour la vente de ses participations dans Paiton et Meenakshi, deux centrales à charbon situées en Indonésie et en Inde. Cette opération réduit de 16 % les capacités de production d’électricité d’Engie à partir de charbon[98]. Engie annonce également la fermeture de la centrale charbon de Rugeley au Royaume-Uni pour l'été[99]. Fin décembre 2016, Engie annonce avoir cédé sa centrale de production d'électricité de Polaniec en Pologne[100],[101].

En 2016, Engie a procédé à des fermetures ou ventes d'actifs dans le domaine du charbon portant sur plus de 5 GW. À fin 2016, le charbon représente 9 % de la production électrique nette du groupe.

En mars 2017, Engie annonce la fermeture de la centrale à charbon d'Hazelwood en Australie[102].

En 2017, Engie indique que les émissions directes de CO2 se sont élevées à 89 millions de tonnes, en réduction de 26 % par rapport à 2016[103],[104].

Centrales nucléairesModifier

Engie exploite sept réacteurs en Belgique avec Electrabel, plus des participations dans les centrales de Chooz et Tricastin en France (1 208 MW, équivalent à un réacteur nucléaire) et des droits de tirage en Allemagne ; au Royaume-Uni, le groupe a créé une joint venture avec Iberdrola et acquis un terrain en 2010 pour développer 3 600 MW de capacité nucléaire d’ici 2020 ; au Brésil, un Memorandum of Understanding (MOU) a été signé avec Eletronuclear/Eletrobras en 2009 ; des projets sont en cours de développement en Arabie saoudite, en Pologne et en Turquie

Engie s’est désengagé du projet NuGen de construction d’une centrale nucléaire au Royaume-Uni en vendant l’intégralité de sa participation à Toshiba en avril 2017[105],[106].   

La société Endel, filiale d'Engie, a été condamnée en 2016 pour « faute inexcusable » par le Tribunal des affaires de sécurité sociale, après le décès par cancer d'un de ses salariés[107],[108].

Début 2019, via sa filiale Endel, Engie achète l'activité de maintenance nucléaire de Suez (dont le chiffre d'affaires 2017 était de 28 millions d'euros, dont 4 hors de France). Endel (chiffre d'affaires de 750 millions d'euros/an) est à l'occasion rebaptisée Endel SRA (basée à Vaulx-en-Velin (Rhône-Alpes) avec 180 employés) et devrait renforcer ses capactiés de services pour les gros composants tels que générateur de vapeur, cuve, etc.[109].

En mars 2019, Isabelle Kocher annonce qu'en Belgique, les réacteurs Doel 3 et Tihange 2 doivent fermer en 2022 et 2023[110].

Énergies renouvelablesModifier

En , GDF Suez annonce la vente de sa participation de 50 % dans sa filiale d'énergie éolienne au Crédit agricole, pour 400 millions d'euros[111].

En , GDF Suez prévoit de doubler sa capacité installée en Europe dans l’hydraulique, l’éolien, le solaire, la biomasse et le biogaz, passant de 8 000 MW à 16 000 MW d’ici à 2025. Le groupe a pour cela créé une nouvelle entité dédiée aux énergies vertes en Europe. GDF Suez compte notamment sur les deux projets remportés dans l’éolien en mer en France, qui à eux seuls pèsent 1 GW. Avec 21,5 GW de capacité installée dans le monde en 2015, les renouvelables représentent aujourd’hui 18,3 % du portefeuille du groupe, essentiellement dans l’hydroélectrique (16 %). Les pays émergents sont aussi concernés, avec 27 GW en construction ou en développement dans des projets comme le barrage de Jirau, au Brésil[112]. Ce dernier est cependant contesté en raison de la corruption qu'il a suscité, ainsi que pour les atteintes à l'environnement qu'il entraîne, enfin pour l'utilisation de crédits carbone accordés par l'ONU[113].

Cette stratégie passe notamment par des prises de participation dans des entreprises spécialisées dans les énergies renouvelables. En , Engie acquiert 95 % de Solairedirect, permettant de faire passer sa production d'énergie photovoltaïque de 125 à 486 MW[23]. En , c'est Maïa Eolis, exploitant de 21 parcs éoliens (246 MW), dont Engie prend le contrôle, portant sa capacité totale installée en éolien à 1 533 MW, devant EDF[114].

À fin 2016, les capacités de production électrique renouvelable installées d'Engie s'élèvent à 19,5 % de son mix énergétique.

En février 2019, Engie annonce prévoir d'ajouter Modèle:Uniçté (GW) à son portefeuille de capacités de production dans les énergies renouvelables à l’horizon 2021[105], dans le cadre de son projet stratégique visant à accélérer ses activités renouvelables et « bas carbone ». En septembre 2019, Engie précise que ce doublement de son parc mondial éolien et solaire est assuré, 8,5 gigawatts étant déjà lancés (construits, en construction ou sécurisés). Engie va développer près de 550 gigawatts de capacités solaires et 520 gigawatts d'éoliennes en France, 650 gigawatts d'éolien en Espagne, 450 gigawatts de solaire en Inde, etc. Engie estime que les contrats passés directement avec les collectivités locales et les grandes entreprises représenteront la moitié de ses projets dans les renouvelables au cours des trois prochaines années[115].

ÉolienModifier

Engie est le premier opérateur en énergie éolienne en France avec plus de 1 550 MW en 2015, à travers plusieurs filiales : Compagnie du vent, Éole Generation, Erelia Groupe, etc., et a des parcs éoliens au Canada (560 MW), au Portugal (963 MW), en Australie (46 MW), en Amérique Latine (142 MW), au Maroc (301 MW) et en Afrique du Sud[réf. nécessaire]. Engie est par ailleurs actionnaire principal du consortium du Parc éolien en mer de Dieppe Le Tréport[116].

En mai 2019, Engie et Energias de Portugal (EDP) annoncent la signature d'un protocole d'accord stratégique pour créer une coentreprise dans l'éolien en mer, avec l'ambition de devenir le numéro deux mondial de l'éolien offshore, derrière le danois Ørsted. La coentreprise démarre avec 1,5 gigawatt en construction et 4 GW en développement, et son objectif est d'atteindre, à l'horizon 2025, 5 à 7 GW en exploitation ou en construction, plus 5 à 10 GW en développement avancé[117].

SolaireModifier

Dans le monde, Engie dispose d’une capacité de production photovoltaïque de 201 MW dans 15 pays (notamment au Canada et au Portugal, en Italie et en Belgique, aux Pays-Bas, au Chili et aux États-Unis).

En France, avec l’acquisition en de 95 % de la société Solairedirect[118], Engie est le numéro un du secteur avec une capacité installée totale brute de 383 MW. Avec ce rapprochement, le groupe exploite 22 centrales photovoltaïques au sol pour une puissance totale de 158,5 MW installés, soit les deux tiers de la production photovoltaïque. Engie exploite notamment la centrale de Curbans (Alpes-de-Haute-Provence), dotée de 105 000 panneaux photovoltaïques, implantés à 1 000 m d’altitude. Il s’agit de la plus importante centrale photovoltaïque du groupe en France[119] avec une puissance installée de 26,1 MW permettant de produire l’équivalent de la consommation électrique annuelle de 10 500 foyers.

En 2016, Engie remporte plusieurs projets solaires en Inde (140 MW et 75 MW), au Mexique (180 MW), au Pérou (40 MW) et en France (78 MW). Le groupe lance également les travaux de construction du parc solaire de Kathu en Afrique du Sud (100 MW) et investit dans la société allemande Heliatek (en), spécialiste du photovoltaïque, en septembre 2016. En avril 2017, Engie prend une participation de 30 % dans le capital d'Unisun (entreprise chinoise spécialisée dans le solaire photovoltaïque). En octobre 2017, Engie annonce le rachat de la société Fenix International, fournisseur d'installations solaires pour particuliers en Afrique[120].

Gaz renouvelableModifier

Engie est actif sur l'ensemble de la chaîne de production du biométhane, du développement des projets avec les agriculteurs jusqu'à la vente aux clients finaux. De 2018 à 2030, Engie doit investir deux milliards d'euros dans les gaz verts[121], 10 % de ceux-ci étant réinjectés dans les réseaux[122], et produire 5 TWh/an de biométhane[123].

Sur le marché du biogaz, l'entreprise est présente en France avec des projets de grande taille (23 GWh par an pour le projet du Gâtinais inauguré en 2018)[124]. Elle achète l'activité biométhane de Vol-V début 2019 et s'engage en parallèle à baisser fortement les coûts de la filière en France, soulevant les craintes du reste de la profession[125].

En septembre 2020, Engie installe sur le toit du Crigen de Stains, son laboratoire dédié au gaz renouvelable, un électrolyseur photovoltaïque destiné à tester des solutions de technologie solar-to-hydrogen (STH). Le dispositif consiste en des panneaux solaires à circuit d'eau contenant des photoélectrodes et des nanomatériaux électrocatalytiques générant de l'hydrogène gazeux à partir d'eau et de lumière[126].

GéothermieModifier

En Indonésie, des forages réalisés en 2012 et 2013 par PT Supreme Energy Muara Laboh (SEML), co-entreprise détenue par Engie et Sumitomo Corporation à Muaralaboh, à l’ouest de Sumatra, ont confirmé l’existence d’un réservoir à haute température (supérieure à 200 °C). Une première phase voit l'exploitation des ressources géothermiques[127]. Avec un objectif de capacité de 240 MW, le projet devrait assurer, à partir de 2016, une production d’électricité d’origine géothermique pendant plus de trente ans, permettant d’alimenter 500 000 foyers et de réduire les émissions de dioxyde de carbone de près d’un million de tonnes par an.

En France, Engie a mis en service en le réseau de chaleur de Villepinte, reconverti à la géothermie à 60 %. D’une puissance totale de 40 MW, dont 11 MW de géothermie, il fournit le chauffage et l’eau chaude sur 7 km de réseaux. Il « permettra à 5 200 équivalents-logements de bénéficier d’une chaleur de faible empreinte environnementale : le réseau évitera le rejet dans l’atmosphère de 17 000 tonnes de CO2 par an, équivalents aux émissions annuelles de 6 600 véhicules. »[128]

En octobre 2016, Engie inaugure sur le grand port de Marseille la centrale de géothermie marine Thassalia, qui utilise l'énergie thermique marine pour alimenter en chaud et en froid l'ensemble des bâtiments qui lui sont raccordés. Il s'agit d'une première en Europe[129].

En mai 2017, Engie obtient trois permis d'exploration de ressources géothermiques au Mexique[130].

Éolien marinModifier

Engie participe au développement de l'éolien en mer à travers plusieurs projets en Europe. En France, Engie fait partie du groupement retenu par l'État pour installer deux parcs d'une puissance de 1 000 MW sur les zones de Dieppe et du Tréport, et des îles d'Yeu et de Noirmoutier. En Mer du Nord (Belgique), Engie est engagé à hauteur de 35 % dans le projet Mermaid, un parc éolien d'une puissance de 250 MW qui devrait voir le jour d'ici 2020[131],[132]. Le groupe participe également au projet WindFloat Atlantic au large du Portugal (mise en service pour 2018 d'un parc pilote d'une capacité de 25 MW) et au projet de ferme pilote de Leucate (mise en service en 2020, capacité prévue de 24 MW)[133].

Gaz naturel et biométhaneModifier

Le groupe Engie est présent sur toute la chaîne gazière, de l'exploration-production à la distribution.

Les infrastructures gazières en Europe[134] :

  • 1er réseau européen de transport de gaz naturel : 32 456 km d’infrastructures françaises gérées par GRTgaz, filiale du groupe à 75 %, plus des réseaux en Espagne (Medgaz), en Allemagne (Megal), en Autriche (BOG) et en Slovaquie (Eustream), à travers les participations du groupe ;
  • 1er réseau européen de distribution de gaz naturel : en France, le groupe gère 196 886 km de réseau par sa filiale GrDF, plus des parts dans près de 100 000 km de réseaux d’autres opérateurs gaziers (Hongrie, Roumanie, Italie, Mexique, etc) ;
  • 1re capacité européenne de stockage de gaz naturel : plus de 12,2 Gm3 (14 stockages souterrains en France et des capacités supplémentaires au Royaume-Uni et en Allemagne), gérés par sa filiale Storengy[135] ;
  • 2e capacité européenne de réception dans les terminaux GNL : trois terminaux en France (21,25 Gm3 au ), gérés par la filiale Elengy.

Engie est autorisé à exploiter du gaz de schiste aux États-Unis et prévoit d'en produire au Royaume-Uni dans les années 2020[136],[137]. En mars 2017, Engie cède ses licences d'exploitation de gaz de schiste en Grande-Bretagne au suisse Ineos[138]. En mai 2017, Engie annonce son entrée en négociation exclusive avec le britannique Neptune Energy pour la cession de sa participation de 70 % dans l'entité Exploration & Production International[139],[140],[141],[142],[143].

L'entreprise est aussi présente sur le marché du biométhane en France, avec des projets de grande taille (23 GWh/an injectés pour le projet du Gâtinais inauguré en 2018)[144].

En 2018, Engie crée sa marque Gaz Tarif Réglementé[145], exclusivement réservée à la commercialisation et la gestion de ses offres de fourniture de gaz naturel aux tarifs réglementés. Jugés contraires au droit européen (décision du conseil d'Etat du 19 juillet 2017 à la suite de la plainte de l'Association Nationale des Opérateurs Détaillants en Energie), ils sont voués à disparaître au plus tard au 1er juillet 2023[146]. La fin de leur commercialisation a été fixée au 8 décembre 2019 par la loi Energie Climat (LEC, article 63)[147] promulguée le 8 novembre 2019.

Services à l'énergieModifier

Engie conçoit et met en œuvre des solutions d’efficacité énergétique et environnementale. Dans ce domaine, le groupe est présent dans quarante pays et compte 90 000 employés. En 2017, Engie est le premier fournisseur de services d’efficacité énergétique dans le monde ; il opère plus de 250 réseaux de chaleur et de froid dans le monde[148].

Les services à l’énergie incluent les prestations suivantes :

  1. Conception : études de faisabilité, ingénierie de base, gestion de projets, assistance à maîtrise d’ouvrage, démantèlement ;
  2. Installations et maintenance : solutions d’installation électrique, climatisation et réfrigération, systèmes d’information et de communication, maintenance industrielle ;
  3. Services énergétiques : amélioration de la performance énergétique des bâtiments; production, exploitation et distribution d’énergies locales et renouvelables (cogénération, utilités industrielles, réseaux de chaleur et de froid) ; services généraux ; gestion de réseaux urbains (mobilité, éclairage public) ;
  4. Services à l’habitat : solutions de maîtrise de la consommation autour des énergies renouvelables et de la rénovation thermique des logements, services de financement de travaux d’isolation de logements ;
  5. « Ville intelligente » : développement de réseaux interconnectés avec capteurs « intelligents » et compteurs communicants, technologies numériques de suivi des consommations, outils de pilotage à distance des installations énergétiques, solutions de réduction de l’empreinte carbone des bâtiments.
  6. Microréseaux (microgrids) et énergie décentralisée : systèmes de production et de consommation d'énergie à échelle locale, fourniture d'énergie dans les zones isolées, autoconsommation résidentielle ou en secteurs industriels et commercial, éco-quartiers[149]
  7. Mobilité verte : carburants alternatifs (GNV, bio GNV, hydrogène, etc.), installations de bornes de recharges électriques, infrastructures de transport, conception et planification en amont, fluidification de trafic, optimisation des réseaux de transport

Les filiales d'Engie qui interviennent dans ces domaines d'activité sont Engie Axima, Endel Engie, Engie Fabricom, Engie Ineo, Engie Réseaux, Engie Cofely et Tractebel Engie.

Engie développe des initiatives dites de « mobilité verte »[150]. En mars 2017, Engie acquiert le néerlandais EV-Box, un des plus gros fournisseurs en recharge de véhicules électriques[151]. En juin 2017, Engie remporte un contrat de cinq ans avec Transports Of London pour la fourniture de services de maintenance pour le métro londonien[152].

En juillet 2017, Engie acquiert 40 % de la société Tabreed, spécialiste de solutions de climatisation dans la région du Golfe[153].

Engie et Axium Infrastructure ont remporté une concession de cinquante ans pour assurer la gestion durable de l'énergie de l'université d'État de l'Ohio à Colombus (un des plus grands campus universitaires américains avec 485 bâtiments)[154].

Chiffres clésModifier

Chiffres d'affaires : 60,1 Mds d' € (2019)[155].

Répartition du chiffre d'affaires dans le monde' : 

  • Amérique du Nord : 4,5 Mds €[155]
  • Amérique du Sud : 5,3 Mds €[155]
  • Europe : 47,3 Mds €[155]
  • Proche et Moyen-Orient : 1 Md €[155]
  • Afrique : 0,2 Md €[155]
  • Asie et Océanie : 1,7 Md €[155]
Répartition du chiffres d'affaires par activité
  • Solutions clients : 21 Mds €[155]
  • Énergies Renouvelables : 2,7 Mds €[155]
  • Infrastructures : 6,6 Mds €[155]
  • Thermique : 4,0 Mds €[155]
  • Autres activités : 25,8 Mds €[155]

Capacité de production électrique installée : 104,3 GW[156] en 2018, dont :

Capacité d’électricité produite : 420 TWh[156] en 2018

Effectifs : 171 100[155]

Répartition des effectifs dans le monde'
  • Amérique du Nord : 6 300[155]
  • Amérique du Sud : 14 300[155]
  • Europe : 137 200[155]
  • Proche et Moyen-Orient : 3 100[155]
  • Afrique : 3 500[155]
  • Asie et Océanie : 6 700[155]
Répartition des effectifs par activité'
  • Solutions clients : 119 350[155]
  • Énergies Renouvelables : 4 600[155]
  • Infrastructures : 22 500[155]
  • Thermique : 5 200[155]
  • Autres activités : 19 450[155]

OrganisationModifier

EntitésModifier

En avril 2019, dans le cadre de son projet stratégique visant à développer la transition énergétique as a service, Engie annonce l'organisation de ses métiers autour de quatre lignes d'activités : Thermique, Infrastructures, Solutions clients et Renouvelables. Engie annonce aussi la création d'Engie Impact, une structure interne chargée de la stratégie pour les plus grands clients[157].

Le groupe est par ailleurs organisé autour d'entités géographiques et transversales[158] :

  • 11 entités géographiques : Afrique, Amérique du Nord, Amérique Latine, Asie Pacifique, Benelux, Brésil, Chine, Europe du Nord, du Sud et de l'Est, « Génération Europe » (Allemagne, Belgique, Espagne, France, Italie, Luxembourg, Pays-Bas, Pologne, Portugal, Royaume-Uni), Moyen-Orient, Asie du Sud et centrale, Turquie, Royaume-Uni ;
  • 8 entités implantées en France : « France BtoB », « France BtoC », « France Renouvelables », « France Réseaux », « Transport de gaz naturel » (GRT Gaz), « Distribution de gaz naturel » (GRDF), « Terminaux gaz naturel liquéfié - GNL » (Elengy), « Stockage de gaz naturel » (Storengy) ;
  • 4 entités « transversales » : « Exploration et production international », « Global Energy Management », « Tractebel Engineering », « GTT » (Gaz Transport et Technigaz).

Le siège social et quartier général de la zone Asie Pacifique (4000 employés) se déplace de Bangkok à Singapour en 2019[159].

Entreprises du groupeModifier

Le groupe Engie possède plusieurs filiales qui assurent le transport, le stockage, la distribution et la vente d'énergie et de services auprès des particuliers, des professionnels, des entreprises et des collectivités territoriales. Ces filiales sont:

Engie possède également des accords de participation avec différentes entreprises dont:

Principales filiales du groupe EngieModifier

GrDFModifier

GrDF est une société de distribution de gaz, principal gestionnaire de distribution publique de gaz naturel en France. Elle conçoit, construit, exploite et entretient le réseau de distribution de gaz naturel, dans le cadre d’un contrat de service public signé tous les trois ans avec l’État français. Elle livre le gaz naturel à ses clients, pour le compte de plus de cinquante fournisseurs de gaz.

Si GrDF est gestionnaire, les collectivités demeurent donc propriétaires du réseau de distribution de gaz et lui confient la gestion déléguée de la distribution publique de gaz, par la signature de contrats de concession. Elle emploie près de 12 000 salariés et est dirigée par Edouard Sauvage.

GRTgazModifier

GRTgaz est une société française de transport de gaz naturel ou assimilé (biométhane,…), par canalisations, créée le . L'entreprise est un des deux gestionnaires de réseau de transport de gaz en France avec Teréga (qui gère le réseau du sud-ouest de la France). GRTgaz reprend les activités préalablement assurées par le service transport de Gaz de France. En 2020 GRTgaz emploie environ 3000 salariés et est dirigée par Thierry Trouvé.

Engie CofelyModifier

Engie Cofely est une société de services en efficacité énergétique et environnementale. Elle s’adresse à des collectivités, des entreprises du tertiaire, de l’industrie et de la santé. Elle travaille sur la performance énergétique des bâtiments, produit des énergies renouvelables et s’occupe de la maintenance multitechnique et du facility management. Elle emploie 12 000 salariés et réalise un chiffre d’affaires de 2,5 milliards d’euros. Elle est dirigée par Jean-Pierre Monéger.[réf. nécessaire]

Engie ElectrabelModifier

Engie Electrabel est une société de fourniture d’énergie (électricité, gaz naturel) et de services. Elle est le plus grand producteur et fournisseur d’électricité au Benelux.

Engie IneoModifier

Engie Ineo est une société spécialisée en génie électrique, systèmes d’informations et de télécommunications. Elle réalise des infrastructures de transport, de télécommunications et d’énergie (par exemple, la rénovation du POPB ou le chantier du Forum des Halles). Elle compte 15 600 salariés et est dirigée par Yann Rolland.[réf. nécessaire]

Engie ITModifier

Engie IT (pour Engie Information et Technologies) est la filiale chargée des systèmes d’information du groupe Engie. La filiale IT conçoit, met en œuvre et exploite des solutions informatiques pour les 150 000 employés du groupe et propose des services applicatifs et d’infrastructure. À la suite de la fusion de Gaz de France et Suez en 2008, Jean-Michel Carboni démarre la mutualisation des systèmes d'informations du groupe puis fonde la filiale Engie IT (GDF Suez IT à l'époque) et en devient le directeur général jusqu'en 2015[162]. Engie IT est lancée avec un capital de 45 millions d'euros[163] et réalise un chiffre d'affaires de 600 millions d'euros en 2013[164]. L'actuel directeur général est Matthieu Pestel (2018-), successeur d'Olivier Sala (2015-2018)[163],[165]. Le revenu annuel réalisé en 2016 était de 400 millions d'euros[166].

MesDépanneurs.frModifier

Racheté par Engie en 2017[167], le service MesDépanneurs.fr met en relation des particuliers et des professionnels du dépannage à domicile. La plateforme étend son offre fin 2020 aux travaux d'aménagement et d'embellissement.

GouvernanceModifier

La gouvernance d'Engie est organisée autour d'un conseil d'administration et d'un comité exécutif. Cette organisation bicéphale conduit à une dissociation des fonctions de président et de directeur général[168].

Depuis 2019, le conseil d'administration est composé de 14 membres, au lieu de 19 précédemment. L'État, en tant qu'actionnaire principal, y désigne deux représentants[169].

Critiques et polémiquesModifier

Émissions de CO2 à l'étranger et fin des investissements dans le charbonModifier

En 2014, selon une étude de l'université d'Oxford pour les ONG Oxfam et Les Amis de la Terre, Engie, avec ses trente centrales à charbon dans le monde, émet 81 millions de tonnes de CO2 par an. L'agence de presse canadienne Thomson Reuters indique également en 2014 que l'entreprise est le sixième plus grand émetteur mondial de CO2 au monde[170]. Le Guardian estime en 2015 que les centrales à charbon de ce géant de l'énergie constituent le troisième parc de centrales le plus polluant au monde[171]. De plus, avec son partenaire Exxaro, la société vient[Quand ?] de remporter un appel à projets pour une nouvelle centrale à charbon à Thabametsi, en Afrique du Sud. Alors que la France organise la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques et s’est engagée à réduire ses émissions domestiques, « la France pollue allègrement à l’étranger via ses entreprises à capital public »[96].

Le , un feu de brousse atteint la mine de charbon de Hazelwood[172] (appartenant depuis 2010 à GDF Suez), située dans la vallée Latrobe, dans l'État du Victoria , en Australie, à 150 km de Melbourne. Le charbon brûle à ciel ouvert pendant plusieurs semaines[172], la fumée chargée de particules fines est poussée par le vent vers la ville de Morwell, dont une partie est évacuée. Plus de 7 000 pompiers australiens interviennent au cours des 45 jours de lutte contre l'incendie. Une commission d'enquête parlementaire est ouverte en Australie, qui conclut que les risques d'incendie étaient prévisibles par l'exploitant, mais que les mesures de sécurité nécessaires n'ont pas été prises, et critique le sous-financement par GDF Suez du programme de nettoyage du site[173]. Après cet événement, GDF Suez fait l'objet de plaintes de la part de l'organisation de défense des travailleurs WorkSafe Victoria[174] et de l'agence de protection de l'environnement (Environment Protection Authority)[175]. L'entreprise fait également face aux tentatives des pompiers de la Country Fire Authority (pompiers de l'état de Victoria) de récupérer 18 millions d'euros pour alléger le poids de l'incident sur les finances des collectivités australiennes[176],[177]. La position officielle de GDF Suez est qu'ils ont déjà participé financièrement à cette intervention, en payant les taxes associées à ces activités[176],[177].

La ministre de l’Énergie, Ségolène Royal, annonce le qu'Engie n’investira plus dans le charbon. Les projets en cours sont abandonnés, sauf s’ils ont déjà fait l’objet d’un engagement ferme. Engie affirme de son côté qu’il s’agit d’une décision soigneusement mûrie, prise lors du séminaire stratégique des administrateurs du groupe qui s’est tenu les 12 et 13 octobre. Le groupe abandonnera ainsi un gros projet de centrale au charbon en Turquie, à Ada Yumurtalik (Modèle:Unité 1320) ; il avait déjà annoncé en juin qu’il renonçait à un projet de 600 MW en Afrique du Sud, à Thabametsi[178]. Il poursuivra deux projets en cours, sur lesquels il est fermement engagé, en Mongolie et au Brésil ; il a par ailleurs déjà engagé la construction de quatre autres centrales au charbon, au Brésil (324 MW), au Chili (338 MW), en Inde (638 MW) et au Maroc (1 386 MW). Elles s’ajouteront aux 28 centrales que le groupe exploite déjà dans le monde, en Europe (Allemagne, Pays-Bas, Italie, Pologne, Royaume-Uni) et ailleurs. Dans l'ensemble, le charbon représente 13 % de sa production électrique nette à fin 2015[179].

Engie signe en 2016 un accord pour la vente de ses participations dans Paiton et Meenakshi, deux centrales à charbon situées en Indonésie et en Inde, représentant une capacité de production électrique de 3 GW. Cette opération réduit de 16 % les capacités de production d’électricité d’Engie à partir de charbon[98]. En , Engie annonce la fermeture de la centrale charbon de Rugeley, au Royaume-Uni, pour l'été[99].

En octobre 2016, Engie décide la fermeture de la centrale à charbon d'Hazelwood (1 550 MW) en Australie, considérée comme la plus polluante du monde avec 1,6 tonnes de CO2 émis par MWh produit. Depuis sa décision de se désengager du charbon, Engie a vendu ses centrales américaines, indienne et indonésienne (3 700 MW) et fermé celles de Rugeley au Royaume-Uni (1 000 MW), de Vado Ligure en Italie (600 MW) et de Gelderland aux Pays-Bas (600 MW)[180],[181],[182]. En octobre 2017, Engie annonce la cession de ses parts (70 %) détenues dans la centrale australienne Loy Yang B au conglomérat chinois Alinta Energy[183].

ÉcoblanchimentModifier

Engie est fréquemment accusée d'écoblanchiment, ou greenwashing, notamment lors de son soutien officiel à la Conférence de Paris de 2015 sur les changements climatiques (COP21). Plusieurs ONG[184] critiquent l'achat d'une vertu à bon compte, les possibles conflits d'intérêts et doubles discours[185],[186],[187].

Pollution de la nappe phréatique en Saxe-AnhaltModifier

Selon la chaîne allemande WDR, Engie a entreposé jusqu'en 2012 dans la fosse d'enfouissement de Brüchau, en Saxe-Anhalt, des déchets pétroliers et gaziers toxiques et radioactifs, alors que l'entreprise savait depuis 2000 que la fosse n'était plus étanche et que la nappe phréatique avait été contaminée[188],[189].

Optimisation fiscaleModifier

Via le LuxembourgModifier

Selon une enquête publiée en 2016 par le site d'information en ligne Les Jours, Engie disposerait d'au moins vingt-six filiales au Luxembourg. Leur objectif principal serait d'y faire transiter des masses financières du groupe afin de diminuer son taux d'imposition. Certaines d'entre elles sont des sociétés ayant une réelle activité opérationnelle (mais hors du Luxembourg), d'autres de simples holdings sans salariés. En octobre 2016, la Commission européenne a annoncé avoir ouvert une enquête approfondie sur le traitement fiscal accordé par le Luxembourg à Engie. Plusieurs filiales luxembourgeoise du groupe n'auraient pas payé d'impôts en bénéficiant d'une « décision fiscale anticipative », c'est-à-dire d'un « ruling », objet du scandale LuxLeaks. Quatre filiales sont concernées par l’enquête de la Commission : GDF Suez LNG (Luxembourg), GDF Suez LNG Supply, Electrabel Invest Luxembourg et GDF Suez Treasury Management[190].

Toujours selon Les Jours, Engie a ainsi transféré 27 milliards d'euros au Luxembourg par le biais de la holding Engie Invest International chapeautant les quatre filiales d'Engie sur lesquelles enquête depuis septembre 2016 la Commission européenne[191]. Deux filiales d'Engie auraient pu déduire un milliard d'euros sur leurs bénéfices entre 2009 et 2015 et auraient bénéficié d'un avantage fiscal de la part de Luxembourg à hauteur de 300 millions d'euros environ[192].

Le 20 juin 2018, la Commission européenne oblige Engie à rembourser au Luxembourg 120 millions d'euros d'impôts non payés. Son enquête « a conclu que deux séries de décisions fiscales anticipatives émises par le Luxembourg ont artificiellement réduit la charge fiscale d'Engie dans ce pays pendant une dizaine d'années, sans la moindre justification valable »[193].

De l'Australie au Royaume-UniModifier

En 2018, dans le cadre des Paradise Papers, le Consortium international des journalistes d'investigation révèle qu'Engie a usé de méthodes d'optimisation fiscale « agressive » pour transférer vers le siège, au Royaume-Uni, un milliard de dollars issus de deux centrales à charbon et gaz australiennes sans payer d'impôts, économisant au moins 245 millions de dollars[194].

International Power (IP), propriété d'Engie depuis février 2011, utilisait depuis 2004 un schéma d'optimisation fiscal : au lieu de procéder par le biais d'un versement de dividendes au siège — imposés à hauteur de 30 % —, les centrales prêtaient les sommes voulues au siège d'IP via des banques australiennes, évitant ainsi toute imposition, sans jamais que le siège ne procède au remboursement. Le fisc britannique envisage cependant début 2012 de supprimer cette possibilité de prêts (dits « prêts spécialisés »). Sous le nom de « projet Salomon », International Power monte un autre système d'optimisation fiscal, s'aidant d'une faille législative britannique apparue en 2009 : depuis cette date, les dividendes versés par des filiales étrangères à leur siège britannique ne sont plus sujets à l'impôt. Le milliard de dollars de dette est ainsi transformé en dividendes en juin 2012[194]. Au même moment, l'État australien verse une compensation de 500 millions de dollars à International Power pour l'aider à mettre aux normes environnementales ses centrales, les entreprises australiennes du charbon « agitant le chiffon rouge de la faillite », écrit le journal Le Monde[194].

Engie répond avoir « parfaitement respecté la législation fiscale tant en Australie qu’au Royaume-Uni »[195].

Abus de position dominanteModifier

En mars 2017, Engie est condamné à une amende de 100 millions d'euros pour abus de position dominante en France par l'Autorité de la concurrence, qui reproche à l'entreprise d'avoir utilisé les anciens fichiers clients de Gaz de France pour commercialiser ses offres, et d'avoir eu recours à un « argument commercial trompeur » pour influer sur le choix des clients[196]. Les faits ne sont plus contestés par Engie, qui a souhaité recourir à une transaction. Cette sanction fait suite à la saisine de l'Autorité, en 2014, par Direct Énergie et l’association de consommateurs UFC-Que choisir[197].

Concurrence déloyaleModifier

En décembre 2017, Engie est condamné à payer 150 000 euros de dommages et intérêts à EDF pour concurrence déloyale en raison de ses pratiques de démarchage agressif des clients en porte-à-porte et téléphonique, selon un jugement du tribunal de commerce de Nanterre[198].

Démarchage abusifModifier

Les poursuites pour concurrence déloyale interviennent concomitamment au rapport du médiateur national de l'énergie, qui lui aussi remarque des démarchages agressifs de la part d'Engie dont les prestataire vont jusqu'à usurper la marque EDF, utilisent de la tromperie (en jouant sur la méconnaissance du marché de l'énergie) ou de la fraude à la signature des démarchés. Le médiateur national de l'énergie réitère ses critiques en 2017[199] et en 2018[200]. La même année, l’UFC Que Choisir décerne à Engie le « cactus d’or » pour ses méthodes de démarchage[201].

Le jugement est confirmé en appel le et le montant des dommages en intérêts porté à 1 million d'euros[202].

Le 27 juin, les locaux d'Engie ont été perquisitionnés et des ordinateurs saisis par la Direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes (DGCCRF) dans le cadre d'une "opération d'ampleur nationale" concernant l'enquête pour démarchage abusif dans le secteur de l'énergie[203].

Le 18 octobre 2019, la DGCCRF annonce la condamnation d'Engie à une amende de 900 000 euros pour démarchage abusif. Elle reproche notamment à Engie la conclusion de contrats de fourniture d’énergie sans que la confirmation de l’offre faite par démarchage téléphonique ait été transmise au consommateur par courrier ou courriel, ou l'absence de prise en compte de demandes de consommateurs d’exercer leur droit de rétractation[204].

Entente illégaleModifier

Engie, alors GDF-Suez, et son concurrent E.ON ont été condamnés par la Commission européenne en 2009 pour « entente illégale sur le marché du gaz » à une amende de 553 millions d'euros chacun[205].

Pollution de l'AulneModifier

En août 2020, la centrale de biogaz de Kastellin, appartenant à Engie, voit l'un de ses réservoirs de digestat, une matière organique servant de fertilisant agricole, déborder. L'incident provoque le déversement de 400 m3 de digestat dans le fleuve l'Aulne, privant 180 000 personnes d'eau potable dans le Finistère. L'activité de la centrale est suspendue pour enquête par la préfecture jusqu'au 8 octobre 2020, après quoi la Dreal (direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement) garde sous contrôle le fonctionnement de la structure[206],[207].

Activité de lobbyingModifier

En FranceModifier

Pour l'année 2017, Engie et Engie énergie services déclarent à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique exercer des activités de lobbying en France pour un montant global qui n'excède pas 600 000 €[208],[209].

Auprès des institutions de l'Union européenneModifier

Engie est inscrit depuis 2011 au registre de transparence des représentants d'intérêts auprès de la Commission européenne. Il déclare en 2015 pour cette activité 13 salariés à temps plein et des dépenses d'un montant compris entre 2 250 000 et 2 500 000 €[210]. Sur le même exercice, Engie a reçu 113 millions d'euros de subventions des institutions de l'Union européenne[210] et figure en troisième position des groupes du CAC 40 en dépenses de lobbying, au cours de l'année 2015[211].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

RéférencesModifier

  1. Engie, « Document de référence 2017 » [PDF] (consulté le 26 novembre 2018).
  2. « Structure de l'actionnariat | ENGIE », sur www.engie.com (consulté le 5 mai 2020)
  3. « https://amadeus.bvdinfo.com/version-2019829/ » (consulté le 4 septembre 2019)
  4. « Déclaration de M. Dominique de Villepin, Premier ministre, sur la fusion de Gaz de France et de Suez », sur vie-publique.fr, Paris, (consulté le 21 janvier 2019).
  5. « Dossier législatif sur le site du Sénat » (consulté le 10 novembre 2018).
  6. « L'environnement finalement favorable à la fusion Suez-GDF », Libération, (consulté le 21 janvier 2019).
  7. Nicolas Cadène, « Gaz de France & Suez, un mariage arrangé ? », sur agoravox.fr, (consulté le 21 janvier 2019).
  8. Georges Dupuy, « De l'eau dans le gaz », L'Express, (consulté le 21 janvier 2019).
  9. Du 49-3 dans le gaz, Le Canard enchaîné, .
  10. « Le projet de fusion GDF-Suez remis en cause par la justice », sur Le Monde, (consulté le 21 janvier 2019).
  11. « Le Conseil constitutionnel valide la privatisation de GDF mais retarde sa mise en œuvre », sur Le Monde, (consulté le 21 janvier 2019).
  12. « La CRE publie la formule de calcul de l’évolution des coûts d’approvisionnement de GDF Suez - Communiqué de presse » [PDF], Commission de régulation de l'énergie (CRE), .
  13. (en)« Creation of the global leader in independent power generation », sur le site de GDF Suez, p. 10.
  14. « Électricité : naissance d'un nouveau géant mondial », sur Euronews, (consulté le 12 novembre 2018).
  15. « GDF Suez rachète le groupe britannique International Power », sur Les Échos, (consulté le 12 novembre 2018).
  16. « GDF Suez devient du coup no 2 mondial de l'électricité derrière EDF », sur La Tribune, (consulté le 10 novembre 2018).
  17. « L’assemblée générale d'International Power approuve à plus de 99 % le rapprochement avec GDF Suez », sur gdfsuez.com, .
  18. Citation de Gérard Mestrallet, PDG du groupe, « GDF Suez rachète le groupe britannique International Power », sur Le Point via AFP, (consulté le 26 novembre 2018).
  19. Véronique Le Billon, « GDF Suez se renforce dans les services énergétiques en Grande-Bretagne », sur lesechos.fr, .
  20. Armelle Bohineust, « GDF Suez se renforce dans l'efficacité énergétique », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  21. « GDF Suez devient Engie », (consulté le 10 novembre 2018).
  22. a et b Denis Cosnard, « En pleine mutation, GDF Suez se renomme Engie », sur Le Monde, .
  23. a et b « Solaire : Engie rachète Solairedirect », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  24. Anne Feitz, Engie enchaîne les rachats dans les services à l'énergie Les Échos, .
  25. « Synthèse de l'actualité du pétrole et du gaz semaine du 11 au  », Euro-petrole.com (consulté le 22 avril 2016).
  26. « Engie acquiert 80 % de Green Charge Networks », Le Figaro/Reuters,‎ (lire en ligne).
  27. « Engie remporte un projet de centrale en Arabie saoudite », Reuters, (consulté le 29 janvier 2017).
  28. « Engie vend des centrales électriques en Asie », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  29. (en) « Toshiba to buy Engie's 40 stake in NuGen for $139 million », sur Reuters, .
  30. a et b « Engie détient la Compagnie du Vent à 100 % », sur lefigaro.fr, Le Figaro, (consulté le 20 août 2020).
  31. « L'État engage la cession de 4,1 % du capital d’Engie », sur Le Monde, .
  32. Philippe Jacqué, « L'État a cédé 4,5 % du capital d’Engie », sur Le Monde, .
  33. Comité français butane propane
  34. Engie rejoint le Comité Français du Butane et du Propane, Environnement-Magazine, le 16 mars 2018.
  35. Loi Pacte : GRTgaz pourra s'ouvrir au privé, Les Échos, 19 juin 2018.
  36. a et b « Engie promet le rebond grâce à un nouveau plan stratégique », sur La Tribune (consulté le 3 mai 2019).
  37. a b c d et e La-Croix.com, « Engie met le cap sur les entreprises et les villes », sur La Croix, (consulté le 14 mars 2019)
  38. a b et c « Engie accentue son recentrage sur les services et les énergies vertes », sur Les Echos, (consulté le 3 mai 2019)
  39. a b c et d « Engie poursuit sa mue vers les renouvelables », sur L'Opinion, (consulté le 14 mars 2019)
  40. a et b « Engie veut prouver que la transition énergétique est un business durable - L'Usine de l'Energie », L'Usine Nouvelle,‎ (lire en ligne, consulté le 3 mai 2019)
  41. « Engie dévoile un nouveau plan stratégique sur 2019-2021 », sur Challenges (consulté le 3 mai 2019)
  42. a b c et d « Engie: un nouveau modèle pour retrouver la croissance », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le 3 mai 2019).
  43. « Engie projette la fermeture de trois centres d’appels, soit 450 suppressions de postes », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 1er novembre 2019)
  44. « Engie : 450 suppressions de postes dans le viseur », sur Challenges (consulté le 1er novembre 2019)
  45. « Engie projette la fermeture de 3 centres d'appels soit 450 suppressions de postes », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le 1er novembre 2019)
  46. Zone Bourse, « Engie : résolutions adoptées en AG | Zone bourse », sur www.zonebourse.com (consulté le 26 mai 2020)
  47. « Le Brésil représentera près d'un cinquième des bénéfices d'Engie », sur Les Échos, (consulté le 10 avril 2019).
  48. « Engie accélère au Brésil avec le rachat du gazoduc de TAG - Infos Reuters », sur L'Usine Nouvelle, (consulté le 10 avril 2019).
  49. « Engie rachète la moitié des gazoducs du Brésil pour 7,7 milliards d’euros », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le 10 avril 2019).
  50. « Jean-Pierre Clamadieu : pourquoi Engie se sépare d'Isabelle Kocher », sur Les Echos, (consulté le 17 avril 2020)
  51. Isabelle Mourgere et Terriennes, « Isabelle Kocher, première femme du CAC 40, remerciée par Engie : à l'ombre du plafond de verre... »,
  52. a et b « Comment Isabelle Kocher, la patronne d’Engie, a été poussée vers la sortie », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 17 avril 2020)
  53. « Engie et sa patronne Isabelle Kocher dans le viseur du pouvoir », sur La Tribune (consulté le 17 avril 2020)
  54. a b c et d « Quatre choses à savoir pour comprendre l'éviction controversée d'Isabelle Kocher, la directrice générale d'Engie », sur Franceinfo, (consulté le 8 février 2020)
  55. Jean-Christophe Féraud, « La stratégie d'Isabelle Kocher sanctionnée par l’Etat actionnaire », sur Libération.fr, (consulté le 9 février 2020)
  56. a et b « Engie: Isabelle Kocher accepte de démissionner avant la fin de son mandat », sur Challenges (consulté le 27 février 2020)
  57. « Isabelle Kocher quitte Engie avec 3,3 millions d’euros d’indemnités », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 27 février 2020)
  58. ENGIE, « Conclusion d’un protocole d’accord transactionnel avec Isabelle Kocher », sur engie.com, (consulté le 27 février 2020)
  59. « Isabelle Kocher quitte Engie avec une indemnité de 3,3 millions d'euros », sur Les Echos, (consulté le 27 février 2020)
  60. Engie : tout ce qu'il faut savoir sur l'éviction d'Isabelle Kocher, Les Echos, 7 février 2020
  61. Vincent Collen, « Engie s'est enfin choisi une nouvelle patronne, Catherine MacGregor », Les Echos,‎ (lire en ligne, consulté le 4 octobre 2020).
  62. Isabelle Kocher, « Construire un nouvel univers décarboné et digital », Les Echos, .
  63. Dominique Pialot, « Engie se donne trois ans pour aligner son portefeuille sur sa nouvelle stratégie », La Tribune, le
  64. Isabelle Kocher, PDG d'Engie : "Un groupe qui fait des envieux", interview d'Isabelle Kocher, Paris Match,
  65. Frédéric de Monicault, « Engie aux prises avec «une véritable révolution énergétique» », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  66. La directrice d'Engie prône une "révolution énergétique", Interview d'Isabelle Kocher sur le JDD, le
  67. a et b « Isabelle Kocher: «Engie a un très gros potentiel de création de valeur» », sur L'Opinion, (consulté le 3 mai 2019).
  68. Gérard Mestrallet : comment empêcher l'Europe d'aller dans le mur..., Entretien avec Gérard Mestrallet sur le site de l'Expansion, .
  69. Succès pour l’émission d’obligations vertes de GDF Suez, Marina Alcaraz sur Lesechos.fr, .
  70. Engie veut devenir leader de la transition énergétique, interview de Gérard Mestraller sur BFM TV, le .
  71. GDF Suez se réorganise pour être un acteur clé de la transition énergétique, Jean-Michel Bezat, Le Monde, .
  72. GDF SUEZ présente son nouveau projet d’entreprise afin d’accélérer la mise en œuvre de sa stratégie de développement, Communiqué de presse Engie, .
  73. Engie parachève sa transition vers les énergies propres, Les Échos, 23 novembre 2017.
  74. a et b Engie : le difficile désengagement du charbon, Les Échos, 4 avril 2018.
  75. a b c et d « La stratégie bas carbone d’Engie pour être un leader de la transition énergétique », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 14 mars 2019).
  76. Isabelle Kocher : « Nous avons changé radicalement l’organisation d’Engie », interview d'Isabelle Kocher par Philippe Escande et Vincent Giret, Le Monde, .
  77. a et b Isabelle Kocher inaugure Engie Digital pour accélérer la transformation numérique de l’entreprise, Ludovic Dupin, L'Usine Nouvelle, .
  78. Dominique Pialot, Comment Engie innove pour ne pas être "uberisé", LaTribune.fr, .
  79. Sylvain Arnulf, Engie récompense ses projets internes innovants… même ceux qui ont échoué, L'Usine Digitale, .
  80. CO2 : Engie dans la moyenne européenne, EDF parmi les bons élèves, Hortense GOULARD, Les Échos, 10 février 2020
  81. a b c et d « Engie est reparti à l'offensive sur une base simplifiée », Investir, le Journal des Finances, no 2447 du 28 novembre 2020,‎ , p. 14
  82. a et b « Engie concentre ses efforts pour accélérer sa croissance », sur L'Echo, (consulté le 3 mai 2019)
  83. a et b Vincent Collen, David Barroux et Julie Chauveau, « Jean-Pierre Clamadieu : « Engie va repartir à l'attaque » », Les Echos,‎ (lire en ligne)
  84. Romain Chicheportiche, « Engie ne parvient pas à convaincre le marché », sur GreenUnivers, (consulté le 3 mai 2019)
  85. « Engie se recentre et se spécialise pour doper sa croissance », sur Capital.fr, (consulté le 3 mai 2019)
  86. (en) « French energy company Engie to pull out of 20 countries », sur Financial Times, (consulté le 3 mai 2019).
  87. [1], site officiel.
  88. Découvrir nos activités - Gaz naturel et GNL, site de GDF-Suez consulté le .
  89. GDF Suez va arrêter des centrales à gaz en France, sur le site du journal Les Échos.
  90. Document de référence Engie 2015
  91. GDF Suez déplore une perte abyssale de 9,7 milliards d'euros, site de La Tribune consulté le .
  92. Frédéric De Monicault, « Un projet industriel majeur pour Engie en Arabie saoudite », Le Figaro,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne, consulté le 30 janvier 2017)
  93. a et b « Engie sort un peu plus du charbon en finalisant la cession de Glow en Thaïlande », L'Usine Nouvelle,‎ (lire en ligne, consulté le 18 mars 2019).
  94. « Engie cède ses centrales à charbon en Allemagne et aux Pays-Bas », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le 26 avril 2019)
  95. Zone Bourse, « Engie : réduit encore son exposition au charbon | Zone bourse », sur www.zonebourse.com (consulté le 26 avril 2019)
  96. a et b Charbon : EDF et GDF polluent en loucedé, Libération, .
  97. Engie confirme l’arrêt de ses investissements dans le charbon, L'Usine nouvelle, .
  98. a et b Communiqué de presse, , Site officiel.
  99. a et b Rugeley Power Station expected to cease operations this summer, Site de la centrale.
  100. « Engie cède sa centrale à charbon de Polaniec à l'état polonais », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  101. Engie cède la centrale à charbon polonaise de Polaniec pour 250 millions d'euros, LesEchos.fr, .
  102. « Charbon : Engie ferme Hazelwood, la centrale la plus polluante d'Australie », sur La Tribune (consulté le 28 janvier 2019)
  103. « Emissions de gaz à effet de serre », sur Engie (consulté le 18 mars 2019).
  104. « Engie présente enfin sa stratégie - Journal de l'environnement », sur www.journaldelenvironnement.net (consulté le 3 mai 2019)
  105. a et b « Le nouveau plan stratégique d'Engie pour accélérer sa croissance », L'Usine Nouvelle,‎ (lire en ligne, consulté le 14 mars 2019).
  106. « Pourquoi Engie renonce à la construction de nouvelles centrales nucléaires », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 18 mars 2019).
  107. Cécile Chevallier, « Victime du nucléaire : le tribunal d’Evry reconnaît la « faute inexcusable » de l’employeur », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  108. « Une filiale d'Engie condamnée après le cancer mortel d'un agent travaillant sur des sites nucléaires », sur 20minutes.fr, (consulté le 26 mai 2016)
  109. Engie rachète l'activité de maintenance nucléaire de Suez, 9 janvier 2019.
  110. « Une dépréciation de 615 millions d'euros sur le nucléaire belge », sur L'Écho, (consulté le 20 avril 2019).
  111. (en) « GDF Suez sells French wind farm stake to Credit Agricole », sur Reuters, .
  112. « Énergies vertes : GDF Suez veut doubler sa capacité installée en Europe », Les Échos, .
  113. Aude Massiot, « Finance verte : deux avancées et deux dérives », Libération,‎ , p. 4 (lire en ligne, consulté le 12 décembre 2017)
  114. Florence Roussel, « Engie fait l'acquisition du spécialiste de l'éolien Maïa Eolis », sur actu-environnement.com, (consulté le 15 mars 2016).
  115. Energies renouvelables : Engie mise sur les entreprises, Les Échos, 4 septembre 2019.
  116. « Éoliennes en mer de Dieppe - Le Tréport : le groupe japonais Sumitomo entre dans le capital du consortium mené par Engie », Le Courrier picard, (consulté le 6 avril 2019).
  117. Isabelle Kocher : « Nous voulons devenir numéro deux mondial de l'éolien offshore », Les Échos, 21 mai 2019.
  118. « Communiqué de presse Engie », .
  119. « L’énergie solaire », sur Engie.
  120. « Engie rachète l'opérateur solaire Fenix », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le 20 octobre 2017)
  121. « Comment Engie veut booster le gaz vert », sur La Tribune (consulté le 2 août 2019).
  122. « Pour Engie, la transition énergétique doit aussi passer par le biogaz », sur Challenges (consulté le 2 août 2019).
  123. « Engie se renforce dans le biométhane avec l'acquisition de Vol-V Biomasse », sur Le Monde de l'Énergie, (consulté le 2 août 2019).
  124. Dominique Pialot, « Comment Engie veut booster le gaz vert », sur La Tribune, (consulté le 12 novembre 2018).
  125. Aurélie Barbaux, « L'effet pervers de l’engouement d’Engie pour le biogaz », sur L'Usine nouvelle, (consulté le 27 février 2019).
  126. L'Usine Nouvelle, « Engie teste la production d’hydrogène à partir du soleil - L'Usine Energie », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant,‎ (lire en ligne, consulté le 8 novembre 2020)
  127. « ENGIE développe un projet de centrale géothermique en Indonésie, sur le site de Rantau Dedap », communiqué de presse, Engie, ].
  128. « Le réseau de chaleur de Villepinte en Île-de-France converti à la géothermie », , ENGIE.
  129. « La première centrale de géothermie marine inaugurée par Engie à Marseille », Le Journal Économique, .
  130. « Engie obtient trois permis d'exploration de ressources géothermiques au Mexique », Les Échos, .
  131. Les parcs éoliens en mer refusent de recevoir moins de subsides, LaLibre.be, .
  132. Electrabel veut doubler sa capacité éolienne onshore pour 2020, RTBF.be, ].
  133. « Leucate : Engie dévoile enfin son projet pilote de ferme éolienne en mer », L'Indépendant, ].
  134. Découvrir nos activités - Gestion d’infrastructures, site de GDF-Suez (consulté le ).
  135. Storengy, site officiel.
  136. Ludovic Dupin, « GDF Suez autorisé à exporter le gaz de schiste américain », L'Usine nouvelle, .
  137. Rachida Boughriet, « Total va exploiter le gaz de schiste au Royaume-Uni », ActuEnvironnement, .
  138. « Engie tourne le dos au gaz de schiste en Grande-Bretagne », Le Monde de l'Énergie, .
  139. Jean-Michel Bezat, « Engie vend son activité d’exploration-production d’hydrocarbures », Le Monde, .
  140. Véronique Le Billon, « Engie en passe de céder ses actifs d’exploration-production à Neptune », Les Échos, .
  141. « Engie: accord imminent pour céder le pôle exploration et production à Neptune », L'Usine Nouvelle, .
  142. « Engie se désengage de l'exploration-production d'hydrocarbures », Challenges, .
  143. « Engie cède son pôle exploration-production pour 4,7 milliards d'euros », Capital, .
  144. Dominique Pialot, « Comment Engie veut booster le gaz vert », sur latribune.fr, (consulté le 12 novembre 2018).
  145. « Gaz Tarif Réglementé, une marque qui vous est dédiée », sur https://gaz-tarif-reglemente.fr (consulté le 14 janvier 2020)
  146. « Suppression des tarifs réglementés de vente de gaz naturel à partir du 1er juillet 2023 », sur Energie Info, (consulté le 14 janvier 2020)
  147. LOI n° 2019-1147 du 8 novembre 2019 relative à l'énergie et au climat, (lire en ligne)
  148. A suivre aujourd'hui... ENGIE, Capital, .
  149. Électricité : l'essor des microréseaux - Véronique Le Billon et Anne Feitz, Les Échos,
  150. Frédéric de Monicault, « Engie veut se développer dans les villes de demain », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  151. Engie acquiert les solutions de recharge de véhicules électriques EV-BOX - Fusacq.com, 17 mars 2017
  152. « Engie: contrat de services dans les transports à Londres », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  153. « Engie rachète à Mubadala 40 % de Tabreed », sur Les Échos,
  154. « ENGIE remporte un contrat avec l'Université d'État de l'Ohio », sur Capital,
  155. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w et x « Rapport intégré ENGIE 2020 | ENGIE », sur Engie.com (consulté le 7 mai 2020)
  156. a b c d e f et g Engie, « Chiffres Clés ENGIE 2019 », sur engie.com (consulté le 7 mai 2020)
  157. « ENGIE renforce son organisation pour réaliser son plan stratégique : « la transition zéro carbone as a service » », sur Engie, (consulté le 10 avril 2019).
  158. Organisation opérationnelle, Site officiel Engie, .
  159. (en) French Chamber of Commerce in Singapore, « French energy giant ENGIE to move Asia-Pacific HQ to Singapore », sur www.fccsingapore.com (consulté le 17 janvier 2019).
  160. « GDF Suez achète l'américain Ecova pour 335 millions de dollars », sur challenges.fr, Paris, Challenges (avec AFP), (consulté le 3 mai 2016).
  161. Frédéric Bergé, « Engie se paie une plateforme en ligne de dépannage à domicile », BFM Business,‎ (lire en ligne)
  162. « GDF Suez tente de remettre son IT à flot », sur La Lettre A, (consulté le 22 avril 2019).
  163. a et b « Annonce Légale - Modification Nomination du Directeur Général GDF SUEZ information et technologies 92 - Hauts-de-Seine », sur Le nouvel Economiste, (consulté le 22 avril 2019).
  164. « La Lettre de l'Expansion », sur La Lettre de l'Expansion (consulté le 22 avril 2019).
  165. « Olivier Sala devient directeur général de GDF Suez Information & Technologies », sur Actu-Environnement, (consulté le 22 avril 2019).
  166. « L'IT d'Engie change de braquet », sur La Lettre A, (consulté le 22 avril 2019).
  167. « Engie se renforce dans les services avec l’acquisition de la start-up Mes Dépanneurs », sur usine-digitale.fr (consulté le 19 novembre 2020)
  168. « Engie : l'éviction d'Isabelle Kocher entérinée, une direction intérimaire nommée », sur Les Echos, (consulté le 29 août 2020)
  169. « Engie : Jean-Pierre Clamadieu remodèle le conseil d'administration », sur Les Echos, (consulté le 29 août 2020).
  170. (en) « Global 500 Greenhouse Gases performance 2010-2013: 2014 report on trends » [PDF], sur http://site.thomsonreuters.com, (consulté le 26 mai 2016), p. 6.
  171. (en) Damian Carrington, « US and Chinese companies dominate list of most-polluting coal plants », The guardian,‎ (lire en ligne).
  172. a et b « Incendie d'une mine en Australie : GDF Suez se défend », sur RTL.fr (consulté le 3 juin 2016).
  173. (en) Gay Alcorn, « Latrobe coalmines not paying enough for cleanup: Hazelwood fire inquiry », sur The Guardian, (consulté le 3 juin 2016).
  174. (en) « Hazelwood Power Corporation charged », sur worksafenews.com.au (consulté le 3 juin 2016).
  175. (en) Tom Arup, « Hammer comes down on Hazelwood: environmental charges to be laid over mine fire », The Age,‎ (lire en ligne, consulté le 3 juin 2016).
  176. a et b (en) Australian Associated Press, « Hazelwood mine owners GDF Suez refusing to pay $18m firefighting bill », sur the Guardian, (consulté le 3 juin 2016).
  177. a et b Cash investigation, « Climat : le grand bluff des multinationales », France Télévisions, 24 mai 2016 (consulté le 18 septembre 2016). [vidéo] Cash investigation - Climat: le grand bluff des multinationales sur YouTube.
  178. « Engie ne construira plus de centrales au charbon », sur Les Echos, (consulté le 22 avril 2019).
  179. ENGIE, Résultats annuels 2015, (lire en ligne [PDF]), p. 43.
  180. « Engie ferme une centrale géante ultrapolluante », Les Échos, 24 octobre 2016.
  181. Frédéric de Monicault, « Engie boucle la moitié de son programme de cessions », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  182. Anne Feitz, « Engie engage une révolution stratégique », Les Échos, 25 février 2016.
  183. « Engie clôt le chapitre du charbon en Australie en cédant la centrale Loy Yang B », La Tribune,‎ (lire en ligne, consulté le 23 novembre 2017).
  184. Martine Valo, « Laurent Fabius fait appel aux entreprises pour financer la COP 21 », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  185. Christian Losson, « La COP 21, paradis du greenwashing et des conflits d'intérêts ? », Libération,‎ (lire en ligne)
  186. « Engie : Leader de la transition vers le chaos climatique », sur Prix Pinocchio (consulté le 26 mai 2016)
  187. (en) Michael Stothard, « COP21: corporate sponsors accused of ‘greenwashing’ », Financial Times,‎ (ISSN 0307-1766, lire en ligne, consulté le 26 mai 2016)
  188. (de) Jürgen Döschner, « Undichte Bohrschlammgrube betrieben? », sur Tagesschau,
  189. (de) « Radioaktiver Schlamm und Chemieabfälle: Der wohl giftigste See Deutschlands », sur Vice, (consulté le 26 mai 2016)
  190. Nicolas Cori, « Engie compte l’emporter au paradis », sur Les Jours,
  191. « Engie a transféré 27 milliards d'euros au Luxembourg », sur Le Point, .
  192. Eléanor Douet, « Engie aurait bénéficié de 300 millions d'euros d'avantages fiscaux », sur RTL, .
  193. « ENGIE boucle son plan de cessions, mais est jugé coupable d'évasion fiscale par Bruxelles », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le 20 juin 2018).
  194. a b et c Maxime Vaudano, « « Paradise Papers » : le tour de passe-passe d’Engie pour économiser des millions d’euros d’impôts », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  195. Myrtille Delamarche, « Ces industriels empêtrés dans les Paradise Papers », L'Usine nouvelle,‎ (lire en ligne)
  196. « Gaz: Engie écope d'une forte amende pour abus de position dominante », sur Boursorama,
  197. Jean-Michel Bezat, « Engie condamné à 100 millions d’euros d’amende pour abus de position dominante », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  198. « Démarchage des clients: EDF fait condamner Engie », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le 5 janvier 2018).
  199. « Energie: le médiateur épingle les « mauvaises pratiques » des fournisseurs », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 29 mai 2018).
  200. « Energie : le médiateur épingle les "mauvaises pratiques" des fournisseurs », sur Europe 1 (consulté le 22 janvier 2019)
  201. 60 Millions de Consommateurs, « Cactus de la conso 2018 : le palmarès du pire », sur 60 Millions de Consommateurs, (consulté le 22 janvier 2019).
  202. « Electricité : Engie condamné à un million d’euros au profit d’EDF pour démarchages abusifs », sur Le Monde, (consulté le 15 mars 2018)
  203. « La DGCCRF perquisitionne 13 entreprises du secteur de l'énergie », sur Challenges (consulté le 2 juillet 2019)
  204. Engie condamné à près de 900 000 euros d’amende pour démarchage abusif, Le Monde, 18 octobre 2019.
  205. « Ententes: la Commission inflige des amendes de 553 millions d' € chacune à E.ON et à GDF Suez pour un partage des marchés français et allemand du gaz », sur Europa/Communiqués de presse (consulté le 26 mai 2016)
  206. « [VIDEO] Centrale biogaz de Kastellin : la préfecture autorise la reprise d'activité », Actu-environnement (consulté le 8 novembre 2020)
  207. L'Usine Nouvelle, « La préfecture suspend l'activité du méthaniseur à l'origine de la pollution dans le Finistère - L'Usine Energie », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant,‎ (lire en ligne, consulté le 8 novembre 2020)
  208. « Fiche Engie », sur Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (consulté le 29 mai 2018)
  209. « Fiche Engie energy services », sur Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (consulté le 29 mai 2018)
  210. a et b « Registre de transparence », sur Europa (consulté le 18 octobre 2016).
  211. « Lobbying : ces firmes qui dépensent sans compter pour influencer la politique européenne », sur Capital, .

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier