Le Tréport

commune française du département de la Seine-Maritime

Le Tréport
Le Tréport
Le Tréport, vue panoramique depuis Tréport-Terrasse.
Blason de Le Tréport
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Dieppe
Intercommunalité CC des Villes Sœurs
Maire
Mandat
Laurent Jacques
2020-2026
Code postal 76470
Code commune 76711
Démographie
Gentilé Tréportais
Population
municipale
4 723 hab. (2018 en diminution de 7,68 % par rapport à 2013)
Densité 698 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 03′ 41″ nord, 1° 22′ 19″ est
Altitude Min. 0 m
Max. 110 m
Superficie 6,77 km2
Type Commune urbaine et littorale
Unité urbaine Eu
(ville-centre)
Aire d'attraction Eu
(commune du pôle principal)
Élections
Départementales Canton d'Eu
Législatives 6e circonscription de la Seine-Maritime
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Le Tréport
Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime
Voir sur la carte topographique de la Seine-Maritime
City locator 14.svg
Le Tréport
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Tréport
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Tréport

Le Tréport est une commune française située dans le département de la Seine-Maritime en région Normandie.

Avec Eu et Mers-les-Bains, elle est l'une des trois principales villes de l'unité urbaine d'Eu qui fait entièrement partie de l'intercommunalité dénommée communauté de communes des Villes Sœurs.

GéographieModifier

LocalisationModifier

  Manche Manche Mers-les-Bains  
Manche N Eu
O    Le Tréport    E
S
Flocques Flocques Étalondes

Située dans le nord du département et au bord de la Manche, la commune du Tréport possède une plage de galets au pied des falaises de craie et un port. La commune a pour origine l'estuaire de la Bresle, petit fleuve côtier, long de 72 kilomètres[1].

Station balnéaire, la commune dispose d'un casino, de restaurants et de brasseries.

Avec Eu et Mers-les-Bains, elle fait partie des « trois villes sœurs ».

Représentations cartographiques de la commune
Carte OpenStreetMap
Carte topographique

Transports routiersModifier

La localité est desservie par les lignes d'autocars no 1 et no 2 (Mers-les-Bains - Oisemont - Amiens et Mers-les-Bains - Friville - Abbeville) du réseau Trans'80, Hauts-de-France, chaque jour de la semaine sauf le dimanche et les jours fériés[2].

ClimatModifier

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique franc », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[3]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Ce type de climat se traduit par des températures douces et une pluviométrie relativement abondante (en liaison avec les perturbations venant de l'Atlantique), répartie tout au long de l'année avec un léger maximum d'octobre à février[4].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[5]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[3]

  • Moyenne annuelle de température : 10,8 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 1,4 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 0,8 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 12,2 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 2] : 769 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 13 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 8,3 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[7] complétée par des études régionales[8] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Dieppe », sur la commune de Dieppe, mise en service en 1949[9] et qui se trouve à 26 km à vol d'oiseau[10],[Note 3], où la température moyenne annuelle est de 10,9 °C et la hauteur de précipitations de 798,2 mm pour la période 1981-2010[11]. Sur la station météorologique historique la plus proche[Note 4], « Abbeville », sur la commune d'Abbeville, dans le département de la Somme, mise en service en 1922 et à 33 km[12], la température moyenne annuelle évolue de 10,2 °C pour la période 1971-2000[13] à 10,6 °C pour 1981-2010[14], puis à 11 °C pour 1991-2020[15].

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Le Tréport est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 5],[16],[17],[18]. Elle appartient à l'unité urbaine d'Eu, une agglomération inter-régionale regroupant 6 communes[19] et 16 718 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[20],[21].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Eu, dont elle est une commune du pôle principal[Note 6]. Cette aire, qui regroupe 26 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[22],[23].

La commune, bordée par la Manche, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[24]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, comme par exemple le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[25],[26].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (49,3 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (51,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (45,6 %), zones urbanisées (26,4 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (14,1 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (6,8 %), zones agricoles hétérogènes (2,8 %), forêts (2,7 %), prairies (0,9 %), zones humides côtières (0,6 %)[27].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[28].

ToponymieModifier

Mentionné au XIe siècle sous les formes latinisées Ulteris portum et Ultris portum, d'un bas latin non attesté *Ultrensis portus « le port qui est au-delà », celui-ci se situant en aval de la ville d'Eu. La forme picarde le Troiport, parfois citée au Moyen Âge, ne s'est pas maintenue[29].

HistoireModifier

L'abbaye Saint-Michel du Tréport, fondée en 1053 par les bénédictins, a disparu à la Révolution.

 
La ville fut desservie par un tramway électrique dès 1902. L'exploitation du Tramway d'Eu-Le Tréport-Mers cessa en 1934.

La vocation de station balnéaire du Tréport a débuté sous le règne de Louis-Philippe, quand la famille de ce souverain, résidant régulièrement à Eu, inaugura la mode des bains de mer. La grande bourgeoisie parisienne ne tarda pas à faire construire des villas sur le front de mer et à y mener une vie mondaine jusqu'à la veille de la Seconde Guerre mondiale. Le tramway a été installé à cette époque en corollaire..

 
La gare du Tréport - Mers, ouverte le , permit l'accès des Parisiens à la station balnéaire et favorisa son développement.
On voit ici les voyageurs descendus d'un train de plaisir, avant la Première Guerre mondiale.

La plupart des villas ont été détruites lors des opérations militaires de 1944, ce qui explique la présence d'une architecture typique de la Reconstruction, particulièrement en bord de mer.

Un collège du Tréport porte le nom de Rachel-Salmona, en mémoire d'une fillette de 10 ans déportée en , subissant le sort de son père Vitali quelques mois après lui, au camp d'Auschwitz avec sa sœur, sa mère et sa grand-mère, après avoir été internée à Dieppe et au camp de Drancy.

L'armée allemande craignant pendant l'ensemble de la Seconde Guerre mondiale un débarquement en Normandie, a fait percer la falaise de plusieurs galeries pour y bâtir des défenses dirigées vers la mer. Ces galeries, dont l'ensemble porte le nom de Kahl-Burg, sont accessibles et visitables aujourd'hui[30].

La paix et la reconstruction ont ramené un retour du tourisme populaire et de la vie balnéaire.

Une huîtrière, où l'on dégustait les produits de la mer à la sortie même des bassins, se situait tout au bout de la jetée, juste au-dessous des falaises, après le funiculaire. Lieu pittoresque et populaire, l'huîtrière ferma ses portes dans les années soixante-dix.

Politique et administrationModifier

Rattachements administratifs et électorauxModifier

Rattachements administratifsModifier

La commune se trouve dans l'arrondissement de Dieppe du département de la Seine-Maritime.

Elle faisait partie depuis 1793 du canton d'Eu[31]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n'est plus qu'une circonscription électorale.

Rattachements électorauxModifier

Pour les élections départementales, la commune fait partie depuis 2014 d'un nouveau canton d'Eu

Pour l'élection des députés, elle fait partie de la sixième circonscription de la Seine-Maritime.

IntercommunalitéModifier

Le Tréport est membre de la communauté de communes des Villes Sœurs, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé en 2000 sous le nom de communauté de communes du Gros Jacques et auquel la commune avait transféré un certain nombre de ses compétences, dans les conditions déterminées par le code général des collectivités territoriales. Cette intercommunalité a porté la dénomination de communauté de communes interrégionale de Bresle maritime de 2009 à 2017.

Tendances politiques et résultatsModifier

Lors du premier tour des élections municipales de 2014 dans la Seine-Maritime, la liste PCF-PS-EELV menée par le maire sortant Alain Longuent obtient la majorité absolue des suffrages exprimés avec 1 440 voix (66,35 %, 24 conseillers municipaux élus dont 6 communautaires), devançant très largement celle FN menée par Pierre-Étienne Lemarechal (730 voix, 33,64 %, 5 conseillers municipaux élus dont 1 communautaire).
Lors de ce scrutin, 42,47 % des électeurs se sont abstenus[32].

Lors du premier tour des élections municipales de 2020 dans la Seine-Maritime, la liste PCF-PS-EÉLV menée par le maire sortant Laurent Jacques — élu en 2016 après la mort de son prédécesseur Alain Longuent —, obtient la majorité absolue des suffrages exprimés avec 1 203 voix (72,99 %, 24 conseillers municipaux élus dont 5 communautaires), devançant très largement celle SE menée par Cédric Mompach (445 voix, 27,00 %, 3 conseillers municipaux élus dont 1 communautaire).
Lors de ce scrutin marqué par la pandémie de Covid-19 en France, 54,49 % des électeurs se sont abstenus[33].

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1864   François Papin    
1936 1940 Paul Danger Radical Conseiller général d'Eu (1938 → 1940)
Les données manquantes sont à compléter.
1944 mars 1977 Louis Boisson[34] SFIO
Radical
UDF
Receveur puis inspecteur central des PTT, Résistant
Député de la Seine-Maritime (1962 → 1967)
Conseiller général d'Eu (1945 → 1982)
mars 1977 1998 Jean Garraud[35] PCF Professeur d’éducation physique
Conseiller général d'Eu (1995 → 2008)
1998 janvier 2016[36],[37] Alain Longuent[38] PCF Retraité
Vice-président de la CC Bresle maritime (2014 → 2016)
Décédé en fonction
janvier 2016[39] En cours
(au 17 février 2021)
Laurent Jacques PCF Député suppléant de Sébastien Jumel (2017[40] → )
Vice-président de la CC des Villes Sœurs (2018 → )
Président du Pays Bresle-Yères (2018[41] → )
Conseiller départemental d'Eu (2021 → )
Réélu pour le mandat 2020-2026[42]

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[43]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[44].

En 2018, la commune comptait 4 723 habitants[Note 7], en diminution de 7,68 % par rapport à 2013 (Seine-Maritime : +0,1 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 0001 5271 4461 8552 2672 4192 7433 0183 131
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 2913 6983 7113 8403 8194 2154 4674 5694 748
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4 9494 9854 8995 8585 7195 3855 1685 1195 429
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
6 1366 3286 8166 4556 2275 9005 7195 2554 935
2018 - - - - - - - -
4 723--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[31] puis Insee à partir de 2006[45].)
Histogramme de l'évolution démographique

ÉconomieModifier

Le port « départemental »[46] du Tréport a été construit sur l'embouchure de la Bresle, fleuve qui marque historiquement la limite entre la Normandie et la Picardie. Mers-les-Bains est donc sur la partie picarde de ce petit estuaire dont la partie sud fait fonction de port de pêche, de port de plaisance et de port de commerce (bois, argiles et phosphates essentiellement). Il fut géré par la chambre de commerce et d'industrie du Littoral normand-picard.

Le Tréport fut le siège de la chambre de commerce et d'industrie du Tréport jusqu'en 2006. La gestion de l'aérodrome du Tréport et de son port est dévolue désormais à l'antenne de la chambre de commerce et d'industrie Littoral Hauts-de-France.

L'activité de pêche au Tréport est ancienne, partagée avec d'autres ports dont celui de Dieppe[47]

Un projet d'éolien offshore qui était à l'étude depuis plusieurs années, porté par EMDT, filiale du groupe Engie, et appuyé par le conseil régional de Normandie, a reçu le feu vert du gouvernement le  : il s'agit d'un parc éolien de 62 éoliennes (de 8 mégawatts (MW) chacune[48]) qui sera implanté, entre 14 et 24 m de fond, à 17 km au large de Dieppe et à 15,5 km du Tréport[49]. Le , après deux enquêtes publiques ouvertes en octobre, le conseil départemental de la Seine-Maritime a également émis (à l'unanimité) un avis favorable au projet, estimant qu'il s'agit d'un « projet d'avenir, aux enjeux économiques importants, qui s'inscrit dans l'objectif du Grenelle de l'Environnement qui fixe à au moins 23% la part des énergies renouvelables dans la consommation énergétique d'ici 2020 »[50]. La production attendue est de 2 000 gigawatt heures (GWh) d'électricité par an, de quoi alimenter environ 850 000 personnes (environ les deux tiers de la population de Seine-Maritime, selon EMDT)[48]. Malgré les études montrant l'« existence d’un effet de type « récif artificiel » associé aux fondations des éoliennes a été très nettement observée au sein des parcs déjà construits, et ce après un an seulement. Selon ces observations, l’implantation de parcs éoliens en mer semble favoriser l’augmentation locale de biomasse et de biodiversité marine, ce qui pourrait avoir un effet positif sur les communautés de poissons »[51] (par exemple, selon une étude danoise, au pied des parcs éoliens de Horns Rev et Nysted, la biomasse en organismes benthiques fixés sur le substrat a augmenté d'un facteur 50 à 150[52]), ce projet a reçu de vives critiques des pêcheurs locaux (relayés par leurs municipalités de Dieppe et du Tréport), qui craignent[53] que ce parc fasse fuir les poissons ou les rende plus difficiles à approcher[48].

La mise en exploitation est prévue pour 2021 (son autorisation [54] prendra fin si les installations ne sont pas mises en service dans leur intégralité le ). Le Département de Seine-Maritime en attend 120 emplois directs sur le bassin Dieppe-Le Tréport, pour l'exploitation, la maintenance, le contrôle et la surveillance, alors que « l'implantation d'usines de fabrication d'éoliennes au Havre permettra quant à elle la création d'environ 750 emplois et le recours à plus d'une soixantaine d'entreprises locales durant la phase de construction ».

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

 
Le funiculaire du Tréport est inauguré le . Après une longue interruption, il est rénové depuis 2006.

Patrimoine naturelModifier

ZNIEFF de type 1
  • Les ouvrages militaires souterrains du Kahlbourg et du centre Calamel[59].
ZNIEFF de type 2
Site classé

Le Tréport à la télévision et au cinémaModifier

La cité portuaire, à l'image de quelques villes environnantes, attire souvent les caméras. Y sont tournés entre autres :

Représentations artistiques de la ville et de ses environsModifier

 
Évariste Carpentier,
L'heure du bain.
 
Jules Noël,
L'arrivée d'une diligence au Tréport.

Personnalités liées à la communeModifier

Paul Paray est un chef d'orchestre et compositeur français, né le au Tréport et mort le à Monte-Carlo. Son père, sculpteur sur ivoire, remplit aussi les fonctions de maître de chapelle au Tréport. Paul Paray composa en hommage à sa ville natale sa symphonie no 2, Le Tréport, (1936-1939).

Georges Onésime Choquart est un résistant français, né le au Tréport et mort le à Mers-les-Bains.

Jean Garraud est maire du Tréport de 1977 à 1998. C'est sous sa magistrature que fut impulsée la rénovation urbaine de la ville et un fort développement du tourisme[62].

William Sheller mentionne Le Tréport dans sa chanson Photos-souvenirs.

Le chanteur Allan Vermeer chante Le Tréport dans la chanson du même nom, présente dans l'album Je vous ai attendue (2005, Marianne Mélodie / Sony BMG).

HéraldiqueModifier

Les armes de la commune du Tréport se blasonnent ainsi :
D’azur aux deux navires de sable, équipés d’argent, pavillonnés de gueules, voguant sur une mer de sinople mouvant de la pointe, quittant la jetée du port d’argent, maçonnée de sable, sur laquelle un guetteur, aussi de sable, tient haut un pavillon de gueules, le tout accompagné au canton senestre du chef d’un croissant contourné d’or adextré d’une étoile du même [63]. Devise : « sequanae inferioris ulterior portus ».


Pour approfondirModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Désiré Le Beuf, Eu et Le Tréport : guide du voyageur dans ces deux villes, le Livre d'histoire, (réimpr. 2006), 175 p. (ISBN 978-2-84373-967-5, notice BnF no FRBNF40967080).
  • Dany Laurent et Gérard d'Aboville (avant propos) (préf. Alain Becchia), Le Tréport et ses gens de mer aux XVIIIe et XIXe siècles : étude d'histoire démographique et sociale d'un port normand, aspects généraux, Le Tréport, Association Les enfants du Vieux Tréport, , 157 p. (notice BnF no FRBNF41103662).
  • Alain Minard, Histoire du Tréport : une ville normande : des premiers âges à l'aube du XXe siècle, Ault, Association Aquarello découvertes, , 249 p. (ISBN 2952503109, notice BnF no FRBNF41458718).
  • Jules Périn et Paul Cagé, Le Tréport & Mers-les-Bains à la Belle époque, Inval-Boiron, la Vague verte, coll. « Jusant », , 94 p. (ISBN 2356370307).

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

  • « Le Tréport », Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, .

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[6].
  3. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  4. Par station météorologique historique, il convient d'entendre la station météorologique qui a été mise en service avant 1970 et qui est la plus proche de la commune. Les données s'étendent ainsi au minimum sur trois périodes de trente ans (1971-2000, 1981-2010 et 1991-2020).
  5. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  6. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  7. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

RéférencesModifier

  1. SANDRE, « Fiche cours d'eau La Bresle (G01-0400) » (consulté le ).
  2. « Le réseau Trans'80 en ligne ».
  3. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  4. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  5. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le )
  6. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  7. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  8. [PDF]« Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Normandie », sur normandie.chambres-agriculture.fr, (consulté le )
  9. « Station Météo-France Dieppe - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  10. « Orthodromie entre Le Tréport et Dieppe », sur fr.distance.to (consulté le ).
  11. « Station Météo-France Dieppe - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  12. « Orthodromie entre Le Tréport et Abbeville », sur fr.distance.to (consulté le ).
  13. « Station météorologique d'Abbeville - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Station météorologique d'Abbeville - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  15. « Station météorologique d'Abbeville - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  16. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  17. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  18. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  19. « Unité urbaine 2020 d'Eu », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  20. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  21. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  22. « Liste des communes composant l'aire d'attraction duEu », sur insee.fr (consulté le ).
  23. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  24. « Les communes soumises à la loi littoral. », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le ).
  25. « La loi littoral », sur www.collectivites-locales.gouv.fr (consulté le ).
  26. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral. », sur www.cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  27. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  28. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  29. François de Beaurepaire (préf. Marianne Mulon), Les Noms des communes et anciennes paroisses de la Seine-Maritime, Paris, A. et J. Picard, , 180 p. (ISBN 2-7084-0040-1, OCLC 6403150).
  30. « kahl-burg - accueil », sur kahl-burg (consulté le ).
  31. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  32. Résultats officiels pour la commune Le Tréport
  33. « Seine-Maritime (76) - Le Tréport », Résultats des élections municipales et communautaires 2020, Ministère de l'intérieur (consulté le ).
  34. Gilles Morin, « BOISSON Louis, Urbain, Damien : Né le 15 janvier 1908 à Saint-Laurent-la-Vernède (Gard), mort le 12 février 1991 au Tréport (Seine-Maritime) ; receveur puis inspecteur central des PTT ; élu et militant socialiste de Seine-Maritime ; maire du Tréport (1944-1977), conseiller général d’Eu (1945-1982), député (1962-1967) », Le Maitron en ligne, 20/10/2008 mis à jour le 9/3/2021 (consulté le ).
  35. Jacques Girault, « GARRAUD Jean : Né le 25 avril 1931 à Montendre (Charente-Maritime), mort le 28 mars 2014 à Dieppe (Seine-Maritime) ; professeur d’éducation physique ; syndicaliste, militant communiste ; maire du Tréport (1977-1998), conseiller général, député suppléant de la Seine-Maritime= », Le Maitron en ligne, 8/4/2009 mis à jour le 8/11/2017 (consulté le ).
  36. « Disparition. Le maire du Tréport est décédé : Alain Longuent, maire PCF du Tréport en Seine-Maritime, est décédé samedi 16 janvier 2016. Il était âgé de 68 ans », Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  37. « Le maire Alain Longuent est décédé : Après un long et courageux combat contre la maladie, Alain Longuent, le maire du Tréport, est décédé hier soir à l'âge de 67 ans », L'Informateur d'Eu,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Âgé de 67 ans, il était maire de la commune depuis 1998 et élu depuis 1977 ».
  38. Jerôme Buresi, « Alain Longuent réélu, en son absence : Suite aux élections municipales, les nouveaux élus ont été installés samedi matin. Alain Longuent a été réélu maire, en son absence. Un hommage a été rendu à Jean Garraud. », L'Informateur - L’Éclaireur,‎ (lire en ligne).
  39. Jérôme Buresi, « Laurent Jacques, nouveau maire du Tréport : Samedi 30 janvier, un conseil municipal a eu lieu au Tréport. Suite au décès d'Alain Longuent, c'est Laurent Jacques qui a été élu maire », L'Informateur d'Eu,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  40. « M. Sébastien Jumel : Seine-Maritime (6e circonscription) », Liste des députés par ordre alphabétique, sur Assemblée nationale (consulté le ).
  41. « Laurent Jacques, président du Pays Bresle-Yères », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Bloqué depuis deux ans, le Pays Bresle-Yères, désormais baptisé Pôle d’équilibre territorial et rural (PETR), prend un nouveau départ. Laurent Jacques, maire du Tréport, a été élu président de cette structure, voulue par l’État et qui réunit les communautés de communes des Villes sœurs (CCVS) et de Blangy-Aumale (CCBA). Il sera secondé par trois vice-présidents, dont son prédécesseur Claude Vialaret (ancien maire de Blangy), Yves Derrien (maire de la ville d’Eu) et Jack Bacouël (maire de Ramburelles, CCBA) ».
  42. Xavier Togni, « Laurent Jacques réélu maire du Tréport : Réuni dans l’immense salle Reggiani, lundi 25 mai, le conseil municipal a réélu Laurent Jacques maire du Tréport. Il a appelé l’opposition à se montrer constructive », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Arrivé largement en tête du premier tour, avec 73 % des voix, il a tout de même pointé le fort taux d’abstention, de nombreux Tréportais n’ayant pas osé se déplacer à cause du virus, et reconnu qu’il avait « forcément influencé le résultat ». (...) Laurent Jacques a été reconduit avec 24 voix, contre trois à Cédric Mompach, chef de file de l’opposition ».
  43. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  44. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  45. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  46. Bras J.P & Orange G (2005) Risques et légitimité de l'action publique locale: heurs et malheurs d'une collectivité territoriale dans ses interventions économiques. Politiques et management public, 23(4), 53-72
  47. Collins, J. (1984). La flotte normande au commencement du XVIIe siècle: Le Mémoire de Nicolas Langlois (1627). In Annales de Normandie (Vol. 34, No. 34, pp. 361-380). Université de Caen.
  48. a b et c AFP & Connaissance des énergies (2018) Projet éolien offshore au Tréport: avis favorable du conseil départemental paru le 23 novembre 2018, consulté le dimanche 25 novembre 2018
  49. « Eolien en mer : le gouvernement autorise deux parcs contestés », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  50. « Avis favorable au parc éolien offshore en Seine-Maritime », sur FIGARO, (consulté le ).
  51. Guénard (2018) Les parcs éoliens en mer: état des lieux et perspectives. LPO
  52. Dong Energy, Vattenfall, Danish Energy Authority & Danish Forest and Nature Agency (2006) Danish Offshore Wind: Key Environmental Issues. 142 p. URL: http://193.88.185.141/Graphics/Publikationer/Havvindmoeller/index.htm . Consulté le 20 décembre 2012.
  53. reportage de France 3
  54. arrêté publié au Journal officiel
  55. [1] Cartulaire de l'abbaye Saint-Michel du Tréport.
  56. Notice no PA00101069, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  57. Notice no PA00101070, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  58. « Verriers de la Vallée de la Bresle - un Lock-out - le 7/9/1908 », Le Figaro,‎ , p. 3 (lire en ligne).
  59. « Les ouvrages militaires souterrains du Kahlbourg et du centre Calamel », sur Muséum national d'Histoire naturelle - Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  60. « A », sur Muséum national d'Histoire naturelle - Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  61. [2].
  62. Jacques Girault, « Le Maitron, Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier et du mouvement social », sur https://maitron.fr, (consulté le )
  63. http://armorialdefrance.fr/page_blason.php?ville=1627