Nicolas de Mercœur

duc de Mercœur

Nicolas de Mercœur, dit Nicolas de Lorraine, né à Bar-le-Duc en 1524 et mort le est un prélat français.

Nicolas de Lorraine
Fonctions
Évêque de Verdun
-
Évêque de Metz
-
Titres de noblesse
Comte de Vaudémont
Prédécesseur
Successeur
Duc de Mercœur
-
Prédécesseur
Successeur
Comte de Chaligny (d)
-
Successeur
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 52 ans)
Lieu inconnuVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Famille
Père
Mère
Fratrie
Conjoints
Marguerite d'Egmont
Marguerite d'Egmont
Jeanne de Savoie (depuis )
Catherine de Lorraine (d) (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Autres informations
Religion
Distinction
Armoiries ducs de Mercœur.svg
blason

Il fut d’abord évêque de Metz de 1543 à 1548 et de Verdun de 1544 à 1547, puis comte de Vaudémont de 1548 à 1577, seigneur de Mercœur de 1563 à 1569, puis duc de Mercœur de 1569 à 1577, marquis de Nomeny, mais surtout régent des duchés de Lorraine et de Bar pendant la minorité de son neveu Charles III de 1552 à 1559.

Il est également le père de la reine Louise de Lorraine-Vaudémont, épouse du roi de France Henri III.

BiographieModifier

Nicolas de Mercœur est le fils d’Antoine le Bon, duc de Lorraine et de Bar, et de Renée de Bourbon-Montpensier. Prince cadet d'une Maison souveraine respectée, il est censé suivre les traces et la carrière ecclésiastique de son oncle le cardinal Jean III de Lorraine et reçoit très jeune l'évêché de Metz et l'évêché de Verdun. À la mort de son frère aîné, le duc François Ier en , le jeune prélat assuma la régence au nom de son neveu Charles III conjointement avec sa belle-sœur, la duchesse douairière Christine de Danemark, mais les États de Lorraine décidèrent en de laisser Christine seule régente.

Nièce de l'empereur Charles Quint, la jeune douairière adopta évidemment une politique favorable à l’Empire, ce à quoi s’opposait Nicolas.

Nicolas renonça à ses évêchés en 1548, se fit relever de ses vœux et prit le titre de comte de Vaudémont. L’année suivante, il se maria.

La guerre reprit entre l’Empire de Charles Quint et la France de Henri II alliée aux princes protestants de l’Empire (Ligue de Smalkalde) en 1550. Au printemps 1552, le roi de France en profita pour imposer sa « protection » aux principautés épiscopales enclavées dans les territoires ducaux sous le prétexte, incongru pour l’époque, que leurs habitants étaient de langue romane (les futurs Trois-Évêchés). Nonobstant, il mena ses troupes jusqu’à Strasbourg, ville germanophone, mais en vain.

Le , de passage à Nancy, il destitue arbitrairement la régente, nomme le francophile Nicolas de Mercœur à sa place et, d’autorité, emmène le jeune duc Charles III, âgé de neuf ans, terminer son éducation à Paris afin de le soustraire à l’influence de la duchesse douairière. Mercœur exercera la régence jusqu’au retour de son neveu et duc légitime, uni à une épouse française, en 1559.

Veuf en 1554, il épousa l’année suivante au château de Fontainebleau Jeanne de Savoie-Nemours, une cousine du roi de France qui se révélera une belle-mère pleine d'attention pour la princesse Louise.

Il se retira ensuite de la vie publique et collectionna les tableaux, les livres et les armes de prix mais bientôt, ayant perdu sa seconde épouse, il se remaria en 1569 à une cousine de la branche française des Lorraine-Guise, Catherine de Lorraine-Aumale qui avait 19 ans et, peut-être par réaction, se conduira en marâtre envers sa belle-fille de deux ans sa cadette.

En 1575, il fit encore — et sans l’avoir cherché — parler de lui : sa fille aînée Louise épousa le roi Henri III de France.

Nicolas de Mercœur meurt dans son château de Nomeny le .

Mariages et enfantsModifier

Il avait épousé en premières noces à Bruxelles le Marguerite d'Egmont, issue de la maison d’Egmont (1517-1554), sœur de Lamoral, comte d'Egmont, et avait eu :

  • Marguerite (1550, morte jeune) ;
  • Catherine (1551, morte jeune) ;
  • Henri (1552, mort jeune), comte de Chaligny ;
  • Louise (1553-1601), mariée à Reims le avec Henri III (1551-1589), roi de France.

Il se remarie en secondes noces à Fontainebleau le avec Jeanne de Savoie (1532-1568), fille de Philippe de Savoie, duc de Nemours et de Charlotte d'Orléans-Longueville, et eut :

  • Philippe-Emmanuel (1558-1602), duc de Mercœur et de Penthièvre, épouse Marie de Luxembourg, vicomtesse de Martigues, d’où postérité ;
  • Charles (1561-1587), cardinal, évêque de Toul et de Verdun ;
  • Jean (1563, mort jeune) ;
  • Marguerite (1564-1625), épouse (1581) Anne (1561-1587), duc de Joyeuse ; puis (1599) François de Luxembourg (mort en 1613), duc de Piney ;
  • Claude (1566, mort jeune) ;
  • François (1567, mort 1596).

Il se remarie en troisièmes noces le avec Catherine de Lorraine-Aumale (1550-1606), fille de Claude II de Lorraine, duc d’Aumale, et de Louise de Brézé et eut :

  • Antoine (1572-1587) ;
  • Henri (1570-1600), comte de Chaligny ;
  • Christine (1571, morte jeune) ;
  • Louise (1575, morte jeune) ;
  • Éric (1576-1623), évêque de Verdun (1595-1611).

AscendanceModifier

AnnexesModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier