Ouvrir le menu principal
Ne doit pas être confondu avec Barrois mouvant.

Le Barrois non mouvant alias le Barrois ducal, est la partie du Barrois qui n'était pas dans la mouvance du royaume de France.

HistoriqueModifier

Le 3 juin 1301, Henri de Bar contracte avec le roi de France un traité par lequel il consent à lui rendre hommage pour le comté de Bar, sa châtellenie, et tout ce qu'il tient en franc-alleu par deçà la Meuse. De ce traité vint la distinction établie entre le Barrois mouvant et le Barrois non mouvant[1].

CompositionModifier

Au XVIIe siècle, le Barrois non mouvant comprend entre autres : le bailliage de Saint-Mihiel[2], le bailliage du Bassigny non mouvant, le marquisat de Pont-à-Mousson et le comté de Clermont[3].

Après l'édit de juin 1751, il comprend huit bailliages : Bourmont, Briey, Etain, Longuyon, Pont-à-Mousson (en partie)[4], Saint-Mihiel, Thiaucourt et Villiers-la-Montagne[5].

Notes et référencesModifier

  1. F. de Saulcy, Recherches sur les monnaies des comtes et ducs de Bar, Paris, 1843
  2. Il y eut une Juridiction ou Cour souveraine pour ce bailliage, mais elle fut réunie à celle de Nancy.
  3. Alphonse Schmitt, Le Barrois mouvant au XVIIe siècle, 1929
  4. Ce bailliage est situé dans le Barrois pour une partie et en Lorraine pour l'autre (Cf. Durival, Description de la Lorraine et du Barrois : « Il est placé entre la Lorraine et le Barrois, et formé de ces deux provinces »).
  5. Jean-Joseph Expilly, Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules et de la France, tome 1