Ferry II de Vaudémont

comte de Vaudémont

Ferry II de Vaudémont, né vers 1417, mort à Joinville le 31 août 1470, fut comte de Vaudémont et sire de Joinville de 1458 à 1470[1].

Ferry II de Lorraine
Image dans Infobox.
Titres de noblesse
Baron de Lambesc
-
Successeur
Comte de Vaudémont
-
Prédécesseur
Successeur
Sire de Joinville
-
Prédécesseur
Successeur
Biographie
Naissance
Vers Voir et modifier les données sur Wikidata
Lieu inconnuVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Activité
FeudataireVoir et modifier les données sur Wikidata
Famille
Père
Mère
Fratrie
Henri de Lorraine
Marie de Lorraine (d)
Jean VIII de Lorraine
Marguerite de Lorraine (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Environ Yolande d'Anjou (environ depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
René II de Lorraine
Jeanne de Lorraine (d)
Marguerite de Lorraine
Pierre de Lorraine (d)
Nicolas de Lorraine
Yolande de Lorraine (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Blason Lorraine.svg
blason

BiographieModifier

Il était fils d'Antoine de Lorraine, comte de Vaudémont, sire de Joinville, et de Marie d'Harcourt, comtesse d'Aumale, baronne d'Elbeuf.

Il est parfois numéroté Ferry VI par continuité avec les ducs de Lorraine.

Son beau-père le comblera d'honneurs (dont l'Ordre du Croissant) et, en 1453, il commande les troupes que celui-ci envoie au dauphin Louis pour l'aider à combattre le duc de Savoie.

En 1456 René lui confie le gouvernement du duché de Bar, qu'il assume avec soin, puis en 1459 la charge de lieutenant général de Sicile, où il se rend avec de nombreuses troupes financées par lui même, en vue de soutenir les partisans de son beau-père..

En 1467, il accompagne en Catalogne son beau-frère, le duc Jean II de Lorraine, lors de la campagne qu'il y mène. Revenu en mauvaise santé de cette campagne, il meurt à Joinville le 31 août 1470[2].

Mariage et descendanceModifier

Il épousa à Nancy en 1445 sa cousine Yolande d'Anjou (1428-1483), fille de René Ier d'Anjou, roi de Naples, duc d'Anjou, de Bar et de Lorraine, comte de Provence, et d'Isabelle, duchesse de Lorraine. Cette union fut bénie par l'évêque de Toul, Louis d'Haraucourt, en la collégiale Saint-Georges de Nancy. Ce mariage mettait fin au litige qui existait entre les pères des deux époux, à propos de la succession du duché de Lorraine.

Tous deux furent inhumés au milieu du choeur de la collégiale Saint-Laurent de Joinville, disparue à la Révolution, où se voyait leur gisant, sculpté dans le marbre, dont l'aspect est connu par une gravure[3],[4].

Ils eurent :

AscendanceModifier

Notes et référencesModifier

  1. (en) Charles Cawley, « Upper Lotharingia Nobility », sur Medieval Lands, Foundation for Medieval Genealogy, 2006-2016 (consulté le ).
  2. Georges Poull, La Maison ducale de Lorraine, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, , 592 p. (ISBN 2-86480-517-0), p. 185-189
  3. « Traité historique et critique sur l'origine de la Maison de Lorraine, p. 190-193 », sur books.google.fr (consulté le )
  4. « Collégiale Saint-Laurent de Joinville », sur tombes-sepultures.com (consulté le )

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Michel François, Histoire des comtes et du comté de Vaudémont des origines à 1473, Nancy, Imprimeries A. Humblot et Cie, , 459 p. [détail des éditions]
  • Georges Poull, La Maison ducale de Lorraine, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, , 575 p. [détail de l’édition] (ISBN 2-86480-517-0)

Liens internesModifier

Liens externesModifier