Lorrain

langue d'oïl

Lorrain
Lorin
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Drapeau de la France France
Région Lorraine et Lorraine belge (Gaume)
Typologie SVO
Classification par famille
Statut officiel
Langue officielle langue régionale endogène de Belgique
Carte
Situation du lorrain parmi les langues d'oïl.
Situation du lorrain parmi les langues d'oïl.

Le lorrain ou plus précisément le lorrain roman est une langue d'oïl. Ce terme désigne l'ensemble des dialectes romans de Lorraine qui sont par ailleurs devenus très peu usités au début du XXIe siècle, sachant qu'ils sont en sérieux déclin depuis les années 1930. Malgré cela, de plus en plus de personnes s'y intéressent au XXIe siècle[1] dont des linguistes qui l'étudient.

Le lorrain déborde sur la frontière belge où il est appelé gaumais. Il était également parlé dans les hautes vallées des Vosges et il gardait là des formes archaïques comme la conservation des affriquées (tchaté pour château[2]) ; du côté alsacien (Pays welche), on distingue le patois welche apparenté aux parlers de l'Est vosgien.

D'autre part, le lorrain roman se distingue du francique lorrain, appellation utilisée depuis le XXe siècle pour désigner les divers dialectes germaniques de Lorraine.

Classification LinguasphereModifier

L'observatoire linguistique Linguasphere distingue sept variantes du lorrain :

Après 1870, les membres de l'académie Stanislas de Nancy ont relevé 132 variantes de patois lorrain entre Thionville au nord et Rupt-sur-Moselle au sud, ce qui signifie que les variantes principales se déclinent en sous-variantes.

HistoireModifier

Sous l'ancien régime comme en Lorraine encore indépendante, l'enseignement était une affaire religieuse. Dès le début de XVIIe siècle, L'évêque de Toul exigea que chaque paroisse ait une école, ce qui fut fait. Les « régents d'écoles » formés en français enseignèrent à leur tour en français. Si les enfants continuaient à parler le patois, ils intégrèrent beaucoup de néologismes d'origine française dans leur langue maternelle. Il est probable que beaucoup de mots lorrains phonétiquement proches du français on vu leur prononciation s'infléchir en faveur de ce dernier à partir de ce moment. Il y a donc eut une sorte de dénaturation de la langue dès cette époque.

La Révolution française avait pour leitmotiv « une nation, une langue » que certains interprétèrent «une nation, une seule langue». Les langues régionales seront ainsi l'objet de violentes attaques sous les formes les plus diverses depuis la période révolutionnaire jusqu'au début du XXe siècle. En revanche, il est très injuste de faire porter la responsabilité de la déchéance des langues régionales aux seuls instituteurs laïcs, fussent-ils « grognards de la République ». C'est leur prêter plus d'influence qu'ils n'en avaient réellement même si certains d'entre eux usaient de moyens très coercitifs. D'autres fonctionnaires de l'éducation ont beaucoup œuvré pour transmettre ce patrimoine immatériel. Léon Zéliqzon était professeur d'université quand il publia son œuvre magistrale «le dictionnaire des patois romans de Moselle ». Il avait été précédé en cela par Lucien Adam qui a écrit son lexique « les patois lorrains » en s'appuyant sur les contributions de correspondants locaux, majoritairement instituteurs. Henri Labourasse qui est l'auteur du « glossaire abrégé des patois de la Meuse ». était aussi officier de l'Instruction publique.

L'abandon définitif du lorrain roman est principalement d'ordre économique et social. Le début de la deuxième moitié du XIXe siècle voit se mettre en place un immense exode interne. La population jusque là essentiellement rurale se déplace vers les villes à la recherche de travail dans la toute nouvelle industrie. Si la langue ne gène pas trop l'obtention d'un travail en usine en période de plein emploi, il est indispensable de parler la langue nationale pour gravir quelques échelons dans la hiérarchie de l'entreprise. Il en est de même pour obtenir un très convoité poste dans la fonction publique du XIXe siècle. Les Lorrains, mais surtout les mamans lorraines vont très vite comprendre que le français est la langue de la promotion sociale et imposer cette langue aux enfants dès leur plus jeune âge. Les monographies écrites dans chaque commune en prévision de l'exposition universelle de 1889 fournissent de précieux renseignements pour évaluer l'état de la langue régionale. A ce moment là, le lorrain roman est encore connu de tous mais la majeure partie des ruraux lorrains parlent français, hors zone francique.

Georges Tronquart dans son ouvrage « trois patois de la colline inspirée » donne quelques exemples de l'évolution de la langue régionale dans son village lorrain : « en 1890, les enfants de Saxon-Sion s'adressaient aux adultes en patois mais en 1900, ils répondaient aux adultes en français, y compris à ceux qui les interpellaient en patois ». « Les réunions du conseil municipal de Saxon-Sion se sont tenues en patois jusqu'en 1910 ». «Monsieur Thirion né et mort à Saxon-Sion n'a jamais prononcé un mot de français avant 1914 ; il n'a plus prononcé un mot de patois après 1918 ». En revanche, le même s'étonne que les jeunes filles de Praye parlent patois entre elles en 1923.

La situation a évoluée de manière sensiblement différente dans le département de la Moselle. Son annexion en 1871 a provoqué un regain d'intérêt pour les deux langues locales. Bien que l'occupant ait interdit l'emploi de toute autre langue que l'allemand standard en territoires annexés, l'usage discret du patois était plus ou moins toléré alors que l'usage du français était sévèrement puni. Dans la biographie d'Hubert Vion, curé de Bazoncourt de 1869 à 1896 et auteur de plusieurs ouvrages sur le lorrain roman, on raconte qu'il eut l'audace d'adresser un compliment en patois roman à l'empereur Guillaume II en visite dans la région[3]. Ainsi, pendant que le lorrain roman subissait un très net et très rapide recul en Meurthe-et-Moselle, Meuse et dans les Vosges, il connaissait un certain regain en Moselle. C'est seulement à partir de 1945 que l'on cessa de le parler dans ce département.

ToponymieModifier

Dans l'ancien Lorrain, le phonème obtenu avec la lettre [x] et sa prononciation « à la française » n'existe pas. La lettre [x] présente dans de très nombreux toponymes et quelques patronymes lorrains est à l'origine une erreur de graphie. Émile Badel dans son Dictionnaire des noms de rues à Nancy dénonce « la corruption verbale des toponymes lorrains contenant une lettre [x] ». Il explique que cette lettre s'est substituée à la lettre grecque [χ] (chi) dont la phonétique est totalement différente. Pour bien marquer sa désapprobation, il conclut le sujet par ces mots : la mauvaise prononciation moderne n'est donc que le fait d'une sorte de pédantisme qui a la prétention de savoir lire correctement[4]. D'autres pensent que c'est l'apparition de l'imprimerie avec un jeu limité de caractères qui a opéré la substitution entre [χ] et [x].

A l'origine, le phonème lorrain aujourd'hui mal orthographié [x] était un son ressemblant à la [jota] espagnole ou au [c'h] breton ou au [ch] allemand que l'on rencontre également en Arabe et en Russe. Dans les documents d'étude du Lorrain-roman de la fin du 19e siècle et début du 20e, ce phonème est écrit [hh] par les philologues (voir entre autres les ouvrages de Léon Zéliqzon).

Dans les patronymes d'origine lorraine et dans les toponymes lorrains, la prononciation de la lettre [x] est, selon les cas, indiquée [ch], [c], [s], [ss] et [z] dans des ouvrages du XVIIIe et du XIXe siècle ; à titre d'exemple, les prononciations de Xertigny et Xivray sont indiquées « Certigny » et « Sivray » en 1756[5], les prononciations de Xocourt et Vaxy sont indiquées « Chocourt » et « Vachi » en 1861[6], quant au [x] de Saint-Max il est muet à cette époque : « mâ »[6]. Concernant cette dernière ville, on entendait encore à la fin du XXe siècle d'anciens habitants prononcer un [r] guttural et très assourdi, à peine audible, à la fin du toponyme. Exemple : Saint-Mâr. Cet «assourdissement» de la dernière lettre n'était pas rare. Il se produisait sur le [e] final de Toul prononcé Toue[7] et sur le [e] final de Crévic prononcé Crévie. Il est important de comprendre la différence entre cet "assourdissement" et l’élision que l'on rencontre à Foug (Fou en lorrain), à Einville-au-Jard (Einville-au-Ja)[7] et surtout à Art-sur-Meurthe (É-su-Meu)[8]. Autour de Charmes et d'Épinal, les toponymes avec [X] se prononçaient [S] jusqu'à la fin du XXe siècle : Nomexy se prononçait Nome'si, Vaubexy se prononçait Vaube'si, Ubexy se prononçait Ube'si.

L'évolution de la prononciation des noms que nous constatons aux XIXe et XXe siècles n'est probablement pas un phénomène nouveau. Il faut avoir à l'esprit que ces prononciations sont celles d'une période historique donnée et qu'elles étaient probablement très différentes plus tôt dans l'histoire.

Quelques exemples de localités en lorrain roman du XIXe siècle[9],[10] : S'li en Sauneu (Silly-en-Saulnois), Aumanv'lé (Amanvillers), Auvlé (Avillers), Circo (Circourt), Ronco (Roncourt), Ansrevelle (Ancerville), Fieuvelle (Fléville), Lech'ire (Lixières), Méch'ly (Marsilly), Ma-lai-tô (Mars-la-Tour), Mékieuf (Mécleuves), Bieu (Beux), Monteu (Montoy), Augondange/Agondanche (Hagondange), Souagsonche (Xouaxange), Chaméni (Xermaménil), Lovni (Louvigny), Coïni (Colligny), Ponteu (Pontoy), Pinaud (Épinal), Giromouè (Gérardmer), Rambièlè (Rambervillers), Nanceye (Nancy), Lâchou (Laxou), L'nainville (Lunéville), Toue (Toul), Sallebo (Sarrebourg), Ouëpy (Woippy), Virtang (Virton).

DéclamationModifier

Le nombre de locuteurs étant très réduit en 2019, il est possible d'écouter la fable d’Ésope, «la bise et le soleil», dans plusieurs variantes du lorrain roman depuis la page de l'Atlas sonore des langues régionales de France[11], onglet France hexagonale. La fable traduite dans la langue locale étant disponible, il est plus facile de suivre le locuteur pour un non initié.

L'accent lorrain tend lui aussi à disparaître. Hormis quelques communes dans le Sud-Est de la Meurthe-et-Moselle et dans la campagne vosgienne, il n'est audible en 2019 que par des personnes très attentives. On peut cependant reconnaître certains lorrains qui, comme dans l'ancienne langue régionale, ont tendance à remplacer le pronom démonstratif par un adverbe enclitique. Exemple : l'objet au lieu de cet objet. Le genre des objets est aussi un piège pour les lorrains car l'ancien langage employait plus souvent le féminin que le français actuel. Des erreurs de genre sur les mots arrosoir, anse ou éclair sont encore fréquentes en 2020.

Les articles le et la qui étaient systématiquement placés devant les noms propres sont beaucoup moins fréquents mais n'ont pas disparu.

PhonétiqueModifier

Le phonème [χ] très caractéristique a été abordé dans le paragraphe Toponymie. La lettre [h] des mots lorrains est nettement expirée comme dans l'Anglais Harvard. [Y] constitue un autre particularisme. Certains philologues n'hésitent pas à le qualifier de "consonne lorraine" puisqu'il s'entend toujours ; exemple avec pays, qui se prononce [pé-lly] en détachant nettement [y]. Haye, qui signifie haie, se prononce [héille] comme soleil.

Les philologues ont longuement débattu à propos du [in] lorrain qui n'existe pas non plus en français. C'est un son nasillard situé entre [ie] et [inn][12] que Lucien Adam rapproche du [in] latin de « in petto » prononcé de telle sorte que l'on entend à peine l'[n] final.

Les patois n'ayant pas d'orthographe. Il n'y a donc pas de liaison à faire avec les pluriels.

Voyelles lorrainesModifier

L'on s'est beaucoup moqué de l'accent lorrain avec ses [â], [ô] et [î] traînants et fortement accentués, souvent qualifiés de "paysannerie". En réalité, il s'agit d'un accent de durée qui joue dans la langue lorraine le rôle de l'accent tonique dans d'autres langues[13]. Les [â], [ô] et [î] seraient plutôt à considérer comme des voyelles supplémentaires car les voyelles non accentuées telles qu'on les emploie en français sont parfaitement connues et fréquemment utilisées en lorrain ; exemple, les deux [a] de margatte (mot lorrain signifiant boue) se prononcent exactement comme en français. Il en est de même pour le [o] de godot (verre). En revanche, le [î] traînant de rîge (crible) et de nîge (neige) semble plus rare.

Lucien Adam indique que le lorrain possède les 8 voyelles dites buccales : i, é, è, a, e, o, ou et u. Il y ajoute 4 voyelles dites nasales : ain, an, on et un[12].

Alors que le Larousse indique que le français moderne ne possède plus de diphtongue, Lucien Adam en recense plus de trente pour le lorrain mais cette remarque n'a plus guère de sens aujourd'hui puisqu'il n'y a plus assez de locuteurs pour faire entendre ces variations si compliquées.

GrammaireModifier

La grammaire de la langue lorraine est assez complexe. Léon Zéliqzon recense trois groupes de verbes ayant chacun des verbes irréguliers ainsi que des verbes forts et des verbes faibles. Les verbes pronominaux se conjuguent toujours avec l'auxiliaire avoir[12].

Là où le français a gardé toutes les désinences verbales du latin et l'anglais n'en a aucune, la plupart des verbes lorrains se conjuguent avec seulement deux flexions, une pour le singulier et une pour le pluriel ce qui au passage, lui fait faire l'économie d'un pronom pour la première personne du pluriel. Exemple de conjugaison à l'imparfait du verbe parler : «dje prakè, te prakè, è prakè, dje prakonne, vos prakonne, è prakonne»[12].

Le français n'a qu'un seul imparfait alors que le lorrain en a deux ; ce qui lui permet de distinguer le passé proche et le passé plus lointain. Exemple, en français on dirait : «ce matin les nuages venaient très vite alors qu'hier soir ils venaient moins rapidement». En lorrain et dans ce contexte, le verbe venir se conjugue : «ce matin les nuages venintor très vite alors qu'hier soir ils venint moins rapidement».

A de rares exceptions près, le lorrain n'utilise pas d'adjectif déterminatif qu'il remplace par un article et un adverbe enclitique. Encore aujourd'hui en 2020 et en français, il n'est pas exceptionnel d'entendre un lorrain dire : « l'homme là » au lieu de « cet homme ».

Les adverbes de lieux sont toujours emphatiques : «to ci» et «to lè» pour [ici] et [là]. Sauf rares exceptions, il en est de même pour les pronoms interrogatifs.

Les noms ne subissent pas de modification, ou très rarement, en passant du singulier au pluriel.

Dictionnaires lorrainsModifier

Le Lorrain roman a fait l'objet de nombreuses études, particulièrement de la fin du XVIIIe siècle jusqu'au début du XXe siècle. Voici par ordre chronologique les principaux dictionnaires faisant références : 1775 : Essai sur le patois lorrain des environs du comté du Ban de la Roche par Jérémie-Jacques Oberlin ; 1881 : les patois lorrains par Lucien Adam (en) ; 1887 : Essai sur un patois vosgien par Nicolas Haillant ; 1922-1924 : dictionnaire des patois romans de la Moselle par Léon Zéliqzon. Celui de Lucien Adam fut très critiqué lors de sa parution mais c'est surtout l'origine historique qu'il donne à la langue régionale qui fit débat.

Notes et référencesModifier

  1. Pierre-Jean Brassac, Les Histoires extraordinaires de mon grand-père : Lorraine, Éditions CPE, (ISBN 9782365729253, lire en ligne)
  2. Louis Remacle, La différenciation dialectale en Belgique romane avant 1600, Bibliothèque de la faculté de philosophie et lettres de l’université de Liège, Presses universitaires de Liège, Librairie DROZ S.A, 1971 ; la Revue de Philologie française, au tome 18, p. 258, ne parle pas directement des Vosges mais cite « tchité » et « tchaté » en Haute-Saône pour « château ».
  3. Commune de Bazoncourt : Bulletin Communal, no 72, Juillet 2017 (lire en ligne)
  4. Émile Badel, Dictionnaire historique des rues de Nancy de 1903 à 1905, page 317, Nancy, Imprimerie Louis Kreis (lire en ligne)
  5. Augustin Calmet, Notice de la Lorraine, Nancy, 1756
  6. a et b Société d'archéologie lorraine, Mémoires de la Société d'archéologie lorraine, 2e série, 3e volume, 1861
  7. a et b Jean Vartier, Sobriquets et quolibets de Lorraine, Jarville-la-Malgrange, Éditions de l'Est, , 217 p. (ISBN 2-86955-065-0, lire en ligne), pages 18 et 111
  8. Emile Badel, Le monument de Bosserville aux soldats morts pour la patrie, Mazéville, Imprimerie E. Thomas, 120 p. (lire en ligne), note du bas de la page 43
  9. Ernest de Bouteiller, Dictionnaire topographique de l'ancien département de la Moselle, rédigé en 1868 sous les auspices de la Société d'archéologie et d'histoire de la Moselle, Paris, Imprimerie nationale
  10. Henri Lepage, Dictionnaire topographique du département de la Meurthe, Paris, Imprimerie impériale, 1862
  11. https://atlas.limsi.fr/
  12. a b c et d Lucien Adam, les patois lorrains, 25 quai Voltaire, Paris, Maisonneuve et Cie, , 520 p. (lire en ligne), p. XXXIX
  13. Alain Litaize, Les langues dans les Vosges, , p. 226

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Louis Jouve, Bibliographie du patois lorrain, 1866 (notice BnF no FRBNF30664822)
  • Atlas linguistique et ethnographique de la Lorraine romane, 4 vol., 1979-1988 (OCLC 6764918)
  • Jean Lanher, Les Contes de Fraimbois, 1991. Recueil de contes humoristiques en lorrain.
  • Brondex & Mory, Chan Heurlin ou les fiançailles de Fanchon, éditions Serpenoise, Metz. Poème en patois messin en sept chants, illustré par Clément Kieffer.
  • Georges L'Hôte, Les fitabôles du pâpiche Contes de Lorraine-Moselle, Imprimerie Morin, Sarrebourg 1946.
  • Mory, D., Lo baitomme don piat fei de Chan Heurlin, Nouv. éd. par J. Th. Baron, Annuaire de la Société d'Histoire et d'Archéologie lorraine, Metz, XX, 1908, p. 121-151
  • Léon Zéliqzon, Dictionnaire des patois romans de la Moselle, éditions Serpenoise, Metz. Dictionnaire très complet et très sérieux sur une langue aujourd'hui presque disparue.
  • Patois de La Bresse, in Bulletin de la Société philomatique vosgienne, par Jean Hingre (1903-1924).
  • Régis Watrinet, Patois romans de la Lorraine. Recueil d’expressions, proverbes, dictons, coutumes et traditions avec illustrations, imprimerie Léon Louis, Boulay, .
  • Henri Adolphe Labourasse, Glossaire abrégé du patois de la Meuse, notamment de celui des Vouthons, 1887 (voir en ligne)
  • Varlet (abbé), Dictionnaire du patois meusien, 1896

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :