Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jürgens.
Curd Jürgens
Description de cette image, également commentée ci-après
Curd Jürgens en 1971.
Nom de naissance Curd Gustav Andreas Gottlieb Jürgens
Naissance
Solln (Drapeau de Bavière Bavière)
Nationalité Drapeau de l'Autriche Autrichienne
Décès (à 66 ans)
Vienne (Drapeau de l'Autriche Autriche)
Profession Acteur
Films notables Et Dieu... créa la femme
Michel Strogoff
La Bataille d'Angleterre
Torpilles sous l'Atlantique
Le Jour le plus long
L'Espion qui m'aimait

Curd Jürgens, né le à Solln (Bavière) et mort le à Vienne (Autriche), est un acteur et un réalisateur de cinéma allemand et autrichien.

BiographieModifier

 
Curd Jürgens (à droite) et Paul Hartmann dans Le Jour le plus long (1962).
 
Portrait de Curd Jürgens en 1980.
 
Tombe de Curd Jürgens au cimetière central de Vienne.

Fils d'un commerçant aisé de Hambourg et de Marie-Albertine Noir, une institutrice originaire d'Évian-les-Bains en Haute-Savoie, Curd Jürgens est éduqué dans un contexte bilingue français-allemand. Il a aussi deux sœurs plus âgées, Jeanette et Marguerite. Au terme d'un court séjour à Munich, son père s'établit à Berlin après avoir réalisé des affaires lucratives qui l'amenaient souvent et longtemps dans la partie orientale de l'Empire russe après la première guerre mondiale. Curd Jürgens passe sa jeunesse dans le quartier de Neu-Westend (Oldenburgallee 57) et évoque cette période agréable dans son autobiographie … und kein bisschen weise.

À la fin de ses études, il commence une carrière de journaliste au 8-Uhr Abendblatt. Parallèlement, il prend des cours de comédie. Il s'essaie ensuite, sans grand succès, comme réalisateur et scénariste, essentiellement dans des productions autrichiennes. En 1933, il est victime d'un grave accident de voiture. En 1935, il se présente à la société UFA.

Après le tournage du film Wiener Mädeln, en , il rencontre par hasard dans un café viennois Robert Kaltenbrunner, le frère du chef de la Gestapo Ernst Kaltenbrunner, l'Obersturmbannführer-SS Otto Skorzeny ainsi qu'un collègue de Baldur von Schirach, il reçoit quelques jours plus tard un ordre d'affectation pour un camp de travail en tant que "politiquement douteux". Quelques semaines plus tard, il réussit à s'évader et à semer ses poursuivants. Après la guerre, pendant peu de temps il est intendant du théâtre de Straubing ; il dirige aussi le Pariser Théâtre Hébertot.

En 1945, il obtient la nationalité autrichienne. Politiquement il est connu pour soutenir Willy Brandt. Il a été cinq fois marié : avec les actrices Lulu Basler (1938), Judith Holzmeister (1947) et Eva Bartok (1955), ensuite avec le mannequin Simone Bicheron (1958) et enfin à partir de 1978 avec Margie Schmitz. À cause de sa stature (1,93 m) et de son impassibilité, Brigitte Bardot le surnomme « armoire normande ». Dans le magazine Bild, Curd Jürgen occupe la deuxième place dans la « liste des hommes les plus sexy ».

Il fera une brillante carrière dans plusieurs pays européens (France, Grande-Bretagne, Allemagne…) ou en Amérique (États-Unis). Il subit dans les années 1970 plusieurs interventions chirurgicales au cœur. Il meurt le 18 juin 1982 à Vienne d'un infarctus du myocarde, avant que le film Téhéran 43 dans lequel il jouait ne soit achevé[réf. nécessaire].

Il est enterré au cimetière central de Vienne, section 32C, non loin de Georg Wilhelm Pabst et Arnold Schönberg.

Vie maritaleModifier

Curd Jürgens se maria cinq fois, avec :

  1. Lulu Basler ( - ) (divorce).
  2. Judith Holzmeister ( - 1955) (divorce).
  3. Eva Bartok ( - 1957) (divorce).
  4. Simone Bicheron[1] ( - 1977) (divorce).
  5. Margie Schmitz ( - ) (décès).

FilmographieModifier

ActeurModifier

CinémaModifier

TélévisionModifier

  • 1963 : Berlin-Melodie (TV)
  • 1963 : Curd Jürgens erzählt, séries TV
  • 1966 : Der Schwarze Freitag (TV) : Richard Whitney
  • 1968 : Babeck, (mini) série TV : l'homme dans la chaise roulante
  • 1970 : Millionen nach Maß, (mini) série TV : Carlos, Marquis de Cabral
  • 1971 : Die Vico-Torriani-Show, série TV : lui-même
  • 1973 : Occupation, série TV
  • 1974 : La Chute des aigles (Fall of Eagles), (mini) série TV : Otto von Bismarck
  • 1974 : Les flocons rouges, (TV) : Gunther Richter
  • 1975 : Inspecteur Derrick (saison 2, épisode 4: Vacances à Madère) : Paul Bubach (TV)
  • 1975 : Die Gelbe Nachtigall (TV)
  • 1977 : La Foire, (TV) : Alexis B., le grand-père
  • 1978 : Tatort - Rot, rot, tot, (TV) : Konrad Pfandler
  • 1979 : Berggasse 19, (TV) : Siegmund Freud
  • 1981 : Collin, (mini) série TV : Hans Collin
  • 1981 : Smiley's People (Les gens de Smiley) (mini) série TV : le général

Réalisateur et acteurModifier

  • 1950 - Prämien auf den Tod, Gunarson
  • 1951 - Gangsterpremiere, le commissaire
  • 1957 - Ohne dich wird es Nacht, Robert Kessler
  • 1961 - Attaque de la banque de la rue Latour, Cliff MacHardy

ThéâtreModifier

PublicationsModifier

  • (de) .. und kein bißchen weise (…Et pas un brin de sagesse (Interprétation corroborée par un vers suivant : « Aus gehabtem Schaden nichts gelernt » « De l'expérience, malheureusement rien appris »)), 1976 (autobiographie), (ISBN 3-85886-054-9)
  • (de) „Der süsse Duft der Rebellion“., roman (= Knaur Taschenbuch, vol. 825), Droemersche Verlagsanstalt Knaur, Munich / Zurich 1982, (ISBN 3-426-00825-4).

Notes et référencesModifier

  1. Guy Ribes et Jean-Baptiste Péretié, Autoportrait d'un faussaire, Presses de la Cité, 2015 (ISBN 2258102995), p. 72

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • (de) Curd Jürgens – wie wir ihn sahen: Erinnerungen von Freunden, Margie Jürgens, Langen Müller, Munich / Vienne, 1985, (ISBN 3-7844-2073-7).
  • (de) Curd Jürgens., Hans-Peter Reichmann (Hrsg.), Deutsches Filminstitut, Deutsches Filmmuseum, Henschel, Berlin 2007, (ISBN 978-3-89487-587-9).
  • (de) Unsere Besten, die 100 größten Deutschen., Guido Knopp, Peter Arens, Econ Verlag, Munich, 2003, (ISBN 3-430-15521-5).
  • (de) Curd Jürgens. General und Gentleman, die Biographie, Heike Specht, Aufbau, Berlin, 2015, (ISBN 978-3-351-03601-0).

Liens externesModifier