Ouvrir le menu principal
Royaume de Bavière
Königreich Bayern (de)

1805-1918

Drapeau
Drapeau
Blason
Grandes armoiries
Description de cette image, également commentée ci-après
Le royaume de Bavière en 1815.
Informations générales
Statut Monarchie constitutionnelle, puis État de l'Empire allemand
Capitale Munich
Langue Allemand
Religion Catholicisme
Monnaie Bavarian gulden (en)
Démographie
Population 6 524 372 (1910)
Superficie
Superficie 75 865 km2 (1910)
Histoire et événements
Fondation (traité de Presbourg)
Intégration à l'Empire allemand
Abdication de Louis III
Rois
1806-1825 Maximilien Ier
1825-1848 Louis Ier
1848-1864 Maximilien II
1864-1886 Louis II
1886-1913 Othon Ier
1913-1918 Louis III

Entités suivantes :

Le royaume de Bavière (en allemand : Königreich Bayern) était un État d'Europe centrale. Il trouve son origine dans le traité de paix conclu le 26 décembre 1805 à la paix de Presbourg entre les plénipotentiaires de l'empereur français Napoléon Bonaparte et l’empereur germano-autrichien François Ier. Le 1er janvier 1806, la proclamation du roi Maximilien Ier Joseph a lieu à Munich. Le territoire comprenait l’électorat de Bavière, de nombreuses régions séculaires de la vieille Bavière telles que Passau, Berchtesgaden et le Rupertiwinkel, le Palatinat de la rive gauche du Rhin et de grandes parties de la Franconie et de la Souabe.

Le royaume exista jusqu'en 1918, lorsque son dernier roi, Louis III, quitta le pays en raison de la révolution de Novembre à la fin de la Première Guerre mondiale et s'enfuit en Hongrie. Avec la création de l’État libre de Bavière et furtivement de la République soviétique de Bavière, un nouvel État ne fut pas fondé en Bavière, mais fut finalement réorganisé en une république parlementaire.

Sommaire

HistoireModifier

→ Article principal: Histoire de la Bavière

Fondation et expansion territorialeModifier

Dans la paix de Lunéville en 1801, l’Électorat de Bavière avait, comme d’autres États du Saint Empire romain germanique, été prié par la France de renoncer à ses territoires situés sur la rive gauche. Ainsi, il perdit des parties du Palatinat de la rive gauche du Rhin et du duché de Juliers. L'électorat de Bavière fut récompensé par le recès de la Diète d’Empire en 1803 des parties de la Franconie et de la Souabe; mais il fallut céder le reste de la rive droite du Palatinat rhénan au Bade. En 1805, la Bavière s'associa par le traité de Bogenhausen à l'empereur des Français Napoléon Ier. Tandis que la nouvelle armée bavaroise, forte de 30 000 hommes, détenait des troupes autrichiennes à Iglau le 2 décembre 1805, Napoléon remporta la bataille d'Austerlitz. Les traités de Brno et la paix de Presbourg permirent à la Bavière de gagner beaucoup de terres, y compris l’ensemble du Tyrol et du Vorarlberg, le margraviat autrichien de Burgau, la ville impériale d’Augsbourg et la région de Lindau. Ansbach, Eichstätt et le Passau Ilzland faisaient également partie de la nouvelle Bavière. En mars 1806, la Bavière se retire volontairement de la rive droite du duché de Berg en échange de la principauté d'Ansbach à Napoléon.

Dans la paix de Presbourg, conclue le 26 décembre 1805 entre la France et l'empereur germanique François II, la Bavière alliée à Napoléon fut proclamée royaume. L'électeur Maximilien IV Joseph de Bavière - souverain de l’Électorat de Bavière depuis 1799 - accepta officiellement le titre de « roi Maximilien Ier de Bavière » le 1er janvier 1806. Maximilien était auparavant duc de Deux-Ponts, pour lequel il avait été nommé après le décès de son prédécesseur Charles II Auguste, en 1795. Après l'extinction de la lignée bavaroise des Wittelsbach en 1777, il devint le représentant de la lignée du Palatinat en 1799, souverain de Bavière.

La conscription forcée des recrues de l'armée bavaroise provoqua le soulèvement des Tyroliens sous Andreas Hofer, qui commença le 9 avril 1809 dans la capitale tyrolienne d'Innsbruck et prit fin le 1er novembre 1809 avec la défaite des Tyroliens à Bergisel. Le traité de Paris du 28 février 1810 entre la France et la Bavière donna lieu à des rassemblements régionaux. La Bavière reçut comme territoires, le margraviat de Bayreuth, la principauté de Ratisbonne, le Quartier de Inn, la moitié du Quartier d’Hausruck ainsi que Salzbourg et l’ancienne principauté-prévôtale de Berchtesgaden. En retour, le sud du Tyrol et certaines zones souabes durent être rendus. Le traité frontalier entre la Bavière et le Wurtemberg du 18 mai 1810 et la cession territoriale respective créèrent la frontière qui existe encore de nos jours.

Le ministre du roi Maximilien, Maximilian, comte de Montgelas, est considéré comme le créateur de l'État bavarois moderne. Le 1 er mai 1808, la Constitution bavaroise est promulguée. Elle reconnaît les droits à la liberté et à l'égalité et définit le roi comme un organe de l'État. Le roi devait jurer la constitution et était soumis à elle. Dans le même temps, la constitution supprima toutes les reliques du servage laissées par l'ancien Empire. Grâce aux édits religieux des 10 janvier 1803 et 14 juin 1809, les trois confessions chrétiennes devinrent égales – catholiques, réformés et luthériens.

En 1807, les privilèges fiscaux furent supprimés. En 1805, tous les offices héréditaires et commerciaux furent supprimés par les grands services pragmatiques. Le règlement de Munich de 1805 et l'édit juif de 1813 accordèrent aux Israélites une première liberté dans la nouvelle Bavière.

Le 27 août 1807, la Bavière fut le premier pays au monde à introduire un vaccin antivariolique. En 1812, la gendarmerie bavaroise est fondée. Un nouveau code pénal rédigé par Anselm von Feuerbach abolit la torture en 1813.

À la suite du Congrès de Vienne de 1814/15, la Bavière dut renoncer largement à ses gains. Mais il fallut compenser le retour des parties rhénanes du Palatinat et de la Franconie autour de Wurtzbourg et d'Aschaffenbourg. Les nouvelles frontières furent finalement définies par le traité de Munich en 1816. Le différend frontalier bado-bavarois sur la rive droite du Palatinat rhénan avec les anciennes résidences des Wittelsbach à Mannheim, Schwetzingen et Heidelberg fut alors décidé en 1818 au congrès d'Aix-la-Chapelle en faveur du Bade.

Le 2 février 1817, le roi de Bavière renvoya Montgelas à la demande de certains de ses adversaires.

Constitution du royaumeModifier

En 1818, Maximilien Ier Joseph publia la constitution de 1818 qui, contrairement à la constitution de 1808, réglementait également la question d'un organe représentatif. Il ajouta les libertés politiques aux libertés civiles. « Aucun pays n’est actuellement en Europe, où l’on parle plus librement, écrit en toute liberté et librement négocié qu’ici en Bavière », se réjouit Anselm von Feuerbach en 1818. La nouvelle constitution prévoyait une division en deux chambres. Dans la première chambre siégeaient des représentants du clergé et de la noblesse, ainsi que d'autres personnalités nommées par le roi. La deuxième chambre était occupée par un vote de recensement indirect. Avec elle, la Bavière devint une monarchie constitutionnelle. La constitution du royaume de Bavière accordée en 1808, qui fut largement révisée en 1818, resta en vigueur (avec certains ajouts et modifications) jusqu'à la fin de la monarchie en 1918, soit exactement 100 ans.

Argent bavarois: florins et kreuzerModifier

À partir de 1806, l’Ordenance des pièces de monnaie bavaroises entra en vigueur dans le nouveau royaume, il unifiait la monnaie dans le royaume et mettait fin au chaos des pièces, créé par l'ancien empire. Le terme « pièce » doit être pris à la lettre, car le papier-monnaie bavarois n'existerait que 30 ans plus tard. 60 kreuzer avait la valeur d'un florin: les pièces de monnaie bavaroises étaient estampées au centre de Munich par la Bayerisches Hauptmünzamt (Monnaie royale). Même les plus petites valeurs de la monnaie bavaroise portaient les portraits des rois de Bavière. Le blason bavarois avec couronne était toujours représenté du côté opposé.

En 1836, la Bayerische Hypotheken- und Wechsel-Bank obtint le privilège d'émettre des billets de banque bavarois. Ainsi, elle devint la banque centrale bavaroise. 100 000 florins dans des billets de 10 florins en 1836 furent à la base de la nouvelle ère de l'économie monétaire dans le royaume. Contrairement au scepticisme des politiciens et des banquiers bavarois, ces nouveaux billets devinrent rapidement un moyen de paiement accepté et populaire. En 1839, 100 billets de florin bavarois furent imprimés pour la première fois. Le 4 décembre 1871, avec l’uniformisation, le nouveau « mark », remplace le florin de Bavière.

Villes principalesModifier

SourceModifier