Ouvrir le menu principal

Colombia Oro y Paz 2018

édition 2018 de la Colombia Oro y Paz, course cycliste colombienne

PrésentationModifier

ParcoursModifier

ÉquipesModifier

Classé en catégorie 2.1 de l'UCI America Tour, la course est par conséquent ouvert aux WorldTeams dans la limite de 50 % des équipes participantes, aux équipes continentales professionnelles, aux équipes continentales et aux équipes nationales[1].

25 équipes participent à la course - 4 WorldTeams, 9 équipes continentales professionnelles, 9 équipes continentales et 3 équipes nationales :

WorldTeams (4)
  1.   EF Education First-Drapac p/b Cannondale
  2.   Movistar Team
  3.   Quick-Step Floors
  4.   Sky
Équipes continentales professionnelles (9)
  1.   Androni Giocattoli-Sidermec
  2.   Bardiani CSF
  3.   Burgos BH
  4.   CCC Sprandi Polkowice
  5.   Euskadi Basque Country-Murias
  6.   Holowesko-Citadel
  7.   Israel Cycling Academy
  8.   Manzana Postobón Team
  9.   UnitedHealthcare
Équipes continentales (9)
  1.   Asociación Civil Agrupación Virgen de Fátima
  2.   Bicicletas Strongman
  3.   Coldeportes Zenú
  4.   EPM
  5.   GW Shimano
  6.   Illuminate
  7.   Medellín-Éxito
  8.   Orgullo Paisa
  9.   Trevigiani Phonix-Hemus 1896
Équipes nationales (3)
  1.   Colombie
  2.   Italie
  3.   Russie
 

FavorisModifier

ÉtapesModifier

Déroulement de la courseModifier

1re étapeModifier

Victoire au sprint de Fernando Gaviria.

 Classement général
CoureurPaysÉquipeTemps
1erFernando Gaviria      ColombieQuick-Step Floors2 h 06 min 55 s
2eMiguel Ángel Rubiano    ColombieColdeportes-Zenú+ 1 s
3eSebastián Molano   ColombieManzana Postobón+ 4 s
4eMaximiliano Richeze   ArgentineQuick-Step Floors+ 6 s
5eRafael Montiel   ColombieOrgullo Paisa+ 7 s
6eSimon Pellaud   SuisseIlluminate+ 7 s
7eJetse Bol   Pays-BasManzana Postobón+ 8 s
8eJonathan Clarke   AustralieUnitedHealthcare+ 9 s
9eMatteo Malucelli   ItalieAndroni Giocattoli-Sidermec+ 10 s
10eÁlvaro Hodeg   ColombieQuick-Step Floors+ 10 s


Fernando Gaviria justifie son statut de favori en remportant au sprint l'étape, disputée en circuit à Palmira. Miguel Ángel Rubiano est considéré comme le héros du jour en raflant les trois sprints intermédiaires de l'étape.

Juan Manuel Santos, président de la République colombienne, donne le départ. Dès les premiers hectomètres, Miguel Ángel Rubiano, Jonathan Clarke, Jetse Bol, Simon Pellaud et Rafael Montiel prennent les devants. Ils obtiennent plus d'une minute d'avance. Au troisième tour d'une étape qui en compte neuf, Rubiano s'impose dans le premier sprint intermédiaire du jour devant Bol et Pellaud, tandis que l'équipe Quick-Step Floors roule en tête du peloton, pour ne pas permettre aux fugitifs de compter plus d'une minute d'avance ; Jhonatan Narváez effectuant la plus grande partie du travail. Le peloton est secoué par une chute où de nombreux coureurs sont impliqués. Rubiano remporte les deux autres sprints spéciaux et endosse le maillot de leader du classement de la montagne[n 1] (en l'absence de difficultés répertoriées sur le parcours du jour). Dans le final, les fugueurs sont repris alors qu'à cinq kilomètres du terme, une nouvelle chute dans le groupe principal envoie à terre Nairo Quintana. Celui-ci réussit à réintégrer le peloton, au contraire de son frère Dayer, qui a dû lui céder son vélo. Le sprint massif est inévitable. Le train de la Quick-Step se met en marche. Bien emmené par ses équipiers Álvaro Hodeg, Iljo Keisse et Maximiliano Richeze, Gaviria est déposé dans le dernier virage par l'Argentin et s'impose facilement. Seul Sebastián Molano réussit à s'intercaler entre son compatriote et Richeze. Au classement général, Fernando endosse le maillot de leader. Il devance d'une seconde Rubiano et de quatre Molano[2], [3], [4].

2e étapeModifier

Fernando Gaviria récidive.

 Classement général
CoureurPaysÉquipeTemps
1erFernando Gaviria      ColombieQuick-Step Floors5 h 56 min 12 s
2eSebastián Molano   ColombieManzana Postobón+ 11 s
3eMiguel Ángel Rubiano    ColombieColdeportes-Zenú+ 14 s
4eJuan Esteban Arango   ColombieColombie+ 17 s
5eMatteo Malucelli   ItalieAndroni Giocattoli-Sidermec+ 19 s
6eMaximiliano Richeze   ArgentineQuick-Step Floors+ 19 s
7eSimon Pellaud   SuisseIlluminate+ 20 s
8eRafael Montiel   ColombieOrgullo Paisa+ 20 s
9eNicolás Tivani   ArgentineTrevigiani-Phonix-Hemus 1896+ 20 s
10eAndrea Guardini   ItalieBardiani CSF+ 21 s


La deuxième étape quitte Palmira pour Santander de Quilichao, plein sud, puis revient à Palmira. Fernando Gaviria remporte sa deuxième étape consécutivement et se maintient en tête du classement général.

Une échappée anime le début de course mais est rapidement annihilée en vue du premier sprint bonification que le peloton a décidé de disputer. Gaviria y prend le dessus sur Andrea Guardini et Tao Geoghegan Hart. Le peloton se relâche alors quelque peu, et une fugue se forme aux alentours du quarantième kilomètre, composée dans un premier temps par Juan Esteban Arango, Carlos Julián Quintero, Adrián Richeze et Nicolás Tivani que rejoignent Weimar Roldán et Juan Felipe Osorio au km 63. Elle obtient un peu plus d'une minute trente d'avance, mais toujours sous le contrôle de la Quick-Step. Arango règle ses compagnons du jour aux deux derniers sprints intermédiaires que propose l'étape. Il empoche, ainsi, six secondes de bonification. À vingt-deux kilomètres du terme, Richeze est lâché par les fugueurs et bientôt absorbé par le peloton. La sélection italienne et Jhonatan Narváez, que la Quick-Step sacrifie pour ce travail, animent la poursuite à l'avant du peloton. Et, à six kilomètres du but, Tiviani et Osorio, les derniers fuyards sont repris. En vue de l'emballage final, les équipes remontent leurs sprinteurs à l'avant de la course. La tension monte et une chute se produit, dont sont victimes Juan Pablo Rendón et plusieurs membres de la sélection italienne. Même si Jarlinson Pantano essaie d'échapper au sprint massif, en déclenchant une tentative solitaire, vite réprimée, c'est une arrivée groupée qui conclut la journée. Comme la veille, Maximiliano Richeze lance parfaitement Fernando Gaviria pour son deuxième bouquet. Bien qu'il dispose une nouvelle fois de Sebastián Molano, deuxième, Gaviria a dû bien plus s'employer que le premier jour. Quoique cassé en plusieurs morceaux, le jury des commissaires décide de classer le peloton dans le même temps que le vainqueur. Complètement exténués, Adrián Richeze et Carlos Julián Quintero, quant à eux, perdent dans les ultimes kilomètres respectivement près de deux et cinq minutes. Au classement général, Fernando Gaviria devance toujours Molano et Miguel Ángel Rubiano mais maintenant de onze et quatorze secondes, grâce au jeu des bonifications engrangées aux arrivées et au sprint intermédiaire[5], [6], [7].

3e étapeModifier

Trois sur trois pour Fernando Gaviria.

 Classement général
CoureurPaysÉquipeTemps
1erFernando Gaviria      ColombieQuick-Step Floors9 h 26 min 07 s
2eSebastián Molano   ColombieManzana Postobón+ 17 s
3eMatteo Malucelli   ItalieAndroni Giocattoli-Sidermec+ 23 s
4eRafael Montiel   ColombieOrgullo Paisa+ 24 s
5eMiguel Ángel Rubiano    ColombieColdeportes-Zenú+ 24 s
6eBrayan Ramírez   ColombieColombie+ 26 s
7eJuan Esteban Arango   ColombieColombie+ 27 s
8eMaximiliano Richeze   ArgentineQuick-Step Floors+ 29 s
9eSimon Pellaud   SuisseIlluminate+ 30 s
10eNicolás Tivani   ArgentineTrevigiani-Phonix-Hemus 1896+ 30 s


Les coureurs partent une nouvelle fois de Palmira pour le nord et le corregimiento de La Paila (dans la municipalité de Zarzal), où ils font demi-tour pour rejoindre l'arrivée à Buga, traversé cent-vingt kilomètres plus tôt[8]. Fernando Gaviria y remporte sa troisième victoire consécutive et garde la tunique de leader de l'épreuve.

L'étape, pratiquement plate, commence par de nombreuses tentatives de fugue. Puis cinq hommes, Brayan Ramírez, Dalivier Ospina, Rafael Montiel, Félix Barón et Mauro Richeze trouvent l'ouverture. Ceux-ci se disputent les sprints bonifications où Montiel et Ramírez récoltent six secondes. Dans le peloton, l'intégralité de la charge de la poursuite est dévolue à l'équipe Quick-Step. Une nouvelle fois, Jhonatan Narváez est le coureur le plus sollicité pour ce travail. L'écart monte jusqu'à une minute trente. Félix Barón profite du relâchement de ses compagnons de fortune, après l'effort du troisième sprint spécial, pour partir seul. Il est poursuivi par les autres Colombiens de l'échappée, Richeze étant absorbé par le peloton. Un à un, les fuyards sont repris et Barón capitule à quatorze kilomètres du but. Aitor González puis Edison Muñoz vont tenter d'échapper au sprint massif, en vain. Dans les trois derniers kilomètres, différentes équipes mènent le peloton pour contrecarrer les Quick-Step. Après un dernier virage à 180°, le peloton se retrouve sur la longue ligne droite d'arrivée où une nouvelle chute se produit (dont sont victimes Jetse Bol et Miguel Ángel Rubiano). Dans les derniers hectomètres en léger faux-plat montant, le train bleu de la formation belge se met en branle, Álvaro Hodeg devant Maximiliano Richeze et Fernando Gaviria. Hodeg s'écarte, laissant Richeze lancé idéalement Gaviria. Matteo Malucelli et Sebastián Molano, dans la roue du leader ne peuvent en sortir et terminent deuxième et troisième de l'étape[9]. Fernando Gaviria accroît son avance au classement général. Elle est de dix-sept secondes sur Molano et de vingt-trois sur Malucelli, nouveau troisième[10].

4e étapeModifier

Et de quatre pour la Quick-Step.

 Classement général
CoureurPaysÉquipeTemps
1erJulian Alaphilippe     FranceQuick-Step Floors12 h 44 min 06 s
2eSergio Henao   ColombieSky+ 4 s
3eNairo Quintana   ColombieMovistar+ 6 s
4eEgan Bernal    ColombieSky+ 13 s
5eRigoberto Urán   ColombieEF Education First-Drapac+ 13 s
6eIván Sosa   ColombieAndroni Giocattoli-Sidermec+ 13 s
7eJhonatan Narváez   ÉquateurQuick-Step Floors+ 13 s
8eDanny Osorio   ColombieOrgullo Paisa+ 18 s
9eDiego Ochoa   ColombieEPM-Scott+ 18 s
10eTaylor Eisenhart   États-UnisHolowesko Citadel+ 21 s


L'étape dirige les concurrents vers le N.N.E. et joint Buga à Santa Rosa de Cabal[11]. Ils y font connaissance avec la moyenne montagne dans les quarante derniers kilomètres, où deux cols de troisième catégorie les attendent. L'arrivée se situe à l'issue d'une montée de 4,6 kilomètres à 5,8 %[12]. Dans un final explosif, Julian Alaphilippe surprend les observateurs colombiens en s'imposant au belvédère d'El Tambo, au sommet de l'alto de Boquerón. Il s'empare du même coup de la tête du classement général.

La surprise du début d'étape est de voir le leader Fernando Gaviria intégré l'échappée du jour, dans laquelle ont pris place une vingtaine d'hommes comme Aristóbulo Cala (un des plus incisifs), Omar Mendoza ou Nicolás Paredes. Le groupe d'éclaireurs obtient jusqu'à min 45 s d'avance, mais peu à peu, perd des unités. Dans le col d'El Cerrito, Gaviria et Paredes faussent compagnie à leurs compagnons de fugue, qui se font reprendre par le peloton. Le duo navigue à une quarantaine de secondes devant le groupe des favoris, où les Sky s'activent le plus. À quinze kilomètres du but, Carlos Julián Quintero et Victor Langellotti partent en chasse et cinq kilomètres plus loin, font la jonction. Cependant le quatuor est repris à 7,5 kilomètres de l'arrivée. Dans la dernière ascension du jour, Alejandro Serna puis Robinson Chalapud tentent leur chance mais personne ne réussit à se détacher. Tandis qu'à l'arrière, nombreux (comme le leader Gaviria) ne peuvent suivre le rythme imprimé par les meilleurs. Óscar Sevilla essaye de surprendre les favoris mais en vain. Ce sont Jhonatan Narváez avec un EF-Drapac[n 2] qui lancent les hostilités. À cinq cent mètres de la ligne, Sergio Henao, en tête avec dans sa roue Nairo Quintana, semble contrôler ses adversaires mais il se fait déborder par Julian Alaphilippe. Ce dernier offre à son équipe sa quatrième victoire de l'épreuve et lui permet de conserver dans son giron le maillot de leader[13], [14]. Au classement général, le Français devance Henao de quatre secondes et Quintana de six, grâce aux bonifications allouées à l'arrivée. De nombreux classements annexes changent de leader également. Ainsi Julian Alaphilippe prend le commandement du trophée des grimpeurs tandis qu'Egan Bernal devient le meilleur jeune de l'épreuve et l'équipe Sky détrône les Quick-Step. Enfin, Fernando Gaviria, passé en tête aux trois sprints spéciaux de la journée, domine aussi ce classement annexe[15].

5e étapeModifier

Rigoberto Urán s'impose à Salento.

 Classement général
CoureurPaysÉquipeTemps
1erNairo Quintana    ColombieMovistar16 h 26 min 39 s
2eRigoberto Urán   ColombieEF Education First-Drapac+ 3 s
3eSergio Henao   ColombieSky+ 4 s
4eEgan Bernal    ColombieSky+ 9 s
5eIván Sosa   ColombieAndroni Giocattoli-Sidermec+ 30 s
6eDaniel Martínez   ColombieEF Education First-Drapac+ 38 s
7eJulian Alaphilippe    FranceQuick-Step Floors+ 39 s
8eJhonatan Narváez   ÉquateurQuick-Step Floors+ 42 s
9eAristóbulo Cala   ColombieBicicletas Strongman Coldeportes+ 55 s
10eDanny Osorio   ColombieOrgullo Paisa+ 57 s


Les coureurs prennent le départ de Pereira pour le S.S.O. et le corregimiento de La Paila (dans la municipalité de Zarzal). De là, ils bifurquent vers l'E.N.E. et Armenia, pour rejoindre l'arrivée à Salento[16], jugée à l'issue d'une ascension de 3 300 mètres au dénivelé de 6,7 %[12]. Rigoberto Urán s'impose devant le nouveau leader de la compétition, Nairo Quintana.

L'étape commence par une longue descente d'une trentaine de kilomètres entre Pereira et Cartago, où le rythme imprimé par le peloton réduit à néant toute tentative de fugue. Puis huit coureurs trouvent l'ouverture. Ils sont rejoints par quatre autres, quelques kilomètres plus loin. Présent dans l'échappée, Brayan Ramírez en profite pour remporter deux sprints intermédiaires et s'emparer de la tête de ce classement annexe. Même si Egan Bernal chute sans gravité et Maximiliano Richeze abandonne la compétition pour des douleurs stomacales[17], [18], ce sont les fuyards qui vont occuper le devant de la scène pour de nombreux kilomètres. Le nombre important de coureurs ayant pris part à l'échappée amène le peloton à rester vigilant. Conduit le plus souvent par les Quick-Step et les Sky, le groupe des favoris permet difficilement aux fuyards de prendre une minute trente d'avance. Dans les derniers kilomètres, Rodrigo Contreras s'isole à l'avant de la course. Tandis que ses compagnons de fugue se font reprendre un à un par le peloton, lui résiste jusqu'à quatre kilomètres du but. L'ascension terminale, pourtant classée seulement en troisième catégorie, révèle de nombreux pièges, avec une légère descente qui précède la rampe d'arrivée à 20 %. Les favoris montent à un rythme endiablé. À deux km du terme, Nairo Quintana place une attaque, seuls Egan Bernal, Sergio Henao et Rigoberto Urán peuvent lui répondre. Ce quatuor se dispute la victoire d'étape. Celle-ci revient à Urán, qui prend le meilleur sur Quintana dans un duel serré[19]. Grâce aux bonifications distribuées à l'arrivée, Quintana devance Urán de trois secondes, au classement général. Julian Alaphilippe concède trente-neuf secondes et son maillot de leader tandis que la formation EF Education First-Drapac prend la tête du classement par équipes[20].

6e étapeModifier

Egan Bernal déjoue les pronostics.

Pour le dernier jour, le parcours mène le peloton d'Armenia à Manizales. De la capitale de Quindío jusqu'à Pereira, les coureurs empruntent en sens inverse l'itinéraire de la veille. Puis ils affrontent, dans les quarante-cinq derniers kilomètres, l'alto de Boquerón, terme de la quatrième étape et l'alto de Chipre[21], où est jugée l'arrivée à l'issue d'une ascension de 19,9 kilomètres à 4,5 %[12]. Dayer Quintana, bien que vainqueur de l'étape, ne peut empêcher Egan Bernal de déposséder son frère de la victoire finale.

Une échappée de trente-trois coureurs se forme et anime le début d'étape. Des coureurs comme Dayer Quintana, Sebastián Henao, Tao Geoghegan Hart, Óscar Sevilla ou Rafael Montiel (leader transitoire de la course[22]) y ont pris place. Le peloton, emmené par les Movistar, roule à allure modéré et laisse jusqu'à cinq minutes d'avance aux fuyards. Dans le dernier tiers de la course, les Sky et les Manzana Postobón prêtent main forte aux équipiers du leader Nairo Quintana et l'écart se réduit à trois minutes. L'Alto del Boquerón, bien qu'en troisième catégorie, désunit la fugue. Alors que le groupe principal est secoué par des attaques comme celle de Jarlinson Pantano qui rattrape plusieurs échappés et continue avec deux fugitifs repris, Nicolás Paredes et Álvaro Robredo. À trente kilomètres de l'arrivée, Fernando Gaviria tente de relancer l'allure de l'échappée. Mais Miguel Ángel Rubiano donne le coup de grâce à cette dernière. En attaquant dans un faux-plat, il subit les ripostes et les contre-attaques des autres fuyards. Tant et si bien qu'à quinze kilomètres du terme, Rodrigo Contreras est seul en tête, suivi par les anciens membres de l'échappée éparpillés, tandis qu'un quatuor, Óscar Quiroz, Jonathan Caicedo et le duo de la formation EPM, Juan Pablo Suárez et Freddy Montaña, sorti du peloton, tente de faire la jonction. Dans le peloton, les Movistar paraissent ne pas forcer et rouler à une allure qui permettrait aux fugitifs de se disputer le gain d'étape et les bonifications s'y attenant (donnant la victoire finale à Quintana sans efforts superflus). Ainsi à trois mille mètres du but, Contreras est toujours en tête. Mais les Sky décide de contrecarrer ce plan et Egan Bernal attaque sèchement. Seul Daniel Martínez peut suivre son accélération. Ils reprennent bon nombre d'échappés et retombe sur Tao Geoghegan Hart, qui jette ses dernières forces pour aider l'entreprise de son équipier. Rodrígo Contreras passe la flamme rouge toujours en première position. Entre Bernal et Contreras se trouve encore Dayer Quintana, accompagné de Sebastián Henao. Dayer attaque pour subtiliser les dix secondes de bonifications qui attendent le vainqueur d'étape. Cela condamne Contreras à moins de trois cents mètres de la ligne. Le frère cadet de Nairo s'impose à Manizales. Il devance de dix secondes Egan Bernal, épaulé dans les derniers hectomètres par Sebastián Henao (qui se laisse passer sur la ligne pour permettre à Bernal de s'octroyer deux secondes de bonifications supplémentaires). Arrivant avec vingt et une secondes de retard sur Dayer, Nairo Quintana, Sergio Henao et Rigoberto Urán laissent le titre à Egan Bernal[23], [n 3].

Egan Bernal confie à l'arrivée qu'il était venu pour épauler son leader Sergio Henao et qu'au fur et à mesure des étapes et des résultats accumulés, il a pensé à jouer sa carte personnelle. Prévenant ses équipiers qu'il se sentait bien et profitant du marquage effectué sur Sergio Henao par Nairo Quintana et Rigoberto Urán, il a attaqué dans les derniers kilomètres pour améliorer son classement. Remerciant son équipe pour lui avoir permis de faire sa course et ses équipiers Tao Geoghegan Hart et Sebastián Henao pour leur aide, il a tenté au risque de perdre les bénéfices des précédentes étapes[24], [25]. Óscar de Jesús Vargas, directeur sportif des Manzana Postobón, a constaté que la condition physique de Bernal, revenant du Tour Down Under, était bien meilleure que celle de ses rivaux. Tandis qu'Héctor Castaño, directeur sportif de l'Orgullo Paisa, pointe, au-delà de son talent, le rôle prépondérant de son appartenance à une équipe comme la Sky, bénéficiant ainsi de l'expérience de ses équipiers sachant parfaitement l'entourer[26]. Egan Bernal s'adjuge en outre le classement du meilleur jeune et le trophée de la montagne. Seul lui échappe le maillot du classement par points que conserve Fernando Gaviria. En remportant deux sprints spéciaux dans la journée, Miguel Ángel Rubiano s'adjuge, lui, ce classement annexe[22].

Classements finalsModifier

Classement généralModifier

 Classement général
CoureurPaysÉquipeTemps
1erEgan Bernal      ColombieSky20 h 49 min 03 s
2eNairo Quintana   ColombieMovistar+ 8 s
3eRigoberto Urán   ColombieEF Education First-Drapac+ 11 s
4eSergio Henao   ColombieSky+ 12 s
5eDaniel Martínez   ColombieEF Education First-Drapac+ 43 s
6eIván Sosa   ColombieAndroni Giocattoli-Sidermec+ 45 s
7eJulian Alaphilippe   FranceQuick-Step Floors+ 50 s
8eAristóbulo Cala   ColombieBicicletas Strongman Coldeportes+ 1 min 10 s
9eDanny Osorio   ColombieOrgullo Paisa+ 1 min 12 s
10eJhonatan Narváez   ÉquateurQuick-Step Floors+ 1 min 18 s
Source : ProCyclingStats


Classements annexesModifier

Classement de la montagneModifier

 Classement de la montagne
CoureurPaysÉquipePoints
1erEgan Bernal      ColombieSky11 pts
2eDayer Quintana   ColombieMovistar10 pts
3eSebastián Henao   ColombieSky6 pts
4eNicolás Paredes   ColombieMedellín5 pts
5eJordan Parra   ColombieManzana Postobón4 pts
6eAlexander Gil   ColombieEPM-Scott4 pts
7eJulian Alaphilippe   FranceQuick-Step Floors3 pts
8eJhonatan Cañaveral   ColombieBicicletas Strongman Coldeportes3 pts
9eDaniel Martínez   ColombieEF Education First-Drapac2 pts
10eRodrigo Contreras   ColombieEPM-Scott2 pts

Classement par pointsModifier

 Classement par points
CoureurPaysÉquipePoints
1erFernando Gaviria    ColombieQuick-Step Floors59 pts
2eSebastián Molano   ColombieManzana Postobón34 pts
3eMatteo Malucelli   ItalieAndroni Giocattoli-Sidermec32 pts
4eRigoberto Urán   ColombieEF Education First-Drapac28 pts
5eEgan Bernal      ColombieSky28 pts
6eNairo Quintana   ColombieMovistar26 pts
7eSergio Henao   ColombieSky23 pts
8eDavide Viganò   ItalieItalie20 pts
9eMiguel Ángel Rubiano   ColombieColdeportes-Zenú18 pts
10eJulian Alaphilippe   FranceQuick-Step Floors17 pts

Classement par équipesModifier

 Classement par équipes
ÉquipePaysTemps
1reSky   Royaume-Uni62 h 29 min 43 s
2eEF Education First-Drapac   États-Unis+ 25 s
3eEPM-Scott   Colombie+ 1 min 35 s
4eMovistar   Espagne+ 2 min 38 s
5eOrgullo Paisa   Colombie+ 4 min 14 s
6eColombie   Colombie+ 5 min 45 s
7eBicicletas Strongman Coldeportes   Colombie+ 9 min 21 s
8eMedellín   Colombie+ 9 min 24 s
9eManzana Postobón   Colombie+ 9 min 38 s
10eGW Shimano   Colombie+ 12 min 30 s


Classements UCIModifier

La course attribue le même nombre de points pour l'UCI America Tour 2018 et le Classement mondial UCI (pour tous les coureurs)[27]. Selon le règlement UCI Art 2.10.008[28], l'épreuve affecte les points comme suit :

Position 1er 2e 3e 4e 5e 6e 7e 8e 9e 10e 11e 12e 13e à 15e 16e à 25e
Classement général 125 85 70 60 50 40 35 30 25 20 15 10 5 3
Par étapes 14 5 3
Leader 3
Classement
Pos Coureur Équipe Général Étape Leader Total
1er
  Egan Bernal Sky 125 8 - 133
2e
  Nairo Quintana Movistar 85 8 3 96
3e
  Rigoberto Urán EF Education First-Drapac 70 14 - 84
4e
  Sergio Henao Sky 60 5 - 65
5e
  Julian Alaphilippe Quick-Step Floors 35 14 3 52
6e
  Fernando Gaviria Quick-Step Floors - 42 9 51
7e
  Daniel Martínez EF Education First-Drapac 50 - - 50
8e
  Iván Sosa Androni Giocattoli-Sidermec 40 - - 40
9e
  Aristóbulo Cala Bicicletas Strongman 30 - - 30
10e
  Danny Osorio Orgullo Paisa 25 - - 25

Évolution des classementsModifier

Tableau récapitulatif de l'évolution des différents classements de la compétition
Étapes Vainqueur Classement général
 
Classement par points
 
Classement de la montagne
 
Classement du meilleur jeune
 
Classement par équipes
Classement des sprints spéciaux
1re étape[4] Fernando Gaviria Fernando Gaviria Fernando Gaviria Miguel Ángel Rubiano Fernando Gaviria Quick-Step Floors Miguel Ángel Rubiano
2e étape[7] Fernando Gaviria
3e étape[10] Fernando Gaviria
4e étape[15] Julian Alaphilippe Julian Alaphilippe Julian Alaphilippe Egan Bernal Sky Fernando Gaviria
5e étape[20] Rigoberto Urán Nairo Quintana EF Education First-Drapac Brayan Ramírez
6e étape[29] Dayer Quintana Egan Bernal Egan Bernal Sky Miguel Ángel Rubiano
Classements finals Egan Bernal Fernando Gaviria Egan Bernal Egan Bernal Sky Miguel Ángel Rubiano

Liste des participantsModifier

 Liste des participants
Quick-Step Floors
QST
NumCoureurPos
1  Fernando Gaviria (COL)  93e
2  Julian Alaphilippe (FRA) 7e
3  Álvaro Hodeg (COL) 116e
4  Iljo Keisse (BEL) 102e
5  Jhonatan Narváez (ECU) 10e
6  Maximiliano Richeze (ARG) AB-5
Sky
SKY
NumCoureurPos
11  Egan Bernal (COL)    1er
12  Jonathan Castroviejo (ESP) 57e
13  Tao Geoghegan Hart (GBR) 53e
14  Sebastián Henao (COL) 20e
15  Sergio Henao (COL) 4e
16  David López García (ESP) 78e
EF Education First-Drapac
EFD
NumCoureurPos
21  Nathan Brown (USA) 66e
22  Julián Cardona (COL) 60e
23  Hugh Carthy (GBR) 18e
24  Alex Howes (USA) 90e
25  Daniel Martínez (COL) 5e
26  Rigoberto Urán (COL) 3e
Movistar
MOV
NumCoureurPos
31  Winner Anacona (COL) 51e
32  Antonio Pedrero (ESP) 83e
33  Richard Carapaz (ECU) 23e
34  Víctor de la Parte (ESP) 80e
35  Dayer Quintana (COL) 36e
36  Nairo Quintana (COL) 2e
UnitedHealthcare
UHC
NumCoureurPos
41  Lucas Sebastián Haedo (ARG) 97e
42  Janier Acevedo (COL) 87e
43  Daniel Jaramillo (COL) 67e
44  Serghei Țvetcov (ROU) 49e
45  Gavin Mannion (USA) 89e
46  Jonathan Clarke (AUS) 99e
Androni Giocattoli-Sidermec
ANS
NumCoureurPos
51  Alessandro Bisolti (ITA) 44e
52  Raffaello Bonusi (ITA) 85e
53  Mattia Frapporti (ITA) 95e
54  Matteo Malucelli (ITA) 122e
55  Iván Sosa (COL) 6e
56  Matteo Spreafico (ITA) 121e
CCC Sprandi Polkowice
CCC
NumCoureurPos
61  Paweł Bernas (POL) 77e
62  Paweł Franczak (POL) 119e
63  Adrian Kurek (POL) 98e
64  Michał Paluta (POL) 63e
65  Leszek Pluciński (POL) 71e
66  Mateusz Taciak (POL) 135e
Holowesko Citadel
HCA
NumCoureurPos
71  Rubén Companioni (CUB) 104e
72  Taylor Eisenhart (USA) 22e
73  Bryan Gómez (COL) 110e
74  John Murphy (USA) 92e
75  Brayan Sánchez (COL) 82e
76  Miguel Bryon (USA) 124e
Manzana Postobón
MZN
NumCoureurPos
81  Jordan Parra (COL) 79e
82  Sebastián Molano (COL) 114e
83  Juan Felipe Osorio (COL) 74e
84  Jetse Bol (NED) 43e
85  Fabio Duarte (COL) 15e
86  Aldemar Reyes (COL) 24e
Euskadi-Murias
EUS
NumCoureurPos
91  Beñat Txoperena (ESP) 54e
92  Ander Barrenetxea (ESP) 138e
93  Aitor González Prieto (ESP) 113e
94  Sergio Rodríguez Reche (ESP) 133e
95  Gotzon Udondo (ESP) 112e
Bardiani CSF
BRD
NumCoureurPos
101  Giovanni Carboni (ITA) 65e
102  Giulio Ciccone (ITA) 31e
103  Andrea Guardini (ITA) 136e
104  Mirco Maestri (ITA) 127e
105  Paolo Simion (ITA) AB-6
106  Alessandro Tonelli (ITA) 91e
Israel Cycling Academy
ICA
NumCoureurPos
111  Edwin Ávila (COL) 42e
112  Guillaume Boivin (CAN) 62e
113  Luis Lemus (MEX) 61e
114  Benjamin Perry (CAN) 76e
115  Mihkel Räim (EST) AB-4
116  Aviv Yechezkel (ISR) 129e
Burgos BH
BBH
NumCoureurPos
121  Nícolas Sessler (BRA) 55e
122  Adrián González (ESP) 132e
123  Daniel López (ESP) 120e
124  Igor Merino (ESP) 37e
125  Victor Langellotti103e
126  Álvaro Robredo (ESP) 107e
Colombie
COL
NumCoureurPos
131  Jarlinson Pantano (COL) 12e
132  Darwin Atapuma (COL) 33e
133  Jhon Anderson Rodríguez (COL) 26e
134  Miguel Flórez (COL) 28e
135  Juan Esteban Arango (COL) 117e
136  Brayan Ramírez (COL) 105e
Italie
ITA
NumCoureurPos
141  Michele Scartezzini (ITA) 88e
142  Francesco Lamon (ITA) 115e
143  Davide Viganò (ITA) 123e
144  Davide Plebani (ITA) 131e
145  Carloalberto Giordani (ITA) 130e
146  Alessandro Covi (ITA) 106e
Russie
RUS
NumCoureurPos
151  Alexey Kurbatov (RUS) 125e
152  Vladislav Kulikov (RUS) 126e
153  Evgueni Kovalev (RUS) 137e
154  Andrey Sazanov (RUS) 139e
155  Kirill Bochkov (RUS) AB-6
156  Anton Vorobyev (RUS) 134e
Trevigiani-Phonix-Hemus 1896
TRE
NumCoureurPos
161  Alessandro Fedeli (ITA) 81e
162  Floryan Arnoult (FRA) 101e
163  Christofer Jurado96e
164  Javier Ignacio Montoya (COL) 27e
165  Manuel Peñalver (ESP) AB-6
166  Nicolás Tivani (ARG) 118e
Medellín
MED
NumCoureurPos
171  Óscar Sevilla (ESP) 17e
172  Nicolás Paredes (COL) 72e
173  Omar Mendoza (COL) 39e
174  Weimar Roldán (COL) 108e
175  Robinson Chalapud (COL) 68e
176  Jonathan Caicedo (ECU) 35e
Bicicletas Strongman Coldeportes
BSM
NumCoureurPos
181  Aristóbulo Cala (COL) 8e
182  Óscar Quiroz (COL) 34e
183  Rubén Acosta (COL) 111e
184  William Muñoz (COL) 109e
185  Eduardo Estrada (COL) 69e
186  Jhonatan Cañaveral (COL) 45e
EPM-Scott
EPM
NumCoureurPos
191  Juan Pablo Suárez (COL) 13e
192  Freddy Montaña (COL) 21e
193  Alexander Gil (COL) 16e
194  Rodrigo Contreras (COL) 30e
195  Diego Ochoa (COL) 19e
196  Jairo Salas (COL) 56e
Coldeportes-Zenú
ECZ
NumCoureurPos
201  Alex Cano (COL) 38e
202  Luis Felipe Laverde (COL) 46e
203  Miguel Ángel Rubiano (COL) 50e
204  Alexis Camacho (COL) 32e
205  Dalivier Ospina (COL) 52e
206  Juan Martín Mesa (COL) 100e
GW Shimano
GWS
NumCoureurPos
211  José Serpa (COL) 41e
212  Walter Pedraza (COL) 48e
213  Heiner Parra (COL) 14e
214  Juan Pablo Rendón (COL) 73e
215  Cristian Tamayo (COL) AB-6
216  Cristhian Talero (COL) 64e
Asociación Civil Agrupación Virgen de Fátima
AFT
NumCoureurPos
221  Nicolás Naranjo (ARG) AB-6
222  Daniel Zamora (ARG) 58e
223  Leandro Velardez (ARG) AB-6
224  Mauro Abel Richeze (ARG) NP-6
225  Adrián Richeze (ARG) AB-6
226  Alonso Gamero86e
Illuminate
ILU
NumCoureurPos
231  Simon Pellaud (SUI) 59e
232  Cameron Piper (USA) 84e
233  Martin Laas (EST) 128e
234  Camilo Castiblanco (COL) 40e
235  Connor Brown (USA) 75e
236  Félix Barón (COL) 25e
Orgullo Paisa
EOP
NumCoureurPos
241  Danny Osorio (COL) 9e
242  José Tito Hernández (COL) 94e
243  Carlos Julián Quintero (COL) 70e
244  Edison Muñoz (COL) 29e
245  Alejandro Serna (COL) 47e
246  Rafael Montiel (COL) 11e

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Pour être en conformité avec l'article 2.6.018 du règlement UCI : « seuls 4 maillots de leader peuvent être attribués dans les épreuves (...) des circuits continentaux des classes HC et 1 pour les hommes élite », le leader du classement des sprints spéciaux n'endosse pas de maillot distinctif.
  2. Il semble que cela soit Daniel Martínez sur la video de l'étape.
  3. Et après visionnage de l'étape du jour.

RéférencesModifier

  1. « Règlement UCI du sport cycliste - Titre 2 Épreuves sur route, cf Art 2.1.005, Épreuves internationales et participation, p. 4 » [PDF], sur www.uci.ch, (consulté le 6 février 2018)
  2. (es) « Colombia Oro y Paz: Fernando Gaviria, estupenda victoria en Palmira », sur www.revistamundociclistico.com, (consulté le 6 février 2018)
  3. (es) « Gaviria se estrena en la Colombia Oro y Paz, en un inicio con caída de Nairo », sur www.ciclismointernacional.com, (consulté le 6 février 2018)
  4. a et b (es) « Les différents classements de la première étape » [PDF], sur www.clasificacionesdelciclismocolombiano.com, (consulté le 6 février 2018)
  5. (es) « Doblete de Gaviria, más líder en la Colombia Oro y Paz », sur www.ciclismointernacional.com, (consulté le 8 février 2018)
  6. (es) « Colombia Oro y Paz, Et.2: Como ‘tren cañero’, Gaviria y su equipo repiten su raudo paso por Palmira », sur nuestrociclismo.com, (consulté le 8 février 2018)
  7. a et b (es) « Les différents classements de la deuxième étape » [PDF], sur www.clasificacionesdelciclismocolombiano.com, (consulté le 8 février 2018)
  8. (es) Señal Colombia Deportes, « ¡Esta es la altimetría de la tercera etapa de la Colombia Oro y Paz! », sur www.facebook.com, (consulté le 14 février 2018)
  9. (es) « Tres de tres para Gaviria en la Colombia Oro y Paz », sur www.ciclismointernacional.com, (consulté le 9 février 2018)
  10. a et b (es) « Les différents classements de la troisième étape » [PDF], sur www.clasificacionesdelciclismocolombiano.com, (consulté le 10 février 2018)
  11. (es) « Colombia Oro y Paz, Et.3: ‘El Milagroso’ bendijo el 2° ‘Hat-Trick’ de Gaviria cf l'onglet Recorrido Et. 4 », sur nuestrociclismo.com, (consulté le 14 février 2018)
  12. a b et c (es) « Colombia Oro y Paz 2018 – Previa General », sur www.ciclismointernacional.com, (consulté le 26 février 2018)
  13. (es) « Todo para Alaphilippe en Colombia Oro y Paz », sur www.ciclismointernacional.com, (consulté le 10 février 2018)
  14. (es) « Alaphilippe ganó la cuarta etapa de la Colombia Oro y Paz », sur www.eltiempo.com, (consulté le 14 février 2018)
  15. a et b (es) « Les différents classements de la quatrième étape » [PDF], sur www.clasificacionesdelciclismocolombiano.com, (consulté le 10 février 2018)
  16. (es) « Colombia Oro y Paz, Et.4: De Gaviria al galo Alaphillipe, el Quick Step no suelta el mando cf l'onglet Recorrido Et. 5 », sur nuestrociclismo.com, (consulté le 26 février 2018)
  17. (es) « Urán ganó la quinta etapa de la Colombia Oro y Paz; Nairo, nuevo líder », sur www.eltiempo.com, (consulté le 26 février 2018)
  18. (es) « Colombia Oro y Paz, Et.5: En Salento, Rigo, Nairo, Egan y Sergio, duelo de ‘Escarabajos’ de máximo nivel », sur nuestrociclismo.com, (consulté le 26 février 2018)
  19. (es) « Urán festeja en Salento ante Nairo Quintana, el nuevo líder de la Colombia Oro y Paz », sur www.ciclismointernacional.com, (consulté le 11 février 2018)
  20. a et b (es) « Les différents classements de la cinquième étape » [PDF], sur www.clasificacionesdelciclismocolombiano.com, (consulté le 11 février 2018)
  21. (es) « Colombia Oro y Paz, Et.5: En Salento, Rigo, Nairo, Egan y Sergio, duelo de ‘Escarabajos’ de máximo nivel cf l'onglet Recorrido Et. 6 », sur nuestrociclismo.com, (consulté le 28 février 2018)
  22. a et b (es) « Colombia Oro y Paz: El joven maravilla Egan Bernal le arrebató título a Nairo. Dayer Quintana vencedor en etapa reina », sur www.revistamundociclistico.com, (consulté le 2 mars 2018)
  23. (es) « Bernal sorprende a Nairo y es campeón de la primera Colombia Oro y Paz; Dayer triunfa en Manizales », sur www.ciclismointernacional.com, (consulté le 12 février 2018)
  24. (es) « “No tenía mucho que perder, pero sí harto por ganar”: Egan », sur www.elcolombiano.com, (consulté le 1er mars 2018)
  25. (es) « Egan Bernal, el primer rey de la Colombia Oro y Paz », sur www.eltiempo.com, (consulté le 2 mars 2018)
  26. (es) « ¿Por qué Egan Bernal reinó en la Colombia Oro y Paz? », sur www.elcolombiano.com, (consulté le 1er mars 2018)
  27. Règlement UCI à partir du 01.01.2018
  28. « Règlement UCI du sport cycliste - Titre 2 Épreuves sur route, cf Art 2.10.008, Classement final des épreuves des calendriers continentaux, p. 65 ; Classement du prologue, des étapes et demi-étapes des épreuves des calendriers continentaux, p. 66 et Port du maillot de leader au classement général des épreuves des calendriers continentaux (par étape), p. 67 » [PDF], sur www.uci.ch, (consulté le 1er mars 2018)
  29. (es) « Le classement de la sixième étape et les différents classements finals » [PDF], sur www.clasificacionesdelciclismocolombiano.com, (consulté le 13 février 2018)

Liens externesModifier