Ouvrir le menu principal

Bramante

architecte et peintre italien

Bramante
Portrait de Bramante.
Portrait de Bramante.
Présentation
Nom de naissance Donato di Angelo di Pascuccio
Naissance 1444
Fermignano (États pontificaux)
Décès
Rome (Flag of the Papal States (pre 1808).svg États pontificaux)
Nationalité Habitant des Flag of the Papal States (pre 1808).svg États pontificaux
Mouvement Haute Renaissance
Activités Architecte, Peintre
Ses élèves Raphaël
Œuvre
Réalisations Cour du Belvédère, Basilique Saint-Pierre de Rome, Tempietto

Donato di Angelo di Pascuccio dit Bramante, est né en 1444 à Fermignano (anciennement Monte Asdrualdo) près d'Urbino dans les Marches italiennes et mort le à Rome. Polymathe, Bramante compte parmi les architectes et les peintres les plus importants de la Renaissance. Il est également musicien et auteur d’un traité d’architecture ainsi que d’écrits de nature poétique, satyrique et épistolaire.

Formé à Urbino, l’un des pôles de la culture italienne du XV° siècle, il fut d’abord actif à Milan, conditionnant le développement de la Renaissance lombarde, puis à Rome, où réalisa le projet de la basilique Saint-Pierre et les jardins du Vatican.

BiographieModifier

Bien que Vasari le fait naître à Casteldurante (actuelle Urbania), il serait né en réalité à Monte Asdrualdo (actuelle Fermignano)[1] à proximité d’Urbino - de mère urbinate et de père toscan - ville des Montefeltro où il se forme artistiquement .

Cette période de formation et la première activité de Bramante ne sont pas documentées. Il ne semble pas avoir quitte la Ville d’Urbino jusqu’en 1476, c’est-à-dire sept ans avant la naissance de Raphaël. Il fut probablement élève de Fra Carnevale et devint peintre prospectif, spécialisé dans la construction géométrique d’un espace principalement architectural comme arrière-plan d’une scène peinte. Il fut probablement aussi un élève et aide de Piero della Francesca et connut Melozzo de Forlì qui influença ensuite son activité picturale[2].

Il est difficile de penser que, vivant à Urbino, il n’ait pas connu Luca Signorelli, Le Pérugin, Giovanni Santi (père de Raphaël), Pinturicchio et Francesco di Giorgio Martini dont il devint probablement collaborateur et dont il apprit beaucoup dans l’art de l’architecture.

À la suite de voyages qui l’amèneront en Lombardie, il découvre les œuvres de Mantegna et de Leon Battista Alberti, ainsi que les productions artistiques des Villes de Pérouse, Ferrare, Venise, Mantoue et Padoue[3].

Établi comme peintre, il reste à Milan jusqu’en 1499, travaillant principalement comme architecte pour Ludovic Sforza.

Il réalise les fresques du Palais du Podestat à Bergame ; ses premières commandes, en tant qu'architecte, datent de 1479, alors au service de Ludovic Sforza à Milan où Il achève l'église Santa Maria delle Grazie. Parmi ses autres réalisations, on peut noter l'église Santa Maria presso San Satiro (1482-1486), le cloître de S. Ambrogio à Milan (1497-1498). A Pavie, il jette les bases planimétriques du Duomo et peut-être de l’église Santa Maria di Canepanova. Enfin, à Vigevano, il réalise la Piazza Ducale.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Bramante reste en Lombardie trente-trois ans, la maîtrisant dans la perspective, apprise par Piero della Francesca, la connaissance de nombreux éléments de l’architecture classique et de l’œuvre vitruvienne, l’adhésion au modèle du classicisme Albertien. Ce bagage culturel lui permit d’exercer une grande influence et une autorité certaine sur la culture lombarde avec Léonard de Vinci présent à Milan depuis 1482, avec lequel ne manquèrent pas les échanges et influences réciproques.

En 1500 il part à Rome et y dévoile sa conception du style classique avec le Tempietto de l'église San Pietro in Montorio (1502-1510). Cet édifice propose une synthèse entre art antique et art de la Renaissance : surélévation de trois marches, composé d'une salle centrale circulaire entourée d'un péristyle à colonnes doriques surmontées d'une frise. Il travaille au cloître de Santa Maria della Pace, restructure le Chœur de Santa Maria del Popolo en invitant Maître Claude à la réalisation des vitraux, réalise la façade du palais Caprini (1501-1502) (aujourd’hui détruit).

 
Dessin de la cour du Belvédère du Vatican selon le projet de Bramante. Giovanni Antonio Dosio

De 1507 à 1509, il travaille, toujours sur la demande de Jules II, à la Basilique de Lorette, où il crée les conditions d’un véritable laboratoire architectural œuvrant tour-à-tour au Palais Apostolique, à la façade de la Basilique, à la structure du revêtement en marbre de la Santa Casa et à différents éléments architecturaux propres à mettre la Basilique au goût du jour.


De retour à Rome il réalise notamment les jardins du Belvédère au Vatican qui relient la chapelle Sixtine et le palais du Vatican avec encore Maître Claude pour le vitraux.

Son œuvre la plus célèbre reste, sans aucun doute, la basilique Saint-Pierre (commencée en 1506) à Rome, réalisée à la demande du pape Jules II. Il en trace le plan, en projette les fondements (1513) et l'élève jusqu'à l'entablement, mais il n'a pas le temps de l'achever. L'édifice est, après sa mort, achevé par Michel-Ange.

 
plan pour saint Pierre de Rome, Bramante

Du Bramante écrivain et poète, il ne subsiste qu’une partie d'un traité sur l’architecture et vingt-cinq sonnets traitant de la souffrance d’amour influencé par le Dolce stil novo que l’on dit d’une richesse, d’une grande finesse de style, et plus accomplis que ceux de Léonard[Qui ?], le style de la redaction des demandes de soutien financier que le poète adresse à son mécène et ami, Gaspare Visconti, témoignant également de son goût pour le burlesque.

ŒuvresModifier

GalerieModifier


Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  • Giorgio Vasari cite Bramante et décrit sa biographie dans Le Vite : Page ?? - Édition de 1568 ;
  • Marcel Reymond, Bramante et l'architecture italienne au XVIe siècle : étude critique, Paris, 1914.

Notes et référencesModifier

  1. Donato Bramante, in Treccani.it – Enciclopedie on line, Istituto dell'Enciclopedia Italiana, 15 marzo 2011.
  2. Donato Bramante, in Treccani.it – Enciclopedie on line, Istituto dell'Enciclopedia Italiana, 15 mars 2011.
  3. V.Pizzigoni, Donato Bramante a Venezia,in "Annali di architettura", n.21, 2009.

Liens externesModifier