Abbaye territoriale du Mont-Cassin

abbaye territoriale

Abbaye du Mont-Cassin
Image de l'Abbaye du Mont-Cassin

Ordre Ordre de Saint-Benoît
Fondation 529
Fondateur Benoît de Nursie
Personnes liées Saint Adalbert de Prague
Site web Site officiel en français
Localisation
Emplacement province de Frosinone
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Coordonnées 41° 29′ 24″ nord, 13° 48′ 50″ est
Géolocalisation sur la carte : Italie
(Voir situation sur carte : Italie)
Abbaye du Mont-Cassin

L'abbaye territoriale du Mont-Cassin (en latin : abbatia territorialis Montis Cassini ; en italien : abbazia territoriale di Montecassino) est une église particulière (ecclesia particularis) de l'Église catholique située comme son nom l'indique, sur le mont Cassin dans la commune de Cassino (Latium) en Italie. Depuis décembre 2014, le site est géré par le Lazio Museum Center. C'est le plus ancien monastère d'Italie avec le monastère de Santa Scolastica. Elle est située à 516 mètres d'altitude.

HistoireModifier

Santa Scolastica est l'un des 12 monastères fondés à Subiaco par Benoît de Nursie. C’est le monastère le plus proche de l’Abbaye de Saint-Clément de Casauria, où vivait Benoît. Ayant été fondé vers l'an 520, le monastère de Santa Scolastica est le plus ancien d'Italie. Il a probablement été constitué à partir de bâtiments appartenant à la villa voisine de Nero.

L’abbaye territoriale du Mont-Cassin a été également fondée par Benoît de Nursie en 529 sur le site d'une ancienne tour et d'un temple dédié à Apollon, situé à 519 mètres d'altitude. Elle est le berceau de l’ordre des Bénédictins. Elle sert de retraite à des souverains et à des pontifes tels que le prince franc Carloman, frère de Pépin le Bref, le roi lombard Ratchis (avec sa famille), et saint Grégoire. Renfermant d’immenses richesses, dont une précieuse bibliothèque (Didier du Mont-Cassin, abbé de 1058 à 1087, fait venir de Byzance des livres enluminés byzantins), cette dernière est en partie placée sous la protection de Rome, avec une galerie de précieux tableaux.

La communauté monastique était autrefois accessible par l'église de San Martino, établie par Saint Benoît dans le temple de l'acropole, au sud-ouest du monastère actuel, dans un coin moins infranchissable. Au sommet de la montagne se trouvait l'oratoire de San Giovanni, établi par Saint Benoît sur le site d'un autel d'Apollon, selon les dires de Grégoire le Grand : dans cet oratoire, Benoît voulait être enterré avec sa sœur Scholastica.

L'abbaye, plusieurs fois menacée lors des invasions et des guerres, est pillée, saccagée et brûlée pour la première fois en 589 par les Lombards du duc païen Zotton de Bénévent. La plupart des moines qui peuvent échapper au massacre se réfugient, avec les restes du saint fondateur, à Rome où le pape Pélage II leur permet de bâtir un monastère près de Saint-Jean de Latran. Quelques moines restent sans doute près des ruines de l'abbaye, mais l'administration de l'ordre demeure à Rome pendant 130 ans. Le martyrologe romain, à la date du , mentionne 80 martyrs mis à mort par les Lombards pour avoir refusé d'adorer une tête de chèvre et manger des chairs consacrées aux dieux germaniques[1],[2].

Après une période de troubles en Italie (liés surtout à l'hégémonie lombarde sur la péninsule), le pape Grégoire II envoie en 717 le moine Petronax afin qu'il organise la reconstruction de l'abbaye (le nouvel abbé sera alors considéré comme étant le « second fondateur du Mont-Cassin »)[3]. L’abbaye est de nouveau en partie détruite par les pirates sarrasins en 883. À la demande du pape Agapet II, l'abbé Aligern entreprendra sa reconstruction à partir des années 950.

Tout au long du Moyen Âge, l'abbaye fut un centre vivant de la culture à travers ses abbés, ses bibliothèques, ses archives, ses écoles d'écriture et de miniaturisme, qui retranscrivaient et conservaient de nombreuses oeuvres de l'antiquité.

En 1349, elle subit le violent séisme qui secoue toute l'Italie et détruit ou endommage gravement tant de monuments antiques ou médiévaux. Le monastère est pratiquement détruit.

Des témoignages historiques ont été recueillis et transmis à l’abbaye du Mont Cassin : des premiers documents précieux en langage vulgaire aux célèbres manuscrits enluminés mentionnés par les Placiti Cassinesi, en passant par les précieuses et très rares incunables.

Le plus illustre des abbés de l’abbaye fut peut-être Desiderio - le futur pape Victor III (inhumé dans l'abbaye elle-même) - qui à la fin du XIe siècle fit reconstruire complètement l'abbaye et orna l'église de précieuses fresques et mosaïques, dont on peut encore voir des créations similaires réalisées par l'abbé lui-même à la basilique Sant'Angelo in Formis.

Grâce au Chronicon Monasterii Casinensis, la chronique médiévale de Léon d'Ostie, nous savons que l'abbé Desiderio a déployé des efforts et des capitaux considérables pour la reconstruction de l'église abbatiale, réalisée en seulement cinq ans de 1066 à 1071. Pour celle-ci, on a utilisé de la pierre provenant de Rome et on a également fait venir des mosaïstes et divers artisans de Constantinople. La plupart des décorations - de l'église et des nouvelles salles du monastère reconstruites par la suite - étaient composées de peintures, pour la plupart perdues et dont nous ne connaissons que quelques sujets, comme les Histoires de l'Ancien et du Nouveau Testament dans l'atrium, dont il est conservé les titres écrits par l'archevêque de Salerne à Alfano.

L'utilisation de mosaïstes byzantins était motivée, comme on peut le lire dans la chronique, par le fait que "pendant plus de cinq cents ans, les maîtres latins avaient négligé la pratique de ces arts et pour l'engagement de cet homme inspiré et aidé par Dieu, ils étaient restitués à vigueur à notre époque «d'ailleurs» pour que leur savoir ne tombe plus dans l'oubli en Italie, cet homme plein de sagesse décida que beaucoup de jeunes gens du monastère étaient avec toute la diligence initiée à ces arts. Cependant, non seulement dans ce domaine, mais aussi pour toutes les œuvres artistiques qui peuvent être faites avec de l'or, de l'argent, du bronze, du fer, du verre, de l'ivoire, du bois, du plâtre ou de la pierre, il a amené les meilleurs artistes sélectionnés par ses moines ».

Détruite par un tremblement de terre en 1349, l’abbaye a été reconstruite à nouveau en 1366.

XVIIe siècleModifier

Au XVIIe siècle, l'abbaye a pris l'apparence typique d'un monument baroque napolitain, grâce également aux décorations picturales de nombreux artistes dont Luca Giordano, Francesco Solimena, Francesco de Mura, Paolo de Matteis et Sebastiano Conca.

Les fresques réalisées par le peintre baroque Luca Giordano, furent terminées à la fin des années 1670. Le peintre espagnol, devenu bénédictin, Juan Andres Ricci y est installé avant 1667, après son séjour à Rome auprès d'Alexandre VII, et continuera à y travailler à la fois en peinture et en écriture. Il y mourra en 1681.

Époque contemporaineModifier

 
L'abbaye de Montecassino après les bombardements de février 1944.
 
Vue du Mont-Cassin en 2010.
 
L’escalier principal.
 
L'abbaye vue du cimetière militaire polonais du Mont Cassin.

Entre 1930 et 1943, le monastère était accessible grâce au téléphérique de Cassino, détruit pendant la Seconde Guerre mondiale[4].

Le , la position stratégique de l'abbaye sur une colline dominant la route allant de Rome à Naples, lui vaut d'être le théâtre d'une bataille meurtrière, durant la deuxième phase de laquelle elle est une dernière fois détruite par un bombardement massif des forces alliées, qui soupçonnait à tort[5] la présence de divisions allemandes. Le bombardement a commencé le matin du 15 février et 142 bombardiers lourds et 114 bombardiers moyens ont rasé l'abbaye. Au cours de cela, de nombreux civils ont été tués qui avaient cherché refuge à l'intérieur du bâtiment, tandis qu'à l'extérieur, plusieurs soldats allemands et même une quarantaine de soldats de la division indienne ont été tués par des bombes[6]. Le soldat Walter M. Miller, futur écrivain, a participé au bombardement et il s'est inspiré de cette expérience pour son œuvre la plus importante, Un cantique pour Leibowitz.

Grâce à l’archiprêtre de l'époque Gregorio Diamare et au colonel Julius Schlegel[7] de la division blindée "Hermann Göring", les archives et les documents bibliographiques les plus précieux ont été sauvegardés. Le bombardement s'est avéré être une erreur tragique dans la tactique militaire. Selon l'historien Herbert Bloch, le bombardement était non seulement une opération inutile d'un point de vue militaire, mais aussi extrêmement nuisible d'un point de vue stratégique : Bloch a affirmé que les décombres après le bombardement, avaient été immédiatement occupés par les Allemands et leur avaient offert un abri précieux, ce qui leur a permis de maintenir cette position pendant longtemps. À partir de là, ils pouvaient viser les troupes alliées, infligeant de lourdes pertes à quiconque tentait de franchir la ligne Gustav[8].

Après la Seconde Guerre mondiale, elle est reconstruite à l'identique de 1948 à 1956, sous la direction de l'ingénieur et architecte Giuseppe Breccia Fratadocchi (1898-1955), suivant le programme de l'abbé reconstructeur Ildefonso Rea (it) : Dove era, come era de (« là, où il était et tel qu'il était »). Giuseppe Breccia Fratadocchi a réalisé une reconstruction de l'intérieur de l'abbaye avec des espaces aveugles et silencieux entre les cadres des voûtes. La fonte des cloches de l'abbaye fut confiée en 1949 à la Fonderie Pontificale de Campane Marinelli d’Agnone.

Le , l'église abbatiale reconstruite est consacrée par le pape Paul VI[9].

Dans les années 1980, une série de fresques a été commandée à Pietro Annigoni par l'abbé Fabio Bernardo D'Onorio. Plusieurs élèves du maître ont participé à la réalisation du cycle pictural, dont Romano Stefanelli, Ben Long et Silvestro Pistolesi. Le pape Benoît XVI s'est rendu au Mont-Cassin le , à l'occasion du 65e anniversaire de la destruction de l'abbaye. Le pontife - qui au moment de son élection sur le trône de Pierre avait également choisi son nom d’après la figure de saint Benoît de Norcia - a prié sur la tombe du saint, en se souvenant de son importance dans la formation culturelle européenne.

Le le pape François change la structure de l'abbaye territoriale en application du motu proprio Catholicæ Ecclesiæ du pape Paul VI. Il transfère ainsi les 53 paroisses relevant jusque-là du territoire de l'abbaye ainsi que le clergé et les séminaristes en relevant, vers le diocèse de Sora-Aquino-Pontecorvo, renommé pour l'occasion en diocèse de Sora-Cassino-Aquino-Pontecorvo. L'abbaye est donc actuellement constituée de l'église abbatiale et de son monastère[10].

Église abbatialeModifier

La majestueuse église abbatiale, entièrement détruite pendant la Seconde Guerre mondiale, a ensuite été entièrement reconstruite et consacrée par le pape Paul VI en 1964.

CloîtresModifier

DiocèseModifier

Abbaye territoriale du Mont-Cassin
(la) Sacrum Archicoenonbium SS. Pater Benedicti Montis Cassini
 
Les armoiries de l’abbatiale de la porte principale.
Pays   Italie
Église Catholique
Rite liturgique Romain
Type de juridiction Abbaye territoriale
Création VIe siècle
Siège Piazza Corte
03043 Cassino
Conférence des évêques Conférence épiscopale italienne
Titulaire actuel Donato Ogliari
Langue(s) liturgique(s) italien
Calendrier grégorien
Site web abbaziamontecassino.org
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Le monastère est une abbaye territoriale immédiatement soumise au Saint-Siège, qui jusqu'en 2014 comprenait également certaines communes entre les provinces de Frosinone et Caserta : Cassino, Cervaro, Castelnuovo Parano, San Giorgio a Liri, Pignataro Interamna, Rocca d'Evandro, San Pietro Infine, San Vittore del Lazio, Sant'Andrea del Garigliano, Sant'Ambrogio sul Garigliano, Sant'Apollinare, Vallemaio, Viticuso, Acquafondata, Vallerotonda, Sant'Elia Fiumerapido, Atina, Belmonte Castello, et Villa Latina. Le , le Pape François, appliquant le motu proprio Catholica Ecclesia du [12], a réduit le territoire de l'abbaye territoriale à l'église abbatiale et au monastère, avec dépendances immédiates. Le reste de l'ancien territoire passa au diocèse de Sora-Aquino-Pontecorvo, qui changea simultanément son nom en celui de Sora-Cassino-Aquino-Pontecorvo[13].

Personnages célèbresModifier

Notes et référencesModifier

(de) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en allemand intitulé « Abtei Montecassino » (voir la liste des auteurs).
  1. (la) Martyrologium Romanum publié en 1749 par Benoît XIV à la date 2 mars (2 Martii).
  2. Charles-Albert Cingria, La Reine Berthe, 1992.
  3. L'Italie par ses timbres - Abbazia di Montecassino, Cassino, Frosinone, Lazio.
  4. « La vecchia funivia di Cassino, 1930-1943, dal progetto alla distruzione, Catalogo della mostra fotografica Centro Documentazione e Studi Cassinati 1-10 febbraio 2008. Scaricabile dal sito »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), 5 marzo 2016.
  5. Ken Ford, Les quatre batailles de Cassino, la percée de la ligne Gustav , Éditions Osprey Publishing, 2009, page 55: "Pour protéger le vénérable bâtiment, les nazis avaient déclaré une" zone neutre "une bande de trois cents mètres autour de lui et n'a ordonné à aucune de leurs troupes d'entrer. Cependant, à mesure que les combats se sont rapprochés, la zone a rétréci, jusqu'à ce que von Senger ait donné l'ordre de construire des postes juste à côté des murs."
  6. Ken Ford, Les quatre batailles de Cassino, La percée de la ligne Gustav , Éditions Osprey Publishing, 2009, page 56: "Le matin du 15 février, 142 bombardiers lourds et 114 bombardiers moyens ont détruit l'ancienne abbaye de Mont-Cassin. Les bombes puissantes sont tombées sur le vénérable bâtiment et l'ont réduit à un tas de gravats. Le bombardement massif a tué un grand nombre de civils qui avaient cherché refuge dans le monastère et encore plus d'Allemands dans les positions sur les collines environnantes, ainsi que quarante hommes de la division indienne dans leurs abris le long du monastère qui n'existait plus, et avec lui toutes les restrictions ont pris fin : maintenant la guerre totale pouvait descendre sur le Mont-Cassin"
  7. « Studi Cassinati »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), febbraio 2018
  8. Mariano Dell'Omo, In Memoriam. Herbert Bloch (1911-2006) historien du moyen-âge cassin , dans «Benedectina. Magazine du centre historique bénédictin italien», 53 (2006), pp. 517-23
  9. Dammertz 1980, p. 8.
  10. (it) Salle de presse du Saint-Siège, « Rinunce e nomine », sur press.vatican.va, (consulté le 23 octobre 2014).
  11. « Domenico Romanelli ».
  12. « Testo »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), 5 aprile 2013 sul sito del Vaticano.
  13. « Bollettino »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), 1 gennaio 2015 della Santa Sede.
  14. Jean-Pierre Torrell, Initiation à saint Thomas d'Aquin, Paris, Le Cerf, 2008.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Mariano Dell'Omo, Montecassino. Un'abbazia nella storia, Montecassino, 1999.
  • Mariano Dell'Omo, Didier et le Mont-Cassin: Benoît et son héritage artistique, sous la direction de Roberto Cassanelli et de Eduardo López-Tello García, Cerf, Paris, 2009, p. 111-120 ; Le Mont-Cassin au Moyen Âge dans le miroir de l’art. Les livres et les monuments (VIIIe et XIIe siècle), ibid., p. 121-138.
  • Abbaye de Montecassino, Genova (Italy), Pubblicazioni Cassinesi, , 71 p.
  • Victor Dammertz, Saint Benoît père de l'Occident : Benoît-Patron de toute l'Europe, t. Titres de Benoît, Anvers, Fonds Mercator, , 477 p.
  • (it) Storia della Letteratura Italiana / diretta da Enrico Malato. La ricerca bibliografica / Le istutuzioni culturali, vol. XIII, t. I Le Biblioteche italiane, Rome-Milan, Salerno-Il Sole 24 ore, , p. 209-216

Article connexeModifier

Liens externesModifier