Ouvrir le menu principal

Luciano Bellosi

historien de l'art italien
Luciano Bellosi
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 74 ans)
FlorenceVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Italien ( - ), Italien ( - )Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Autres informations
A travaillé pour

Luciano Bellosi, né à Florence le et mort le , est un historien de l'art italien, spécialiste de la peinture toscane des Duecento, Trecento et Quattrocento.

Sommaire

BiographieModifier

Élève de Roberto Longhi à l'université de Florence, il y soutient sa thèse sur Lorenzo Monaco en 1963.

Luciano Bellosi a travaillé à la direction des musées de Florence de 1969 à 1979, avant d'enseigner l'histoire de l'art médiéval à l'université de Sienne, jusqu'à son départ en retraite en 2002.

Ses travaux ont porté sur l'art du Duecento, du Trecento et du Quattrocento en Toscane, envisagé dans sa dimension internationale, ce qui l'a amené à écrire également sur l'art gothique tardif italien. Il est ainsi parvenu à distinguer la main d'un peintre intermédiaire intervenu sur Les Très Riches Heures du duc de Berry dans les années 1440, en se basant sur l'usage des ombres et le style des vêtements portés par certains personnages dans le calendrier[1]. Il est reconnu comme un spécialiste de Cimabue, Giotto et Duccio.

Il a édité avec Aldo Rossi les Vite de Giorgio Vasari pour les éditions Einaudi.

BibliographieModifier

Monographies
  • Buffalmacco e il Trionfo della Morte, Turin, Einaudi, 1975 ; réédition, Milan, 2003
  • Le catalogue du Museo dello Spedale degli Innocenti à Florence, Milan, Electa, 1977
  • La pecora di Giotto, Turin, Einaudi, 1985
  • L'oro di siena, Skira, 1996 (ISBN 8-88118-109-6)
  • Cimabue, monographie, avec un apparat critique de Giovanna Ragionieri, Milan, Federico Motta Editore, 1998 ; traduit en français par Anne et Michel Bresson-Lucas, en coédition avec Actes Sud, 1998 (ISBN 2-74271-925-3)
  • Duccio La Maestà, Milan, Electa, 1998 ; traduit en français par Louis Bonalumi, Gallimard, 1999, (ISBN 2-07011-626-3)
  • Come un prato fiorito, studi sull'arte tardogotica, Milan, Jaca Book, 2000
  • Giotto et son héritage[2], traduit de l'italien par le Centre international d'études linguistiques, Paris, Le Figaro, coll. « Les grands maîtres de l'art », n° 20, 2008 - (ISBN 978-2-81050-019-2)
Directions de colloques et catalogues d'expositions
  • Arte in Valdichiana, Cortone, Fortezza del Girifalco, 1970
  • Lorenzo Ghiberti: Materia e ragionamenti, Florence, 1978
  • Sassetta e i pittori toscani tra XIII e XV secolo, Florence, Studio per edizioni scelte, 1986
  • Simone Martini, Atti del convegno, Siena 27, 28, 29 marzo 1985, Florence, 1988
  • Pittura di luce, Giovanni di Francesco e l'arte fiorentina di metà Quattrocento, Milan, Electa, 1990
  • Una scuola per Piero, Florence, 1992
  • Francesco di Giorgio e il Rinascimento a Siena, 1450-1500, Milan, Electa, 1993
  • Masaccio e le origini del Rinascimento, Milan, Skira 2002
  • Capolavori ritrovati in terra di Siena : itinerari d'autunno nei musei senesi, Sienne, Silvana, 2005

Voir aussiModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. « I Limbourg precursori di Van Eyck ? Nuove osservazioni sui « Mesi » di Chantilly », Prospettiva, n° 1, 1975, pp. 24-34
  2. Les peintres étudiés par Luciano Bellosi comme « héritiers » de Giotto sont Filippo Rusuti, Pietro Cavallini, Duccio di Buoninsegna, Giovanni da Rimini, Neri da Rimini, Pietro da Rimini, Simone Martini, Pietro Lorenzetti, Ambrogio Lorenzetti, Matteo Giovannetti, Maso di Banco, Puccio Capanna, Taddeo Gaddi, Giovanni da Milano, Giottino, Giusto de Menabuoi, Altichiero da Zevio, Jacopo Avanzi, Jean Pucelle, les Frères de Limbourg