Adervielle-Pouchergues

commune française du département des Hautes-Pyrénées

Adervielle-Pouchergues
Adervielle-Pouchergues
Le village d'Adervielle.
Blason de Adervielle-Pouchergues
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Hautes-Pyrénées
Arrondissement Bagnères-de-Bigorre
Intercommunalité Communauté de communes Aure Louron
Maire
Mandat
Matthieu Pucel
2020-2026
Code postal 65240
Code commune 65003
Démographie
Gentilé Aderguois
Population
municipale
143 hab. (2019 en augmentation de 19,17 % par rapport à 2013)
Densité 16 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 49′ 09″ nord, 0° 24′ 14″ est
Altitude Min. 921 m
Max. 2 326 m
Superficie 9,14 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Neste, Aure et Louron
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Occitanie
Voir sur la carte administrative de Occitanie
City locator 14.svg
Adervielle-Pouchergues
Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées
Voir sur la carte topographique des Hautes-Pyrénées
City locator 14.svg
Adervielle-Pouchergues
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Adervielle-Pouchergues
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Adervielle-Pouchergues

Adervielle-Pouchergues est une commune française située dans le sud-est du département des Hautes-Pyrénées, en région Occitanie. Sur le plan historique et culturel, la commune est dans le pays d'Aure, constitué de la vallée de la Neste (en aval de Sarrancolin), de la vallée d'Aure (en amont de Sarrancolin) et de la vallée du Louron (confluente à Arreau).

Exposée à un climat de montagne, elle est drainée par la Neste du Louron et par divers autres petits cours d'eau. La commune possède un patrimoine naturel remarquable composé de sept zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique.

Adervielle-Pouchergues est une commune rurale qui compte 143 habitants en 2019, après avoir connu une forte hausse de la population depuis 1968. Ses habitants sont appelés les Aderguois ou Aderguoises.

GéographieModifier

LocalisationModifier

Réprésentations cartographiques de la commune
 
  Mairie
 
Carte OpenStreeMap
 
Carte topographique

La commune d'Adervielle-Pouchergues se trouve dans le département des Hautes-Pyrénées, en région Occitanie[I 1].

Elle se situe à 53 km à vol d'oiseau de Tarbes[1], préfecture du département, à 34 km de Bagnères-de-Bigorre[2], sous-préfecture, et à 32 km de Capvern[3], bureau centralisateur du canton de Neste, Aure et Louron dont dépend la commune depuis 2015 pour les élections départementales[I 1]. La commune fait en outre partie du bassin de vie d'Arreau[I 1].

Les communes les plus proches[Note 1] sont[4] : Armenteule (0,9 km), Estarvielle (0,9 km), Génos (1,1 km), Vielle-Louron (1,6 km), Cazaux-Fréchet-Anéran-Camors (1,8 km), Loudervielle (1,8 km), Mont (2,0 km), Avajan (2,6 km).

Sur le plan historique et culturel, Adervielle-Pouchergues fait partie du pays de la vallée d'Aure ou pays d'Aure, constitué de la vallée de la Neste (en aval de Sarrancolin), de la vallée d'Aure (en amont de Sarrancolin) et de la vallée du Louron (confluente à Arreau)[5].

Adervielle-Pouchergues est limitrophe de sept autres communes, dont Cazaux-Fréchet-Anéran-Camors au nord-est sur moins de 200 mètres.

Communes limitrophes d’Adervielle-Pouchergues[6]
Grailhen Vielle-Louron Cazaux-Fréchet-Anéran-Camors,
Estarvielle
  Loudenvielle
Azet Génos

Paysages et reliefModifier

HydrographieModifier

La commune est dans le bassin versant de la Garonne, au sein du bassin hydrographique Adour-Garonne[7]. Elle est drainée par la Neste du Louron, L'Arrieu, le ruisseau de la Mède, le ruisseau de Playstrou et par divers petits cours d'eau, constituant un réseau hydrographique de 7 km de longueur totale[8],[Carte 1].

La Neste du Louron, d'une longueur totale de 32 km, prend sa source dans la commune de Loudenvielle et s'écoule du sud vers le nord. Il traverse la commune et se jette dans la Neste à Arreau, après avoir traversé 10 communes[9].

ClimatModifier

Le climat d'Adervielle-Pouchergues est atypique de par sa position géographique, au centre des pyrénées.

Selon la classification de Köppen, le climat d'Adervielle-Pouchergues présente des caractéristiques montagnardes, continentales et océaniques. Les variations entre l'hiver et l'été peuvent être extrêmes. Les hivers sont habituellement très froids, avec des records extrêmes à –33 °C, cependant, des températures de 26 °C ont déjà été observées en plein mois de décembre. Les intersaisons (avril/mai, septembre/octobre), varient beaucoup entre le froid et le chaud d'une année à l'autre. L'été est agréable et doux, mais lorsque le vent de Sud souffle, les températures s'élèvent rapidement et deviennent même caniculaires (record à 43 °C).

Tableau climatologique d'Adervielle-Pouchergues (période : 1981-2010).
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −3 −2,5 −1 1 4,5 8 10 9 7,5 5 0,5 −1,5 3,5
Température moyenne (°C) 0,5 1 4 6 9,5 13,5 16 15 12,5 9 3,5 1,5 7,7
Température maximale moyenne (°C) 4 4,5 9 11 14,5 19 22 21 17,5 13 6,5 4,5 12
Record de froid (°C) −27 −33 −18 −12 −5 −0,5 1,5 1 −1,5 −8,5 −13 −17 −33
Record de chaleur (°C) 18 20 26 28 35 38 43 42 34 31 28 26 43
Ensoleillement (h) 45 60 96 143 191 227 252 232 186 144 84 61 1 721
Précipitations (mm) 109 75 99 150 162 130 113 111 124 143 148 120 1 484
dont neige (cm) 45 32 20 2 0 0 0 0 0 3 28 50 180
Source : Météo France (en °C et mm, moyennes mensuelles 1981/2010 et records depuis 1970)[10]
Diagramme climatique
JFMAMJJASOND
 
 
 
4
−3
109
 
 
 
4,5
−2,5
75
 
 
 
9
−1
99
 
 
 
11
1
150
 
 
 
14,5
4,5
162
 
 
 
19
8
130
 
 
 
22
10
113
 
 
 
21
9
111
 
 
 
17,5
7,5
124
 
 
 
13
5
143
 
 
 
6,5
0,5
148
 
 
 
4,5
−1,5
120
Moyennes : • Temp. maxi et mini °C • Précipitation mm

Milieux naturels et biodiversitéModifier

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristiqueModifier

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire. Quatre ZNIEFF de type 1[Note 2] sont recensées sur la commune[11],

  • le « bassin versant du Haut-Louron » (6 872 ha), couvrant 8 communes dont deux dans la Haute-Garonne et six dans les Hautes-Pyrénées[12] ;
  • la « Haute vallée d'Aure en rive droite, de Barroude au Col d´Azet » (16 972 ha), couvrant 10 communes du département[13] ;
  • « la Neste du Louron et ses affluents » (145 ha), couvrant 15 communes du département[14] ;
  • le « massif entre les Nestes d’Aure et du Louron » (2 749 ha), couvrant 16 communes du département[15] ;

et trois ZNIEFF de type 2[Note 3],[11],

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Adervielle-Pouchergues est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 4],[19],[I 2],[20]. La commune est en outre hors attraction des villes[I 3],[I 4].

Occupation des solsModifier

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (88,8 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (88,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (61,7 %), forêts (27,1 %), prairies (8,4 %), zones urbanisées (2,8 %)[21].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 2].

Voies de communication et transportsModifier

Cette commune est desservie par la route départementale D 25.

ToponymieModifier

 
Extrait de la carte de Cassini (entre 1756 et 1789) situant Adervielle-Pouchergues au nord-ouest de Loudenvielle.
 
Vue en été.

On trouvera les principales informations dans le Dictionnaire toponymique des communes des Hautes-Pyrénées de Michel Grosclaude et Jean-François Le Nail[22] qui rapporte les dénominations historiques des villages :

AdervielleModifier

Dénominations historiques :

Étymologie : nom de personnage gascon d'origine probablement germanique Ader et gascon vièla (= ville).

Nom occitan : Adervièla.

PoucherguesModifier

Dénominations historiques :

Étymologie : du gascon porcinglas (latin porcilia) = lieux où on élève les porcs.

Nom occitan : Pochergues.

HistoireModifier

Les communes d'Adervielle et de Pouchergues fusionnent en 1988 sous le nom d'Adervielle-Pouchergues[I 5], Pouchergues conservant le statut de commune associée.

Politique et administrationModifier

Tendances politiques et résultatsModifier

Liste des mairesModifier

 
La mairie en 2019.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
mars 2001 mars 2014 Jean-Bernard Bielsa SE  
mars 2014 en cours Matthieu Pucel SE professeur

Rattachements administratifs et électorauxModifier

Historique administratifModifier

IntercommunalitéModifier

Adervielle-Pouchergues fait partie de la communauté de communes Aure Louron, créée au , qui réunit 47 communes.

Services publicsModifier

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

Évolution démographiqueModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[26]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[27].

En 2019, la commune comptait 143 habitants[Note 5], en augmentation de 19,17 % par rapport à 2013 (Hautes-Pyrénées : +0,31 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
179147160171182183190191196
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
189180182175208196173170147
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1431461301191251151058872
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
83689371878096100120
2018 2019 - - - - - - -
136143-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[28] puis Insee à partir de 2006[29].)
Histogramme de l'évolution démographique

EnseignementModifier

 
L'ancienne école en 2019.

La commune dépend de l'académie de Toulouse. Elle ne dispose plus d'école en 2019[30].

ÉconomieModifier

EmploiModifier

Taux de chômage
Division 2008 2013 2018
Commune[I 6] 1,4 % 5,8 % 7 %
Département[I 7] 7,7 % 9,4 % 9,8 %
France entière[I 8] 8,3 % 10 % 10 %

En 2018, la population âgée de 15 à 64 ans s'élève à 86 personnes, parmi lesquelles on compte 79,1 % d'actifs (72,1 % ayant un emploi et 7 % de chômeurs) et 20,9 % d'inactifs[Note 6],[I 6]. Depuis 2008, le taux de chômage communal (au sens du recensement) des 15-64 ans est inférieur à celui de la France et du département.

La commune est hors attraction des villes[Carte 3],[I 9]. Elle compte 25 emplois en 2018, contre 42 en 2013 et 44 en 2008. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la commune est de 62, soit un indicateur de concentration d'emploi de 40,5 % et un taux d'activité parmi les 15 ans ou plus de 64,2 %[I 10].

Sur ces 62 actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi, 12 travaillent dans la commune, soit 19 % des habitants[I 11]. Pour se rendre au travail, 93,5 % des habitants utilisent un véhicule personnel ou de fonction à quatre roues, 4,8 % s'y rendent en deux-roues, à vélo ou à pied et 1,6 % n'ont pas besoin de transport (travail au domicile)[I 12].

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

 
Le monument aux morts municipal.

Personnalités liées à la communeModifier

HéraldiqueModifier

  Blasonnement :
D'argent au mont de sinople sommé d'une épitaphe de sable chargée d'une croix latine du champ, au chef cousu d'or chargé de trois pals de gueules[34].

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

Notes et cartesModifier

  • Notes
  1. Les distances sont mesurées entre chefs-lieux de communes à vol d'oiseau.
  2. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  3. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  4. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  6. Les inactifs regroupent, au sens de l'Insee, les élèves, les étudiants, les stagiaires non rémunérés, les pré-retraités, les retraités et les autres inactifs.
  • Cartes
  1. « Carte hydrographique d'Adervielle-Pouchergues » sur Géoportail (consulté le 3 novembre 2021).
  2. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  3. Agence nationale de la cohésion des territoires, « Carte de la commune dans le zonage des aires d'attraction de villes. », sur l'observatoire des territoires (consulté le ).

RéférencesModifier

Site de l'InseeModifier

  1. a b et c « Métadonnées de la commune d'Adervielle-Pouchergues » (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition » (consulté le ).
  3. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », (consulté le ).
  4. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », (consulté le ).
  5. Code officiel géographique d'Adervielle-Pouchergues sur le site de l'Insee, consulté le 9 novembre 2014.
  6. a et b « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 à Adervielle-Pouchergues » (consulté le ).
  7. « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 dans les Hautes-Pyrénées » (consulté le ).
  8. « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 dans la France entière » (consulté le ).
  9. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur site de l'Insee (consulté le ).
  10. « Emp T5 - Emploi et activité en 2018 à Adervielle-Pouchergues » (consulté le ).
  11. « ACT T4 - Lieu de travail des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi qui résident dans la commune en 2018 » (consulté le ).
  12. « ACT G2 - Part des moyens de transport utilisés pour se rendre au travail en 2018 » (consulté le ).

Autres sourcesModifier

  1. Stephan Georg, « Distance entre Adervielle-Pouchergues et Tarbes », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  2. Stephan Georg, « Distance entre Adervielle-Pouchergues et Bagnères-de-Bigorre », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  3. Stephan Georg, « Distance entre Adervielle-Pouchergues et Capvern », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  4. « Communes les plus proches d'Adervielle-Pouchergues », sur www.villorama.com (consulté le ).
  5. Frédéric Zégierman, Le guide des pays de France - Sud, Paris, Fayard, (ISBN 2-213-59961-0), p. 281-282.
  6. Carte IGN sous Géoportail
  7. « Le réseau hydrographique du bassin Adour-Garonne. » [PDF], sur draaf.occitanie.agriculture.gouv.fr (consulté le )
  8. « Fiche communale d'Adervielle-Pouchergues », sur le système d'information pour la gestion des eaux souterraines en Occitanie (consulté le )
  9. Sandre, « la Neste du Louron »
  10. « Données climatiques de la station de Génos », sur www.meteofrance.com, Météo-France.
  11. a et b « Liste des ZNIEFF de la commune d'Adervielle-Pouchergues », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  12. « ZNIEFF le « bassin versant du Haut-Louron » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  13. « ZNIEFF la « Haute vallée d´Aure en rive droite, de Barroude au Col d´Azet » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  14. « ZNIEFF « la Neste du Louron et ses affluents » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  15. « ZNIEFF le « massif entre les Nestes d'Aure et du Louron » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  16. « ZNIEFF les « Garonne amont, Pique et Neste » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  17. « ZNIEFF la « Haute vallée d'Aure » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  18. « ZNIEFF la « vallée du Louron » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  19. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  20. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  21. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  22. Michel Grosclaude et Jean-Francois Le Nail, intégrant les travaux de Jacques Boisgontier, Dictionnaire toponymique des communes des Hautes-Pyrénées, Tarbes, Conseil Général des Hautes-Pyrénées, , 348 p. (ISBN 2-9514810-1-2, BNF 37213307)..
  23. Ministère de l'Intérieur - Hautes-Pyrénées (Aquitaine), « Résultats de l'élection présidentielle de 2012 à Adervielle-Pouchergues » (consulté le ).
  24. Ministère de l'Intérieur - Hautes-Pyrénées (Nouvelle-Aquitaine), « Résultats de l'élection présidentielle de 2017 à Adervielle-Pouchergues » (consulté le ).
  25. « Liste des juridictions compétentes pour Adervielle-Pouchergues », sur le site du ministère de la Justice (consulté le )
  26. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  27. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  28. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  29. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  30. « Annuaire : Résultats de recherche », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le ).
  31. Notice no IA65000008, base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 8 juin 2010.
  32. Notice no IA65000037, base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 8 juin 2010.
  33. Notice no IA65000047, base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 8 juin 2010.
  34. Banque du Blason