Belo Horizonte

plus grande ville de l'État brésilien du Minas Gerais dont elle est la capitale

Belo Horizonte
Surnom : Cidade-jardim
(Ville-jardin)
Blason de Belo Horizonte
Héraldique
Drapeau de Belo Horizonte
Drapeau
Belo Horizonte
Administration
Pays Drapeau du Brésil Brésil
Région Sud-Est
État Minas Gerais Minas Gerais
Maire Alexandre Kalil
Code postal 30000-000
Fuseau horaire UTC-3
Indicatif 031
Démographie
Gentilé belo-horizontino
Population 2 375 444 hab.[1] (2010)
Densité 7 168 hab./km2
Géographie
Coordonnées 19° 49′ 01″ sud, 43° 57′ 21″ ouest
Altitude 858 m
Superficie 33 140,1 ha = 331,401 km2
Divers
Date de fondation
Localisation
Localisation de Belo Horizonte
Localisation de Belo Horizonte sur une carte
Géolocalisation sur la carte : Brésil
Voir sur la carte administrative du Brésil
City locator 14.svg
Belo Horizonte
Géolocalisation sur la carte : Brésil
Voir sur la carte topographique du Brésil
City locator 14.svg
Belo Horizonte
Liens
Site web http://portalpbh.pbh.gov.br/

Belo Horizonte (prononciation portugaise du Brésil : [ˈbɛlu oɾiˈzõtʃi]) est la plus grande ville et la capitale de l'État de Minas Gerais. Conçue en 1894 par les architectes Aarão Reis et Francisco Bicalho, elle fut inaugurée en 1897[2]. Le nom de la ville est souvent abrégé en BH par les Brésiliens.

En 2018, Belo Horizonte a rejoint le mouvement Fab City, suivant l'appel lancé par le maire de Barcelone, Xavier Trias, à ce que toutes les villes du monde deviennent autosuffisantes pour 2054[3].

TopographieModifier

 
Image satellite de Belo Horizonte.

La superficie de la commune est de 331,4 km2. L'altitude au centre de la ville est de 852 mètres, variant de 650 mètres à 1 538 mètres, la plus grande partie de la commune se situant entre 750 mètres et 1 000 mètres.

DémographieModifier

La ville comptait 2 375 444 habitants dans ses limites municipales selon le recensement de 2010, et 2 502 557 suivant l'estimation de population faite en 2015 par l'Institut Brésilien de Géographie et de Statistique. Sa région métropolitaine comptait 6 000 000 habitants en 2019, ce qui en fait la troisième agglomération la plus peuplée du Brésil après São Paulo (21 700 000 h.) et Rio de Janeiro (12 800 000 h.)[4].

Selon le recensement de 2010 de l'IBGE (Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística), la composition raciale de Belo Horizonte était la suivante: 46,7% des habitants se déclaraient blancs (Brancos), 41,9% métis (Pardos), 10,2% noirs (Pretos), 1,1% asiatiques (Amarelos) et 0,1% amérindiens (Indigénas). La population de la ville se répartit entre 53,1% de femmes et 46,9% d'hommes.

Au cours du XVIIIe siècles, de nombreux émigrants du Portugal (surtout du nord du pays) se sont établis au Minas Gerais, attirés par les riches gisements d'or et de pierres précieuses. Par la suite, une importante communauté italienne s'est établie dans la région et, aujourd'hui, près de 30% des habitants de la ville ont, à des degrés divers, une origine italienne. Les personnes d'origine allemande, syro-libanaise ou espagnole sont également très nombreux.

ReligionModifier

Religion Pourcentage Nombre
Catholiques 59,87% 1 422 084
Protestants 25,06% 595 244
Sans religion ou athées 8,02% 190 414
Spiritistes 4,07% 96 639

Source: IBGE 2010.

ClimatModifier

Relevés climatiques de la ville
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 18,8 19 18,8 17,3 15 13,4 13,1 14,4 16,2 17,5 18,2 18,4 16,67
Température moyenne (°C) 23,5 23,9 23,7 22,4 20,5 19,2 18,9 20,5 21,7 22,6 22,9 22,9 21,89
Température maximale moyenne (°C) 28,2 28,8 28,6 27,5 26 25 24,6 26,5 27,2 27,7 27,5 27,3 27,08
Précipitations (mm) 296,3 188,4 163,5 61,2 27,8 14,1 15,7 13,7 40,5 123,1 227,6 319,4 1 491,3
Source : World Meteorological Organization
Diagramme climatique
JFMAMJJASOND
 
 
 
28,2
18,8
296,3
 
 
 
28,8
19
188,4
 
 
 
28,6
18,8
163,5
 
 
 
27,5
17,3
61,2
 
 
 
26
15
27,8
 
 
 
25
13,4
14,1
 
 
 
24,6
13,1
15,7
 
 
 
26,5
14,4
13,7
 
 
 
27,2
16,2
40,5
 
 
 
27,7
17,5
123,1
 
 
 
27,5
18,2
227,6
 
 
 
27,3
18,4
319,4
Moyennes : • Temp. maxi et mini °C • Précipitation mm

Le climat à Belo Horizonte est de type tropical de savane, avec deux saisons principales[5] :

- une saison sèche (période allant de mai à septembre), avec des températures pouvant baisser jusqu'à 8 ou 10 degrés durant la nuit ;

- une saison humide, marquée par de fortes pluies et une température moyenne de 21,9 °C[6], entre les mois d'octobre et avril. Lors des épisodes les plus chauds, la température peut monter à 35, voire 37 degrés (record de températures de 37,4 °C, enregistré le 22 octobre 2015[7]).

Le total des précipitations annuelles s'élève lui à environ 1 500 millimètres.

HistoireModifier

Le site actuel de la ville fut occupé en 1701 par João Leite da Silva Ortiz, un bandeirante, qui y construisit une fazenda. Par la suite, d'autres nouveaux-venus s'implantèrent dans la région, qui dépendait alors de la ville de Sabara. Sous le nom de Curral del Rei, le noyau urbain, comptait déjà 1339 habitants en 1823. La ville fut, avec quatre autres, choisie dans les années 1890 pour être le site où serait bâtie la nouvelle capitale de l'Etat de Minas Gerais.

Belo Horizonte fut planifiée en 1894 pour être la nouvelle capitale de l'État de Minas Gerais par les architectes Aarão Reis et Francisco Bicalho[2]. Elle fut inaugurée en 1897.

Peuplée seulement de 13 500 habitants en 1900 et de 211 000 habitants en 1940, la ville abritait 2 512 000 habitants en 2019[8]. Il s’agit donc du type même d’une ville-champignon, qui reflète le développement économique de la région dont elle est la capitale. Par la volonté de ses planificateurs, le site fut choisi au cœur de la zone d'extraction du minerai de fer du plateau du Brésil. Ceci favorisa l’essor rapide de ses activités industrielles et tertiaires, de même que son rôle de centre régional. Dès le XVIIIe siècle, le Minas Gerais connut une première phase de croissance avec la découverte de riches gisements aurifères ; sa capitale était alors Ouro Prêto qui, devenue trop exiguë et trop ancienne, fut donc remplacée à la fin du XIXe siècle par Belo Horizonte[9].  

Belo Horizonte continue à s'organiser de façon très géométrique : dès sa création, elle avait en effet été conçue selon un plan hippodamien, avec de grandes avenues rectilignes et parallèles coupées par des rues à angle droit. Le centre a été réorganisé, avec un ensemble d'avenues et de rues disposées comme les rayons d'une immense roue. La croissance de l'espace urbain, au-delà de la ville planifiée, s'est faite par grands lotissements : l'organisation actuelle de la ville est caractérisée par une juxtaposition d'unités urbaines[2]. Centre industriel et tertiaire important, Belo Horizonte est une ville tentaculaire où les favelas s'étendent en périphérie.

CultureModifier

Chaque année, divers festivals (musique, films, théâtre et danse) se tiennent dans la ville, de même que plusieurs autres manifestations artistiques et culturelles de niveau national ou international.

De nombreux talents sont issus de la scène musicale de Belo Horizonte. Ainsi par exemple, Milton Nascimento, un célèbre auteur-compositeur carioca de MPB et de Latin jazz s’est installé en 1963 dans la ville pour commencer sa carrière. Le jazzman Toninho Horta, qui a longtemps travaillé avec Nascimento, est originaire de la ville.

Dans les années 80 et 90, la ville est devenue la capitale du heavy metal brésilien, grâce à un groupe local, Sepultura, qui fit ensuite une carrière internationale. Belo Horizonte est également une scène de la musique classique, avec l’orchestre philharmonique de Minas Gerais, qui se produit régulièrement à l’auditorium Sala Minas Gerais.

La vaste programmation musicale, chorégraphique et théâtrale du SESC Palladium, du Palácio das Artes et de nombreux centres culturels soulignent l’importance au quotidien de la culture à Belo Horizonte. Au centre-ville, se trouve le Circuito Cultural Praça da Liberdade — cet ancien bâtiment gouvernemental abrite aujourd'hui le Memorial Minas Gerais Vale (un musée consacré à l’art, la culture et l’histoire mineiro) et le Centro de Arte Popular Mineira. Egalement proche de la Praça da Liberdade, les férus d’architecture peuvent apprécier l’immeuble Niemeyer, du nom de son concepteur, le grand architecte brésilien Oscar Niemeyer.

ÉconomieModifier

La ville a diversifié ses industries ; outre ses ressources minières propres, elle dispose d'importantes sources d'énergie (hydro-électricité notamment), d'une raffinerie de pétrole et de nombreuses industries (sidérurgie, métallurgie, constructions mécaniques, pétrochimie, plastique, agro-alimentaire). L'industrie est également très développée dans son agglomération, notamment à Contagem, Santa Luzia et Betim (raffinage de pétrole, industrie automobile).

TransportsModifier

Compte tenu de la population de l'agglomération, le réseau de transports en commun apparaît vite sous-dimensionné[10]. En 2019, si plusieurs projets sont en cours d'élaboration, celui-ci ne compte en effet qu'une seule ligne de métro et le réseau de bus à haut niveau de services Move est limité à quelques lignes[10]. De ce fait, Belo Horizonte est caractéristique de ce que peut être une métropole du « tout voiture » et un parfait contre-exemple en matière de mobilités douces et de transition environnementale.

SportsModifier

Le football est une religion pour la plupart des Brésiliens et Belo Horizonte ne fait pas exception. L’Independência Stadium et le Governador Magalhães Pinto Stadium (ou Mineirão, comme l’appellent les locaux) ont accueilli la Coupe du monde en 1950 et 2014. Ce stade chargé d'histoire a notamment accueilli la demi-finale de la coupe du monde 2014 entre le Brésil, alors pays hôte, et l'Allemagne, future championne du monde, dans laquelle la seleçao a essuyé la plus grosse défaite de son histoire sur un score inédit en coupe du monde pour le Bresil : 7-1. Du côté des clubs locaux, Belo Horizonte rassemble deux équipes de football de dimension nationale, Cruzeiro et l'Atlético Mineiro, cette dernière étant la plus ancienne de la ville. Évoluant dans le même championnat, les deux clubs s'affrontent à plusieurs reprises chaque année.

TélécommunicationsModifier

Le préfixe téléphonique (DDD) de Belo Horizonte est le 31[11] et celui du Brésil le 55. Il faut donc composer le 00 55 31 pour appeler vers Belo Horizonte à partir de l'étranger[12].

NaissancesModifier

JumelagesModifier

Notes et référencesModifier

  1. IBGE
  2. a b et c (pt) « Belo Horizonte: a perfeita junção do espaço urbano e da cidade jardim em Minas Gerais », sur belohorizonte.mg.gov.br (consulté le 13 septembre 2019)
  3. « Fab City Global Initiative », sur fab.city (consulté le 28 février 2020)
  4. (pt) IBGE, « IBGE divulga as estimativas da população dos municípios para 2019 », sur ibge.gov.br., (consulté le 13 septembre 2019)
  5. http://portalpbh.pbh.gov.br/pbh/ecp/comunidade.do?evento=portlet&pIdPlc=ecpTaxonomiaMenuPortal&app=estatisticas&tax=14928&lang=pt_BR&pg=5922&taxp=0&
  6. http://noticias.r7.com/cidades/noticias/belo-horizonte-esta-mais-quente-e-mais-seca-diz-ufmg-20100919.html
  7. http://meteorologiaeclima.blogspot.com.br/2010/10/maior-e-menor-temperatura-registrada-em.html
  8. (pt) « População nos Censos Demográficos, segundo os municípios das capitais », sur ibge.gov.br (consulté le 13 septembre 2019)
  9. (pt) Luiz Carlos Villalta, Maria Efigênia Lage de Resende, História de Minas Gerais: A Província de Minas, Companhia do Tempo, , pp 384 p. (ISBN 9788582171394)
  10. a et b Eugênia Viana Cerqueira, « Se déplacer dans une métropole presque dépourvue de transports en commun. L'exemple de Belo Horizonte », Géoconfluences,
  11. (pt) « DDD 31 Minas Gerais (MG) Belo Horizonte », Códigos DDD (consulté le 12 aout 2016)
  12. (pt) « DDD 31 Belo Horizonte e DDI 55 Brasil », Códigos DDD (consulté le 12 aout 2016)

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

TourismeModifier