École spéciale des travaux publics, du bâtiment et de l'industrie

école d'ingénieurs française
ESTP
Capture ESTP.png
Image dans Infobox.
Histoire
Fondation
Statut
Type
École d'ingénieurs (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Forme juridique
Association déclarée (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fondateur
Président
Hervé Le Bouc (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Directeur
Joël Cuny
Membre de
Site web
Chiffres-clés
Étudiants
2 429 ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Enseignants
90 professeurs permanents et 700 intervenants professionnels
Budget
21 257 548 euros ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation
Pays
Ville

L'ESTP Paris (École spéciale des travaux publics, du bâtiment et de l'industrie) est l'une des 204 écoles d'ingénieurs françaises accréditées au à délivrer un diplôme d'ingénieur[1].

Elle est membre associé de la ComUE Université Paris-Est et de l'université de Reims Champagne-Ardenne, et dispose du statut d'EESPIG par décret du [2].

IntroductionModifier

L'ESTP Paris est une école privée associative.

La durée de la scolarité ingénieur est de trois ans après le cursus de classes préparatoires aux grandes écoles ou par admission sur titre. L'école compte 45 000 anciens élèves, dont 28 000 en activité, 2 700 élèves en formation initiale (dont 30 % de femmes) et 1000 stagiaires en formation continue[2].

Le campus de Cachan, érigé en 1905 pour accueillir les laboratoires, est le principal site de l'école depuis la rentrée 2011 à accueillir les élèves en formation d'ingénieur, de techniciens spécialisés « conducteurs de travaux » et d'étudiants en licence professionnelle ou master spécialisé.

Un campus implanté à Troyes a ouvert ses portes à la rentrée 2017 et accueille depuis la rentrée de septembre 2021 350 élèves supplémentaires. Un campus implanté à Dijon a également ouvert ses portes depuis 2019[3],[4].

Elle est membre de la Conférence des grandes écoles (CGE), de l'Union des grandes écoles indépendantes (UGEI), de la conférence des directeurs des écoles françaises d'ingénieurs (CDEFI), du G16+ ainsi que du pôle universitaire Paris-Est.

HistoriqueModifier

Né à Tulle dans un milieu modeste, Léon Eyrolles est reçu en 1882 conducteur des ponts et chaussées. Tout en exerçant ses fonctions dans l’administration, il aide quelques collègues à préparer le concours de conducteur des Ponts et chaussées. L’École nationale des ponts et chaussées est à cette époque pratiquement le seul établissement d’enseignement supérieur dans le domaine des travaux publics alors que l’époque est aux grands travaux sollicités par la révolution technique (avènement de l'électricité, du téléphone, naissance de l’architecture métallique, du béton armé, etc.). C'est une époque de fondation d'écoles supérieures, l'École centrale d'architecture est fondée en 1865, reconnue d'utilité publique en 1869.

En 1891, Léon Eyrolles crée un cours par correspondance dénommé "l'École chez soi", tandis qu'à Marseille s'ouvre cette année là l'École d'ingénieurs de Marseille qui formera les ingénieurs de l'empire colonial. En 1898, il se consacre exclusivement à l'enseignement et installe les classes et bureaux de l’École au Quartier latin, elle est alors connue comme l'École Eyrolles. Peu à peu, avec le soutien des pouvoirs publics et de la profession, il crée une annexe à Cachan pour y installer les applications pratiques. Le développement de l'École spéciale des travaux publics, du bâtiment et de l'industrie ne fait que commencer.

Parallèlement au développement de l'école, Léon Eyrolles ouvre en 1925 la Librairie de l'enseignement technique, qui deviendra une maison d'édition, le groupe Eyrolles.

Elle est reconnue par l'État pour ses missions d'intérêt général depuis 1921.

Historiquement, le bureau des élèves s'appelle BLOC depuis la Seconde Guerre Mondiale. En effet, sous l'impulsion de Henri Ducassou en 1943, les étudiants de l'ESTP ont rejoint les groupes de résistance et ont fait "BLOC" face à l'occupant. L'ESTP s'illustre alors par son engagement, ce qui lui vaudra d'être citée en 1954 à l'Ordre de l'armée avec attribution de la Croix de guerre 1939-1945, remise le .

En 1999, l'ESTP est rattachée à l'École nationale supérieure d'arts et métiers (ENSAM) au titre de l'article 718-16 du code de l'éducation.

Elle bénéficie du statut d'établissement d'enseignement supérieur privé d'intérêt général par arrêté du [5]

À compter de la rentrée 2019, un nouveau site à Dijon s'ajoute aux sites existants de Cachan et de Troyes[2]. L'ESTP s'implante provisoirement dans des locaux mis à disposition par Dijon Métropole, en attendant la construction d'un bâtiment définitif[6].

Anciennes formationsModifier

À sa fondation, les prémisses de l'école présentaient une forme différente.

En 1900, les cours techniques supérieurs préfigurent trois spécialités actuelles: Travaux Publics (trois ans), Bâtiment (deux ans) et Électricité (deux ans). Les cours techniques élémentaires ont pour but de préparer aux cours techniques supérieurs ou de préparer aux concours de conducteurs de travaux. La section administrative, d'un ou deux ans, prépare aux concours administratifs des Ponts et Chaussées, de la Ville de Paris ou des chemins de fer[7].

Entre les deux guerres, à côté des quatre écoles alors en deux ans (TP, B, ME et IG) se trouvent des cours préparatoires d'un maximum de trois ans (TS1, 2 et 3, celle-ci divisée en sections B, TP, ME et C), avec des concours à tous les niveaux pour l'accès aux quatre écoles, et une formation aux concours administratifs en deux ans (SA1 et SA2). D'autres formations en deux ans s'adressent au personnel des chemins de fer (PLM, CFE, CFV...)[8].

Après 1958, l'école inclut des formations continues. La promotion ouvrière technique (agréée en 1943 par le syndicat des producteurs et distributeurs d'énergie électrique) et la promotion ouvrière administrative (agréée en 1947 et au quart féminisée) est ouverte à des agents ayant trois ans d'ancienneté qui s'engagent à travailler encore 5 ans[9]. En 1963, sur une centaine d'élèves des deux formations, 8 % des agents ont les deux parties du baccalauréats, 8 % en ont une seule partie, le reste sans diplôme[10]. Cette formation comprend une première année technique ou administrative, puis une seconde année spécialisée (gaz ou électricité, administrative ou commerciale). Ces formations disparaissent dans les années 1970.

Formations proposéesModifier

L'ESTP Paris est reconnue dans le monde du bâtiment et travaux publics (BTP) et dans celui de l'industrie comme étant une école à la fois généraliste et professionnalisante[réf. nécessaire]. L'école est administrée par les entreprises elles-mêmes.

IngénieursModifier

L'ESTP Paris est une école de référence dans la formation d'ingénieurs dans le secteur du BTP en France[réf. nécessaire]. Les étudiants ont le choix entre cinq spécialités post-concours CPGE et une par l'apprentissage après un bac+2.

D'après la CTI, les caractéristiques des formations sont les suivantes en 2018[11] :

Intitulé de la spécialité du diplôme d'ingénieur Type Accréditation Label
Bâtiment (B) (Cachan, Troyes) Formation initiale sous statut d'étudiant Maximale EUR-ACE
Topographie (T) (Cachan)
Travaux publics (TP) (Cachan, Dijon)
Génie mécanique et électrique (GME) (Cachan)
Énergétique de la construction (GECD) (Cachan) Formation initiale sous statut d'apprenti

L'école recrute principalement via le Concours Commun Centrale-Supélec et le concours de la Banque PT après deux années de classes préparatoires aux grandes écoles pour 95 % des effectifs. Des admis sur titre (admis directement en première année de cycle ingénieur avec une formation en DUT, IUP de génie civil ou autre) intègrent également cette école (5 %). L'école délivre environ 800 diplômes par an.

Le titre d'ingénieur diplômé de l'ESTP Paris, banalisé sous le nom d'Ingénieur E.T.P., est reconnu par la commission des titres d'ingénieur. De plus l'ESTP Paris signe un « plan quinquennal» avec l'État[12].

Les élèves doivent s'acquitter durant chacune de leurs années de formation de frais de scolarité qui sont de l'ordre de 9 000 /an pour la formation ingénieur ou ingénieur architecte, et un peu moins élevées pour la licence professionnelle et la formation conducteur de travaux. Cependant, chaque année un tiers environ des étudiants bénéficie d'une aide financière sous forme de bourse.

Certains des élèves ingénieurs suivent un cursus bi-diplôme. Le plus connu de ces double diplôme est celui d'ingénieur-architecte délivré avec l'ENSAPLV et l'ESA[2].

D'autres doubles diplômes existent avec une dizaine d'établissements français tels que l'ENSAM, des Masters, l'École Nationale Supérieure du pétrole et des moteurs, l'EDHEC ou l'EM Lyon.

En outre, des doubles diplômes sont conférés avec une quinzaine d'universités étrangères telles que TU Dresden, MIT, UCLA, UC Berkeley, University of Melbourne, Tongji University, University of Birmingham, etc.

L'ESTP Paris a en outre des partenariats avec 80 universités sur les cinq continents.

Les élèves de 3e année peuvent choisir entre une quinzaine d'options de spécialisation.

Techniciens spécialisés conducteur de travauxModifier

L'ESTP Paris forme des techniciens spécialités conducteurs de travaux, appelés communément dans la profession « conducteurs de travaux Eyrolles », dans deux spécialités : bâtiment et travaux publics.

Cette formation est dispensée sous deux statuts :

  • en formation initiale (CB et CTP) ;
  • en formation par l'apprentissage (CAB et CATP).

Le recrutement se fait principalement après le baccalauréat scientifique ou le STI2D. Les diplômes de technicien spécialisé conducteur des travaux publics et conducteur des travaux du bâtiment sont homologués par l'État au niveau III (bac +2). La majorité des élèves poursuivent leurs études en écoles d'ingénieurs ou en licence.

Ce diplôme peut également se préparer par alternance, dans le cadre d'un contrat d'apprentissage de deux ans rémunéré par les entreprises.

Licences professionnellesModifier

L'ESTP organise deux licences professionnelles :

  • Management et conduite de travaux (en formation initiale ou par l'apprentissage) en partenariat avec le CNAM,
  • Topographie, Voirie et Réseaux Divers » avec l'Université de Créteil (UPEC).

Il s'agit de formations en un an après un bac + 2 (homologué au niveau II par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

Ces licences professionnelles ont pour objectif de renforcer les formations bac+2 en organisation et gestion de travaux, management des ressources humaines, sécurité, qualité et environnement pour la licence en management et conduite de travaux (LM), et de maîtriser des nouveaux codes de calcul européens (eurocodes) et des logiciels professionnels de CAO ou de calcul de structures pour celle de projeteur calculateur BTP (LP).

Le Bachelor « Manager de Projet Immobilier » est proposé par l’ESTP Paris depuis la rentrée 2018. Il forme des professionnels de la construction au métier de gestion technique d’opérations immobilières. 

Mastères spécialisésModifier

Plusieurs formations de mastère spécialisé accrédités par la Conférence des Grandes Écoles (CGE) sont proposés par l'ESTP Paris : Management des entreprises de construction, Expertise de la construction et de l'habitat durables (avec les Arts et Métiers ParisTech), Maîtrise d'ouvrage et gestion immobilière, Management de l’Immobilier et des Services, Management et techniques en entreprise générale, conception intégrée et cycle de vie du bâtiment (avec l'école des ponts et chaussées).

Activités de RechercheModifier

Une cinquantaine d'enseignants-chercheurs et de doctorants mènent des projets de recherche industrielle.

L'ESTP dispose par ailleurs de deux chaires d'enseignement-recherche en Génie Civil Nucléaire (GCN) et en ingénierie des Bétons (IdB).

Institut de recherche en Constructibilité (IRC)Modifier

L'activité de recherche de l'ESTP s'articule depuis 2009 autour de trois thèmes : les éléments de construction, les ouvrages, les systèmes.

L'école dispose de huit laboratoires, d'une salle BIM et Cloud et d'un observatoire des risques.

Tous les élèves sont exposés à la recherche grâce à un projet réalisé au sein de l'IRC.

Vie associativeModifier

L'ESTP Paris est particulièrement réputée parmi les grandes écoles d'ingénieur pour la richesse de sa vie associative. Voici une liste non exhaustive de ses principales associations:

  • BLOC ESTP : BDE du campus de Cachan
  • B-CUBE ESTP : BDE du campus de Troyes
  • BDI-PUB ESTP : Responsable du Pub du campus de Cachan
  • Pub & Afterwork Troyes ESTP : Responsable du Pub du campus de Troyes
  • Skiclub ESTP : Organise la semaine ski ainsi que des weekends ski
  • BDS ESTP : Bureau des sports
  • Forum ESTP : Organise un forum des entreprises assez important
  • Genius ESTP : Promeut l'entrepreneuriat et l'innovation à l'ESTP.
  • Larssen ESTP : Association culturelle de l'école, organisant notamment des voyages
  • Œnologie ESTP : Club d'œnologie de l'école
  • Junior ESTP : Junior Entreprise de l'école
  • Défi Voile ESTP : Club de voile de l'école, qui organise notamment une croisière
  • Troyes Mâts ESTP : Club de voile du campus de Troyes, organisant des activités nautiques sur les lacs d'Orient et participant à la croisière ESTP
  • Run For Them ESTP : Association de running organisant une course au profit de la Fondation du Souffle

Anciens élèvesModifier

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Les figures de l'ingénieur colonial à la fin du XIXe siècle: la formation de la Société française des ingénieurs coloniaux et de l'Ecole spéciale des travaux publics Dans Le Mouvement Social 1999/4 (no 189) par Hélène Vacher École Nationale Supérieure d'Architecture de Nancy
  • ESPITALLIER G., Le rôle de l’ingénieur colonial et les travaux aux colonies, Paris, ESTP & Augustin Challamel, 2e éd., 1904.
  • L'ESTP et sa section Bâtiment : la formation des ingénieurs – architectes au premier vingtième siècle. par chmcc · Publication · Mis à jour . par Hélène Vacher École Nationale Supérieure d'Architecture de Nancy, LHAC.
  • Pour une présentation générale de l’ESTPBI, Cf. Hélène Vacher, « Building the Modern City: Planners and Planning Expertise at Léon Eyrolles’ Ecole Spéciale des Travaux Publics, 1898-1939 », Planning Perspectives, vol. 17, no 1, 2002, p. 41-60.
  • ESTP […] Plans d’études et programmes de l’enseignement, Paris, Librairie de l’enseignement technique, 1921

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

  1. Arrêté du 25 février 2021 fixant la liste des écoles accréditées à délivrer un titre d'ingénieur diplômé.
  2. a b c et d « Décision n°2019/05-03 relative à l'accréditation de l'ESTP pour délivrer le titre d'ingénieur diplômé »
  3. « Mon campus - ESEO - Grande Ecole d'ingénieurs Angers Paris Dijon », sur eseo.fr (consulté en )
  4. « Campus métropolitain : un bâtiment innovant et emblématique pour héberger l'ESTP Paris et l'ESEO - Actualités, Echo des Communes », sur www.echodescommunes.fr (consulté en )
  5. Liste des EESPIG
  6. « L'ESTP Paris a inauguré son nouveau campus de Dijon », sur Echodescommunes.fr
  7. L'école chez soi, numéro 5, avril 1912.
  8. Archives du Val-de-Marne
  9. Yves PALAZZESCHI, Introduction à une sociologie de la formation, volume 1.
  10. Archives du Val-de-Marne, carton 122J124
  11. « ECOLE SPÉCIALE DES TRAVAUX PUBLICS, DU BÂTIMENT ET DE L'INDUSTRIE », sur CTI
  12. « Nouveau campus: l’ESTP Paris s’installe à Dijon dès la rentrée 2019 », sur Monde des grandes écoles et universités, (consulté le )
  13. « Najoua Arduini-ElAtfani, du BTP à la présidence du Club du XXIe siècle », Les Échos,‎ (lire en ligne, consulté le ).