Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Germain Dupré

médecin et homme politique français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dupré.

Germain Dupré
Illustration.
Germain Dupré, Archives départementales des Hautes-Pyrénées
Fonctions
Sénateur des Hautes-Pyrénées

(Ne se représente pas)
Gouvernement IIIe République
Groupe politique Gauche républicaine
Biographie
Date de naissance
« Argelès-de-Bigorre[1] »
(Hautes-Pyrénées)
Drapeau de l'Empire français Empire français
Date de décès (à 82 ans)
Montpellier
Drapeau de la France France
Profession Professeur de médecine
Résidence Hautes-Pyrénées

Le chev. Germain Dupré, né le 10 janvier 1811 à « Argelès-de-Bigorre[1] » (Hautes-Pyrénées) et décédé le 10 décembre 1893 à Montpellier, est un médecin et homme politique français du XIXe siècle.

Sommaire

BiographieModifier

Germain Dupré étudie la médecine à la faculté de médecine de Montpellier, est reçu docteur (1834), puis agrégé, et devient professeur de clinique médicale de cette faculté.

Le canton de Tarbes le nomme, en 1871, membre du conseil général des Hautes-Pyrénées. D'abord vice-président de cette assemblée, puis président (1878-1879 et 1880-1882), il se présente une première fois, sans succès, aux élections sénatoriales du 30 janvier 1876, comme candidat républicain, dans les Hautes-Pyrénées : il obtient 265 voix.

Il entre au Sénat lors du renouvellement du 8 janvier 1882, avec 371 voix sur 530 votants. Il siège à gauche, vote :

En dernier lieu il s'est prononcé :

En 1888, il préside la « Commission relative au projet de loi portant modification de la convention entre la France et l'Espagne pour l'exercice de la pêche dans la Bidassoa ».

Sa dernière activité parlementaire digne d'être retenue fut la présidence de la « Commission relative à la création d'une école de santé de la marine ».

On cite de lui des Considérations cliniques sur les fluxions de poitrine de nature catarrhale (1860), et un ouvrage sur la Liberté de l'enseignement médical (1865). Il avait aussi traduit du latin le Manuel de clinique médicale, ou Principes de clinique interne de Johann Valentin Hildenbrand (de), avec une préface (chez G. Baillière, 1849).

 
Statues de Paul-Joseph Barthez et Lapeyronie devant la Faculté de médecine de Montpellier.

Il prononça le discours d'inauguration des statues de Lapeyronie et Barthez, le 15 novembre 1864 à la Faculté de médecine de Montpellier (discours imprimé par Gras, 18 pages).

Membre de l'Académie des Sciences et Lettres de Montpellier (1849, chaire de médecine no XII), correspondant de l'Académie de médecine et officier de la Légion d'honneur, il fut confirmé dans le titre de chevalier héréditaire[1] à la mort de son père (1852).

Une huile sur toile représentant Germain Dupré, en buste, vêtu du manteau d'apparat rouge bordé de fourrure blanche de Professeur de clinique médicale (1852-1886) est visible à la faculté de médecine de Montpellier.

Union et postéritéModifier

Fils de Jacques-Romain Dupré (°1771 - Loriol ✝ 26 janvier 1852[2] - « Argelès-de-Bigorre[1] » (Hautes-Pyrénées)), retraité capitaine, chevalier de la Légion d'honneur (25 prairial an XII, 14 juin 1804), chevalier de l'Empire et de Marie-Anne Ducot.

Germain Dupré avait une sœur, Marie Sophie Jacqueline[3] (né en 1812[4] ou 1813, morte en 1883 à Valentine (Haute-Garonne)), épouse de Napoléon Foch (1803-1880), fonctionnaire de l'administration préfectorale, et mère de Ferdinand Foch, maréchal de France.

Dupré eut un fils d'un premier mariage avec Maria Ignacia Guadeloupe Garcia de Quevedo :

Le 18 octobre 1854, à Montpellier, il convola en secondes noces Suzanne Louise Eugénie19 novembre 1832 - Montpellier ✝ 11 novembre 1855 - Montpellier), fille d'Eugène Alicot[5], magistrat. Ensemble, ils eurent un fils :

Veuf, il contracta une troisième union, le 31 août 1857 à Montpellier, avec sa belle-sœur, Françoise Élisabeth Cécile Alicot (°12 juin 1835 - Montpellier1913), dont il eut :

En 1888, Germain Dupré déclare le décès d'Eugène Foch, son petit-neveu, fils de Ferdinand Foch, mort à l'âge de 11 jours.

AnnexesModifier

BibliographieModifier

Notes et référencesModifier

  1. a, b, c et d Armorial du Souvenir
  2. « Cote LH/860/21 », base Léonore, ministère français de la Culture
  3. « roglo.eu », Marie Sophie Jacqueline Dupré (consulté le 17 février 2011)
  4. R.Driant (base d'Angélique Rabary)
  5. Jean Pierre François Eugène Alicot8 janvier 1801 - Montpellier ✝ 15 décembre 1865 - Montpellier), substitut du procureur à Lodève, président du Tribunal civil, puis président de la Cour d'appel de Montpellier. Président de la Société archéologique de Montpellier et chevalier de la Légion d'honneur.
  6. « Cote 19800035/214/28116 », base Léonore, ministère français de la Culture

Voir aussiModifier