Al-Andalus

nom avec lequel est historiographiquement connu sur les territoires de la péninsule ibérique sous domination musulmane entre 711 et 1492

Al-Andalus (الأندلس en arabe, ⴰⵏⴷⴰⵍⵓⵙ en berbère, Al-Ándalus en espagnol, al-Ândalus en portugais) est le terme qui désigne l'ensemble des territoires de la péninsule Ibérique et certains du Sud de la France[1],[Note 1] qui furent, à un moment ou un autre, sous domination musulmane entre 711 (premier débarquement) et 1492 (prise de Grenade) [2],[3],[4],[5]. L'Andalousie actuelle, qui en tire son nom, n'en constitua longtemps qu'une petite partie[6].

Extension maximale d'Al-Andalus, vers 732.
Le patio de los Arrayanes (la « cour aux myrtes »), palais de l'Alhambra à Grenade, aujourd'hui en Espagne dans la communauté autonome d'Andalousie.

Al-Andalus s'inscrit d'abord dans l'extension du califat omeyyade, c'est-à-dire l'Empire musulman médiéval dont il conserve la structure. Il s'en émancipe au Xe siècle en devenant lui-même califat, période qui correspond à son apogée. Ravagé par une guerre civile (1011-1031), Al-Andalus se fragmente en royaumes rivaux fragilisés qui sont annexés par les forces chrétiennes au nord, puis conquis au sud successivement par les Almoravides et les Almohades. Si la culture andalouse renaît plusieurs fois de ces bouleversements, à partir du XIIe siècle, le tableau général est celui d'une lente décadence en lien avec la Reconquista qui achève la période lors de la prise de Grenade en 1492.

La conquête et la domination du pays par les Maures[7] sont aussi rapides qu'imprévues et correspondent à l'essor du monde musulman[8]. Al-Andalus devient dès le IXe siècle un foyer de haute culture au sein de l'Europe médiévale, attirant un grand nombre de savants et ouvrant ainsi une période de riche épanouissement culturel[9],[10] qui lui vaut le titre de « civilisation originale ».

Par sa logique d'Empire et sa richesse, et bien que terre d'Islam (en arabe : دار الإسلام), il abrite et attire des populations aux origines et aux croyances multiples. Les Arabes, les Berbères, les muladis (ou espagnols musulmans) ainsi que les Saqaliba (Slaves) sont majoritaires, mais y vivent aussi des juifs et des chrétiens, que l'on nomme « mozarabes » en Al-Andalus[11].

La péninsule Ibérique sous la domination musulmane connut un apogée culturel à l'époque du califat de Cordoue avec un remarquable équilibre entre sa puissance politique et militaire, sa richesse, et l'éclat de sa civilisation. Dès le Xe siècle, Cordoue est un foyer intellectuel qui accueille des érudits musulmans et juifs du monde islamique, développe sciences et philosophies, réalise de brillantes œuvres architecturales et produit un important corpus littéraire.

La présence d'Al-Andalus, territoire sous domination musulmane en Europe, a focalisé de nombreux débats, des récupérations politiques, et a généré plusieurs mythes à plusieurs époques, où Al-Andalus est singulièrement séparé à la fois du monde médiéval et du monde musulman. Ceux-ci sont traités dans l'article Convivencia.

ÉtymologieModifier

L'étymologie d'Al-Andalus a fait l'objet durant les trois derniers siècles des hypothèses les plus variées. L'explication acceptée durant un temps faisait un lien avec le peuple des Vandales: le nom de l'Andalousie proviendrait d'une hypothétique forme Vandalusia[12].

D'autres hypothèses ont été proposées, allant du jardin des Hespérides[13] à l'Atlantide[14].

Selon l'historien et islamologue allemand Heinz Halm[15],[16] « al-Andalus » provient de l'arabisation de la désignation wisigothique de l'Espagne : « *landa-hlauts » (signifiant « attribution des terres par tirage au sort », composé de *landa- « terre » et *hlauts « sort, héritage »)[17]. Ce terme aurait été repris par les Maures au VIIIe siècle et adapté phonétiquement en al-Andalus[18], en suivant les étapes suivantes : *landa-hlauts > *landa-lauts > *landa-luts > *landa-lus > Al-Andalus.

HistoireModifier

Sources sur la conquêteModifier

Pour Juan Vernet, les apports culturels dans la péninsule via la langue arabe se font essentiellement du Xe au XIIIe. Les débuts sont laborieux. Au VIIIe siècle, les envahisseurs sont des hommes de guerre, pratiquement analphabètes. Les historiens postérieurs, comme Ibn al-Qûtiyya ou Ibn Tumlus ne tentèrent jamais de le dissimuler[19].

Les premières sources écrites sur la conquête datent des IXe et Xe siècles. La principale est le récit de l’historien andalou Ibn al–Qūṭiyya (- 977) Ta’rikh iftitah al-Andalus (Conquête d'al-Ándalus). Son élève affirme que ces événements sont relatés « de mémoire » sans se référer aux traditions islamiques ( hadith et fiqh). Ibn al–Qūṭiyya y révèle l'importance des traités entre Arabes et Wisigoths. Une autre source raconte l'histoire d'Al Andalus depuis sa conquête jusqu'au règne d'Abd al Rahmân III (889-961) : il s'agit de la chronique Akhbâr Majmû‘a, généralement datée du Xe siècle.

Ces premières sources datent de la période califale et sont postérieures de deux siècles au moins aux événements qu'elles relatent.

Le premier récit chrétien connu de ces événements est la Chronique de 754, composée à partir de 754 dans le royaume des Asturies sous domination chrétienne, peut-être par Isidore de Beja[20].

FondationModifier

 
Le royaume wisigoth avant la conquête musulmane.

Avant les premières conquêtes musulmanes en 711, le territoire de la péninsule Ibérique constituait la partie sud du royaume wisigoth, à l'exception des régions rebelles astures, cantabres et basques du nord, et des côtes méridionales restées romaines (exarchat de Carthage de l'Empire romain d'Orient).

En , le général arabe Moussa Ibn Noçaïr[21] envoya un contingent d'environ 12 000 soldats, dont une large majorité de Berbères[22], commandés par l'un d'eux, le gouverneur de Tanger, Tariq ibn Ziyad, prendre pied en Hispanie sur le rocher auquel leur chef aurait laissé son nom (Djebel ou Jabal Tariq, futur Gibraltar)[23]. Rapidement renforcé, il défait une première armée wisigothe commandée par un cousin du roi, Sancho. Le roi Rodéric, alors confronté aux Francs et aux Basques au nord, doit rassembler une armée pour affronter ce nouveau péril. Cependant, au cours de la bataille du Guadalete le , les partisans d'Agila II (Akhila, en arabe) préfèrent le trahir. C'est la chute brutale de l’Hispania wisigothe.

La naissance d'al-Andalus ne s'est pas produite après un événement fondateur ; elle s'est déroulée sous forme d'une conquête progressive entre 711 et 716, menée par une minorité maure. Rapidement, les musulmans prennent Tolède (712) Séville, Écija et enfin Cordoue, la capitale. En 714, la ville de Saragosse est atteinte. En 1236, le récit chrétien de Lucas de Tuy, chronicon mundi, accuse les juifs de l'ouverture des portes de Tolède[20],[Note 2]. Ibn al–Qūṭiyya insiste sur l'importance des traités entre Arabes et nobles wisigoths, dont beaucoup conservent leur pouvoir, certains tels Théodemir dirigent leurs terre sous le titre de roi.

Le sentiment d'appartenance à une nation al-Andalus est apparu au travers d'une prise de conscience collective[Note 3]. En 716, sur une pièce de monnaie, apparaît pour la première fois le terme d'« al-Andalus » désignant l'Espagne musulmane, par opposition à l’Hispania (terme romain) des chrétiens.

À cette époque, l’Hispanie est divisée entre les royaumes suèves et basques au nord, les royaumes wisigothiques au centre et l'exarchat romain d'Afrique au sud. Les musulmans ne peuvent néanmoins conquérir toute la péninsule : ils n'ont pu pénétrer dans les royaumes basques et n'ont fait que de brèves incursions dans les régions montagneuses cantabriques.

Ils tentent également de s'étendre en Francie, mais n’y parviennent pas. En 721, le duc Eudes d'Aquitaine bat le Califat omeyyade à la bataille de Toulouse. Ils reviennent à la charge en 725 avec ’Anbasa ibn Suhaym al-Kalbi et attaquent jusqu'à Autun et Sens (Yonne). L'année 732 voit initialement la défaite du duc d'Aquitaine et l'invasion de la Vasconie par le gouverneur Abd el Rahman. Il est finalement arrêté à la bataille de Poitiers par Charles Martel, qui commence la réunion de l’Aquitaine sous contrôle des Vascons au royaume franc. La Septimanie est reprise par Pépin le Bref en 759. Les musulmans se replient dans la péninsule.

Ils décident d’établir la capitale du nouvel émirat ibérique à Cordoue. En effet, contrairement à de nombreuses places acquises après négociation avec les nobles wisigoths, Cordoue avait résisté. Les troupes musulmanes appliquent les droits des vainqueurs, leurs dignitaires s'installent à la place des nobles wisigoths et la ville devient capitale de facto. Ils donnent à son fleuve Bétis le nom de « grande rivière » : Wadi al kebir, déformé phonétiquement en Guadalquivir.

La situation politique de Cordoue aux mains de ces princes de guerre reste cependant très instable jusqu'à l'arrivée de l'héritier déchu des califes de Damas, Abd al-Rahman Ier, débarque à Torrox le en Andalousie, il conquiert définitivement le pouvoir après la bataille d'Almeda (es) le et transforme cette province de l'Empire en émirat indépendant du califat de Damas .

Ses héritiers omeyyades proclameront le califat occidental dissident en 929.

La conquête de l'Hispanie et de la SeptimanieModifier

 
Conquête musulmane de 711 à 718.

Avant 711, les fiefs suèves et wisigothiques et les exarchats côtiers les plus occidentaux de l'Empire romain d'Orient, reconquis par Bélisaire deux siècles auparavant, se partagent la péninsule Ibérique. En 711, Tariq ibn Ziyad débarque dans le sud de la péninsule et bat le roi wisigoth Rodéric sur les rives du Guadalete. En 732, l'expansion musulmane au-delà des Pyrénées est stoppée à Poitiers par Charles Martel et la bataille de Covadonga (722) marque le début de la Reconquista.

À partir de 716, Al Andalus est alors un Émirat dépendant du califat Omeyyade de Damas. Le gouverneur (wali) est nommé par le Calife. Les conquérants tentent d'installer les arabe, syriens et berbères, mais semblent surtout préoccupés par des raids sur les territoires francs du nord. Ces débuts sont laborieux. La capitale initiale (Séville) est transférée à Cordoue en 718. Une vingtaine de gouverneurs se succèdent de 720 à 756.

Les nouveaux venus sont relativement peu nombreux. Comme dans les autres territoires de l'empire musulman, les chrétiens et les juifs y sont l'écrasante majorité. Appartenant à une religion abrahamique, ils peuvent conserver leurs rites sous le statut de Dhimmi. Ces circonstances motivent des accords reddition avec nombre d'aristocrates wisigoths qui conservent leurs propriétés, voire d'importants pouvoirs, comme Théodémir (en arabe: تدمير Tūdmir)[24], gouverneur de Carthagène, qui après un accord avec l'Emir, dirige sous le titre de Roi un territoire autonome chrétien au sein d'Al-Andalus kora de Tudmir (lien de vassalité). L'alliance entre wisigoth et conquérants se retourne parfois contre les intérêts arabes, comme à Llívia où le chef de guerre berbère Munuza épousa en 731 la fille du duc d’Aquitaine provoquant l'intervention de l'Émir Abd al-Rahman pour reconquérir le Roussillon[25].

L'hypothèse la plus commune est qu'une grande partie de la population, surtout les ariens et les juifs, apprécient le nouveau pouvoir musulman qui les libère de l'oppression wisigothe, et pourrait expliquer en partie la rapidité de la progression et la facilité de l'installation des conquérants. Par ailleurs, au VIIIe siècle, les chrétiens nicéens perçoivent l'islam comme une énième hérésie au sein du christianisme, et non comme une religion distincte[26]. Jusqu'à l'islamisation suscitée par Abd al-Rahman II (822-852), l'église mozarabe collabore avec les nouveaux souverains en échange de tribus ; les évêques coopèrent pleinement et maintiennent leurs privilèges économiques[27]. Euloge de Cordoue au milieu du IXe siècle reste dans cette optique[26]. Les conversions à l'Islam de la part des autochtones débutent rapidement, notamment chez les élites.

Du point de vue culturel, au VIIIe siècle, « l'occupation musulmane (notre VIIIe siècle) fut totalement stérile sous ce rapport : les envahisseurs, hommes de guerre, étaient pratiquement analphabètes et les historiens postérieurs, comme Ibn al-Qûtiyya ou Ibn Tumlus ne tentèrent jamais de le dissimuler[19] ».

Dès 740, des dissensions internes éclatent entre Arabes. Elles opposent les clans arabes du nord (Qaysites, originaires de Syrie) et les clans arabes du sud (originaires du Yémen). Les distensions virent à la quasi guerre civile qui se termine par la victoire du gouverneur Yûsuf al-Fihri (Qaysite) qui écrase les arabes yéménites lors de la bataille de Secunda (747). Par ailleurs, le Califat Omeyyade de Damas dont dépend le gouverneur est secoué par des troubles qui aboutissent au renversement des Omeyyades. De facto, Yûsuf al-Fihri dirige de façon indépendante de Damas.

L'émirat indépendant de CordoueModifier

Abd al-Rahman Ier (731-788), fondateur en 756 de la dynastieModifier

En 750, les Abbassides renversent les Omeyyades, en tuant tous les membres de la famille excepté Abd al-Rahman et transfèrent le pouvoir de Damas à Bagdad. En 755, Abd al-Rahman seul survivant fuit à Cordoue et s'auto-proclame émir d'al-Andalus à Cordoue.

L'année suivante, Abd al-Rahman, Omeyyade, rompt le lien de vassalité avec Bagdad désormais aux mains de Abbassides. Al-Andalus devient alors un émirat indépendant de Bagdad, même s'il s'inscrit encore pour un siècle et demi encore dans le Califat, c'est-à-dire que l'Émir reconnaît la prééminence religieuse du Calife. Les troupes Franques enlèvent les marches d'Espagne à l'Émirat. Gironne tombe aux mains des Francs en 785, Narbonne en 793 et Barcelone en 801, mais Charlemagne échoue à enlever Saragosse et est défait par les Vascons lors de sa retraite à Roncevaux.

À la fin de son règne en 788, l'Émirat a trouvé une certaine stabilité, qui permet d'initier la construction de la mosquée de Cordoue en 786 et dont profite son successeur Hicham. Celui-ci poursuit l’œuvre de son père et fait du malékisme la doctrine des musulmans andalous. Les rivalités entre les fils d’Hicham deviennent conflictuelles (796), alors même que les tensions entre communautés (arabes, berbères, chrétiens, muladis) se multiplient et que des gouverneurs tentent de faire session après la prise de Barcelone par les Francs (801).

Abd Al-Rahman II (822-852)Modifier

Il hérite à l'âge de trente ans d'un État que son père a pacifié par les armes et dans lesquelles les tensions restent nombreuses. Mécène et protecteur des Arts et des Lettres, il est considéré comme le chef d'État musulman le plus cultivé de son temps. Ces qualités conjuguées à la paix de l'émirat lui permettent de développer la civilisation andalouse.

Le règne d'Abd Al-Rahman II est marqué par le décret d'apostasie des enfants chrétiens nés de couples mixtes et une islamisation rapide de la société. En 850 la décapitation de Parfait de Cordoue[28] initie la vague de Martyrs de Cordoue à la suite de provocation de la part des chrétiens. La lecture contemporaine de ces événements en fait une réaction à la perte d'influence et à l'étouffement de la culture chrétienne du fait de l'islamisation rapide de la société[29].

En 844, la flotte viking attaque Lisbonne et prend, pille et incendie Séville pendant sept jours. Ils sont repoussés le 11 novembre 844 au sud de la ville.

la « première guerre civile »Modifier

La seconde moitié du IXe est extrêmement troublée. Les historiens les plus modérés parlent de « grave crise politique », beaucoup parlent de « première guerre civile » ou « première fitna »[30]. Le nouvel émir, Muhammad Ier (Omeyyade), continue la politique d'islamisation de la société initiée par son père, jusqu'à provoquer des révoltes et des soulèvements. Comme toujours en Al-Andalus, les crises sont complexes et les oppositions multiples. Elle est décrite par les chroniqueurs andalous comme une révolte ethnique entre « Arabes », « Berbères » et « indigènes » (‘ajam) : muladis et chrétiens[20]. Si les seconds jouent un rôle plus discret, les conflits se concentrent entre Arabes et Muladis. Ces derniers sont des autochtones convertis à l'Islam et arabisés qui sont présentés par les sources d'époque comme les principaux adversaires du pouvoir Arabe, comme le seront plus tard les Berbère (1011-1031) : « la conversion ne semble pas considérée comme un critère suffisant pour être définitivement rangé dans le groupe des « musulmans » (Fierro, 2005 ; Aillet, 2009). Le portrait de la fitna émirale est en effet celui d’une société qui revient vers ses origines, vers sa ‘aṣabiyya indigène[20]. ». Cyrille Aillet explique que cette époque troublée voit la disparition des chrétiens de langue latine et l'émergence des chrétiens de langue arabe nommés mozarabes dans les royaumes chrétiens du nord.

Plusieurs princes muladis ont acquis une puissance économique et militaire notable[31], leurs régions tentent de faire sécession et vivent en dissidence de Cordoue. Les premiers soulèvements commencent à Saragosse et à Tolède au milieu du IXe siècle, emmenés notamment par les Banu Qasi dans la vallée de l'Ebre, et Ordoño Ier d'Oviedo autour de Tolède. La révolte des Banu Qasi commencée en 842 est écrasée en 924. Outre ces régions vivant en dissidence, la situation interne de l'Émirat est chaotique, des troubles importants ont lieu dans la plupart des régions et des villes : Mérida, Evora, Tolède, Albacete, Valence, Grenade, Almeria, Séville, notamment. C'est à cette époque qu'est construite la citadelle autour de laquelle se développera la ville de Mayrit (Madrid) comme ligne de défense de Tolède.

La révolte d'Omar Ben Hafsun en Bétique commence vers 880, annexe Antequera, Jaen, menace Cordoue, Malaga, Murcie et Grenade. Elle demande, en 909 l'aide du nouveau califat Fatimide alors que les plus précieux alliés des Omeyyades au Maghreb, les Ṣalihides de Nekor, venaient de traverser une grave crise politique, également à cause des Fatimides et qu'un front est ouvert au nord contre le royaume de Léon. La révolte est écrasée en 928. L'ensemble affaibli considérablement l’Émirat[32].

Bilan de l’ÉmiratModifier

La période de l'Émirat indépendant est essentiellement une étape d'unification des territoires sous la domination musulmane, une islamisation rapide des populations et l'installation d'un nouvel ordre politique formé par les vizirs. L'organisation du politique est chaotique, les disputes internes entre Arabes et Berbères ne cessent pas, de même qu'entre princes arabes, ce qui permet aux royaumes chrétiens du nord de se regrouper, de se consolider et d'initier la Reconquête[33]. Dès la mort d'Abd al-Rahman II en 852, Cordoue a acquis sa configuration de métropole musulmane architecturée autour de l'Islam[33]. L'organisation efficace de l'appareil administratif est inspirée du Califat Omeyyade de Damas[33]. Cependant cette organisation dite « néo-Ommeyyade »[33] butte sur les contradictions internes de la société andalouse, génère une nouvelle guerre civile, interroge sur les mesures mises en œuvre et met en lumière ses faiblesses[33].

L'instauration de ce nouvel ordre suppose de vaincre un grand nombre résistances chez les autochtones. En 909, l’avènement du califat fatimide d'obédience Chiite et sa prise de contrôle de la majeure partie des côtes du Maghreb change profondément la donne politique dans l'ouest de la Méditerranée et prive l'Émirat de nombre de ses appuis. Néanmoins dans l'Émirat, en 928, les Omeyyades triomphent seuls des derniers soulèvements contre leur autorité.

L'influence des Omeyyades de Cordoue est très importante au Maghreb occidental. Plusieurs raids sont lancés sur les côtes nord africaines où les Omeyyades ont de solides appuis. À la veille de l’avènement des Fatimides, presque toutes les principautés du Maghreb occidental semblent avoir été liées aux Omeyyades, avoir entretenu des relations cordiales avec Cordoue à cette époque, voire étaient ouvertement pro-omeyyades[30]. En 902, un groupe de marins, appuyés par les émirs Omeyyades de Cordoue fonde Oran. En 903, les Andalous s'installent dans les îles Baléares, nommées ainsi par les Phéniciens et par les Romains, qu'ils désignent comme îles orientales d'Al-Andalus[34].

L'ensemble pousse ‘Abd al-Rahman III à regrouper ses partisans et à refonder l'organisation politique sur de nouvelles bases afin de l'adapter tant à la situation interne d'Al Andalus qu'aux menaces externes Fatimide et chrétiennes[33].

Le califat omeyyade de Cordoue (929-1031)Modifier

Abd Al-Rahman III (889-961), premier Calife de CordoueModifier

 
Le califat de Cordoue de 929 à 961.

En 928, Abd al-Rahman III est victorieux contre Omar Ben Hafsun et se réapproprie la plupart territoires qui avaient tenté de faire sécession. Cependant, une partie des territoires nord ouest sont perdus au profit des royaumes chrétiens (Galice, Léon, nord du Portugal). Les villes de Merida et Tolède furent réintégrées en 931.

Le règne d'Al-Rahman III est brillant. De tous les gouverneurs d'al-Andalus, Abd al-Rahman est celui-ci qui a le plus contribué à la puissance du pays. À son arrivée sur le trône, le pays est divisé, en proie aux révoltes, et à une avance rapide des royaumes chrétiens. Il réorganise ses territoire, stabilise le pouvoir, pacifie Al Andalus et ralenti les avances chrétiennes. Pour Robert Hillenbrand, il s'agit de la première unification sociale en Espagne[35].

En 929, Abd Al-Rahman III profite de sa victoire, de l'établissement du Califat Fatimide sur l'Ifriqiya et la Sicile en 909 et des fractures du califat Abbasside pour proclamer le califat de Cordoue dont il se proclame Calife. La proclamation du califat Omeyyade fut en partie la conséquence de l’affirmation de plus en plus menaçante du Califat Fatimide au Maghreb et de la faiblesse concomitante du califat Abbasside[30]. Avec ce statut, Cordoue se déclare nouveau garant de l'unité de l'Islam, en rupture avec Bagdad, et de facto ennemi du Califat Fatimide contre qui les conflits se multiplient au cours du Xe siècle.

Le Calife lance en 936 plusieurs travaux de prestige. La construction de la ville palatine de Madinat al-Zahra comme symbole de son pouvoir, cherchant à l'inscrire dans la continuité et la légitimité des pouvoirs historiques. Il ordonne également l'agrandissement de la mosquée de Cordoue.

Il développe Al Andalus selon 3 axes :

  1. L'axe économique avec l'ouverture de nouvelles routes maritimes, qui eut pour conséquence l'augmentation rapide du nombre d'ateliers et d'artisans dans de très nombreux domaines (tissus, orfèvrerie, joaillerie, architecture, céramiques...). Al-Rahman III procède au découpage administratif du territoire avec une gestion autonome de l'impôt amis en gardant une centralisation forte dans la capitale, Cordoue.
  2. L'axe culturel est développé avec l'ouverture de bibliothèques, une université, une école de médecine, une école de traduction ; dans la lignée des maisons de la sagesse fondées à Bagdad durant le siècle précédent. Ces apports font de Cordoue l'un des centres d'érudition les plus importants de son époque.
  3. L'axe religieux. Contrairement à ses prédécesseurs, il n'impose pas l'islam comme religion, en conséquence de quoi la période Califat ne subit pas de révolte.

Sur les fronts externe, les conflits sont continus à la fois contre le califat Fatimide et au Maghreb. À sa mort, s'il récupère les villes de Tolède et Mérida, le Royaume des Asturies et le Comté du Portugal ont augmenté leurs possessions au sud sur Ávila, Salamaque, Ségovie, Combra.

Son successeur, Al-Hakam II (915-976) continue l’œuvre de son père et permet à Al-Andalus de connaître un apogée culturel.

Almanzor et l'usurpation amirideModifier

 
Situation de la péninsule Ibérique à la mort d'Almanzor (1002).

À la mort d'Al-Hakam II, le pouvoir passe au vizir Ibn ʿÂmir Al-Mansûr qui s'arroge la plupart des prérogatives du Calife et organise la chute des Omeyyades. Pour affirmer son pouvoir, il fait construire Madinat al-Zahira en vue de supplanter la ville califale de Madinat al-Zahra. Il assoit sa légitimité en se présentant comme un chef de guerre combattant au nom de l'Islam et d’un sunnisme rigoriste.

Du point de vue de la politique interne, et outre sa prise de pouvoir sur les Omeyyades, Almanzor est connu pour avoir fait brûler des livres d'astronomie controversés, pour avoir été plus attentif à l'orthodoxie religieuse que ses prédécesseurs, pour avoir harcelé les disciples du philosophe Ibn Masarra, pour avoir prévenu toute infiltration chiite, pour tenir fermement le pouvoir et avoir centralisé l'administration[36]. La justice est réputée comme plutôt équitable, selon les critères de l'époque. On décrit à ce sujet qu'il fit remettre à son épouse la tête du général Ghâlib, son père, qui tentait de s'opposer à sa prise de pouvoir.

Du point de vue externe, il ouvre de nombreux fronts militaires, notamment contre le califat Fatimide à l'Ouest dont pâtissent les Idrissides au sud qui échouent à restaurer leur autorité sur Fès en 985. Au nord, il organise des contre-attaques victorieuses sur des places enlevées par la Reconquista et les razzias des royaumes chrétiens aux marches du Califat aux buts politiques et économiques. Le sac de Barcelone en 985 et de Saint-Jacques de Compostelle en 997 sont deux expéditions qui ont le plus d'importantes conséquences dans le monde chrétien. Éloigné de Cordoue, Saint-Jacques de Compostelle est tenté de mettre fin à son lien de vassalité avec Al Andalus, alors qu'Almanzor est occupé par un front au Maghreb. Le sanctuaire est rasé lors de la 48e expédition d'Almanzor. Les conséquences de ces deux expéditions sont l'indépendance de fait du comté de Barcelone du royaume des Francs, la seconde est la fin du statu quo religieux entre le califat et le monde chrétien qui considère cette attaque comme un affront mais où il inspire la crainte.

Dès sa fondation, la survie d'Al Andalus doit s'appuyer sur le Maghreb, tant pour ses circuits économiques, sa main d’œuvre, que pour ses hommes d'armes face aux chrétiens[37], mais jusqu'à Almanzor, les arabes en minorité démographique, se méfiaient d'une trop grande présence de berbères armés susceptibles de les renverser. Au contraire, Almanzor fait venir du Maghreb à grands frais des tribus Zenata chassés par les Zirides pour renforcer ses armées. Pour Francis Manzano, les élites comme le peuple andalusi semble avoir conscience que ces échanges de populations, mal arabisés, suspects du point de vue religieux et qu'ils déconsidèrent comme des barbares sont le propre poison de leur société[37].

La dépendance économique d'Al Andalus au Maghreb est bien décrite. Au XIIe siècle, Al-Idrissi dans son Kitâb nuzhat al-mushtaq fî ikhtirâq al-âfâq revient de manière récurrente sur les liens économiques d’interdépendance entre l’Andalousie et les ports marocains. Il souligne la quasi monoculture de l'olivier autour de Cordoue. Cette dépendance explique l'effort d'Al Andalus incessant pour contrôler les routes économiques du Maghreb. Pour Francis Manzano, cette dépendance sans contrôle fort est « une épine dans le pied » d'Al-Andalus qui génère des fragilités structurelles[37].

Eduardo Manzano Moreno souligne que l'apogée d'Al-Andalus se trouve sous Almanzor. Le Califat était de loin le plus puissant système politique en Europe depuis la chute de l'Empire Romain. Le Califat était doté d'une administration centralisée, d'une armée et d'une marine puissante ; son état et sa population étaient relativement riches grâce au développement de l'agriculture, de l'irrigation, d'une industrie et d'un commerce florissants[38]. À cette époque, selon les études contemporaines, le trésor accumulé par les Omeyyades grâce à leur système fiscal est immense. Il est avant tout lié à une augmentation de la production économique et au commerce qui valent les richesses culturelle et artistique du Califat à son apogée[39],[40].

Guerre civile 1011 - 1031Modifier

Almanzor meurt en 1002. Ses fils prennent sa succession, et le Calife tente de reprendre le pouvoir ce qui déclenche la guerre civile en al-Andalus en 1009. Le pillage de Medinat Alzahira, ordonné par le Calife permet de récupérer, selon les chroniques médiévales, un trésor hallucinant de 1 500 000 pièces d'or et 2 100 000 pièces d'argent. La guerre civile provoque la décadence du Califat. En 1031, le califat de Cordoue s'effondre et se morcelle en taïfas. Les commentateurs de l'époque font des Berbères les principaux artisans de la chute des Omeyyades et les principaux bénéficiaires de l'effondrement du Califat, même si l'analyse contemporaine relève que plusieurs Taïfas importantes sont récupérées familles Arabes ou se revendiquant comme telles.

Pour Ibn Hazm érudit contemporain de la guerre civile soutenant la restauration Omeyyade, cette fitna était inéluctable et serait la conséquence de l'illégitimité des Omeyyades à se réclamer du Coran ; c'est un écho de la fitna du Califat Omeyyade de Bagdad qui voit le renversement des Omeyyade par les Abbassides[41]

Première époque des taïfas (1031-1086)Modifier

 
Les premiers taïfas.

L'orthodoxie religieuse à laquelle le calife était censé veiller se relâche et les croyants d'autres religions peuvent accéder plus facilement au pouvoir. D'autre part, les nouveaux seigneurs, considérés comme des « usurpateurs[42] », sont des Berbères et d'anciens esclaves (notamment slaves), essentiellement intéressés par des guerres avec leurs voisins. Ils n'ont confiance ni dans les Arabes ni dans les andalous. Dans ces conditions, ils s'entourent de juifs, ce qu'ils considèrent comme moins risqué[43]. Ainsi, le juif Samuel ibn Nagrela devient vizir d'abord afin d'organiser l'administration de Grenade dont le roi Ziri et la tribu régnante n'avaient réorganisé que la levée de l'impôt[42]. Durant le XIe siècle, malgré les saccages de la guerre civile, les guerres entre Taïfas rivales, des avancées chrétiennes, malgré « l'instabilité et la décadence sociale[44] » le rayonnement d'Al Andalus augmente, en particulier à Cordoue[44]. Les érudits religieux se multiplient : lexicographes, historiens, philosophes, qui comptent parmi les plus brillants de leur époque[44].

Pour Christine Mazzoli-Guintard, avec l'avancée des armées chrétiennes vers le sud, « Al Andalus, à la dérive politiquement, se met à rejeter ce qui est différent » et affirme son orthodoxie religieuse, notamment à partir de 1064, lorsque tombe la première ville importante : Barbastro[45]. En 1066, l'assassinat d'un vizir juif est suivi de pogroms (1066)[45]. Il ne se passe que 20 ans entre la prise de Barbastro au nord de l'Aragon et la prise de Tolède en 1084 au centre de la péninsule. La prise de l'ancienne capitale Wisigothe positionne Alphonse VI au centre de la péninsule.

 
Portraits des rois de Grenade de la dynastie nasride. Salle des rois, Alhambra.

Les AlmoravidesModifier

 
La conquête almoravide de 1085 à 1115.

En 1086, les Almoravides, originaires de l'actuelle Mauritanie sont appelés au secours par le taïfa de Séville. Ils remportent la bataille de Sagrajas sur Alphonse VI, roi de Castille et arrête son avance militaire. Le sultan Yusuf, conscient de la faiblesse militaire des Taïfas organise la reconquête et la réunification des territoires d'Al-Andalus. Incapable de poursuivre cette conquête vers le nord, l'empire Almoravides entre en décadence et se morcelle, faisant réapparaître les Taifas alors qu'au Maroc apparaît une nouvelle élite militaire : les Almohades.

Ces derniers sont des guerriers issus des tribus berbères pendant le XIIe siècle, qui se rebellent contre l'empire Almoravide, les accusant d'être incapable de maintenir la stabilité des états musulmans ni de freiner l'avance des chrétiens vers le sud. Sous ces prétextes, ils entrent dans la péninsule en 1147, renversent les Almoravides et les Taïfas récemment reparues.

Deuxième époque des taïfas (1145-1163/1203)Modifier

Les Almohades (1147-1228)Modifier

À partir de 1147, les Almohades, d'inspiration zahirite (forme d'Islam radical), conquièrent al-Andalus.

En 1184-1199, le califat almohade est à son apogée sous Abu Yusuf Yaqub al-Mansur. Averroès est, un temps, son conseiller.

La bataille de Las Navas de Tolosa en 1212 et la poursuite de la ReconquistaModifier

En 1212, les Almohades sont battus par une coalition de rois chrétiens à Las Navas de Tolosa. Al-Andalus se morcelle à nouveau en taïfas, qui sont conquis les uns après les autres par les rois de Castille.

La perte des BaléaresModifier

En 1229, Jacques Ier d'Aragon opère la conquête de Majorque. La capitale, Palma tombe entre ses mains le . La perte de Majorque est suivie de celle du reste des Baléares.

Troisième époque des taïfas (1224-1266)Modifier

L'émirat de Grenade (1238-1492) et la fin de la ReconquistaModifier

En 1238, soit deux ans après la chute de Cordoue, Mohammed ben Nazar fonde l'émirat de Grenade et, en se déclarant vassal du roi de Castille, fait que son royaume est le seul royaume musulman à ne pas être conquis. Par la suite, la rivalité entre les royaumes de Castille et d'Aragon fera que chacun d'eux empêchera l'autre de conquérir Grenade. Mais cette situation de rivalité prit fin en 1469 avec le mariage des rois Catholiques, puis en 1474 avec leur avènement sur les deux trônes. En 1492, le royaume nasride de Grenade est conquis, après dix ans de guerre, mettant fin à la Reconquista. La même année, les Juifs sont expulsés ; Christophe Colomb découvre l’Amérique au nom de la Castille.

GéographieModifier

La géographie d'Al-Andalus est très variable selon les époques. À l'arrivée arabo-berbère, le pays qui appartient aux Omeyyades de Damas s'étend sur les deux côtés des Pyrénées, jusque dans les environs de Narbonne et même au cours du IXe siècle au Fraxinet. La fin du califat au XIe siècle et la période des Taïfas permettent à la Reconquista de reprendre rapidement du terrain que seuls les Almoravides puis les Almohades arriveront à ralentir un certain temps, mais la bataille de Las Navas de Tolosa permet aux rois catholiques de réduire le pays à la seule région de Grenade avant sa chute au XVe siècle.

Les villesModifier

Contrairement au reste de l'Europe, la société andalouse était nettement plus urbaine, ce qui permet à des villes comme Cordoue de compter un demi-million d'habitants à son apogée. Les villes andalouses sont l'expression du pouvoir de l'émir puis du calife qui investit des sommes considérables pour y maintenir les forces vives tels que les intellectuels[46]. Ces mêmes villes dont les noms sont la plupart du temps romains comme Valence (Valentia) qui s’appellera Balansiyya, Caesar Augusta qui donnera Saragosse, Malaga qui s'appellera Malaka, Emerida en Marida. D'autres encore portent le nom de leur fondateur arabe comme Benicàssim qui prend son nom de Banu-Kasim, Benicarló de Banu-Karlo ou encore Calatrava provenant de Kalat-Rabah[C 1]. Des auteurs comme Ibn Hawqal dans son livre Surat al-Ardh dénombrent soixante-deux villes principales.

De nos jours il ne reste que peu de traces de la structure des cités de l'époque musulmane hormis les descriptions arabes mais aussi chrétiennes[47]. Les réelles descriptions des villes d'Al-Andalus débutent au Xe siècle et laissent apparaître des cités islamisées composées d'éléments caractéristiques aux centres urbains d'Afrique du Nord ou du Moyen-Orient tels que les mosquées, les souks, la kasbah ou encore l'arsenal[47]. Hormis cette architecture orientale, la structure des villes andalouses était semblable aux autres villes européennes en territoire chrétien. Une muraille entoure les bâtiments importants de la ville. À l'extérieur, mais tout de même proche, se trouvent les marchés, les cimetières ou les oratoires. Encore plus loin se trouvaient les maisons des notables mais aussi celle du gouverneur[C 2].

Le développement du centre-ville n'était jamais planifié, si bien que chaque propriétaire de terrain était libre de fixer lui-même la largeur des rues ou la hauteur des bâtiments. Un voyageur dira au XVe siècle à propos de Grenade que les toits des maisons se touchent et que deux ânes qui iraient en sens inverse n'auraient pas suffisamment de place pour se croiser. Le muhtasib était la personne chargée de surveiller l'ensemble, mais la plupart du temps il limitait son action à éviter que les maisons en ruine ne tombent sur les passants. Ce n'est que dans les grandes et moyennes villes qu'on peut croiser de larges voies comme c'est le cas à Cordoue ou à Grenade, Séville, Tolède ou Valence[C 3].

La mosquée et la citadelle, symboles de l'autorité du dirigeantModifier

 
Église Santa María de la Granada de Niebla, auparavant mosquée de la ville.

La mosquée est un des principaux signes de l'autorité du dirigeant et bien que toutes les villes ne possédaient pas de mosquée il était courant de voir des bâtiments cultuels islamiques. Hormis les petits bâtiments servant à la prière en commun, la construction de mosquées en Al-Andalus est assez tardive puisqu'il faut attendre entre soixante à cent-cinquante ans pour voir surgir de terre de grandes mosquées comme celle de Cordoue (785) ou de Séville (844)[48], par la suite toutes les villes qui aspiraient à concentrer des pouvoirs importants financent la construction de grandes mosquées comme ce fut le cas par exemple à Badajoz où Ibn Marwan comprend la nécessité d'y bâtir un imposant bâtiment signe de l'opulence de la ville qu'il a fondée[48]. Enfin, il est important de noter que dans beaucoup de cités, essentiellement dans celles contrôlées par des Latins convertis, la construction des mosquées est un signe de rattachement à l'islam. Enfin, la vague de construction de mosquées à la fin du IXe siècle jusqu'au début du Xe siècle marque le signe de la pénétration de la culture islamique dans la société qui était durant le premier siècle de la conquête arabe restée majoritairement non-musulmane mais aussi de l'affirmation du pouvoir de l'émir.

On dénombre encore aujourd'hui plusieurs mosquées dont la plupart ont été transformées en églises comme à Cordoue, Séville, Niebla[47] mais dans beaucoup d'autres villes, malgré les fouilles, la localisation des édifices religieux musulmans est difficile et seuls les textes de l'époque nous donnent une information souvent vague sur l'emplacement de ceux-ci.

Bien que les traces écrites soient rares, les fouilles permettent de retrouver au sein de villes considérées comme des grands centres de pouvoirs les contours de citadelles[49]. Placées sur la meilleure position de la ville, offrant la vue la plus large, les citadelles avaient pour but la défense contre les ennemis extérieurs mais parfois la population locale représentait une plus grande menace. C'est ainsi que dans des villes comme Tolède ou Séville par exemple, le mur d'enceinte est rasé et les pierres utilisées pour la construction d'une forteresse permettant de préserver le gouverneur et ses soldats en cas de révolte de la population[50]. Les citadelles se différenciaient aussi en fonction de leur situation géographique; à l'est du pays comme à Murcie ou Dénia, les villes possédaient des citadelles quasiment imprenables, ce qui n'était pas le cas à l'ouest vers la zone de l'actuel Portugal[49]. Enfin, comme les mosquées et la citadelle, les ports, les marchés, les cimetières et les bains étaient aussi sous l'autorité directe du sultan[51].

Les principales villesModifier

Cordoue, la capitaleModifier

Ville importante dès l'époque romaine, Cordoue est avantagée par sa position géographique. Proche du Guadalquivir et située au milieu de vastes champs très fertiles elle est une des premières cités à être conquise par les armées arabo-berbères, qui en confieront la défense à des Juifs en 711. En 716, elle se retrouve au centre du pays lorsqu'il est décidé qu'il serait judicieux d'en faire sa capitale au détriment de Séville. Le vieux pont romain en ruine est reconstruit de même que la muraille. On y vient de toute la péninsule et d'Afrique du Nord. Dès l'arrivée du premier émir, Abd Al-Rahman Ier on y construit une grande mosquée faisant face au fleuve mais aussi un palais, l'Alcazar, où ont lieu toutes les cérémonies officielles, les réceptions. À l'extérieur de la ville Abd Al-Rahman Ier construit la Rusafa en souvenir des palais syriens de son enfance. Deux siècles plus tard, le centre-ville de Cordoue qui compte près de quarante-sept mosquées s'enrichira du palais d'Abd al-Rahman III, Madinat al-Zahra, chef-d'œuvre ayant coûté des sommes faramineuses mais qui permettait au nouveau calife d'affirmer son pouvoir et montrer aux autres puissances européennes sa puissance. La ville, qui du temps d'Al-Hakam II comptait dans ses bibliothèques plus de 400 000 ouvrages recueillis à travers toute la Méditerranée, est aussi un grand centre culturel mais aussi théologique grâce aux théologiens venus s'y installer.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Le nombre d'habitants que compte la ville à son apogée au Xe siècle est très difficile à estimer ; les historiens espagnols comme R. Carande l'estiment à plus de 500 000 habitants. La taille de la ville qui faisait près de 14 kilomètres de périmètre était elle aussi gigantesque pour son époque. La madinah ou la kasbah, qui en constituait le centre, était entourée d'une grande muraille bâtie sur le tracé d'un ancien rempart romain. Le centre-ville était coupé de deux grandes voies qui menaient vers les différents quartiers de la ville. Ce centre-ville, où étaient essentiellement regroupés les familles juives mais aussi les autres artisans et commerçants est devenu rapidement trop petit pour accueillir les nouveaux arrivants. Hormis les Berbères et les Arabes, la capitale cordouane comptait de nombreux Esclavons venus d'Europe du Nord mais aussi des Noirs d'Afrique ou encore des Mozarabes, ces Chrétiens ayant adopté le style de vie islamique et où ils possèdent de nombreux couvents et églises[C 4].

La ville qui amorce un lent déclin avec la guerre civile au XIe siècle au profit de Séville, est définitivement perdue en 1236 lorsque les armées de Ferdinand III de Castille la capturent.

SévilleModifier
 
Reconstitution d'un combat entre les chefs de troupes d'Al-Andalus et Vikings. Almeria, 2017.

Capitale de 713 à 718, Séville, est une cité en perpétuelle rébellion contre l'autorité des émirs de Cordoue. Il est extrêmement difficile de connaître l'état économique de la cité.

Certains indices permettent cependant d'en avoir une idée, ainsi la facilité qu'avaient eu les Vikings à piller Séville en 844 semble montrer que la ville ne disposait pas des fortifications adéquates, d'où une certaine précarité des gouverneurs locaux[52]. À la suite de ce pillage, Abd Al-Rahman II entreprend la reconstruction de la ville en bâtissant une mosquée (agrandie par la suite par les Almohades qui y ajoutent la Giralda), un souk, un arsenal et surtout d'un réseau de tours et de murailles qui donnent à la ville la réputation de cité imprenable. Grâce à ces constructions, Séville est prête à prendre son envol ; le gouverneur de la cité jouit d'un pouvoir qui égale celui de l'émir de Cordoue, il rend la justice, possède sa propre armée et ne paie pas d'impôts au pouvoir central. Avec Abd Al-Rahman III, les fruits des succès sont visibles, on y accroît la culture des olives, du coton[53] et de l'agriculture en général. Au XIe siècle, la ville connaît son apogée au temps des royaumes de taïfas et finit même par annexer Cordoue, l'ancienne capitale, dont elle ravira la place avec le règne des Almohades. Sa proximité avec la mer en fait un des plus grands ports du pays ; c'est de là que partent les marchandises vers Alexandrie essentiellement, ce qui permet à de nombreuses familles d'amasser de grandes richesses, si bien que les témoins de l'époque rapportent qu'il n'y a pas dans tout le pays de familles plus riches et plus adonnées au commerce et à l'industrie qu'à Séville.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Tolède et ValenceModifier
 
Vue sur Tolède, la ville est à l'époque d'Al-Andalus la plus importante ville mozarabe.
 
Entrée de Jacques Ier d'Aragon à Valence en 1238.

Capitale du royaume Wisigoth jusqu'en 708, Tolède est la ville qui a le mieux gardé son héritage romain. C'est elle aussi qui même longtemps après la Reconquista a su garder son esprit de tolérance. Durant l'époque du califat la ville qui compte une très importante communauté mozarabe et juive est un exemple de la Convivencia. C'est une cité prospère grâce à son marché mais aussi avec ses riches terres fertiles et de plus, sa situation sur le Tage à la rencontre de trois collines lui confère une importance militaire de premier ordre, malgré tout c'est la première ville de cette envergure qui sera prise lors de la reconquête. À sa plus grande extension la ville compte 30 000 habitants. Le , la ville tombe sous les coups d'Alphonse VI de León qui perpétue l'esprit de tolérance et soutient les arts et les sciences avec la traduction de nombreux ouvrages arabes.

En ce qui concerne Valence, la ville n'acquiert son importance que tardivement. Fondée par les Romains, c'est une des premières cités à tomber aux mains des armées de Tariq ibn Ziyad qui l'arabisent et devient un centre de la culture arabe dans la péninsule. Ce n'est qu'avec la chute du califat que la ville commence son rayonnement avec l'arrivée massive de familles d'Afrique du Nord qui contribuent à sa prospérité.

Culture et sciencesModifier

Les sciences et techniques issues de la civilisation islamique se développent en Al-Andalus dès les premiers temps de la conquête musulmane de l'Hispanie.

Les troupes démobilisées à la suite de la défaite face à la cavalerie franque, composées d'Arabes et de Berbères appelés collectivement Maures, en s'installant dans ces nouvelles terres de la péninsule Ibérique, sont émerveillées de la présence de ruisseaux et de terres si fertiles.

C'est un âge d'or de la civilisation islamique qui va donner naissance à de nouveaux savoirs dans la péninsule, notamment dans les domaines de l’ingénierie, de l'agriculture[54] et de l'architecture. Ils engendreront des chefs-d'œuvre d'architecture tels que l'Alhambra et la grande mosquée de Cordoue. La médecine est également une des plus avancées au sein du monde médiéval[55].

SociétéModifier

Société médiévaleModifier

D'un point de vue général, Al-Andalus est une partie de l'Empire musulman classique inscrit au cœur du Moyen Âge. Les territoires sous domination musulmane ont une structure d'Empire, c'est-à-dire que différents peuples avec différentes religions et différentes langues y cohabitent. Sur la plupart d'entre-eux, les populations non musulmanes et non arabophone sont dominantes jusqu'au XIe siècle[56].

L'ensemble de ces sociétés sont médiévales. Elles sont d'abord dominées par les religions, et particulièrement par la religion du souverain. Les sociétés sont organisées en communautés. On y distingue les confessions (Musulmans sunnites, Chiites, juifs, chrétiens, Zoroastre notamment), les groupes ethniques (berbères, wisigoths, arabes... ), le statut de noble, de religieux, de serf, d'esclave, et la condition de femme. L'organisation est pragmatique[56], les communautés sont séparées, l'infériorisation juridique des communautés et des minorités est la norme[56], et elle est d'autant plus marquée que les communautés sont petites.

Al-Andalus s'inscrit complètement à la fois dans sa condition de territoire d'un empire et possède une organisation médiévale typique. Cependant, son évolution diffère sur certains points des autres territoires sous domination musulmanes. D'une part, l'islamisation y est dominante dès le Xe siècle alors que les autres territoires sous domination musulmanes sont encore majoritairement non musulmans au XIe siècle[56]. En suite, au XIIe siècle, l'essentiel des communautés non musulmanes disparaissent d'Al-Andalus, au contraire de la plupart des territoires ayant appartenu à l'Empire musulman et dont beaucoup traversent le Moyen Âge en comptant d'importantes minorités religieuses.

Cette évolution différenciée est en premier lieu le contre coup de la Reconquista qui en fragilisant et en renversant les pouvoirs musulmans successifs ouvrit la voie aux courants les plus rigoristes tels que ceux portés par les Almohades.

Composition ethnique à l'arrivée musulmaneModifier

Il est extrêmement difficile de déterminer le nombre de personnes vivant en Al-Andalus tant les frontières mobiles et les guerres ont façonné la démographie du pays. À son âge d'or, il est avancé le chiffre de dix millions de résidents, non-musulmans compris. On y trouvait des Celtes et des Wisigoths antérieurs à l'arrivée des Arabes, des Berbères, des Slaves, des Francs entre autres[C 5].

La société andalouse était fragmentée en fonction de la religion mais aussi de l’ethnie. Dans la seconde partie du VIIIe siècle, on recensait :

  • des chrétiens, présents sur ces terres avant l'arrivée des musulmans[C 6] ;
  • des juifs : comme les chrétiens ils sont antérieurs à l'arrivée musulmane mais sont persécutés durant les dernières décennies par les rois wisigoths (conversions forcées, interdictions des synagogues)[C 6] ;
  • des musulmans, essentiellement des commerçants nouvellement installés dans le pays.

Parmi les chrétiens on pouvait distinguer ceux qui avaient conservé leur culture antérieure et les Mozarabes qui avaient adopté, après la conquête musulmane, les coutumes et la langue arabes, tout en maintenant leur religion.

Au sein des musulmans il y avait :

  • les Kaïssites, Arabes du Nord de la péninsule arabique ;
  • les Yéménites, traditionnellement opposés aux Kaïssites ;
  • les Berbères, convertis moins d'un siècle plus tôt en Afrique du Nord : malgré leur investissement dans la conquête de la péninsule Ibérique, ils font l'objet de discriminations de la part des Arabes.

Ethnies principales du VIIIe au XIVe siècleModifier

 
Târiq ibn Ziyad, esclave berbère affranchi qui à la tête d'une armée conquiert une grande partie de la péninsule Ibérique.

En dehors des personnes en position de pouvoir, il est difficile de comprendre des dynamiques sociales à l’œuvre ou de leurs interactions à cause de la très faible documentation qui nous est parvenue. La documentation disponible après la reconquête étant plus importante et la structuration initiale de la vie publique ayant peu évolué, elle peut donner des indices sur les interactions de ces groupes.

Le VIIIe siècle a été très marqué par l'instabilité globale d'Al-Andalus, sur ses frontières extérieures comme sur le plan politique. Le IXe siècle a été marqué par une forte islamisation de la société, une vague de martyrs chrétiens, d'importantes tentatives de sécessions de territoires par des mozarabes. Au Xe siècle la société est essentiellement musulmane. Elle semble pacifiée lors de l'instauration du Califat. Il existe alors un grand nombre de communautés en Al-Andalus, qui structurent la vie publique. D'une façon générale, ces communautés vivent avec leurs propres lois et ne se mélangent pas.


Les ArabesModifier

Les Arabes établis dans le Sud et le Sud-est, sont solidaires entre eux et ont un fort sentiment ethnique. Ces caractéristiques compliqueront le travail des premiers émirs pour pacifier le pays[C 7]. À leur arrivée dans la péninsule, leur nombre ne dépasse certainement pas les 10 000, familles comprises, ce qui les place en nombre inférieur par rapport aux Berbères. Par la suite, arrivant d'Égypte, du Hedjaz et de tout le monde arabe en général, ils se regroupent au sein des villes en fonction de leur origine, les Arabes de Homs s'installent autour de Séville, ceux de Damas à Grenade (Espagne), ceux de Palestine à Malaga.

Bien qu'en majorité citadins et axés sur le commerce ou occupant de hauts postes dans l'administration, les Arabes sont aussi de grands propriétaires terriens. Piètres agriculteurs ils préfèrent reléguer ces tâches aux Latins qui contre toute attente trouvent une source de libération face à l'incompétence arabe à exploiter les terrains. Au fil des siècles et des mélanges avec les Wisigoths, la population arabe s'accroît mais son pouvoir diminue au profit d'une civilisation arabo-hispanique qui perdurera jusqu'à la chute de Grenade[C 8]. D'autre part, selon l'historien Pierre Guichard, tous les princes Omeyyades qui se succèdent au pouvoir à Cordoue sont des fils d'esclaves concubines dont la majorité était d'origine indigène, des « Galiciennes », provenant des zones restées chrétiennes de l'Espagne du Nord et du Nord-Ouest. Ainsi, selon l'auteur, « à chaque génération, la proportion de sang arabe coulant dans les veines du souverain régnant diminuait de moitié, si bien que le dernier de la lignée, Hicham II (976-1013) qui, au vu de la seule généalogie en ligne masculine est de pure souche arabe, n'a en réalité que 0,09 % de sang arabe »[57].

Parmi les Arabes, il faut distinguer les populations d'Afrique du nord très récemment islamisées et arabisées après 80 ans de lutte et qui considèrent les conquérants comme des envahisseurs. Ces tensions s’apaisent durant le Xe siècle et deviennent anecdotiques après la guerre civile, lorsque les Berbères prennent le pouvoir.

Les BerbèresModifier

Souvent originaires des montagnes de l'Atlas, les Berbères habitent différentes montagnes du centre et du Nord de l'Espagne. Ils y mènent une existence de cultivateurs et de pasteurs, comme dans leurs patries d'origine. Plus nombreux que les Arabes et tout aussi solidaires entre eux, volontiers autonomes, ils poseront constamment des problèmes aux différents pouvoirs centraux[C 7]. Indispensables et sollicités par les forces armées, en Afrique du Nord comme au nord d'al-Andalus, les émirs et califes s'en méfient toutefois car ils les savent rebelles et en mesure de contester leur pouvoir. Par exemple, Almanzor (al-Mansur), s'appuie largement sur eux dans sa conquête personnelle du pouvoir. On constate également que les Berbères prennent effectivement le pouvoir dans plusieurs taïfas à l'issue de la guerre civile de 1031.

En majorité musulmans, leurs tribus d'origine comptaient des populations païennes, voire chrétiennes et juives et des convertis superficiels à l'islam, réputés enclins aux schismes et aux apostasies[58],[59]. Le partage des terres arables tourne visiblement en leur défaveur par rapport aux Arabes, nettement privilégiés. On les place souvent dans des zones montagneuses de moindre intérêt économique, mais ils héritent aussi de certaines terres riches « au contact » de potentielles incursions chrétiennes, dans la vallée de l'Ebre et le pays de Valence[58],[59]. Ils se trouvent ainsi éloignés des superstructures centrales d'Al-Andalus et jouent un rôle de défenseurs de première ligne face aux menaces d'incursions des Francs et chrétiens libres[58],[59]. Ils sont visiblement nombreux dans les territoires où se développera par la suite la conquête catalane (basses régions de l'Ebre, Levant valencien)[58],[59].

Les mozarabesModifier

Le terme de mozarabe signifie « arabisé », aucun texte andalou le mentionnant n'a été conservé. Il est employé par des auteurs des royaumes chrétiens pour désigner des chrétiens vivant en terre d'Islam et le binôme chrétien/arabisé perdure jusqu'au XXe siècle[60].

Cependant, en Al Andalus est probable que ce terme ait été utilisé de façon plus large, pour désigner les individus parlant arabe mais n'ayant pas de filiation arabe : l'ensemble des chrétiens, mais aussi des juifs ou des berbères islamisés et arabisés[60].

Les chrétiens mozarabesModifier

Les chrétiens sont d'origine ibérique, celte, romaine ou wisigothique suivent le rite de saint Isidore. Cyrille Aillet explique que durant les troubles de la seconde moitié du IXe siècle, les chrétiens de langue latine disparaissent au profit de chrétiens de langue arabe, nommés mozarabe par les chrétiens de langue latine dans les royaumes du nord d'Al Andalus. Ceux-ci  donnent lieu à une culture arabo-chrétienne à Cordoue[61].. « La plus étonnante des conclusions de la patiente recherche de Cyrille Aillet, c'est que les mozarabes sont moins une « communauté » au sens où on l'entend aujourd'hui, un groupe humain fermé sur des traditions qui le distinguent et le séparent des autres, qu'une façon d'être - l'auteur dit très joliment qu'il existe « une situation » mozarabe »[62].

Ils suivent le rite d'Isidore de Séville jusqu'au XIe siècle, le rite latin par la suite. Représenté par un comes ou comte mozarabe lui-même, ils conservent leurs sièges épiscopaux, couvents et églises. Certains parmi eux atteignent de hauts rangs dans la société, ce qui leur permet d'acquérir toutes les sciences et cultures de l'Orient et qu'ils retransmettaient à leurs coreligionnaires chrétiens du Nord de la péninsule au fur et à mesure de la reconquête. Durant la reconquête le rite de saint Isidore est remplacé sans ménagement par le rite romain sous l'influence de Cluny.

À la fin du XIe siècle et la prise de Tolède par les chrétiens la présence de chrétiens de langue et de rite latins augmente à nouveau de par le repeuplement lors de la Reconquête dès le XIe siècle. Les nouveaux venus suivent alors le rite latin et relèvent de l'Église de Rome, à l'époque encore membre de la Pentarchie ; sur les côtes sud appartenant à l'Empire romain d'Orient, quelques églises suivent le rite grec et relèvent de l'Église de Constantinople[C 6].

Dans Al-Andalus, la conquête Almohavide provoque des émigrations vers le nord chrétien dont ne reste plus de communauté structurée à partir du XIIe siècle et ce contrairement à de nombreux autres territoires ayant appartenu à l'Empire musulman.

MuladiModifier

Les convertis à l'islam ou muwallads sont le groupe le plus important du pays, essentiellement des chrétiens convertis ou nés de parents de couples mixtes. Ils peuvent être d'origine ibérique, celte, romaine ou wisigothique. Si les premières conversions ont lieu rapidement après l'arrivée des Arabes, elles restent peu nombreuses au VIIIe siècle et ce n'est qu'à la moitié du IXe siècle qu'a lieu une forte islamisation de la société sous le règne de Abd al-Rahman II, suscitant d'importantes tensions : vagues de martyrs et tentatives de sécessions (Omar Ben Hafsun). Au Xe siècle avec l'instauration du Califat l'essentiel de la population d'origine wisigothe est désormais musulmane.

Tolède est une des villes les plus peuplées en muwallads et donnera de nombreux religieux musulmans de haut rang. De leurs origines romaines il ne reste pour beaucoup que des anthroponymes comme les Banu Angelino ou les Banu Martin par exemple. Mis à l'écart les deux premiers siècles, ils exigent rapidement les mêmes droits que les Arabes et les Berbères, et ils les obtiennent grâce aux révoltes d'Ibn Marwân entre autres, mais aussi grâce aux politiques intégrationnistes mises en place par les émirs Al-Hakam Ier et d'Abd al-Rahman II au VIIIe siècle et IXe siècle. C'est à cette époque qu'un mouvement de conversion massif à l'islam s'opère au sein des Wisigoths ce qui modifie le rapport des religions puisque les musulmans finissent par représenter près de 80 % de la population[63]. C'est la communauté la plus fidèle et fiable aux yeux des émirs et des califes[C 9].

Les EsclavonsModifier

Les Esclavons, appelés Saqaliba en arabe, constituent un groupe important dans la société andalouse. Comme durant l'époque romaine et à Byzance, si l'Afrique subsaharienne reste une source pour les esclaves, ceux-ci sont capturés et achetés essentiellement en Europe, les Esclavons sont essentiellement des Slaves et des Germains provenant d'Europe centrale et orientale et convertis à l'islam pour échapper à leur condition servile initiale. Sous Abd al-Rahman II, ils sont ramenés en grand nombre en Andalousie. Certains d'entre eux reçoivent une éducation poussée qui leur permet d'obtenir de hauts postes dans l'administration. Devenant pour certains grands fauconniers, grands orfèvres ou encore commandants de la garde, ils finissent par former un groupe à part, se favorisant mutuellement les uns les autres. Ils jouent un rôle important dans l'éclatement du pays au XIe siècle lors de leurs luttes contre les Berbères. À l'époque des taifas, plusieurs Esclavons parviennent à arracher un royaume comme à Valence, Almeria ou Tortosa et à en faire une puissante entité politique[C 10].

 
Localisation des œuvres mozarabes à travers la péninsule.


Les JuifsModifier

Les juifs sont également de langue arabe. Ils habitent essentiellement dans les villes, travaillaient principalement dans les métiers dévalorisés ou interdits par les autres religions (crédit, commerce)[64]. Ils comptent plusieurs médecins et lettrés, certains sont nommés ambassadeurs[C 11]. À partir de la conquête Almoravide, et plus encore après la conquête Almohade, leur situation se dégrade. Un grand nombre rejoint les territoires dominés par les Chrétiens[65] et l'Afrique du Nord, avec notamment le cas célèbre de Moïse Maïmonide rejoignant l’Égypte de Saladin.

Aux XIVe et XVe siècles, ils fuient de nouveau les persécutions et l'Inquisition du nord chrétien. Ils rejoignent en particulier Grenade où ils sont plus de 50 000 juifs à Grenade lors de la prise de la ville par la Castille.

ReligionsModifier

 
Illustration représentant des soldats juifs combattant dans les forces de Muhammed IX, sultan de Grenade, 1431.
 
Un juif et un musulman qui jouent au jeu d'échecs au XIIIe siècle en Andalousie.

IslamModifier

L'islamisation de la société après la conquête arabe est rapide. Selon certains auteurs, au Xe siècle, la moitié de la population serait déjà islamisée, 80 % au XIe siècle et 90 % au XIIe siècle[66]. Cyrille Aillet, dans son étude sur la déchristianisation d'Al-Andalus à partir de la vague de martyrs du IXe siècle, perd toute trace de présence chrétienne à Tolède jusqu'en 1067[Note 4] et fait l'hypothèse que les chrétiens du XIe siècle sont de nouveaux venus ou revenus[67] « [À Tolède], on perd toute trace de population chrétienne entre 893 et 1067 : les chrétiens du XIe siècle étaient-ils le prolongement de ceux du IXe siècle, ou bien s’agit-il de nouveaux venus ?[68] ». Dans l'Espagne médiévale - en territoire chrétien comme musulman - l'intégration, l'assimilation, les liens religieux et ethniques ont un caractère dynamique que Cyrille Aillet étudie région par région dans une « Géographie évolutive du christianisme d'Al-Andalus ». L'ensemble des études contemporaines s'accordent sur la réalité très mouvante des liens religieux dans l'Espagne médiévale, qui sont tant le fait d’absorptions exclusives que de mouvements de populations.

L'islam sunnite a été la religion officielle de l'Espagne musulmane de la conquête en 711 jusqu'à la chute du royaume de Grenade en 1492. Le courant théologique officiel était l'acharisme. La jurisprudence y était exercée dans un premier temps selon l'école juridique awzâ'ite pour ensuite être appliquée selon l'école malékite. La jurisprudence zâhirite fut parfois appliquée mais son influence fut minime et ponctuelle[69]. Les autres « religions du Livre » furent acceptées avec, toutefois, des périodes de répression. Au XIe siècle, l'islam était devenu la religion majoritaire et les musulmans constituaient plus de 80 % des habitants d'Al-Andalus[70].

Non-musulmansModifier

Les conditions de vie des non-musulmans ont fait l'objet de nombreux débats autour du concept de convivencia, concept abandonné par les historiens. Le spectre de ces débats a été constitué de María Rosa Menocal, spécialiste de la littérature Ibérique qui considère que la tolérance faisait partie intégrante de la société andalouse. Selon elle, les dhimmis, formant la majorité de la population conquise, bien qu'ayant moins de droits que les musulmans, avaient une meilleure condition que les minorités présentes en pays chrétiens. A l'autre extrême se trouve, par exemple, l'historien Serafín Fanjul, qui souligne que la convivencia sous-jacente aux débats a souvent été exagérée par les historiens[71]. Pour Rafael Sánchez Saus également, la vision irénique de Menocal ne correspond pas à la réalité : « dans al-Andalus, il n'y a jamais eu de volonté d'intégrer la population conquise dans un système ethniquement et religieusement pluriel. Ce qui a été instauré c'est le moyen de perpétuer la domination d'une petite minorité de guerriers musulmans orientaux et nord-africains sur la population autochtone »[65]. L'approche contemporaine d'Emmanuelle Teixer Dumesnil explique que la notion même de tolérance est anachronique dans l'ensemble des sociétés médiévales et que les relations sont fondées sur d'autres rapports que la tolérance ou l'intégration qui sont des concepts issus des Lumières[72].

Comme dans toutes les sociétés médiévales, les droits des communautés d'autres religions sont manifestement inférieurs, et, outre la religion, l'ethnie, le sexe, le statut social participent à cette infériorisation juridique systématique. Les jurisconsultes tentent d'imposer une « coexistence dans l'évitement » dont l'application est très inégale selon le statut social : l'interdiction de mariages mixtes était une réalité dans les palais de Medinat Alzahara peu suivie dans la Qaturba ouvrière. Par ailleurs, la diffusion effective de ces règles au-delà de Cordoue était variable selon la région, la situation urbaine ou de campagne et l'ensemble donne lieu à des réalités très contrastées selon la situation de chacun. Alors qu'on ne trouve plus de présence chrétienne à Tolède au Xe siècle et que l'arabisation est presque totale, Ibn Hawqal (2e partie du Xe siècle) indique la présence d'exploitations agricoles regroupant des milliers de paysans chrétiens « ignorant tout de la vie urbaine » parlant une langue romane, et qui peuvent se rebeller et se fortifier dans les hauteurs[73].

Jusqu'au tournant du IXe siècle, les musulmans sont peu nombreux. Les non-musulmans, formant la majorité des populations autochtones lors de la conquête, avaient le statut de dhimmi et payaient la jizya. Jusqu'à l'islamisation suscitée par Abd al-Rahman II (822-852), l'église mozarabe collabore avec les nouveaux souverains en échange de tribus ; les évêques coopèrent pleinement et maintiennent leurs privilèges économiques[27]. De façon générale, les historiens Bernard Lewis, S.D. Goitein et Norman Stillman s'accordent à dire que le statut de dhimmi auquel étaient soumis les juifs et les chrétiens était un statut manifestement inférieur, et qui s'est dégradé au fur et à mesure de l'effritement de la domination musulmane.

La période troublée de l'Émirat voit des vagues de martyrs chrétiens. La guerre civile qui secoue la seconde partie du IXe siècle est menée par les nombreux muwladis, convertis à l'Islam, revendiquant le même statut social que les Arabes qu'ils tentent de renverser. Bien qu'Al-Andalus soit l'une des sociétés islamiques médiévales les mieux connues, à la fois par les écrits, à la fois par l'archéologie[74], jusqu'au XIe siècle, nous ignorons presque tout de la population juive, son organisation, sa dynamique sociale. Si à cette époque la ville Cordoue ne semble pas avoir de quartiers confessionnels, nous n'avons d'informations que sur une poignée de personnes, principalement sur Hasday ibn Ishaq ibn Shaprut[75]. Les informations concernant les chrétiens ne sont guère plus étendues. Elles indiquent que Recemund, évêque d'Elvira était au service du Calife comme ambassadeur et intermédiaire avec Juan de Gorze, et, pour le reste des habitants, elles permettent seulement de déduire que cette période a été plus calme que la précédente qui fut marquée par des vagues de martyrs. Les conversions vers l'islam sont rapides et ne semblent pas être contraintes[39].

Les périodes plus récentes sont un peu mieux connues. La fin de la guerre civile provoque un abandon de l'orthodoxie à laquelle le calife était censé veiller. Les juifs sont d'actifs collaborateurs du pouvoir musulman[65] mais avec la maturation chrétienne au nord, la faiblesse structurelle des Taïfas provoque un raidissement du pouvoir musulman envers religions minoritaires. Leur sort se dégrade avec les premières avancées chrétienne (1064, Barastro) qui se concluent par la prise emblématique de Tolède (1085). Pour Christine Mazzoli-Guintard, l'assassinat d'un vizir juif suivi de pogroms (1066) s'inscrit dans cette logique[45]. En 1118, Alphonse Ier d'Aragon fait subir de lourdes défaites aux Almoravides en prenant Saragosse, puis en assiégeant Grenade et attaquant plusieurs villes du Guadalquivir (1125-1126). Dans ces régions, les chrétiens sont déportés au Maghreb, ou doivent se convertir, ou s'enfuient en accompagnant les armées chrétiennes lors de leur retraite. L'ensemble provoque un déclin radical des communautés chrétiennes[76]. Au XIIe siècle avec l'arrivée des Almohades met un terme au statut de dhimmi, les juifs choisissent soit la conversion à l'islam ou la fuite vers les royaumes chrétiens du nord, l'Afrique du Nord ou la Palestine[65]. La situation se détend à partir de la seconde partie du XIIe siècle, l'islamisation est alors presque totale.

Serafín Fanjul définit la société du royaume de Grenade (1238-1492) comme « une société monoculturelle, avec une seule langue, une seule religion. Une société terriblement intolérante, par instinct de survie, puisqu'elle était acculée à la mer[77] ». Il reste cependant un important quartier juif à Grenade.

Durant la période Califale, les lois indiquent que le musulman se déplace sur un cheval, le chrétien sur un âne[66], les amendes infligées pour les mêmes infractions sont inférieures de moitié pour les musulmans[66], les mariages mixtes entre les hommes chrétiens ou juifs et les femmes musulmanes sont quasiment impossibles[66], le témoignage d'un chrétien contre un musulman n'est pas recevable devant un tribunal[66]. Le chrétien ne peut avoir de serviteur musulman[66]. Emmanuelle Teixer Dumesnil souligne cependant que « quand on répète inlassablement que les dhimmî ne doivent pas monter à cheval, doivent porter des signes distinctifs et ne peuvent se mélanger aux musulmans, c’est précisément parce qu’il se passe le contraire au sein de sociétés auxquelles ils sont pleinement intégrés[56] ». Le pouvoir recherche une cohabitation dans l'évitement pour « sauvegarder » la foi de chacun et éviter les synchrétismes, mais ses succès sont limités, notamment dans la ville de Cordoue. En effet, si les groupes confessionnels ne sont pas intimes, les quartiers populaires de la Qaturba ne sont pas confessionnels et l'espace public est partagé. Les mariages entre chrétiens et musulmans restent nombreux parmi les domestiques et esclaves[45] et la réalité vécue par les différents groupes sociaux est très différente[45] .

La situation des chrétiens dans les premiers temps était différente selon les villes et les traités que les autorités locales avaient établis à l'arrivée musulmane. Dans la région de Mérida ils peuvent garder leurs propriétés à l'exception des ornements des églises. Dans les provinces d'Alicante et de Lorca ils versent un tribut. Dans d'autres cas il arrivait aussi que la situation ne leur soit pas aussi favorable comme pour certains grands propriétaires chrétiens qui voient leurs terres en partie spoliées[C 7]. La situation chaotique du pays empêcha une application trop rigoureuse de la « dhimma » ce qui permit de conserver les traits religieux et culturels distincts des chrétiens[65]. Néanmoins, à partir de 830, avec l'arabisation et l'islamisation du pays, le changement est patent. La chrétienté connaît par la suite un rapide déclin démographique et culturel[65]. Ce n'est qu'à l'époque du califat qu'une plus grande tolérance se fait jour car les chrétiens ne constituent plus une menace pour le pouvoir[65]. Dans la deuxième moitié du XIIe siècle, il n'existe plus de communautés chrétiennes organisées dans al-Andalus[65].

ReconquistaModifier

Avant 1085, date de la prise de Tolède par les chrétiens, la péninsule Ibérique était aux quatre cinquièmes sous domination musulmane, le nord relevant de quatre royaumes chrétiens et depuis 806 d'une marche franque créée par Charlemagne avec Barcelone comme capitale[78]. Après cette bataille de Tolède (1085), la Reconquista ou reconquête chrétienne, progresse fortement. Al-Andalus se réduit à un peu plus de la moitié du territoire espagnol. Lorsque les chrétiens commencèrent à s'unir pour repousser les musulmans installés depuis les années 720, la région était dirigée par un calife, le calife de Cordoue. Après Tolède, la Reconquista s'accélère au XIIIe siècle avec l'importante défaite musulmane lors de la bataille de Las Navas de Tolosa en 1212, grande victoire catholique historique, suivie de la conquête de Cordoue en 1236 et de Séville en 1248. Des milliers de musulmans quittent l'Espagne ou se réfugient dans le petit royaume de Grenade[78].

En 1237, en pleine déroute, un chef musulman nasride prend possession de Grenade et fonde le royaume de Grenade, reconnu vassal par la Castille en 1246 et qui devait ainsi lui payer un tribut. De temps en temps, éclataient des conflits dus au refus de payer et qui se terminaient par un nouvel équilibre entre l'émirat maure et le royaume chrétien. En 1483, Mohammed XII devient émir, dépossédant son père, événement qui déclencha les guerres de Grenade. Un nouvel accord avec la Castille provoqua une rébellion dans la famille de l'émir et la région de Malaga se sépara de l'émirat. Málaga fut prise par la Castille et ses 15 000 habitants furent faits prisonniers, ce qui effraya Mohammed.

Pressé par la population affamée et devant la supériorité des rois catholiques, qui avaient de l'artillerie, l'émir capitule le , mettant ainsi fin à onze ans d'hostilités et à sept siècles de pouvoir islamique dans cette extrémité de l'Espagne. En revanche, la présence de populations musulmanes dans l'Espagne redevenue chrétienne ne prit fin qu'en 1609, lorsqu'elles furent totalement expulsées d'Espagne par Philippe III, inquiet du désir de revanche des Morisques, des troubles qu'ils occasionnaient, des raids barbaresques sur les côtes espagnoles et de l'aide attendue des Ottomans[78].

ÉtatModifier

Économie et commerceModifier

 
Aynadamar, canal construit au XIe siècle et classé monument national permet encore aujourd'hui l'irrigation d'un quartier de Grenade

Les vastes étendues de terres, notamment au Xe siècle lorsque le califat était à son apogée permettait à Al-Andalus d'avoir une agriculture variée. La culture des céréales était surtout localisée sur les terres sèches au Sud de Jaén ou de Cordoue. Les régions à l'ouest de Séville quant à elles étaient de grandes productrices d'huile d'olive et de raisin. Le bananier, le riz, les palmiers ou encore la canne à sucre étaient cultivés dans le sud et le sud-est. Les fruits et légumes comme l'asperge, l'amandier, le cerisier ou l'oranger par exemple, ont été introduits très tard dans le pays. Le coton était essentiellement produit dans la région de Valence ou de Murcie enfin le ver à soie et le lin l'étaient dans la région de Grenade. Les vastes étendues boisées autour de Cadix, Cordoue, Malaga ou Ronda permettaient au pays de lancer de grands projets coûteux en bois, comme les chantiers navals. En cas de mauvaises récoltes comme au début du Xe siècle, les céréales étaient importées d'Afrique du Nord des ports d'Oran ou de Tunisie[C 12].

Al Andalus est cependant très dépendant économiquement du Maghreb, tant pour la main d’œuvre que pour les circuits économiques et certaines denrées[37]. Dès la période Émirale, le contrôle du Maghreb, (jusqu'aux routes trans-sahariennes, Sidjilmassa et la boucle du Niger) devient impérative. Elle est obtenue grâce à des coups de forces réguliers et des accords mouvants avec les tribus dominantes[37]. La dépendance économique est bien étayée. Al-Idrissi, dans son Kitâb nuzhat al-mushtaq fî ikhtirâq al-âfâq (milieu du XIIe siècle) revient de manière récurrente sur les liens économiques d’interdépendance entre l’Andalousie et les ports marocains[37]. Il souligne également, autour de Cordoue, la quasi monoculture de l'olivier[37]. Pour Francis Manzano, cette dépendance au Maghreb sans contrôle fort est « une épine dans le pied » d'Al-Andalus qui génère des fragilités structurelles accentuées pendant les périodes Omeyyades par les distensions entre arabes et berbères[37].

Industrie textileModifier

Arrivée de Chine par la Perse, la soie est cultivée essentiellement dans la région du haut Guadalquivir aux pieds des sommets de la sierra Nevada et de la sierra Morena[C 13] enrichissant les villes proches comme Baza où même Cadix. Mais c'est à Almería et ses environs que se spécialisent les artisans qui y fabriquent les étoffes, rideaux ou costumes avant qu'au IXe siècle Séville et Cordoue ne possèdent leurs propres ateliers de tissage[C 14]. Le commerce de la soie était une grande source de richesse pour le pays qui la vendait dans tout le bassin méditerranéen, au Yémen, en Inde mais aussi en Europe du Nord jusqu'en Angleterre. Roger de Hoveden voyageur anglais au XIIIe siècle ou encore la Chanson de Roland parlent de la soie d'Almeria et des tapis de soie. Cependant c'est aussi à partir du XIIe siècle que cette industrie voit sa production chuter. Les Européens et en particulier les Italiens s'ouvrent à ce commerce et leurs marchands s'aventurent de plus en plus sur la route de la soie, de plus la vogue de la laine d'Angleterre ou de Flandres supplante la soie. Malgré tout, la soie andalouse sera exportée jusqu'à la chute de Grenade au XVe siècle[C 15].

La laine quant à elle, exploitée depuis l'Antiquité est essentiellement produite autour du fleuve Guadiana et dans toute l'Estrémadure. Sous la domination musulmane elle est intensément produite et exportée, notamment avec les élevages de moutons de race dite Mérinos dont le nom vient des Mérinides, une dynastie berbère d'Afrique du Nord. C'est du Maghreb que les musulmans de la péninsule apprendront les techniques d'élevage, d'organisation des transhumances entre les différentes saisons, les règles juridiques concernant les droits d'exploitation des sols. Alphonse X de Castille lui-même reprendra ces techniques et juridictions pour les imposer sur ses terres. Bocairent près de Valence est alors un des grands centres de fabrication de tissus dans la péninsule. Les marchands andalous exportent jusqu'en Égypte à la cour des califes fâtimides ou en Perse[C 16].

Métaux, bois et papierModifier

 
Astrolabe andalou en bronze du XIe siècle

Comme dans tout le monde musulman en général les terres andalouses sont pauvres en fer et on est obligé de l'importer d'Inde. Les lames de Tolède sont aussi connues que celles de Damas et se vendent à prix d'or dans tout le bassin méditerranéen ou en Europe. Le métal le plus exploité dans le pays est le cuivre, extrait essentiellement dans la région de Séville qui l'exporte sous forme de lingots ou d'objets manufacturés, décoratifs ou usuels[C 16].

Tout aussi rare que le fer, le bois, matière indispensable pour l'industrie ou la construction navale, manquait cruellement à travers le monde musulman qui était obligé de lancer des expéditions jusqu'en Dalmatie pour trouver des bois de qualité. L'avantage certain que possédait Al-Andalus grâce à ses grandes étendues boisées (surtout autour de Dénia ou Tortosa) lui permettait d'exporter en grande quantité, mais au fur et à mesure que la Reconquista progressait, les forêts se raréfiaient[C 17].

Introduit en Orient quelques années après la bataille de Talas en 751, le papier est une matière essentielle dans l'économie andalouse. Fabriqué dans la région de Xàtiva près de Valence_(Espagne), il acquiert une grande renommée grâce à sa qualité de fabrication mêlant le chiffon et le lin. Très demandé dans tout l'Orient et en Europe il est nommément cité dans la Guenizah du Caire[C 18].

EsclavesModifier

Le trafic d'esclaves est attesté dès la fin du IXe siècle[79]. La grande majorité des esclaves venaient du pays nommé bilad as-Sakalibas c'est-à-dire pays des esclaves et qui englobait toute l'Europe orientale et centrale. Les autres provenaient des steppes d'Asie (bilad Al-Attrak) ou de l'actuel Soudan (bilad as-Sudan). Les esclaves provenant d'Europe étaient essentiellement des Slaves capturés autour de la région de L'Elbe, la Dalmatie ou encore les Balkans. Les Scandinaves sont les principaux vendeurs d'esclaves, ils les acheminent jusqu'aux abords du Rhin où des marchands, essentiellement juifs, achètent les esclaves puis les revendent dans toute l'Europe comme à Verdun qui est le principal centre de castration des esclaves, mais aussi à Prague ou encore en Orient ou en Andalousie. Toutefois avec l'arrivée des Almoravides, le commerce d'esclaves européens diminuera au profit de ceux d'Afrique[C 19].

Grands axes commerciauxModifier

Bien avant l'arrivée des Arabes, la péninsule Ibérique possède de solides infrastructures routières mises en place par les Romains mais laissées à l'abandon avec l'arrivée des Wisigoths. Durant la domination arabe, les principaux axes routiers internes partaient tous de Cordoue, la capitale et rejoignaient les grandes villes du pays comme Séville, Tolède, Almería, Valence, Saragosse ou encore Malaga.

En ce qui concerne le commerce extérieur, le principal axe était celui qui joignait l'Andalousie à l'actuel Languedoc-Roussillon (qui fut durant un demi-siècle une province arabe) avec des villes comme Arles ou Narbonne d'où partaient les marchandises vers toute l'Europe ou l'Orient. Les marchands andalous y achètent essentiellement des armes ou des draps des Flandres et y vendent des soieries et des épices.

Entre 903 et 1229, les Baléares, principalement Majorque, verrouillaient le commerce en Méditerranée, ainsi qu'entre la péninsule et Alger. Les îles offraient également une base pour les expéditions pirates.

Les ports andalous étaient essentiellement tournés vers le commerce avec l'Afrique du Nord, la Syrie ou le Yémen. C'est par voie maritime qu'étaient transportés les produits pondéreux comme le bois, la laine, le blé mais aussi les pèlerins en direction de La Mecque[C 20].

InstitutionsModifier

Gouvernement et bureaucratieModifier

Souverain dans l'ÉtatModifier

Le souverain domine le peuple et possède tous les pouvoirs, n'obéissant qu'à sa seule conscience et aux règles islamiques. Il est le personnage central du pays et plus encore depuis qu'Abd Al-Rahman III s'est fait couronner calife, commandeur des croyants. Le souverain a l'autorité absolue sur les fonctionnaires et l'armée. Il nomme qui il souhaite aux hauts postes de l'État. Le souverain apparaît rarement en public[C 21], surtout après la construction du palais de Madinat Al-Zahra par Abd Al-Rahman III, où les réceptions sont régies par un protocole strict et complexe, ce qui ne manque pas d'éblouir les ambassadeurs occidentaux marqués par la crainte respectueuse qu'inspirait le calife à ses sujets. Le souverain garde auprès de lui dans son palais sa famille.

La plus grande cérémonie dans la vie d'un souverain est la baya, hommage qui marque l'avènement d'un nouveau dirigeant. Sont présents sa famille proche et éloignée, les hauts dignitaires de la cour, juges, militaires, etc. Toutes ces personnes jurent fidélité au nouveau souverain selon un ordre hiérarchique importé du califat Abbasside par Zyriab. Ensuite viennent les fêtes de la rupture du jeûne du mois de Ramadan puis la fête du Sacrifice qui sont célébrées avec faste[C 21].

Marches et KûwarModifier

Il est très difficile de réaliser une carte précise des différentes régions d'Al-Andalus tellement ses frontières étaient mobiles et les changements de dirigeants fréquents. Il est parfois même plus sûr de se fier aux sources chrétiennes qu'aux sources arabes de l'époque. Toutefois dans les grandes lignes et selon de nombreux auteurs arabes le pays était divisé en marches (tughur ou taghr au singulier) et en districts (kûra au singulier, kuwar au pluriel[C 22],[80]).

 
Pièce en or datant du règne Almoravide, Séville, Espagne, 1116. British Museum.

Situés entre les royaumes chrétiens et l'émirat, les marches font office de frontière et de zone tampon. Inspirées des tughur que les Abbassides avaient placés sur leur frontière avec Byzance, ces marches étaient défendues par des forteresses plus ou moins grandes en fonction de l'intérêt stratégique des lieux. Gouvernées par des militaires aux pouvoirs étendus, les populations y vivant bien qu'étant en état de guerre y menaient une existence dans une paix relative dû aux forces que le gouvernement central y plaçait[C 22].

Dans le reste du pays, des garnisons formées de soldats arabes mais aussi des mercenaires garantissent la sécurité du territoire. L'administration quant à elle n'est pas aux mains d'un militaire mais d'un wali qui est nommé et surveillé par le pouvoir central. Le wali gouverne une circonscription provinciale. Chaque kûra possède donc un chef-lieu, un gouverneur et une garnison. Le gouverneur habite dans un bâtiment fortifié (kâsba) du chef-lieu. Le nombre de kûras est assez fluctuant ; al-Muqaddasî nous rapporte une liste de 18 noms. Yâqût en dénombre au total 41 et Al-Râzî, quant à lui donne le chiffre de 37. Apparu dès les débuts de la présence arabe dans la péninsule, ce mode de division administrative, lui-même hérité du modèle des Abaassides de Bagdad ou des Omeyyades de Damas, subsistera jusqu'à la fin de la présence musulmane en Espagne[C 23].

Administration et financesModifier

Le souverain est entouré de conseillers, les vizirs, le premier vizir qui est aussi à la tête de l'administration est le hadjib. Ce dernier est la seconde personne en importance après le souverain et il peut entrer à tout moment en contact avec celui-ci et doit le tenir informé des affaires du pays. Le hadjib est aussi, après le souverain, la personne la mieux payée et il est objet de tous les honneurs, mais en contrepartie il est responsable d'une administration lourde et complexe. Il vit dans l'Alcazar puis à Madinat al-Zahra après la construction de celle-ci[C 24].

Ensuite viennent les « bureaux » ou diwans, qui sont au nombre de trois et dont chacun est dirigé par un vizir. Le premier diwan est la Chancellerie ou le katib al-diwan ou diwan al-rasail. Il a la responsabilité des diplômes et brevets, des nominations et des correspondances officielles. Ce diwan a aussi la responsabilité de la Poste ou barid, système de communication hérité des Abbassides. Enfin le premier diwan gère les services de renseignement[C 25].

Sous l'autorité de Mozarabes ou de Juifs, la gestion des finances ou le khizanat al-mal est organisée de manière complexe. On y comptabilise les revenus de l'État ainsi que les revenus du souverain. En Al-Andalus, les impôts sont la première entrée d'argent, à laquelle s'ajoutent les tributs des vassaux et les recettes extraordinaires. Au cours des siècles, ces entrées varient considérablement : de 250 000 dinars au début de la présence arabe, ce montant va s'élever à un million sous Abd al-Rahman II et jusqu'à cinq millions sous Abd Al-Rahman III et ses successeurs. Ces impôts comprennent la zakât pour les musulmans, la djizîa pour les non-musulmans ainsi que d'autres impôts que le gouverneur lève en cas de besoin. La cour royale représente un poste de dépense important. Sous Abd Al-Rahman III, l'entretien de son palais de Madinat Al-Zahra mais aussi le harem et ses 6 000 femmes, personnel domestique, famille du souverain, engloutit des sommes considérables[C 26].

JusticeModifier

Le calife, lieutenant de Dieu sur Terre, est aussi juge de tous les Croyants. Il peut exercer cette fonction s'il le souhaite, mais en général la délègue à des subordonnés appelés cadi, investis du pouvoir de juridiction . Le cadi de Cordoue est le seul à être directement nommé par le calife, les autres étant en général nommés par les vizirs ou des gouverneurs de province.

Lors d'un jugement, le cadi est seul et il est assisté d'un conseil remplissant un rôle uniquement consultatif. Le cadi est choisi en fonction de ses compétences en matière de droit islamique, mais aussi pour ses qualités morales. Ses jugements sont sans appel bien qu'il soit possible dans certains cas de demander à être jugé de nouveau par le même cadi ou un autre cadi ou par un conseil réuni à cet effet. Les sentences les plus graves sont exécutées par les autorités civiles ou militaires. Outre les jugements, le cadi gère les biens de mainmorte, entretient les mosquées, les orphelinats et tout bâtiment destiné aux plus défavorisés. Enfin il lui est permis de présider la prière du vendredi ou des autres fêtes religieuses.

La justice étant gratuite, le cadi qui se doit d'être d'un caractère pieux et doit rendre justice équitablement, est mal payé. Mais il reste un personnage considérable au sein de l'État. Il n'y a aucun bâtiment conçu pour les audiences de justice : les jugements se font dans une pièce attenante à la mosquée. Le cadi peut juger entre deux musulmans ou entre un musulman et un chrétien. En cas de litige entre chrétiens, c'est un magistrat spécial qui est affecté et qui juge selon l'ancien droit wisigoth ; entre juifs, c'est un juge juif[C 27].

LoiModifier

Au temps d'Al-Andalus, la loi était issue de la charia. Un fonctionnaire était spécialement affecté au maintien de l'ordre public : c'est le sahib al-suk, équivalent d'un officier de police actuel. Il s'assure que la population accomplit les devoirs religieux, du bon comportement de la population dans la rue, de l'application des règles discriminatoires envers les dhimmis. Toutefois sa fonction principale est de traquer les contrefaçons et les tromperies dans les marchés en vérifiant les poids et mesures, s'assurant de la qualité des produits vendus, etc. Les règles auxquelles il doit se conformer sont consignées dans des traités qui indiquent les mesures à prendre pour chaque cas qui se présente. Lorsque le sahib al-suk appréhende une personne, il la remet au cadi pour le jugement. Dans les villes de province, c'est au gouverneur que revient la tâche d'arrêter mais aussi d'exécuter les peines des malfaiteurs[C 28].

DiplomatieModifier

Les difficultés de communication et la lenteur des moyens de transport ne permettaient pas d'avoir une réelle diplomatie hormis avec les voisins proches d'Andalous. Au Xe siècle, l'émirat est encore un jeune État à peine débarrassé des révoltes et des troubles qui l'agitaient à peine un siècle plus tôt. Étant à la frontière de deux grands espaces (latin et oriental), le pays entretenait des relations très riches mais aussi tumultueuses avec eux.

Avec les califes abbassidesModifier

 
Chrétien et musulman jouant au jeu d'échecs. Introduit à la cour andalouse par Zyriab, il est joué depuis plusieurs siècles en Perse

Les rapports entre les Omeyyades et les Abbassides de Bagdad étaient devenus exécrables à la suite de l'assassinat de toute la famille régnante, hormis Abd Al-Rahman Ier. Puis les tensions s'estompèrent peu à peu. Les Omeyyades qui s'étaient établis depuis près de deux siècles avaient perdu leurs traditions orientales, de Damas leur ancienne capitale, il ne reste plus rien du prestige passé hormis quelques bâtiments en ruines, à présent tout le monde arabe se tournait vers Bagdad, Andalous y compris[C 29]. Le rayonnement de la cité irakienne inspire Andalous et Zyriab est un des éléments les plus remarquables de la pénétration de la culture abbasside en Andalousie. D'origine kurde, il quitte Bagdad et demande à Al-Hakam la permission de s'établir auprès de sa cour mais au moment de son débarquement sur la péninsule, Al-Hakam meurt et c'est Abd Al-Rahman II qui à l'occasion de le recevoir. Ils deviennent rapidement de proches amis, l'émir appréciant la grande culture de Zyriab. Ce dernier fonde à Cordoue une école et introduit le chant médinois qui inspirera par la suite le cante jondo. Son arrivée bouleverse totalement la cour andalouse qui découvre un nouveau mode de vie, l'habillement, les règles de la table importées de Bagdad, les jeux (il importe le jeu d'échecs connu en Perse depuis le IVe siècle) et jusqu'à la façon de s'exprimer ou de se comporter en société, Zyriab apporte un vent nouveau en Andalousie. L'influence de cet homme ne doit pas faire oublier que son succès est principalement dû au terrain favorable qu'offrait alors le pays pour l'essor de la culture et des sciences. La personnalité de l'émir Abd Al-Rahman II lui-même passionné de poésie et qui s'est entouré d'autres personnes toutes aussi brillantes que Zyriab comme Al-Ghazal ou Ibn Firmas[C 30] y contribuent. Le pays connaît une période de prospérité économique et agraire grâce à ces échanges avec l'Orient. Les hommes comme Zyriab permettent à Abd Al-Rahman de donner à l'Andalousie un nouveau chemin axé sur Bagdad, se détachant définitivement de la culture romaine, wisigothe ou syrienne d'où sont issus les premiers émirs.

L'influence irakienne se fait sentir aussi au niveau des institutions. L'émir devient monarque absolu dont le pouvoir est quasiment total sur l'Andalousie, hormis des questions religieuses qui étaient toujours sous l'autorité du grand cadi et du mufti. Les gouverneurs autrefois si prompts à désobéir à l'émir sont surveillés de près et ne rendent des comptes qu'à lui. Là encore, l'influence de Bagdad se fait sentir puisque cette organisation de la société en est totalement inspirée. Abd Al-Rahman continue à réorganiser l'armée en suivant l'exemple de ses ancêtres ; aux groupes indisciplinés issus des différentes tribus dont ils continuaient à obéir, il préfère des soldats de métier aux ordres d'un gouvernement central. Il se constitue une armée d'esclaves (Mamelouks) d'origine slave, imitant ainsi les souverains abbassides qui avaient sous leurs ordres des soldats esclaves turcs encore largement non-musulmans. Ces esclaves sont achetés à l'étranger et surtout en Europe puis formés aux métiers des armes.

Avec l'Afrique du NordModifier

L'Afrique du Nord durant les premiers siècles de l'émirat est une vaste terre où se mènent des luttes entre tribus, les gouverneurs abbassides s'étant affranchis de l'autorité du lointain calife de Bagdad et certains religieux chiites qui souhaitaient s'établir sur ces contrées[C 31].

Durant le règne d'Abd Al-Rahman III, le califat n'a que peu de contacts avec ces pays se limitant uniquement à acheter des céréales en cas de mauvaises récoltes. Le plus grand danger venait certainement du califat chiite Fâtimide encore établi dans l'actuelle Tunisie et une partie de l'Algérie et qui lorgnait sur les terres du Maroc. Le calife suit avec attention les victoires et les défaites de cette dynastie rivale et s'allie avec les Berbères dans sa lutte. Il annexe Melilla en 927, puis Ceuta en 931 et même Alger en 951[C 32].

Empire romain d'OrientModifier

Constantinople est à l'époque d'Al-Andalus la plus grande ville d'Europe. L'Empire romain d'Orient, que les historiens modernes appellent « empire byzantin », a eu à lutter contre les armées des Omeyyades de Damas au cours du VIIIe siècle. L'Afrique du Nord, faisant partie dès le premier siècle avant J.C. de l'Empire romain, et administrée depuis Justinien par l'Empire romain d'Orient, avait été perdue et même la capitale Constantinople avait été menacée. Les raids arabes contre l'Empire romain d'Orient (649, 654, 667, 670, 674, 678, 695, 697 et 718) ont largement dépeuplé les côtes, la Sicile et les îles grecques, que leurs habitants se soient enfuis vers l'intérieur ou qu'ils aient été emmenés en esclavage. Jusqu'au règne d'Abd al-Rahman II, les relations entre l'Empire et Al-Andalus sont donc hostiles, d'autant que des Andalous chassés par l'émir Al-Hakam lors de la Révolte du Faubourg de 818 s'étaient emparés de la Crète en 827 et de là, razziaient toute l'Égée. En 839-840, l'empereur romain d'Orient Théophile, menacé par les avancées musulmanes en Afrique du Nord et en Sicile, envoie un ambassadeur à Cordoue[C 33] et propose à Abd al-Rahman II un traité d'amitié en échange du retrait des musulmans de Crète. Théophile est sans doute mal renseigné sur la situation et Abd al-Rahman II répond que les émirs maîtres de la Crète ne dépendent plus de lui depuis qu'ils ont été chassés du pays ; par diplomatie il envoie à Constantinople divers cadeaux ainsi qu'un poète.

Cet épisode bien que secondaire ravit au plus haut point Abd al-Rahman II car il marque l'entrée du pays dans l'arène des grands pays du monde méditerranéen. C'est la première fois qu'un empire aussi puissant que celui de Byzance se tourne vers l'Andalousie et lui demande son aide[C 33]. L'empereur byzantin envoie des cadeaux somptueux au calife ainsi qu'une lettre lui demandant d'arrêter les pillages[C 34].

Avec la chrétienté occidentaleModifier

 
Cathédrale Notre-Dame du Puy en Velay (XIIIe siècle) et ses arches bichromes en demi-cercle typique du style roman et remontant à la tradition carolingienne (chapelle palatine) et byzantine. Émile Mâle remarque sa ressemblance frappante avec la mosquée de Cordoue[82] (VIIIe – Xe siècle) qui utilise des solutions architecturales d'inspiration wisigothique assumées.

Les échanges avec la Chine et l'Inde, mais aussi la prise d'Alexandrie ou de Damas, qui étaient d'anciennes cités romaines d'Orient possédant de vastes bibliothèques (dont beaucoup de livres en grec) sont le point de départ des sciences dites arabes. Dès l'antiquité tardive ces ouvrages grecs ont été traduits en syriaque par les chrétiens de langue syriaque des provinces orientales de l'Empire romain. Les premiers penseurs musulmans des XIe et XIIe siècles, qui tous ignoraient le grec, prennent connaissance de ces écrits à travers leurs traductions en arabe et les diffusent. Ce courant ne tarde pas à arriver en Europe, timidement au départ, puis il prend toute sa place à la fin du Moyen Âge, contribuant en partie à la Renaissance en Europe.

Les premiers à traduire les textes arabes et grecs en latin sont les Espagnols et les Italiens : ces documents pénètrent lentement en France. Paris est au XIIIe siècle le centre le plus important d'études philosophiques et théologiques du monde latin, les cours dispensés dans son université sont réputés dans toute l'Europe. Malgré son prestige, ce n'est que deux siècles après la mort d'Avicenne que l'université de Paris reconnaît totalement ses œuvres. Les premiers à s'intéresser à la pensée arabe ne sont autres que les théologiens et hommes d’Église français. Guillaume d'Auvergne, évêque de Paris au XIIIe siècle montre un grand intérêt pour les philosophies arabe et grecque même s’il n'hésite pas à critiquer et dénigrer les travaux d’Avicenne sur ses réflexions pro-islamiques. Plus tard Thomas d'Aquin a la même réaction vis-à-vis des textes du penseur arabe[83].

Sur le plan scientifique, la science et la philosophie grecque continuent à être enseignées dans leur langue originelle à Constantinople et dans les centres culturels de l'empire d'Orient. En revanche, l'Europe occidentale est restée jusqu'au XIe siècle à l'écart des sciences grecques, pour ne les redécouvrir que par l'intermédiaire des traductions arabes d'Al-Andalus. Gerbert d'Aurillac, après avoir parcouru la Catalogne et fréquenté des bibliothèques d’évêchés ou de monastères comportant des traductions d'ouvrages musulmans et espagnols, est un des premiers à rapporter en France les sciences arabes[84]. À travers l'Europe, un vaste mouvement de traduction est lancé. Bien qu'imparfaites, ces traductions introduisent de nombreuses notions en mathématiques, astronomie et médecine.

Dans le domaine des arts, l'influence venue de Byzance et de Perse, dans le domaine de l'architecture, parvient en Europe occidentale par l'intermédiaire andalou. Durant la période Califale, la récupération des codes architecturaux wisigoths et romains anciens dans les organes de pouvoir (Medinat Al Zahira, mosquée de Cordoue) est voulue. Pour Susana Calvo Capilla, la réutilisation massive de matériaux romains dans le complexe palatin de Medinat Al-Zahara (sculptures de muses et de philosophes, sarcophages, vasques, etc.) relève de l'intention politique[85]. Il s'agit de créer une référence visuelle au « savoir des anciens » et d'exalter l'héritage hispanique pour légitimer le pouvoir du Calife sur Cordoue au moment où sa rupture avec Bagdad provoque un séisme politique majeur, et de l'installer dans la continuité du pouvoir en Espagne[86]. Pour Gabriel Martinez, l'influence mozarabe ne peut s'apprécier qu'en tenant compte des questions politiques soulevées par l'iconoclasme, soulignant la présence de personnages au sommet des chapiteaux de la mosquée de Cordoue, caractéristiques du dernier agrandissement du temple par Almansor et qui peuvent passer tant pour des sages musulmans que pour des saints chrétiens[87]. Plusieurs églises romanes du sud de la France entre le XIIe siècle et XIIIe siècle présentent une architecture semblable aux mosquées et palais d'Al-Andalus, comme les arches en forme de fer à cheval repris de l'architecture byzantine ou perse, et sont ornées d'inscriptions bibliques gravées dans la pierre, esthétiquement inspirées des arabesques qui ornent les mosquées de l'époque.

LanguesModifier

Situation historiographiqueModifier

Les faits de langues en Al-Andalus sont souvent convoqués comme les preuves d’une théorie fondée en amont par l’Histoire et les Historiens depuis plus d’un siècle, mais on s’interroge très peu sur la réalité, les formes et les dynamiques des langues en contact[réf. nécessaire], l’arabe n’étant ici, comme au Maghreb, qu’une des langues en contact disponibles, certes la plus valorisée (institutions, écrit, littérature etc.). Les deux autres ont soit progressivement versé dans l’oralité et la marginalité depuis le VIIIe siècle (cas du roman), soit s’y sont principalement maintenues, notamment dans les campagnes (cas du berbère). La tendance dominatrice de la langue arabe a certainement masqué toute une série de faits concrets[réf. nécessaire] qui échappent ainsi à notre vigilance et relèvent principalement de l’oralité (parlers régionaux, interlectes, toponymie). Ainsi, la toponymie arabe, si abondante à première vue en Espagne et au Portugal (et jusqu’à nos jours), représente-t-elle une superstructure ayant recouvert les réalités des dénominations locales, romanes ou berbères. En effet :

« … le corpus d’origine arabe est de taille certes impressionnante et dans l’ensemble « saute aux yeux » de la région de Valence à l’Andalousie actuelle. Néanmoins, très tôt, des linguistes ont montré les limites de ce qui se présentait bien souvent comme une forme d’obsession de l’arabe. Vers le milieu du XXe siècle, Manuel Sanchis-Guarner[88] reconnaissait dans un compte-rendu l’intérêt[89] et le sérieux des travaux de Miguel Asín Palacios (Contribución a la toponimia árabe de España)[90]. Mais il montrait aussi ce que le « tout arabe » pouvait entraîner. Des toponymes de types divers, que l’automatisme poussait à identifier comme arabes cachaient en réalité des étymologies parfaitement romanes, comme *ALBARETA « peupleraie » > Albareda ou Meliana (< anthroponyme AEMILIUS + suff. –ANA, désignateur de villa romaine) »[91] »

À la fin du XXe siècle et au début du XXIe siècle, tandis que se fissure le dogme d’un Al-Andalus de la « conviviencia » (ci-après), on constate que de nouvelles voies de recherche émergent et se développent : lexicographique et dialectologique de l’arabe lui-même[92], de type sociolinguistique relatif aux langues en contact[93], consacrées aux droits des minorités d’Al-Andalus[94] ou aux regards portés sur les communautés berbères[95],[96],[97],[98]. On observe à ce sujet que des pratiques ou influences attestées de la langue berbère ont été régulièrement sous-estimées, négligées[99],[100].

Enfin, les communautés les plus anciennes, wisigothiques ou romanes, sont de mieux en mieux évaluées, par le biais de l’archéologie notamment, ce qui devrait permettre à terme une meilleure compréhension des modifications dans les relations identitaires entre communautés endogènes et exogènes[101],[102],[103],[104].

Prenant en considération ces différentes voies, le sociolinguiste Francis Manzano propose en 2017 une synthèse et de nouvelles pistes dans l’exploitation des contacts de langues et d’identités en Al-Andalus. Pour ce chercheur, les langues y seraient à première vue structurées autour de trois pôles, dans la continuité du Maghreb voisin : le pôle roman, le pôle arabe et le pôle berbère[105]. Cette structuration du « système tripolaire » du Maghreb, établie et utilisée par le chercheur depuis la décennie 1990[106], tend à freiner la disparition de l’un des trois pôles considérés, contrairement à un système bipolaire plus commun dans le reste de l'Europe (le sud de la France et la péninsule ibérique notamment), où les langues majoritaires progressent mieux et vite[107]. Cependant, la répartition des fonctions et l'importance de ces pôles s’avèrent différents quand on passe du Maghreb à Al-Andalus. Le point faible le plus net est en effet la fragilité du pôle berbère hispanique, privé de son adossement au socle fondamental amazigh d’Afrique du Nord. Ainsi, éloignés de leur terrain originel, les dialectes et identités berbères semblent avoir été plus radicalement dominés par le pôle arabe, et en bien plus grande difficulté qu’au Maghreb.

Les langues d'Al AndalusModifier

Le pôle Roman est organisé autour de parlers issus du latin, mais il ne s’agit pas d'une langue unique, avec une diglossie avérée entre ces différents parlers et le latin écrit[108]. Comme au Maghreb la conquête arabe fige l'évolution naturelle de ces parlers romans, qui seraient sans doute allés vers des langues néo-romanes structurées (autres que celles que nous connaissons), autant de possibilités étouffées dans l’œuf. Dans le même temps, l'élite capable de parler et de lire le latin s'en détourne au profit de l'arabe, plus avantageux socialement, et leur apparaissant désormais comme plus complet et adapté aux changements en cours. La fonction du latin comme langue de culte se perd tôt, et comme permettent de le comprendre Euloge de Cordoue ou Alvarus au milieu du IXe siècle :

« les « Mozarabes » allaient souvent directement à l’arabe qu’ils connaissaient mieux que le latin, un cran de plus et ces dhimmi, nasâra ou ‘agâm devenaient musulmans ou « muwallad(s)», ou « muladi(s) »[109]. »

Pour l’auteur, le lien du pôle roman au culte chrétien constitue une force initiale, avant de devenir une faiblesse : en s'arabisant et conservant leur culte, les Chrétiens espèrent obtenir les bénéfices sociaux associés à l'arabe, langue écrite et langue de la réussite à leurs yeux[110]. Mais cette démarche, freinée par le pouvoir en place, induit un alignement tant sur le plan langagier que cultuel, en sapant les fondements du christianisme et en induisant des conversions[110]. Dès lors, le pôle roman s’est plutôt maintenu dans l'intimité des familles et dans les campagnes, où se multiplient les contacts, entre autres avec le berbère. S'agissant de deux pôles minoritaires, ces langues sont invisibles ou minorées depuis les superstructures centrales d'Al-Andalus. Ce fait favorise indirectement le rapprochement entre pôle berbère et pôle roman sur les terrains paysans. Toutefois, pour cet ensemble de raisons, les données concrètes sont indigentes et les questions mozarabes et berbères ne sont évoquées que de manière aléatoire ou par recoupements [111]. On conclut généralement que les communautés « mozarabes » disparaissent définitivement après le double passage des Almoravides et, surtout, des Almohades[112],[113].

Le pôle arabe se développe au détriment systématique des pôles romans et berbères. C'est la langue du pouvoir, la plus renseignée, et la langue de l'écrit (science, littérature, arts). La conquête arabe a lieu alors que le pôle latin est déjà divisé entre une langue haute en perte de vitesse et différents parlers romans variés du royaume wisigoth. L'arabe supplante assez rapidement le latin qu'il remplace à parité comme langue haute du système sociolinguistique[114]. Il devient donc un vecteur de promotion sociale crucial pour l'élite urbaine et les nobles wisigoths, mais il est logiquement délaissé par les serfs, les esclaves et paysans des groupes romans et berbères, qui ne partagent pas les mêmes intérêts de pouvoir[111]. Malgré son statut de langue haute, structurée et normée, l’arabe est bientôt soumis aux mêmes forces centrifuges que le latin. Des divisions dialectales se produisent inévitablement, mais ne sont pas assumées, quoique l'arabe soit particulièrement poreux aux apports romans et berbères, particulièrement dans les traités botaniques et pharmacologiques, en prise sur les organisations rurales[115][116]. En sens inverse, les emprunts à l'arabe sont massifs en espagnol, catalan et portugais, à mesure que ces langues étendent leurs domaines par la suite. Ces mouvements sont particulièrement visibles dans la toponymie, notamment à Valence et en Andalousie, sans pour autant être systématiques[117].

Le pôle Berbère est incontestablement le plus discret. Les Berbères sont doublement utilisés au sein d' Al-Andalus. Par leurs capacités à se battre (et travailler) sur des terrains semi-désertiques, des paysages assez proches de leurs régions d’origine, les Berbères fournissent le gros des troupes armées combattant à la place des arabes urbains pour qui ils représentent une menace structurelle permanente[118]. Une fois « démobilisés », les Berbères sont utilisés pour exploiter et peupler les terres les moins rentables économiquement, ainsi que celles qui se trouvent au contact des principautés chrétiennes libres[118]. C’est pourquoi les Berbères sont essentiellement localisés dans les campagnes. Ce sont souvent des zones de cultures en zones arides plutôt pauvres, délaissées par les Arabes, au sud comme au nord, mais également des régions riches soumises à la pression chrétienne comme la vallée de l'Èbre, Valence et les Baléares, où se développe la conquête catalane[119]. Il s'agit d'un ensemble de petits groupes disséminés, le plus souvent sans liens les uns avec les autres et installés dès les débuts d'Al-Andalus ou par la suite. La variation dialectale qui joue négativement au Maghreb amplifie les effets de cet isolement dans un territoire où ils sont de facto minoritaires, sous la pression probable d'un pouvoir répartissant sur différents territoires ibériques les populations d'une même origine maghrébine[120]. Si ces éléments favorisent par eux-mêmes une arabisation rapide, pôles berbères et roman se trouvent souvent assignés aux mêmes territoires. Ils partagent le même impératif de discrétion vis-à-vis du pouvoir central et, pour cette raison, échappent en grande partie au contrôle des mœurs[119]. Ces deux systèmes langagiers et identitaires avaient donc toutes les chances se de se rencontrer, ainsi que les groupes juifs dont le rôle dans les systèmes ruraux semble sous-estimé. Pour Francis Manzano, ces régions semblent relativement oubliées du contrôle d'Al-Andalus, comme des marges non essentielles, ce qui explique aussi que la récupération progressive de ces territoires par les Catalans se déroule dans un climat bien moins tendu que dans l'espace parallèle castillan, du moins avant l'absorption de l'Aragon dans la couronne castillane. La zone orientale de la reconquête catalano-aragonaise est aussi celle qui semble avoir livré le maximum de toponymie « de type berbère » pour l’instant. Toutefois, des recherches plus précises sur les systèmes macro- et microtoponymiques du Levant valencien et alicantin pourraient nous ouvrir de nouvelles voies d’interprétation[121].

MythesModifier

La présence musulmane en Espagne a été régulièrement invoquée pour soutenir différentes idéologies, différentes politiques, par des agents très différent tout au long de l'histoire forgeant ainsi un ensemble de mythes qui sont analysés comme tels au XXIe siècle dont une partie est regroupée sous le terme de « convivencia » popularisé par Américo Castro. En Espagne cette présence a été continuellement invoquée, dès la Reconquista jusqu'à la période contemporaine. Dans la sphère arabo-musulmane le mythe du paradis perdu se développe à partir du Moyen Âge, sur des bases poétiques et littéraires d'interprétation délicate[122] où grandeur politique, aisance économique, apogée culturel et la tolérance confessionnelle sont idéalisés alors que les difficultés ne sont pas évoquées[123]. Il se poursuit jusqu'au au XXIe siècle[123].

Une part significative de la production universitaire contemporaine analyse la Convivencia comme un ensemble de mythes, en analyse les racines et les différentes formes. C'est par exemple le cas de Bruno Sorovia qui, en introduction de son article « Al Andalus au miroir du multiculturalisme »[124], se plaint de la difficulté à considérer simplement Al Andalus « comme une partie de l'histoire du monde islamique classique » et qu'il soit commun « de l’interpréter de manière singulièrement acritique, avec les yeux du présent »[124].

Pour Maribel Fierro « Le mythe d'un paradis de tolérance, d'harmonie et d'absence de conflit n'existe pas tellement dans la production historique sur Al Andalus dans son ensemble », mais plutôt dans des livres de vulgarisation à vocation politique[74]. Joseph Pérez synthétise le consensus contemporain sur ce concept « le mythe de l’“Espagne des trois cultures”, amplement utilisé comme élément de propagande, est si loin de la réalité historique, qu’il ne peut que générer de nouveaux éléments de confusion »[125].

Historique des mythesModifier

Pascal Buresi, l'essentiel des mythes sur Al Andalus se sont développés chez les vainqueurs dans le monde latin et chrétien, parfois en piochant dans l'imaginaire arabe[126]. Dès le début des pertes territoriales arabes en Al Andalus, aux XIIe et XIIIe siècles se développe, au travers de la poésie, une mythologie islamique autour des territoires perdus assimilés au paradis de l'Islam et ignorant les difficultés internes. Elle génèrent un double processus de mythification : d'un côté l'oubli des difficultés historiques de ces territoires, et de l'autre la conservation, l'exagération, voire l'invention de traits merveilleux[126].

L'auteur situe l'origine du mythe dans l'interprétation erronée de poèmes composés durant la Reconquista, comme ceux d'Ibn Ḫafāǧa (1058-1137), contemporain de la prise de Tolède par la Castille et de l'annexion almoravides. Ces poèmes ont été considérés par la suite comme pastoraux, alors que empruntant à des courants poétiques plus anciens, ils devraient être compris comme « une poésie de combat ou de refus, peut-être de fuite de la réalité, l’expression d’une société menacée qui, pressentant sa prochaine disparition, prépare déjà son éloge funèbre[127] ». Maria Jesús Rubiera Mata de l'Université d'Alicante, donne également à ce mythes des origines arabes au travers de l'œuvre d'Al-Maqqari de Tlemcen (1577-1632), un descendant des musulmans de Grenade. Les arabistes espagnols ont ensuite contribué à la reconstruction de l'histoire d'Al-Andalus en incorporant l'histoire (arabe) d'Al-Andalus à l'histoire espagnole[128].

A la fin du XIIIe siècle, alors que la situation en Castille se tend entre chrétiens et juifs, est rédigé Chronicon mundi de Lucas de Tuy, qui, entre autres accusations, explique la défaite wisigothe contre les musulmans cinq siècles auparavant, par une trahison des juifs afin de profiter de leur tolérance. L'analyse de F. Bravo López fait de ce livre la naissance d'un mythe construit qui se développe de façon autonome[129].

Le mythe se transforme en Europe au XIXe siècle en reprenant les traits du mythe rousseauiste du bon sauvage[130] comme du mouvement orientaliste compris comme « l'admiration pour un Autre lointain et historiquement mystifié[130] », notamment vis-à-vis de l'Alhambra. L’opposition entre les deux écoles espagnoles depuis 1860 renforce le mythe. La première, proche de la droite catholique, qui exalte la résistance des mozarabes aux pouvoir musulman, et l'autre, proche des libéraux, qui idéalise le pouvoir islamique médiéval pour mieux noircir les mozarabes : « Comme en Afrique et en Sicile, l’anticléricalisme a construit une image très favorable de l’islam, laïque, tolérant, progressiste, lui opposant le fanatisme de ces mozarabes rétrogrades[131]. ».

Dans l'histoire juive, ce récit produisit une césure radicale entre Ashkénazes et Sépharades et « comme l’a dit en d’autres mots Bernard Lewis, le « mythe de la tolérance musulmane » a été utilisé par plusieurs savants de la fin du XIXe siècle comme « un bâton avec lequel [ils pouvaient] battre leurs voisins chrétiens » »[132]. Il est ensuite récupéré dans des interprétations opposées et mystifiées de part et d'autres par les partisans et les opposants à Israël : la tolérance islamique s'oppose à des siècles de persécutions[133].

La Convivencia est récupéré dans l'Espagne franquiste autour d'interrogations sur l'« essence de l'Espagne »[134] avec le débat rageur qui oppose Américo Castro à Claudio Sánchez-Albornoz sur la définition de l’identité espagnole. A la mort de Franco, ce terrain est abandonné en Espagne mais récupéré aux États-Unis. Le concept de convivencia est repris dans les années 1970 par des chercheurs américains en l’associant à d’autres notions parfois anachroniques telles qu'acculturation, assimilation, intégration, colonisation, tolérance[135], puis développent une lecture inversée, mais non moins erronée, du mythe nationaliste franquiste : les nationalistes chrétiens mesquins du nord s'opposent à la globalisation bienfaisante du sud[136].

Enfin, le dernier quart du XXe siècle voit la montée en puissance du monde arabe et l'émergence de l'Islam politique. Ces phénomènes vont généralement de pair avec des tensions croissantes dans diverses régions du monde, donnant lieu à des publications très marquantes telles que The Clash of Civilizations and the Remaking of World Order publié par Samuel Huntington en 1996, et qui, par ricochet a attiré l'attention du grand public sur l’Andalousie médiévale[137]. Prenant part à ce débat, plusieurs auteurs aux États-Unis, tels que María Rosa Menocal, ont mis en avant la tolérance dans l'Andalousie omeyyade. Cette dernière explique « l'impossibilité de comprendre ce qui à une autre époque n'était qu'un ornement dans le monde sans voir le reflet de cette histoire sur le seuil de notre porte[137] ». Le concept est employé dans un cadre éminemment politique[134]. Il est notamment cité plusieurs fois par Barack Obama[Note 5] Cette prise de position politique est propice à l'émergence d'un contre discours : à l'histoire médiévale « peinte en rose »[138] répond une histoire médiévale « peinte en noir »[138], écrite par les milieux les plus conservateurs, où les « vrais Espagnols » sont chrétiens, et les minorités religieuses sont des terroristes[138].

Ces études américaines contrastent nettement avec leurs homologues Européennes, où l'essentiel des auteurs espagnols qui ont pris la parole l'ont fait pour mettre en garde contre une idéalisation d'Al Andalus[139].. Eduardo Manzano Moreno met en avant les perspectives très différentes entre les auteurs américains et européens sur ce concept[139], perspectives qui sont notamment étudiées et comparées par Ryan Szpiech[140].

Au-delà des mythesModifier

Eduardo Manzano indique que le succès du concept de « convivencia » est surtout dû au peu d'intérêt à théoriser sérieusement et rigoureusement les processus d'acculturation qui se produisirent dans la péninsule Ibérique médiévale, terrain qui a cependant intéressé plusieurs arabisants espagnols ainsi que Thomas Glick aux États-Unis[141].

La plupart des chercheurs appellent à une « démystification » d'Al Andalus, notamment à l'abandon du concept de convivencia, devant la difficulté à donner un contenu à cette notion aux contours flous[142]. Comme le résument Manuela Marín et Joseph Pérez, « le mythe de l’« Espagne des trois cultures », amplement utilisé comme élément de propagande, est si loin de la réalité historique, qu’il ne peut que générer de nouveaux éléments de confusion »[143]. Pour Christine Mazzoli-Guintard, il n'y eut ni conviviencia, ni cohabitation armée, mais des réalités très différentes selon les groupes sociaux considérés, sous la pression constante d'un pouvoir cherchant la coexistence dans l'évitement[144]. Juan Vicente García Marsilla s'oppose à une histoire « à la carte » qui consiste à mettre en valeur des éléments utiles pour une idéologie et à ignorer ceux qui la desservent[145], attitude commune et d'autant plus condamnables que les sources sont abondantes[146].

Pour Maribel Fierro, le concept de Convivencia masque les inégalités structurelles des communautés du Moyen Âge[147]. En se concentrant sur leur dimension religieuse, il ignore les autres paramètres majeurs qui participaient à l'identité des individus et des groupes, et à leur place dans la société : langue, culture, ethnicité, genre, statut social, âge[147]. Il n'aide donc pas le lecteur contemporain à une meilleure compréhension des Espagnes médiévales. Maribel Fierro met en avant le concept de « conveniencia » avancé par Brian Catlos, beaucoup plus à même de rendre intelligibles ces sociétés[147]. La complexité culturelle du Moyen Âge ibérique est toujours en attente d'un traitement digne[141],[Note 6]

HéritageModifier

GénétiqueModifier

Péninsule IbériqueModifier

D'après une étude de Adams et al. en 2008[148] ayant étudié le chromosome Y (lignée paternelle) des habitants de la péninsule Ibérique, ces derniers auraient en moyenne environ 11 % d'ancêtres nord-africains avec des variations géographiques importantes allant de 2 % en Catalogne à près de 22 % en Castille du Nord. Selon une autre étude de Capelli et al. en 2009, 7-8 % des lignées paternelles des Espagnols, Portugais et Siciliens sont d'Afrique du Nord et ont été introduites par les Maures au Moyen Âge[149].

En 2013, selon une étude autosomale, c'est-à-dire qui prend en compte tous les chromosomes et pas seulement la lignée paternelle ou maternelle, réalisée par un groupe de chercheurs hispano-américain, portant sur près de 3 000 individus originaires d'Europe, d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient, et publiée par la revue scientifique américaine PNAS, entre 5 et 15 % du génome des habitants de la péninsule Ibérique, selon les régions (sauf les Basques), est issu d'Afrique du Nord (20 % aux îles Canaries)[150],[151],[152].

En 2014, une étude autosomale similaire réalisée par Lazaridis et al., a calculé que, en moyenne, 12,6 % du génome des Espagnols de la péninsule Ibérique est issu d'Afrique du Nord[153].

SeptimanieModifier

En 2016, une analyse génétique de squelettes provenant de trois tombes musulmanes découvertes lors de fouilles préventives à Nîmes en 2006-2007, réalisée par une équipe de l'INRAP et sous la direction d'Yves Gleize, a montré qu'il s'agissait de personnes originaires d'Afrique du Nord, appartenant à l'haplogroupe paternel E-M81 très fréquent au Maghreb. Ces personnes étaient âgées respectivement de 20 à 29 ans pour l'un, d'une trentaine d'années pour le deuxième, et de plus de 50 ans pour le troisième. Selon l'Inrap « L’ensemble de ces données suggère que les squelettes découverts dans les tombes de Nîmes appartenaient à des soldats berbères enrôlés dans l’armée omeyyade durant l’expansion arabe en Afrique du Nord ». Pour Yves Gleize, un des auteurs de l'étude, « l'analyse archéologique, anthropologique et génétique de ces sépultures du début de l'époque médiévale à Nîmes fournit des preuves matérielles d'une occupation musulmane au VIIIe siècle dans le sud de la France »[154],[155], à relier à leur présence attestée à Narbonne pendant 40 ans ainsi qu'à Nîmes ponctuellement conquise au VIIIe siècle.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. À l'heure actuelle, la présence musulmane est attestée archéologiquement et historiquement sur certains territoires de l'actuelle France :
  2. Les connaissances contemporaines sur les juifs du royaume wisigoths sont minimes et réduites à quelques inscriptions funéraires en hébreuxDavid J. Wasserstein, « Langues et frontières entre juifs et musulmans en al-Andalus », Casa de Vélasquez, Casa de Vélasquez, no Judíos y musulmanes en al-Andalus y el Magreb,‎ (lire en ligne)
  3. Le sentiment d'appartenance à une nation al-Andalus est examiné notamment par l'historien espagnoliste Bartolomé Bennassar.
  4. Cyrille Aillet met en regard cette perte de documents avec ceux relatifs aux chrétiens d'orient dont la présence continue est attestée à la même époque.
  5. Barack Obama se réfère explicitement à la convivencia pacifica en Al Andalus, notamment dans son discours du Caire.
  6. Maribel Fierro note que le terme est utilisé hors d'Espagne pour étudier les minorités religieuses médiévales dans le cadre euro-méditerranéen (projet Relmin), et qu'en l'absence d'un nouveau concept, malgré ses nombreux défauts, le terme de « convivencia » permet à tout le moins de rappeler que l'histoire tend à s'émanciper d'une lecture nationaliste étroite.

RéférencesModifier

Reinhart Pieter Anne Dozy, Histoire des Musulmans d’Espagne : jusqu’à la conquête de l’Andalousie par les Almoravides (711-1110), E.J. Brill, (lire en ligne).
André Clot, L'Espagne musulmane : VIIIe – XIe siècle, (ISBN 2262023018).
  1. Clot 2004, p. 328.
  2. Clot 2004, p. 327.
  3. Clot 2004, p. 326.
  4. Clot 2004, p. 334.
  5. Clot 2004, p. 228.
  6. a b et c Clot 2004, p. 17.
  7. a b et c Clot 2004, p. 55.
  8. Clot 2004, p. 231.
  9. Clot 2004, p. 235.
  10. Clot 2004, p. 233
  11. Clot 2004, p. 56.
  12. Clot 2004, p. 227.
  13. Clot 2004, p. 373.
  14. Clot 2004, p. 374.
  15. Clot 2004, p. 376.
  16. a et b Clot 2004, p. 380.
  17. Clot 2004, p. 382.
  18. Clot 2004, p. 384.
  19. Clot 2004, p. 386.
  20. Clot 2004, p. 389.
  21. a et b Clot 2004, p. 214.
  22. a et b Clot 2004, p. 210.
  23. Clot 2004, p. 212.
  24. Clot 2004, p. 216.
  25. Clot 2004, p. 217.
  26. Clot 2004, p. 219.
  27. Clot 2004, p. 220.
  28. Clot 2004, p. 221.
  29. Clot 2004, p. 77.
  30. Clot 2004, p. 83.
  31. Clot 2004, p. 90.
  32. Clot 2004, p. 122.
  33. a et b Clot 2004, p. 91.
  34. Clot 2004, p. 125.
Autres sources
  1. Jean-Paul Demoule, On a retrouvé l'histoire de France : comment l'archéologie raconte notre passé, Paris, Folio, (ISBN 978-2-07-044971-2), « Juifs et Arabes : les communautés invisibles », p. 174
  2. (es) « Los arabes y musulmanes de la Edad Media aplicaron el nombre de al-andalus a todas aquellas tierras que habian formado parte del reino visigodo : la Peninsula Ibérica y la Septimania ultrapirenaica ». (Les Arabes et les musulmans du Moyen Âge ont appliqué le nom de al-Andalus à toutes les terres qui faisaient auparavant partie du royaume wisigoth : la péninsule Ibérique et la Septimanie), Eloy Benito Ruano (es), Tópicos y realidades de la Edad Media, Real Academia de la Historia, 2000, p. 79
  3. (es) « Para los autores árabes medievales, el término al-Andalus designa la totalidad de las zonas conquistadas - siquiera temporalmente - por tropas arabo-musulmanas en territorios actualmente pertenecientes a Portugal, Espana y Francia » (Pour les auteurs arabes du Moyen Âge le terme al-Andalus sert à désigner toutes les zones conquises - même temporairement - par les troupes arabo-musulmanes dans des territoires appartenant aujourd'hui au Portugal, à l'Espagne et à la France), José Ángel García de Cortázar (es), V Semana de Estudios Medievales: Nájera, 1 al 5 de agosto de 1994, Gobierno de La Rioja, Instituto de Estudios Riojanos, 1995, p. 52
  4. La Narbonnaise (ou Septimanie) fut considérée comme incluse dans les limites d'al-Andalus, François Clément, « La province arabe de Narbonne au VIIIe siècle » in Histoire de l'islam et des musulmans en France, Paris, Albin Michel, 2006, p. 18
  5. « Narbonne continuera d'occuper une place importante chez les auteurs arabes du Moyen Âge qui y voient l'une des limites de la Péninsule ibérique : ainsi Ahmad al-Râzî écrit-il qu'al-Andalus a la forme d'un triangle et que le second de ses angles se trouve dans la partie orientale d'al-Andalus, entre la ville de Narbonne et celle de Barcelone », Philippe Sénac, Les Carolingiens et al-Andalus, Paris, Maisonneuve et Larose, 2002, p. 40.
  6. José Antonio Alcantud & François Zabbal, Histoire de l'Andalousie : Mémoire et enjeux, Apt, L'Archange Minotaure, , 274 p. (ISBN 978-2914453332)
  7. Selon Joseph Pérez, « parmi les envahisseurs de 711, les Arabes proprement dits étaient une infime minorité [...] ; la majorité était formée de Berbères. [...] C'est pourquoi les Espagnols, pour évoquer la domination musulmane, préfèrent parler de Maures, c'est-à-dire de Maghrébins. », Joseph Pérez, Histoire de l'Espagne (1996), Paris, Fayard, 1996, p. 34
  8. « La rapidité des progrès de l'Islam dans les sciences, les arts, l'industrie, le commerce et tous les raffinements de la société policée, est presque aussi étonnante que la rapidité de ses conquêtes », Henri Pirenne, Histoire de l'Europe des invasions au XVIe siècle, Nouvelle société d'éditions, 1936, p. 49
  9. "« Le mécénat des califes, émirs et gouverneurs est un des facteurs qui expliquent une civilisation aussi brillante. Il en résulte une valorisation des travaux de l'esprit et l'un des plus riches épanouissements culturels qu'ait connus l'histoire des civilisations. Selon certains historiens un véritable enthousiasme intellectuel fait que l'on poursuit toutes les formes du savoir : l'histoire, la géographie, la philosophie, la médecine, les mathématiques », Anne-Marie Delcambre, L'Islam, La Découverte, 2004, p. 48
  10. « La plupart des chrétiens qui cherchaient à s'instruire, surtout en médecine, se rendaient dans leurs écoles. Gerbert, archevêque de Reims, l'un des grands hommes du siècle, et qui devint pape sous le nom de Sylvestre II, avait fait ses études à Cordoue », Georges Cuvier, Histoire des sciences naturelles, Fortin, Masson et Cie, 1841, t. 1, p. 396
  11. Christophe Picard, Le Monde musulman - Du XIe au XVe siècle, Paris, Armand Colin, (ISBN 978-2-200-293086), p. 74
  12. Grand Larousse Encyclopédique de 1980, article Andalousie.
  13. Miguel Casiri, Bibl. Arabico-Hispana t.2, p. 327
  14. Vallvé Bermejo, Joaquín, The Territorial Divisions of Muslim Spain, 1986
  15. Marianne Barrucand & Achim Bednorz, Architecture maure en Andalousie, PML Éditions, 1995, p. 12.
  16. Cette hypothèse est reprise par les spécialistes comme Marianne Barrucand, professeur émérite d'art islamique à l'université Paris-Sorbonne et spécialiste de l'archéologie islamique.
  17. Heinz Halm, Al-Andalus und Gothica Sors dans Welt des Orient, 66, 1989, p. 252-263
  18. Marianne Barrucand et Achim Bednorz, Architecture maure en Andalousie, PML Éditions, 1995, p. 13
  19. a et b Vernet 1989, p. 38.
  20. a b c et d Larry J. Simon, Jews, Visigoths, and the conquest of Spain, (lire en ligne)
  21. https://www.persee.fr/doc/rebyz_0258-2880_1945_num_3_1_928?q=moussa+ibn+no%C3%A7air
  22. Guichard 2000, p. 22.
  23. « Gibraltar (de l'arabe Jabal Tariq (جبل طارق), « le mont de Tariq » du nom de Tariq ibn Ziyad, es - Picture of Gibraltar, Europe - TripAdvisor », sur www.tripadvisor.com (consulté le )
  24. https://books.openedition.org/psorbonne/2514?lang=fr
  25. https://books.openedition.org/pupvd/4272?lang=fr
  26. a et b Cabrera 2011, p. 121.
  27. a et b (es) Alberto León et Juan F. Murillo, « Las comunidades dhimmis cristianas en la Córdoba Omeya : posibilidades y límites de su visibilidad arqueológica », AlMullk, Cordoue, Instituto de estudios califales,‎ , p. 149-151 (lire en ligne)
  28. Martyrs et Saints : Saint Parfait
  29. Histoire de l'Église, Ignaz von Döllinger, 1841.
  30. a b et c https://journals.openedition.org/remmm/6575
  31. https://www.persee.fr/doc/shmes_1261-9078_1993_act_23_1_1610?l=ri%27a=0 p 52 et suivantes
  32. https://journals.openedition.org/remmm/9412
  33. a b c d e et f Juan F. Murillo Redondo, « Qurtuba Califal. Origen y desarrollo de la capital omeya de al-Andalus », AWRAQ, no 7,‎ , p. 98
  34. Mouna Hachim, « Les Béni Ghaniya, princes almoravides des îles Baléares », L'Économiste,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  35. (en) Robert Hillendrand, « The Ornaments of the World: Medieval Cordoba as Cultural Centre », dans Salma Khadra Jayussi (éd.), The Legacy of Muslim Spain, Leyde,
  36. Manzano Moreno 2013, p. 125.
  37. a b c d e f g et h Francis Manzano. Sur le paysage sociolinguistique et identitaire d’al-Andalus : observations historiques, systémiques, et voies de recherche. 2o Forum Euro-amazigh de la recherche (Onomastique berbère et de la Péninsule Ibérique), Mai 2017, Granada, Espagne. hal-02501041. Page 6-7.
  38. Langhade et Mallet, « Droit et philosophie au XIIe siècle sous Al Andalus », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, no 40,‎ , p. 104 (lire en ligne)
  39. a et b Manzano Moreno 2013, p. 127.
  40. (es) Eduardo Manzano, Conquistadores, emires y califas : Los omeyas y la formación de al-Andalus, Barcelone, Critique, .
  41. Ibn Hazm (trad. Gabriel Martinez-Gros, préf. Gabriel Martinez-Gros), Le Collier de la colombe : De l'amour et des amants, coll. « Babel », (ISBN 978-2-7427-8828-6)
  42. a et b Niclós y Albarracin 2001, p. 61.
  43. Niclós y Albarracin 2001, p. 61-63.
  44. a b et c Niclós y Albarracin 2001, p. 69-70.
  45. a b c d et e Christine Mazzoli-Guintard, p. 24.
  46. Picard 2001, p. 221.
  47. a b et c Picard 2001, p. 222
  48. a et b Picard 2001, p. 226
  49. a et b Picard 2001, p. 228
  50. Picard 2001, p. 229.
  51. Picard 2001, p. 242.
  52. Picard 2001, p. 58.
  53. Jean-Charles Ducène, « Le coton, sa culture et son utilisation selon les sources arabes médiévales », revue d'ethnoécologie, no 15,‎ (lire en ligne)
  54. Pierre Guichard, « L'hydraulique agricole dans al-Andalus : données textuelles et archéologiques », Publications de la Maison de l'Orient et de la Méditerranée,‎ , p. 57-76 (lire en ligne)
  55. Ana Maria Cabo Gonzalez, « Ibn al-Baytār et ses apports à la botanique et à la pharmacologie dans le Kitāb al-Ğāmï », Médiévales,‎ , p. 23-39 (ISSN 1777-5892, lire en ligne)
  56. a b c d et e La Tolérance andalouse a t'elle existé, p. 71.
  57. Pierre Guichard, Structures sociales "orientales" et "occidentales" dans l'Espagne musulmane, éd. École des Hautes Études en Sciences Sociale, 1977, p. 124
  58. a b c et d Francis Manzano, "Sur le paysage sociolinguistique et identitaire d’al-Andalus : observations historiques, systémiques, et voies de recherche". pp. 28-31.
  59. a b c et d Francis Manzano, « « Sur le paysage sociolinguistique et identitaire d'al-Andalus : observations historiques, systémiques, et voies de recherche » », Hyper Articles en Ligne,‎ , p. 35 (lire en ligne)
  60. a et b Javier Albarrán 2018.
  61. Cyrille Aillet, Archive ouverte en Sciences de l'Homme et de la Société, mars 2013.
  62. Gabriel Martinez-Gros, préface du livre Les mozarabes. Christianisme, islamisation et arabisation en péninsule ibérique (IXe-XIIe siècle).
  63. Picard 2001, p. 50.
  64. Garcia Marsilla 2020, p. 40.
  65. a b c d e f g et h « Al-Andalus et la croix », entretien avec Rafael Sánchez Saus, La Nouvelle Revue d'histoire, Hors-Série, n°12H, Printemps-Été 2016, p. 27-31
  66. a b c d e et f « Al-Andalus ou le mensonge de la cohabitation harmonieuse », Arnaud Imatz, La Nouvelle Revue d'histoire, Hors-Série, n°12H, Printemps-Été 2016, p. 22-26
  67. Cyrille Aillet Les Mozarabes, chrétiens arabisés dans l’Espagne médiévale.
  68. « Les Mozarabes, des chrétiens arabisés dans l’Espagne médiévale », Conversion/Pouvoir et religion (hypotheses.org), 8 juillet 2014..
  69. Voir Al Muqaddimah de l'Imâm Ibn Khaldûn aux éditions Seuil.
  70. Adeline Rucquoi, Histoire médiévale de la Péninsule ibérique, Seuil, 1993, p. 132
  71. Serafín Fanjul, La quimera de Al-Andalus, Siglo XXI, 2004,2005
  72. La Tolérance andalouse a t'elle existé, p. 64.
  73. Sur le paysage sociolinguistique et identitaire d’al-Andalus : observations historiques, systémiques, et voies de recherche, p. 20.
  74. a et b Al-Andalus, convivencia e islam: mucho ruido y pocas nueces.
  75. Manzano Moreno 2013, p. 126.
  76. Christine Mazzoli-Guintard, p. 25.
  77. Serafín Fanjul, entretien, « Le « mythe d'Al-Ándalus », La Nouvelle Revue d'histoire, no 62, septembre-octobre 2012, p. 31-34.
  78. a b et c Philippe Conrad, Histoire de la Reconquista, 1998, PUF, 127 p.
  79. Malek Chebel, L'esclavage en terre d'islam, 2007, p. 249
  80. A History of Portugal and the Portuguese Empire, vol. 1 : From Beginnings to 1807, Portugal (volume 1) p. 55
  81. Vincent Lagardère, Histoire et société en Occident musulman au Moyen Âge. Analyse du Mi’yâr d’al-Wansarîsî, Madrid, Casa de Velazquez, 1995.
  82. Laurens, Tolan, Veinstein, op. cit., p. 102
  83. Mohammed Arkoun, op. cit., p. 227-228
  84. Mohammed Arkoun, op. cit., p. 257
  85. Susana Calvo Capilla, p. 1.
  86. Susana Calvo Capilla, p. 25.
  87. Martinez 1991, p. 27.
  88. (0) Linguiste dialectologue et sociolinguiste majeur de l’espace catalan, plus particulièrement des régions valencienne et alicantine. De cet auteur, voir en particulier son Approximació a la història de la llengua catalana, 1980. Y sont notamment développées des considérations argumentées sur « L’element aràbic » (77-90), ou « Els Mossàrabs de Valencia i Mallorca » (91-101). D’autres ouvrages d’ensemble, dans une tradition ancienne des diachroniciens catalanistes, ont méticuleusement considéré les relations entre développements de la langue catalane et apports d’Al-Andalus, ainsi Nadal & Prats (1993).
  89. Voir ce compte-rendu sur : https://raco.cat/index.php/Estudis/article/view/6822/319018
  90. عبد القادر المختار Abdelkader El-Mokhtar بوطالب Boutaleb, Contribución a la toponimia árabe de España (Miguel Asin Palacios, Madrid,1944) (lire en ligne)
  91. Manzano, 2017, p.24. : 7.4. De la domination socio-culturelle de l’arabe au « tout arabe ».
  92. Différents travaux de Federico Corriente. Voir par exemple : https://www.ifao.egnet.net/bcai/16/5/ ou https://www.degruyter.com/document/doi/10.1515/9783110355949/pdf
  93. María Angeles Gallego, THE LANGUAGES OF MEDIEVAL IBERIA AND THEIR RELIGIOUS DIMENSION1, vol. 9, 107–139 p. (ISSN 1380-7854, lire en ligne), chap. 1
  94. De Maribel Fierro et John Tolan (dir.), voir : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01079944/document
  95. Helena de Felipe, Identidad y onomástica de los beréberes de al-Andalus .pdf (lire en ligne)
  96. Mohand Tilmatine, « La langue berbère en Andalus : Présence et marginalisation à travers l’exemple d’un traité de botanique arabe du xiie siècle », dans Trames de langues : Usages et métissages linguistiques dans l’histoire du Maghreb, Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, coll. « Connaissance du Maghreb », (ISBN 978-2-8218-7413-8, lire en ligne), p. 151–167
  97. De Mohand Tilmatine, voir également (pages 228 et suivantes) : https://rodin.uca.es/xmlui/bitstream/handle/10498/8009/33422783.pdf?sequence=1&isAllowed=y
  98. Toujours de Mohand Tilmatine : https://www.researchgate.net/publication/262486214_L'IMAGE_DES_BERBERES_CHEZ_LES_AUTEURS_ARABES_DE_L'EPOQUE_MEDIEVALE/link/58270e3d08aecfd7b8c09e98/download
  99. Yann Dejugnat, « Mehdi Ghouirgate, L’Ordre almohade (1120-1269). Une nouvelle lecture anthropologique », Mélanges de la Casa de Velázquez. Nouvelle série, nos 46-2,‎ (ISSN 0076-230X, lire en ligne, consulté le )
  100. De Mehdi Ghouirgate, voir la synthèse récente : https://www.cairn.info/revue-annales-2015-3-page-577.htm
  101. (de) « RI OPAC: Authors », sur opac.regesta-imperii.de (consulté le )
  102. (es) Vicente Salvatierra Cuenca, « La cora de Tudmir. De la antigüedad tardía al mundo islámico: Poblamiento y cultura material. Sonia Gutiérrez Lloret », Arqueología y Territorio Medieval, vol. 4,‎ , p. 231–235 (ISSN 2386-5423, DOI 10.17561/aytm.v4i0.1651, lire en ligne, consulté le )
  103. Après plusieurs années de recherches, voir Sonia Guttiérrez Lloret (2011) : http://www.orient-mediterranee.com/IMG/pdf/gutierez.pdf
  104. Différents travaux importants de Cyrille Aillet, à partir de : https://books.openedition.org/author?name=aillet+cyrille
  105. Francis Manzano 2017, p. 14.
  106. Francis Manzano, « Sur les mécanismes du paysage sociolinguistique et identitaire d'Afrique du Nord », Langage & société, vol. 75, no 1,‎ , p. 5–43 (DOI 10.3406/lsoc.1996.2727, lire en ligne, consulté le )
  107. Francis Manzano 2017, p. 15-16.
  108. Francis Manzano 2017, p. 16.
  109. Francis Manzano 2017, p. 18.
  110. a et b Francis Manzano 2017, p. 19.
  111. a et b Francis Manzano 2017, p. 20.
  112. Voir de Pascal Buresi : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01384547/document
  113. Cyrille Aillet, « Islamisation et évolution du peuplement chrétien en al-Andalus (viiie-xiie siècle) », dans Islamisation et arabisation de l’Occident musulman médiéval (viie-xiie siècle), Éditions de la Sorbonne, coll. « Bibliothèque historique des pays d’Islam », (ISBN 978-2-85944-873-8, lire en ligne), p. 151–192
  114. Francis Manzano 2017, p. 23.
  115. Francis Manzano 2017, p. 23-24.
  116. Voir de Mohand Tilmatine : https://www.researchgate.net/publication/28158483_La_fitonimia_amazige_en_la_'Umdat_at-tabib/link/54ef311d0cf25f74d721b8af/download
  117. Francis Manzano 2017, p. 24.
  118. a et b Francis Manzano 2017, p. 24-25.
  119. a et b Francis Manzano 2017, p. 26.
  120. Francis Manzano 2017, p. 29.
  121. Francis Manzano 2017, p. 28.
  122. Pascal Buresi, p. paragraphe 21.
  123. a et b Pascal Buresi, p. paragraphe 23.
  124. a et b Al Andalus au miroir du multiculturalisme : le mythe de la Convivencia dans quelques essais nord-américains récents, p. 351.
  125. Manuela Marín et Joseph Pérez, « L’Espagne des trois religions”, du mythe aux réalités », Revue du Monde Musulman et de la Méditerranée, nos 63-64,‎ , p. 23
  126. a et b Pascal Buresi, p. paragraphe 19.
  127. Pascal Buresi, p. paragraphe 25-27.
  128. (en) Maria Jesús Rubiera Mata, « Al‐Andalus: Between Myth and History », History and Anthropology,‎ , p. 269-273 (lire en ligne).
  129. Fernando Bravo López, «La traición de los judíos» : La pervivencia de un mito antijudío medieval en la historiografía española, Universidad Pompeu Fabra, « El nacimiento del mito »
  130. a et b El orientalismo desde el sur, p. 376.
  131. [[#Aillet|]], p. 1.
  132. Cailleaux 2013, § 28-29.
  133. Cailleaux 2013, § 29-30.
  134. a et b Manzano Moreno 2013, p. 118.
  135. (en) Burns, Robert Ignatius, « The crusader kingdom of Valencia: Reconstruction on a thirteenth-century frontier », Harvard University Press,‎
  136. Al Andalus au miroir du multiculturalisme : le mythe de la Convivencia dans quelques essais nord-américains récents, p. 352.
  137. a et b Manzano Moreno 2013, p. 119.
  138. a b et c García Marsilla 2020, p. 38.
  139. a et b Manzano Moreno 2013, p. 121.
  140. Suzanne Conklin Akbari et Karla Mallette, A Sea of Languages : Rethinking Arabic Role in Medieval Literary History, Toronto, University of Toronto Press, , p. 254-295 (chapitre : « The Convivencia Wars. Decoding Historiography's Polemic with Philology »).
  141. a et b Maribel Fierro Convivencia : un concepto útil ?, p. Del presente al pasado.
  142. Cailleaux 2013 : « La plupart des historiens pourtant ont décidé d’en finir avec la convivencia. »
  143. Cailleaux 2013.
  144. Christine Mazzoli-Guintard, p. 26.
  145. García Marsilla 2020, p. 39.
  146. García Marsilla 2020, p. 40.
  147. a b et c Maribel Fierro Convivencia : un concepto útil ?, p. Resumiendo y ampliando.
  148. (en) Adams et al., « The Genetic Legacy of Religious Diversity and Intolerance: Paternal Lineages of Christians, Jews, and Muslims in the Iberian Peninsula », The American Journal of Human Genetics, vol. 83,‎ , p. 725 (DOI 10.1016/j.ajhg.2008.11.007, lire en ligne)
  149. Capelli, C; Onofri, V; Brisighelli, F; Boschi, I; Scarnicci, F; Masullo, M; Ferri, G; Tofanelli, S et al. (Jun 2009). "Moors and Saracens in Europe: estimating the medieval North African male legacy in southern Europe". European Journal of Human Genetics 17 (6): 848–52. doi:10.1038/ejhg.2008.258. ISSN 1018-4813. PMC 2947089. PMID 19156170
  150. Gene flow from North Africa contributes to differential human genetic diversity in southern Europe, Botigué et al, 2013 doi: 10.1073/pnas.1306223110
  151. Estimating gene flow from North Africa to southern Europe, David Comas, un des auteurs de l'étude, juin 2013
  152. Los españoles somos los europeos con más genes magrebíes, Huffington post, 3 juin 2013
  153. Voir Table S11.2 dans "Data supplements/Supplementary Information", p. 64-64 in Ancient human genomes suggest three ancestral populations for present-day Europeans, Lazaridis et al, 2014, doi: https://dx.doi.org/10.1101/001552
  154. 3 tombes musulmanes, les plus anciennes de France, découvertes à Nîmes, Sciences et Avenir, 26 février 2016
  155. Gleize et al. 2016, Early Medieval Muslim Graves in France: First Archaeological, Anthropological and Palaeogenomic Evidence, Published: February 24, 2016 DOI: 10.1371/journal.pone.0148583

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Par ordre chronologique inversé

  • Francis Manzano, « Sur le paysage sociolinguistique et identitaire d'al-Andalus : observations historiques, systémiques, et voies de recherche » {Forum euro-amazigh, Granada (Espagne), mai 2017}. Hyper Articles en ligne (HAL), 2020 (https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02501041/document)
  • Philippe Conrad, Al-Andalus : l'imposture du « paradis multiculturel, Paris, La Nouvelle Librairie, coll. « Longue Mémoire », , 66 p.
  • Rafael Sanchez Saus, Les Chrétiens dans al-Andalus. De la soumission à l'anéantissement, éditions du Rocher, 2019.
  • Darío Fernández-Morera (trad. Julien Funnaro, préf. Rémi Brague), Chrétiens, juifs et musulmans dans al-Andalus : mythes et réalités de l'Espagne islamique, Paris, Jean-Cyrille Godefroy, .
  • Serafín Fanjul (trad. Nicolas Klein), Al-Andalus, l'invention d'un mythe : la réalité historique de l'Espagne des trois cultures, (lire en ligne) (extraits).
  • (es) Rafael Sánchez Saus, Al-Andalus y la cruz, (ISBN 978-84-16541-23-2), trad. fr. Les Chrétiens dans Al-Andalus : de la soumission à l’anéantissement, éditions du Rocher, 528 pages, 2019
  • Philippe Sénac, Charlemagne et Mahomet : En Espagne (VIIIe – IXe siècles), Gallimard, coll. « Folio / histoire » (no 241), , 432 p. (ISBN 978-2070357949).0
  • (en) Ronald A. Messier, The Almoravids and the Meanings of Jihad, (ISBN 0313385890).
  • Brigitte Foulon et Emmanuelle Tixier du Mesnil, Al Andalous (Anthologie), Garnier-Flammarion, .
  • David Bensoussan, L’Espagne des trois religions, L’Harmattan (ISBN 978-2-296-04134-9), 210 p., 2007.
  • Jean-Paul Roux, Un choc de religions : La longue guerre de l'islam et de la chrétienté, Fayard, (ISBN 2213632588).
  • Mohammed Arkoun, Histoire de l'islam et des musulmans en France du Moyen Âge à nos jours, (ISBN 2226175032).
  • André Clot, L'Espagne musulmane : VIIIe – XIe siècle, (ISBN 2262023018).
  • Philippe Sénac, Les Carolingiens et al-Andalus, VIIIe – IXe siècle, Paris, Maisonneuve et Larose, 2002.
  • Maribel Fierro, « Al-Andalus : savoirs et échanges culturels », dans Encyclopédie de la Méditerranée, Tunis/Aix-en-Provence/Casablanca, Alif/Édisud/Toubkal, , 119 p. (ISBN 978-2-7449-0026-6) (Édisud) (ISBN 978-9973-22-164-3) (Alif)
  • Manuela Marín, « Al-Andalus et les Andalousiens », dans Encyclopédie de la Méditerranée, Tunis/Aix-en-Provence/Casablanca, Alif/Édisud/Toubkal, , 119 p. (ISBN 978-2-7449-0026-6) (Édisud) (ISBN 978-9973-22-164-3) (Alif)
  • Christophe Picard, Le Portugal musulman, VIIIe – XIIIe siècle, (ISBN 2706813989).
  • Pierre Guichard, Al-Andalus, 711-1492 : Une histoire de l'Espagne musulmane, Hachette Littératures, coll. « Pluriel », , 269 p. (ISBN 978-2-01-279030-8).
  • Philippe Conrad, Histoire de la Reconquista, Paris, PUF, .
  • Josep Nadal & Modest Prats, Història de la llengua catalana. 1/ Dels origens fins al segle XV. Barcelona, Edicions 62,1993.
  • (en) Salma Khadra Jayyusi (dir.), The legacy of Muslim Spain, Brill, (ISBN 978-90-04-09599-1)
  • (es) Thomas F. Glick, Cristianos y musulmanes en la España medieval (711-1250), Madrid, Alianza Editorial, .
  • Juan Vernet (trad. de l'espagnol par Gabriel Martinez-Gros), Ce que la culture doit aux Arabes d'Espagne, Sindbad, Actes Sud, coll. « La Bibliothèque arabe », , p. 121
  • Philippe Sénac, Musulmans et Sarrasins dans le Sud de la Gaule du VIIIe au XIe siècle, Paris, Le Sycomore, 1980.
  • Manuel Sanchis-Guarner, Approximació a la història de la llengua catalana, Salvat. 251 pages, 1980.
  • Charles-Emmanuel Dufourcq, La Vie quotidienne dans l'Europe médiévale sous la domination arabeRachel Arié, L’Espagne musulmane au temps des Nasrides (1232-1492), Paris, de Boccard, , 529 p.
    Ouvrage constitué du texte d'une thèse de lettres, soutenue en 1971 devant l'université Paris III. — Réédition : 1990, 528p. + 4p. de cartes + xiip. de planches illustrées, notice BNF n°FRBNF36641927t.
  • Ignacio Olagüe, Les Arabes n'ont jamais envahi l'Espagne, Paris, Flammarion, .
  • Évariste Lévi-Provençal, Histoire de l'Espagne musulmane, Paris, Maisonneuve et Larose, .
  • Reinhart Pieter Anne Dozy, Histoire des Musulmans d’Espagne : jusqu’à la conquête de l’Andalousie par les Almoravides (711-1110), E.J. Brill, (lire en ligne).
  • (en) Jerrilynn Denise Dodds, Al-Andalus: The Art of Islamic Spain, (ISBN 0810964139).
  • Emmanuelle Tixier du Mesnil, « La tolérance andalouse a-t-elle existé ? », Histoire, Paris, no 457,‎
  • Christine Mazzoli-Guintard, « Cordoue Séville, Grenade : Mythes et réalités de la coexistence des trois cultures », Horizons Maghrébins,‎ (lire en ligne)
  • Javier Albarrán, « Los supuestos «mozárabes» y el destino de los cristianos de al-Andalus », Al Andalus y la Historia, Universidad Autónoma de Madrid,‎ (lire en ligne)
  • (en) Eduardo Manzano Moreno, « Qurtuba: some critical considerations of the Caliphate of Cordoba and the myth of convivencia », Reflections on Qurtuba in the 21st Century, Consejo Superior de Investigaciones Científicas,‎ (lire en ligne)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier