Licence professionnelle

Licence professionnelle
Lieu France
Sélection
Diplôme requis Baccalauréat, DUT, DEUST, BTS, BTSA
Niveau ou grade requis Bac + 0 (Niveau 4), Bac + 2 (Niveau 5)
Diplôme
Durée de la formation 1 à 3 ans
Diplôme délivré Licence professionnelle
Niveau délivré Bac + 3 (Niveau 6)
Grade délivré Licence
Débouchés

La licence professionnelle est, en France, un diplôme national d'enseignement supérieur de niveau 6 (selon la nomenclature RNCP). C'est un type de licence particulier, comprenant une à trois années de formation qui est accessible après un baccalauréat et jusqu'à deux années d'enseignement supérieur. C'est un diplôme dit « terminal », car il n'ouvre pas « de droit » d'accès au diplôme de master.

Lorsqu'elle se déroule dans un institut universitaire de technologie (IUT), son programme est cadré nationalement pour tous les IUT, et le diplôme est délivrée sous le nom de « Bachelor universitaire de technologie ». Elle donne droit à la délivrance intermédiaire du Diplôme universitaire de technologie.

HistoriqueModifier

Le diplôme de licence professionnelle est créé en [1]. Il s'agit alors d'un diplôme d'un an.

Depuis la rentrée 2021, la licence professionnelle peut s'effectuer en un à trois ans, et est délivrée au terme d'un parcours de 180 crédits ECTS. Elle peut être intégrée après un baccalauréat pour les parcours en 3 ans, ou après l'obtention de 30 à 120 ECTS, et peut donner lieu à la délivrance intermédiaire d'un diplôme universitaire de technologie (DUT) ou d'un Diplôme d'études universitaires scientifiques et techniques (DEUST)[2].

EnseignementsModifier

Les enseignements de licence professionnelle sont suivis sous la responsabilité d'une université, en UFR, à l'IUT, en école, en lycée ou en CFA[3]. Dans le cas d'un IUT, le programme d'enseignement est cadré nationalement[1],[4].

La formation dure un à trois ans. Elle peut être suivie en formation initiale, en formation continue, en contrat de professionnalisation, en apprentissage, etc. Elle peut être obtenue par le biais d'une VAE.

Elle vise l'insertion professionnelle immédiatement après l'obtention du diplôme. La formation intègre une mise en situation professionnelle pour le tiers des crédits ECTS obtenus, incluant des périodes de stage (22 à 26 semaines dans le cas particulier du BUT), ainsi que des projets tutorés. Malgré sa finalité d'insertion professionnelle immédiate, elle permet à certains étudiants l'inscription dans certains masters ou écoles (dont des écoles d'ingénieurs).

Le grade de Licence est conféré aux titulaires d'un diplôme de licence professionnelle.

MentionsModifier

D'abord offerte dans huit secteurs professionnels et 46 dénominations nationales relevant des secteurs primaire, secondaire et tertiaire[réf. nécessaire], les licences professionnelles couvrent 174 mentions selon la nomenclature nationale de 2015[5].

En 2020, selon l'ONISEP, il existe 20 domaines différents et 271 mentions[6] .

Domaines et mentions des licences professionnelles en France
Domaines (selon nomenclature ONISEP) 2020
agriculture, animaux 9
armée, sécurité 6
arts, culture, artisanat 13
banque - assurances - immobilier 5
commerce, marketing, vente 14
construction - architecture - travaux publics 10
économie - droit - politique 16
électricité - électronique - robotique 12
environnement - énergies - propreté 30
gestion des entreprises, comptabilité 16
histoire/géographie, psychologie, sociologie 4
hôtellerie - restauration - tourisme 11
information-communication, audiovisuel 18
informatique, internet 11
lettres, langues - enseignement 4
logistique - transport 8
matières premières, fabrication, industries 35
mécanique 15
santé - social - sport 19
sciences 15
Total 271[6]


InscriptionModifier

En 2018, 52 400 étudiants sont inscrits en licence professionnelle[7]. Le nombre d'inscriptions a augmenté de 18 % en dix ans, contre 10 % en licence généraliste sur la même période. Près d'une personne sur trois est inscrite en contrat d'alternance (contrat de professionnalisation ou contrat d'apprentissage).

Légende : (A) Droit 4 %, (B) Économie, gestion, AES 44 %, (C) Lettres, Sciences humaines 11 %, (D) Santé 0 %, (E) Sciences 39 %, (F) STAPS 1 %[7].

Pour intégrer une licence professionnelle, les étudiants doivent être titulaires d'un baccalauréat ou d'un nombre de crédits ECTS de 30 (un semestre) à 120 (deux ans) telles qu'accordés par un diplôme homologué au niveau 5 par l'État (DÉUG, DUT, BTS, DN-MADE, L2). Les étudiants sont généralement recrutés sur dossier et entretien[3].

Les étudiants inscrits en licence professionnelle viennent pour 25 % de Section de techniciens supérieurs (BTS), 22 % d'Instituts universitaires de technologie (DUT), 6 % d'université (licence générale, dont 2 % redoublent leur troisième année), et 3 % viennent d'une autre licence professionnelle. Plus de 40 % n’étaient pas inscrits à l’université l'année précédente (données de 2017-2018)[7].

Selon Paul Santelmann, la forte proportion d'étudiants en provenance des sections de techniciens supérieurs (BTS) est quelque peu paradoxale puisque les licences professionnelles ont été conçues initialement pour écourter l’allongement des études des étudiants engagés dans les filières généralistes peu prometteuses en employabilité et non pour allonger le parcours des titulaires de BTS et de DUT, diplômes supposés correspondre aux besoins des entreprises. Si de nombreuses licences professionnelles correspondent à des besoins des entreprises et sont même conçues en partenariat avec certaines d’entre elles, cette situation témoigne, selon lui, d’une dynamique de l’enseignement professionnel supérieur plutôt incohérente[8]. Plus généralement, les mécanismes de massification de la poursuite d’études sont devenus des vecteurs de dévaluation des diplômes et conduisent à un sentiment de déclassement.

Bachelor universitaire de technologieModifier

Il existe 24 spécialités de BUT, avec parfois des parcours dans une même spécialité[9].

Secteur tertiaireModifier

Secteur scientifiqueModifier

Équivalence en SuisseModifier

En Suisse, la licence professionnelle a pour équivalent le Bachelor HÉS (Haute école spécialisée). Ce dernier s'acquiert après avoir obtenu 180 crédits ECTS et constitue également un diplôme professionnel. Les futurs étudiants HÉS doivent avoir acquis en principe une expérience professionnelle préalable en entreprise d'au moins un an avant de commencer leurs études. De plus, certaines formations HÉS peuvent être effectuées en même temps qu'un emploi, sur une durée plus longue, permettant à l'étudiant de poursuivre ses études tout en exerçant une activité professionnelle à temps partiel. Le Bachelor HÉS-SO concerne les étudiants de Suisse Occidentale, c'est-à-dire les francophones.

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier