Ouvrir le menu principal
Tour Down Under 2012
Généralités
Course
14e Tour Down Under
Compétition
Étapes
6
Date
Distance
803 km
Pays
Lieu de départ
Lieu d'arrivée
Pays traversé(s)
Équipes
19Voir et modifier les données sur Wikidata
Coureurs au départ
133
Coureurs à l'arrivée
126
Vitesse moyenne
38,664 km/h
Résultats
Vainqueur
Deuxième
Troisième
Meilleur grimpeur
Meilleur sprinteur
Meilleur jeune
Meilleure équipe
Logo du Santos Tour Down Under

La 14e édition du Tour Down Under a eu lieu du 17 au . Il s'agit de la 1re épreuve de l'UCI World Tour 2012.

La course est remportée par l'Australien Simon Gerrans (GreenEDGE), après avoir terminé deuxième de la 5e étape derrière l'Espagnol Alejandro Valverde (Movistar), qui fait son retour à la compétition après avoir purgé sa suspension pour dopage fin 2011. Gerrans devance au classement final Valverde et le Portugais Tiago Machado (RadioShack-Nissan). Les deux premiers terminent exactement dans le même temps mais Gerrans qui a été plus régulier tout au long de la semaine est déclaré vainqueur aux additions des places. À noter que c'est la deuxième victoire sur l'épreuve pour l'Australien après celle obtenue en 2006.

Un autre Australien Rohan Dennis (UniSA-Australia) termine meilleur jeune (moins de 25 ans) et remporte également le classement de la montagne tandis que le Norvégien Edvald Boasson Hagen (Sky) termine meilleur sprinteur. L'équipe luxembourgeoise RadioShack-Nissan s'adjuge le classement par équipes et remporte aussi le prix, décerné par l'organisation, du coureur le plus agressif par l'intermédiaire du Belge Jan Bakelants.

PrésentationModifier

En préambule de ce Tour Down Under 2012, se déroule le Down Under Classic (Cancer Council Helpline Classic), un critérium de 51 km dans les rues d'Adélaïde, le 15 janvier. Le parcours est constitué d'une boucle de 1,7 km, complètement plate, autour de Rymill Park, parcourue 30 fois par les coureurs. Le départ (34° 55′ 21″ S, 138° 36′ 42″ E) et l'arrivée (34° 55′ 21″ S, 138° 36′ 43″ E) sont situés Rundle Road. Les coureurs pourront gagner des primes lors de sprints situés sur la ligne d'arrivée, aux 5e, 10e, 15e et 20e passages[1]. La course est remporté par l'Allemand André Greipel (Lotto-Belisol) devant le Norvégien Edvald Boasson Hagen (Sky) et l'Australien Heinrich Haussler (Garmin-Barracuda)[2].

ParcoursModifier

Il est constitué de six étapes avec une arrivée lors de la 5e étape qui sera jugée, pour la première fois, en haut du Willunga Hill, juge de paix traditionnel de la course[3].

ÉquipesModifier

Le Tour Down Under étant une course avec le label UCI World Tour, toutes les ProTeams sont invitées automatiquement et doivent envoyer une équipe. Cette course est l'occasion pour l'équipe australienne GreenEDGE, nouvellement créée, de disputer sa première course World Tour. L'équipe UniSA-Australia, une équipe nationale composée de coureurs australiens n'appartenant pas à une équipe World Tour, est également invitée. 19 équipes participent à ce Tour Down Under - 18 ProTeams et 1 équipe nationale australienne :

UCI ProTeams
Nom de l'équipe Pays Code
AG2R La Mondiale   France ALM
Astana   Kazakhstan AST
BMC Racing   États-Unis BMC
Euskaltel-Euskadi   Espagne EUS
FDJ-BigMat   France FDJ
Garmin-Barracuda   États-Unis GRM
GreenEDGE   Australie GEC
Katusha   Russie KAT
Lampre-ISD   Italie LAM
Liquigas-Cannondale   Italie LIQ
Lotto-Belisol   Belgique LTB
Movistar   Espagne MOV
Omega Pharma-Quick Step   Belgique OPQ
Rabobank   Pays-Bas RAB
RadioShack-Nissan   Luxembourg RNT
Saxo Bank   Danemark SAX
Sky   Royaume-Uni SKY
Vacansoleil-DCM   Pays-Bas VCD
Équipe invitée
Nom de l'équipe Pays Code
UniSA-Australia   Australie AUS

FavorisModifier

Avec une arrivée jugée difficile sur les pentes du Willunga Hill lors de la 5e étape, les sprinters ne partiront pas favoris de cette édition. Les puncheurs tels que le Belge Greg Van Avermaet (BMC Racing), le récent champion d'Australie Simon Gerrans (GreenEDGE) et l'Espagnol Alejandro Valverde (Movistar) de retour de suspension seront à surveiller pour la victoire finale tout comme les certains sprinters qui passent bien les difficultés comme l'Australien Heinrich Haussler (Garmin-Barracuda), l'Espagnol Óscar Freire (Katusha) ou le Norvégien Edvald Boasson Hagen (Sky). On peut aussi citer la présence du tenant du titre Cameron Meyer (GreenEDGE)[4].

Parmi les sprinters prétendants à une victoire d'étape sont très nombreux : l'Allemand André Greipel (Lotto-Belisol) déjà multiple vainqueur sur l'épreuve par le passé, l'Australien Matthew Goss (GreenEDGE), ses compatriotes Michael Matthews et Mark Renshaw (Rabobank), l'Italien Alessandro Petacchi (Lampre-ISD) et l'Espagnol José Joaquín Rojas (Movistar)[5].

ÉtapesModifier

Déroulement de la courseModifier

1re étapeModifier

Malgré une étape quelque peu vallonnée avec un grand prix de la montagne et deux sprints intermédiaires récompensant les trois premiers en secondes de bonifications, l'étape est promise à un sprinter[6]. Celle-ci s'est déroulée dans des conditions de températures très élevées.

Un groupe de quatre coureurs composés de l'Australien Rohan Dennis (UniSA-Australia), du Suisse Martin Kohler (BMC Racing), de l'Italien Marcello Pavarin (Vacansoleil-DCM) et du Russe Eduard Vorganov (Katusha) s'échappent dès le début de l'étape. Ils compteront jusqu'à 11 min d'avance au maximum avant que les équipes de sprinters telles que GreenEDGE et Lotto-Belisol ne roulent pour réduire l'écart. Dans le groupe des échappées, Kohler en profite pour remporter les deux sprints intermédiaires alors que Pavarin gagne le seul grand prix de la montagne de l'étape.

Dennis s'extirpe du groupe à 15 km de l'arrivée mais se fera reprendre comme ses compagnons d'échappée peu de temps avant. Le peloton devient nerveux sur la fin d'étape et l'on note dans l'emballage final les graves chutes du Français Frédéric Guesdon (FDJ-BigMat) et du Belge Jürgen Roelandts (Lotto-Belisol).

L'Allemand André Greipel (Lotto-Belisol) s'impose de justesse devant l'Italien Alessandro Petacchi (Lampre-ISD) accusé de sprint dangereux[7] et devient le premier leader de l'épreuve. le Biélorusse Yauheni Hutarovich (FDJ-BigMat) complète le podium[8],[9].

Résultats
Coureur Équipe Temps
1   André Greipel Lotto-Belisol en 4 h 33 min 40 s
2   Alessandro Petacchi Lampre-ISD + m.t
3   Yauheni Hutarovich FDJ-BigMat m.t
4   Fabio Sabatini Liquigas-Cannondale m.t
5   Daniele Bennati RadioShack-Nissan m.t
6   Christopher Sutton Sky m.t
7   Jonathan Cantwell Saxo Bank m.t
8   Xavier Florencio Katusha m.t
9   Mark Renshaw Rabobank m.t
10   Manuel Belletti AG2R La Mondiale m.t
Classement général
Coureur Équipe Temps
1   André Greipel    Lotto-Belisol en 4 h 33 min 30 s
2   Alessandro Petacchi Lampre-ISD + 4 s
3   Martin Kohler BMC Racing 4 s
4   Yauheni Hutarovich FDJ-BigMat 6 s
5   Rohan Dennis   UniSA-Australia 7 s
6   Eduard Vorganov   Katusha 8 s
7   Marcello Pavarin   Vacansoleil-DCM 9 s
8   Fabio Sabatini Liquigas-Cannondale 10 s
9   Daniele Bennati RadioShack-Nissan 10 s
10   Christopher Sutton Sky 10 s

2e étapeModifier

Cette deuxième étape est légèrement plus vallonnée que la première mais ne devrait pas échapper à un sprinter. Cependant l'arrivée sera jugée à la fin d'un léger faux plat à Stirling[10].

Peu de temps après le départ de l'étape, deux hommes s'échappent du peloton, l'Australien William Clarke (UniSA-Australia) ainsi que le troisième du classement général, le Suisse Martin Kohler (BMC Racing) déjà échappé la veille. Ce dernier, en gagnant les deux sprints intermédiaires devient leader virtuel grâce aux bonifications. Au moment de rentrer sur le circuit final à parcourir trois fois et demi d'une longueur de 78 km, les deux coureurs possèdent 10 min d'avance sur un peloton mené par l'équipe Lotto-Belisol du leader au classement général l'Allemand André Greipel.

Après avoir remporté le second sprint intermédiaire, Kohler se relève pour réintégrer le peloton afin de ne pas gaspiller ses forces, au contraire de Clarke qui continue tout en augmentant son avance à 12 min. Le peloton semble revenir doucement mais a trop sous-estimé Clarke qui s'envole vers la victoire. Il franchit la ligne en vainqueur min 2 s devant le peloton réglé par ses compatriotes Michael Matthews (Rabobank), vainqueur l'an passé sur cette même arrivée, et Simon Gerrans (GreenEDGE). Kohler s'empare de la tête du classement général[11],[12].

Résultats
Coureur Équipe Temps
1   William Clarke UniSA-Australia en 3 h 58 min 35 s
2   Michael Matthews Rabobank + 1 min 02 s
3   Simon Gerrans GreenEDGE 1 min 02 s
4   Alejandro Valverde Movistar 1 min 02 s
5   Edvald Boasson Hagen Sky 1 min 02 s
6   Óscar Freire Katusha 1 min 02 s
7   Greg Van Avermaet BMC Racing 1 min 02 s
8   Luke Roberts Saxo Bank 1 min 02 s
9   Gerald Ciolek Omega Pharma-Quick Step 1 min 02 s
10   Heinrich Haussler Garmin-Barracuda 1 min 02 s
Classement général
Coureur Équipe Temps
1   Martin Kohler   BMC Racing en 8 h 33 min 05 s
2   André Greipel Lotto-Belisol + 2 s
3   Michael Matthews   Rabobank 4 s
4   Simon Gerrans GreenEDGE 8 s
5   Rohan Dennis UniSA-Australia 9 s
6   Eduard Vorganov Katusha 10 s
7   Xavier Florencio Katusha 12 s
8   Jonathan Cantwell Saxo Bank 12 s
9   Jan Bakelants RadioShack-Nissan 12 s
10   Luke Roberts Saxo Bank 12 s

3e étapeModifier

Cette étape, certes un peu escarpée en milieu de course mais beaucoup plus plate sur sa fin, est promise à un sprinter. À noter également les deux sprints intermédiaires qui distribueront des secondes de bonifications non négligeables pour le classement général[13].

Sous une grosse chaleur, quatre coureurs faussent compagnie au peloton et prennent plusieurs minutes d’avance, il s'agit de l'Irlandais Matthew Brammeier (Omega Pharma-Quick Step), des Belges Jan Bakelants (RadioShack-Nissan) et Thomas De Gendt (Vacansoleil-DCM) et du Russe Eduard Vorganov (Katusha) échappé lors de la première étape. Ce dernier peut faire un rapproché au classement général puisqu'il occupe la 6e place avant le début de l'étape.

Les échappés ne comptent, au maximum de la journée, que 10 min d'avance sur le peloton qui ne souhaite pas se faire surprendre comme la vieille. En effet les équipes Lotto-Belisol, Rabobank, Sky et RadioShack-Nissan, malgré un de leurs coureurs à l'avant, se relayent à tour de rôle pour reprendre les fuyards à environ 40 km de l'arrivée.

Les Rabobank et les RadioShack-Nissan assurent la plupart des relais dans les derniers kilomètres afin d'éviter toutes attaques et replacer leurs sprinters. Cependant, comme lors de la première étape, c'est l'Allemand André Greipel (Lotto-Belisol) qui s'impose devant le Biélorusse Yauheni Hutarovich (FDJ-BigMat) et le Norvégien Edvald Boasson Hagen (Sky). Greipel reprend la tête du général[14],[15].

Résultats
Coureur Équipe Temps
1   André Greipel Lotto-Belisol en 3 h 21 min 55 s
2   Yauheni Hutarovich FDJ-BigMat + m.t
3   Edvald Boasson Hagen Sky m.t
4   Mark Renshaw Rabobank m.t
5   Robbie McEwen GreenEDGE m.t
6   Jacopo Guarnieri Astana m.t
7   Heinrich Haussler Garmin-Barracuda m.t
8   Daniele Bennati RadioShack-Nissan m.t
9   Manuel Belletti AG2R La Mondiale m.t
10   Christopher Sutton Sky m.t
Classement général
Coureur Équipe Temps
1   André Greipel    Lotto-Belisol en 11 h 54 min 52 s
2   Martin Kohler BMC Racing + 8 s
3   Michael Matthews   Rabobank 12 s
4   Thomas De Gendt    Vacansoleil-DCM 14 s
5   Simon Gerrans GreenEDGE 16 s
6   Jan Bakelants RadioShack-Nissan 16 s
7   Edvald Boasson Hagen Sky 16 s
8   Eduard Vorganov Katusha 16 s
9   Rohan Dennis UniSA-Australia 17 s
10   Xavier Florencio Katusha 20 s

4e étapeModifier

Avec un profil légèrement vallonné, l'étape ne devrait toutefois pas échapper aux sprinters qui ne voudront plus se faire piéger comme lors de la 2e étape. Le leader du général, l'Allemand André Greipel (Lotto-Belisol) est le grand favori et visera le triplé[16].

L'étape démarre à vive allure du fait de deux sprints intermédiaires très convoités en vue du classement général. On retrouve cependant deux coureurs à l'avant qui sont l'Italien Luca Paolini (Katusha) ainsi que l'Australien Lachlan Norris (UniSA-Australia), cependant le duo est repris avant que l'échappée du jour ne se forme pour de bon au bout de 30 km de course. On y retrouve le Français Blel Kadri (AG2R La Mondiale), l'Espagnol Rubén Pérez (Euskaltel-Euskadi) et le local, l'Australien Jay McCarthy (UniSA-Australia). Le groupe obtient jusqu'à min d'avance sur l'ensemble du peloton.

À 50 km de l'arrivée l'équipe Lotto-Belisol, du leader Greipel, démarre la chasse aux échappées aidées par les équipes Lampre-ISD et Sky. Ainsi, l'écart décroit et l'échappée est condamnée. Surprise, à 20 km de la fin de l'étape, l'équipe Movistar d'Alejandro Valverde suivi par les RadioShack-Nissan imposent un rythme soutenu dans l'ascension du Mengler's Hill (2,6 km à 7-8 %). Un groupe d'un peu moins de 50 coureurs se détachent et ne sera plus revu par le restant du peloton. Parmi les piégés, on peut noter le leader du classement général Greipel, l'Australien Matthew Goss (GreenEDGE), le Biélorusse Yauheni Hutarovich (FDJ-BigMat) ainsi que l'Italien Alessandro Petacchi (Lampre-ISD).

L'étape se joue donc lors d'un sprint d'une quarantaine d'unité dont l'Espagnol Óscar Freire (Katusha) sort vainqueur devant l'Allemand Gerald Ciolek (Omega Pharma-Quick Step) et l'Italien Daniele Bennati (RadioShack-Nissan). Le peloton des piégés termine à min 45 s limitant la gagne de ce Tour Down Under à 45 coureurs. Le Suisse Martin Kohler (BMC Racing) reprend par la même occasion le maillot de leader avant l'étape reine, du lendemain, arrivant sur les pentes de la Willunga Hill[17],[18].

Résultats
Coureur Équipe Temps
1   Óscar Freire Katusha en 3 h 08 min 34 s
2   Gerald Ciolek Omega Pharma-Quick Step + m.t
3   Daniele Bennati RadioShack-Nissan m.t
4   Edvald Boasson Hagen Sky m.t
5   Michael Matthews   Rabobank m.t
6   José Joaquín Rojas Movistar m.t
7   Luke Roberts Saxo Bank m.t
8   Kristjan Koren Liquigas-Cannondale m.t
9   Sergueï Lagoutine Vacansoleil-DCM m.t
10   Heinrich Haussler Garmin-Barracuda m.t
Classement général
Coureur Équipe Temps
1   Martin Kohler   BMC Racing en 15 h 03 min 34 s
2   Michael Matthews   Rabobank + 2 s
3   Óscar Freire Katusha 2 s
4   Gerald Ciolek Omega Pharma-Quick Step 6 s
5   Simon Gerrans GreenEDGE 8 s
6   Daniele Bennati RadioShack-Nissan 8 s
7   Edvald Boasson Hagen   Sky 8 s
8   Jan Bakelants RadioShack-Nissan 8 s
9   Eduard Vorganov Katusha 8 s
10   Rohan Dennis   UniSA-Australia 9 s

5e étapeModifier

L'étape reine de ce Tour Down Under emprunte par deux fois la montée de la Willunga Hill (3,5 km à 7,5 %) dont l'arrivée finale. Les favoris pour l'étape sont le récent champion d'Australie Simon Gerrans (GreenEDGE) ainsi que l'Espagnol Alejandro Valverde (Movistar) qui a bien fait rouler son équipe dans la semaine en vue d'une bonne place au classement général qui sera sans doute dessiné à la fin de l'étape[19],[20].

Le début d'étape est marqué par une échappée de six coureurs dans laquelle on retrouve les Australiens Nathan Haas (Garmin-Barracuda) et Stuart O'Grady (GreenEDGE), les Belges Thomas De Gendt (Vacansoleil-DCM) et Kristof Goddaert (AG2R La Mondiale), le Britannique Andrew Fenn (Omega Pharma-Quick Step) et le Japonais Takashi Miyazawa (Saxo Bank). Le groupe obtient au maximum de la course min d'avance avant que l'équipe BMC Racing du leader Martin Kohler ne prenne les choses en mains. Bien aidé par d'autres formations comme les Movistar, GreenEDGE, Sky et RadioShack-Nissan l'écarte diminue et provoques des cassures.

Les hommes de têtes abordent le premier passage de la Willunga Hill à 35 km de l'arrivée avec min d'avance sur le peloton, moment ou Haas décide de partir seul suivit un moment par De Gendt qui le laisse finalement filer. Dans le peloton, le rythme soutenu de l’ascension permet un détachement d'un vingtaine d'unités au sommet duquel on retrouve tous les favoris sauf le leader Kohler, distancé mais qui revient au profit de la descente. À 15 km de l'arrivée le peloton des favoris reprend Haas et compte min d'avance sur le second peloton qui semble résigné.

Dans le premier groupe, emmené par les Movistar et les RadioShack-Nissan, on dénombre les attaque de l'Américain Danny Pate (Sky), suivi par l'Espagnol José Iván Gutiérrez (Movistar), le Portugias Tiago Machado (RadioShack-Nissan) et l'Australien Rohan Dennis (UniSA-Australia). Ces deux derniers lâchent leurs compères d'échappée pour entamée la montée finale en tête. À 3 km du but Michael Rogers (Sky) attaque mais se fait reprendre par le groupe des favoris emmené par Javier Moreno (Movistar) qui reprend les deux derniers coureurs échappés à la flamme rouge.

Un long sprint se prépare, lancé tout d'abord par Rogers mais l'étape est remporté par Valverde devant Gerrans. ce dernier prend la tête de l'épreuve à l'accumulation des places devant le vainqueur du jour. À la troisième place de l'étape et du classement général, on retrouve Machado qui a bien résisté dans le final. Le classement général se jouera surement le lendemain grâce aux éventuelles bonifications[21],[22].

Résultats
Coureur Équipe Temps
1   Alejandro Valverde Movistar en 3 h 45 min 48 s
2   Simon Gerrans GreenEDGE + 0 s
3   Tiago Machado RadioShack-Nissan 2 s
4   Michael Rogers Sky 4 s
5   Rohan Dennis   UniSA-Australia 7 s
6   Edvald Boasson Hagen   Sky 12 s
7   Javier Moreno Movistar 13 s
8   Jan Bakelants RadioShack-Nissan 13 s
9   Jack Bauer Garmin-Barracuda 26 s
10   Eduard Vorganov Katusha 26 s
Classement général
Coureur Équipe Temps
1   Simon Gerrans   GreenEDGE en 18 h 49 min 24 s
2   Alejandro Valverde Movistar + 0 s
3   Tiago Machado RadioShack-Nissan 8 s
4   Michael Rogers Sky 14 s
5   Rohan Dennis    UniSA-Australia 14 s
6   Edvald Boasson Hagen   Sky 18 s
7   Jan Bakelants RadioShack-Nissan 19 s
8   Javier Moreno Movistar 23 s
9   Michael Matthews Rabobank 29 s
10   Eduard Vorganov Katusha 32 s

6e étapeModifier

La dernière étape a lieu sous la forme d'une course en circuit, sans difficultés, d'une longueur totale de 90 km. Les purs sprinters pourront se remettre en action et en particulier l'Allemand André Greipel (Lotto-Belisol) déjà vainqueur de deux sprint massif mais aussi du Biélorusse Yauheni Hutarovich (FDJ-BigMat), auteur de deux podiums lors des précédentes étapes ou du Norvégien Edvald Boasson Hagen (Sky) leader du classement des sprints et qui peut prétendre encore à une belle remontée au classement général[23].

La course est marquée par une échappée de trois coureurs dans laquelle on retrouve le Belge Jan Bakelants (RadioShack-Nissan), le tenant du titre l'Australien Cameron Meyer (GreenEDGE) et le Français Romain Sicard (Euskaltel-Euskadi). Le coureur le mieux placé au classement général est Bakelants pointé à 19 s du leader l'Australien Simon Gerrans (GreenEDGE). Cependant les équipes Lotto-Belisol et Sky respectivement de Greipel et Boasson Hagen mettent en route et se rapproche du trio

Bakelants en profite pour empocher s de bonifications et ainsi remonter provisoirement à la 6e place du classement général. Dans le dernier tour Meyer distance ses compagnons d'échappés mais se fait reprendre dans les tout derniers kilomètres. La victoire se joue au sprint et c'est Greipel qui remporte sa troisième victoire sur ce Tour Down Under. Il devance l'Australien Mark Renshaw (Rabobank) et l'Italien Alessandro Petacchi (Lampre-ISD).

Gerrans, pas inquiété lors de cette étape, remporte l'épreuve pour la deuxième fois après 2006. Il devance donc Alejandro Valverde (Movistar) et le Portugais Tiago Machado (RadioShack-Nissan). Seul Bakelants gagne une place dans le top 10 final en prenant la 6e place à Boasson Hagen[24],[25].

Résultats
Coureur Équipe Temps
1   André Greipel Lotto-Belisol en 1 h 56 min 48 s
2   Mark Renshaw Rabobank + m.t
3   Alessandro Petacchi Lampre-ISD m.t
4   Yauheni Hutarovich FDJ-BigMat m.t
5   José Joaquín Rojas Movistar m.t
6   Edvald Boasson Hagen   Sky m.t
7   Romain Feillu Vacansoleil-DCM m.t
8   Jonathan Cantwell Saxo Bank m.t
9   Fabio Sabatini Liquigas-Cannondale m.t
10   Manuel Belletti AG2R La Mondiale m.t
Classement général
Coureur Équipe Temps
1   Simon Gerrans   GreenEDGE en 20 h 46 min 12 s
2   Alejandro Valverde Movistar + 0 s
3   Tiago Machado RadioShack-Nissan 8 s
4   Michael Rogers Sky 14 s
5   Rohan Dennis    UniSA-Australia 14 s
6   Jan Bakelants   RadioShack-Nissan 16 s
7   Edvald Boasson Hagen   Sky 18 s
8   Javier Moreno Movistar 23 s
9   Michael Matthews Rabobank 29 s
10   Eduard Vorganov Katusha 32 s

Classements finalsModifier

Classement généralModifier

Cycliste Pays Équipe Temps
1 Simon Gerrans     Australie GreenEDGE en 20 h 46 min 12 s
2 Alejandro Valverde   Espagne Movistar + 0 s
3 Tiago Machado   Portugal RadioShack-Nissan 8 s
4 Michael Rogers   Australie Sky 14 s
5 Rohan Dennis      Australie UniSA-Australia 14 s
6 Jan Bakelants     Belgique RadioShack-Nissan 16 s
7 Edvald Boasson Hagen     Norvège Sky 18 s
8 Javier Moreno   Espagne Movistar 23 s
9 Michael Matthews   Australie Rabobank 29 s
10 Eduard Vorganov   Russie Katusha 32 s

Classements annexesModifier

Classement des sprintsModifier

Cycliste Équipe Points
1   Edvald Boasson Hagen   Sky 56
2   André Greipel Lotto-Belisol 50
3   Yauheni Hutarovich FDJ-BigMat 39

Classement de la montagneModifier

Cycliste Équipe Points
1   Rohan Dennis    UniSA-Australia 29
2   Thomas De Gendt Vacansoleil-DCM 24
3   Simon Gerrans   GreenEDGE 24

Classement du meilleur jeuneModifier

Cycliste Équipe Temps
1   Rohan Dennis    UniSA-Australia en 20 h 46 min 26 s
2   Edvald Boasson Hagen   Sky + 4 s
3   Michael Matthews Rabobank 15 s

Classement par équipesModifier

Équipe Pays Temps
1 RadioShack-Nissan   Luxembourg en 62 h 19 min 53 s
2 Sky   Royaume-Uni + 24 s
3 Movistar   Espagne 31 s

UCI World TourModifier

Ce Tour Down Under attribue des points pour l'UCI World Tour 2012, seulement aux coureurs des équipes ayant un label ProTeam.

Position 1er 2e 3e 4e 5e 6e 7e 8e 9e 10e
Classement général 100 80 70 60 50 40 30 20 10 4
Par étape 6 4 2 1 1
Classement individuel
# Coureur Équipe Points
1   Simon Gerrans   GreenEDGE 106
2   Alejandro Valverde   Movistar 87
3   Tiago Machado   RadioShack-Nissan 72
4   Michael Rogers   Sky 61
5   Jan Bakelants   RadioShack-Nissan 40
6   Edvald Boasson Hagen   Sky 34
7   Javier Moreno   Movistar 20
8   André Greipel   Lotto-Belisol 18
9   Michael Matthews   Rabobank 15
10   Yauheni Hutarovich   FDJ-BigMat 7

Évolution des classementsModifier

Liste des participantsModifier

Légende
Num Dossard de départ porté par le coureur sur ce Tour Down Under Pos Position finale au classement général
      Indique le vainqueur du classement général       Indique le vainqueur du classement de la montagne
      Indique le vainqueur du classement des sprints       Indique le vainqueur du classement du meilleur jeune
# Indique la meilleure équipe       Indique le coureur le plus agressif
NP Indique un coureur qui n'a pas pris le départ d'une étape,
suivi du numéro de l'étape où il s'est retiré
AB Indique un coureur qui n'a pas terminé une étape,
suivi du numéro de l'étape où il s'est retiré
HD Indique un coureur qui a terminé une étape hors des délais,
suivi du numéro de l'étape
* Indique un coureur en lice pour le maillot noir
(coureurs nés après le 1er janvier 1987)
GreenEDGE
GEC
Num Coureur Pos
1 Cameron Meyer (AUS)* 47e
2 Robbie McEwen (AUS) 120e
3 Luke Durbridge (AUS)* 125e
4 Simon Gerrans (AUS)  
  Champion d'Australie
1er
5 Matthew Goss (AUS) 101e
6 Stuart O'Grady (AUS) 104e
7 Leigh Howard (AUS)* 122e
Lotto-Belisol
LTB
Num Coureur Pos
11 André Greipel (GER) 73e
12 Vicente Reynés (ESP) 43e
13 Marcel Sieberg (GER) 82e
14 Adam Hansen (AUS) 27e
15 Gregory Henderson (NZL) 109e
16 Jürgen Roelandts (BEL) NP-2
17 Olivier Kaisen (BEL) 96e
Katusha
KAT
Num Coureur Pos
21 Óscar Freire (ESP) 37e
22 Maxim Belkov (RUS) 45e
23 Giampaolo Caruso (ITA) 36e
24 Luca Paolini (ITA) 78e
25 Xavier Florencio (ESP) 19e
26 Eduard Vorganov (RUS) 10e
27 Gatis Smukulis (LAT)* 52e
Garmin-Barracuda
GRM
Num Coureur Pos
31 Ryder Hesjedal (CAN) 39e
32 Jack Bauer (AUS) 11e
33 Robert Hunter (RSA) 98e
34 Nathan Haas (AUS)* 74e
35 Heinrich Haussler (AUS) 29e
36 Andreas Klier (GER) AB-6
37 Martijn Maaskant (NED) 100e
Sky
SKY
Num Coureur Pos
41 Edvald Boasson Hagen (NOR)*   7e
42 Geraint Thomas (GBR) 46e
43 Christoper Sutton (AUS) 63e
44 Alex Dowsett (GBR)* 124e
45 Michael Rogers (AUS) 4e
46 Danny Pate (USA) 69e
47 Mathew Hayman (AUS) 53e
BMC Racing
BMC
Num Coureur Pos
51 Alessandro Ballan (ITA) 24e
52 Mathias Frank (SUI) 42e
53 Adam Blythe (GBR)* 121e
54 Marcus Burghardt (GER) 112e
55 Martin Kohler (SUI) 15e
56 Manuel Quinziato (ITA) 113e
57 Greg Van Avermaet (BEL) 32e
Lampre-ISD
LAM
Num Coureur Pos
61 Alessandro Petacchi (ITA) 107e
62 Grega Bole (SLO)
  Champion de Slovénie
80e
63 Davide Cimolai (ITA)* 94e
64 Massimo Graziato (ITA)* 119e
65 Danilo Hondo (GER) 60e
66 Matthew Lloyd (AUS) 35e
67 Davide Viganò (ITA) 86e
RadioShack-Nissan #
RNT
Num Coureur Pos
71 Daniele Bennati (ITA) 41e
72 Linus Gerdemann (GER) 12e
73 Jan Bakelants (BEL)   6e
74 Tiago Machado (POR) 3e
75 Hayden Roulston (NZL) 55e
76 Jesse Sergent (NZL)* 72e
77 Jens Voigt (GER) 33e
Rabobank
RAB
Num Coureur Pos
81 Luis León Sánchez (ESP) 26e
82 Michael Matthews (AUS)* 9e
83 Tom Leezer (NED) 70e
84 Mark Renshaw (AUS) 79e
85 Jos van Emden (NED) 118e
86 Graeme Brown (AUS) 111e
87 Wilco Kelderman (NED)* 21e
Movistar
MOV
Num Coureur Pos
91 Alejandro Valverde (ESP) 2e
92 José Iván Gutiérrez (ESP) 20e
93 David López García (ESP) 66e
94 Ángel Madrazo (ESP)* 14e
95 Imanol Erviti (ESP) 105e
96 Javier Moreno (ESP) 8e
97 José Joaquín Rojas (ESP)
  Champion d'Espagne
16e
FDJ-BigMat
FDJ
Num Coureur Pos
101 Sandy Casar (FRA) 28e
102 William Bonnet (FRA) 59e
103 Arnaud Courteille (FRA) AB-6
104 Frédéric Guesdon (FRA) NP-2
105 Yauheni Hutarovich (BLR) 106e
106 Jérémy Roy (FRA) 25e
107 Jussi Veikkanen (FIN) 50e
Euskaltel-Euskadi
EUS
Num Coureur Pos
111 Romain Sicard (FRA)* 65e
112 Gorka Izagirre (ESP)* 40e
113 Víctor Cabedo (ESP) AB-6
114 Pablo Urtasun (ESP) AB-6
115 Rubén Pérez (ESP) 56e
116 Adrián Sáez (ESP) 83e
117 Ricardo García Ambroa (ESP)* 91e
Saxo Bank
SAX
Num Coureur Pos
121 Sérgio Paulinho (POR) 44e
122 Anders Lund (DEN) 115e
123 Luke Roberts (AUS) 34e
124 Jarosław Marycz (POL)* 102e
125 Jonas Aaen Jørgensen (DEN) 84e
126 Jonathan Cantwell (AUS) 68e
127 Takashi Miyazawa (JPN) 116e
AG2R La Mondiale
ALM
Num Coureur Pos
131 Martin Elmiger (SUI) 51e
132 Manuel Belletti (ITA) 108e
133 Kristof Goddaert (BEL) 87e
134 Blel Kadri (FRA) 18e
135 Romain Lemarchand (FRA)* 30e
136 Matteo Montaguti (ITA) 88e
137 Boris Shpilevsky (RUS) NP-5
Astana
AST
Num Coureur Pos
141 Dmitriy Muravyev (KAZ) 117e
142 Borut Božič (SLO) 114e
143 Jacopo Guarnieri (ITA)* 89e
144 Francesco Masciarelli (ITA) 71e
145 Assan Bazayev (KAZ) 126e
146 Valentin Iglinskiy (KAZ) 97e
147 Dmitriy Gruzdev (KAZ) 61e
Vacansoleil-DCM
VCD
Num Coureur Pos
151 Romain Feillu (FRA) 76e
152 Thomas De Gendt (BEL) 58e
153 Sergueï Lagoutine (UZB)
  Champion d'Ouzbékistan
38e
154 Marcello Pavarin (ITA) 57e
155 Kenny van Hummel (NED) 123e
156 Mirko Selvaggi (ITA) 54e
157 Wouter Mol (NED) 85e
Omega Pharma-Quick Step
OPQ
Num Coureur Pos
161 Gerald Ciolek (GER) 13e
162 Matthew Brammeier (IRL)
  Champion d'Irlande
95e
163 Serge Pauwels (BEL) 17e
164 Andrew Fenn (GBR)* 75e
165 Gert Steegmans (BEL) 81e
166 Matteo Trentin (ITA)* 64e
167 Julien Vermote (BEL)* 31e
Liquigas-Cannondale
LIQ
Num Coureur Pos
171 Stefano Agostini (ITA)* 93e
172 Daniele Ratto (ITA)* 67e
173 Federico Canuti (ITA) 49e
174 Kristjan Koren (SLO) 22e
175 Alan Marangoni (ITA) 92e
176 Mauro Da Dalto (ITA) 103e
177 Fabio Sabatini (ITA) 62e
UniSA-Australia
AUS
Num Coureur Pos
181 Steele Von Hoff (AUS)* 77e
182 Jay McCarthy (AUS)* 48e
183 Rohan Dennis (AUS)*    5e
184 Lachlan Norris (AUS)* 90e
185 Thomas Palmer (AUS)* 110e
186 Bernard Sulzberger (AUS) 23e
187 William Clarke (AUS) 99e

Notes et référencesModifier

  1. « Présentation du Cancer Council Classic », sur cyclismactu.fr,
  2. « André Greipel démarre fort », sur cyclismactu.fr,
  3. « Tour Down Under 2012 : Willunga jusqu'au sommet », sur velochrono.fr,
  4. « Qui a le bon profil », sur velochrono.fr,
  5. « La fête aux sprinters? », sur eurosport.fr,
  6. « Etape 1 : Sprint royal inévitable », sur cyclismactu.fr,
  7. « Greipel : "J'ai eu de la chance" », sur cyclismactu.fr,
  8. « André Greipel, d'entrée de jeu », sur cyclismactu.fr,
  9. « Greipel rit, Guesdon pleure », sur velochrono.fr,
  10. « Etape 2 : Arrivée prisée à Stirling », sur cyclismactu.fr,
  11. « William Clarke déjoue les pronostics », sur cyclismactu.fr,
  12. « Clarke, un solo déconcertant », sur velochrono.fr,
  13. « Etape 3 : Qui peut battre Greipel ? », sur cyclismactu.fr,
  14. « Greipel matte encore la concurrence », sur cyclismactu.fr,
  15. « Le show Greipel reprend », sur velochrono.fr,
  16. « Etape 4 : Greipel, la passe de 3 ? », sur cyclismactu.fr,
  17. « Freire s'impose, Greipel piégé », sur cyclismactu.fr,
  18. « Freire profite du piège Movistar », sur velochrono.fr,
  19. « Etape 5 : Willunga, nous voila ! », sur cyclismactu.fr,
  20. « Willunga, ils ne pensent qu’à ça », sur velochrono.fr,
  21. « Le retour d'Alejandro Valverde ! », sur cyclismactu.fr,
  22. « Le duel Valverde-Gerrans tient ses promesses », sur velochrono.fr,
  23. « Etape 6 : Un sprint massif pour finir », sur cyclismactu.fr,
  24. « Greipel l'étape, Gerrans le général », sur cyclismactu.fr,
  25. « Greipel et Gerrans rois d’Australie », sur velochrono.fr,

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :