Jour de la Victoire (9 mai)

jour férié en Russie et ex-URSS

Le Jour de la Victoire (en russe : День Победы, Dien' pobiedy), célébré le en Russie et dans la plupart des pays de l'ancienne Union soviétique, est le jour de commémoration de la signature à Berlin de l'acte de capitulation de l'Allemagne nazie face aux troupes alliées (Union soviétique, États-Unis, Royaume-Uni et Commonwealth, France libre, Pologne libre, Roumanie, entre autres) et donc la fin pour les Soviétiques de la Grande Guerre patriotique.

Vue partielle des troupes lors du défilé du Jour de la Victoire 2015 à Moscou

Capitulation du Troisième ReichModifier

 
Le maréchal Wilhelm Keitel signe l'acte de capitulation

Un premier acte de reddition de l'armée allemande a été signé à Reims (France) le à h 41 du matin. Cet acte de reddition reconnaît la capitulation sans condition du Troisième Reich et ordonne la cessation des combats le à 23 h 1.

Staline ayant demandé que l'acte soit signé dans la capitale d'Hitler (Berlin), une seconde signature de l'acte de capitulation a eu lieu dans cette ville dans la soirée du , à 23 h 1 (heure d'Europe centrale), soit le à h 1, heure de Moscou, compte tenu du décalage horaire[1].

Jour de la VictoireModifier

 
Décoration de Moscou avec des drapeaux pour Le Jour de la Victoire, [2].

Le Jour de la Victoire est un jour férié instauré le en Union soviétique par Léonid Brejnev, à l'occasion du vingtième anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale[3].

Depuis, le est un jour férié en Russie, Biélorussie, Azerbaïdjan, Arménie, Kazakhstan, Ouzbékistan, Kirghizistan, Géorgie, Monténégro, Moldavie et en Ukraine (celle-ci célébrant également depuis 2015 le « jour de la mémoire et de la réconciliation » le )[4].

Tous les ans, le , un défilé militaire est organisé à Moscou, sur la place Rouge, pour marquer la fin de la « Grande Guerre patriotique ». La population porte le ruban de Saint-Georges pour célébrer l’événement. De nombreux Russes arborent ce jour-là des portraits de héros de la Seconde Guerre mondiale.

En 2015, à l’occasion du 70e anniversaire de la victoire, 16 000 soldats ont participé au défilé militaire[5].

Notes et référencesModifier

  1. « Guerre en Ukraine : pourquoi la date du 9 mai compte autant pour Vladimir Poutine », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  2. Décoration de Moscou pour Le Jour de la Victoire
  3. « Le mythe russe de la Grande Guerre patriotique et ses manipulations », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. Constantin Sigov, « Le Jour de la Mémoire et de la Réconciliation », sur ouest-france.fr, (consulté le )
  5. « Guerre en Ukraine : pourquoi la date du 9 mai compte autant pour Vladimir Poutine », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :