Sophie de Grèce (1938)

reine consort de Juan Carlos Ier, mère de Felipe VI
Sophie de Grèce
Description de cette image, également commentée ci-après
Sophie de Grèce en 2009.

Titre

Reine consort d'Espagne


(38 ans, 6 mois et 27 jours)

Prédécesseur Victoire-Eugénie de Battenberg (indirectement)
Successeur Letizia Ortiz
Biographie
Titulature Princesse de Grèce et de Danemark (1938-1962)
Princesse d'Espagne (1969-1975)
Reine d'Espagne (1975-2014)
Dynastie Maison de Glücksbourg
Nom de naissance Sophía Margaríta Viktoría Frideríki tis Elládas
Naissance (82 ans)
Palais de Psychikó (Grèce)
Père Paul Ier de Grèce
Mère Frederika de Hanovre
Fratrie Constantin II de Grèce
Irène de Grèce
Conjoint Juan Carlos Ier d'Espagne
Enfants Elena de Borbón y Grecia
Cristina de Borbón y Grecia
Felipe VI d'Espagne Souverain
Résidence Palais de la Zarzuela
Religion Orthodoxie grecque puis catholicisme

Signature

Signature de Sophie de Grèce
Description de cette image, également commentée ci-après

Sophie de Grèce (en grec moderne : Σοφία της Ελλάδας / Sophía tis Elládas ; en espagnol : Sofía de Grecia), princesse de Grèce et de Danemark puis, par son mariage, reine d'Espagne, est née le au palais de Psychikó, en Grèce. Fille du roi Paul Ier de Grèce et de la princesse Frederika de Hanovre, elle est l'épouse du roi émérite Juan Carlos Ier et la mère de l'actuel roi d'Espagne Felipe VI.

FamilleModifier

Sophie de Grèce est la fille aînée du roi Paul Ier de Grèce (1901-1964) et de son épouse Frederika de Hanovre (1917-1981), princesse de Hanovre et de Brunswick[1]. Par son père, elle est donc la petite-fille du roi Constantin Ier de Grèce (1868-1923) et de la princesse Sophie de Prusse (1870-1932) tandis que, par sa mère, elle descend du duc souverain Ernest-Auguste de Brunswick (1887-1953) et de la princesse Victoria-Louise de Prusse (1892-1980)[2].

Le , Sophie épouse, à Athènes, l'infant Juan Carlos d'Espagne (1938), fils de l'infant Juan d'Espagne (1913-1993) et de la princesse María de las Mercedes des Deux-Siciles (1910-2000).

Sophie de Grèce et son époux ont donc la particularité généalogique d'être tous deux des descendants de la reine Victoria du Royaume-Uni (1819-1901), surnommée « la grand-mère de l'Europe ». Sophie présente en outre le premier cas de double hérédité par rapport à Victoria : elle est son arrière-arrière-petite-fille par son père et son arrière-arrière-arrière-petite-fille par sa mère. Elle est enfin une arrière-petite-fille du dernier empereur allemand Guillaume II (1859-1941)[2].

Du mariage de Sophie et Juan Carlos naissent trois enfants :

BiographieModifier

Premières annéesModifier

Sophie de Grèce naît le au palais de Psychikó, près d'Athènes, résidence de ses parents[5],[6]. Sa naissance, acclamée par la population[7], donne lieu à une fête nationale et à une amnistie générale. Sa mère désire l'appeler Olga, mais devant les scansions d'un prénom souhaité par les Grecs, il est choisi celui de Sophie[8], du nom de sa grand-mère paternelle Sophie de Prusse, épouse du roi Constantin Ier, selon la tradition grecque[6],[7].

 
Les parents de Sophie en 1939.

Elle est baptisée le au palais royal d'Athènes par Chrysanthe Ier, archevêque d'Athènes et de toute la Grèce. À la cérémonie, simple, assiste sa famille la plus proche, dont le roi Georges II, les ducs de Brunswick, les parents de Frederika et les frères et oncles des princes. Les ambassadeurs du Royaume-Uni et d'Italie représentent les deux marraines de Sophie, la princesse Élisabeth[9] (future reine Élisabeth II) et la reine Hélène, qui n'ont pas pu être présentes[10]. Elle reçoit également pour parrains et marraines le roi Georges II, la reine Alexandrine de Danemark et la princesse Irène[9],[10]. Elle appartient à la maison de Schleswig-Holstein-Sonderburg-Glücksbourg, également appelée maison de Glücksbourg, une branche de la dynastie danoise d'Oldenbourg.

Lors de la Seconde Guerre mondiale, la Grèce est envahie par l'Italie puis par l'Allemagne nazie et la famille royale est contrainte de quitter le pays. Sophie, son frère Constantin (né en 1940) et leur mère Frederika fuient Athènes le , quelques jours avant l'entrée des Allemands dans la capitale, et s'installent successivement en Crète, en Égypte et en Afrique du Sud[6], où vient au monde, en 1942, sa sœur Irène[7],[11]. Leur père, lui, vit entre l'Angleterre[6] et l'Égypte.

Éducation et formationModifier

En exil à Alexandrie, elle fréquente le collège pour jeunes filles El-Nasr[12]. Le , la Grèce décide par plébiscite de restaurer son oncle, le roi Georges II, sur le trône. Paul (frère du roi Georges II et fils du roi Constantin Ier) et Frederika, parents de Sophie, deviennent alors princes héritiers. Quelques mois plus tard, le , le roi Georges II meurt et ses parents montent sur le trône[7],[11].

À l'âge de 14 ans, ses parents l'envoient poursuivre sa scolarité en Allemagne, à l'école de Salem, dirigée par le frère de Frederika, le prince Georges-Guillaume de Hanovre[7]. À son retour en Grèce, elle suit des études de puériculture, de musique et d'archéologie[7],[13], et effectue un stage dans une maternité d'Athènes[11]. Elle intègre ensuite le Fitzwilliam College de Cambridge[12].

En tant que fille de roi, elle assiste aux cérémonies officielles, s'investit dans des œuvres caritatives et remplace également ses parents dans une partie de leurs obligations[11]. Elle participe aux Jeux olympiques de Rome en 1960 comme suppléante dans l'équipe nationale grecque de voile[13],[14]. Passionnée de langues, Sophie parle allemand, anglais, italien, espagnol et grec[13].

Mariage avec l'infant Juan CarlosModifier

 
Sophie et Juan Carlos en 1966.

En 1954, elle participe à la croisière des rois organisée par sa mère en Méditerranée, au cours de laquelle elle fait la connaissance de l'infant Juan Carlos d'Espagne[10],[13]. Âgés de quinze ans, Juan Carlos et Sophie ne semblent cependant guère attirés l'un par l'autre : à l'époque, l'infant n'a d'yeux que pour sa cousine Marie-Gabrielle de Savoie, avec laquelle il flirte ouvertement, et la rumeur veut que Sophie ait plus d'atomes crochus avec le prince héritier Harald de Norvège qu'avec son futur époux[15].

La relation du jeune couple commence beaucoup plus tardivement, après le mariage du prince Antoine de Bourbon-Siciles et de la duchesse Élisabeth de Wurtemberg en 1958. Elle aboutit aux fiançailles des deux jeunes gens à Lausanne, en Suisse, le [16].

Le mariage est célébré le à Athènes. Quelque 143 princes et princesses issus de 27 familles souveraines ou anciennement souveraines européennes participent aux quatre cérémonies organisées : l'une catholique dans la cathédrale Saint-Denis, l'autre orthodoxe dans la cathédrale métropolitaine d'Athènes et les deux dernières civiles (espagnole et grecque) dans la salle du trône du palais royal.

Après leur mariage, le couple s'installe au palais de la Zarzuela, près de Madrid, où Sophie tâche de s'adapter aux us et coutumes de l'Espagne[7]. Elle se consacre essentiellement à l'éducation de ses trois enfants : Elena (née en 1963), Cristina (née en 1965) et Felipe (né en 1968). Elle choisit d'inscrire ses filles au collège Santa María del Camino et son fils au collège Santa María de los Rosales à Madrid, et veille personnellement à ce qu'ils ne bénéficient d'aucun traitement de faveur[7].

Reine consort d'EspagneModifier

 
Sophie quittant les États-Unis, à la suite d'un voyage officiel, en 1986.

Juan Carlos devient en 1969 prince d'Espagne, puis en 1975 le roi Juan Carlos Ier, à la suite du décès du général Franco, qui dirigeait le pays depuis 1939. Ils refusent d'habiter le palais d'Orient, désormais destiné aux réceptions, au profit du plus modeste édifice de la Zarzuela. Rompant avec les traditions monarchiques, ils n'instaurent pas de cour et la reine Sophie n'a pas de dame d'honneur, ce qui la différencie des autres souveraines européennes[17]. Durant les premières années de son règne, Juan Carlos Ier contribue de façon décisive, avec l'aide discrète de son épouse[18], au retour de la démocratie en Espagne.

Sophie s'investit particulièrement dans le domaine social, ainsi que dans la recherche scientifique et la promotion d'initiatives. Elle préside depuis 1977 la fondation Reine-Sophie (es), au sein laquelle elle développe des initiatives liées à l'immigration, l'éducation, l'action sociale et l'environnement. Elle est également présidente d'honneur de la Fondation d'aide contre la toxicomanie (es) jusqu'au , date à laquelle elle transmet cette fonction à la reine Letizia[19]. Pour son travail en faveur de l'harmonie, de la coexistence et de la promotion des valeurs démocratiques, la Fondation Professeur Manuel Broseta lui décerne, en 2013, le « prix Convivencia »[20].

À partir de 1992, la presse espagnole et internationale se fait régulièrement l'écho de difficultés conjugales que traverse le couple royal[21]. Au fil des années, plusieurs liaisons sont ainsi prêtées à Juan Carlos, qui jouit d'une réputation de séducteur[22] : d'abord avec la décoratrice catalane Marta Gayà[23] puis surtout avec la femme d'affaires allemande Corinna Larsen. Restée relativement réservée sur ces scandales, Sophie est à la fin du règne de son mari l'un des membres les plus populaires de la famille royale[24].

Liens avec la GrèceModifier

 
Sophie et sa sœur Irène en 2018.

Sophie se trouve en Grèce lors du coup d'État militaire du , à la suite duquel son frère, le roi Constantin II, est dépouillé de son titre et de ses biens et contraint de quitter le pays avec sa famille[12].

À l'exception d'un bref séjour pour les funérailles de sa mère en 1981, Sophie ne se rend pas en Grèce républicaine avant 1998, lorsqu'elle et son époux y effectuent une visite officielle à l'invitation du président Konstantínos Stephanópoulos[25].

Pour des raisons diplomatiques évidentes, la reine d'Espagne choisit de rester en retrait du procès qui oppose, devant la Cour européenne des droits de l'homme, son frère, sa sœur Irène et leur tante Catherine à l'État grec pour la restitution des domaines royaux[26].

Ces dernières années, cependant, avec la permission pour Constantin de retourner en Grèce, Sophie se rend régulièrement dans son pays natal, étant présente chaque année aux célébrations de la Pâque orthodoxe[27],[28],[29].

Reine émériteModifier

 
Sophie et Juan Carlos en 2005.

Affaibli par de nombreux scandales, le roi Juan Carlos Ier abdique le en faveur de son fils Felipe[30]. Sophie devient alors « reine émérite » et conserve le traitement de majesté[31]. Après l'abdication de son mari, Sophie se concentre sur ses activités de parrainage[32] et partage son temps entre le palais de la Zarzuela et, durant les mois d'été, celui de Marivent à Palma de Majorque[33],[34].

En , la vidéo d'une altercation entre Sophie et sa belle-fille, la reine Letizia, après la messe de Pâques à la cathédrale de Palma, suscite la polémique alors que des rumeurs d'inimitié entre elles circulent depuis 2008[35]. Enjointes de serrer les rangs dans un contexte de défiance vis-à-vis de la monarchie espagnole, les deux souveraines affichent par la suite des relations plus apaisées[36].

En , alors qu'il est soupçonné de corruption et se trouve sous le coup d'une enquête du Tribunal suprême, Juan Carlos s'exile aux Émirats arabes unis[37],[38]. Sophie continue, quant à elle, à résider en Espagne[39],[40].

TitulatureModifier

Titulature officielleModifier

Sophie, reine d'Espagne
Formules de politesse
Indirecte Sa Majesté
Directe Votre Majesté
Alternative Madame[41]
  •  : Son Altesse Royale la princesse Sophie de Grèce et de Danemark ;
  •  : Son Altesse Royale Sophie de Bourbon ;
  •  : Son Altesse Royale la princesse d'Espagne ;
  •  : Sa Majesté la reine d'Espagne ;
  • depuis le  : Sa Majesté la reine Sophie.

En tant que fille du diadoque Paul de Grèce (futur roi Paul Ier), héritier du roi Georges II, Sophie reçoit à la naissance le titre de princesse de Grèce et de Danemark avec le prédicat d'altesse royale jusqu'à son mariage en 1962 avec Juan Carlos de Borbón. Alors que Juan Carlos reçoit le titre de prince d'Espagne de la part du général Franco en 1969, Sophie adopte la version féminine du titre de son mari, en tant que consort. À la montée sur le trône espagnol de Juan Carlos en 1975, elle devient reine d'Espagne et utilise depuis cette date la qualification de majesté, conformément à la Constitution[42],[43].

Titulature de courtoisieModifier

  •  : Son Altesse Royale la princesse des Asturies.

À son mariage en 1962 avec Juan Carlos de Borbón, qui porte le titre de courtoisie de prince des Asturies, elle prend le titre de son nouvel époux (non reconnu par l'État espagnol), à savoir celui de princesse des Asturies.

DistinctionsModifier

Décorations espagnolesModifier

Principales décorations étrangèresModifier

 
La reine Sophie portant l'écharpe de grand-croix de l'ordre de la Croix de Terra Mariana lors d'un dîner officiel en Estonie, en 2009.

Autres distinctionsModifier

La reine Sophie est membre honoraire du Club de Rome[58].

Plusieurs universités espagnoles et étrangères ont décerné à Sophie un titre de docteur honoris causa :

Dans la culture populaireModifier

ToponymeModifier

 
Statue de Sophie et Juan Carlos à Valladolid (2016).

Le nom de Sophie est donné à plusieurs lieux en Espagne, notamment :

Cinéma et télévisionModifier

Sophie est le personnage principal du téléfilm Sofía (2011). Son rôle est joué par l'actrice espagnole Nadia de Santiago[68].

En outre, différentes actrices ont incarné la reine dans plusieurs films et séries :

AscendanceModifier

Relations avec les monarques d'EuropeModifier

En 2021, après la mort du duc d'Édimbourg, Sophie devient la dernière consort d'une maison régnante européenne encore en vie à être née dans une famille royale[N 1],[74]. Tous les monarques actuels d'Europe sont apparentés à la reine Sophie, comme suit[74] :

Monarque Liens de parenté avec Sophie Ancêtres communs les plus proches Autres ancêtres communs
Margrethe II de Danemark Cousine au troisième degré Victoria du Royaume-Uni
Albert de Saxe-Cobourg-Gotha
Christian IX de Danemark
Louise de Hesse-Cassel
Harald V de Norvège Cousin au troisième degré Victoria du Royaume-Uni
Albert de Saxe-Cobourg-Gotha
Christian IX de Danemark
Louise de Hesse-Cassel
Élisabeth II du Royaume-Uni Cousine au troisième degré
Tante par alliance au second degré
Victoria du Royaume-Uni
Albert de Saxe-Cobourg-Gotha
Christian IX de Danemark
Louise de Hesse-Cassel
Felipe VI d'Espagne Fils et cousin au quatrième degré[75] Paul Ier de Grèce
Frederika de Hanovre
Victoria du Royaume-Uni
Albert de Saxe-Cobourg-Gotha
Charles XVI Gustave de Suède Cousin au troisième degré Victoria du Royaume-Uni
Albert de Saxe-Cobourg-Gotha
Frédéric-Auguste de Schleswig-Holstein
Adélaïde de Hohenlohe-Langenbourg
Philippe de Belgique Neveu au quatrième degré Christian IX de Danemark
Louise de Hesse-Cassel
Henri de Luxembourg Neveu au quatrième degré Christian IX de Danemark
Louise de Hesse-Cassel
Willem-Alexander des Pays-Bas Cousin au cinquième degré
Neveu au cinquième degré
Paul Ier de Russie
Sophie-Dorothée de Wurtemberg
Frédéric-Guillaume III de Prusse
Louise de Mecklembourg-Strelitz
Hans-Adam II de Liechtenstein Cousin au cinquième degré Charles-Louis de Hohenlohe-Langenbourg
Amélie-Henriette de Solms-Baruth
Albert II de Monaco Neveu au huitième degré Louis VIII de Hesse-Darmstadt
Charlotte de Hanau-Lichtenberg

Notes et référencesModifier

NotesModifier

(es) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en espagnol intitulé « Sofía de Grecia » (voir la liste des auteurs).
  1. Sophie partage cette caractéristique avec sa belle-sœur, la reine Anne-Marie de Grèce (née princesse de Danemark), mais la famille royale grecque n'est plus une dynastie régnante.

RéférencesModifier

  1. Badts de Cugnac et Coutant de Saisseval 2002, p. 360.
  2. a et b Varga 2015, p. 27.
  3. Badts de Cugnac et Coutant de Saisseval 2002, p. 422.
  4. Badts de Cugnac et Coutant de Saisseval 2002, p. 423.
  5. Meyer-Stabey 1992, p. 105-106.
  6. a b c et d Meyer-Stabey 1992, p. 185.
  7. a b c d e f g et h (es) « Todo sobre la Reina Sofía : su matrimonio con el emérito, sus hijos, sus nietos », sur lecturas.com (consulté le ).
  8. Varga 2015, p. 38.
  9. a et b Varga 2015, p. 39.
  10. a b et c (es) « 70 cumpleaños de S.M. la Reina Doña Sofía : Su Grecia natal », sur abc.es (consulté le ).
  11. a b c et d Meyer-Stabey 1992, p. 106.
  12. a b et c Christophe Vachaudez, « Sofia d'Espagne : never complain, never explain », sur eventail.be, (consulté le ).
  13. a b c et d « La discrète reine Sofia, clé de voûte du règne de Juan Carlos », sur lepoint.fr, (consulté le ).
  14. Christophe Vachaudez, « Quand les têtes couronnées remportent des médailles aux JO », sur madame.lefigaro.fr, (consulté le ).
  15. Esther Buitekant, « Juan Carlos et Sophie d’Espagne : un mariage arrangé », sur gala.fr, (consulté le ).
  16. Meyer-Stabley 1992, p. 106-107.
  17. Meyer-Stabley 1992, p. 217, 218 et 219.
  18. Meyer-Stabley 1992, p. 186-187.
  19. Dominique Bonnet, « Letizia et Sofia d'Espagne : un passage de relais tout en sourire », sur parismatch.com, (consulté le ).
  20. (es) « La Fundación Broseta entrega el Premio Convivencia a S.M. la Reina Doña Sofía », sur elperiodic.com, (consulté le ).
  21. Debray 2013, p. 360-361.
  22. Debray 2013, p. 365 et 385.
  23. Debray 2013, p. 361.
  24. AFP, « La discrète reine Sofia, clé de voûte du règne de Juan Carlos », sur lexpress.fr, (consulté le ).
  25. (es) EFE, « Los reyes de España realizan su primera visita oficial a Grecia », El Mundo,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  26. Nicolas Fontaine, « L’héritage familial auquel la reine Sofía a renoncé en Grèce », sur histoiresroyales.fr, (consulté le ).
  27. (en) Nicholas Gage et Joan Paulson Gage, « King Constantine II Moves Back to Greece », sur townandcountrymag.com, (consulté le ).
  28. (es) A. Rodríguez, « La reina Sofía se queda sin su cita favorita (y esta vez no es por culpa de Letizia) », sur vanitatis.elconfidencial.com, (consulté le ).
  29. (es) A. Rodríguez, « La reina Sofía y su reunión familiar más emotiva: en Grecia y en homenaje a su madre », sur vanitatis.elconfidencial.com, (consulté le ).
  30. « Le roi d'Espagne, Juan Carlos, abdique au nom du « renouveau » », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  31. (es) Mariano Calleja, « Don Juan Carlos y Doña Sofía se situarán detrás de los Reyes y sus hijas », sur abc.es, (consulté le ).
  32. (es) Antonio Paniagua, « Una reina que va a más », sur elcomercio.es, (consulté le ).
  33. (es) Consuelo Font, « Doña Sofía encuentra su refugio en Marivent », sur elmundo.es, (consulté le ).
  34. (es) Paloma Simón, « Doña Sofía, la solitaria reina de Palma », sur revistavanityfair.es, (consulté le ).
  35. (en) Hannah Strange, « Queens' clash at church goes viral to expose tensions in Spanish royal family », sur telegraph.co.uk, (consulté le ).
  36. (en) Emily Chan, « Queen Letizia and Queen Sofia appear together after exchange », sur dailymail.co.uk, (consulté le ).
  37. (es) Natalia Junquera, « Los errores que destruyeron el juancarlismo », sur elpais.com, (consulté le ).
  38. « Corruption, maîtresses, chasse à l'éléphant… Juan Carlos, ex-roi d'Espagne au passé sulfureux », sur estrepublicain.fr, (consulté le ).
  39. (es) « La reina Sofía seguirá viviendo en La Zarzuela tras la marcha de Juan Carlos I », sur elpais.com, (consulté le ).
  40. (es) D.P., « La decisión de Sofía: no acompañará a Juan Carlos al exilio y seguirá residiendo en Zarzuela », sur revistavanityfair.es, (consulté le ).
  41. (es) María de la Serna Ramos, « Señor rey don Juan Carlos », sur huffingtonpost.es, (consulté le ).
  42. (es) Juan Balansó, Las perlas de la Corona, Barcelone, Debolsillo, coll. « Ensayo / Debolsillo » (no 113), , 303 p. (ISBN 978-84-9793-447-3), p. 245.
  43. Badts de Cugnac et Coutant de Saisseval 2002, p. 536.
  44. (es) « Decreto 1192/1962, de 10 de mayo, por el que se concede la Gran Cruz de la Real y Muy Distinguida Orden de Carlos III a Su Alteza Real la Princesa Sofía de Grecia », sur Boletín oficial del Estado, (consulté le ).
  45. (es) « Real Orden de Damas Nobles de María Luisa » (version du 15 mars 2015 sur l'Internet Archive), sur blasoneshispanos.com (consulté le ).
  46. (es) « Real Decreto 2747/1983, de 31 de octubre, por el que se concede la Banda del Collar de la Real y Muy Distinguida Orden de Carlos III a S. M. la Reina Doña Sofía », sur Boletín oficial del Estado, (consulté le ).
  47. (de) « Bundeskanzler – Anfragebeantwortung » [PDF], sur parlament.gv.at, (consulté le ), p. 519.
  48. (da) « Ridder af Elefantordenen » (version du 7 décembre 2013 sur l'Internet Archive), sur borger.dk (consulté le ).
  49. (is) « Fálkaorðuhafar » (version du 8 avril 2014 sur l'Internet Archive), sur falkadb.forseti.is (consulté le ).
  50. (it) « S.M. Sofia Regina di Spagna – Cavaliere di Gran Croce Ordine al Merito della Repubblica Italiana », sur quirinale.it (consulté le ).
  51. (es) « Resolución N° 957/996 : Entrega de Medallas de la República Oriental del Uruguay. Rey Juan Carlos I y Reina Sofía. España », sur impo.com.uy (consulté le ).
  52. (en) « 1999 National Orders awards » (version du 12 octobre 2012 sur l'Internet Archive), sur info.gov.za, (consulté le ).
  53. Décret 1174-00 du .
  54. (lv) « Precizējums Ordeņu kapitula paziņojumā - Latvijas Vēstnesis », sur vestnesis.lv, (consulté le ).
  55. (en + et) « Bearers of decorations », sur president.ee (consulté le ).
  56. (en) « State Honours », sur slovak-republic.org (consulté le ).
  57. (en) « Royals to award PM, wife today » (version du 22 avril 2009 sur l'Internet Archive), sur jamaica-gleaner.com, (consulté le ).
  58. (en) « List of Honorary Members » (version du 28 septembre 2006 sur l'Internet Archive), sur clubofrome.org (consulté le ).
  59. (es) Agencia Efe, « Viaje oficial de los Reyes de España; Bogotá (Colombia), 13-10-1976.- El rector del Colegio Mayor del Rosario, Carlos Holguin (iz), junto a la reina Sofía de España durante el acto de investidura y entrega del título de doctor "honoris causa" », sur efeservicios.com, (consulté le ).
  60. (es) « La reina Sofía, doctora 'honoris causa'. », El País,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  61. (es) Ricardo Martínez de Rituerto, « Los Reyes serán investidos el día 7 doctores 'honoris causa' por Cambridge », El País,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  62. (es) Ricardo Martínez de Rituerto, « La Reina, doctora 'honoris causa' de Oxford por su Contribución a las artes », El País,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  63. (es) Agencia Efe, « Washington D.C., 27/05/1995.- La reina Sofía pronuncia un discurso de agradecimiento por el doctorado "Honoris Causa" en Humanidades por la Universidad de Georgetown, en Washington D.C., Estados Unidos », sur efeservicios.com, (consulté le ).
  64. (es) Javier García, « La Reina, investida 'honoris causa' por la Universidad de Évora », El País,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  65. (es) Enric González, « La Reina, doctora 'honoris causa' por la Universidad de Nueva York », sur elpais.com, (consulté le ).
  66. (es) L.D. / EFE, « La Reina investida doctora 'honoris causa' por la Universidad de Nueva York », sur libertaddigital.com, (consulté le ).
  67. (es) « Doña Sofía recibe el doctorado honoris causa por la Universidad de Seisen », sur lainformacion.com, (consulté le ).
  68. (es) « Nadia de Santiago será la reina Sofía en su miniserie », sur diariodesevilla.es, (consulté le ).
  69. (en) 23-F: El día más difícil del Rey sur l’Internet Movie Database (consulté le ).
  70. (en) Felipe y Letizia sur l’Internet Movie Database (consulté le ).
  71. (en) Tarancón. El quinto mandamiento sur l’Internet Movie Database (consulté le ).
  72. (en) 23-F: la película sur l’Internet Movie Database (consulté le ).
  73. (en) El Rey sur l’Internet Movie Database.
  74. a et b (es) A. Rodríguez, « Doña Sofía, la 'prima' de Europa : su parentesco con todas las casas reales », sur vanitatis.elconfidencial.com, (consulté le ).
  75. (es) Monarquía Europea, Université ibéro-américaine (lire en ligne), p. 7 (consulté le ).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier