Ouvrir le menu principal

Saint-Ilpize

commune française du département de la Haute-Loire

Saint-Ilpize
Saint-Ilpize
Saint-Ilpize et l'Allier.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Loire
Arrondissement Arrondissement de Brioude
Canton Pays de Lafayette
Intercommunalité CC du Brivadois
Maire
Mandat
Pierre Heno
2014-2020
Code postal 43380
Code commune 43195
Démographie
Population
municipale
190 hab. (2016 en augmentation de 5,56 % par rapport à 2011)
Densité 16 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 11′ 48″ nord, 3° 23′ 17″ est
Altitude Min. 432 m
Max. 763 m
Superficie 11,81 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Loire

Voir sur la carte administrative de la Haute-Loire
City locator 14.svg
Saint-Ilpize

Géolocalisation sur la carte : Haute-Loire

Voir sur la carte topographique de la Haute-Loire
City locator 14.svg
Saint-Ilpize

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Ilpize

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Ilpize

Saint-Ilpize est une commune française située dans le département de la Haute-Loire en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Sommaire

GéographieModifier

Le village est situé dans la haute vallée de l'Allier, au cœur du Brivadois.

ToponymieModifier

Son nom semble lui venir de Saint Ilpide[Selon qui ?], ermite en Gévaudan au IIIe siècle.

HistoireModifier

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (février 2019)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Le château de Saint-Ilpize fut la propriété des dauphins d'Auvergne, notamment d'une branche cadette issue du deuxième mariage du dauphin Robert III ; le furent aussi, par des mariages, deux fiefs qui eurent un destin féodal souvent voisin de St-Ilpize : Combronde et Jaligny (voir des précisions à ces articles).

Au Moyen Âge ce château représente une importante châtellenie. Saint-Ilpize fait partie du réseau des treize bonnes villes d'Auvergne.

En 1424, Blanche Dauphine d'Auvergne (petite-fille de Béraud Ier de St-Ilpize et Combronde, dont le trisaïeul était Robert III dauphin d'Auvergne), héritière des seigneuries de St-Ilpize, Combronde, Jaligny et Treteau, épouse Jean de Lespinasse (à St-Forgeux, St-Germain, Noailly) : leur fils Béraud III Dauphin de L'Espinasse a pour fille Françoise Dauphine, qui transmet L'Espinasse, Jaligny, Treteau, Combronde et St-Ilpize à son mari Guyon d'Amboise de Ravel (1475-v.1508), fils cadet de Charles Ier d'Amboise-Chaumont, épousé vers 1491 : parents d'Antoinette d'Amboise (1495-1552).

Ainsi, le fief de St-Ilpize passe à la maison d'Amboise-Chaumont, puis au XVIe siècle à celle de La Rochefoucauld-Barbezieux-Langeac (par le mariage d'Antoinette de Chaumont d'Amboise avec Antoine de La Rochefoucauld-Barbezieux). Au XVIIIe siècle, Jean-Joseph de La Rochefoucauld (1708-1768) était marquis de Langeac et comte de St-Ilpize.

Par lettres patentes, le roi Louis XI (1423-1483) autorise, en avril 1467, l'établissement d'un marché et de trois foires à Saint-Ilpize[1].

En 1500, dans l'enceinte seule des murs de Saint-Ilpize, on comptait cinq cents feux.

Au cours de la période révolutionnaire de la Convention nationale (1792-1795), la commune a porté le nom de Roc-Libre[2].

En 1822, Saint-Ilpize est la seconde commune en population de l'arrondissement de Brioude (2 600 âmes).

En 1845, une partie du territoire communal est cédée pour former la commune de Villeneuve-d'Allier[2].

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Élie Barthomeuf    
mars 2008 mars 2014 Jean Fostier    
mars 2014 En cours
(au 28 août 2014)
Pierre Heno[3]    

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[5].

En 2016, la commune comptait 190 habitants[Note 1], en augmentation de 5,56 % par rapport à 2011 (Haute-Loire : +1,08 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 1792 3842 5322 5792 4872 4012 3321 2061 179
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 1261 2071 2111 0081 0001 002979974856
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
816725650550469433390309277
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
259209183188207205186184181
2013 2016 - - - - - - -
189190-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Lieux et monumentsModifier

 
Le château.

Vie localeModifier

  • Cérémonie du Chana de la Voute. Ancienne pratique des officiers du seigneur de Saint-Ilpize[10].

Personnalités liées à la communeModifier

Roman se déroulant à Saint-IlpizeModifier

  • Jean-Pierre Fournier La Touraille, Le jeu de quilles en or : l'orphelin du Temple, Plon, (ISBN 2259221882)

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexeModifier

Lien externeModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. Lettres patentes de Louis XI, Amboise, avril 1467, Ordonnances des rois de France de la troisième race, tome XVI, p. 566 disponible sur Gallica
  2. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Liste des maires de la Haute-Loire sur le site de la préfecture (consulté le 28 août 2014).
  4. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  7. Base Mérimée : Château et chapelle
  8. Base Mérimée : Église Sainte-Madeleine
  9. Pont suspendu de Saint-Ilpize sur Structurae.
  10. Dictionnaire d'orfèvrerie, de gravure et de ciselure chrétiennes (3. Encycl. théol., tom.27). Par Jacques Rémi A. Texier