Psychologie sociale

étude scientifique des interactions humaines et de leurs effets sur les pensées, émotions et comportements individuels.

La psychologie sociale est la branche de la psychologie expérimentale qui étudie de façon empirique comment « les pensées, les émotions et les comportements des individus sont influencés par la présence réelle, imaginaire ou implicite d'autres personnes »[1]. Dans cette définition, proposée initialement en 1954 par Gordon Allport[2], les termes « présence imaginaire ou implicite » indiquent que l'influence sociale indirecte est possible, même en l'absence physique d'autres individus, par l’intermédiaire de normes sociales perçues ou intériorisées. La psychologie sociale procède selon la méthode scientifique, notamment par l'intermédiaire de mesures quantitatives (par exemple : mesures du comportement observé en laboratoire lorsque des individus sont placés dans des situations expérimentales, mesures par questionnaires, mesures physiologiques, imagerie cérébrale), ou qualitatives (par exemple : observations de terrain dans des situations naturelles, entretiens semi-directifs, focus groups).

Psychologie sociale
Image dans Infobox.
Sous-classe de
Pratiqué par
Psychologue social (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Les psychologues sociaux étudient les processus mentaux impliqués dans les comportements humains liés aux interactions sociales. Ces recherches concernent un grand nombre de situations et de variables (indépendantes et dépendantes) dont les liens sont souvent représentés sous forme de modèle théorique.

La psychologie sociale est parfois considérée comme un domaine interdisciplinaire situé à l'intersection de la psychologie et la sociologie. Edward Jones conclut toutefois à la catégorisation de la psychologie sociale comme une sous discipline de la psychologie en comparant le volume de production scientifique dans le domaine attribué à des psychologues à celui attribué à des sociologues[3]. En France, les diplômes de master et de doctorat en psychologie sociale sont délivrés dans le cadre d'un cursus en psychologie. Néanmoins, les contributions à la psychologie sociale des chercheurs en sociologie sont importantes et ont parfois conduit à distinguer la psychologie sociale « sociologique » de la psychologie sociale « psychologique »[4]. L'approche sociologique met davantage l'accent sur les variables macroscopiques (telles que la structure sociale) alors que l'approche psychologique se focalise plutôt sur les variables individuelles (telles que les dispositions internes). Les deux approches sont complémentaires et s'enrichissent mutuellement[5]. D'autres proximités disciplinaires existent, notamment avec l'économie comportementale[6] dans le domaine de la prise de décision ou encore avec les sciences cognitives dans le domaine de la cognition sociale[7].

La psychologie sociale s'est historiquement développée avec des orientations différentes aux États-Unis et en Europe[5]. De façon générale, les chercheurs américains se sont davantage penchés sur les phénomènes ayant trait à l'individu, alors que les Européens ont accordé plus d'attention aux phénomènes de groupe (tels que la dynamique de groupe ou la psychologie des foules)[8]. La production scientifique en psychologie sociale est très majoritairement américaine, notamment en raison d'un développement plus précoce dans ce pays, la plupart des revues scientifiques de référence et des théories ayant eu une influence majeure dans le domaine sont américaines[9].

Elle se trouve à la base d'un grand nombre d'applications (psychologie sociale appliquée, psychosociologie), de techniques et de pratiques professionnelles[10] : gestion de groupes et d'équipes, sondages, groupes de formation et de créativité, brainstorming, publicité.

HistoireModifier

Les origines : précurseurs et pionniersModifier

 
Gabriel Tarde

L'origine exacte de la discipline est incertaine mais on peut la situer entre la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle. Les chercheurs européens citent volontiers[11] les sociologues et psychologues sociaux français Gustave Le Bon qui publie Psychologie des foules en 1895 et Gabriel Tarde qui publie en 1898 un ouvrage intitulé Études de psychologie sociale[12] ou encore les italiens Paolo Orano avec son ouvrage intitulé Psicologia sociale[13] en 1902 et Carlo Cattaneo en 1864 avec son essai Dell’antitesi corne metodo di psicologia sociale[14]. Les chercheurs américains préfèrent généralement citer[9] l'étude réalisée par le psychologue américain Norman Triplett en 1897 portant sur le phénomène de facilitation sociale[15], ou encore les publications simultanées en 1908 de deux ouvrages en langue anglaise sur le sujet par le sociologue américain Edward Alsworth Ross[16] et le sociologue britannique William McDougall[17].

Parmi les précurseurs français de la psychologie sociale Gabriel Tarde marque la discipline par le développement de ses idées sur l'imitation et ses conséquences sur l'influence[18]. En 1900 se tient à Paris le IVe Congrès international de psychologie sous la présidence de Théodule Ribot[19]. Lors du discours d'ouverture de Ribot, la psychologie sociale est évoquée pour la première fois dans une instance scientifique internationale.

La première moitié du XXe siècle : l'avènement du behaviourismeModifier

 
John B. Watson

Inspiré par les travaux de Ivan Pavlov sur le conditionnement et rejetant le concept de conscience ainsi que la méthode de l'introspection, le psychologue américain John Broadus Watson publie un article en 1913 marquant le début du courant behavioriste. Watson part du principe que seuls l'environnement et les comportements sont observables. Les processus mentaux sont inaccessibles de manière fiable et directe, ils se déroulent dans une « boite noire » imperméable à l'observation. Il faut donc concentrer les efforts de recherche sur ce qui est observable. Ainsi, l'objectif de la science du comportement est pour Watson d'étudier les relations entre les stimuli (S) de l'environnement et les comportements réponses (R) qu'ils provoquent. Dans cette approche, il cherche à établir un « modèle unifié de la réaction animale »[20] et ne distingue pas les comportements humains de ceux des autres animaux.

Les travaux initiés par Watson sont poursuivis par Burrhus Frederic Skinner dans les années 1930 qui développe une méthode expérimentale basée sur l'utilisation d'un instrument de son invention : la boite de Skinner. Placés dans cette boite, les animaux (rats ou pigeons) disposent de leviers dont l'action va déclencher une conséquence agréable (renforcement positif ou négatif) ou désagréable (punition positive ou négative) déterminée par le chercheur. Ils vont ainsi apprendre par essai-erreur un comportement cible. Ce processus d'apprentissage est nommé conditionnement opérant.

Vers la fin des années 1930, de nombreux psychologues de la Gestalt, notamment Kurt Lewin, fuient l'Allemagne nazie vers les États-Unis. Ils jouent un rôle majeur dans le développement de la discipline en initiant la séparation avec les courants behavioristes et psychanalytiques qui étaient dominants à cette époque. L'étude des attitudes et des phénomènes de groupe commence à prendre son essor.

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, les psychologues sociaux étudient les effets de la persuasion et de la propagande au profit de l'armée américaine.

Après la seconde guerre mondiale : émergence du courant de la cognition socialeModifier

Après la guerre, les chercheurs s'intéressent à une variété de problèmes sociaux, y compris les questions de sexe et des préjugés raciaux.

Les expériences de Stanley Milgram sur la soumission à l'autorité ont compté parmi les plus remarquables, révélatrices, et controversées des études menées dans les années 1960. En effet, au moment du procès Eichmann à Jérusalem, Milgram cherche à comprendre comment autant d'individus ordinaires ont pu se transformer en tortionnaires et commettre les atrocités des camps nazis[21]. Dans sa première étude il montre que 26 des 40 individus ordinaires recrutés pour l'expérience acceptent d'infliger des chocs électriques potentiellement mortels (en réalité fictifs) à un inconnu sous la pression de l'autorité incarnée par le scientifique[22].

Dans les années 1960, il y a eu un intérêt croissant pour de nouveaux sujets, comme la dissonance cognitive, l'effet du témoin (Bystander effect), et l'agression.

Dans les années 1970, la psychologie sociale a vécu une crise en Amérique[23]. Il y avait un vif débat sur l'éthique de l'expérimentation en laboratoire : « est-ce que les attitudes prédisent les comportements », et « à quel point est-il possible de faire des recherches dans un contexte culturel »[24]. Ce fut aussi le moment où l'approche situationniste radicale contestait la pertinence du soi et de la personnalité en psychologie.

La psychologie sociale atteindra un niveau plus mature dans les théories et les méthodes dans les années 1980 et 1990. Des normes éthiques prudentes seront établies pour désormais réglementer la recherche. Les perspectives pluraliste et multiculturelle ont commencé à émerger. à partir de la fin du XXe siècle, les chercheurs s'intéressent à de nombreux phénomènes tels que les processus d'attribution causale, la cognition sociale, ou encore le concept de soi. Les psychologues sociaux ont également maintenu leurs intérêts appliqués aux contributions en matière de santé, de psychologie environnementale et juridique.

 
Solomon Asch

Considérant que le comportement de l'individu social n'est pas uniquement le fait d'influences extérieures mais également dû à divers processus mentaux (donc internes), plusieurs chercheurs tels que Kurt Lewin (théorie des champs), Solomon Asch (formation des impressions) et Fritz Heider (attribution causale) s'inspirent de la théorie de la Gestalt pour développer le courant cognitiviste de la psychologie sociale. On en vient à penser l'individu et la société comme étant une globalité interdépendante et la perception d'autrui est au centre de la relation sociale. La cognition sociale devient prédominante dans le paysage de la psychologie sociale dans les années 1980. Les études se portent sur les processus cognitifs de la perception, du traitement de l'information, de son stockage et de sa récupération. On observe de même les facteurs influençant ces processus et on passe de l'observation des comportements à l'étude des processus cognitifs à l'origine des comportements[25].

La cognition sociale peut se définir à partir de ses principes de base, constitués de :

  • deux axiomes fondamentaux :
    • Chaque individu a une vision, une conception personnelle de la réalité dont il fait partie. Cette conception est construite à partir des processus cognitifs et sociaux.
    • L'étendue de l'influence sociale : un individu, ses émotions, ses pensées et son comportement sont grandement influencés par l’environnement, même en l'absence physique d'autres individus.
  • de trois principes motivationnels :
    • Le besoin de maîtrise. Les gens ont tendance à essayer de prédire ou comprendre les évènements qui se produisent dans l'environnement extérieur et la société afin d'obtenir une récompense telle que la survie, la sécurité ou encore l'estime qu'ils ont d'eux-mêmes.
    • Le besoin de contact. Les gens accordent de l'importance aux contacts sociaux tels l'amour et le soutien en provenance des individus et des groupes qui leur sont proches.
    • La valorisation du « moi » et du « mien ». Les gens ont tendance à se comparer aux autres avec un biais positif et valorisent ce qu'ils aiment et possèdent.
  • et de trois principes de fonctionnement des processus cognitifs et sociaux :
    • Le conservatisme. Chez l'être humain, les processus cognitifs et sociaux, les idées, les impressions ont tendance à persister et sont lents à se modifier. Le conservatisme est cette tendance-là.
    • L'accessibilité. L'information la plus accessible, celle qui est la plus facile à se procurer est généralement celle qui a le plus d'impact sur notre cognition, notre comportement et nos émotions.
    • La superficialité et la profondeur. L'humain a généralement tendance à traiter l'information perçue avec superficialité bien que parfois certaines sources de motivation l'entraînent à aller plus en profondeur.

Méthodes de rechercheModifier

La recherche en psychologie sociale utilise différentes méthodes[26]. On distingue généralement les méthodes expérimentales, plus souvent utilisées en laboratoire, des méthodes utilisées en milieu naturel, c'est-à-dire hors du laboratoire. La psychologie sociale a recours aux méthodes d'analyse de données statistiques classiques mais aussi à certaines méthodes plus spécifiques telles que l'analyse factorielle par exemple. La méthode expérimentale est une méthode hypothético-déductive qui se caractérise principalement par la manipulation d'une ou plusieurs variables indépendantes dont l'effet sur une ou plusieurs variables dépendantes est mesuré par différents outils ou techniques. Le plus souvent, les études sont menées sur des groupes d'individus pour surmonter le problème de la variance individuelle et les moyennes des scores de chaque groupe sont comparées en utilisant la méthode de l'analyse de variance. Il est généralement admis que ce type de test paramétrique nécessite des groupes de 30 individus minimum, ce qui correspond à la définition d'un « grand échantillon » au niveau statistique[27],[28]. La distribution des participants dans les groupes se fait de manière aléatoire ou randomisée. Pour les groupes de taille inférieure à 30, les tests non-paramétriques sont privilégiés. Les expérimentations sont organisées selon un plan d'expérience complet ou incomplet. En général, les chercheurs utilisent un groupe de contrôle (ou groupe témoin) et un ou plusieurs groupes expérimentaux afin de tester leurs hypothèses concernant l'effet de la variable indépendante sur la variable dépendante permettant éventuellement d'établir un lien de causalité. Dans le cas d'études longitudinales des mesures répétées, avant et après l'intervention, sont réalisées dans les différents groupes.

Dans certaines situations, comme dans les études sur les effets des catastrophes naturelles, il se peut qu'il soit impossible de travailler avec un groupe témoin. On peut alors effectuer une étude sur un groupe témoin équivalent. On parle alors de méthode quasi expérimentale.

À un stade plus primitif de recherche, on peut ne pas rechercher la causalité entre deux variables mais simplement la corrélation. On fait alors appel à la méthode corrélationnelle. Dans ce cas-ci, aucune variable n'est manipulée par l'expérimentateur. Il s'agit d'une méthode descriptive et non expérimentale.

Dans les cas où, par exemple, pour des raisons d'éthique, il n'est pas possible de recréer certaines conditions en laboratoire ou d'effectuer des expériences sur certains groupes de personnes, on peut faire appel à d'autres types de méthodes non expérimentales comme les enquêtes, les entrevues, les simulations ou les jeux de rôles.

Des méthodes dites secondaires ou historiques comme l'étude de cas, l'analyse de contenu, l'analyse archivistique ou la méta-analyse (synthèse de plusieurs études) sont également utilisées dans la recherche en psychologie sociale.

Les phénomènes internesModifier

Attitudes et persuasionModifier

Une attitude est la « tendance psychologique qui s'exprime par l'évaluation plus ou moins favorable d'une entité particulière »[29]. Autrement dit il s'agit du degré d'appréciation d'un « objet » d'évaluation, d'une cible qui peut être un concept abstrait, un objet concret ou un autre individu ou groupe d'individu. Il ne s'agit ni d'une croyance, ni d'une connaissance mais plutôt d'une opinion subjective envers quelqu'un ou quelque chose, d'un « goût », d'une préférence, qui se traduit par une évaluation (exemple :« j'aime/je n'aime pas X »). L'étude des attitudes, de leur formation, de leur modification et de leur influence sur le comportement est centrale en psychologie sociale[30]. Certains pionniers définissaient même la psychologie sociale comme l'étude scientifique des attitudes[31].

Les attitudes sont variables selon les individus même si certaines possèdent une bonne consistance inter-juges (exemple : attitude envers les serpents). Elles sont caractérisées par une valence (positive/négative) et une extrémité (un peu/beaucoup) sur le continuum évaluatif. Les attitudes peuvent être stockées en mémoire ou formées spontanément en présence d'un objet nouveau (voir par exemple l'effet de simple exposition[32]). Elles peuvent donc être instables, voire ambivalentes dans le cas d'un objet d'évaluation complexe suscitant à la fois des évaluations positives par certains côtés et négatives par d'autres. Elles possèdent deux propriétés notables : l'accessibilité (force du lien entre l'objet et évaluation) et la centralité (importance pour l'individu). Les attitudes les plus accessibles sont plus facilement récupérables en mémoire et permettent une évaluation plus rapide d'un objet. Les quatre fonctions principales des attitudes sont :

  • la fonction de connaissance : facilitation du traitement de l'information.
  • la fonction instrumentale : généralement les attitudes sont positives envers ce qui est utile et négatives envers ce qui peut nuire.
  • la fonction de défense du soi : maintien ou développement de l'estime de soi.
  • la fonction expressive : positionnement par rapport aux autres individus.[33]

Comme tous les construits psychologiques, l'attitude est une variable latente qui ne peut être observée directement. La mesure des attitudes passe donc nécessairement par l'enregistrement de leur expression, qu'elle soit verbale ou non[34]. Elle peut se faire de manière directe (en interrogeant les individus, notamment par le biais de questionnaires plus ou moins élaborés) ou indirecte (voir par exemple le test d'association implicite, la mesure par temps de réaction ou encore les mesures physiologiques). La validité et la fiabilité des différentes méthodes de mesure des attitudes ont fait l'objet de nombreux débats (notamment par rapport au phénomène de désirabilité sociale) et études de psychométrie.

 
La Théorie du Comportement Planifié[35]

Dès les origines de la discipline, il était considéré comme évident que les comportements individuels étaient guidés par les attitudes[36]. Pourtant un nombre grandissant d'études ont montré une inconsistance entre les attitudes et les comportements, à tel point qu'à la fin des années 1960 il a été proposé par certains chercheurs d'abandonner l'idée que les attitudes étaient de bons antécédents des comportements[37]. De nombreux travaux ont par la suite cherché à comprendre pourquoi l'attitude n'était pas toujours un bon « prédicteur » du comportement. Les chercheurs ont notamment introduit le concept d'intention comme intermédiaire entre l'attitude et le comportement (voir aussi implémentation d'intention[38]). De plus, ils ont identifié des facteurs modérateurs susceptibles d'altérer le lien attitude-comportement. Le premier de ces facteurs est la norme subjective, c'est-à-dire le comportement et les attentes d'autrui, qui exerce une pression sociale pouvant être contraire à l'attitude d'un individu (voir théorie de l'action raisonnée). Le second facteur, identifié quelques années plus tard, est le contrôle comportemental perçu, ou l'auto-efficacité perçue, qui peut amener les individus à renoncer à certains comportements qu'ils estiment ne pas pouvoir contrôler suffisamment. Avec l'ajout de ce second facteur dans le modèle, la théorie de l'action raisonnée devient la théorie du comportement planifié.

Les études sur le changement d'attitude ont amené les chercheurs à s'interroger sur les processus de persuasion. La persuasion est « le processus par lequel les attitudes d'une personne sont, sans contrainte, influencées par les communications d'autres personnes »[39]. La persuasion suppose donc que l'attitude initiale de la cible est différente de celle proposée par le message, ou bien qu'elle n'a pas encore été formée. L'étude de la persuasion s'inscrit donc aussi dans le domaine de la communication avec la quintuple question de Laswell[40] : Qui dit quoi, à qui, comment, et avec quels effets ?

Les travaux sur la communication persuasive se sont focalisés sur deux principales composantes[41] : les caractéristiques de la source (exemples : crédibilité[42], attractivité[43], similarité, quantité) et les caractéristiques du message (exemples : effets d'ordre - primauté et récence[44], qualité et quantité des arguments[45], messages bilatéraux[46], apport de preuves[47], utilisation d'anecdotes ou de statistiques[48], utilisation de questions rhétoriques[49], puissance du discours[50], difficulté du message[51], vividité[52], cadrage[53], répétition[54], appel à la peur[55], humour[56], messages subliminaux[57]).

Certaines situations ou stratégies favorisent la résistance à la persuasion, c'est-à-dire l'absence de changement d'attitude. Tout d'abord il existe des stratégies naturelles, Jacks et Cameron[58] en ont identifié sept : la contre-argumentation, le renforcement attitudinal, la validation sociale, la décrédibilisation de la source, l'utilisation d'affects négatifs, l'exposition sélective et la confiance dans ses affirmations. De plus, certains phénomènes permettent d'augmenter la résistance à la persuasion[41] :

  • La théorie de l'inoculation[59] postule qu'un individu peut se préparer à résister à des arguments persuasifs en anticipant les contre-arguments.
  • La suppression de l'illusion d'invulnérabilité[60].
  • L'engagement dans un comportement, c'est-à-dire d'avoir fait un premier pas dans une direction[61].
  • La réactance : les individus se sentent généralement libres de penser, de croire et d'agir comme ils le veulent et quand cette liberté de penser est menacée, ils éprouvent une tension et une motivation à préserver cette liberté. C'est ce que Sharon Brehm appelle la réactance[62].
  • L'appartenance à un groupe[63].
  • la certitude de l'attitude[64].

Les motivationsModifier

Pour les psychologues sociaux, la question de la motivation est liée à celle de la poursuite de buts[65]. La motivation peut donc être définie comme la volonté d'atteindre un objectif particulier. Ce désir, plus ou moins intense, peut se manifester de manière cognitive, affective et/ou comportementale. La motivation suppose, d'une part, une évaluation des chances de succès dans la réalisation de l'objectif poursuivi (voir auto-efficacité), c'est-à-dire le « pouvoir » et d'autre part, une évaluation de l'intensité du désir d'atteindre cet objectif, c'est-à-dire le « vouloir ». Les premiers travaux de la période behaviouriste[66],[67] ayant porté sur l'étude du désir se sont focalisés sur la question des récompenses et des besoins. La satisfaction des besoins est considérée comme une récompense jugée attractive, pour diverses raisons, par les individus. Avec l'avènement de la cognition sociale, les buts sont davantage considérés comme des processus internes et subjectifs. Cette approche a ouvert de nouvelles perspectives de recherche sur les buts conscients, telles que la manière dont les individus se fixent des buts à eux-mêmes ou la question des stratégies mises en place pour les atteindre, mais aussi sur les buts non-conscients, telles que le fonctionnement des structures motivationnelles automatiques.

La poursuite de buts fixés consciemment implique un certain degré de planification et de persévérance. Les travaux sur les buts conscients distinguent donc généralement deux étapes : la détermination des buts et la poursuite des buts[65]. Les buts que les individus poursuivent sont parfois fixés par d'autres personnes (exemples : parents, enseignants, employeurs, etc.). Les individus peuvent s'approprier ces buts s'ils jugent la source fiable et légitime. Quand ils se fixent eux-mêmes des buts, il s'agit normalement de buts désirables, c'est-à-dire avec une valence positive. Les buts conscients peuvent être structurés en termes d'approche (obtenir quelque chose) ou d'évitement (échapper à quelque chose). Bandura[68] a proposé un modèle en quatre étapes successives du processus motivationnel conscient : une phase d’intentionnalité incluant des stratégies d'action, une phase d'anticipation impliquant une approche prospective, une phase d'auto-régulation impliquant un contrôle de la bonne réalisation du plan d'action, et une phase d'auto-évaluation impliquant éventuellement une révision de la stratégie initiale.

Les buts poursuivis par les individus ne le sont toutefois pas toujours de manière consciente. Par exemple, la protection du soi impliquant notamment la survie de l'individu ou le maintient d'une bonne estime de soi, est généralement un but poursuivi de manière non consciente, automatique, Bargh parle de « but égoïste »[69]. Les recherches sur la poursuite de buts non conscients s'appuient notamment sur des techniques d'amorçage, parfois subliminal.

De nombreuses recherches se sont penchées sur les différentes composantes des buts conscients ou non conscients (émergence[70], contenu[71], structure[72], planification, stratégies, auto-régulation[73], maintient, persévérance) et les facteurs externes ayant potentiellement une influence sur le processus motivationnel (par exemple : l'état affectif[74], l'apparition d'un désir concurrent[75] ou encore la position sociale[76]).

Les affectsModifier

Les affects peuvent être définis comme des états psychologiques correspondant à l'expérience d'un sentiment, d'une humeur ou d'une émotion. Il n'y a toutefois pas de consensus au sein de la communauté des chercheurs en psychologie pour définir les affects[77].

 
Un exemple de taxonomie des émotions : la roue de Robert Plutchik.

Parmi les différentes catégorisations des affects proposées[78] la distinction la plus fréquente est celle des émotions et des humeurs. Ces deux types d’affects se différencient à la fois par leur intensité (les émotions sont plus intenses que les humeurs) et par leur direction (les émotions sont liées à un objet particulier contrairement aux humeurs). On peut ajouter aussi une distinction sur l’expression physique de ces affects, les émotions pouvant être caractérisées par des mimiques faciales (notamment la joie, la surprise, la colère, la peur, la tristesse et le dégoût) ou par des réactions physiologiques[79],[80] contrairement aux humeurs. La haine, la honte, la jalousie, l’envie, l’amour, la terreur ou encore la culpabilité seront donc plutôt catégorisées comme des émotions, alors que la confiance, la nostalgie, l’indifférence, la fatigue, l’optimisme, l’état pensif, relaxé, grognon ou encore tendu seront plutôt catégorisés comme des humeurs[81]. Émotions et humeurs sont aussi caractérisées par leur valence, c'est-à-dire leur dimension positive ou négative (plaisante ou déplaisante). Les deux polarités (positive et négative) de l’affect interviennent la plupart du temps de manière indépendante, notamment lors des épisodes émotionnels intenses[82]. Enfin, les émotions et les humeurs se distinguent par leur fréquence et leur durée (les émotions étant en général plus courtes et moins fréquentes). Plusieurs taxonomies des émotions ont été proposées. Elles sont généralement issues de la psychologie évolutionniste, s'inspirent des premiers travaux de Charles Darwin[83] et distinguent les émotions de base des émotions secondaires qui sont perçues comme des combinaisons de plusieurs émotions de base. Les émotions de base les plus souvent citées sont la joie, la tristesse, la colère, le dégoût et la peur, auxquelles s'ajoute parfois la surprise. Les émotions de base sont généralement associées à des expressions faciales qui sont transculturelles et se retrouvent même chez certains animaux.

De nombreux travaux ont porté sur l'étude de l'expression faciale des émotions mais on peut distinguer deux approches principales :

  •  
    Expression faciale de frayeur par stimulation électrique (indolore) par Duchenne.
    L'approche de composante : à l'origine il y a les travaux de Duchenne[84], médecin physiologiste qui étudiait les expressions du visage obtenues par contraction électrique de certains muscles. Cette approche s'est poursuivie avec l'étude des contractions musculaires à l'aide de l'électromyographie (EMG) et la classification des émotions en fonction de ces contractions, y compris celles non visibles à l’œil nu. L'EMG permet par exemple de distinguer un vrai sourire (dit « sourire de Duchenne ») d'un sourire simulé. En effet, à partir de cette méthode, Ekman a proposé en 1971 une classification « objective » nommée FAST (pour Facial Affect Scoring Technique)[85] puis une autre en 1978, plus simple et correspondant mieux à des émotions identifiables et observables à l’œil nu dénommée FACS (Facial Action Coding System)[86]. Cette classification est utilisée en recherche sur les émotions sous la forme d'un système de codage vidéo en temps réel qui affiche et enregistre le score émotionnel sur chaque composante de base (Face Reader).
  • L'approche de jugement : introduite par Darwin en 1872[83], cette approche considère les expressions faciales comme innées et universelles. Elle ne considère que les expressions reconnaissables par une majorité d'observateurs à partir d'une photo. Cette approche est contestée par certains chercheurs qui ont identifié des spécificités culturelles. Au début des années 1970, plusieurs recherches interculturelles ont montré un taux d'accord inter-juges issus des 5 continents, supérieur au hasard dans l'identification des expressions faciales[87]. Néanmoins, le débat n'est pas clos et les travaux menés laissent penser que les deux sources d'influence (nature et culture) agiraient de concert dans la genèse des expressions faciales[77].

Au delà des mesures basées sur les expressions faciales, des mesures d'émotions auto rapportées ont été développées : la technique des carnets de bord[88] et une mesure par questionnaire, l'échelle PANAS[89]. Pour les besoins de leurs études, les chercheurs ont parfois besoin de manipuler les émotions, ils utilisent alors plusieurs techniques : le rappel autobiographique (on demande au participants de se replacer mentalement dans une situation qu'ils ont vécu et de ressentir l'émotion associée à cet évènement), projection d'extraits de films (ex: tristesse : Kramer contre Kramer, colère : Le choix de Sophie, joie : Le magnifique, etc.), de musique (ex : Mozart : allegro pour la joie et adaggio pour la tristesse) ou encore de photos (IAPS : International Affective Picture System).

Certains chercheurs se sont penchés sur les fonctions des émotions et ont identifié quatre niveaux de fonctions : l'individu, la dyade, le groupe et la culture[77]. Par exemple, au niveau individuel le dégoût est une émotion utile pour éviter les maladies[90]. Pour la dyade parent/enfant elles permettent l'apprentissage par contagion affective[91] (ex: l'évitement des prises électriques chez les enfants est appris par contagion de la panique exprimée par les parents lorsqu'ils s'en approchent). Les émotions permettent aussi de réguler des relations interpersonnelles et notamment pour le groupe en facilitant la création de liens (ex: l'émotion partagée par les joueurs - et les supporteurs - de football après une victoire renforce les liens à l'intérieur du groupe).

Les psychologues sociaux sont particulièrement intéressés par l’effet des affects sur les attitudes et les comportements. En ce qui concerne les effets directs, la valence de l’affect est le critère qui semble le plus déterminant pour distinguer les effets associés. Par exemple, l’induction d’un état affectif positif entraîne l’évaluation plus positive d’un stimulus par les sujets que l’induction d’un état affectif négatif[92]. L'évaluation de la satisfaction dans la vie est influencée par l'état affectif dans lequel se trouve un individu au moment où on l'interroge[93]. Plusieurs explications de ce lien entre état affectif et attitudes ont été proposées :

  • Effet sur le niveau de traitement de l''information : l’humeur positive provoquerait un recours plus important à des processus heuristiques de traitement de l’information et à l’inverse, l’humeur négative provoquerait un recours plus important à des processus systématiques. Par exemple, les sujets tiennent plus compte d’une information stéréotypée (la marque d’un produit) quand on a introduit chez eux des affects positifs et en tiennent moins compte en situation d’affects négatifs[94].
  • Réparation de l'état affectif : des recherches en marketing ont montré que des sujets d’humeur triste sont plus attirés par les « produits hédoniques » que les sujets d’humeur joyeuse[95]. Il semble que les sujets tristes soient motivés à « réparer » leur état affectif alors que les sujets joyeux seraient motivés à maintenir cet état[96],[97].
  • L'affect comme information : Schwarz et Clore[93] ont développé la théorie de « l’affect comme information », selon laquelle les individus interprètent leur état affectif actuel comme une information sur l’objet qu’ils sont en train de juger.

Cependant, l'opposition systématique entre affects négatifs et affects positifs présente dans les nombreux travaux sur la valence des affects est parfois remise en cause[98]. Les catégories ne sont pas homogènes et deux affects négatifs distincts (par exemple, la colère et la tristesse) peuvent avoir des effets très différents. L’intensité de l’affect semble être un critère plus déterminant que la valence[99] et l'effet sur la profondeur de traitement de l’information est contesté. En effet, des recherches[100] ont montré que « l’affect positif améliore la performance de résolution de problèmes et la qualité de la prise de décision, conduisant à un traitement cognitif qui est non seulement souple, innovant et créatif, mais aussi approfondi et efficace ». L’affect positif entraîne aussi une meilleure mémorisation[101] et une tendance accrue à l’altruisme ou encore une motivation plus forte[102]. L’état affectif peut aussi influencer l’attitude de manière indirecte[103].

La personnalitéModifier

En 1937, Gordon Allport recensait déjà 49 définitions différentes de la personnalité[104]. Une des définitions couramment admise depuis le début du XXIe siècle est celle proposée par Funder en 2001 : « la personnalité correspond aux structures récurrentes de pensées, d’émotions et de comportements d’un individu, ainsi qu’aux mécanismes psychologiques — cachés ou non — qui sous-tendent ces structures »[105]. L'étude de la personnalité en psychologie est souvent associée à la recherche en psychologie sociale comme en témoignent notamment les noms de certaines grandes revues américaines (Journal of Personality and Social Psychology ou encore Personality and Social Psychology Bulletin). Toutefois, cette spécialité constitue une discipline à part entière, la psychologie de la personnalité, parfois placée sous le chapeau plus large de la psychologie différentielle. En effet, l'étude de la personnalité est orientée vers la découverte des différences entre les individus par opposition à la psychologie sociale davantage focalisée sur la recherche de leurs points communs[106]. Si l'étude de la personnalité comprend plusieurs approches, la plus influente d'entre elles est sans aucun doute l'approche par les traits, plus précisément avec le modèle des Big Five[107]. La mesure des traits de personnalité nécessite le développement d'outils psychométriques précis, valides, fiables, fidèles et étalonnés prenant généralement la forme de tests ou de questionnaires.

Les représentations socialesModifier

 
Serge Moscovici

Si l'idée de représentation collective était déjà présente[108] dans les travaux de Durkheim[109], le père fondateur de la théorie des représentations sociales est Serge Moscovici[110],[111]. Il s'agit pour lui d'étudier la « connaissance de sens commun »[112]. Il définit la représentation sociale comme « l'élaboration d'un objet social par une communauté avec l'objectif d'agir et de communiquer »[113]. Par exemple, la représentation sociale du pompier contient des éléments tels que « incendie », « intervention », « échelle », « rouge » ou « fumée »[114]. Pour déterminer le contenu d'une représentation les chercheurs commencent le plus souvent par utiliser des méthodes qualitatives telles que l'entretien semi-directif. Ils interrogent plusieurs personnes sur un sujet donné (exemple : « qu'est-ce qu'une pomme ? ») puis ils analysent les réponses, en appliquant des méthodes d'analyse de données textuelles (éventuellement avec l'aide d'un logiciel tel que ALCESTE)[115], afin de déterminer, entre autres, les éléments communs aux réponses obtenues. Par exemple, la représentation sociale d'une pomme inclut les éléments suivants : « fruit », « rond », « pousse sur un arbre » ou encore « pépin »[116].

Les représentations sociales sont formées à partir de deux processus distincts : l'objectivation et l'ancrage[110].

« L’objectivation est le processus par lequel le groupe rend concret un concept abstrait en lui faisant subir plusieurs transformations. Ce processus permet de réduire la complexité de l’environnement social. Par la suite, le processus d’ancrage permet de rendre familier et intelligible ce qui est méconnu et étranger. Ce processus permet l’intégration de la représentation et de son objet dans le système préexistant de pensée »[117].

Par la suite Jean-Claude Abric s'intéressera à la structure des représentations sociales et proposera une organisation composée d'un noyau central et d'un système périphérique[118]. Le noyau central est composé d'éléments stables, organisateurs, et non négociables qui peuvent éventuellement être des stéréotypes[114]. Par exemple, le noyau central de la représentation sociale des « études » est composé d'éléments tels que « acquisition de connaissances », le système périphérique, lui, comprend des éléments tels que « bibliothèque »[119]. Ainsi, à partir d'une tâche d'association verbale (« quels mots vous viennent directement à l'esprit lorsqu'on vous présente le mot artisan ? »), Abric détermine cinq éléments du noyau central de la représentation sociale des artisans qui sont : « travailleur manuel », « amour du métier », « travail personnalisé », « travail de qualité » et « apprenti »[120].

Moliner[121] identifie trois fonctions des représentations sociales :

Jugement et prise de décisionModifier

La prise de décision correspond à un choix effectué par un individu entre plusieurs options qui s'appuie sur une évaluation des conséquences possibles. C'est ce processus d'évaluation qui est nommé « jugement ». Le jugement est nécessaire à la prise de décision mais pas l'inverse, c'est-à-dire qu'un individu peut produire un jugement même dans les situations où il n'a pas de décision à prendre. La prise de décision, particulièrement dans les situations d'incertitude, est un objet d'étude transdisciplinaire par essence qui a suscité de nombreux travaux de recherche dans plusieurs domaines académiques dont l'économie, le marketing, la statistique, la logique, la psychologie cognitive ou encore la psychologie sociale[122]. Les recherches sur la prise de décision ont pris un véritable essor à partir des années 1950, avec le développement de modèles mathématiques permettant dans certaines situations de calculer la décision optimale (voir théorie des jeux)[123]. C'est dans ce cadre qu'ont été développés notamment la théorie du choix rationnel et la théorie de l'utilité espérée (voir théorie de la décision et théorie de la décision dans l'incertain) dans le domaine de l'économie. Ces théories postulent que les agents économiques cherchent à maximiser les utilités positives et à minimiser les utilités négatives. Pourtant, les décisions prises par les individus dans la réalité ne correspondent que rarement au choix optimal préconisé par le modèle mathématique. De plus, dans certaines situations le calcul devient tellement complexe que même les ordinateurs les plus puissants de l'époque auraient été incapables de le réaliser. Herbert Simon a alors proposé le concept de rationalité limitée[124] qui postule que les agents économiques vont simplifier les processus de décision trop complexes et se contenter de rechercher une solution satisfaisante plutôt que la solution optimale[125]. En 1954, Ward Edwards introduit la notion d'utilité espérée subjective[126]. Dans cette perspective, les individus ne s'appuient plus sur une évaluation objective des utilités et de leur probabilité réelle d'occurrence mais sur une évaluation subjective et sur une probabilité perçue.

 
Daniel Kahneman en 2004

Ainsi, les travaux de Simon puis ceux d'Herbert ont contribué à introduire le facteur humain dans les modèles de la prise de décision, mais l'évènement majeur qui sera le point de départ d'une quantité considérable de travaux sur la prise de décision en psychologie fut la publication en 1974 dans la revue Science d'un article de Tversky et Kahneman intitulé Judgment under Uncertainty: Heuristics and Biases[127]. Ce document constitue la pierre angulaire et fondatrice de l'édifice théorique bâti par ces auteurs, qu'ils nommeront Prospect Theory quelques années plus tard (traduit en français par Théorie des perspectives), et pour lequel Daniel Kahneman recevra en 2002 le prix Nobel d'économie[a]. Les auteurs identifient des biais cognitifs dans la prise de décision tels que l'aversion au risque ou l'aversion à la perte, mais aussi découvrent le principe des heuristiques de décision, à l'origine de ces biais. Les heuristiques sont des règles de décision simples, les auteurs les qualifient de rule of thumb, permettant de prendre des décisions rapides et peu coûteuses du point de vue des ressources cognitives. Si ces heuristiques sont souvent efficaces pour économiser les ressources cognitives, elles sont en revanche peu fiables, peu précises et occasionnent souvent des erreurs de jugement. Dans leur article de 1974, les auteurs identifient trois premières heuristiques de décision : l'heuristique de disponibilité, l'heuristique de représentativité et l'heuristique d'ancrage. Chacune d'elle est susceptible de provoquer des biais de jugement spécifiques.

L'heuristique de disponibilité fait référence à la facilité d'accès à l'information en mémoire, autrement dit : plus il est facile de se souvenir d'un évènement plus cet évènement sera jugé comme fréquent. Par exemple, si on demande à un individu d'estimer selon lui la proportion de politiciens corrompus dans son pays et que l'individu arrive très facilement à se souvenir de cas de corruption avérés, alors il va en déduire que cette situation est fréquente, au risque éventuellement de surestimer cette proportion. Dans cet exemple, l'heuristique de disponibilité risque de provoquer un biais de familiarité (en association avec un autre facteur : la saillance de l'information). D'autres biais provoqués par l'heuristique de disponibilité ont été identifiés par Tversky et Kahneman. Il ont par exemple posé à des participants la question suivante : dans la langue anglaise, en considérant uniquement les mots de 3 lettres ou plus, existe t'il davantage de mots commençant par la lettre R ou bien de mots ayant la lettre R en troisième position ? La même question était posée pour les lettres K, L, N et V. 105 participants sur les 152 ont estimé la première position comme plus fréquente pour une majorité des lettres proposées. Pourtant, en réalité ces cinq lettres sont toutes nettement plus fréquentes en troisième position des mots anglais qu'en première position (par exemple, il y a 3 fois plus de mots anglais avec un R en troisième position que de mots commençant par R). L'explication proposée par les auteurs est qu'il est beaucoup plus facile de retrouver en mémoire des mots commençant par une certaine lettre que des mots possédant cette lettre en troisième position, ce biais provoqué par l'heuristique de disponibilité explique l'erreur d'estimation des participants[128]. D'autres biais liés à cette heuristique ont été découverts tels que le biais d'imagination[128] ou l'illusion de corrélation[129].

L'heuristique de représentativité est une règle qui consiste à estimer la probabilité d’appartenance d’un objet à une classe d’objets à partir de sa ressemblance avec un cas prototypique de cette classe (voir aussi stéréotypes). Cette heuristique provoque plusieurs biais observés par Tversky et Kahneman : l'ignorance du taux de base, l'insensibilité à la taille de l'échantillon, la conception erronée du hasard, l'insensibilité à la prévisibilité, l'illusion de validité ou encore la méconnaissance de la régression vers la moyenne. Par exemple, si on demande à des individus quelle séquence de pile (P) ou face (F) a le plus de chances de se produire lors de 6 lancers de pièce consécutifs entre « F-P-F-P-P-F », « F-F-F-P-P-P » et « F-F-F-F-P-F », ils vont généralement estimer que la première séquence est plus probable que les deux autres, alors qu'en réalité ces trois séquences ont exactement la même probabilité d'apparition (1 chance sur 64)[130]. Cette expérimentation constitue un exemple du biais de conception erronée du hasard (voir aussi le paradoxe des anniversaires).

L'heuristique d'ancrage (ou d'ajustement) est une tendance des individus à s'appuyer, pour estimer une valeur chiffrée inconnue, sur d'autres chiffres qui leur sont connus ou qui leur ont été présentés précédemment (même s'ils n'ont aucun lien avec la donnée à estimer), puis d'ajuster leur estimation à partir de ces chiffres. Les biais liés à cette heuristique sont : un ajustement insuffisant, le biais d'évaluation des évènements conjonctifs/disjonctifs et le biais d'évaluation de la distribution des probabilités. Par exemple, Tversky et Kahneman ont demandé à des participants d'évaluer des pourcentages concernant des données a priori peu connues (ce qui était vérifié dans l'expérience) par la plupart des participants (ex : proportion de pays africains représentés à l'ONU). Ils présentaient la tâche sous forme de jeu : ils faisaient tourner une « roue de la fortune » en présence de participants et leur demandaient d'abord si la valeur recherchée était, d'après eux, supérieure ou inférieure au chiffre obtenu par la roue (la roue truquée tombait toujours soit sur 10 soit sur 65), enfin on leur demandait d'estimer plus précisément cette probabilité. À la question sur la proportion de pays africains représentés à l'ONU (la valeur réelle étant de 27%), la valeur moyenne estimée par les participants était de 25 % dans le groupe « roue = 10 » et de 45 % dans le groupe « roue = 65 » . Les estimations fournies par les participants ont donc été influencées par la valeur obtenue par la roue, les participants ont ajusté leur estimation à partir de cette valeur pourtant sans aucun lien avec la question posée[127].

Les phénomènes interpersonnelsModifier

La moraleModifier

Les racines de la psychologie morale puisent à la source de la philosophie des lumières et de la philosophie morale qui opposent deux approches principales de la morale : la déontologie et le conséquentialisme. L'approche déontologiste s'appuie notamment sur l'impératif catégorique proposé par Emmanuel Kant : « Agis uniquement d'après la maxime qui fait que tu puisses vouloir en même temps qu'elle devienne une loi universelle »[131]. L'approche conséquentialiste proposée par Bentham et Mill, considère que la moralité d'une action doit être jugée à la lumière de ses conséquences. Dans cette perspective une action morale est celle qui aura comme conséquence le plus grand bien pour le plus grand nombre d'individus. L'opposition entre ces deux approches s'est par la suite cristallisée autour de l'étude de la résolution de dilemmes, notamment en psychologie du développement avec les travaux de Kohlberg[132] et son fameux dilemme de Heinz (un homme doit choisir entre laisser sa femme mourir ou voler le médicament qui pourrait la sauver, que doit-il faire ?). Par la suite, d'autres dilemmes célèbres du même type alimenteront la littérature sur le sujet (voir par exemple le dilemme du tramway). Dans leur chapitre publié en 2010[133], Haidt et Kesebir considèrent que la définition la plus couramment acceptée de la morale est celle proposée par Turiel[134] : le domaine de la moralité est « basé sur des jugements prescriptifs de justice, de droits et de bien-être concernant la façon dont les gens devraient se comporter les uns avec les autres »[135].

Dynamique des groupes et relations intergroupesModifier

L'influence socialeModifier

L'influence sociale est un des objets d'étude majeurs de la psychologie sociale. Il s'agit du processus, conscient ou non, par lequel un individu ou un groupe d'individus obtient un changement de croyances, d'attitude ou de comportement chez un autre individu ou groupe d'individus. Willem Doise définit l'influence sociale comme « régissant les modifications de perceptions, jugements, opinions, attitudes ou comportements d’un individu provoquées par sa connaissance de perceptions, jugements, opinons, etc., d’autres individus »[136]. Quelques années plus tard Gabriel Mugny propose la définition suivante : « processus par lesquels les individus et les groupes façonnent, maintiennent, diffusent et modifient leurs modes de pensée et d'action, lors d'interactions sociales directes ou symboliques »[137].

Une des premières expérimentations à s'être penché sur ce sujet a été celle de Norman Triplett en 1897[15] qui a découvert le phénomène de facilitation sociale. Il a demandé à des enfants d'enrouler un fil de pêche autour d'un moulinet le plus rapidement possible. Les enfants étaient soit seuls soit confrontés à un autre enfant effectuant la même tâche. Les enfants en situation de compétition étaient plus performants. Quelques années plus tard, Ringelmann[138] découvrit un effet a priori inverse : la paresse sociale (parfois nommé « flânerie »). Lors d'une tâche de tir à la corde effectuée en groupe la performance des membres du groupe est inférieure à la somme de leurs performances individuelles. L'intensité de la traction réalisée par un groupe de sept personnes n'atteint que 76% de la somme des résultats obtenus par les sept individus testés seuls[139]. Cet effet a été reproduit de nombreuses fois — pour différentes tâches — et aboutira, huit décennies plus tard, au développement d'un « modèle de l'effort collectif »[140].

Les travaux sur l'influence sociale ont pris leur véritable essor à partir des années 1930 avec « l'irruption du courant des Relations Humaines »[141]. À cette époque, un groupe de chercheurs s'intéresse, dans la lignée du taylorisme, à la productivité des ouvrières dans l'usine de la Western Electric Company à Cicero (surnommée Hawthorne Works) près de Chicago. En cherchant à étudier l'effet des variations de l'éclairage sur la production d'un groupe d'ouvrières, ils découvrent que, contrairement à leur hypothèse, les ouvrières ont augmenté leur production. C'est le sociologue australien Elton Mayo qui fournit l'explication de ce résultat : les ouvrières ont amélioré leur production simplement parce qu'elles étaient observées et que des chercheurs s'intéressaient à leur travail[142]. En hommage à l'usine dans laquelle s'est déroulée cette expérience, le phénomène fut nommé effet Hawthorne. Il s'agit d'une découverte faite par sérendipité. La réalité de l'effet Hawthorne a été remise en cause après une nouvelle analyse des données recueillies à l'époque[143]. Néanmoins cette recherche a constitué le point de départ d'un développement considérable des travaux sur l'influence sociale.

En 1935, Muzafer Sherif[144] s'intéresse à la formation des normes sociales et mène sa célèbre étude qui conduira à la découverte du phénomène de normalisation. Il utilise pour cela une astuce qui consiste à exploiter une illusion d'optique appelée « effet autocinétique » : lorsqu'un individu placé dans le noir fixe un point lumineux immobile il a l'impression - erronée - que le point bouge. Sherif demande aux participants de son expérience d'estimer la distance parcourue par le point lumineux. Les participants sont d'abord seuls dans la pièce. Ils renouvellent plusieurs fois leur estimation du mouvement du point lumineux. Après quelques réponses relativement différentes leurs estimations se stabilisent autour d'une valeur centrale qui devient une norme personnelle. Sherif demande ensuite aux participants de poursuivre leurs estimations mais cette fois-ci en présence d'un ou deux autres participants ayant chacun établi au préalable séparément leur norme personnelle. Un nouveau processus de normalisation de groupe se met en place et les individus modifient leurs normes personnelles pour converger vers une valeur centrale du groupe : une norme sociale. Si on sépare à nouveau les participants, ils conservent la norme acquise en groupe[145].

Une vingtaine d'années de recherches sur l'influence sociale ont contribué à une meilleure connaissance des normes subjectives (c'est-à-dire perçues comme telles par les individus), leur formation, structure et fonctions. En 1955, Deutsch et Gerard[146] proposent de distinguer les normes subjectives injonctives (ce que je crois que les autres attendent de moi) des normes subjectives descriptives (ce que je crois que les autres font). Ces normes sont dites subjectives car elles dépendent de la perception de chaque individu, qui peut être biaisée voire erronée et ne pas forcément correspondre aux normes sociales réelles.

 
Matériel utilisé par Asch pour son expérimentation

Les recherches sur l'influence sociale progressent à nouveau avec les travaux de Solomon Asch[147] publiés en 1956 qui révèlent les mécanismes impliqués dans le phénomène du conformisme. Si d'autres travaux sur le sujet ont précédé les expériences de Asch, elles sont néanmoins paradigmatiques des travaux sur le conformisme[145]. Dans son expérience, Asch confronte des participants naïfs à une affirmation manifestement fausse mais défendue par un nombre plus ou moins important de participants complices. La tâche consiste à indiquer la correspondance de longueur entre une ligne affichée et une des trois lignes de référence (voir l'image ci-contre). Il n'y a pas d'ambiguïté sur la bonne réponse pourtant, dans la première version de l'expérience, tous les participants complices fournissent oralement la même mauvaise réponse avant que ne vienne le tour du participant naïf. 30% des participants naïfs se rangent à l'avis unanime du groupe qui les a précédé. Les participants naïfs sont placés dans une situation de déviance par rapport à la norme du groupe et ressentent une pression à réduire cette déviance[145]. Interrogés a posteriori, la plupart de ces participants savent que la réponse est mauvaise mais ne veulent pas « faire de vagues »[148].

 
L’expérimentateur (E) ordonne au sujet (S) d'infliger des chocs électriques à l’apprenant (A).

C'est en 1963 que Stanley Milgram publie les résultats de sa célèbre expérience sur la soumission à l'autorité[22]. Milgram s'intéresse à la question de l'obéissance et met en place un protocole expérimental dont l'objectif est de mesurer jusqu'à quel point des individus ordinaires vont accepter de se soumettre à des ordres émanant d'une autorité, incarnée par le chercheur. Il recrute des participants par petites annonces en échange d'une rétribution pour une étude qu'il présente comme celle de l'effet des punitions sur la mémorisation. Lorsque les participants arrivent dans le laboratoire de Yale un autre participant (en réalité un compère de Milgram) est déjà arrivé. Un tirage au sort truqué désigne le compère comme « élève » et le participant naïf comme « instructeur ». Le compère est attaché sur une chaise et des électrodes sont connectées à son bras. Le participant naïf est emmené dans la pièce contigüe depuis laquelle il pourra communiquer avec le compère par un système d'interphone. Devant lui se trouve un tableau de commandes constitué de 30 interrupteurs gradués de 15 V à 450 V. L'expérimentateur demande au participant de lire des paires de mots au compère qui doit les mémoriser puis les reconstituer à partir d'un des deux mots fourni par le participant. Quand le compère se trompe, le participant doit presser un interrupteur qui envoie, croit-il, une décharge électrique. À chaque erreur, la tension de la décharge augmente de 15 V (en réalité le compère ne reçoit aucune décharge et ses réponses et réactions simulées aux chocs électriques sont préenregistrées). Au-dessus des interrupteurs, la tension électrique correspondante est indiquée ainsi que des catégories (chocs légers, forts, très forts, intenses et attention chocs dangereux)[149]. Les réactions simulées préenregistrées du compère étaient des gémissements puis des plaintes de 75 V à 120 V, des hurlements à partir de 130 V, accompagnés de 150 V à 180 V de supplications pour arrêter l'expérience, puis à partir de 330 V, plus aucune réaction. Quand le participant hésitait ou demandait à arrêter l'expérience, le chercheur insistait pour qu'il continue par des injonctions de fermeté croissante. Sur les 40 participants testés, 26 ont obéi jusqu'au bout et ont pressé l'interrupteur de 450 V. En moyenne, les 40 participants ont arrêté l'expérience à 405 V. Avant de partir les participants étaient rassurés lors d'une séance de débriefing, on leur expliquait les véritables objectifs et l'absence de choc électrique reçu par le compère. Pour expliquer ces résultats, Milgram invoque deux causes potentielles : l'effet de la socialisation (qui encourage et récompense l'obéissance) et « l'état agentique » (la responsabilité est portée par le supérieur hiérarchique, le participant n'étant qu'un agent exécutif d'une autorité qui le dépasse).

À la fin des années 1960, Serge Moscovici mène une série d'expérimentations dans laquelle les participants complices sont minoritaires (deux complices pour quatre participants naïfs)[150]. Prenant le contre-pied de Solomon Asch et de ses travaux sur le conformisme, ces expérimentations seront emblématiques du paradigme de l'innovation[145]. Moscovici présente aux participants des diapositives de couleur bleue ou verte (dans différentes tonalités mélangeant les deux couleurs de référence) et leur demande de nommer oralement la couleur présentée. Cette situation expérimentale sera par la suite nommée « paradigme bleu-vert ». Les complices interviennent soit en position 1 et 2 soit en position 1 et 4 et ils répondent toujours « vert », quelle que soit la diapositive affichée. L'influence minoritaire mesurée par Moscovici est faible, puisque seulement 8,42% des réponses des participants naïfs sont modifiées par rapport au groupe de contrôle. Néanmoins lors d'un post-test on présente aux participants naïfs isolés des séries de diapositives évoluant lentement du bleu vers le vert et on enregistre à quel moment ils « basculent » vers le vert. Les participants du groupe expérimental basculent plus rapidement vers le vert que les participants du groupe de contrôle. Cet effet latent est d'une plus grande ampleur que l'effet manifeste. C'est ce que Moscovici nommera plus tard l'effet de conversion[151].

La justiceModifier

La cultureModifier


Thèmes étudiésModifier

Critiques et controversesModifier

La psychologie sociale fait l'objet de plusieurs critiques. L'une d'entre elles concerne le fait que la plupart des études réalisées en psychologie sociale sont américaines[3] ce qui peut créer un biais d'ethnocentrisme. Ce point soulève la nécessité de faire ou refaire des études dans d'autres pays et contextes culturels. Une autre critique souligne l'instabilité culturelle et temporelle des résultats obtenus lors de recherches en psychologie sociale étant donné que la corrélation ou la causalité entre variables étudiées lors d'une recherche peuvent grandement changer avec le temps ou le lieu, d'où la nécessité d'étudier en profondeur les processus qui relient les variables. On peut aussi mentionner le niveau d'exigence méthodologique et le niveau de preuve acceptable qui étaient nettement plus faibles lors des premières recherches, les travaux les plus anciens ayant souvent échoué à l'épreuve de la réplication. Une autre critique récurrente porte sur les participants aux études qui sont très souvent des étudiants de psychologie, ce qui peut poser des problèmes concernant la généralisation des résultats à d'autres populations. Enfin, certaines recherches telles que l'expérience de Milgram ont soulevé, a posteriori, des questions éthiques et déontologiques.

En 2011, un scandale[152] a été révélé concernant les fraudes du chercheur néerlandais Diederik Stapel. Il a reconnu avoir fourni à certains de ses doctorants des données qu'il avait lui-même inventées ou falsifiées. Cette fraude, semble avoir duré depuis 1997, date de l'obtention par Stapel de son propre doctorat[153]. Un certain nombre de journaux scientifiques ont procédé à la rétractation d'articles de Stapel, dont Science et Nature[154].

La même année, Daryl Bem publie un article[155] particulièrement controversé[156] dans une des revues de référence en psychologie sociale (Journal of Personality and Social Psychology). Il fournit des « preuves » statistiques du phénomène psi et affirme que certaines personnes ont la capacité de pressentir les évènements futurs (précognition). S'agissant d'un chercheur respecté et d'une revue reconnue, les réactions de la communauté des psychologues sociaux ne se font pas attendre[157]. Les faiblesses des analyses statistiques menées par Bem sont démontrées[158] et la question de l'efficacité de la relecture par les pairs est soulevée. De nombreuses tentatives de réplication se révèlent infructueuses[159]. Certaines de ces études sont confrontées à l'obstruction des revues classiques qui ne veulent pas les publier, ajoutant encore à la polémique[160].

Les deux affaires de 2011 auront pour conséquence une crise de la discipline[161], déjà touchée par la crise de la reproductibilité, et déboucheront sur un renforcement des exigences méthodologiques[158],[162], avec notamment le développement de la méthode du pré-enregistrement, et un recours accru à la science ouverte.

En 2018, la célèbre expérience de Stanford de Philip Zimbardo, qui avait déjà fait l'objet de critiques antérieures[163], est sérieusement remise en cause, le chercheur étant accusé d'avoir menti sur plusieurs points[164]. Les révélations de Thibault le Texier, l'auteur de l'enquête sur l'expérience de Zimbardo, sont accablantes : « ses conclusions ont été écrites à l’avance, son protocole n’avait rien de scientifique, son déroulement a été constamment manipulé et ses résultats ont été interprétés de manière biaisée ».

Expériences majeures notablesModifier

Apport en matière de développement durableModifier

Face aux enjeux de la crise écologique et sociale, une équipe d'universitaires en psychologie sociale, cognitive et des organisations, issus de différents pays européens, ont engagé une réflexion sur la manière dont la psychologie sociale et la psychologie des organisations peuvent aider à modifier les comportements individuels et collectifs. En effet, les différents aspects de la crise écologique et sociale (réchauffement climatique, perte de biodiversité, etc.) ne dépendent pas seulement de décisions institutionnelles, mais aussi de comportements individuels[165].

Quelques questions de baseModifier

  • Par quels procédés et biais les individus jugent et évaluent ?
  • Quels sont les attributions qu'une personne fait spontanément d'un événement ?
  • Comment l'individu réagit-il à la réalisation d'un acte problématique ?
  • Quel est l'impact de la dynamique d'un groupe sur la cognition et les états émotionnels ?
  • Comment les groupes sociaux contrôlent-ils ou contribuent-ils au comportement, à l'émotion, ou aux attitudes des différents membres ?
  • Quel est l'impact du groupe sur l'individu ?
  • Comment l'individu agit-il dans un groupe social ?
  • Peut-on distinguer groupe et catégorie sociale ?

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. En 2021, Daniel Kahneman est toujours le seul psychologue à avoir jamais reçu un prix Nobel. Amos Tversky étant décédé 6 ans avant la remise du prix, il n'est pas officiellement lauréat, les prix Nobel ne pouvant pas être décernés à titre posthume.

RéférencesModifier

  1. (en) Gordon Willard Allport, « The historical background of social psychology », dans G Lindzey, E Aronson, The Handbook of Social Psychology, vol. 1, New York, McGraw Hill, , 832 p. (ISBN 978-0898597189)
  2. (en) Gordon Allport, The nature of prejudice, Reading, MA: Addison-Wesley.,
  3. a et b Jones, E. E. (1998). Major developments in five decades of social psychology. In D. T. Gilbert, S. T. Fiske, & G. Lindzey (Eds.), The handbook of social psychology (p. 3–57). McGraw-Hill. (Reprinted in modified form from "Handbook of Social Psychology (3rd ed.)," 1985). p.8.
  4. (en) William H. Sewell, « Some Reflections on the Golden Age of Interdisciplinary Social Psychology », Annual Review of Sociology, vol. 15, no 1,‎ , p. 1–17 (ISSN 0360-0572 et 1545-2115, DOI 10.1146/annurev.so.15.080189.000245, lire en ligne, consulté le )
  5. a et b Christine Bonardi, « Les bases d'une psychologie sociale européenne », Connexions, vol. 84, no 2,‎ , p. 49 (ISSN 0337-3126 et 1776-2804, DOI 10.3917/cnx.084.0049, lire en ligne, consulté le )
  6. Emmanuel Petit, « L'apport de la psychologie sociale à l'analyse économique », Revue d'économie politique, vol. 121, no 6,‎ , p. 797 (ISSN 0373-2630 et 2105-2883, DOI 10.3917/redp.216.0797, lire en ligne, consulté le )
  7. François Ric et Dominique Muller, La cognition sociale, Presses universitaires de Grenoble, coll. « Psycho en + », (ISBN 978-2-7061-2696-3, lire en ligne)
  8. S Moscovici et I Markova, The Making of Modern Social Psychology, Cambridge, UK, Polity Press, .
  9. a et b Susan T. Fiske, Daniel Todd Gilbert et Gardner Lindzey, Handbook of social psychology, Wiley, (ISBN 978-0-470-13747-5, 0-470-13747-9 et 978-0-470-13748-2, OCLC 401714236, lire en ligne)
  10. Serge Moscovici, Psychologie sociale, PUF, 7e éd. mise à jour, 1998.
  11. Jacques-Philippe Leyens et Vincent Yzerbyt, Psychologie sociale : Un outil de référence., Sprimont, Pierre Mardaga, (ISBN 978-2-80470-567-1, lire en ligne)
  12. Gabriel Tarde, Études de psychologie sociale, Paris, V. Giard et E. Brière,
  13. Orano, Paolo, 1875-1945., Psicologia sociale, Laterza, (OCLC 10548091, lire en ligne)
  14. (it) Carlo Cattaneo, « Dell’antitesi come metodo di psicologia sociale », Il Politecnico, vol. 20,‎ , p. 262-270
  15. a et b Norman Triplett, « The dynamogenic factors in pacemaking and competition », American Journal of Psychology, vol. 9, no 4,‎ , p. 507–533 (DOI 10.2307/1412188)
  16. (en) Edward Alsworth Ross, Social Psychology - An Outline and Source Book, New York, Macmillan Co., , 366 p.
  17. (en) William McDougall, An introduction to social psychology., London, Methuen,
  18. Gabriel Tarde, Les Lois de l'imitation, 1890.
  19. H. Piéron, Histoire succincte des congrès internationaux de psychologie, L'Année psychologique, 1954, 54-2, p. 397-405.
  20. John B. Watson, « Psychology as the behaviorist views it. », Psychological Review, vol. 20, no 2,‎ , p. 158–177 (ISSN 1939-1471 et 0033-295X, DOI 10.1037/h0074428, lire en ligne, consulté le )
  21. (en) Stanley Milgram, Obedience to authority: An experimental view, New York, Harper Perennial, , p. 12
  22. a et b (en) Stanley Milgram, « Behavioral Study of obedience. », The Journal of Abnormal and Social Psychology, vol. 67, no 4,‎ , p. 371–378 (ISSN 0096-851X, DOI 10.1037/h0040525, lire en ligne, consulté le )
  23. (en) James S. House, « The Three Faces of Social Psychology », Sociometry, vol. 40, no 2,‎ , p. 161–177 (ISSN 0038-0431, DOI 10.2307/3033519, lire en ligne, consulté le )
  24. Kenneth J Gergen, « Social psychology as history », Journal of Personality and Social Psychology, vol. 26, no 2,‎ , p. 309–320 (DOI 10.1037/h0034436)
  25. Psychologie sociale, volume coordonné par Marcel Bromberg et Alain Trognon, Presses universitaires de France, 2e édition corrigée, 2007, p. 32.
  26. Patricia Delhomme et Thierry Meyer, Les Projets de recherche en psychologie sociale : méthodes et techniques, Paris, Armand Colin, coll. « Cursus / Psychologie », , 222 p. (ISBN 2-200-01504-6)
  27. Dennis D. Boos et Jacqueline M. Hughes-Oliver, « How Large Does n Have to be for Z and t Intervals? », The American Statistician, vol. 54, no 2,‎ , p. 121–128 (ISSN 0003-1305, DOI 10.2307/2686030, lire en ligne, consulté le )
  28. Pierre Pansu, « Chapitre 3 - Distributions d'échantillonnage », sur imo.universite-paris-saclay.fr (consulté le )
  29. (en) « The psychology of attitudes. A.H. Eagly & S. Chaiken. Fort Worth, TX: Harcourt, Brace, & Janovich, 1993, 794 pp. Reviewed by Christopher Leone, University of North Florida », Psychology & Marketing, vol. 12, no 5,‎ , p. 459–466 (ISSN 1520-6793, DOI 10.1002/mar.4220120509, lire en ligne, consulté le )
  30. Allport, G. W. 1935. Attitudes. In Handbook of social psychology. Edited by C. Murchison, 798–844. Worcester, MA: Clark Univ. Press.
  31. (en) John B. Watson, Behaviorism, New York, Norton,
  32. Zajonc, Robert B. (1968), « Attitudinal Effects of Mere Exposure », Journal of Personality and Social Psychology Monographs, vol. 9 (2, Part 2), 1-27.
  33. (en) Daniel Katz, « The functional approach to the study of attitudes », Public Opinion Quarterly, vol. 24,‎ , p. 163-204
  34. Krosnick, J. A., Judd, C. M., & Wittenbrink, B. (2005). The Measurement of Attitudes. In D. Albarracín, B. T. Johnson, & M. P. Zanna (Eds.), The handbook of attitudes (p. 21–76). Lawrence Erlbaum Associates Publishers.
  35. Ajzen, I. & Fishbein, M. (2005). The influence of attitudes on behaviour. In Albarracin, D.; Johnson, B.T.; Zanna M.P. (Eds.), The handbook of attitudes, Lawrence Erlbaum Associates. p.194.
  36. Ajzen, I., & Fishbein, M. (2005). The Influence of Attitudes on Behavior. In D. Albarracín, B. T. Johnson, & M. P. Zanna (Eds.), The handbook of attitudes (p. 173–221). Lawrence Erlbaum Associates Publishers.
  37. Allan W. Wicker, « Attitudes versus Actions: The Relationship of Verbal and Overt Behavioral Responses to Attitude Objects », Journal of Social Issues, vol. 25, no 4,‎ , p. 41–78 (ISSN 0022-4537 et 1540-4560, DOI 10.1111/j.1540-4560.1969.tb00619.x, lire en ligne, consulté le )
  38. Gollwitzer, P. M. (1999). Implementation intentions: Strong effects of simple plans. American Psychologist, 54, 493-503
  39. Persuasion. Definition. Encyclopedia Britannica, https://www.britannica.com/science/persuasion-psychology Consulté le 29/03/2021
  40. Lasswell, H. D. (1948). The structure and function of communication in society. In L. Bryson (Ed.), The communication of ideas (pp. 37-51). New York: Harper and Row.
  41. a et b Girandola, Fabien., Psychologie de la persuasion et de l'engagement, Presses universitaires de Franche-Comté, (ISBN 2-84867-033-9 et 978-2-84867-033-1, OCLC 300236439, lire en ligne)
  42. Carl I. Hovland et Walter Weiss, « The Influence of Source Credibility on Communication Effectiveness », Public Opinion Quarterly, vol. 15, no 4,‎ , p. 635 (ISSN 0033-362X, DOI 10.1086/266350, lire en ligne, consulté le )
  43. David Landy et Harold Sigall, « Beauty is talent: Task evaluation as a function of the performer's physical attractiveness. », Journal of Personality and Social Psychology, vol. 29, no 3,‎ , p. 299–304 (ISSN 0022-3514, DOI 10.1037/h0036018, lire en ligne, consulté le )
  44. Miller, N. & Campbell, D.T. (1959). Recency and primacy in persuasion as a function of the timing of speeches and measurements, Journal of Abnormal and Social Psychology, 59, 1-9.
  45. Petty, R. E., & Cacioppo, J. T. (1984). The effects of involvement on responses to argument quantity and quality: Central and peripheral routes to persuasion. Journal of Personality and Social Psychology, 46(1), 69–81. https://doi.org/10.1037/0022-3514.46.1.69
  46. Allen, M. (1991). Meta-analysis comparing the persuasiveness of one-sided and two-sided messages. Western Journal of Speech Communication, 55(4), 390-404.
  47. Reinard, J. C. (1988). The empirical study of the persuasive effects of evidence: The status after fifty years of research. Human Communication Research, 15(1), 3–59. https://doi.org/10.1111/j.1468-2958.1988.tb00170.x
  48. Mike Allen & Raymond W. Preiss (1997) Comparing the persuasiveness of narrative and statistical evidence using meta‐analysis, Communication Research Reports, 14:2, 125-131, DOI: 10.1080/08824099709388654
  49. Gayle, B. N., Preiss, R. W., & Allen, M. (1998). Another look at the use of rhetorical questions.  In M. Allen & R. W. Preiss (Eds.), Persuasion: Advances through meta-analysis (pp. 189-201). Cresskill, NJ: Hampton Press.
  50. Bradac, J. J., & Mulac, A. (1984). A molecular view of powerful and powerless speech styles: Attributional consequences of specific language features and communicator intentions. Communication Monographs, 51(4), 307–319. https://doi.org/10.1080/03637758409390204
  51. Chaiken, S., & Eagly, A. H. (1976). Communication modality as a determinant of message persuasiveness and message comprehensibility. Journal of Personality and Social Psychology, 34(4), 605–614. https://doi.org/10.1037/0022-3514.34.4.605
  52. (en) Stephen M. Smith et David R. Shaffer, « Vividness Can Undermine or Enhance Message Processing: The Moderating Role of Vividness Congruency », Personality and Social Psychology Bulletin, vol. 26, no 7,‎ , p. 769–779 (ISSN 0146-1672, DOI 10.1177/0146167200269003, lire en ligne, consulté le )
  53. Meyerowitz, B. E., & Chaiken, S. (1987). The effect of message framing on breast self-examination attitudes, intentions, and behavior. Journal of Personality and Social Psychology, 52(3), 500–510. https://doi.org/10.1037/0022-3514.52.3.500
  54. Cacioppo, J. T., & Petty, R. E. (1979). Effects of message repetition and position on cognitive response, recall, and persuasion. Journal of Personality and Social Psychology, 37(1), 97–109. https://doi.org/10.1037/0022-3514.37.1.97
  55. (en) Kim Witte et Mike Allen, « A Meta-Analysis of Fear Appeals: Implications for Effective Public Health Campaigns », Health Education & Behavior, vol. 27, no 5,‎ , p. 591–615 (ISSN 1090-1981, DOI 10.1177/109019810002700506, lire en ligne, consulté le )
  56. Cantor JR et Venus P (1980) The effect of humor on recall of a radio advertisement. Journal of Broadcasting 24(1): 13‑22
  57. Channouf, A. (Ahmed), Les influences inconscientes : de l'effet des émotions et des croyances sur le jugement, A. Colin, (ISBN 2-200-26534-4, 978-2-200-26534-2 et 978-2-200-26046-0, OCLC 300271101, lire en ligne)
  58. Julia Zuwerink Jacks et Kimberly A. Cameron, « Strategies for Resisting Persuasion », Basic and Applied Social Psychology, vol. 25, no 2,‎ , p. 145–161 (ISSN 0197-3533, DOI 10.1207/S15324834BASP2502_5, lire en ligne, consulté le )
  59. McGuire W. J. (1964). Inducing resistance to persuasion: some contemporary approaches, in Advances in Experimental Social Psychology, Vol. 1, ed Berkowitz L. (New York, NY: Academic Press; ), 191–229.
  60. Sagarin, B. J., Cialdini, R. B., Rice, W. E., & Serna, S. B. (2002). Dispelling the illusion of invulnerability: The motivations and mechanisms of resistance to persuasion. Journal of Personality and Social Psychology, 83(3), 526–541. https://doi.org/10.1037/0022-3514.83.3.526
  61. Kiesler, C. A. (1971 ). The psychology of commitment: experiments linking behavior to belief. New York: Academic Press.
  62. (en) Brehm, J. W. (1966). A theory of psychological reactance. Academic Press.
  63. Mackie, D. M., & Queller, S. (2000). The impact of group membership on persuasion: Revisiting "Who says what to whom with what effect?" In D. J. Terry & M. A. Hogg (Eds.), Applied social research. Attitudes, behavior, and social context: The role of norms and group membership (p. 135–155). Lawrence Erlbaum Associates Publishers.
  64. Bassili, J. N. (1996). Meta-judgmental versus operative indexes of psychological attributes: The case of measures of attitude strength. Journal of Personality and Social Psychology, 71(4), 637–653. https://doi.org/10.1037/0022-3514.71.4.637
  65. a et b Bargh, J. A., Gollwitzer, P. M., & Oettingen, G. (2010). Motivation. Dans S. T. Fiske, D. T. Gilbert, & G. Lindzey (Eds.), Handbook of social psychology (p. 268–316). John Wiley & Sons, Inc. https://doi.org/10.1002/9780470561119.socpsy001008
  66. Hull, Clark L., Principles of behavior., Appleton-Century-Crofts, (OCLC 270780166, lire en ligne)
  67. (en) Kenneth Wartenbee Spence, Behavior theory and conditioning, New Haven, Yale University Press,
  68. (en) Albert Bandura, « Toward a Psychology of Human Agency », Perspectives on Psychological Science, vol. 1, no 2,‎ , p. 164–180 (ISSN 1745-6916 et 1745-6924, DOI 10.1111/j.1745-6916.2006.00011.x, lire en ligne, consulté le )
  69. (en) John A. Bargh, Michelle Green et Gráinne Fitzsimons, « The Selfish Goal: Unintended Consequences of Intended Goal Pursuits », Social Cognition, vol. 26, no 5,‎ , p. 534–554 (ISSN 0278-016X, PMID 19081795, PMCID PMC2599951, DOI 10.1521/soco.2008.26.5.534, lire en ligne, consulté le )
  70. (en) Edwin A. Locke et Gary P. Latham, « New Directions in Goal-Setting Theory », Current Directions in Psychological Science, vol. 15, no 5,‎ , p. 265–268 (ISSN 0963-7214 et 1467-8721, DOI 10.1111/j.1467-8721.2006.00449.x, lire en ligne, consulté le )
  71. (en) Martin S. Hagger, Nikos L. D. Chatzisarantis et Jemma Harris, « From Psychological Need Satisfaction to Intentional Behavior: Testing a Motivational Sequence in Two Behavioral Contexts », Personality and Social Psychology Bulletin, vol. 32, no 2,‎ , p. 131–148 (ISSN 0146-1672 et 1552-7433, DOI 10.1177/0146167205279905, lire en ligne, consulté le )
  72. Elliot, Andrew J., Handbook of approach and avoidance motivation, Psychology Press, (ISBN 978-0-8058-6019-1 et 0-8058-6019-3, OCLC 214282414, lire en ligne)
  73. Gabriele Oettingen, « Expectancy Effects on Behavior Depend on Self-Regulatory Thought », Social Cognition, vol. 18, no 2,‎ , p. 101–129 (ISSN 0278-016X, DOI 10.1521/soco.2000.18.2.101, lire en ligne, consulté le )
  74. (en) Dianne M. Tice, Ellen Bratslavsky et Roy F. Baumeister, « Emotional distress regulation takes precedence over impulse control: If you feel bad, do it! », Journal of Personality and Social Psychology, vol. 80, no 1,‎ , p. 53–67 (ISSN 1939-1315 et 0022-3514, DOI 10.1037/0022-3514.80.1.53, lire en ligne, consulté le )
  75. Julius Kuhl et Jürgen Beckmann, Volition and personality : action versus state orientation, Hogrefe & Huber Publishers, (ISBN 0-88937-029-X, 978-0-88937-029-6 et 3-8017-0338-X, OCLC 29026884, lire en ligne)
  76. (en) Ana Guinote, « Power and Goal Pursuit », Personality and Social Psychology Bulletin, vol. 33, no 8,‎ , p. 1076–1087 (ISSN 0146-1672 et 1552-7433, DOI 10.1177/0146167207301011, lire en ligne, consulté le )
  77. a b et c (en) Dacher Keltner et Jennifer S. Lerner, « Emotion », dans Handbook of Social Psychology, John Wiley & Sons, Inc., (ISBN 978-0-470-56111-9, DOI 10.1002/9780470561119.socpsy001009, lire en ligne), socpsy001009
  78. (en) Ulrich Schimmack, Shigehiro Oishi, Ed Diener et Eunkook Suh, « Facets of Affective Experiences: A Framework for Investigations of Trait Affect », Personality and Social Psychology Bulletin, vol. 26, no 6,‎ , p. 655–668 (ISSN 0146-1672 et 1552-7433, DOI 10.1177/0146167200268002, lire en ligne, consulté le )
  79. (en) Peter J. Lang, Mark K. Greenwald, Margaret M. Bradley et Alfons O. Hamm, « Looking at pictures: Affective, facial, visceral, and behavioral reactions », Psychophysiology, vol. 30, no 3,‎ , p. 261–273 (ISSN 0048-5772 et 1469-8986, DOI 10.1111/j.1469-8986.1993.tb03352.x, lire en ligne, consulté le )
  80. (en) Paula M. Niedenthal, Lawrence W. Barsalou, Piotr Winkielman et Silvia Krauth-Gruber, « Embodiment in Attitudes, Social Perception, and Emotion », Personality and Social Psychology Review, vol. 9, no 3,‎ , p. 184–211 (ISSN 1088-8683 et 1532-7957, DOI 10.1207/s15327957pspr0903_1, lire en ligne, consulté le )
  81. (en) Schimmack, U., & Crites, S. L., Jr. (2005). The Structure of Affect. Dans D. Albarracín, B. T. Johnson, & M. P. Zanna (Eds.), The handbook of attitudes (p. 397–435). Lawrence Erlbaum Associates Publishers.
  82. (en) Ed Diener et Robert A. Emmons, « The independence of positive and negative affect. », Journal of Personality and Social Psychology, vol. 47, no 5,‎ , p. 1105–1117 (ISSN 1939-1315 et 0022-3514, DOI 10.1037/0022-3514.47.5.1105, lire en ligne, consulté le )
  83. a et b (en) Charles Darwin, The Expression of the Emotions in Man and Animals, London, John Murray,
  84. G.-B. Duchenne, Mécanisme de la physionomie humaine, ou, Analyse électro-physiologique de l'expression des passions /, Ve Jules Renouard, libraire,, (lire en ligne)
  85. Paul Ekman, Wallace V. Friesen et Silvan S. Tomkins, « Facial Affect Scoring Technique: A First Validity Study », Semiotica, vol. 3, no 1,‎ (ISSN 0037-1998 et 1613-3692, DOI 10.1515/semi.1971.3.1.37, lire en ligne, consulté le )
  86. Ekman, P. & Friesen, W.V. (1978). Facial action coding system. Palo Alto: Consulting Psychologist Press.
  87. Ekman, P. (1972). Cross-Cultural Communication through Nonverbal Behavior. LANGLEY PORTER NEUROPSYCHIATRIC INST SAN FRANCISCO CA DEPT OF MENTAL HYGIENE.
  88. (en) Keith Oatley et Elaine Duncan, « The experience of emotions in everyday life », Cognition & Emotion, vol. 8, no 4,‎ , p. 369–381 (ISSN 0269-9931 et 1464-0600, DOI 10.1080/02699939408408947, lire en ligne, consulté le )
  89. (en) David Watson, Lee Anna Clark et Auke Tellegen, « Development and validation of brief measures of positive and negative affect: The PANAS scales. », Journal of Personality and Social Psychology, vol. 54, no 6,‎ , p. 1063–1070 (ISSN 1939-1315 et 0022-3514, DOI 10.1037/0022-3514.54.6.1063, lire en ligne, consulté le )
  90. Val Curtis, Robert Aunger et Tamer Rabie, « Evidence that disgust evolved to protect from risk of disease », Proceedings of the Royal Society of London. Series B: Biological Sciences, vol. 271, no suppl_4,‎ (ISSN 0962-8452 et 1471-2954, DOI 10.1098/rsbl.2003.0144, lire en ligne, consulté le )
  91. Mary D. Klinnert, « The regulation of infant behavior by maternal facial expression », Infant Behavior and Development, vol. 7, no 4,‎ , p. 447–465 (ISSN 0163-6383, DOI 10.1016/s0163-6383(84)80005-3, lire en ligne, consulté le )
  92. Alice M. Isen et Thomas E. Shalker, « The Effect of Feeling State on Evaluation of Positive, Neutral, and Negative Stimuli: When You "Accentuate the Positive," Do You "Eliminate the Negative"? », Social Psychology Quarterly, vol. 45, no 1,‎ , p. 58 (ISSN 0190-2725, DOI 10.2307/3033676, lire en ligne, consulté le )
  93. a et b (en) Norbert Schwarz et Gerald L. Clore, « Mood, misattribution, and judgments of well-being: Informative and directive functions of affective states. », Journal of Personality and Social Psychology, vol. 45, no 3,‎ , p. 513–523 (ISSN 0022-3514, DOI 10.1037/0022-3514.45.3.513, lire en ligne, consulté le )
  94. Rainer Greifeneder, Herbert Bless et Thorsten Kuschmann, « Extending the brand image on new products: the facilitative effect of happy mood states », Journal of Consumer Behaviour, vol. 6, no 1,‎ , p. 19–31 (ISSN 1472-0817 et 1479-1838, DOI 10.1002/cb.205, lire en ligne, consulté le )
  95. Nitika Garg, Brian Wansink et J. Jeffrey Inman, « The Influence of Incidental Affect on Consumers’ Food Intake », Journal of Marketing, vol. 71, no 1,‎ , p. 194–206 (ISSN 0022-2429 et 1547-7185, DOI 10.1509/jmkg.71.1.194, lire en ligne, consulté le )
  96. (en) Scott H. Hemenover, Adam A. Augustine, Tirza Shulman et Tuan Q. Tran, « Individual differences in negative affect repair. », Emotion, vol. 8, no 4,‎ , p. 468–478 (ISSN 1931-1516 et 1528-3542, DOI 10.1037/1528-3542.8.4.468, lire en ligne, consulté le )
  97. Gerd Bohner, Shelly Chaiken et Piroska Hunyadi, « The role of mood and message ambiguity in the interplay of heuristic and systematic processing », European Journal of Social Psychology, vol. 24, no 1,‎ , p. 207–221 (ISSN 0046-2772 et 1099-0992, DOI 10.1002/ejsp.2420240115, lire en ligne, consulté le )
  98. Andrade, E. B. (2005). Behavioral consequences of affect: Combining evaluative and regulatory mechanisms. Journal of Consumer Research, 32(3), 355-362.
  99. (en) Paula Niedenthal, Catherine Auxiette, Armelle Nugier et Nathalie Dalle, « A prototype analysis of the French category “émotion” », Cognition & Emotion, vol. 18, no 3,‎ , p. 289–312 (ISSN 0269-9931 et 1464-0600, DOI 10.1080/02699930341000086, lire en ligne, consulté le )
  100. (en) Alice M. Isen, « An Influence of Positive Affect on Decision Making in Complex Situations: Theoretical Issues With Practical Implications », Journal of Consumer Psychology, vol. 11, no 2,‎ , p. 75–85 (DOI 10.1207/S15327663JCP1102_01, lire en ligne, consulté le )
  101. (en) Norbert Schwarz, « Accessible Content and Accessibility Experiences: The Interplay of Declarative and Experiential Information in Judgment », Personality and Social Psychology Review, vol. 2, no 2,‎ , p. 87–99 (ISSN 1088-8683 et 1532-7957, DOI 10.1207/s15327957pspr0202_2, lire en ligne, consulté le )
  102. Amir Erez et Alice M. Isen, « The influence of positive affect on the components of expectancy motivation. », Journal of Applied Psychology, vol. 87, no 6,‎ , p. 1055–1067 (ISSN 1939-1854 et 0021-9010, DOI 10.1037/0021-9010.87.6.1055, lire en ligne, consulté le )
  103. Michaela Wänke, Gerd Bohner et Andreas Jurkowitsch, « There Are Many Reasons to Drive a BMW: Does Imagined Ease of Argument Generation Influence Attitudes? », Journal of Consumer Research, vol. 24, no 2,‎ , p. 170–178 (ISSN 0093-5301 et 1537-5277, DOI 10.1086/209502, lire en ligne, consulté le )
  104. (en) Gordon Willard Allport, Personality: a psychological interpretation., New York, Holt,
  105. (en) David Charles Funder, The personality puzzle, New York, Norton, (OCLC 1196336918, lire en ligne)
  106. David C. Funder et Lisa A. Fast, « Personality in Social Psychology », dans Handbook of Social Psychology, John Wiley & Sons, Inc., (lire en ligne)
  107. (en) Robert R. McCrae et Paul T. Costa, « Validation of the five-factor model of personality across instruments and observers. », Journal of Personality and Social Psychology, vol. 52, no 1,‎ , p. 81–90 (ISSN 1939-1315 et 0022-3514, DOI 10.1037/0022-3514.52.1.81, lire en ligne, consulté le )
  108. Serge Moscovici, « 2. Des représentations collectives aux représentations sociales : éléments pour une histoire », dans Les représentations sociales, Presses Universitaires de France, (ISBN 978-2-13-053765-6, lire en ligne), p. 79
  109. Émile Durkheim, 1898. Représentations individuelles et représentations collectives [archive], Revue de métaphysique et de morale, tome VI, mai 1898.
  110. a et b Moscovici, Serge, La psychanalyse, son image et son public : Étude sur la représentation sociale de la psychanalyse, Presses universitaires de France, (OCLC 470248775, lire en ligne)
  111. Serge Moscovici, « Notes towards a description of Social Representations », European Journal of Social Psychology, vol. 18, no 3,‎ , p. 211–250 (ISSN 0046-2772 et 1099-0992, DOI 10.1002/ejsp.2420180303, lire en ligne, consulté le )
  112. Elejabarrieta, F. (1996). Le concept de représentation sociale. Dans J.C. Deschamps & J.L. Beauvois (dir.), Des attitudes aux attributions. Sur la construction sociale de la réalité (pp. 137-150). Grenoble: Presses Universitaires de Grenoble.
  113. S Moscovici, « Attitudes and Opinions », Annual Review of Psychology, vol. 14, no 1,‎ , p. 231–260 (ISSN 0066-4308 et 1545-2085, DOI 10.1146/annurev.ps.14.020163.001311, lire en ligne, consulté le )
  114. a et b Stéphane Desbrosses, « Abric (1984) (1989) : Noyau central d'une représentation sociale », sur psychoweb.fr, (consulté le )
  115. J.-C. Abric, Méthodes d'étude des représentations sociales, Érès, (ISBN 2-7492-0123-3 et 978-2-7492-0123-8, OCLC 300205239, lire en ligne)
  116. Céline Manetta, Isabel Urdapilleta et Édith Salès-Wuillemin, « Étude des représentations en contexte : une méthodologie combinant l'analyse Alceste et la méthode des opérateurs de liaison », Les Cahiers Internationaux de Psychologie Sociale, vol. 4, no 84,‎ , p. 81-105 (DOI 10.3917/cips.084.0081, lire en ligne)
  117. Carine Pianelli, Jean-Claude Abric et Farida Saad, « Rôle des représentations sociales préexistantes dans les processus d'ancrage et de structuration d'une nouvelle représentation », Les cahiers internationaux de psychologie sociale, vol. Numéro 86, no 2,‎ , p. 241 (ISSN 0777-0707, DOI 10.3917/cips.086.0241, lire en ligne, consulté le )
  118. Abric, J.-C. (1976). Jeux, conflits et représentations sociales. Thèse de Doctorat d’Etat, Université de Provence : Aix-en-Provence.
  119. Grégory Lo Monaco, Florent Lheureux. Représentations sociales : théorie du noyau central et méthodes d’étude. Revue Electronique de Psychologie Sociale, APSU, 2007, pp.1 - 55. hal-01736607
  120. Abric, J.C. 1989. « L’étude expérimentale des représentations sociales ». Dans : Jodelet, D. (Ed.). Les représentations sociales. Paris, puf, collection Sociologie d’aujourd’hui, pp. 187-203.
  121. Moliner, P. (1997). Représentation et cognition sociales. Dans J.P. Leyens & J.L. Beauvois (Ed.). L'Ere de la cognition. Grenoble : P.U.G. p.273-288.
  122. (en) Thomas D. Gilovich et Dale W. Griffin, « Judgment and Decision Making », dans Handbook of Social Psychology, John Wiley & Sons, Inc., (ISBN 978-0-470-56111-9, DOI 10.1002/9780470561119.socpsy001015, lire en ligne), socpsy001015
  123. (en) John von Neumann et Oskar Morgenstern, Theory of games and economic behavior, Princeton, Princeton University Press,
  124. Herbert A. Simon, « A Behavioral Model of Rational Choice », The Quarterly Journal of Economics, vol. 69, no 1,‎ , p. 99 (ISSN 0033-5533, DOI 10.2307/1884852, lire en ligne, consulté le )
  125. Simon, Herbert A. (1957) Models of Man, Social and Rational: Mathematical Essays on Rational Human Behavior in a Social Setting, New York: John Wiley and Sons.
  126. (en) Ward Edwards, « The theory of decision making. », Psychological Bulletin, vol. 51, no 4,‎ , p. 380–417 (ISSN 1939-1455 et 0033-2909, DOI 10.1037/h0053870, lire en ligne, consulté le )
  127. a et b (en) A. Tversky et D. Kahneman, « Judgment under Uncertainty: Heuristics and Biases », Science, vol. 185, no 4157,‎ , p. 1124–1131 (ISSN 0036-8075 et 1095-9203, DOI 10.1126/science.185.4157.1124, lire en ligne, consulté le )
  128. a et b (en) Amos Tversky et Daniel Kahneman, « Availability: A heuristic for judging frequency and probability », Cognitive Psychology, vol. 5, no 2,‎ , p. 207–232 (DOI 10.1016/0010-0285(73)90033-9, lire en ligne, consulté le )
  129. (en) Loren J. Chapman et Jean P. Chapman, « Illusory correlation as an obstacle to the use of valid psychodiagnostic signs. », Journal of Abnormal Psychology, vol. 74, no 3,‎ , p. 271–280 (ISSN 1939-1846 et 0021-843X, DOI 10.1037/h0027592, lire en ligne, consulté le )
  130. (en) Daniel Kahneman et Amos Tversky, « Subjective probability: A judgment of representativeness », Cognitive Psychology, vol. 3, no 3,‎ , p. 430–454 (DOI 10.1016/0010-0285(72)90016-3, lire en ligne, consulté le )
  131. Kant, Immanuel, 1724-1804., Qu'est-ce que les Lumières? ; Fondation de la métaphysique des moeurs ; introduction à la Métaphysique des moeurs ; préface à la deuxième édition de la Critique de la raison pure ; introduction à la Critique de la raison pure ; Vers la paix perpétuelle, Flammarion, dl 2008 (ISBN 978-2-08-121261-9 et 2-08-121261-7, OCLC 470984994, lire en ligne)
  132. Kohlberg, L. (1969). Stage and Sequence: The Cognitive Developmental Approach to Socialization. In D. Goslin, (Ed.), Handbook of Socialization Theory and Research (pp. 347-480). Chicago, IL: Rand McNally.
  133. (en) Jonathan Haidt et Selin Kesebir, « Morality », dans Susan Fiske, Daniel Gilbert et Gardner Lindzey, Handbook of Social Psychology, Hoboken, New Jersey, John Wiley & Sons, (ISBN 978-0-470-56111-9, DOI 10.1002/9780470561119.socpsy002022, lire en ligne)
  134. Turiel, E. (1983). The development of social knowledge: Morality and convention. New York, NY: Cambridge University Press.
  135. Bègue, L. (1998). De la « cognition morale » à l'étude des stratégies du positionnement moral: aperçu théorique et controverses actuelles en psychologie morale. L'Année Psychologique, 98, 295-352.
  136. Willem Doise, L'explication en psychologie sociale, Presses universitaires de France, (ISBN 2-13-037473-5 et 978-2-13-037473-2, OCLC 299386187, lire en ligne)
  137. Gabriel Mugny, Dominique Oberlé et Jean-Léon Beauvois (dir.), Relations humaines, groupes et influence sociale, t. I, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, coll. « La psychologie sociale », , 373 p. (ISBN 978-2-7061-0607-1), p.195
  138. Maximilien Ringelmann, « Recherches sur les moteurs animés: Travail de l'homme », Annales de l'Institut National Agronomique, 2e série, vol. 12,‎ , p. 1-40
  139. Huguet, P. « Travail collectif et performance individuelle », dans G. Mugny, D. Oberlé et J.-L. Beauvois (dir.), Relations humaines, groupes et influence sociale, La psychologie sociale, Tome 1, Grenoble, PUG, 1995, p. 31-41.
  140. (en) Steven J. Karau et Kipling D. Williams, « Social loafing: A meta-analytic review and theoretical integration. », Journal of Personality and Social Psychology, vol. 65, no 4,‎ , p. 681–706 (ISSN 0022-3514, DOI 10.1037/0022-3514.65.4.681, lire en ligne, consulté le )
  141. Beauvois J.-L. (1995), « De la facilitation sociale aux Relations humaines », in G. Mugny, D. Oberlé & J.-L. Beauvois (dir.), Relations humaines, groupes et influence sociale, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble. p.21.
  142. (en) Elton Mayo, The social problems of an industrial civilization, Cambridge, Harvard University Press,
  143. (en) Steven D Levitt et John A List, « Was There Really a Hawthorne Effect at the Hawthorne Plant? An Analysis of the Original Illumination Experiments », American Economic Journal: Applied Economics, vol. 3, no 1,‎ , p. 224–238 (ISSN 1945-7782 et 1945-7790, DOI 10.1257/app.3.1.224, lire en ligne, consulté le )
  144. Muzafer Sherif, "A study of some social factors in perception: Chapter 2." Archives of Psychology, 1935, 27, No. 187, 17-22.
  145. a b c et d Oberlé D., Beauvois J.-L., « Cohésion et normativité », dans G. Mugny, D. Oberlé et J.-L. Beauvois (dir.), Relations humaines, groupes et influence sociale, Grenoble, PUG, 1995, p. 75-90.
  146. (en) Morton Deutsch et Harold B. Gerard, « A study of normative and informational social influences upon individual judgment. », The Journal of Abnormal and Social Psychology, vol. 51, no 3,‎ , p. 629–636 (ISSN 0096-851X, DOI 10.1037/h0046408, lire en ligne, consulté le )
  147. (en) Solomon E. Asch, « Studies of independence and conformity: I. A minority of one against a unanimous majority. », Psychological Monographs: General and Applied, vol. 70, no 9,‎ , p. 1–70 (ISSN 0096-9753, DOI 10.1037/h0093718, lire en ligne, consulté le )
  148. Ewa Drozda-Senkowska, Psychologie sociale expérimentale, A. Colin, (ISBN 2-200-01593-3 et 978-2-200-01593-0, OCLC 41273276, lire en ligne)
  149. Beauvois, J.-L., & Oberlé, D. (1995). Le formel et l’informel. Dans G. Mugny, D. Oberlé & J.-L. Beauvois (Eds.), Relations humaines, groupes et influence sociale (pp. 175-191). Grenoble : Presses Universitaires de Grenoble
  150. S. Moscovici, E. Lage et M. Naffrechoux, « Influence of a Consistent Minority on the Responses of a Majority in a Color Perception Task », Sociometry, vol. 32, no 4,‎ , p. 365 (ISSN 0038-0431, DOI 10.2307/2786541, lire en ligne, consulté le )
  151. (en) Serge Moscovici, « Toward A Theory of Conversion Behavior », dans Advances in Experimental Social Psychology, vol. 13, Elsevier, (ISBN 978-0-12-015213-1, DOI 10.1016/s0065-2601(08)60133-1, lire en ligne), p. 209–239
  152. Report finds massive fraud at Dutch universities
  153. « The case of Diederik Stapel ».
  154. « How one man got away with mass fraud by saying ‘trust me, it’s science’ ».
  155. (en) Daryl J. Bem, « Feeling the future: Experimental evidence for anomalous retroactive influences on cognition and affect. », Journal of Personality and Social Psychology, vol. 100, no 3,‎ , p. 407–425 (ISSN 1939-1315 et 0022-3514, DOI 10.1037/a0021524, lire en ligne, consulté le )
  156. (en) James Alcock, « Back from the Future: Parapsychology and the Bem Affair », SkepticalEnquirer, vol. 35(2),‎ , p. 31-39 (lire en ligne)
  157. (en) Jeffrey N. Rouder et Richard D. Morey, « A Bayes factor meta-analysis of Bem’s ESP claim », Psychonomic Bulletin & Review, vol. 18, no 4,‎ , p. 682–689 (ISSN 1069-9384 et 1531-5320, DOI 10.3758/s13423-011-0088-7, lire en ligne, consulté le )
  158. a et b Ulrich Schimmack, « The ironic effect of significant results on the credibility of multiple-study articles. », Psychological Methods, vol. 17, no 4,‎ , p. 551–566 (ISSN 1939-1463 et 1082-989X, DOI 10.1037/a0029487, lire en ligne, consulté le )
  159. (en) Stuart J. Ritchie, Richard Wiseman et Christopher C. French, « Failing the Future: Three Unsuccessful Attempts to Replicate Bem's ‘Retroactive Facilitation of Recall’ Effect », PLoS ONE, vol. 7, no 3,‎ , e33423 (ISSN 1932-6203, PMID 22432019, PMCID PMC3303812, DOI 10.1371/journal.pone.0033423, lire en ligne, consulté le )
  160. (en) French, Chris, « Precognition studies and the curse of the failed replications », The Guardian,‎
  161. Etienne P. LeBel et Kurt R. Peters, « Fearing the Future of Empirical Psychology: Bem's (2011) Evidence of Psi as a Case Study of Deficiencies in Modal Research Practice », Review of General Psychology, vol. 15, no 4,‎ , p. 371–379 (ISSN 1089-2680 et 1939-1552, DOI 10.1037/a0025172, lire en ligne, consulté le )
  162. (en) Gregory Francis, « Too good to be true: Publication bias in two prominent studies from experimental psychology », Psychonomic Bulletin & Review, vol. 19, no 2,‎ , p. 151–156 (ISSN 1069-9384 et 1531-5320, DOI 10.3758/s13423-012-0227-9, lire en ligne, consulté le )
  163. (en) Haslam, S. A. et Reicher, S., « Beyond Stanford: Questioning arole-based explanation of tyranny », Dialogue, vol. 18,‎ , p. 22-25 (lire en ligne)
  164. Le Texier, Thibault, auteur., Histoire d'un mensonge : enquête sur l'expérience de Stanford (ISBN 978-2-35522-120-0 et 2-35522-120-0, OCLC 1055826640, lire en ligne)
  165. Fabien Girandola, Karine Weiss, Psychologie et développement durable, éditions In Press, 2010

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • G.W. Allport, The nature of prejudice, Cambridge (MA), Addison-Wesley, 1954.
  • S. E., Asch, Studies on independance and conformity: a minority of one against an unanimous majority, Psychological Monographs, 1956, 70, 416.
  • Axsom, D., & Chaiken, S., & Yates S., 1987, Audience response as a heuristic cue in persuasion, Journal of Personnality and Social Psychology, 53, 30-40.
  • A. E. Azzi, O. Klein, Psychologie sociale et relations intergroupes, Dunod, 1998.
  • J. A. Bargh, The automaticity of everyday life, R. S. Wyer Edit, Advances in Social Cognition, t. X, Mahwah (NJ), Erlbaum, 1-61, 1997.
  • L. Baugnet, L’Identité sociale, Dunod, 1998.
  • Pierre Bourdieu, Les Structures sociales de l'économie, Seuil, 2000 (psychologie sociale appliquée à l'économie, sur l'exemple du marché de la construction de maisons).
  • Leon Festinger, A theory of cognitive dissonance, Evanston, IL: Row, Perterson & Company, 1957.
  • Hovland C.I., Janis I. L. & Kelley H. H., Communication and persuasion, New Haven, Yale University Press, 1953.
  • Hermès no 41, 2005, dossier « Psychologie sociale et communication ».
  • R.V. Joule, J-L. Beauvois, Petit traité de manipulation à l'usage des honnêtes gens, 1987, PUG.
  • R.V. Joule, J-L. Beauvois, La soumission librement consentie, Comment amener les gens à faire librement ce qu'ils doivent faire, 1998, PUF
  • Robert Leroux, Gabriel Tarde, vie, œuvres, concepts, Paris, Ellipses, 2011.
  • Gustave Le Bon, Psychologie des foules, PUF, 1998 (1re éd. 1895).
  • J.-P. Leyens & V. Yzerbyt, Psychologie sociale, Bruxelles, Mardaga, 1987.
  • E., Marc, D. Picard, L'Interaction sociale, PUF, 1989.
  • Stanley Milgram, Soumission à l'autorité, Calmann-Lévy, 1974.
  • Serge Moscovici, Psychologie des minorités actives, PUF, 1979.
  • Serge Moscovici, Psychologie sociale, PUF, 7e éd. mise à jour, 1998.
  • Pansu Pascal, Gilibert Daniel, Effect of causal explanations on work-related judgments, Applied-Psychology:-An-International-Review. Vol 51(4) Oct 2002, 505-526., Royaume-Uni, Blackwell Publishing.
  • Wilhelm Reich, La Psychologie de masse du fascisme, 1933, éd. Payot 1999.
  • Gabriel Tarde, L'Opinion et la foule, PUF, 1989 (1re éd. 1901).
  • Serge Tchakhotine, Le Viol des foules par la propagande politique, 1939, Gallimard 1992.
  • Amos Tversky & Daniel Kahneman, Judgement under uncertainty: Heuristics and biases, Science, 1974.
  • V. Yzerbyt & G. Schadron, Connaître et juger autrui : Une introduction à la cognition sociale, Grenoble, PUG, 1996.

Années 2000

Années 2010

  • (en) Elliot Aronson, Social Psychology, 2012.
  • (en) David Myers, Social Psychology, 2012.
  • (en) Saul Kassin et al., Social Psychology, 2012.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier