Ouvrir le menu principal

Économie comportementale

branche de l'économie

L'économie comportementale est un champ de la science économique qui étudie le comportement des êtres humains dans les situations économiques. L'un des principaux objectifs de l'économie comportementale est notamment de décrire et d'expliquer pourquoi, dans certaines situations, les êtres humains adoptent un comportement qui peut sembler paradoxal ou non-rationnel, c'est-à-dire contraire à ce que prédirait la théorie de l'Homo œconomicus. Ce courant de recherche s'appuie donc beaucoup sur l'expérimentation en laboratoire (économie expérimentale) ou le recueil de données réelles et se trouve donc à l'interface avec la psychologie.

L'économie expérimentale est une discipline qui s'est beaucoup développée depuis la fin du XXe siècle, Daniel Kahneman a d'ailleurs reçu, en 2002, le « prix Nobel » d'économie pour ses travaux pionniers dans ce domaine (comme mentionné un peu plus au-dessus). Autre domaine dans le champ des sciences économiques, la finance comportementale est l'étude plus particulière des comportements en situation de marché financier et insiste donc plus sur leur dimension collective.

Sommaire

Origine et visée scientifiquesModifier

L'économie comportementale (behavioral economics) s'est développée en réponse aux limites de l'économie standard reposant sur l'hypothèse de rationalité individuelle. Elle a pris appui sur les avancées de la psychologie expérimentale, portées par Daniel Kahneman et Amos Tversky qui ont mis en évidence les "anomalies" dans les comportements réels des agents économiques, rarement conformes à la théorie du choix rationnel (égoïsme, préférences stables et connues,maximisation de l'utilité espérée, capacité de calcul et de traitement de l'information illimitée, etc.) Ces travaux ont montré le rôle joué par les erreurs de jugement (biais cognitifs), les émotions, ainsi que les normes et interactions sociales (biais moraux, biais de conformité), dans les processus de décision des individus.

Le courant de l'économie comportementale a fait des expériences de laboratoire (in vitro) et de terrain (in vivo).

Suite aux premières expérimentations d'Edward Chamberlin, Vernon Smith, co-lauréat avec Daniel Kahneman du prix Nobel d'économie 2002, va développer et perfectionner la méthode expérimentale à partir des années 1960, en reproduisant en laboratoire le fonctionnement de différents types de marché. Relativement aux autres méthodes d'investigation empiriques utilisées en économie, l'expérimentation permet le contrôle - dans certaines limites -de l'environnement et de la réplicabilité des expériences. Ainsi, il devient possible de tester empiriquement les prédictions des modèles de l'économie standard (et donc de réfuter certains de ces résultats) et dans une démarche inductive, d'explorer les comportements de agents afin d'en révéler des régularités empiriques nouvelles (souvent éloignées de l'égoïsme rationnel en raison des biais comportementaux).

Cette approche alternative des comportements économiques mobilisant les méthodes expérimentales a révolutionné un grand nombre de champs d'étude de l'économie : le fonctionnement des marchés (marchés des biens, financiers...), l'économie du travail, l'organisation industrielle, l'analyse des choix de consommation et d'épargne, la politique fiscale, environnementale, de la santé, etc. Etant désormais une branche à part entière de la science économique, l'économie comportementales permet (i) de produire de connaissances théoriques nouvelles en confrontant les prédictions des modèles aux observations,(ii) de collecter des données difficilement accessibles grâce aux enquêtes statistiques, par exemple sur les comportements d'aversion au risque, et enfin (iii) d'aider à la décision publique testant des mesures de politiques économiques pour évaluer leurs efficacité[1].

Les bases conceptuellesModifier

L'économie comportementale étudie les effets de facteurs psychologiques, cognitifs, émotionnels, culturels et sociaux sur les décisions économiques d'individus et d'institutions et la manière dont ces décisions diffèrent de celles impliquées par la théorie classique.

L’économie comportementale s’intéresse principalement aux limites de la rationalité des agents économiques. Les modèles comportementaux intègrent généralement les connaissances de la psychologie, des neurosciences et de la théorie microéconomique. L'étude de l'économie comportementale comprend la manière dont les décisions de marché sont prises et les mécanismes qui déterminent le choix du public. Les trois thèmes dominants en économie comportementale sont les suivants:

Heuristique: les humains prennent 95% de leurs décisions en utilisant des raccourcis mentaux ou des règles empiriques.

Encadrement: ensemble d'anecdotes et de stéréotypes constituant les filtres mentaux sur lesquels les individus s'appuient pour comprendre les événements et y réagir.

Les inefficiences du marché: celles-ci incluent une mauvaise tarification et une prise de décision non rationnelle.

Au cours de la période classique de l'économie, la microéconomie était étroitement liée à la psychologie. Par exemple, Adam Smith a écrit The Theory of Moral Sentiments (La théorie des sentiments moraux), qui proposait des explications psychologiques du comportement individuel, notamment des préoccupations relatives à l'équité et à la justice. Jeremy Bentham a beaucoup écrit sur les fondements psychologiques de l'utilité. Ensuite, pendant le développement de l’économie néo-classique, les économistes ont cherché à réorganiser la discipline en tant que science naturelle, en déduisant le comportement des hypothèses sur la nature des agents économiques. Ils ont développé le concept d'homo oeconomicus, dont le comportement était fondamentalement rationnel.

Les économistes néo-classiques ont bien incorporé des explications psychologiques: c'était le cas de Francis Edgeworth, Vilfredo Pareto et Irving Fisher. La psychologie économique est apparue au XXe siècle dans les travaux de Gabriel Tarde, George Katona et Laszlo Garai.L'utilité attendue et les modèles d'utilité réduits ont commencé à être acceptés, générant des hypothèses vérifiables sur la prise de décision compte tenu de l'incertitude et de la consommation intertemporelle, respectivement. Des anomalies observables et reproductibles ont fini par remettre en cause ces hypothèses, et Maurice Allais a pris des mesures supplémentaires, par exemple pour définir le paradoxe Allais, un problème de décision qu'il avait présenté pour la première fois en 1953 et qui contredisait l'hypothèse d'utilité attendue.

Dans les années 1960, la psychologie cognitive a commencé à éclaircir davantage le cerveau en tant que dispositif de traitement de l'information (contrairement aux modèles comportementalistes). Des psychologues de ce domaine, tels que Ward Edwards, Amos Tversky et Daniel Kahneman, ont commencé à comparer leurs modèles cognitifs de prise de décision avec risque et incertitude aux modèles économiques de comportement rationnel. La psychologie mathématique reflète un intérêt de longue date pour la transitivité des préférences et la mesure de l'utilité.

Certains, du fait du voisinage sémantique entre behavioral economics, l'appellation apportée par les chercheurs américains, et behaviorism, considèrent que ce domaine s'inspire essentiellement de la psychologie behavioriste ou comportementaliste. Toutefois, à la différence de celle-ci, l'économie comportementale ne se limite pas à une simple étude des symptômes (effets économiques en l'occurrence) et du couple stimulus — réaction, même si les phénomènes de sous-réaction / surréaction, étudiés notamment par Richard Thaler, font partie de cette discipline d'analyse économique. Elle fait appel aussi à de nombreux autres concepts, tant de la psychologie individuelle que de la psychologie sociale, notamment tout ce qui a trait aux biais cognitifs et émotionnels, qu'ils soient individuels ou résultent d'effets de groupe (conformisme...).

Méthodes utilisées et phénomènes constatésModifier

L'économie comportementale étudie ces phénomènes, tant à large échelle (macro EC) par des enquêtes sur des segments de population concernés, des études de terrain et l'analyse de séries statistiques, que par des méthodes à portée moins généralisable (micro EC) proches de l'économie expérimentale, laquelle consiste à simuler en laboratoire certains comportements économiques individuels par le truchement des jeux.

Notons aussi qu'une bonne partie des recherches de l'économie comportementale et des phénomènes constatés sont communs avec ceux de la finance comportementale, au point que les deux disciplines sont souvent regroupées.

La différence macro / micro déjà évoquée (et présente tant en économie qu'en finance) se situe au niveau de l'ampleur des phénomènes, de l'échelle de temps, de la réalité des situations (et donc des motivations). C'est ainsi que :

  • les avancées de la neuroéconomie contribuent à ces recherches. Les constatations portent en particulier sur le fait que la prise de décision économique est impactée par des facteurs psychologiques, tant cognitifs qu'émotionnels, qui s'écartent en partie de la rationalité attribuée à l'homo œconomicus.
  • la question est commune à l'ensemble des branches de l'économie expérimentale, il est délicat d'extrapoler les comportements individuels ou de petits groupes à l'ensemble de l'économie. D'autant que, au sein d'une foule ou d'une masse l'individu tend à modifier son comportement (par ex. mimétisme exacerbé lors des bulles et krachs). De ce fait l'étude des comportements des populations, ou du moins des segments de population (types d'agents économiques) est également utilisée. Cela relève de techniques de la sociologie, à la fois sous forme d'enquêtes et d'inférences statistiques. Ces études peuvent difficilement donner lieu à des expérimentations à grande échelle sur le terrain, ce qui poserait le problème éthique de la manipulation collective.

Les méthodes de la prévision économique en Pologne

également les formules représentant des phénomènes cycliques comme celui de 1' « écho » économique, celui des fluctuations périodiques des prix, etc. à l'aide d'exemples empruntés à l'expérience économique... polonaise. L'auteur tient compte en outre des nouvelles applications de l'analyse des phénomèneséconomiques. L'une d'elles consiste à étudier la demande sur le marché par le biais des budgets familiaux... des prix. Pour conclure, l'auteur fait état de l'expérience polonaise d'utilisation de la méthode de Delphes et de celle des calculatrices électroniques, notamment des ordinateurs analogiques...Les méthodesde la prévision économique en Pologne... des méthodes mathématiques dans la planification économique. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages théoriques et de modèles pratiques d'optimalisation utilisés dans l'industrie. Mieczyslaw Lesz... l'accroissement de la production des biens de la troisième catégorie, nous avons utilisé la courbe logistique ou la courbe 10 Méthodes de la prévision économique en Pologne de Gompertz. La particularité... au cours d'une période assez courte, son échange par les utilisateurs, dû à l'usure, 12 Méthodes de la prévision économique en Pologne intervient rapidement également et la demande en est beaucoup augmentée.

Psychanalyse et sociologie comme méthodes d'étude des phénomènes historiques et culturels

Archives de Sciences Sociales des Religions / Année 1975 / 40 / pp. 265-266

Psychanalyse et sociologie comme méthodes d'étude des phénomènes historiques et culturels... application de la psychanalyse hors du champ thérapeutique ou la présence une illusion 21-40) pose le problème des analystes qui arrêtent leur intérêt pour les manifestations de inconscient dès le départ...BULLETIN DES OUVRAGES 40A26 Psychanalyse et sociologie comme mé thodes étude des phénomènes histori ques et culturels Publié conjointement par Institut de Sociologie de Université Libre de Bruxelles... un résidu de pensée reli gieuse ou mystique qui est la base un 265 Une telle perspective éviterait en tout cas la croyance rebattue dans explication du social par des phénomènes de nature individuelle.

Méthodes, liens avec les phénomènes géodynamiques, problèmes de prévention et d'aménagement

Méditerranée / Année 1984 / 51

III - Méthodes, liens avec les phénomènes géodynamiques, problèmes de prévention et d'aménagement ...Méditerranée N° 1.2 - 1984 67 m-METHODES, LIENS AVEC LES PHENOMENES GEODYNAMIQUES, PROBLEMES DE PREVENTION ET D'AMENAGEMENT Aires sismiques et aires à morphogenèse rapide : essai de définition... habituellement utilisés par les géologues et soucieux par ailleurs d'une certaine prudence en raison de facteurs politico-économiques locaux. D'ailleurs, la diffusion de la carte et du rapport n'est, semble... celui qui affecta en 426 BC les côtes du Golfe maliaque en Grèce centrale et connut des récurrences jusqu'en 1894. De plus les effets répertoriés par la 70 sismologie moderne furent signalés dès cette.

Les méthodes de détermination d'indicateurs de valeur ayant la dimension de prix pour les composantes du patrimoine naturel

sont utilisés aussi bien comme générateurs de services finals que comme facteurs de production, nous attirons l'attention sur les méthodes utilisables dans ce deuxième cas. Nous poursuivons notre réflexion... en indiquant qu'au-delà de l'existence de méthodes et de résultats empiriques pour l'évaluation des services d'environnement, il faut constater et intégrer les effets de l'incompatibilité entre certaines...Les méthodes de détermination l'indicateurs de valeur ayant la dimension de prix pour les composantes du patrimoine naturel Dans cet article, nous tentorjs de restituer une image clarifiée...Les méthodes de détermination d'indicateurs de valeur ayant la dimension de prix pour les composantes du patrimoine naturel... de ressources exploitables. Dès lors qu'une ressource est exhaustible, toute utilisation d'une unité supplémentaire, aujourd'hui, la rend indisponible pour demain, générant ainsi un coût d'opportunité. Cela.... Le plus souvent, ces fonctions ne sont que partiellement compatibles. Dès lors, l'utilisation d'une fonction se fait au détriment d'autres potentialités. En d'autres termes, la sélection d'une fonction fait... of deer dans SMITH V. ed Advances in applied micro economics vol Greenwich Conn.) JAI Press MITCHELL C. CARSON 1989] Using surveys to value public goods the contingent valuation method Resources for

[2]

Notes et référencesModifier

  1. « L'économie comportementale, une nouvelle approche des comportements individuels et des phénomènes sociaux — Sciences économiques et sociales », sur ses.ens-lyon.fr (consulté le 18 novembre 2018)
  2. Benjamin Pelloux, Jean-Louis Rullière et Frans Van Winden, « La neuroéconomie dans l’agenda de l’économie comportementale », Revue française d'économie, vol. 23, no 4,‎ , p. 3–36 (ISSN 0769-0479, DOI 10.3406/rfeco.2009.1705, lire en ligne, consulté le 21 novembre 2018)

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

BibliographieModifier