Maximilien Ringelmann

universitaire et agronome français

Maximilien Ringelmann (Paris, - Paris, [1]) est un universitaire français membre de l'Académie d'agriculture de France. Il fut professeur d'ingénierie agricole à l'Institut national agronomique de Paris et directeur de la station d'essais de machines dès 1888.

Maximilien Ringelmann
Biographie
Naissance
Décès
(à 69 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Ingénieur agricole
Activités

Il est surtout connu pour ses travaux de psychologie sociale relatifs à la « paresse sociale » (1897) qui seront ré-utilisés plus tard par Henry Ford sous le concept de « flânerie ouvrière ». Il est actuellement considéré avec Norman Triplett comme l'un des précurseurs de la psychologie sociale en France, Triplett ayant développé une théorie inverse considérant que autrui peut être « facilitateur social ».

Il est aussi connu pour sa création des cartes étalons qui portent son nom et sont utilisées pour déterminer visuellement la densité ou l'opacité apparente d'une fumée.


Études et carrière[2]Modifier

Maximilien entre au Conservatoire national des art et des métiers pour y suivre les cours du soir du professeur Hervé Mangon. De 1880 à 1881, il suit en tant qu'auditeur libre les cours de l'école nationale des ponts et des chaussées. Il a 20 ans lorsqu'il est nommé répétiteur de génie rural à l'école d'agriculture de Grand-Jouan qui lui sera le terrain propice à l'expérimentation sur le machinisme agricole. L'agronomie Eugène Tisserand, directeur au Ministère de l'Agriculture, le repère et lui confie le projet d'appliquer la méthodologie expérimentale à l'étude scientifique des machines. Un projet que Maximilien va tenir pendant 7 ans et, en 1888, la Station d'essais de machines agricoles voit le jour. Il y est nommé directeur.

BibliographieModifier

  • Les Machines agricoles (Paris: Hachette, 1888 - 1898), 2 vol.
  • Machines employées en agriculture pour l'élévation des eaux., Paris, aux bureaux de l'Industrie laitière, , 140 p. (lire en ligne)
  • De la construction des bâtiments ruraux (Les bâtiments de la ferme), Librairie Hachette, Paris, 1893
  • Les Travaux et Machines pour mise en Culture des Terres, Paris, Dunod, 1902
  • Génie rural appliqué aux colonies [Agricultural engineering applied in the colonies], Paris, Augustin Challamel, 1908
  • Puits, sondages et sources [Well drilling and wellheads] (Paris, 1930).

ArticlesModifier

  • « Appareils de culture mécanique avec treuils et câbles (résultats d'essai) », Annales de l'Institut national agronomique : administration, enseignement et recherche,‎ (lire en ligne)
  • Recherches sur les moteurs animés. Travail de l'homme, Annales de l'Institut national agronomique, Tome VII, 1913, p. 1-40

RéférencesModifier

  1. Acte de décès (avec date et lieu de naissance) à Paris 12e, vue 5/31.
  2. Bernard Simon, « Max Ringelmann (1861-1931) et la recherche en machinisme agricole », Histoire de la mécanique appliquée: enseignement, recherche et pratiques mécaniciennes en France après 1880,‎ , p. 53-57 (ISBN 2902126506)

Liens externesModifier