Badegoulien

Badegoulien
Description de cette image, également commentée ci-après
Bisons gravés du site des Jamblancs
Définition
Autres noms Proto-Magdalénien, Magdalénien inférieur, Magdalénien ancien[1],[2]
Lieu éponyme Badegoule (Beauregard-de-Terrasson, Dordogne)
Auteur Éd. Vignard et G. Vacher (1965)[3]
Caractéristiques
Répartition géographique France, Nord de l'Espagne
Période Paléolithique supérieur
Chronologie 18 500 à 16 000 ans AP
Type humain associé Homo sapiens
Tendance climatique Tardiglaciaire

Objets typiques

raclettes, débitage d'éclats

Le Badegoulien, aussi appelé protomagdalénien[4], est une culture matérielle de la seconde moitié du Paléolithique supérieur, succédant au Solutréen et correspondant à l'ancienne dénomination « Magdalénien ancien ». Définie à partir des caractéristiques de son industrie lithique, elle se différencie nettement du Magadalénien stricto sensu du point de vue technique (débitage d'éclats fins servant de supports aux raclettes, utilisation d'éclats comme nucléus) et typologique (présence de raclettes, de grattoirs, de rares burins, pointes à crans et lamelles à dos)[5]. Les différences sont également perceptibles au niveau du travail des matières dures animales, en particulier du bois de renne, débité par percussion[6].

Raclette badegoulienne

Site éponymeModifier

Il est nommé d'après le site de Badegoule[7],[8],[9],[10],[11] sur la commune de Beauregard-de-Terrasson[12] en Dordogne.

HistoriqueModifier

Dans les débuts de son étude, le Badegoulien est appelé Magdalénien ancien ou inférieur. Il en est déjà question dans la première moitié du vingtième siècle avec Henri Breuil (1912), qui lui reconnaît « un changement radical avec les temps précédents ; les éclats de silex sont massifs, lourds, mal venus, souvent de mauvaise qualité, mal retouchés, parfois d’une manière presque éolithique ; les outils de fortune, perçoirs, coches, burins sur éclats quelconques sont abondants. Quelle différence avec les beaux silex si finement éclatés et retouchés, en roche soigneusement sélectionnée, du Solutréen supérieur ! »[13]. Denis Peyrony en parle aussi[1].

Le Dr Cheynier (1930[14]) baptise et définit son élément typologique le plus original : la raclette[14],[15]. Delarue et Vignard (1964[16]) créent le terme « Badegoulien »[17].

Le Dr Jacques Allain (1967[18]) en fait la définition et l'analyse technologique, typologique et culturelle, à partir de ses fouilles de l'abri Fritsch (Pouligny-Saint-Pierre, vallée de la Creuse, Indre)[19]. Il adopte le nom de Delarue & Vignard : « Force est bien, malgré notre répugnance à compliquer la terminologie, de recourir au terme si heureusement proposé par Delarue et Vignard, de Badegoulien[17] ».

ChronologieModifier

Selon Castel & Chauvière (2007), « la phase archaïque du Badegoulien s’étendrait d'environ 18 500 à 17 000 ans BP et la phase récente (à raclettes) de 17 000 à 16 000 BP avec quelques indices jusque vers 15 000 BP ». entre le Solutréen et le Magdalénien[20] moyen[21], et après le dernier maximum glaciaire, à une époque où les températures commencent à remonter doucement tout en restant encore froides[20].

Extension géographiqueModifier

On trouve des sites badegouliens principalement en France entre Loire et Garonne, avec quelques représentants au nord et au sud de cette zone[22].

Selon certains auteurs, le Badegoulien serait également présent en Suisse, en Allemagne (Igstadt[23], Zoitzberg[24], Bockstein-Törle) de même qu'en Autriche (Grubgraben, Langmannersdorf, Saladorf et Rosenburg) et en République Tchèque (Stránská skála, Česká Lípa)[25] parfois associé à un Épigravettien de datation généralement plus ancienne. Le Sagvarien de Hongrie est parfois considéré proche des cultures plus occidentales de la même période[26].

En 2007 la question reste posée de sa présence en Belgique (gisements de Goyet, Moha et Engihoul)[27].

Faciès régionauxModifier

Des recherches menées par analyse multidimensionnelle ont mis en évidence une variabilité géographique du Badegoulien[28],[29] :

  • faciès méditerranéen à grattoirs, lames retouchées et outils archaïques ;
  • faciès cantabrique à encoches et denticulés, grattoirs, burins et lames retouchées ;
  • faciès aquitain, au sein duquel une structuration en deux phases chronologiques est observée :
    • phase ancienne à encoches-denticulés, perçoirs et becs, et burins transversaux ;
    • phase récente à raclettes abondantes.

Types de sitesModifier

Après le dernier maximum glaciaire (environ 26 000 à 19 000 ans avant le présent), les zones d'implantation des sites se modifient. Les sites en plein air se multiplient au Badegoulien, avec le début du réchauffement climatique : ils forment pendant cette période 62% du total, au lieu de 25% en moyenne au Paléolithique supérieur. Le nombre des sites en altitude augmente également, pour la même raison. Les 10% des sites les plus élevés sont à une altitude de 474 mètres au Badegoulien, contre 342 mètres au Solutréen. Enfin, la répartition géographique des sites tend à devenir plus uniforme dans l'espace, alors que leur concentration était maximale pendant le dernier maximum glaciaire[30].

Principaux sitesModifier

FranceModifier

Les sites de référence du Badegoulien sont essentiellement situés dans le quart sud-ouest de la France : Laugerie-Haute Est[31],[32] et Badegoule[8] en Dordogne, Cassegros, Pégourié[33],[34], les Peyrugues[35] et le Cuzoul de Vers[36] dans le Quercy (Lot et Lot-et-Garonne) et en plein air en Gironde à Casevert, la Bertonne, Maubin, Birac et Houleau. Il est également présent en stratigraphie à l'abri Fritsch aux Roches de Pouligny-Saint-Pierre (Indre)[37],[38] dans le centre de la France, au Rond du Barry[39] et au Blot en Auvergne.

On le retrouve dans le bassin parisien au gisement du Bois des Beauregards dans la vallée du Loing près de Nemours (Seine-et-Marne) (la plus grosse concentration de gisements badegouliens du nord de la France, avec ses sept sites[40]) ; à Chaintréauville juste en face des Beauregards ; à Ballancourt (Essonne) ; au Poron des Cuèches à Nan-sous-Thil (Côte-d'Or)[27] ; au Mont-Saint-Aubin à Oisy (Nièvre)[41].

Il est signalé en Languedoc-Roussillon à Bize[42], Camparnaud (Vers-Pont-du-Gard)[43], Lassac et la Rivière[42], dans un contexte chrono-stratigraphique restant à définir précisément.

Les industries de quelques sites stratifiés de référence restent malheureusement encore inédites près de 20 ans après leurs fouilles, comme l'abri Casserole aux Eyzies de Tayac (Dordogne)[44],[45], les Jamblancs[46],[38] à Bourniquel (Dordogne ; fouilles J.J. Cleyet-Merle), malgré des analyses technologiques éparses, partielles ou inédites.

EspagneModifier

Le Badegoulien est représenté en Espagne méditerranéenne au Parpallo[47],[48], et dans les Cantabres à la Riera[49], el Cierro, el Castillo[50], Cova Rosa, Cueto de la Mina, la Lloseta, Rascaño[51] et Las Caldas[52],[53],[54],[55].

SuisseModifier

Le Badegoulien est attesté également dans un seul gisement suisse fouillé entre 1948 et 1950 par W. Keller et Th. Schweizer. La couche moyenne de la Kastelhöhle-Nord dans le canton de Soleure a livré une industrie à éclats frustes, comptant un total de 260 vestiges. Les outils lithiques présents sont les grattoirs, les perçoirs multiples, des becs, des pièces esquillées, et surtout des raclettes caractéristiques du Badegoulien. Trois datations C14 ont donné les dates suivantes : 18 530 +/- 150 BP, 19 200 +/- 150 BP et 19 620 +/- 140 BP, soit un âge un peu plus ancien que le Badegoulien français.[réf. nécessaire]

BibliographieModifier

  • [Allain & Fritsch 1967] « Le Badegoulien de l'Abri Fritsch aux Roches de Pouligny-St-Pierre (Indre) », Bulletin de la Société Préhistorique Française, t. 64, no 1 « Études & Travaux »,‎ , p. 83-94 (lire en ligne [sur persee]).  
  • [Allain 1968] Jacques Allain, « À propos du Badegoulien : méthode et typologie », Bulletin de la Société Préhistorique Française, t. 65, no 2,‎ , p. 36-38 (lire en ligne [sur persee]).
  • [Bazile 1987] Frédéric Bazile, « Réflexion sur le Magdalénien et sa diffusion en France méditerranéenne », ERAUL (Études et Recherches Archéologiques de l'Université de Liège), no 24 « Le Paléolithique supérieur européen : bilan quinquennal »,‎ , p. 165-202 (lire en ligne [sur researchgate.net]).
  • [Bodu, Liard & Chehmana 2007] Pierre Bodu, Morgane Liard, Lucie Chehmana, « De nouveaux arguments pour un rattachement au Badegoulien des séries dites « à grands burins transversaux » de la vallée de la Claise », Bulletin de la Société préhistorique française, vol. 104, no 4,‎ , p. 681-697 (lire en ligne [sur persee]).
  • [Breuil 1912] Henri Breuil, « Les subdivisions du Paléolithique supérieur et leur signification », Congrès International d'Anthropologie et d'Archéologie Préhistorique, 14e session, Genève, 1912,‎ , p. 165-238 (lire en ligne [PDF] sur halshs.archives-ouvertes.fr).
  • [Bodu, Chehmana & Debout 2007] Pierre Bodu, Lucie Chehmana et Grégory Debout, « Le Badegoulien de la moitié nord de la France. Un état des connaissances », Bulletin de la Société préhistorique française, vol. 104, no 4,‎ , p. 661-679 (lire en ligne [sur persee]).  
  • [Bosselin 2000] Bruno Bosselin, « Le Badegoulien en Europe sud-occidentale : faciès régionaux, paléo-environnements et filiations », dans 3° Congresso de Arqueologia Peninsular, Vila-Real, septembre 1999, vol. 2 : Paleolítico da Península Ibérica, Porto, Ed. ADECAP, , p. 363-401.  
  • [Castel & Chauvière 2007] (en) Jean-Christophe Castel et François-Xavier Chauvière, « Y-a-t-il une exploitation spécifique du renne au Badegoulien entre Charente et Quercy ? », XXVIIe Rencontres Internationales d'Archéologie et d'Histoire d'Antibes, 19 - 21 octobre 2006 à Antibes-Juan-les-Pins « Les civilisations du renne d'hier et d'aujourd'hui. Approches ethno-historiques, archéologiques et anthropologiques »,‎ , p. 279-293 (lire en ligne [sur academia.edu], consulté en ).  
  • [Cheynier 1930] Dr André Cheynier, « Un outil magdalénien nouveau, en silex à Badegoule. La Raclette », Bulletin de la Société préhistorique française, t. 27, no 10,‎ , p. 483-488 (lire en ligne [sur persee]).  
  • [Cheynier 1939] Dr André Cheynier, « Le Magdalénien Primitif de Badegoule. Niveaux à Raclettes », Bulletin de la Société préhistorique française, t. 36, no 9,‎ , p. 354-396 (lire en ligne [sur persee]).  
  • [Cheynier 1949] André Cheynier (préf. chanoine Jean Bouyssonie), Badegoule, station solutréenne et proto-magdalénienne, Paris, Masson & Cie, coll. « Mémoires de l'IPH » (no 23), , iii + 230 p. (présentation en ligne).  
  • [Cheynier 1951] André Cheynier, « Les industries protomagdaléniennes », Bulletin de la Société Préhistorique Française, t. 48, nos 3-4,‎ , p. 189-192 (lire en ligne [sur persee]).
  • [Clottes, Giraud & Chalard 2012] Jean Clottes, Jean-Pierre Giraud et Pierre Chalard, Solutréen et Badegoulien au Cuzoul de Vers : Des chasseurs de rennes en Quercy, Liège, université de Liège, coll. « ERAUL » (no 131), , 488 p. (présentation en ligne).
  • [Cretin 1996] Catherine Cretin, « Vers une nouvelle perception du Badegoulien des Jamblancs : Premiers éléments techno-économiques », Paléo, no 8,‎ , p. 243-268 (lire en ligne [sur persee]).  
  • [Cretin & Licon-Julien 1997] Catherine Cretin et Gwenaëlle Le Licon-Julien, « Premières comparaisons sur la technologie du débitage du Magdalénien ancien : Les Jamblancs (Dordogne, France) et l'abri Fritsch (Indre, France) », Paléo, no 9,‎ , p. 245-262 (lire en ligne [sur persee]).  
  • [Delarue & Vignard 1958] Raymond Delarue et Edmond Vignard, « Le Protomagdalénien I du deuxième Redan de Nemours (Seine-et-Marne) », Bulletin de la Société préhistorique française, t. 55, no 9,‎ , p. 529-538 (lire en ligne [sur persee]).
  • [Ducasse & Langlais 2007] Sylvain Ducasse et Mathieu Langlais, « Entre Badegoulien et Magdalénien, nos cœurs balancent... Approche critique des industries lithiques du Sud de la France et du Nord-Est espagnol entre 19000 et 16500 BP », Bulletin de la Société préhistorique française, t. 104, no 4,‎ , p. 771-785 (lire en ligne [sur persee]).  
  • [Ducasse 2010] Sylvain Ducasse, La "parenthèse" badegoulienne : fondements et statut d'une discordance industrielle au travers de l'analyse techno-économique de plusieurs ensembles lithiques méridionaux du Dernier Maximum Glaciaire (thèse de doctorat), Université Toulouse 2 - Le Mirail, , 460 p., sur halshs.archives-ouvertes.fr (lire en ligne).  
  • [Ducasse, Chauvière & Pétillon 2020] (en) Sylvain Ducasse, François-Xavier Chauvière et Jean-Marc Pétillon, « Breaking bad? Discarding the solutrean norms: Chronology, evolution and geographical extent of the badegoulian phenomenon in Western Europe », Quaternary International,‎ (lire en ligne [sur hal.archives-ouvertes.fr], consulté en ).
  • [Hemingway 1980] (en) Martin F. Hemingway, The initial Magdalenian in France (2 vol.), Oxford, British Archaeological Reports (BAR), International Series, n° 90, coll. « Proceedings of the Prehistoric Society », , 502 p. (résumé).
  • [Langlais et al. 2010] Mathieu Langlais, Jean-Marc Pétillon, Sylvain Ducasse et Michel Lenoir, « Badegoulien versus Magdalénien : entre choc culturel et lente transition dans l'Aquitaine paléolithique », dans V. Mistrot (éd.), De Néandertal à l'Homme moderne - L'Aquitaine préhistorique, vingt ans de découvertes (1990-2010), éditions Confluences, , sur halshs.archives-ouvertes.fr (lire en ligne), p. 116-129.  
  • [Laville 1975] Henri Laville, « Climatologie et chronologie du Paléolithique en Périgord. Étude sédimentologique de dépôts en grotte et sous abris », Études Quaternaires, no 4,‎ (lire en ligne [sur persee]).
  • [Lenoir 1983] Michel Lenoir, Les industries du Paléolithique supérieur des basses vallées de la Dordogne et de la Garonne (thèse de doctorat d'État, 2 vol.), Université de Bordeaux I, , 702 p..
  • [Lenoir 1988] Michel Lenoir, « Le Magdalénien ancien en Gironde. Conditions de gisement, variablité typologique et technique », dans Upper Pleistocene Prehistory of Western Eurasia (Colloque Philadelphie, 1987), .
  • [Le Tensorer 1981] Jean-Marie Le Tensorer, « Le Paléolithique de l'Agenais », Cahiers du Quaternaire, CNRS, no 3,‎ .
  • [Pradel 1948] D L. Pradel, « Stratigraphie de Badegoule », Bulletin de la Société préhistorique française, vol. 45, nos 8-10,‎ , p. 229-230 (lire en ligne [sur persee]).  
  • [Schmider 1971] Béatrice Schmider, « Les industries lithiques du Paléolithique supérieur en Île-de-France » (monographie, 215 p.), Gallia Préhistoire, 6e suppl.,‎ (présentation en ligne, lire en ligne [sur persee]).
  • [Sonneville-Bordes 1960] Denise de Sonneville-Bordes, Le Paléolithique supérieur en Périgord (2 vol.), Bordeaux, Imprimerie Delmas, , 558 p..
  • [Utrilla-Miranda 1981] (es) Pilar Utrilla-Miranda, El Magdaleniense inferior y Medio en la Costa Cantabrica [« Le Magdalénien inférieur et moyen sur la côte cantabrique »], Santander, Centro de Investigaciones y Museo de Altamira, (lire en ligne [PDF] sur culturaydeporte.gob.es).
  • [Utrilla-Miranda 1989] (es) Pilar Utrilla-Miranda, « El Magdaleniense inferior en la costa Cantábrica », ERAUL, no 38 « Le Magdalénien en Europe (M. Otte éd.) »,‎ , p. 399-418.
  • [Vignard 1965] Édouard Vignard, « Le Badegoulien », Bulletin de la Société Préhistorique Française, t. 62, no 8,‎ , CCLXII-CCLXIII.

RéférencesModifier

  1. a et b Ducasse & Langlais 2007, p. 773.
  2. Ducasse & Langlais 2007, p. 774.
  3. [Vignard & Vacher 1965] Édouard Vignard et Georges Vacher, « Quinze années de fouilles dans les Gros Monts des Beauregards de Nemours (Seine-et-Marne) », Bulletin de la Société Préhistorique Française, t. 62, no 1,‎ , p. 84-97.
  4. [Gaussen 1980] Jean Gaussen, Le Paléolithique supérieur de plein air en Périgord : industries et structures d'habitat : secteur Mussidan, Saint-Astier, moyenne vallée de l'Isle (XIVe supplément à Gallia Préhistoire), Paris, CNRS, (présentation en ligne), p. 161.
  5. Ducasse 2010.
  6. Langlais et al. 2010.
  7. [Cheynier 1934] André Cheynier, « Les lamelles à bord abattu et pièces microlithiques dans le Solutréen final de Badegoule », Bulletin de la Société préhistorique française,‎ , p. 291-305.
  8. a et b Cheynier 1939.
  9. Cheynier 1949.
  10. Pradel 1948.
  11. [Pradel 1957] D L. Pradel, « Le Solutréen de Badegoule. Documentation complémentaire », Bulletin de la Société préhistorique française, vol. 54, no 10,‎ , p. 600-605 (lire en ligne [sur persee]).
  12. « Badegoule », sur inpn.mnhn.fr (consulté en ).
  13. [Breuil 1912] Henri Breuil, « Les subdivisions du Paléolithique supérieur et leur signification », compte-rendu de la XIVe session du Congrès international d'anthropologie et d'archéologie préhistoriques,‎ 1912 (2e éd. 1937, genève), p. 165-238 (lire en ligne [PDF] sur halshs.archives-ouvertes.fr, consulté le ), p. 201.
  14. a et b Cheynier 1930.
  15. Cheynier 1939, p. 381-383 : description des raclettes badegouliennes ; elles sont également mentionnées à profusion ailleurs dans ce texte.
  16. [Delarue & Vignard 1964] R. Delarue et Ed. Vignard, « Le gisement composite de Ballancourt-sur-Essonnes (Seine-et-Oise) », Bulletin de la Société préhistorique française, vol. 61, no 2 « Etudes & Travaux »,‎ , p. 289-299 (lire en ligne [sur persee]), p. 289, 291.
  17. a et b Alain & Fritsch 1967, p. 91.
  18. Alain & Fritsch 1967, p. 92-93.
  19. [Vialou 1997] Denis Vialou, « Le Docteur Jacques Allain (1914-1997) », Bulletin de la Société préhistorique française, vol. 94, no 4,‎ , p. 422-426 (lire en ligne [sur persee]), p. 423.
  20. a et b Castel & Chauvière 2007, p. 280.
  21. Castel & Chauvière 2007, p. 281.
  22. Castel & Chauvière 2007.
  23. [Le Tensorer 1999] J.-M. le Tensorer, Le Paléolithique en Suisse, Grenoble, éd. Jérôme Milion, coll. « L'Homme des origines », Série « Préhistoire d'Europe » (no 5), 500 p. (présentation en ligne).
  24. [Kozlowski 2007] Janusz K. Kozlowski, « Le Gravettien du nord des Carpathes et des Sudètes », Paléo, no 19,‎ (lire en ligne [sur paleo.revues.org], consulté en ).
  25. « titre ? »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) [PDF], sur pure-01.kb.dk.
  26. [Djindjian 2000] François Djindjian, « C. Neugebauer-Maresch (1999) Le Paléolithique en Autriche », Bulletin de la Société préhistorique française, vol. 97, no 2,‎ , p. 313–314 (lire en ligne [sur persee]).
  27. a et b Bodu, Chehmana & Debout 2007, p. 663.
  28. Bosselin 2000.
  29. [Bosselin & Djindjian 1988] Bruno Bosselin et François Djindjian, « Un essai de structuration du Magdalénien français à partir de l'outillage lithique », Bulletin de la Société préhistorique française, vol. 85, nos 10-12,‎ , p. 304-331 (lire en ligne [sur persee]).
  30. [Demars 2002] Pierre-Yves Demars, « Changements climatiques et occupation de l'espace. Les derniers chasseurs cueilleurs d'Europe face à la déglaciation », Quaternaire, vol. 13, no 3,‎ , p. 289–296 (DOI 10.3406/quate.2002.1721, lire en ligne [sur persee]).
  31. [Bordes 1958] François Bordes, « Nouvelles fouilles à Laugerie-Haute Est : premiers résultats », L'Anthropologie, t. 62, nos 3-4,‎ , p. 205-244.
  32. [Peyrony & Peyrony 1938] Denis Peyrony et Élie Peyrony, « Laugerie-Haute, près des Eyzies », Mémoire de l'Institut de Paléontologie Humaine, no 19,‎ .
  33. [Séronie-Vivien et al. 1981] Marie-Roger Séronie-Vivien, Claude Bensch, Roland Paul Capdegelle, Bernard Chevet, M. Hemingway et André Leroi-Gourhan, « La grotte de Pégourié à Caniac du Causse (Lot) », dans Jean Clottes (dir.), La préhistoire du Quercy, t. 1 (Annales du Congrès Préhistorique de France, XXIe session, Montauban-Cahors, 1979), Société préhistorique française, , p. 250-265.
  34. [Seronie-Vivien 1995] Marie-Roger Seronie-Vivien, La Grotte de Pégourié. Caniac du Causse (Lot), suppl. 2, Association Préhistoire Quercinoise, (présentation en ligne).
  35. [Allard 1995] Michel Allard, « Orniac, les Peyrugues » (Rapport de fouilles de la campagne 1995), Bilan scientifique, Service régional de l'archéologie (SRA), DRAC Midi-Pyrénées,‎ , p. 135-136 (lire en ligne [sur culture.gouv.fr], consulté en ).
  36. Clottes, Giraud & Chalard 2012.
  37. [Trotignon, Poulain & Leroi-Gourhan 1984] Françoise Trotignon, Thérèse Poulain, Arlette Leroi-Gourhan et al., Études sur l'abri Fritsch (Indre), Paris, CNRS, coll. « Gallia préhistoire » (no 19, « Supplément »), , 122 p., sur persee (lire en ligne).
  38. a et b Cretin & Licon-Julien 1997.
  39. [Bayle de Hermens 1974] Roger de Bayle de Hermens, « Le Magdalénien ancien de la couche F2 de la grotte du Rond du Barry », L'Anthropologie, vol. 78, no 1,‎ , p. 16-37.
  40. Bodu, Chehmana & Debout 2007, p. 662. Bois des Beauregards : p. 662-663.
  41. Bodu, Chehmana & Debout 2007, Oisy : p. 664-672.
  42. a et b [Sacchi 1986] Dominique Sacchi, Le Paléolithique supérieur du Languedoc occidental et du Roussillon, 21e suppl., CNRS, coll. « Gallia Préhistoire », , 284 p., sur persee (lire en ligne).
  43. [Bazile 1977] Frédéric Bazile, « Le Magdalénien ancien de Camparnaud à », Bulletin de la Société d'Étude des Sciences Naturelles de Nimes, t. 55,‎ , p. 47-64.
  44. [Aubry et al. 1995] Thierry Aubry, Luc Detrain et Bertrand Kervazo, « Les niveaux intermédiaires entre le Gravettien et le Solutréen de l'Abri Casserole (Les Eyzies de Tayac) : Mise en évidence d'un mode de production original de microlithes et implications », Bulletin de la Société préhistorique française, vol. 92, no 3,‎ , p. 296-301 (lire en ligne [sur persee]), p. 297.
  45. [Morala 1993] André Morala, « Technologie lithique du Magdalénien ancien de l'abri Casserole (Les Eyzies de Tayac, Dordogne). Résultats préliminaires : schémas de production des supports pour les niveaux 6, 5 et 4 », Paléo, no 5,‎ , p. 193-208 (lire en ligne [sur persee]).
  46. Cretin 1996.
  47. [Aura-Tortosa 1988] (es) J. Emili Aura-Tortosa, La Cova del Parpalló y el Magdaleniense de facies ibérica o méditeráneo. Propuesta de sistematización de su cultura material : industriea lítica y ósea (thèse), Universitat de València, .
  48. [Aura-Tortosa 1995] (es) J. Emili Aura-Tortosa, El Magdaleniense Mediterráneo : La Cova del Parpalló (Gandia, Valencia), Valencia, Diputación Provincial de Valencia, Servicio de Investigación Prehistórica, coll. « Serie de Trabajos Varios » (no 91), .
  49. [Straus & Clark 1986] (en) Lawrence Guy Straus et Geoffrey Clark, « La Riera Cave. Stone Age Hunter-Gatherer adaptations in Northern Spain », Anthropological Papers Research, Tempe, Arizona State University, no 36,‎ (ISSN 0271-0641, lire en ligne [PDF] sur researchgate.net, consulté en ).
  50. [Cabrera-Valdes 1984] (es) Victoria Cabrera-Valdes, El yacimiento de la Cueva del Castillo (Puente Viesgo, Santander) [« Le site de la grotte du Castillo (Puente Viesgo, Santander) »], Madrid, Conseio superior de investigaciones cientificas, Instituto español de Prehistroria, coll. « Bibliotheca Praehistorica Hispaña » (no 22), , sur books.google.fr (lire en ligne).
  51. [Echegaray & Barandiaran 1981] (es) Joaquin Gonzales Echegaray (es) et Ignacio Barandiaran-Maetzu (ca), El Paleolítico superior de la Cueva del Rascaño (Santander) [« Le Paléolithique supérieur de la grotte du Rascano (Santander) »], Santander, Centro de Investigaciones y Museo de Altamira, n° 3, .
  52. [Corchón-Rodriguez 1981] (es) María Soledad Corchón-Rodriguez, « Cueva de Las Caldas. San Juan de Priorio (Oviedo) », Excavaciones Arqueologicas en España, no 115,‎ .
  53. [Corchón-Rodriguez 1990] (es) María Soledad Corchón-Rodriguez, « La Cueva de Las Caldas (Priorio, Oviedo). Investigaciones efectuadas entre 1980 y 1986 », Excavaciones Arqueologicas en Asturias, no 3,‎ , p. 37-54.
  54. [Corchón-Rodriguez 1992] (es) María Soledad Corchón-Rodriguez, « La Cueva de Las Caldas (Priorio, Oviedo). Investigaciones efectuadas entre 1987 y 1990 », Excavaciones Arqueologicas en Asturias, no 2,‎ , p. 33-47.
  55. [Corchón-Rodriguez 1995] (es) María Soledad Corchón-Rodriguez, « La Cueva de Las Caldas (Priorio, Oviedo). Investigaciones efectuadas entre 1991 y 1994 », Excavaciones Arqueologicas en Asturias, no 3,‎ , p. 45-60.

Ducasse 2007, p. 772.

Voir aussiModifier