Maya Angelou

mémorialiste, essayiste, poète et universitaire afro-américaine

Maya Angelou, née Marguerite Annie Johnson le à Saint-Louis (Missouri) et morte le (à 86 ans) à Winston-Salem (Caroline du Nord), est une écrivaine, poète, essayiste, professeure d'université, scénariste, productrice, documentariste et militante américaine. Figure importante du mouvement américain pour les droits civiques, elle est devenue une figure emblématique de la vie culturelle et politique aux États-Unis. Elle a publié sept autobiographies, trois essais, plusieurs recueils de poésies, et a joué dans diverses pièces de théâtre, dans des films et des émissions de télévision sur une période couvrant plus de cinquante ans. Elle a ainsi reçu une douzaine de prix prestigieux, et plus de cinquante diplômes honorifiques. Maya Angelou est surtout connue pour sa série de sept autobiographies mettant l'accent sur son enfance et ses expériences en tant que jeune femme de couleur. Le premier, Je sais pourquoi chante l'oiseau en cage (1969) raconte sa vie jusqu’à l’âge de 17 ans. Ce dernier lui a apporté le succès et la renommée internationale. Elle a influencé de nombreuses personnalités afro-américaines, dont la journaliste Oprah Winfrey, qui fait souvent référence à elle.

Maya Angelou
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 86 ans)
Winston-SalemVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Marguerite Annie JohnsonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Domicile
Formation
George Washington High School (en)
California Labor School (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Période d'activité
depuis 1950
Conjoint
  • Tosh Angelos (1952-1955)
  • Vusumzi (Vusi) Linda Make (1960-1963),
  • Paul du Feu (1973-1983)
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
Culture et histoire afro-américaine
Membre de
Influencée par
Site web
Distinctions
Liste détaillée
Docteur honoris causa de l'université de Caroline du Sud ()
Paul Robeson Award (en) ()
Prix Candace ()
Honorary citizen of Baltimore ()
Langston Hughes Medal (en) ()
Horatio Alger Award (d) ()
Crystal Award (d) ()
Arkansas Black Hall of Fame (d) ()
Grammy Award du meilleur livre audio (en) (, et )
Médaille Spingarn ()
National Women's Hall of Fame ()
National Medal of Arts ()
NAACP Image Award for Outstanding Literary Work, Nonfiction (en) ( et )
Marian Anderson Award (en) ()
Médaille présidentielle de la Liberté ()
Literarian Award for Outstanding Service to the American Literary Community (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Œuvres principales
Je sais pourquoi chante l'oiseau en cage, On the Pulse of Morning (d), And Still I Rise (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

BiographieModifier

Jeunesse et formationModifier

Maya Angelou est la fille de Bailey Johnson et de Vivian (Baxter) Johnson, elle est surnommée « Maya » par son frère aîné Bailey Jr. Ses parents divorcent en 1931, elle et son frère Bailey sont confiés à Annie Henderson, sa grand-mère paternelle, qui tient une épicerie dans le village de Stamps, Arkansas (en), dans l'Arkansas un État du Sud où sévit la ségrégation réglementée par les lois Jim Crow et garantie par les terroristes du Ku Klux Klan, ainsi dans le village de Stamps, il y a deux communautés réparties dans deux quartiers différents, une communauté blanche et une communauté afro-américaine et Maya apprend qu'une enfant peut être aussi la victime de la haine raciste. Maya profite de la personnalité de sa grand-mère, un pilier de la communauté afro-américaine, et qui lui donnera confiance en elle-même. Elle grandit dans l'amour de la nature et découvre la puissance et la musicalité de la parole en assistant aux offices de l'église. C'est également lors de sa formation religieuse qu'elle apprend à parler en public et à réciter des poèmes. Son père, Bailey Johnson, vient lui rendre visite de temps en temps. À l'âge de 8 ans, elle rend visite, pour la première fois depuis le divorce de ses parents, à sa mère, Vivian Baxter qui vit à Saint Louis, en compagnie de son frère. Pendant ce séjour elle est violée par le compagnon de sa mère, lequel est assassiné quelques jours plus tard par l'oncle de Vivian Baxter. Traumatisée, elle est frappée de mutisme et retourne vivre chez sa grand mère à Stamps. Elle s'enfermera dans le silence pendant six années, ne parlant à personne d'autre que son frère et se plonge dans la lecture. Grâce à une amie de sa grand-mère, Bertha Flowers, une femme cultivée, elle est encouragée dans sa soif de lecture et de découverte de la poésie et elle lui fait découvrir William Shakespeare, Paul Laurence Dunbar et James Weldon Johnson, auteurs qui influeront Maya Angelou de façon durable. Bertha Flowers lui apprend que c'est par la parole et de la manière dont on le déclame que la signification d'un poème prend toute sa dimension, ce lien entre l'écriture et la parole vive marquera l'inspiration de Maya Angelou À ses 15 ans, sa grand-mère lui annonce qu'elle et son frère vont pouvoir vivre chez leur mère qui vit à Oakland en Californie. Suite au remariage de sa mère, la famille s'installe à San Francisco. Maya suit ses études secondaire à la George Washington High School (San Francisco) (en), elle suit également des cours du soir à la California Labor School (en) où elle suit des cours de théâtre et de danse. En 1945, peu de temps après avoir obtenu son diplôme de fin d'études secondaires, Maya tombe enceinte et accouche d'un garçon Clyde Guy Bailey Johnson, montrant à sa mère qu'elle est capable de prendre ses responsabilités, elle part vivre de façon indépendante[1],[2],[3],[4],[5],[6],[7].

CarrièreModifier

La Californie et les débuts difficilesModifier

Alors qu'elle a 18 ans, Maya Angelou, mère célibataire, doit faire divers jobs pour survivre et pourvoir à l'éducation de son fils Guy, conductrice de tramway, cuisinière dans un restaurant de cuisine créole, puis serveuse dans un nightclub, le Hi-Hat de San Diego, elle pose sa candidature pour entrer dans l'armée, mais elle refusée car ayant suivi des cours à la California Labor School, mise sur la liste des organisations communistes, elle est suspectée d'être communiste. Elle tombe amoureuse d'un homme qui la contraint à se prostituer, épisode qui durera un mois. De retour à San Francisco elle obtient un emploi de vendeuse chez un disquaire, où elle découvre la musique de jazz et des chanteurs comme Nat King Cole, Billie Holiday, Sarah Vaugham... En 1949, Maya tombe amoureuse d'un client du magasin, Tosh Angelos, un marin grec, ils se marient en 1952, elle devient Maya Angelos, le couple divorcera en 1955. Entre-temps, grâce à Jorie, une amie chanteuse, Maya est embauchée au cabaret le The Purple Onion (en) de San Francisco comme entraîneuse de bar, danseuse et chanteuse de calypso où elle prend le nom de scène de Rita Johnson ; le directeur du Purple Onion trouve que Rita Johnson n'est pas un nom que l'on retient, il lui demande quel est son prénom elle dit Maya, ce prénom lui convient mais Maya tient à garder son diminutif pour la sphère intime, alors il s'enquiert de son nom elle lui répond Angelos, après des échanges le nom de Maya Angelou est adopté et ne la quittera plus. Jorie qui chante également au Purple Onion la présente à son coach pour qu'elle améliore son jeu de scène à chanter tout en dansant. Le pianiste du Purple Onion découvrant que Maya ne sait pas lire la musique lui apprend alors les rudiments nécessaires de la musique pour qu'elle connaisse au minimum sur quelle tonalité est telle ou telle chanson et parallèlement Maya va se perfectionner en prenant des cours de chant auprès de Frederick Wilkerson qu'elle appelle Uncle Wilkie. Maya devient vite une chanteuse qui connait une célébrité locale auprès de la communauté littéraire et artistique de San Francisco. En plus d'avoir un bon contrat, elle est invitée à chanter à la radio, elle est interviewée par la presse locale, elle sort enfin de la précarité et de l'obscurité. C'est auprès des clients du Purple Onion qu'elle va développer sa culture littéraire et politique et s'y faire des amis. Maya découvre les comédies musicales de George Gershwin et en 1953, elle assiste à une représentation de son opéra Porgy and Bess, où figure la soprano Leontyne Price, elle en sort émerveillée. Quelques mois après grâce à Frederick Wilkerson, la direction du casting de l'opéra rend visite au Purple Onion pour auditionner Maya, elle est retenue pour tenir le rôle de Serena créé par Ruby Elzy, et participer à une prochaine tournée européenne, mais elle ne peut donner suite immédiatement, car elle doit chanter encore un trimestre pour honorer le contrat qui la lie au Purple Onion. Dès la fin de son contrat, Maya se rend à New York où elle passe une audition pour jouer dans une pièce de Truman Capote, Maya expose à ce dernier ses déboires, Truman comprend de suite la situation et contacte la direction de la troupe de Porgy and Bess qui est au Canada juste avant de partir en Europe et c'est ainsi que Maya part en tournée de 1954 à 1955 et confie son fils à son mari et à sa mère. Lors de cette tournée, elle visite des pays tels que l'Italie, la Grèce, l'Espagne, l'URSS et découvre avec surprise des pays où la ségrégation n'existe pas et la facilité des échanges entre le public européen et les artistes afro-américains . De retour à San Francisco, elle trouve un emploi dans une agence de théâtre qui lui permet de jouer dans les théâtres de San Francisco et de sa région, restant ainsi plus proche de sa famille. En 1956, elle après avoir été chanteuse dans un night club de Beverly Hills, elle rejoint une communauté de beatniks à Sausalito, l'expérience tourne court, elle et son fils emménagent dans un bungalow à Laurel Canyon dans la banlieue de Los Angeles et reprend sa carrière de chanteuse. Harry Belafonte provoque un engouement national et international pour le calypso, Maya Angelou inscrit donc des calypsos dans son répertoire, elle en devient la reine locale et en 1957, elle enregistre l'album Miss Calypso pour le label Liberty Records et fait une apparition dans le film musical Calypso Heat Wave (en) où elle chante l'un des titres de son album. Maya commence à se mettre à l'écriture et lors d'une réunion animée par l'écrivain afro-américain John Oliver Killens (en) de passage en Californie, elle prend contact avec lui, lui présente ses écrits et John Oliver Killens l'encourage à écrire, mais il lui conseille d'emménager à New York si elle veut se faire connaître[8],[9],[4],[10],[7],[11],[12].

Un nouveau contexte historiqueModifier

Entre son retour de sa tournée européenne de 1954-1955 et son départ pour New York en 1959, plusieurs événement cruciaux se sont déroulés sur la scène de la lutte des droits civiques : l'arrêt Brown v. Board of Education du qui met fin à la ségrégation scolaire dans l'enseignement public[13],[14],[15], le boycott des bus de Montgomery de 1955-1956 déclenché par Rosa Parks et animé par le jeune pasteur Martin Luther King qui met fin à la ségrégation raciale dans les transports public par l'arrêt Browder v. Gayle du [16],[17],[18],[19],[20]. Le président Dwight D. Eisenhower a promulgué le Civil Rights Act du (Public Law 85-315) . Cette loi établi une Commission des droits civiques, une division des droits civiques au ministère de la Justice et autorise le Procureur général des États-Unis à saisir un tribunal fédéral pour faire respecter et protéger le droit de vote des Afro-Américains, elle interdit les actions de toute personne ayant autorité, y compris des particuliers, visant à intimider, menacer, contraindre les Afro-Américains pour qu'ils ne s'inscrivent pas sur les listes électorales ou de les empêcher de voter comme ils l'entendent. Bien qu’incomplète soit-elle, cette loi est un premier pas pour la prohibition de la ségrégation, elle permet de faire un inventaire de l'ensemble des dispositifs réglementaires ou de contraintes physiques élaborées par des personnes ou des groupes visant à entraver les droits civiques des Afro-Américains et surtout autorise l'État fédéral à mener des actions par voie de justice et donc par la force si nécessaire pour faire observer la déségrégation[21],[22],[23]. L'épisode des Neuf de Little Rock de 1957 soutenu par Daisy Bates et Martin Luther King est un exemple remarquable de l'engagement de l'État fédéral dans le processus de déségrégation[24],[25],[26].

New YorkModifier

En 1959, Maya et son fils s'installent à New York, dans le quartier d'Harlem. Elle rejoint la Harlem Writers Guild (en) fondée par le romancier John Oliver Killens (en)[27], le Dr John Henrik Clarke, Willard Moore et Rosa Guy[28]. Pour gagner sa vie elle se produit dans des cabarets de Greenwich Village en attendant de trouver d'autres sources de revenus. Elle va écouter une conférence de Martin Luther King qui est venu à New York afin de ramener des fonds pour la Conférence du leadership chrétien du Sud (SCLC) et c'est le choc, après la conférence, elle se demande avec d'autres artistes quoi faire pour soutenir ce jeune pasteur. C'est ainsi qu'elle propose, avec un ami l'acteur Godfrey Cambridge (en), à la SCLC la création et l'organisation d'une revue musicale dont les recettes lui seraient reversées. La SCLC donne son accord et Maya Angelou et Godfrey Cambridge mobilisent des artistes pour monter et représenter la revue Cabaret for Freedom[29],[30]. Suite au succès de la revue et à l'engagement de Maya, Bayard Ruskin directeur de la section de la SCLC de New York, l'invite à prendre sa succession pour qu'il reprenne sa place de conseiller auprès de Martin Luther King. Bien que sa carrière chanteuse décolle, l'appel de l'action militante l'emporte sur tout et Maya accepte le poste[31],[4]. Dans le cadre de sa nouvelle mission elle reçoit la visite de Martin Luther King qui l'interroge sur son parcours familial[32].

Maya va s’enthousiasmer pour la révolution cubaine et lorsque Fidel Castro et la délégation cubaine se rendent au siège de l'ONU en 1960, elle quitte son bureau de la SCLC pour se joindre à la foule venue l'acclamer.

La montée du mouvement des droits civiques coïncidant avec les mouvements d'indépendance de l'Afrique, Maya Angelou va soutenir les mouvements d’émancipation des Noirs africains et plus particulièrement les mouvements contre l’apartheid en Afrique du Sud surtout après le massacre de Sharpeville du 21 mars 1960. C'est dans cadre qu'elle invite le militant sud africain Vusumzi Make (en)[33] dit « Vus », compagnon de lutte de Nelson Mandela à donner une conférence aux membres de la SCLC. Dès qu'ils se rencontrent, c'est le coup de foudre réciproque, elle rompt d'avec Thomas Allenson, son compagnon d'alors, pour vivre avec lui, et elle le suit pour un bref séjour à Londres où ils se marient[34],[35].

De retour à New York, Maya est invitée à jouer dans la pièce de Jean Genet The Blacks : a Clown show (Les Nègres). Dans un premier temps elle refuse car si dans la pièce les Noirs vainquent les Blancs, une fois au pouvoir, ils se montrent tout aussi violents, mauvais, racistes que les Blancs, ce qui heurtait les convictions de Maya, pour elle c'était une pièce écrite par un Blanc européen ignorant tout de la réalité américaine. Finalement sur les insistances de son ami le compositeur et percussionniste de jazz Max Roach elle accepte de tenir le rôle de la reine blanche aux côtés de James Earl Jones, Roscoe Lee Brown, Godfrey Cambridge, Louis Gossett et Cicely Tyson. À cause d'un différend avec Jean Genet sur le montant de son cachet, elle quitte la pièce avant la dernière[36].

Étant marié à un activiste sud africain qui mène des actions clandestines, elle commence à être harcelée par la police et à la suite d'une perquisition, elle reçoit un avis d'expulsion de son appartement, elle cherche un réconfort auprès de sa mère Vivian en se rendant avec son fils à San Francisco, mais la présence du nouveau mari de sa mère, un alcoolique, crée des difficultés et finalement elle part au Caire avec son fils rejoindre son époux[37].

L'AfriqueModifier

 
Maya Angelou récitant son poème On the Pulse of Morning lors de l'Inauguration Day de Bill Clinton en 1993.

En 1963, Maya Angelou, son fils et Vusumzi Make (en), vont séjourner pendant deux ans au Caire. Cette même année de 1963, les États-Unis sont marqués par des événements sanglants comme l'attentat de l'église baptiste de la 16e rue commis par le Ku klux Klan où quatre jeunes adolescentes afro-américaines ont trouvé la mort, le meurtre de Medgar Evers, par un membre du Klan et l'assassinat du président John Fitzgerald Kennedy[38]. Maya commence à travailler comme reporter pour le magazine anglophone Arab Observer (en). Le fait qu'elle ait obtenu un emploi, sans consulter son époux, heurte Vusumzi car dans sa culture une femme mariée n'a pas à travailler c'est humiliant pour son mari. Mais Maya arrive à le faire changer d'avis. Peu à peu, elle se professionnalise, écrit des reportages qu'elle lit à la radio du Caire. Son nouvel emploi lui donne un sens nouveau à sa vie et elle questionne son union avec Vusumzi, elle sait que son mariage va finir, ils divorcent en 1963. Après que son fils ait achevé ses études secondaires, elle part au Ghana où son fils suivra ses études à l'université du Ghana à Accra. Arrivés à Accra Maya et son fils découvrent un pays où les policiers, les fonctionnaires, les professeurs, les hommes d'affaires, etc., sont noirs, et elle rejoint la communauté des expatriés afro-américains d'Accra. Elle visite le port Cape Coast, où les marchands d'esclaves livraient leur butin aux négriers. Maya est déchiré par sa double identité d'Africaine et d'Américaine, et ce ne sont pas les habitants du Ghana préoccupés par leurs propres problèmes qui vont l'aider, les Ghanéens sont globalement indifférents aux Afro-Américains, elle prend conscience que l'Afrique ne peut être sa patrie[39].

1963, est une année qui marque Maya, en plus de la montée du mouvement des droits civiques, le 27 août 1963 W. E. B. Du Bois, l'un des fondateurs historiques de la NAACP, décède à Accra où il vivait depuis 1961 ! en participant à une marche d'hommage à W.E.B Du Bois à l'ambassade des États-Unis, elle prend conscience qu'elle peut être physiquement en Afrique mais que son coeur est américain, que son histoire comme celle des Afro-Américains et une histoire américaine même si son poids est lourd à porter[40].

En 1964, Malcolm X qui vient d'un pèlerinage à La Mecque après s'être converti à l'Islâm sunnite, rencontre la communauté afro-américaine d'Accra, il surprend son auditoire par ses paroles pacifistes où il parle de ses frères blancs, lui qui auparavant parlait « des diables blancs  ». Malcolm X lui propose un poste à New York au sein de l'Organisation pour l'unité afro-américaine (OAAU), qu'il a créée le 28 juin 1964. Après des hésitations, Maya prend conscience que si son séjour en Afrique fut nécessaire pour mieux se comprendre, donner sens à sa vie, maintenant elle sait qu'elle va devoir continuer sa quête d'elle-même aux États-Unis[41].

Le retour aux États-UnisModifier

Maya Angelou retourne aux États-Unis en février 1965, peu de temps après son arrivée, elle est affligée par la tragédie qui frappe son ami Malcolm X alias Malek El-Shabazz, entre lui et Nation of Islam, la tension ne cesse alors de croître. Le , sa maison fait l'objet d'un attentat à la bombe. Le dirigeant de Nation of Islam Louis Farrakhan écrit : « Un tel homme est digne de mourir »[42]. Le , Malcolm X prononce un discours dans l'Audubon Ballroom situé au carrefour du 3940, Broadway et la West 165° Street dans le quartier des Washington Heights[43], il se tient devant un auditoire de quatre cents personnes, dont son épouse et ses enfants. Le discours commence à peine lorsqu'une dispute éclate dans la foule, un homme en accusant un autre de lui fouiller les poches. Malcolm X, au micro, les appelle au calme lorsqu'un membre des Black Muslims s'avance vers lui avec un fusil à canon scié ; touché au ventre, Malcolm X tombe en arrière, tandis que deux autres personnes lui tirent vingt et une fois dessus avec des revolvers. Malcolm X est emmené à l'hôpital le plus proche le Columbia University Irving Medical Center, il y décède peu de temps après son arrivée[44]. Par ailleurs, le pays est en pleine effervescence, la guerre du Viêtt Nam s'intensifie, des États du Sud refusant l'adoption du Civil Rights Act du 2 juillet 1964[45] déclenchent des manœuvres dilatoires pour diminuer, voire neutraliser cette loi, déclenchant des manifestations qui virent aux émeutes du fait des violences exercées par les forces de police des États réfractaires[46]. L'État le plus rebelle est celui de l'Alabama gouverné par George Wallace, partisan intransigeant de la ségrégation, qui s'était fait élire en 1963 avec le slogan « Ségrégation maintenant, ségrégation demain, ségrégation pour toujours »[47],[48]. Pour protester contre les entraves à l’application de la loi, des militants afro-américains sous la direction d'Amelia Boynton Robinson (dont la famille était en pointe sur la question du droit de vote depuis les années 1950)[49], Martin Luther King, James Bevel et Hosea Williams organisent ce qui deviendra les marches de Selma à Montgomery la capitale de l'Alabama qui auront lieu les 7, 9 et 25 mars 1965[50]. Le lors de la première de ces marches, menée par Hosea Williams et John Lewis[51],[52], en l'absence de Martin Luther King, 600 manifestants pour les droits civiques quittent Selma pour tenter de rejoindre Montgomery, la capitale de l'État, afin de présenter leurs doléances au moyen d'une marche pacifique. Ils sont arrêtés au bout de quelques kilomètres au pont Edmund Pettus par la police locale, sous les ordres du shérif Jim Clark (sheriff)[53],[54],[55],[56] et une foule hostile de blancs ségrégationnistes qui les repoussent violemment à coup de matraques et de gaz lacrymogène. Près de 84 blessés ont été dénombrés dont Marie Foster (organisatrice de la marche pour le Comté de Dallas), John Lewis, Amelia Boyton, etc[57],[58]. Les images d'Amelia Boynton Robinson, tombée sous les coups des policiers, et inanimée sur le pont Edmund Pettus, feront le tour du monde à la suite de leur publication par la presse nationale[59],[60],[61],[62]. John Lewis supplie le président Lyndon B.Johnson d’intervenir en Alabama[63],[64]. La sauvagerie de la répression policière fait le tour du monde, ce dimanche prend le triste nom de Bloody Sunday (dimanche sanglant). Cette marche avec la répression qui en a suivie sera un des événements qui conduiront le à la promulgation du Voting Rights Act de 1965 interdisant les discriminations raciales dans l'exercice du droit de vote[65],[66],[67].

Dévastée par l'assassinat de son ami et mentor Malcolm X, son fils vient la rejoindre pour la soutenir et ils partent s’installer à Hawaï. Là elle reprend son métier de chanteuse et est embauchée par un night club le Encore, bien qu'elle n'ait pas chanté depuis plusieurs années, elle retrouve vite son professionnalisme passé. Au bout de six mois, elle se décide à rejoindre le continent, elle emménage à Los Angeles où elle peut reprendre contact avec des amies telles que les actrices Frances E. Williams (en) ou Beah Richards. Au mois d'août 1965, éclatent à Los Angeles les Émeutes de Watts, qui feront plus de trente morts et plus de 1 000 blessés[68],[69], Maya ne peut se contenter de voir les événements à la télévision, elle se mêle aux émeutiers pour être témoin de la violence et de la rage qui habitent les Afro-Américains et elle éprouve la nécessité de l'exprimer par la voie artistique[70].

Après avoir vainement tenté de faire jouer sa pièce de théâtre All Day Long et de faire se publier, Maya comprend que sa place n'est pas à Los Angeles, aussi retourne-t-elle à San Francisco en compagnie de son amie Rosa Guy où elles vont habiter ensemble dans l'appartement de cette dernière à New york[71]. Mais, alors qu'elle est encore à San Francisco, Rosa Guy est victime d'un accident de la circulation et est transportée d'urgence à l'hôpital dans un état sérieux, Maya rend visite à Rosa tous les jours. Une fois guérie, Rosa vient s’installer chez la mère de Maya, étant assurée qu'elle sera bien soignée durant sa convalescence, Maya emménage dans l'appartement de Rosa Guy situé dans le quartier de l'Upper West Side à New York où elle fait la connaissance de celui qui devient son ami et son frère James Baldwin et de celle qui devient aussi son amie et sa soeur Dolly McPherson[72] qui écrira un livre consacrée à Maya (Order Out of Chaos: The Autobiographical Works of Maya Angelou) et renoue avec des amis de la Harlem Writers Guild comme John Oliver Killens, Julian Mayfield (en) et son épouse Ana Livia Cordero (en)[73],[74],[75].

En 1968, Maya se rend à la cérémonie d'hommage à W.E.B. Du Bois ( en mémoire du cinquième anniversaire de sa mort au Ghana en 1963) qui se tient au Carnegie Hall, elle écoute l'éloge funèbre prononcée par Martin Luther King qui rappelle le vœu de Du Bois à rassembler les différents peuples de la terre par delà les couleurs de peau afin de préparer un avenir meilleur pour les États-Unis et le monde. Après la fin de la cérémonie, Maya Angelou accompagnée par James Baldwin va rencontrer Martin Luther King, lors de leur conversation, il demande à Maya quels sont ses projets, elle lui répond qu'elle en train d'écrire deux pièces de théâtre The Clawing Within et Adjoa Amissa ; Martin Luther King lui parle de son projet d'organisation d'une « marche des pauvres  » sur Washington (district de Columbia) qui rassemblerait des pauvres de toute origine et si elle voudrait bien rejoindre la Poor People's Campaign (en) (campagne des pauvres) en faisant le tour de différentes églises pour obtenir des fonds, elle donne son accord mais qu'elle ne commencera qu'après avoir fêté son anniversaire qui aura lieu le . Alors qu'elle est en plein préparatif de son anniversaire, elle apprend avec stupeur l'assassinat de Martin Luther King qui vient de se produire. Elle est effondrée les deux grands leaders de la cause afro-américaine Malcolm X et Martin Luther King ont été tués[76],[77].

Si l'année 1968 fut une année tragique, elle est aussi l'année d'un nouvel envol pour Maya. La filiale de la Public Broadcasting Service (PBS) de San Francisco lui passe une commande pour réaliser une série télévisée de 10 épisodes d'une heure chacun sur la culture afro-américaine. Ne connaissant rien à la production audio-visuelle, elle fait appel à un ami Gerard "Jerry" Purcell[78] qui lui fera office d'agent artistique. La série a pour titre Blacks, Blues, Black ! et a pour thème les interactions entre la culture occidentale et la culture africaine, Maya est la narratrice des épisodes[79]. Le directeur de collection des éditions Random House, Robert Loomis (en) , qui a commencé à voir la série, lui écrit pour lui demander si elle voudrait rédiger une autobiographie qu'il publierait[80],[81]. Dans un premier temps Maya refuse la proposition, jugeant qu'elle est encore trop jeune pour écrire une autobiographie, mais Robert Loomis insiste, et pour obtenir l'adhésion de Maya, il lui dit « Miss Angelou c'est un plaisir de converser avec vous, et je comprends qu'il vous soit difficile de rédiger votre autobiographie car c'est la chose la plus difficile qui soit », Maya piquée au vif lui répond « Je la ferai ! »[82],[83].

I Know Why the Caged Bird SingsModifier

Maya se met à l'écriture de son autobiographie, mais elle tient à lui donner une autre dimension que l'histoire de sa vie, que ce soit un témoignage de l'expérience spécifique des Afro-Américains, de leur dignité. Quand en 1969, le livre est publié sous le titre de I Know Why the Caged Bird Sings, c'est un succès, c'est le premier ouvrage de cette sorte écrit par une Afro-Américaine qui figure sur la liste des best-sellers de sa sortie jusqu'en 2009, comme l'indique l'American Library Association[84],[85]. Le livre sera traduit dans différentes langues, lu et commenté dans les universités, il est salué comme un nouveau genre de mémorialiste. La force du livre tient principalement au style poétique et lyrique de la narration[86],[87].Cette première autobiographie est suivie de six autres livres autobiographiques : Gather Together in My Name (1974), Singin' And Swingin' And Gettin' Merry Like Christmas (1976), The Heart of a Woman (1981), All God's Children Need Traveling Shoes (1986), A Song Flung Up to Heaven (2002) et Mom & Me & Mom (2013), chaque volume développe de façon progressive la compréhension que Maya a d'elle même, de ses diverses expériences en tant femme afro-américaine confrontée aux diverses discriminations, de jeune fille violée, des tentations de la drogue, de militante du mouvement américain des droits civiques. De façon plus spécifique I Know Why the Caged Bird Sings est le récit d'une enfant qui devient adolescente et découvre les difficultés à survivre dans un monde de violence, qui commence par la séparation tumultueuse de ses parents, son éducation auprès de sa grand-mère, de son viol et du meurtre de son agresseur et qui s'achève au moment où Maya, jeune mère célibataire, va montrer sa capacité à se prendre en charge, à être responsable d'elle même et de son enfant en quittant le foyer maternel pour mener une vie indépendante. Sens des responsabilités, volonté de vivre par delà les blessures reçues, d'où le titre de I Know Why the Caged Bird Sings / Je sais pourquoi chante l'oiseau en cage[88]. Maya Angelou est l’une des premières femmes afro-américaines à avoir exposé sa vie personnelle de façon publique et libre, liberté nouvelle qui la démarque des autres biographies rédigées par des auteures afro-américaines. Le critique littéraire Hilton Als (en) dans son article Songbird, Maya Angelou takes another look at herself (in The New-Yorker du ) rapporte diverses appréciations, celle de l'universitaire afro-américaine Mary Helen Washington (en) « Les femmes noires du XIXe et du début du XXe siècles qui écrivaient leurs autobiographies avaient été figées dans la conscience de soi par la nécessité de défendre les femmes et les hommes noirs contre les stéréotypes racistes et dominants. Reléguées aux marges de la vie, elles ont eu du mal à se réécrire en personnages centraux. »,et toujours dans le même article, celle de l’écrivain afro-américain Julian Mayfield (en) qui qualifie I Know Why the Caged Bird Sings d'œuvre d’art qui échappe à la description, que les autobiographies de Maya Angelou ont créé un précédent non seulement pour d’autres écrivaines afro-américaines mais pour l’autobiographie afro-américaine dans son ensemble, qu'elle a su renouveler un genre fatigué, usé, formaté par les stéréotypes[89]. Selon le linguiste et professeur de littérature anglaise John McWhorter (en) les œuvres d’Angelou sont une apologie de la culture afro-américaine envers les préjugés racistes, qu'elle a montré que les écrivains afro-américains étaient tout aussi capables de manier l'anglais académique le plus formel que la langue des rues, directe, plus crue mais tout aussi authentique et que cette dernière était tout aussi riche de nuances que la langue littéraire[90],[91].

Le succès littéraire et les nouvelles opportunitésModifier

Le succès de I Know Why the Caged Bird Sings et sa reconnaissance ouvrent de nouvelles perspectives pour Maya, elle est invitée par l'université du Kansas en tant que Poet resident pour partager son expérience de l'écriture, elle est également nommée membre de l'Université Yale. La Columbia l'invite pour venir à Hollywood afin d'écrire un scénario d'adaptation filmographique du roman d'Alex Haley The Autobiography of Malcolm X . En 1971, son premier recueil de poèmes Just Give Me a Cool Drink of Water 'Fore I Diiie, est publié, c'est un second succès littéraire, il est sélectionné pour le prix Pulitzer de la poésie, et elle est invitée à donner des conférences à l'Université Wake Forrest de Winston-Salem en Caroline du Nord. Maya fait maintenant partie de la nouvelle génération des écrivaines afro-américaines aux côtés de Nikki Giovanni, Sonia Sanchez, et Jane Cortez. En 1971 elle écrit un projet de film Georgia, Georgia qui narre une histoire d'amour interracial entre deux américains vivants en Afrique, le film est produit en Suède en 1972, par les studios Cinerama qui après avoir écarté Maya de la réalisation la confie à Stig Björkman avec Diana Sands et Dirk Benedict dans les rôles principaux[92], Maya est déçue car le film est mis en scène par une personne qui ne connait rien à la complexité socio-culturelle américaine et afro-américaine, mais comprenant cette décision, lorsqu'elle retourne aux États-Unis, elle se met prendre de cours de mise en scène cinématographique à l'American Film Institute (AFI) de Los Angeles. La même année, lors d'un séjour à Londres, elle rencontre l'écrivain gallois Paul du Feu (en), c'est le coup de foudre, ils se marient en 1973 à la Glide Memorial Church (en) de San Francisco ; après s'être installé à Los Angeles, le couple décide d'emménager dans la Sonoma Valley dans le nord de la Californie. Là en plus de sont travail d'écriture, Maya donne des conférence à l'université d'État de Californie à Sacramento et s'adonne à sa passion de la gastronomie en s'offrant une collection de livres de recettes de cuisine. Maya continue toujours le théâtre, en janvier 1973, elle joue dans la pièce Look Away de Jerome Kilty (en) montée au Playhouse Theatre (New York City) (en) où elle tient le rôle d'Elizabeth Keckley[93], sa prestation lui vaut une nomination pour le Tony Award[94]. Dans le cadre de ses études à l'AFI elle tourne un court-métrage All day long qu'elle produit[95],[96],[79].

La reconnaissanceModifier

En 1974, sort le second volume de son autobiographie Gather Together in My Name, et elle rédige une adaptation de la tragédie de Sophocle Ajax qui sera montée au théâtre le Mark Taper Forum (en) de Los Angeles[97]. En 1975, le président Gerald Ford, l’intègre au conseil d'organisation des fêtes du Bicentenaire des États-Unis[98].

Après la parution en 1975 de son second recueil de poésie Oh Pray My Wings Are Gonna Fit Me Well, la Fondation Rockfeller choisit Maya Angelou pour faire partie des quinze chercheurs invités au Bellagio Study and Conference Center[99] au bord du lac de Côme en Italie. Maya s'y rend avec son époux Paul du Feu, sur place elle montre ses qualité culinaires, un soir, elle prend la place du chef-cuisinier en accommodant une dinde à sa manière où elle mélange ses recettes avec la cuisine italienne, pour elle ce plat est aussi un moyen, comme pour la dinde de Thanksgiving, de transmettre un message de rapprochement entre les peuples, les sexes et les cultures. Durant son séjour à Bellagio, elle achève la rédaction du troisième volume de son autobiographie Singin' And Swingin' And Gettin' Merry Like Christmas qui parait en 1976[100].

La confirmationModifier

En 1977, elle joue dans la mini-série Racines réalisée d'après le roman Racines (roman, Haley) écrit par son ami Alex Haley, où elle tient le rôle de Ngo Boto la grand mère de Kunta Kinte dans deux épisodes, sa prestation lui vaudra une nomination aux Emmy Awards[101],[102].

En 1978, Maya publie son troisième recueil de poésie And Still I Rise. C'est au moment où sa célébrité est bien assise que son couple bat de l'aile, le divorce est prononcé en 1981. Après le divorce Maya emménage à Winston Salem dans la Caroline du Nord et publie le quatrième volume de son autobiographie The Heart of a Woman [103]. En 1982, ayant eu vent de son arrivée, l’Université Wake Forrest (située elle aussi à Winston Salem) propose à Maya de tenir la chaire de littérature anglaise, elle donne son accord mais avec une clause, elle n'enseignera qu'un semestre par année universitaire, afin de pouvoir se consacrer le reste du temps à l'écriture[104],[105].

Après avoir publié son quatrième de poésies Shaker, Why Don't You Sing ? elle commence la rédaction de son premier livre pour enfants Mrs. Flowers: A Moment of Friendship qui sera édité le . Régulièrement elle se rend au Royaume-Uni, car elle y apprécie les excentricité des britanniques et la richesse de la langue anglaise. Bien que Maya ait pris ses distances vis à vis d'Hollywood, elle n'oublie pas son intérêt pour le cinéma et c'est à Londres qu'elle va réaliser Moon on a Rainbow Shawl.

En 1988, Maya fête ses 60 ans, alors qu'à cet âge la plupart des personnes songent à leur retraite, Maya prend sa vitesse de croisière, elle écrit, enseigne, et des milliers de personnes viennent remplir les églises et les salles pour écouter ses conférences, ou se précipitent lors de séances de dédicaces, elle est invitée de toutes parts à des banquets, à donner des interviews à la radio, à la télévision à des journalistes de la presse nationale. Ses diverses prises de paroles sont émaillées de pointe d'humour, Maya aime rire et conclue souvent ses interventions en se mettant debout, le bras levé et son index montrant le ciel en disant « And Still I Rise / Et je me dresse encore »[106].

La figure nationaleModifier

En 1993, alors que Maya va sur ses 65 ans, le président Bill Clinton la contacte pour qu'elle lui rédige et lise un poème pour sa cérémonie d'investiture. Consciente des enjeux de sa présence à cet événement, elle relit les oeuvres de W.E.B Du Bois, de Frederick Douglass, de la poète Frances Ellen Watkins Harper puis elle s'isole dans une chambre d’hôtel, demande au personnel de ne pas la déranger. Pour seuls livres, elle a la Bible et le Roget's Thesaurus (en)[107]. C'est avec beaucoup d'émotions qu'elle rédige On the Pulse of Morning (en), un poème de 668 mots qui reprend les thèmes de prédilection de Maya, les êtres humains sont plus semblables que leurs différences, que l'Amérique est capable de parvenir à l'unité et à la paix, c'est un appel pour la paix, la justice et l'harmonie, la fraternité dans lequel elle partage ses espérances en tant que citoyenne américaine, militante des droits civiques, femme et enseignante. Le , alors qu'elle est face à Nation et aux télévisions du monde, elle commence par une courte introduction « Je n'arrive pas à réaliser où je suis, j'essaie de me mettre à distance, je suis effrayé à l'idée de perdre le fil de mon poème. », puis la magie de son art de la déclamation issue des traditions orales afro-américaines fait son effet[108],[109],[110],[111],[112].

Pour son anniversaire de ses 65 ans, Oprah Winfrey organise une fête sur un yacht où ne sont admis que les amis intimes[113]. Oprah est une amie de longue date, ayant des points communs l'une comme l'autre ont été élevées par leur grand mère, ont été violées lorsqu'elles étaient encore des enfants, elles sont passionnées de littérature et toutes les deux ont su dépasser leurs épreuves, développer une joie de vivre et devenir des humanistes. Lorsque Maya est l'invitée du Oprah Winfrey Show en juillet 1993, l'émission est suivie par une large audience liée à son apparition lors de la cérémonie d'investiture du président Bill Clinton[114].

Son poème On the Pulse of Morning connaît de multiples éditions, Maya décide de faire un enregistrement de ce poème qui lui vaut d'être lauréate d'un Grammy Award en 1993[115], en regard de ce succès elle recommence l'expérience en enregistrant plusieurs de ce poèmes au sein d'un album Phenomenal Woman qui sera couronné par un second Grammy Award en 1995[116]. Les ventes de ses livres bondissent, connaissant en moyenne une augmentation de 600 %, I Know Why the Caged Bird Sings, qui s'était vendu à plus de deux millions d'exemplaires, suscite un regain d'intérêt et restera pendant 143 semaines dans la liste des meilleures ventes et devient un livre de référence au sein des écoles. Maya est devenue une icône nationale, lors d'une interview elle déclare « avant que je me promenais dans la rue, sur cent personnes que je croisais seules dix me reconnaissaient, maintenant c'est quarante ! »[117].

Elle continue sa production de livres pour enfants Life Doesn't Frighten Me en 1993 avec des illustrations de Jean Michel Basquiat , My Painted House, My Friendly Chicken, and Me en 1994 et Kofi and His Magic en 1996[118].

En 1994, Maya reçoit la médaille Spingarn qui est plus haute distinction décernée par la National Association for the Advancement of Colored People (NAACP)[119].

Maya est appelée à d’autres manifestations officielles, le elle lit un de ses poèmes A Brave and Startling Truth lors des cérémonies célébrant le cinquantième anniversaire de l'Organisation des Nations Unies[120] et trois mois plus tard, le , elle participe à la Million Man March aux côté de Rosa Parks. En 1996, elle est nommée ambassadrice nationale par l'Unicef afin de promouvoir ses actions et récolter des fonds. Elle est demandée pour tenir des conférences dans diverses universités, rien qu'en 1996 elle a gagnée deux millions de dollars pour la tenue de ses conférences[121].

En 1998, elle revient derrière la caméra en dirigeant Down in the Delta (version française Loin d'ici (film)) avec Alfre Woodard, Al Freeman Jr., Esther Rolle, Wesley Snipes, Loretta Devine. Maya identifie son travail de réalisatrice à celui d'écrivaine « J'en viens à considérer la caméra comme mon stylo, laissant mon stylo écrire l'histoire. ». Le film a pour objet une famille qui se brise et qui se recompose et Maya précise que « Cette histoire et celle d'une famille noire, mais elle aurait pu tout aussi bien être celle d'une famille irlandaise ou d'une famille juive, elle aurait pu aussi bien avoir pour cadre la ville de Canton dans l'Ohio que la ville de Canton en Chine ». Pour la petite histoire Wesley Snipes a renoncé à un rôle qui lui aurait rapporté 80 millions de $ pour travailler avec Maya[122].

Maya Angelou finit le XX° siècle adulée de toutes parts, elle fait partie des quelques personnalités comme Bill Gates qui sont le plus invitées à donner des conférences dans les universités de la Californie au Massachusetts, du Dakota du Sud à la Floride, elle est classée par le magazine littéraire Writer's Digest (en) comme faisant partie des 100 meilleurs écrivains du XX° siècle[123],[124].

La sage du mondeModifier

Maya aborde le XXI° siècle en tant que légende vivante afro-américaine de dimension internationale aux côtés de Oprah Winfrey, Tiger Woods, Michael Jordan, Colin Powell... En 2000, le président Bill Clinton lui remet la National Medal of Arts en disant à son sujet « Maya Angelou a montré au monde le pouvoir de rédemption, de résilience de l'art. ». Le Washington Post comme le Times, Marie Claire et le Guardian célèbrent et célébreront sa sagesse[125],[126],[127],[128], le Los Angeles Times et le New York Times la qualifient de diva de la culture [129],[130],[131].

Malgré son âge, Maya continue à parcourir les États-Unis pour briser les barrières entre les communautés, inciter les jeunes à se cultiver. Elle commence une nouvelle série de romans pour enfants ce sont les différents volumes du Maya's World. En même temps qu'elle achève la rédaction de deux derniers volumes de son autobiographie A Song Flung Up to Heaven et Mom & Me & Mom, elle se lance à partir de 2004 dans l'écriture de livres de recettes culinaires avec Hallelujah! the Welcome Table: A Lifetime of Memories with Recipes, suivi de Great Food, All Day Long: Cook Splendidly, Eat Smart: A Cookbook (2010) ; chaque recette est accompagnée de commentaires où elle rapporte où et comment elle a découvert tel ou tel plat lors de ses nombreux voyages à travers le monde[132].

Maya s'éteint en 2014, à la suite de plusieurs accidents cardiaques qui l'avaient diminuée.

Vie personnelleModifier

En 1952, Maya Angelou épouse Tosh Angelos, le couple divorce en 1955[133],[134],

En 1960, elle épouse le militant sud africain Vusimuzi Linda Make dit Vuz, le couple divorce en 1963[33].

En 1973, elle épouse l'écrivain gallois Paul du Feu (en) qui venait de quitter la militante féministe Germaine Greer, cette union sera la plus longue, le couple divorce en 1981, Paul et Maya garderont des relations d’amitiés[128],[135],[136].

Le , Maya Angelou décède des suites d’une longue maladie, après avoir été trouvée inconsciente dans sa maison de Winston-Salem [128],[137], quelques jours après avoir annulé une apparition au Beacon Awards de Houston où elle devait être honorée[138]. Elle avait 86 ans.

Dès l'annonce de sa disparition, le président Barack Obama lui rend hommage en disant : « Aujourd'hui, Michelle et moi nous joignons à des millions de personnes dans le monde pour nous souvenir de l'une des lumières les plus brillantes de notre temps - une écrivaine brillante, une amie à toute épreuve et une femme vraiment phénoménale », ajoutant:« Elle a inspiré ma propre mère à nommer ma sœur Maya. »[139],[130].

Après ses funérailles, sa dépouille a été incinérée et ses cendres ont été dispersées[140].


ArchivesModifier

Les archives de Maya Angelou sont déposées et consultables auprès de la New York Public Library et son annexe l'Arthur Schomburg Center for Research in Black Culture[141].

ŒuvresModifier

Autobiographies en 7 volumesModifier

  • Volume 5 : (en-US) All God's Children Need Traveling Shoes, Random House, 12 mars 1986, rééd. 20 mai 1997, 232 p. (ISBN 9780679457749, lire en ligne)

PoésiesModifier

EssaisModifier

  • (en-US) Wouldn't Take Nothing for My Journey Now, Bantam, 21 septembre 1993, rééd. 12 mai 1997, 127 p. (ISBN 9780553380170, lire en ligne),
  • (en-US) Letter to My Daughter, Random House, 1987, rééd. 23 septembre 2008, 192 p. (ISBN 9781400066124),
  • (en-US) Even The Stars Look Lonesome, Random House, 24 janvier 1996, rééd. 1998, 164 p. (ISBN 9780679774419, lire en ligne),
  • (en-US) Hallelujah! the Welcome Table: A Lifetime of Memories with Recipes, Random House, , 248 p. (ISBN 9781400062898, lire en ligne),
  • (en-US) Great Food, All Day Long: Cook Splendidly, Eat Smart: A Cookbook, Random House, , 184 p. (ISBN 9781400068449, lire en ligne),
  • (en-US) Rainbow in the Cloud: The Wisdom and Spirit of Maya Angelou, Random House / Center Point Large Print, 28 octobre 2014, rééd. 2015, 152 p. (ISBN 9781628994537, lire en ligne),*

Livres pour enfantsModifier

  • (en-US) Mrs. Flowers : A Moment of Friendship, Redpath Press, , 32 p. (ISBN 9781556280092),
  • (en-US) Life Doesn't Frighten Me (ill. Jean-Michel Basquiat), Harry N. Abrams, 6 février 1993, rééd. février 1996, 32 p. (ISBN 9781556702884),
  • (en-US) My Painted House, My Friendly Chicken, and Me, Clarkson Potter, Inc, , 48 p. (ISBN 9780517596678, lire en ligne),
  • (en-US) Kofi and His Magic, Crown Books for Young Readers, 1996, rééd. 11 mars 2003, 48 p. (ISBN 9780375825668),
  • (en-US) Maya's World: Angelina of Italy, Random House Books for Young Readers, , 32 p. (ISBN 9780375828324, lire en ligne),
  • (en-US) Maya's World: Izak of Lapland, Random House Books for Young Readers, , 32 p. (ISBN 9780375828331, lire en ligne),
  • (en-US) Maya's World: Mikale of Hawaii, Random House Books for Young Readers, , 24 p. (ISBN 9780375928352),
  • (en-US) Maya's World: Renee Marie of France, Random House Books for Young Readers, , 24 p. (ISBN 9780375828348),

ThéâtreModifier

  • 1966 : The Least of These
  • 1974 : rédaction d'une adaptation de la tragédie Ajax de Sophocle,
  • 1976 : And Still I Rise

Editions francophonesModifier

  • (fr) Je sais pourquoi chante l'oiseau en cage [« I Know Why the Caged Bird Sings, »] (trad. de l'anglais américain par Christiane Besse), Le Livre de Poche, , 352 p. (ISBN 978-2253127536),
  • (fr) Rassemblez-vous en mon nom [« Gather Together in My Name »] (trad. de l'anglais américain par Christian Besse), Les Editions Noir Sur Blanc, , 266 p. (ISBN 978-2882506443),
  • (fr) Tant que je serai noire [« The Heart of a Woman »] (trad. Lori Saint-Martin & Paul Gagné), Librairie Générale Française, , 409 p. (ISBN 978-2253127543),
  • (fr) Un billet d'avion pour l'Afrique [« All God's Children Need Traveling Shoes »] (trad. de l'anglais américain par Lori Saint-Martin & Paul Gagné), Les Allusifs Editions, , 226 p. (ISBN 978-2923682143),
  • (fr) Lady B [« Mom & Me & Mom »] (trad. de l'anglais américain par Claire Chabalier & Louise Chabalier), Buchet Chastel, , 192 p. (ISBN 978-2283027394),
  • (fr) La vie ne me fait pas peur [« Life Doesn't Frighten Me »] (trad. de l'anglais américain par Santiago Artozqui, ill. Géraldine Alibeu), Seghers, , 45 p. (ISBN 978-2232128356),*

ThéâtreModifier

Réalisation audio-visuelleModifier

ScénariosModifier

FilmsModifier

TélévisionModifier

  • 1968: Black, Blues, Black, PBS série de dix épisodes[146]
  • 1975 : Assignment America, PBS série de six épisodes
  • 1976 : The Legacy
  • 1976 : The Inheritors
  • 1979 : I Know Why the Caged Bird Sings
  • 1982 : Sister, Sister
  • 1988 : Trying to Make It Home
  • 1988 : Maya Angelou's America: A Journey of the Heart
  • 1990-1991 : Brewster Place
  • 1996 : Angelou on Burns

RéalisationModifier

  • 1974 : All Day Long
  • 1976 : mise en scène et adaptation théâtrale de son poème And Still I Rise,
  • 1988 : mise en scène de Moon on a Rainbow Shawl par Errol John (en),
  • 1998 : Down in the Delta[147],

DiscographieModifier

Musiques de filmsModifier

 
Maya Angelou recevant la médaille présidentielle de la Liberté des mains de Barack Obama en 2011.

Prix et distinctions (sélection)Modifier

HommagesModifier

Notes et référencesModifier

  1. (en) « Maya Angelou | Biography, Books, Poems, & Facts », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 9 juin 2019)
  2. (en-US) « Maya Angelou | Encyclopedia.com », sur www.encyclopedia.com (consulté le 9 juin 2019)
  3. (en-US) « Maya Angelou », sur www.u-s-history.com (consulté le 9 juin 2019)
  4. a b et c (en-US) Steven G. Kellman, Magill's Survey Of American Literature, volume 1, Salem Press, 1 septembre 2006, rééd. 2007, 469 p. (ISBN 9781587652851, lire en ligne), p. 90
  5. (en-US) Anne Commire & Deborah Klezmer (dir.), Women in World History : a Biographical Encyclopedia, vol.1, Yorkin Publications, , 666 p. (ISBN 9780787637361, lire en ligne), p. 333-335.  
  6. (en-US) Marcia Ann Gillespie, Maya Angelou: A Glorious Celebration, Doubleday Books, , 191 p. (ISBN 9780385511087, lire en ligne), p. 9-29
  7. a et b (en-US) Gail B. Stewart, Maya Angelou, Lucent Books, , 107 p. (ISBN 9781420500929, lire en ligne), p. 11-29
  8. (en) Poetry Foundation, « Maya Angelou », sur Poetry Foundation, (consulté le 9 juin 2019)
  9. (en-US) DeNeen L. Brown, « Maya Angelou honored for her first job as a street car conductor in San Francisco », The Washington Post,‎ (lire en ligne)
  10. (en-US) Gail B. Stewart, Op. cit., p. 45-62
  11. (en-US) Marcia Ann Gillespie, Op. cit., p. 47-49
  12. (en-US) Nancy Shuker, Maya Angelou, Blackbirch Press, 1990, rééd. 1 mars 2001, 131 p. (ISBN 9781567115062, lire en ligne), p. 65-77
  13. (en) « Brown v. Board of Education of Topeka | Definition, Facts, & Significance », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 31 janvier 2021)
  14. (en-US) « FindLaw's United States Supreme Court case and opinions. », sur Findlaw (consulté le 24 septembre 2020).
  15. (en-US) « Brown v. Board of Education of Topeka, 347 U.S. 483 (1954) », sur Justia Law (consulté le 24 septembre 2020).
  16. (en) « Rosa Parks | Biography & Facts », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 25 septembre 2020).
  17. (en-US) Politics B. A., « Browder v. Gayle: Court Case, Arguments, Impact », sur ThoughtCo (consulté le 26 septembre 2020).
  18. (en-US) « 'Browder v. Gayle' », sur Teaching Tolerance, (consulté le 26 septembre 2020).
  19. (en-US) « Browder v. Gayle, 142 F. Supp. 707 (M.D. Ala. 1956) », sur Justia Law (consulté le 26 septembre 2020).
  20. (en-US) « Gayle v. Browder », sur Oyez.org (consulté le 26 septembre 2020).
  21. (en-US) « The Civil Rights Act of 1957 | US House of Representatives: History, Art & Archives », sur history.house.gov (consulté le 26 septembre 2020).
  22. (en-US) « Civil Rights Act Of 1957 | Encyclopedia.com », sur www.encyclopedia.com (consulté le 26 septembre 2020).
  23. (en-US) « Public Law 85-315 ».
  24. (en-US) « The Little Rock Nine »
  25. (en) « Daisy Bates and the Little Rock Nine », sur NPR.org (consulté le 31 janvier 2021)
  26. (en-US) Nancy Shuker, Op. cité, p. 80
  27. (en) « John Oliver Killens | American writer and activist », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 24 janvier 2021)
  28. (en-GB) Margaret Busby, « Rosa Guy obituary », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le 11 juin 2020)
  29. a et b (en-US) Stanford University, « Angelou, Maya », sur The Martin Luther King, Jr., Research and Education Institute, (consulté le 23 janvier 2021)
  30. (en-US) Nancy Shuker, Op.cit., p. 80-88
  31. (en-US) Nancy Shuker, Op. cit., p. 89
  32. (en-US) Marcia Ann Gillespie, Op.cit, p. 56-55
  33. a et b (en) « Vusumzi (Vusi) Linda Make | South African History Online », sur www.sahistory.org.za (consulté le 29 janvier 2021)
  34. (en-US) Marcia Ann Gillespie, Op. cit., p. 57-58
  35. (en-US) Nancy Shuker, Op. cit, p. 90
  36. (en-US) Nancy Shuker, Op. cit., p. 92-94
  37. (en-US) Nancy Shuker, Op. cit., p. 94-95
  38. (en-US) Nancy Shuker, Op. cit., p. 97-98
  39. (en-US) Nancy Shuker, Op. cit., p. 98-101
  40. (en-US) Nancy Shuker, Op. cit., p. 102-103
  41. (en-US) Nancy Shuker, Op. cit, p. 105
  42. Voir sur le site de CBS le compte rendu de son émission 60 Minutes de janvier 2007, où Farrakhan a admis pour s'en excuser « que ce que j’ai dit a causé la perte de la vie d'un être humain ».
  43. (en-US) DeNeen L. Brown, « Malcolm X didn’t fear being killed: ‘I live like a man who is dead already’ », The Washington Post,‎ (lire en ligne)
  44. (en-US) Tim Ott, « The Assassination of Malcolm X », sur Biography (consulté le 10 février 2021)
  45. (en) « Civil Rights Act | Summary, Facts, & History », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 10 février 2021)
  46. (fr) « Adoption du Civil Rights Act aux États-Unis », sur Université de Sherbrooke, Québec, Canada
  47. (en) « George Wallace | Biography, Facts, & 1968 Presidential Candidacy », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 12 septembre 2020).
  48. (en-US) Howell Raines, « George Wallace, Segregation Symbol, Dies at 79 », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 12 septembre 2020).
  49. (en-US) « THE BOYNTON FAMILY », sur selmacenter (consulté le 16 janvier 2020).
  50. (en) « Selma March | History, Date, Purpose, Importance, & Facts », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 16 janvier 2020).
  51. (en-US) « Eyewitness », sur www.archives.gov (consulté le 16 janvier 2020).
  52. (en-US) A. B. C. News, « Hosea Williams and John Lewis Confront Troopers on Bloody Sunday, 1965 from A Look Back at Selma's Bloody Sunday », sur ABC News (consulté le 16 janvier 2020).
  53. (en-US) « James G. "Jim" Clark Jr. », sur Encyclopedia of Alabama (consulté le 16 janvier 2020).
  54. (en-US) « Sheriff died believing he was right », sur The Montgomery Advertiser (consulté le 16 janvier 2020).
  55. (en-US) Margalit Fox, « Jim Clark, Sheriff Who Enforced Segregation, Dies at 84 », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 16 janvier 2020).
  56. (en-US) « Selma to Montgomery March », sur Encyclopedia of Alabama (consulté le 16 janvier 2020).
  57. (en-US) « Jim Clark, 84; sheriff stunned the U.S. with violent response to Selma march », sur Los Angeles Times, (consulté le 16 janvier 2020).
  58. (en-US) Douglas Martin, « Marie Foster, Early Fighter For Voting Rights, Dies at 85 », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 5 septembre 2020).
  59. (en) Sheila Jackson Hardy et P. Stephen Hardy, Extraordinary People of the Civil Rights Movement, Paw Prints, , 288 p. (ISBN 978-1-4395-2357-5).
  60. (en-US) « Amelia Boynton », sur Biography (consulté le 16 janvier 2020).
  61. (en-US) Margalit Fox, « Amelia Boynton Robinson, a Pivotal Figure at the Selma March, Dies at 104 », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 16 janvier 2020).
  62. (en-US) Matt Schudel, « Amelia Boynton Robinson, activist beaten on Selma bridge, dies at 104 », The Washington Post,‎ (lire en ligne).
  63. (en-US) « Eyewitness », sur www.archives.gov (consulté le 28 juillet 2020).
  64. (en-US) « John Lewis' Legacy Shaped in 1965 on 'Bloody Sunday' », US.News,‎ (lire en ligne).
  65. (en) Christopher Klein, « How Selma's 'Bloody Sunday' Became a Turning Point in the Civil Rights Movement », sur HISTORY (consulté le 28 juillet 2020).
  66. (en-US) « Selma to Montgomery March », sur The Martin Luther King, Jr., Research and Education Institute, Stanford University, (consulté le 28 juillet 2020).
  67. (en-US) Marcia Ann Gillespie, Op. cit., p. 85-87
  68. (en) « Watts Riots of 1965 | American history », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 10 février 2021)
  69. (en-US) Stanford University et Stanford, « Watts Rebellion (Los Angeles) », sur The Martin Luther King, Jr., Research and Education Institute, (consulté le 10 février 2021)
  70. (en-US) Marcia Ann Gillespie, Op. cit., p. 88-91
  71. (en-US) Marcia Ann Gillespie, op. cit., p. 91-93
  72. (en-US) J. Ken Stuckey, « Remembering Dr. McPherson », sur Wake Forest Magazine, (consulté le 15 février 2021)
  73. (en-US) Dolly A. McPherson, Order Out of Chaos: The Autobiographical Works of Maya Angelou, Little, Brown Book Group, , 176 p. (ISBN 9781853812132, lire en ligne)
  74. (en-US) Marcia Ann Gillespie, Op. cit., p. 95-96
  75. (en-US) Donna Brown Agins, Maya Angelou: Diversity Makes for a Rich Tapestry, Enslow Publishers, , 131 p. (ISBN 9780766024694, lire en ligne), p. 84-86
  76. (en-US) Donna Brown Agins, Op. cit., p. 87-89
  77. (en-US) Marcia Ann Gillespie, Op. cit., p. 97
  78. (en-US) « Gerard Purcell », sur Personal Managers Hall Of Fame (consulté le 17 février 2021)
  79. a et b (en-US) Nancy Shuker, Op. cit., p. 109-110
  80. (en-US) Hillel Italie, « Robert Loomis, literary editor who worked with Angelou and Styron, dies at 93 », The Washington Post,‎ (lire en ligne)
  81. (en-US) Sam Roberts, « Robert Loomis, Old-School Editor of Big-Name Books, Dies at 93 », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 17 février 2021)
  82. (en-US) Donna Brown Agins, Op. cit., p. 91-94
  83. (en-US) Marcia Ann Gillespie, Op. cit., p. 98-100
  84. (en-US) « 100 most frequently challenged books: 1990-1999 », sur American Library Association, (consulté le 22 février 2021)
  85. (en-US) « Top 100 Banned/Challenged Books: 2000-2009 », sur American Library Association, (consulté le 22 février 2021)
  86. (en-US) Donna Brown Agins, Op. cit., p. 95
  87. (en-US) Marcia Ann Gillespie, Op. cit., p. 101-103
  88. (en-US) Steven G. Kellman, Magill's Survey of American Literature, Volume 1: Edward Abbey--Kate Chopin, Salem Press, , 469 p. (ISBN 9781587652868, lire en ligne), p. 91-93
  89. (en-US) Hilton Als, « Songbird, Maya Angelou takes another look at herself. », The New Yorker,‎ (lire en ligne)
  90. (en-US) John McWhorter, « Maya Angelou's Lesson About Black Speech », sur The Root (consulté le 24 janvier 2021)
  91. (en-US) John McWhorter, « Saint Maya », The New Republic,‎ (ISSN 0028-6583, lire en ligne, consulté le 24 janvier 2021)
  92. (en-US) « Georgia, Georgia (1972) », sur Rotten Tomatoes (consulté le 27 février 2021)
  93. a et b (en-US) « Maya Angelou – Broadway Cast & Staff | IBDB », sur www.ibdb.com (consulté le 27 février 2021)
  94. (en-US) « Tony Nominee Maya Angelou, Celebrated Poet & Author of I Know Why the Caged Bird Sings, Dies at 86 », sur Broadway.com (consulté le 27 février 2021)
  95. (en-US) Marcia Ann Gillespie, Op. cit., p. 104-108
  96. (en-US) Donna Brown Agins, Op. cit., p. 95-98
  97. (en-US) Marcia Ann Gillespie, Op. cit., p. 108
  98. (en-US) Donna Brown Agins, Op. cit., p. 99
  99. (en-US) « The Bellagio Center », sur The Rockefeller Foundation (consulté le 3 mars 2021)
  100. (en-US) Donna Brown Agins, Op. cit., p. 99-101
  101. (en-US) « Roots Interview », sur NPR.org (consulté le 6 mars 2021)
  102. (en-US) Marcia Ann Gillespie, Op. cit., p. 111
  103. (en-US) Donna Brown Agins, Op. cit., p. 101
  104. (en-US) Nancy Shuker, Op. cit., p. 108
  105. (en-US) Marcia Ann Gillespie, Op. cit., p. 122-129
  106. (en-US) Marcia Ann Gillespie, Op cit., p. 130-136
  107. « ROGET's Hyperlinked Thesaurus », sur www.roget.org (consulté le 16 mars 2021)
  108. (en-US) « Learn why Bill Clinton invited Maya Angelou to speak at his inauguration | American Masters | PBS », sur American Masters, (consulté le 13 mars 2021)
  109. (en-US) « Watch: Maya Angelou recites her poem “On the Pulse of Morning” », sur Time (consulté le 13 mars 2021)
  110. (en-US) Marcia Ann Gillespie, Op. cit., p. 136-139
  111. (en-US) Donna Brown Agins, Op. cit., p. 106-107
  112. (en-US) Vicki Cox, Maya Angelou: Poet, Chelsea House Publications, , 136 p. (ISBN 9780791092248, lire en ligne), p. 86-87
  113. (en-US) Donna Brown Agins, Op. cit., p. 107-108
  114. (en-US) Marcia Ann Gillespie, Op. cit., p. 141
  115. a et b (en) « 36th Annual GRAMMY Awards », sur GRAMMY.com, (consulté le 23 janvier 2021)
  116. a et b (en-US) « 38th Annual GRAMMY Awards », sur GRAMMY.com, (consulté le 23 janvier 2021)
  117. (en-US) Vicki Cox, Op. cit., p. 88
  118. (en-US) Marcia Ann Gillespie, Op. cit., p. 142-143
  119. (en-US) Vicki Cox, Op. cit, p. 90-91
  120. (en-US) « Maya Angelou reading her poem "A Brave and Startling Truth" » (consulté le 20 mars 2021)
  121. (en-US) Vicki Cox, Op. cit., p. 91-92
  122. (en-US) Vicki Cox, Op. cit., p. 92-93
  123. (en-US) Abby Ellin, « Blackboard: Politics; Look Who's Talking », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 20 mars 2021)
  124. (en-US) Vicki Cox, Op. cit., p. 93
  125. (en-US) « Maya Angelou – On Aging », sur TIME GOES BY (consulté le 20 mars 2021)
  126. (en-GB) « No surrender », sur the Guardian, (consulté le 20 mars 2021)
  127. (en-GB) Francesca Rice, « Maya Angelou: An Extraordinarily Wise Woman », sur Marie Claire, (consulté le 20 mars 2021)
  128. a b et c (en-US) Emma Brown, « Maya Angelou, writer and poet, dies at age 86 », The Washington Post,‎ (lire en ligne)
  129. (en-US) Elaine Woo, « Maya Angelou, who vividly detailed the black experience, dies at 86 », sur Los Angeles Times, (consulté le 20 mars 2021)
  130. a et b (en-US) Margalit Fox, « Maya Angelou, Lyrical Witness of the Jim Crow South, Dies at 86 (Published 2014) », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 24 janvier 2021)
  131. (en-US) Vicki Cox, Op. cit., p. 94
  132. (en-US) Vicki Cox, Op. cit., p. 99-101
  133. (en) « Maya Angelou marries Tosh Angelos », sur World History Project (consulté le 25 janvier 2021)
  134. (en-US) « 11 Things That May Surprise You About Maya Angelou's Extraordinary Life », sur Essence (consulté le 25 janvier 2021)
  135. (en-GB) « Maya Angelou obituary: Inspirational writer and activist whose », sur The Independent, (consulté le 20 février 2021)
  136. (en) « On Her Third Attempt, Maya Angelou Finds the Ideal Husband, Germaine Greer's Ex », sur PEOPLE.com (consulté le 20 février 2021)
  137. (en-US) « Full Coverage: Acclaimed poet Maya Angelou dies at 86 », sur Los Angeles Times (consulté le 24 janvier 2021)
  138. (en-US) A. B. C. News, « Poet and Author Maya Angelou Dies at Age 86 », sur ABC News (consulté le 24 janvier 2021)
  139. a et b (en-US) « Remembering and Celebrating the Life of Dr. Maya Angelou », sur whitehouse.gov, (consulté le 23 janvier 2021)
  140. « Maya Angelou (1928-2014) - Mémorial Find a Grave », sur fr.findagrave.com (consulté le 22 janvier 2021)
  141. (en-US) « archives.nypl.org -- Maya Angelou papers », sur archives.nypl.org (consulté le 20 mars 2021)
  142. (en) « Maya Angelou on the Road with Porgy and Bess in Cold War Italy | Modernism / Modernity Print+ », sur modernismmodernity.org (consulté le 25 janvier 2021)
  143. a et b (en-US) Robert Simonson, « Maya Angelou, Vaunted Poet and Essayist and Tony Nominee, Dies at 86 », sur Playbill, wed may 28 13:06:00 edt 2014 (consulté le 23 janvier 2021)
  144. « The Blacks: A Clown Show », sur www.iobdb.com (consulté le 25 janvier 2021)
  145. (en-US) Hilton Als, « Talking Back to Maya Angelou », sur The New Yorker (consulté le 24 janvier 2021)
  146. (en-US) « Dr. Maya Angelou's Blacks, Blues, Black! - Bay Area Television Archive », sur diva.sfsu.edu (consulté le 23 janvier 2021)
  147. (en-US) Dana Kennedy, « HOLIDAY FILMS; A Poet, at 70, Ventures Into the Unknown (Published 1998) », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 22 janvier 2021)
  148. Stig Björkman, Lars-Erik Berenett, Stig Engström et James Thomas Finley Jr, Georgia, Georgia, Diotima Films, Jorkel Productions, (lire en ligne)
  149. (en-US) « Angelou, Maya | NCpedia », sur www.ncpedia.org (consulté le 27 février 2021)
  150. (en-US) « NAACP | Spingarn Medal Winners: 1915 to Today », sur NAACP (consulté le 23 janvier 2021)
  151. (en-US) « Angelou, Maya », sur National Women’s Hall of Fame (consulté le 23 janvier 2021)
  152. (en-US) « Maya Angelou », sur www.arts.gov (consulté le 23 janvier 2021)
  153. (en-US) « 45th Annual GRAMMY Awards », sur GRAMMY.com, (consulté le 23 janvier 2021)
  154. (en-US) « In 2006 the Choir was Presented with the Mother Teresa Award », sur www.thetabernaclechoir.org (consulté le 23 janvier 2021)
  155. (en-US) « 2010 Presidential Medal of Freedom Ceremony », sur The White House (consulté le 23 janvier 2021)
  156. (en-US) « Maya Angelou » (consulté le 27 février 2021)
  157. (en-US) « Maya Angelou », sur Arkansas Women's Hall of Fame (consulté le 23 janvier 2021)
  158. (en-US) « Dr. Maya Angelou », sur California Museum (consulté le 23 janvier 2021)
  159. (en-US) « RuPaul, Tony Hawk, Maya Angelou join California Hall of Fame », sur AP NEWS, (consulté le 23 janvier 2021)
  160. (en-US) « Maya Angelou | And Still I Rise » (consulté le 23 janvier 2021)
  161. « IAU Minor Planet Center », sur www.minorplanetcenter.net (consulté le 16 juin 2020)
  162. « Planetary Names: Crater, craters: Angelou on Mercury », sur planetarynames.wr.usgs.gov (consulté le 16 juin 2020)
  163. https://www.google.com/doodles/dr-maya-angelous-90th-birthday
  164. Annoncer un événement et | Evénements Précédents, « Café Maya Angelou », sur Le Parisien Etudiant (consulté le 28 janvier 2021)
  165. Grown up Janet Jackson talks about racism, sensuality and the Jackson family
  166. (en-GB) Alison Flood, « Maya Angelou Barbie doll launched in US », sur the Guardian, (consulté le 23 janvier 2021)

BibliographieModifier

Notices dans des encyclopédies et des manuels de référencesModifier

  • (en-US) Anne Commire & Deborah Klezmer (dir.), Women in World History : a Biographical Encyclopedia, vol. 1, Yorkin Publications, , 666 p. (ISBN 9780787637361, lire en ligne), p. 333-336.  
  • (en-US) Mary McAleer Balkun (dir.), The Greenwood Encyclopedia of American Poets and Poetry, volume 1, Greenwood Press, , 357 p. (ISBN 9780313323812, lire en ligne), p. 51-52,
  • (en-US) Steven G. Kellman (dir.), Magill's Survey Of American Literature, volume 1, Salem Press, 1 septembre 2006, rééd. 2007, 469 p. (ISBN 9781587652851, lire en ligne), p. 90-97.  
  • (en-US) Shari Dorantes Hatch (dir.), Encyclopedia of African-American Writing, Grey House Publishing, , 869 p. (ISBN 9781592372911, lire en ligne), p. 14-16.  ,

EssaisModifier

ArticlesModifier

  • (en-US) Carol E. Neubauer & Maya Angelou, « An Interview with Maya Angelou », The Massachusetts Review, Vol. 28, No. 2,‎ , p. 286-292 (7 pages) (lire en ligne),
  • (en-US) Pierre A. Walker, « Racial Protest, Identity, Words, and Form in Maya Angelou's I Know Why the Caged Bird Sings », College Literature, Vol. 22, No. 3,‎ , p. 91-108 (18 pages) (lire en ligne),
  • (en-US) Karen Chandler, « Funeral Imagery in Maya Angelou's "I Know Why the Caged Bird Sings" », Obsidian III, Vol. 1, No. 1,‎ 1 semestre 1999, p. 239-250 (12 pages) (lire en ligne),
  • (en-US) Yasmin Y. DeGout, « The Poetry of Maya Angelou: Liberation Ideology and Technique », The Langston Hughes Review, Vol. 19,‎ , p. 36-47 (12 pages) (lire en ligne),
  • (en-US) Robert Evans, « Maya Angelou's "I Know Why the Caged Bird Sings" And the Advantages of a Pluralist Close Reading », CLA Journal, Vol. 58, No. 1/2,‎ septembre- décembre 2014, p. 36-47 (12 pages) (lire en ligne),
  • (en-US) Cheryl A. Wall & Maya Angelou, « Angelou at the Algonquin: An Interview by Cheryl A. Wall », CLA Journal, Vol. 58, No. 1/2,‎ septembre- décembre 2014, p. 10-19 (10 pages) (lire en ligne),

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier