Sonia Sanchez (poète)

poète, dramaturge, auteure de livres pour enfants et de scénarii afro-américaine

Sonia Sanchez, née Wilsonia Benita Driver le à Birmingham dans l'État de l'Alabama aux États-Unis, est une poéte, dramaturge et professeure d'université afro-américaine. Elle est souvent associée au mouvement artistique afro-américain des années 1960 et 1970, le Black Arts Movement. Sanchez est l'auteure d'une douzaine de recueils de poésie, de nouvelles, d'essais critiques, de pièces de théâtre et de livres pour enfants. Elle a reçu de nombreuses distinctions. L'œuvre de Sanchez a inspiré d'autres poètes afro-américaines, comme notamment Krista Franklin (en). En 2012, Michael Nutter, maire de Philadelphie (Pennsylvanie), la nomme comme premier Poète lauréat de la ville. En 1999, l'Université Temple de Philadelphie l'a nommée professeure émérite.

Sonia Sanchez
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Nom de naissance
Wilsonia Bonita DriverVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
  • Bachelor of Arts en science politique, Hunter College
  • Création littéraire, université de New-York
Activité
Dramaturge, poète, professeure d'université, anthologiste, éditrice
Période d'activité
1960-1999
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
  • Academy of American.Poets
  • Poetry Society of America
  • American Studies Association
  • National Association for the Advancement of Colored People
  • PEN club
Mouvement

Black Arts Movement

Mouvement américain des droits civiques
Maître
Louise Bogan
Site web
Distinctions
Liste détaillée
American Book Awards ()
Langston Hughes Medal (en) ()
Shelley Memorial Award ()
Prix Anisfield-Wolf ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Œuvres principales
Homegirls & Handgrenades, Under a Soprano Sky, Does Your House Have Lions ?, Shake Loose My Skin, Morning Haiku.

BiographieModifier

Jeunesse et formationModifier

Sanchez, née à Birmingham (Alabama), le est la fille de Wilson L. Driver et de Lena I (Jones) Driver[1] .Sa mère est morte lorsque Sanchez n'avait encore que deux ans. Pendant ses premières années, elle a été ballottée entre plusieurs domiciles de son entourage, dont celui de sa grand-mère jusqu'à ce que cette dernière meurt. Sanchez avait alors six ans[2]. Puis, en 1943, elle a rejoint son père, sa sœur et sa belle-mère à Harlem.Son père lui fait découvrir le jazz, lui fait écouter des vedettes du jazz comme Billie Holiday, Billy Eckstine, Art Tatum, etc[3]. En 1955, Sanchez a obtenu le Bachelor of Arts (licence) en Science Politique Hunter College, puis, elle a suivi des études de créativité littéraire à l'université de New York, où elle a étudié la poésie avec Louise Bogan[4],[5].

La mort de sa grand-mère l'a particulièrement affectée. Âgée d'à peine six ans, Sanchez craignant de perdre des êtres chers, développe un important bégaiement ce qui la rend particulièrement introvertie. Cependant, elle commence alors à lire et à porter une attention particulière au langage et à ses sons. À partir du moment où elle rejoint Harlem, elle réussit à vaincre son bégaiement. Très douée à l'école, elle trouve peu à peu son style littéraire favori qui privilégie une voix poétique en se concentrant principalement sur les sons. En effet, elle lit sa poésie à haute voix, ce qui lui permet d'élargir la gamme sonore de ses phrases et la lecture dynamique de ses écrits. Elle se décrit à présent comme un "bégaiement ordonné"[2].

CarrièreModifier

EnseignementModifier

Elle a enseigné en classe de CM2 (Fifth grade) à la Downtown Community School (en), école non ségréguée de New York jusqu'en 1966[6],[7]. Sanchez a enseigné comme professeure dans huit universités, et elle a donné des conférences dans plus de 500 universités à travers les États-Unis, dont l'Université Howard. Sanchez a aussi été une des pionnières dans l’effort d’établir la discipline des African-American studies dans l'enseignement supérieur. En 1966, après l'adoption de différentes lois fédérales comme le Civil Rights Act de 1964, le Voting Rights Act de 1965 prohibant toutes les lois et réglementations ségrégatives sur l'ensemble des États-Unis, Sonia Sanchez a introduit la première fois un cours sur les African-American studies à l'université d'État de San Francisco . Sonia Sanchez a été la première à créer un cours universitaire centré sur des auteures littéraires afro-américaines. Elle voyait la discipline des African-American studies comme à la fois un nouveau programme pour l’étude des Afro-Américains, et comme un défi pour combattre les préjugés institutionnalisés des universités américaines[8]. Ces efforts sont clairement alignés aux objectifs du Black Arts Movement. Dans le cadre du Presidential Management Fellows Program (en), Sonia Sanchez obtient une bourse d'étude à l’Université Temple, où elle a commencé à travailler en 1977 et y enseignera jusqu'à sa retraite en 1999. En 1998 elle est honorée par l'Université Temple en étant lauréate du prix dit Laura Carnell professorships[9],[10]. Elle a également animé des séminaires de création littéraire auprès des poètes en résidence à l'université Temple. Elle a lu sa poésie en Afrique, dans les Caraïbes, en Chine, en Australie, en Europe, au Nicaragua, au Canada et à Cuba.

MilitantismeModifier

Sonia Sanchez a soutenu le National Black United Front (NBUF). Sanchez a eu une influence certaine sur le mouvement américain des droits civiques et le Black Arts Movement. Au début des années 1960, Sonia Sanchez est devenue membre du Congress of Racial Equality (CORE)[11],[12], organisation prônant le non violence et l'intégration des Afro-Américains au sein de la société américaine. Mais après avoir écouté des conférences de Malcolm X, Sonia Sanchez prend conscience que les Blancs n'avaient jamais accepté les contributions des Afro-américains aux sciences, aux arts et à vie politique des États-Unis et va donc axer ses recherches sur son héritage afro-américain d'un point de vue communautaire[13],[7].

En 1971, Sonia Sanchez adhère à Nation of Islam mais le quitte en 1976 en raison des positions machistes du mouvement[14],[15].

Style et thèmesModifier

Sanchez est connue pour ses innovation mixant des formats musicaux - par exemple le blues - et des formats poétiques traditionnels comme le haïku et la tanka. Elle a aussi tendance à utiliser une orthographe incorrecte pour célébrer le son unique de l'anglais parlé par les Afro-Américains, dont elle attribue le mérite à des poètes comme Langston Hughes et Sterling Brown[16].

Sa première anthologie de poème, Home Coming (1969), est connue pour ses influences blues, tant dans la forme que dans le contenu. Cette anthologie décrit les difficultés à définir l'identité afro-américaine aux États-Unis, mais souligne aussi des raisons de célébrer la culture noire[17]. Son deuxième livre, We a BaddDDD People (1970), a renforcé sa contribution à l'esthétique du Black Arts Movement en se concentrant sur la vie de tous les jours des hommes et des femmes afro-américains. Ces poèmes utilisent la langue vernaculaire noire urbaine, une ponctuation expérimentale, ainsi que l'orthographe, l'espacement, et la qualité performative du jazz.

Tout en continuant à souligner ce qu'elle voit comme le besoin d'un changement révolutionnaire de culture, les derniers travaux de Sanchez, par exemple I’ve Been a Woman (1978), Homegirls and Handgrenades (1984), et "Under a Soprano Sky" (1987), ont tendance à se concentrer moins sur les thèmes séparatistes (comme ceux de Malcolm X), et plus sur l'amour, la communauté, et l'émancipation. Elle continue d'explorer les formes du haïku, du tanka, et du sonku, ainsi que les rythmes influencés par le blues. Ses derniers travaux continuent ses expérimentations avec les formes comme l'épopée dans Does Your House Have Lions? (1997) et le haiku dans Morning Haiku (2010)[18],[19].

En plus de sa poésie, la contribution de Sanchez au Black Arts Movement inclut le drame et la prose. Elle a commencé à écrire des pièces de théâtre à San Francisco dans les années 1960. Plusieurs de ses pièces de théâtre défient l'esprit machiste du mouvement, et se concentrent sur les femmes protagonistes. Sanchez a été reconnue comme championne novatrice du féminisme noir[20].

Vie personnelleModifier

Sonia Sanchez conserve le nom de famille d'Albert Sanchez, avec lequel elle s'est mariée en premières noces. De son second époux, Etheridge Knight, naissent trois enfants: une fille, Anita, et des jumeaux: Moran Neuse et Mingu Neuse. Le fait d'être mère a largement influencé les contours de sa poésie dans les années 1970, alors qu'émergeait l'intérêt dirigé aux liens affectifs entre mère et enfant[2]. Sanchez et Knight sont maintenant divorcés. Elle a également trois petits enfants[21],[22].

ŒuvresModifier

PoèmesModifier

  • (en-US) Home Coming, Broadside Press, , 80 p. (ISBN 9780910296052),
  • (en-US) We a BaddDDD People, Broadside Press, 1 janvier 1970, rééd. 1973, 72 p. (ISBN 9780910296274),
  • (en-US) Like the Singing Coming off the Drums: Love Poems, Beacon Press, 1 janvier 1973, rééd. 1 janvier 1999, 144 p. (ISBN 9780807068434),
  • (en-US) A Blues Book For Blue Black Magical Women, Broadside Press, , 62 p. (ISBN 9780910296786),
  • (en-US) I've Been a Woman: New and Selected Poems, Third World Press, 1979, rééd. 1 juin 1985, 101 p. (ISBN 9780883781128),
  • (en-US) Homegirls and Handgrenades, White Pine Press, 1984, rééd. 1 avril 2007, 96 p. (ISBN 9781893996809),
  • (en-US) Generations: Selected Poetry, 1969-1985, Red Sea Press, , 65 p. (ISBN 9780907015338),
  • (en-US) Under a Soprano Sky, Africa Research and Publications, , 101 p. (ISBN 9780865430532),
  • (en-US) Wounded in the House of A Friend, Beacon Press, 1995, rééd. 28 avril 1997, 94 p. (ISBN 9780807068274),
  • (en-US) Does Your House Have Lions?, Beacon Press, 20 juillet 1997, rééd. 28 janvier 1998, 70 p. (ISBN 9780807068311),
  • (en-US) Shake Loose My Skin: New and Selected Poems, Beacon Press, 1999, rééd. 7 avril 2000, 168 p. (ISBN 9780807068533),
  • (en-US) Morning Haiku, Beacon Press, 2010, rééd. 25 janvier 2011, 144 p. (ISBN 9780807001318),

Pièces de théâtreModifier

  • (en-US) Malcolm/man don't live here no mo, Alexander Street Press, (OCLC 593435574),
  • (en-US) The Bronx is next, Alexander Street Press, 2001, rééd. 2003 (OCLC 79436948),
  • (en-US) Uh huh, but how do it free us?, Alexander Street Press, 2002, rééd. 2003, 53 p. (OCLC 79436954),
  • (en-US) Dirty hearts, Alexander Street Press, (OCLC 79436950),
  • (en-US) Sister Son/ji, Alexander Street Press, (OCLC 79436953),
  • (en-US) I'm Black When I'm Singing, I'm Blue When I Ain't and Other Plays, Duke University Press Books, 1 janvier 2009, rééd. 17 septembre 2010, 196 p. (ISBN 9780822347781),


Livres pour la jeunesseModifier

  • (en-US) It's A New Day;Poems For Young Brothas And Sistuhs, Broadside Press, 1 janvier 1971, rééd. 1983, 29 p. (ISBN 9780910296601),
  • (en-US) The adventures of Fathead, Smallhead, and Squarehead, (ill. Taiwo DuVall), Third Press, , 29 p. (ISBN 9780893880941),
  • (en-US) A sound investment, short stories for young readers (ill. Larry Crowe), Third World Press, 1980, rééd. 1985, 24 p. (OCLC 258220936),


AnthologiesModifier

  • (en-US) éditrice : Sonia Sanchez, We Be Word Sorcerers: 25 Stories by Black Americans, Bantam Books, , 284 p. (OCLC 1068546384),


InterviewsModifier

Prix et distinctionsModifier

En 1993, elle obtient une récompense dans la catégorie des arts du centre Pew Fellowships. En 2001, elle remporte la médaille Robert Frost qui représente l'un des prix littéraires les plus prestigieux des États-Unis

En 1969, Sanchez a reçu le prix d'écriture P.E.N. Elle a remporté le prix de l'Association nationale de l'éducation (NEA) de 1977-1978. En 1978-1979, elle a gagné le prix de Académie nationale des arts et le prix du National Endowment for the Arts. En 1985, elle a reçu le prix du livre Américain pour son livre Homegirls and Handgrenades. Elle a reçu le prix de Service public du National Black Caucus of State Legislators, le prix Lucretia Mott, le prix du gouverneur pour l'excellence en humanités , et le prix de la paix et liberté de la Ligue internationale des femmes pour la paix et la liberté. Elle a aussi gagné le prix de Langston Hughes en 1999, le prix Harper Lee en 2004 et en 2006 elle a reçu National Visionary Leadership Award[23]. En 2009, elle a reçu le Robert Creeley Award, du Robert Creeley Foundation[24]. Le , Sanchez a reçu le 16e prix annuel de Dr.Betty Shabazz à l'Arthur Schomburg Center for Research in Black Culture à Harlem[25].

Sanchez a été nommée première poète lauréat de Philadelphie par le maire Michael Nutter. Elle l'est restée pendant deux ans de 2012 à 2014[26]. En 2013, Sanchez a été la tête d’affiche du 17e événement annuel de poésie Poetry Ink, où elle a lu son poème Under a Soprano Sky[27]. BaddDDD Sonia Sanchez, est un documentaire par Barbara Attie, Janet Goldwater, et Sabrina Schmidt Gordon. BaddDDD Sonia Sanchez, est un documentaire par Barbara Attie, Janet Goldwater, et Sabrina Schmidt Gordon. Le documentaire est sur le travail, carrière, l'influence et la vie de Sonia Sanchez. Le documentaire est sorti en 2015[28],[29], quand il a été diffusé au Full Frame Documentary Film Festival[30].Le film est sorti au Royaume-Uni le à Rivington Place[31].

HommagesModifier

Un de ses travaux les plus récents est un interlude phrasé sur Hope is an Open Window. Il s'agit d'une chanson co-écrite par Diana Ross dans son album Everyday is a New Day. La chanson est mise en vedette dans un film qui rend hommage au 9/11. Le clip est disponible sur Youtube. Elle est l'une des vingt femmes noires-américaines qui font partie de "Freedom Sister", une exposition initiée par le Cincinnati Museum Center at Union Terminal et par le Smithsonian Institution.[[23]]

Notes et référencesModifier

  1. (en-US) « Sonia Sanchez | Encyclopedia.com », sur www.encyclopedia.com (consulté le 30 décembre 2020)
  2. a b et c (en) The Norton Anthology of African-American Literature, New York, Norton, , 708–10 p. (ISBN 978-0-393-92370-4)
  3. (en-US) « Sanchez, Sonia 1934– | Encyclopedia.com », sur www.encyclopedia.com (consulté le 30 décembre 2020)
  4. (en) « Louise Bogan | American poet and literary critic », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 30 décembre 2020)
  5. (en) « Sonia Sanchez », sur Encyclopedia of Alabama (consulté le 30 décembre 2020)
  6. (en-US) admin, « Sonia Sanchez », sur The Pew Center for Arts & Heritage, (consulté le 31 décembre 2020)
  7. a et b (en-US) Poetry Foundation, « Sonia Sanchez », sur Poetry Foundation, (consulté le 31 décembre 2020)
  8. (en-US) Stasia Irons, « Sonia Sanchez (1934- ) », sur Black Past (consulté le 31 décembre 2020)
  9. (en-US) « Office of the Provost | Temple University », sur www.temple.edu (consulté le 31 décembre 2020)
  10. (en-US) « Office of the Provost | Temple University », sur www.temple.edu (consulté le 31 décembre 2020)
  11. (en) « Congress of Racial Equality | American organization », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 31 décembre 2020)
  12. (en-US) « Congress of Racial Equality (CORE) », sur The Martin Luther King, Jr., Research and Education Institute, (consulté le 31 décembre 2020)
  13. « Université Howard » (consulté le 7 novembre 2016)
  14. (en-US) « Sonia Sanchez on the teachings of the Nation of Islam », sur www.digitalcommonwealth.org (consulté le 31 décembre 2020)
  15. (en-US) « Interview Excerpts of Sonia Sanchez | American Experience | PBS », sur www.pbs.org (consulté le 31 décembre 2020)
  16. « Library System - Howard University », sur www.howard.edu (consulté le 14 mars 2018)
  17. (en) « We a BaddDDD People - Oxford Reference » (DOI 10.1093/oi/authority.20110803121509417, consulté le 31 mars 2018)
  18. (en) Jennifer Ryan-Bryant, « Sonia Sanchez - American Literature », Oxford Bibliographies -obo,‎ (lire en ligne, consulté le 31 mars 2018)
  19. Academy of American Poets, « About Sonia Sanchez | Academy of American Poets », sur poets.org (consulté le 30 décembre 2020)
  20. Henry Louis Gates et Valerie Smith, The Norton Anthology of African American Literature, W.W. Norton & Company,
  21. African American Dramatists: an A-to-Z guide, Greenwood Publishing Group, (ISBN 978-0-313-32233-4, lire en ligne)
  22. Impossible to Hold : Women and Culture in the 1960's, NYU Press, , 342 p. (ISBN 978-0-8147-9910-9, lire en ligne)
  23. a et b (en) « Praise and Awards" »,
  24. (en) « Award – Robert Creeley Award". », sur Robert Creeley Foundation (consulté le 23 mars 2018)
  25. (en) Lisa Pacino, « "The 16th Annual Dr. Betty Shabazz Awards Honoring Poet Sonia Sanchez 2017", », Under The Duvet Productions.,‎
  26. (en) Jazmyn Burton, « Philadelphia names Sonia Sanchez first poet laureate », Temple News Center,‎ 28 janvier 2012.
  27. (en) Sulaiman Abdur-Rahman, « "Philadelphia's Poetry Ink brings together diverse voices", », Philly.com,‎
  28. (en) « "BaddDDD Sonia Sanchez", », sur Attie & Goldwater Productions.
  29. (en) « "Poet-activist Sonia Sanchez subject of new documentary" », sur Yahoo! TV,, 7 mars 2016.
  30. (en) Tambay A. Obenson, « "Docs on Sonia Sanchez, Senegal’s 2011 Presidential Elections, Mavis Staples, Althea Gibson Are Full Frame 2015 Selections" », Indywire,‎ 11 mars 2015.
  31. (en) « "Black Atlantic Cinema Club — BADDDDD: SONIA SANCHEZ, », sur Autograph ABP, juin 2016.

BibliographieModifier

Notices dans des encyclopédies et des ouvrages de référencesModifier

  • (en-US) Shari Dorantes Hatch & Michael R. Strickland, African-American Writers: A Dictionary, ABC-CLIO, , 491 p. (ISBN 9780874369595, lire en ligne), p. 313-314,
  • (en-US) Merriam-Webster's dictionary of American writers, Merriam-Webster, , 545 p. (ISBN 9780877790228, lire en ligne), p. 355,
  • (en-US) Joyce Pettis, African American Poets: Lives, Works, and Sources, Greenwood Press, , 356 p. (ISBN 9780313311178, lire en ligne), p. 292-299,
  • (en-US) Shari Dorantes Hatch, Encyclopedia of African-American Writing, Grey House Publishing, , 869 p. (ISBN 9781592372911, lire en ligne), p. 506-509,

EssaisModifier

  • (en-US) Joyce Ann Joyce, Ijala: Sonia Sanchez and the African Poetic Tradition, Third World Press, novembre 1996, rééd. 1 mars 1997, 192 p. (ISBN 9780883781906, lire en ligne)
  • (en-US) Joyce A. Joyce, Conversations with Sonia Sanchez, University Press of Mississippi, 3 février 2007, rééd. 27 janvier 2017, 213 p. (ISBN 9781578069521),

ArticlesModifier

  • (en) Sebastian Clarke, « Black Magic Woman: Sonia Sanchez and Her Work », Présence Africaine, Nouvelle série, No. 78,‎ 2° trimestre 1971, p. 253-261 (9 pages) (lire en ligne),
  • (en-US) R. Roderick Palmer, « The Poetry of Three Revolutionists : Don L. Lee, Sonia Sanchez and Nikki Giovanni », CLA Journal, Vol. 15, No. 1,‎ , p. 25-36 (12 pages) (lire en ligne),
  • (en-US) D. H. Melhem, « Sonia Sanchez: Will and Spirit », Melus, vol. 12, no. 3,‎ , p. 73-98 (26 pages) (lire en ligne) ,
  • (en-US) Leslie W. Lewis, India Dennis-Mahmood & Sonia Sanchez, « Traveling Conversation: India Dennis-Mahmood Interviews Sonia Sanchez », Feminist Teacher, Vol. 12, No. 3,‎ , p. 198-212 (15 pages) (lire en ligne),
  • (en-US) Sonia Sanchez & Susan Kelly, « Discipline and Craft: An Interview with Sonia Sanchez », African American Review, Vol. 34, No. 4,‎ , p. 679-687 (8 pages) (lire en ligne),
  • (en-US) Eisa Davis, Lucille Clifton & Sonia Sanchez, « Lucille Clifton and Sonia Sanchez: A Conversation », Callaloo, Vol. 25, No. 4,‎ , p. 1038-1074 (37 pages) (lire en ligne),
  • (en-US) Jacqueline Wood & Sonia Sanchez, « "This Thing Called Playwrighting": An Interview with Sonia Sanchez on the Art of Her Drama », African American Review, Vol. 39, No. 1/2,‎ printemps-été 2005, p. 119-132 (14 pages) (lire en ligne),
  • (en-US) Brandi Stanton, « Aids, Race, and the Invasion of the Body in Sonia Sanchez's "Does your House Have Lions?" », Callaloo, Vol. 36, No. 1,‎ , p. 90-105 (16 pages) (lire en ligne),

Liens externesModifier