Jayne Cortez

poète et militante afro-américaine

Jayne Cortez (née Sallie Jayne Richardson le à Fort Huachuca dans l'Arizona et décédée le à New York) est une poète et une militante afro-américaine particulièrement connue pour ses lectures publiques souvent accompagnées par des musiciens de jazz. Elle est une des figures littéraires du Black Arts Movement. Elle a enregistré plusieurs CD avec son groupe, les Firespitters.

Jayne Cortez
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 78 ans)
ManhattanVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Sallie Jayne RichardsonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Période d'activité
Depuis Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Denardo Coleman (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Label
Genre artistique
Site web
Distinctions
American Book Awards ()
Langston Hughes Medal (en) ()Voir et modifier les données sur Wikidata

BiographieModifier

Jeunesse et formationModifier

Sallie Jayne Richardson, connue sous le nom de Jayne Cortez[1] est née le dans la base militaire de Fort Huachuca[2], en Arizona[3] (son père est un militaire de carrière). Elle grandit à Los Angeles , où elle a fréquenté un établissement d'enseignement secondaire spécialisé dans les arts le Compton College (en)[4], où elle a étudié, entre autres, la peinture et le violoncelle. Par l'apprentissage du violoncelle, Cortez se familiarise avec la musique classique, et dans le cercle familial elle est initiée à la musique espagnole et amérindienne, ainsi qu'au blues et au jazz. Après le Compton Community College, elle étudie le théâtre à l'Ebony Showcase de Los Angeles. Elle prend pour nom d'artiste celui de Jayne Cortez, Cortez étant le nom de jeune fille de sa grand-mère maternelle[5].

CarrièreModifier

En 1964, elle est une des co-fondatrices du Watts Repertory Theater Company de Los Angeles dont elle est la directrice artistique de 1964 à 1970[6].

En 1972, elle crée sa propre maison d'édition, Bola Press[7].

Cortez cofonde une ONG en 1991 avec Ama Ata Aidoo, l'Organization of Women Writers of Africa, Inc. (OWWA) « dans le but d'établir des liens entre des écrivaines professionnelles africaines ». Louise Meriwether est membre du conseil d'administration[8].

Vie personnelleModifier

En 1954, elle épouse le jazzman Ornette Coleman[9], le couple donne naissance à un fils Denardo Coleman (en) en 1956, ils divorcent en 1964[6].

En 1975, elle épouse le sculpteur Melvin Edwards[10].

Jayne Cortez décède des suites d'une défaillance cardiaque dans un hôpital new-yorkais[11],[12].

ŒuvresModifier

  • Festivals and Funerals, New York Phrase Text, , 41 p. (OCLC 902083663),
  • Scarifications, Bola Press, , 63 p. (OCLC 4035645),
  • Mouth on Paper, Bola Press, , 63 p. (ISBN 9780686233121),
  • Firespitter, City Lights Books, , 47 p. (ISBN 9780960806256),
  • Coagulations: New and Selected Poems, Thunder's Mouth Press, 1984, rééd. 1990, 116 p. (ISBN 9780938410218, lire en ligne),
  • Poetic Magnetic, Bola Press, , 64 p. (ISBN 9780960806263),
  • Somewhere in Advance of Nowhere, Serpent's Tail, 1996, rééd. 15 mars 1997, 128 p. (ISBN 9781852424220),
  • A Jazz Fan Looks Back, Hanging Loose Press, , 116 p. (ISBN 9781931236096),
  • The Beautiful Book, Bola Press, , 102 p. (ISBN 9780960806287),
  • On the Imperial Highway: New and Selected Poems, Hanging Loose Press, , 131 p. (ISBN 9781931236904),

BibliographieModifier

Essais et encyclopédiesModifier

  • (en-US) Thadious M. Davis, Afro-American Poets Since 1955, Gale Research Co, octobre 1984, rééd. 1985, 432 p. (ISBN 9780810317192, lire en ligne), p. 69-73,
  • (en-US) D.H. Melhem, Heroism in the New Black Poetry: Introductions & Interviews, University Press of Kentucky, , 279 p. (ISBN 9780813117096, lire en ligne), p. 180-212,
  • (en-US) Shari Dorantes Hatch & Michael R. Strickland, African-American Writers: A Dictionary, ABC-CLIO, , 491 p. (ISBN 9780874369595, lire en ligne), p. 65-66,

ArticlesModifier

  • (en-US) Barbara T. Christian, « There it is: The Poetry of Jayne Cortez », Callaloo, No. 26,‎ , p. 235-239 (5 pages) (lire en ligne),
  • (en-US) D. H. Melhem and Jayne Cortez, « Profile and Interview: Jayne Cortez », MELUS, Vol. 21, No. 1,,‎ , p. 71-79 (9 pages) (lire en ligne) ,
  • (en-US) Tony Bolden and Jayne Cortez, « All the Birds Sing Bass: The Revolutionary Blues of Jayne Cortez », African American Review, Vol. 35, No. 1,‎ , p. 61-71 (11 pages) (lire en ligne),
  • (en-US) Kimberly N. Ruffin, « "I Got the Blues" Epistemology: Jayne Cortez's Poetry for Eco-Crisis », MELUS, Vol. 34, No. 2,‎ , p. 63-80 (18 pages) (lire en ligne) ,
  • (en-US) Norman (Otis) Richmond Aka Jalali, « Jayne Cortez Forced Her Way into History », The Black Scholar, Vol. 43, No. 1-2,‎ , p. 26-28 (3 pages) (lire en ligne) ,


Notes et référencesModifier

  1. (en) « Jayne Cortez | American poet », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 16 juin 2019)
  2. (en-US) Poetry Foundation, « Jayne Cortez », sur Poetry Foundation, (consulté le 16 juin 2019)
  3. (en-US) Academy of American Poets, « Jayne Cortez | Academy of American Poets », sur poets.org (consulté le 16 juin 2019)
  4. (en-US) « Jayne Cortez | Encyclopedia.com », sur www.encyclopedia.com (consulté le 16 juin 2019)
  5. (en-US) Margalit Fox, « Jayne Cortez, Jazz Poet, Dies at 78 », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 16 juin 2019)
  6. a et b (en-US) « Cortez, Jayne 1936- | Encyclopedia.com », sur www.encyclopedia.com (consulté le 16 novembre 2020)
  7. (en-US) « Jayne Cortez Biography: Voices from the Shuttle | Modern American Poetry », sur www.modernamericanpoetry.org (consulté le 16 novembre 2020)
  8. (en) « OWWA’s First 20 Years », sur web.archive.org, (consulté le 12 août 2020)
  9. (en-GB) Margaret Busby, « Jayne Cortez obituary », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le 16 juin 2019)
  10. (en-US) « Poetry (for Jayne Cortez) - Gulf Coast: A Journal of Literature and Fine Arts », sur gulfcoastmag.org (consulté le 16 juin 2019)
  11. (en-US) Marisa Gerber, « Jayne Cortez dies at 78; poet and performance artist », sur Los Angeles Times, (consulté le 16 novembre 2020)
  12. (en-US) « Poet, activist Jayne Cortez dies at 78 », sur UPI (consulté le 16 novembre 2020)

Liens externesModifier