Ouvrir le menu principal
André Goupille
GP années30.jpg
André Goupille vers 1930
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 86 ans)
ToursVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
André Marie Léon GoupilleVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Vétérinaire, résistantVoir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Autres informations
Membre de
Distinction

André Goupille fut un résistant et passeur d'Indre-et-Loire pendant la Seconde Guerre mondiale. Son destin est assez singulier car son action fut partagée par toute sa famille et son employée de maison Odette Métais. Tous furent capturés et envoyés en camps de concentration et tous en revinrent. Ils furent reconnus Justes parmi les Nations. Les écrits d'André Goupille ainsi que ceux de sa fille Élisabeth sont aussi des témoignages précieux pour la compréhension de l'Occupation et de la Résistance.

BiographieModifier

Le vétérinaire de la Haye-DescartesModifier

André Goupille est né le à Saint-Denis (depuis 1968 en Seine-Saint-Denis).

Il devient Docteur vétérinaire et s'installe à La Haye-Descartes en 1922 où il s'est marié cette même année avec Jeanne Ballue (Jeanne Goupille)[1]. Il exerce au Grand Pressigny.

Le couple a des enfants : Élisabeth en 1924, Pierre en 1925, Louis en 1926 et Jean en 1927.

Le passeurModifier

Au moment de l'invasion allemande en mai 1940, la famille part vers le sud, à l'Ile d'Oléron. Élisabeth se souvient de son 18 juin 1940 :

« J'avais quinze ans. Nous étions en vacances dans notre maison de famille à l'île d'Oléron. C'était le 18 juin 1940. Mon père nous a convoqués pour écouter l'appel du général de Gaulle. Ensuite, il a renvoyé mes frères jouer et m'a retenue par le bras pour me dire que désormais, j'étais sous ses ordres et que je devrais le suivre jusqu'au bout du silence »[2]. Ce sera littéralement le cas.

C'est ainsi qu'André Goupille allait s'engager avec toute sa famille dans la Résistance.

La famille Goupille rentre alors à la Haye Descartes, bien décidée à combattre l'occupant. la Ligne de Démarcation entre en vigueur le 25 juin 1940. Son premier tracé inclut La Haye Descartes et le Grand Pressigny en zone occupée. Le second et définitif tracé est mis en place en décembre 1940: La Haye Descartes et le Grand Pressigny sont alors séparés[3]. Les ponts sur la Creuse sont également gardés. Le Docteur Goupille bénéficie naturellement de laisser-passer pour franchir la ligne et de bons d'essence pour exercer son métier de vétérinaire[4].

La famille Goupille est en contact avec des réseaux du nord de la France comme le réseau du « Musée de l'Homme »[5], comme ceux de l'abbé Péan, curé de Draché, et des personnes particulièrement actives comme Jacques Borgnet, chef scout à Tours, et Marie-Thérèse de Poix à Sepmes[6].

En octobre 1940, il fait passer la Ligne à plus d'une vingtaine de soldats algériens et marocains. Les soldats africains de l'armée française sont parfois exécutés sommairement par la Wehrmacht (Liste de massacres perpétrés par les forces allemandes en France durant la Seconde Guerre mondiale), mais on ne sait pas si André Goupille en avait connaissance.

Les troupes d'occupation affectées à la garde de la Ligne sont peu motivées par cette tâche. Le passage est facile, d'ailleurs des passeurs rémunérés exercent aussi.

À partir d'avril 1941, ces troupes sont remplacées par des soldats spécialisés beaucoup plus consciencieux et motivés par la Gestapo, on les appelle « les douaniers ». Le passage devient risqué, les passeurs rémunérés disparaissent. André Goupille est aidé par sa connaissance de la campagne, les fermiers proches de la Ligne, les laitiers de la laiterie de Rives, des cheminots de Chatellerault et de Ports-de Piles, les alibis que lui fournit son métier, qu'il peut présenter en allemand et la bienveillance de la population et des gendarmes locaux. Il est particulièrement aidé par les frères Vernat et Ludovic Tesserault[4]. Le zèle des douaniers est encore relatif : André Goupille soupçonne même certains soldats de manquer volontairement leurs cibles. Un des enfants Goupille est cependant incarcéré dix jours à Tours. André Goupille lui-même est arrêté le 20 janvier 1942 pour avoir fait passer du courrier[7] et incarcéré quatre semaines. Il se fait passer pour un trafiquant de marché noir et est relâché. Il s'installe alors seul à la Brémaudière du Grand Pressigny puis y est rejoint par toute la famille après l'invasion de la zone libre en novembre 1942[8].

 
Mémorial de Yad Vashem, stèle trilingue.

Les personnes convoyées sont des aviateurs alliés abattus, des prisonniers évadés, des juifs, des réfractaires au S.T.O. à partir de 1943. Élisabeth prend le train pour aller chercher les clandestins dans l'ouest ou le nord de la France[2].

Le Résistant et déportéModifier

La ligne de démarcation est démantelée en février 1943. Il faut continuer à convoyer les aviateurs alliés, toujours plus nombreux, et cacher ceux qui sont pourchassés par la Gestapo et la Milice française. André Goupille s'emploie à en placer dans les fermes qui manquent de main d'œuvre. À partir de mai 1943 il organise des réceptions de parachutage dans la région. Ces parachutages sont préparés par Lucien Marchelidon et Louis Goupille. Une première perquisition est effectuée à la Brémaudière en décembre 1943 suite à une dénonciation de gendarme du Grand-Pressigny[9].

La Gestapo introduisit des agents doubles dans les réseaux. André Goupille, sa sœur Simone, Élisabeth et Pierre ainsi qu'Odette Métais, son fiancé Lucien Marchelidon et le frère de celui-ci sont arrêtés à la Brémaudière dans la nuit du 15 au 16 février 1944. Louis et Jean furent arrêtés dans leur collège. Mme Goupille fut arrêtée le 25, elle avait pu prévenir d'autres résistants qui échappèrent ainsi aux camps. Emmenés à Tours, ils y furent presque tous torturés (Clara Knecht). Mme Goupille y entendit une indiscrétion du chef de la Gestapo, comme quoi « cinq mille francs pour tout le groupe, ce n'était pas cher »[10].

 
Le prisonnier mourant, sculpture de Françoise Salmon exposée au camp de concentration de Neuengamme où fut interné André Goupille.
 
Prisonnière et surveillante SS (SS Aufseherin) dans un camp de femmes. Dessin de Joanna Czopowicz.

Les femmes furent internées à Ravensbrück et les hommes à Auschwitz, Mauthausen, Flossenburg, Neuengamme. Ils survécurent tous à la déportation[4], ce qui est exceptionnel pour l'ensemble d'une famille. Élisabeth fut d'abord exfiltrée par la Croix rouge vers la Suède le 2 mai 1945. Il était temps, elle quitte Ravensbrück dans le coma, ne pesant plus que 24 kg à vingt ans[2].

André Goupille revint s'installer à la Haye-Descartes et y continua son métier de vétérinaire. Il fut membre de la société archéologique de Touraine et s’intéressa à l'histoire de la Haye-Descartes[4]. Les membres de la famille Goupille témoignèrent régulièrement de leur expérience de la Résistance et de la Déportation.

Il meurt le à Tours. [11]

Distinctions et hommagesModifier

  • Médaille de Juste parmi les nations. Ces médailles ont été attribuées à tous les membres de la famille en 2000 par Yad Vashem[12].
  • Une rue de Descartes porte son nom.

Voir aussiModifier

Écrits d'Élisabeth et André GoupilleModifier

  • Élisabeth Goupille-Lamaignère, Chienne de vie, je t'aime d'un amour fou ! , Association S'Père, Saint-Cyr-sur-Loire, 2007, 72p
  • André Goupille, Élisabeth Lamaignère, De la Résistance au retour de déportation, l'histoire de mon père du 18 juin 1940 au 5 juin 1945, Dupli Print, 2000, 144p
  • André Goupille, Mon village sous la Botte, La Haye-Descartes, Amicale des Anciens Combattants, Résistants et Déportés de la région de la Haye-Descartes, , 206 p. (ISBN 2-85443-278-9).
  • André Goupille est aussi l'auteur de contributions sur l'histoire de la Haye-Descartes[13].

Articles connexesModifier

RéférencesModifier

  1. « Jeanne Goupille », sur MyHeritage (consulté le 20 novembre 2017)
  2. a b et c Témoignage d'Élisabeth Goupille, « Histoire et Mémoire, concours national de la Résistance et de la Déportation, 2010 », sur Collège Philippe de Vigneulles Metz, (consulté le 21 novembre 2017)
  3. Robert Vivier, « Touraine 39-45 : Histoire de l'Indre-et-Loire durant la 2ème guerre mondiale », sur BnF Gallica (consulté le 21 novembre 2017)
  4. a b c et d « André Goupille », sur ajpn.org (consulté le 29 novembre 2017)
  5. voir Musée de l'Homme#Réseau du Musée de l'Homme, résistance à l'occupation allemande
  6. Goupille 1995, p. 49-50
  7. (en) Robert Gildea, « Marianne in chains », sur Google books (consulté le 29 novembre 2017)
  8. (en) « The righteous among the nations : Métais family », sur Yad Vashem (consulté le 29 novembre 2017)
  9. Goupille 1995, p. 83
  10. Goupille 1995, p. 101
  11. Archives de Seine Saint Denis, commune de Saint-Denis, acte de naissance no 86 année 1897 (vue 15/132) (avec mention marginale de décès)
  12. « Famille Goupille - dossier no 8823 », sur le site du Comité français pour Yad Vashem (consulté le 31 décembre 2017).
  13. André Goupille, Haya , La Haye en Touraine , La Haye Descartes , Descartes : Des Origines à nos jours., Tours, s.n., , 176 p.