Ouvrir le menu principal

Carrière académiqueModifier

Agrégée d'histoire (1994), elle a été membre de l'École française de Rome (1997-2000), avant d'être élue maître de conférences en protohistoire à l'université Charles-de-Gaulle - Lille 3 (depuis septembre 2000). Depuis le 1er septembre 2012, elle est professeur de protohistoire européenne dans cette même université. Rattachée à l'UFR des Sciences Historiques, Artistiques et politiques sur le plan pédagogique, elle est membre de l'UMR 8164 HALMA-IPEL, où elle dirige le laboratoire d'études des métaux anciens.

Elle a été nommée membre Junior de l'Institut universitaire de France en 2005 et membre Senior en 2017.

TravauxModifier

Âge du bronzeModifier

Son doctorat en archéologie (1999, Université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne) portait sur « Le bronze des dépositions volontaires en Italie centrale (1200-725 av. J.-C.) ». Il fut publié en 2007 dans les collections de l'Ecole Française de Rome sous le titre L’artisanat du bronze en Italie centrale (1200-725 avant notre ère). Le métal des dépôts volontaires.

Elle a été chef du projet européen des deux mers de 2011 à 2014[1].

Elle est membre du bureau de l'Association pour la promotion de l'Âge du Bronze[2].

Archéologie de la guerreModifier

Son dossier d'habilitation à diriger des recherches (2009, École des hautes études en sciences sociales) était intitulé « Aux fondements d'une épistémologie de la guerre : archéométrie et archéologie durant la protohistoire européenne ».

Méthodologie en archéologieModifier

Son intérêt pour l'histoire de sa discipline (l'archéologie) l'ont amenée à participer à des travaux d'ordre "méthodologique" ou "épistémologique", à l'instar de sa participation dans le Guide des méthodes de l'archéologie, qui fut réédité, ou son dialogue avec Jean Guilaine.

Elle est vice-présidente du Conseil national de la recherche archéologique depuis janvier 2015[3].

MuséologieModifier

Ses recherches actuelles portent sur la diffusion des savoirs en archéologie auprès du public (muséologie).

Elle a été commissaire scientifique principal des expositions « Entre Flandre et Somme, il y a 3 500 ans. Les collections régionales de l’Âge du bronze » (Lille, 2007) et « Par-delà l'horizon. Sociétés en Manche et mer du Nord il y a 3 500 ans » (Boulogne-sur-Mer, 2012 – Ename (Belgique), 2012-2013 – Douvres (Angleterre), 2013).

DistinctionsModifier

Principales publicationsModifier

  • L'archéologie, coll. "Que sais-je ?", n° 4122, 2019, 126 p.
  • Par les armes. Le jour où l'homme inventa la guerre, Humensis, , 357 p. (lire en ligne)
  • Préhistoires d'Europe - De Néandertal à Vercingétorix, Paris, éditions Belin, coll. « Mondes anciens », , 608 p. (ISBN 978-2-7011-5983-6)
  • Par-delà l'horizon. Sociétés en Manche et mer du Nord il y a 3 500 ans (sous la direction), Paris, Somogy éditions d'art, 2012 (avec la collaboration de J. Bourgeois, P. Clark et M. Talon), 159 p.
  • Archéologie, science humaine. Entretiens avec Jean Guilaine, Paris, Actes Sud, 2011, 237 p.
  • Les paradoxes de la Protohistoire française, dans Annales HSS, 64-5, septembre-octobre 2009, p. 1107-1133.
  • Construire le temps. Histoire et méthodes des chronologies et calendriers des derniers millénaires avant notre ère en Europe occidentale, (sous la direction), Glux-en-Glenne, Centre archéologique européen, 2008 (Collection Bibracte, 16), 358 p.
  • L’artisanat du bronze en Italie centrale (1200-725 avant notre ère). Le métal des dépôts volontaires, Rome, École française de Rome, 2007 (Bibliothèque des Écoles françaises de Rome et d’Athènes, 335), XI-472 p.
  • L’artisanat métallurgique dans les sociétés anciennes de Méditerranée occidentale. Lieux, formes et techniques de production, Rome, École française de Rome, 2004 (Collection de l'École française de Rome, 332), 392 p.
  • Guide des méthodes de l’archéologie, Paris, La Découverte, 2002 (3e éd. augm. 2009) (en collaboration avec J.-P. Demoule, F. Giligny, A. Schnapp).

Anne Lehoërff a également publié différents travaux dans les domaines de l'histoire des techniques, de l'archéométallurgie et de l'épistémologie de l'archéologie (Annales HSS 2009).

RéférencesModifier

Voir aussiModifier