Lance Henriksen

acteur américain
Lance Henriksen
Description de cette image, également commentée ci-après
Lance Henriksen à la San Diego Comic-Con International de 2016
Nom de naissance Lance James Henriksen
Naissance (82 ans)
New York, NY, États-Unis
Nationalité Américaine
Profession Acteur
Films notables L'Étoffe des héros
Terminator
Saga Alien
Chasse à l'homme
Mort ou vif
Pumpkinhead
Tarzan
Falling
Séries notables Millennium

Lance Henriksen est un acteur américain né le à New York.

Dans un premier temps, il interprète notamment l'astronaute Walter Schirra dans The Right Stuff (1983) ou encore le sergent Hal Vukovich dans The Terminator (1984). Par la suite, James Cameron lui confie le rôle de l'androïde Bishop dans Aliens (1986). Ce rôle lui permet de devenir une figure emblématique des sagas Alien et Alien vs. Predator, interprétant de multiples rôles depuis plus de trente ans dans ces deux franchises.

Véritable figure de l'horreur et du fantastique dans les années 1980-1990 grâce à son visage buriné, il joue notamment le rôle de Jesse Hooker dans Near Dark, celui d'Ed Harley dans Pumpkinhead (1988), ou encore celui du shérif Doug Barnum dans Powder (1995). Il est également présent dans plusieurs thriller et films d'action, comme Jennifer 8 (1992) Hard Target (1993) ou encore The Quick and the Dead (1995). De 1996 à 1999, il interprète le personnage de Frank Black (en) dans la série Millennium. Il reprend le rôle dans un crossover, sobrement nommé Millennium, avec la série X-Files.

Par la suite, les années 2000 et 2010 le voit enchainer des petits rôles au cinéma, bien souvent dans des films à petit budget et sans grande exposition, ainsi que des rôles en tant qu'invité à la télévision. En revanche, il arrive à se construire une solide carrière dans l'animation et le jeu vidéo, étant notamment la voix du gorille Kerchak (en) dans le film d'animation Tarzan (1999) des studios Disney, ainsi que celle de l'amiral Steven Hackett dans la trilogie vidéoludique Mass Effect (2007-2012).

En 2020, il reçoit de nombreuses acclamations pour sa performance dans le film Falling, première réalisation de Viggo Mortensen avec lequel il partage également l'affiche.

Acteur prolifique et polyvalent, Lance Henriksen a son nom aux génériques de plus de 260 œuvres d'après le site Internet Movie Database.

Lance Henriksen sort également son autobiographie en 2011 et coscénarise le comics To Hell You Ride (en) publié entre 2012 et 2013.

BiographieModifier

JeunesseModifier

Fils d'un marin norvégien, Lance Henriksen passe son enfance à Bornéo, aux îles Fidji et en Malaisie. Cette jeunesse aventureuse lui rend vite intolérables les contraintes d'une scolarité traditionnelle.

Il travaille comme cireur de chaussures pour soutenir financièrement sa mère[1].

Renvoyé de plusieurs lycées, il part sur les routes à l'âge de douze ans et, après une adolescence mouvementée, intègre l'Actors Studio[2],[3],[1].

CarrièreModifier

Une succession de petits rôles (1970-1982)Modifier

Il obtient son premier rôle en 1970 à trente ans dans la reprise Off-Broadway de Three Plays of the Sea d'Eugene O'Neill. Souffrant alors d'illétrisme, c'est un ami à lui qui lui a lu le script[1].

Il fait sa première apparition à l'écran en 1972, dans le film It Ain't Easy (en)[1],[4]. Bien que sa page IMDb indique une apparition dans le film The Outsider (en) de Delbert Mann sorti en 1961, l'intéressé affirme ne pas avoir participé au film[4].

Il enchaîne au milieu des années 1970 les petits rôles dans des grand films, faisant deux apparitions sous la direction de Sidney Lumet dans Dog Day Afternoon en 1975 et Network en 1976, ainsi que dans Close Encounters of the Third Kind en 1977 de Steven Spielberg, qui le fait jouer un agent de la CIA[4],[5]. Il retrouve également Al Pacino au théâtre, en jouant à Broadway dans la pièce The Basic Training of Pavlo Hummel (en) de David Rabe[4].

Déjà à l'aise dans le genre horrifique, il joue un officier dans Damien: Omen II en 1978 et joue dans The Visitor en 1979[5].

Une troisième collaboration avec Lumet voit le jour, en 1981 avec Prince of the City[5]. La même année, il joue dans Piranha Part Two: The Spawning, première réalisation du tout jeune James Cameron qui lui donnera cinq ans plus tard, l'un de ses rôles les plus emblématiques[4].

Une révélation tardive et un acteur de tous les genres (1983-1999)Modifier

Interprète de l'astronaute Walter Schirra dans The Right Stuff en 1983, son visage buriné ne passe plus inaperçu[6].

Initialement, Cameron souhaitait voir Henriksen dans la peau du glacial T-800 dans sa seconde réalisation, The Terminator sorti en 1984[7]. Finalement le rôle sera attribué au « Chêne autrichien » Arnold Schwarzenegger tandis qu'Henriksen tient le rôle du sergent du LAPD Hal Vukovich[7].

 
Le réalisateur James Cameron et la productrice Gale Anne Hurd tenant une affiche du film Aliens en 1986. Le réalisateur canadien aime reprendre des comédiens avec lesquels il a déjà tourné, Lance Henriksen ayant joué dans trois films de Cameron entre 1981 et 1986.

En 1986, James Cameron fait de nouveau appel à lui pour lui confier un rôle dans une franchise qu'il côtoiera pendant plus de trente ans, celui de l'androïde Bishop (en) dans le film Aliens, second volet cinématographique de la franchise Alien, faisant suite au film Alien de Ridley Scott sorti en 1979[8].

S'il ne retrouve plus par la suite le cinéaste canadien, il tourne l'année d'après avec celle qui deviendra sa femme, Kathryn Bigelow, dans le néo-western horrifique Near Dark sortie en 1987[9]. Il y joue le chef d'une bande de vampires et retrouve deux de ses partenaires de jeu du film Aliens, à savoir Jenette Goldstein et Bill Paxton[9].

Il continue cette percée dans l'épouvante en tenant un rôle prépondérant, celui d'Ed Harley, dans le film Pumpkinhead sorti en 1988[10]. Première réalisation de Stan Winston alors connu pour ses effets spéciaux animatronique et son travail de maquilleur, le film déçoit au box office mais arrive malgré tout à établir une franchise (en), composée de trois suites sorties en 1994, 2006 (en) et 2007 (en) — avec Henriksen de retour dans ces deux derniers[11],[12] —, de plusieurs comics, ainsi qu'un jeu vidéo (en)[10]. Après plusieurs années de développement, un redémarrage de la franchise par Paramount Players est officialisé en [13].

Il est également à l'aise et très convaincant dans les prestations de méchant comment en 1989 face à Mickey Rourke dans Johnny Handsome de Walter Hill[4]. Par ailleurs, Hill est l'un des scénaristes et producteurs des trois premiers Alien. Il retrouve ce derniier l'année d'après dans l'épisode Cutting Cards de la série horrifique Tales from the Crypt[4].

En 1991, il interprète le chef d'un gang de bikers suprématistes blancs dans le film Stone Cold (en)[4]. La quasi-intégralité des dialogues ont été improvisés par les acteurs, le scénario étant considéré comme mauvais, le scénariste, qui devait également réaliser le film, ayant été renvoyé une semaine avant le début du tournage[4],[14]. Dans une entrevue avec le site web The A.V. Club parue en 2017, il revient de manière ironique sur ce tournage : « Encore une fois, la survie. Vous devez le faire. Vous devez faire ce qu'il faut. Je suis venu avec des lignes là-dedans que je ne savais même pas que je possédais ! »[N 1],[4]. La même année, il incarne le comédien Charles Bronson dans Reason for Living: The Jill Ireland Story, un téléfilm centrée sur la femme de ce dernier, Jill Ireland[6].

Il reprend le rôle de Bishop en 1992 dans Alien 3 de David Fincher[8]. Le film marque également la première fois qu'Henriksen tient dans la franchise un autre rôle que celui de Bishop, à savoir Michael Weyland, crédité Bishop II durant le générique de fin[15].

 
De 1996 à 1999, Lance Henriksen est le principal protagoniste de la série MillenniuM créée par Chris Carter.

Il participe notamment en 1993 au film Hard Target, première réalisation sur le sol américain du cinéaste chinois John Woo, ainsi que première film hollywoodien d'un réalisateur asiatique[16]. Dans ce film d'action où il fait face à Jean-Claude Van Damme, il y joue le principal antagoniste qui s'avère être le chef d'une bande de criminels qui traquent des sans-abri pour le sport[16]. Le rôle lui permet de glaner en 1994, le saturn Award du meilleur acteur dans un second rôle[17].

Également peintre et potier au talent reconnu, Lance Henriksen tente d'élargir son répertoire en incarnant le fidèle ami d'Andy García dans le polar Jennifer 8 en 1992, ou encore l'un des patients du psychiatre Bruce Willis dans le thriller Color of Night en 1994[18],[19].

Maintenant un habitué des registres fantastique et horrifique, il participe à de nombreux films de ce genre, parmi lesquels : Absolom 2022 en 1994 qui le voit jouer le chef d'une communauté pacifique de prisonniers, ou encore Powder en 1995, qui le voit jouer un shérif[20],[21].

L'année 1995 le voit également apparaitre dans deux westerns, étant un as de la gâchette participant à une série de duel « tir rapide (en) » dans le western The Quick and the Dead de Sam Raimi et en jouant un chasseur de primes traquant Johnny Depp pour Jim Jarmusch dans son film en noir et blanc Dead Man[22],[23].

De 1996 à 1999, il est également la vedette de la série Millennium de Chris Carter. Son rôle de Frank Black (en), un ancien agent du FBI devenu profiler et ayant la capacité de voir au travers les yeux de meurtriers et de tueurs en série, lui vaut trois citations consécutives aux Golden Globes, en 1997, 1998 et 1999. En parallèle, il incarne en 1998 le président des États-Unis Abraham Lincoln dans le téléfilm The Day Lincoln Was Shot (en) de John Gray[4].

Une mise en avant moindre, son retour dans la franchise Alien et exploration de son jeu vocal (1999-2010)Modifier

Après trois saisons, la série Millennium est brutalement annulée, le dernier épisode étant diffusé le , laissant l'histoire de la série en suspens[24]. Malgré tout, Lance Henriksen reprend une dernière fois le personnage la même année dans le crossover Millennium, quatrième épisode de la septième saison de la série The X-Files[25].

L'année 2000 le voit participer à une grande franchise horrifique, Scream, du scénariste Kevin Williamson et du monument de l'horreur Wes Craven derrière la caméra. Il incarne ainsi l'exécrable producteur de cinéma John Milton, responsable des films Stab, dans le troisième volet de la saga[26].

Ayant auparavant prêté sa voix en 1999 au chef des gorilles Kerchak (en) dans Tarzan, 59e long-métrage d'animation des studios Disney, le début des années 2000 permet à Lance Henriksen de devenir une voix récurrente de ce milieu, ainsi que dans une industrie en pleine expansion, le jeu vidéo. Dans un premier temps, il prête de nouveau sa voix au personnage de Kerchak (en) en 2001 le temps d'un épisode de la série d'animation faisant suite au film[source insuffisante][27]. L'année d'après, il prête cette fois-ci sa voix à Molov, chef d'une équipe de militaires dans le jeu vidéo Red Faction II sorti en 2002 et second volet de la franchise homonyme après le très bien accueilli premier volet sorti en 2001[28]. La même année, il prête sa voix au protagoniste du jeu Run Like Hell (en)[29]. Durant cette période il est annoncé dans le rôle d'Abaddon pour l'ambition jeu The Four Horsemen of the Apocalypse (en) du studio The 3DO Company[30]. Le studio ayant fait faillite, le projet n'a pas pu se terminer à bien[31].

 
Lance Henriksen en 2006 à Gand.

En 2004 et après douze ans d'absence, il fait son grand retour dans la franchise Alien en jouant le rôle du milliardaire et fondateur de Weyland insdustries, Charles Bishop Weyland, dans le film Alien vs. Predator de Paul W. S. Anderson, confrontation sur grand écran des franchises Alien et Predator qui s'inspire de la série de comics publiée depuis 1989 par Dark Horse Comics[32],[33].

Le milieu des années 2000 est un tournant dans la carrière du comédien qui enchaîne les seconds rôles dans des productions mineures destinées au marché de la vidéo. Plus que jamais associé au cinéma de genre, il campe des rôles dans des franchises célèbres telles que Hellraiser : Hellworld (2005) ou bien encore Alone in the Dark 2 (2009), tout en reprenant le rôle d'Ed Harley dans les films Pumpkinhead: Ashes to Ashes (en) (2006) et Pumpkinhead: Blood Feud (en) (2007)[34],[35],[36],[12].

En 2005, il est présent dans le jeu Gun porté par Thomas Jane, qui comprend une distribution prestigieuse avec notamment Ron Perlman, Kris Kristofferson, Tom Skerritt ou encore Brad Dourif[37]. Il reprend également pour la dernière fois le rôle du gorille Kerchak (en) dans le second film d'animation Tarzan, préquelle du film de 1999[38].

En 2006, il prête sa voix au personnage de DC Comics et l'un des ennemis emblématiques de Superman, Brainiac, dans le film d'animation Superman: Brainiac Attacks sorti directement en DVD[39]. Bien que le film reprenne l'identité visuelle de la série de 1996 et marque le retour de Tim Daly dans le rôle du Kryptonien, le film ne fait pas partie du DC Animated Universe[39],[40].

En 2007, il prête sa voix à l'amiral Steven Hackett dans le jeu vidéo de science fiction Mass Effect du studio BioWare, premier volet d'un trilogie qui rencontre un immense succès[41].

 
Lance Henriksen recevant en 2008 le Aliens Legacy Gold Award au Dragon Con de 2008, à Atlanta en Georgie.

L'année 2008 lui permet de jouer dans le western Appaloosa, seconde réalisation d'Ed Harris après Pollock en 2000 ainsi que seconde collaboration pour les deux acteurs qui se sont côtoyés dans The Right Stuff en 1983[42]. Ce film lui permet de faire la rencontre de Viggo Mortensen qui le fera jouer douze ans plus tard dans sa première réalisation, Falling[42]. Il prête également sa voix au chasseur de primes Lockdown dans trois épisodes la série d'animation Transformers: Animated entre 2008 et 2009[réf. nécessaire]. Il reprend le rôle pour l'adaption vidéoludique parue en 2008[source insuffisante][27].

En 2009, il prête sa voix au général Shepherd dans le jeu de tir à la première personne Call of Duty: Modern Warfare 2, sixième opus de la franchise Call of Duty et suite de Call of Duty 4: Modern Warfare, énorme succès qui a rénové la saga en transposant le contexte à l'époque contemporaine[43]. Il fait également parti du casting vocal du jeu vidéo The Chronicles of Riddick: Assault on Dark Athena, nouveau volet vidéoludique de la franchise cinématographique The Chronicles of Riddick porté par Vin Diesel, après le jeu The Chronicles of Riddick: Escape from Butcher Bay sorti en 2004[44]. Si le jeu est très bien reçu par la presse spécialisée, les critiques soulignent unanimement la performance des comédiens[45],[46],[47]. Il collabore de nouveau avec le studio BioWare qui lui donne le rôle du maitre Jedi Gnost-Dural dans le jeu de rôle en ligne massivement multijoueur Star Wars: The Old Republic[48]. Gardien des archives Jedi, ce personnage a pour but de mettre en lumière le lore de la période mise en scène[48]. Toujours la même année, il apparait en tant qu'invité dans le dix-septième épisode de la sixième saison de la série NCIS, qui le voit jouer le rôle du shérif Clay Boyd[49].

En 2010, il participe au nouveau volet du crossover Alien vs. Predator en prêtant ses traits à Karl Bishop Weyland dans le jeu vidéo Aliens vs. Predator[50]. Il apparait dans le neuvième épisode de la troisième saison de la série Castle[51]. Enfin, il tient le rôle du super-vilain de Marvel Comics, Eric Williams / Grim Reaper, dans quatre épisodes de la première saison de la série d'animation The Avengers: Earth's Mightiest Heroes[51].

Parenthèse littéraire, un acteur toujours autant diversifié qui retrouve une plus grande exposition (depuis 2011)Modifier

En 2011, il joue pour la compagnie After Dark Films (en), dans le film de monstre (en) The Banshee qui puise dans la Banshee, une créature propre à la mythologie celtique irlandaise[52]. Il reprend également le rôle de l'amiral Hackett dans Arrival (en), le contenu téléchargeable du Mass Effect 2[53]. L'année 2011 lui permet également de publier son autobiographie, Not Bad for a Human[1].

 
Lance Henriksen en 2010.

De 2012 à 2013, il prête sa voix au général Tesler, le principal antagoniste de la série d'animation TRON: Uprising qui se déroule dans la franchise Tron (en) débutée en 1982 par le film homonyme de Steven Lisberger et remise sur le devant de la scène en 2010 grâce au film Tron: Legacy de Joseph Kosinski[54]. Il prête également sa voix à un vilain secondaire, le Lieutenant, dans la première saison de la série d'animation The Legend of Korra, suite de la série Avatar: The Last Airbender[51]. L'année 2012 le voit reprendre pour la dernière fois le rôle de l'amiral Steven Hackett dans Mass Effect 3, jeu qui le voit tenir un rôle bien plus conséquent[55]. Enfin, il coscénarise avec Joseph Maddrey (en), le comics To Hell You Ride (en) publié jusqu'en 2013 en cinq numéros par Dark Horse Comics[56].

En 2013, il participe au jeu de tir à la première personne Aliens: Colonial Marines du studio Gearbox Software, qui le voit reprendre le rôle d'un autre androïde Bishop ainsi que celui de Michael Weyland[57]. Il rejoint également en tant qu'invité la distribution de la série Hannibal de Bryan Fuller, prélude du roman Dragon rouge de Thomas Harris mettant en scène Mads Mikkelsen dans le rôle du psychiatre cannibale Hannibal Lecter[58]. Il est également au casting du claustrophobique film Phantom qui relate l'histoire du sous-marin soviétique K-129 et dans lequel il tourne pour la troisième fois avec Ed Harris[59].

Pour sa série horrifique The Strain diffusée en 2014, le co-créateur Guillermo del Toro révèle que Lance Henriksen est une des nombreuses voix qui ont servi à concevoir celle du Maitre, le principal antagoniste de la série[60]. Le réalisateur mexicain explique ce choix : « La chose que nous savons, c'est que le Maître[...] englobe plusieurs voix. C'est donc un personnage composé de nombreuses voix au fil des siècles[...] Nous voulions fusionner plusieurs voix, et l'une des voix que nous voulions utiliser était celle de Lance, en raison de sa puissance et de son autorité et de la façon dont elle sonne, puis la mélanger avec d'autres voix comme base pour la voix du Maître, pour l'autorité et le pouvoir dont il dispose. »[N 2],[60].

De 2015 à 2017, il apparait de manière sporadique dans deux séries. Ainsi, il joue le rôle de Bill McCready dans cinq épisodes de la série Blacklist ainsi que celui du Prêcheur dans trois épisodes de la série Into the Badlands[51]. Dans le même moment, l'éditeur IDW Publishing fait renaitre en 2015 l'univers de la série Millennium grâce à un comics de cinq numéros (en)[61]. Il est également en 2015 le capitaine d'un chalutier dans le film de monstre (en) et de science fiction, Harbinger Down (en)[62]. Il joue également dans la comédie horrifique Stung (en)[1].

L'année 2016 le voit apparaitre en tant qu'invité dans plusieurs séries. Il apparait ainsi dans le quatorzième épisode de la douzième saison de Grey's Anatomy, le dix-huitième épisode de la onzième saison de Criminal Minds, deux épisodes de la troisième saison de Night Shift, ainsi que dans le cinquième épisode de la deuxième saison de la série de DC Comics, Legends of Tomorrow, qui le voit tenir le rôle du super-héros Obsidian[63],[64],[65].

 
Lance Henriksen et une partie de la l'équipe du film Aliens, au San Diego Comic Con International de 2016 pour célébrer les trente ans du film.
De gauche à droite :
Bill Paxton, James Cameron, Gale Anne Hurd, Sigourney Weaver, Paul Reiser, Carrie Henn, Michael Biehn et Lance Henriksen.

En 2017, il apparait dans la comédie horrifique Mom and Dad porté par Nicolas Cage et Selma Blair, dont le postulat des plus atypiques montre les parents se retourner de manière brutale envers leurs enfants[66].

En 2018, le studio français Quantic Dream fait appel à lui pour apparaitre dans le jeu vidéo Detroit: Become Human[67]. Ce projet ambitieux ayant pour thème le traitement des androïdes dans une société futuriste, comprend dans sa distribution plusieurs acteurs de renoms, comme Minka Kelly ou Clancy Brown, qui apparaissent physiquement grâce à la technique de capture de mouvement[67]. Le studio avait déjà fait participer des acteurs de cinéma, Elliot Page et Willem Dafoe, pour être les têtes d'affiches de son précédent jeu Beyond Two Souls sorti en 2013[68]. Plus globalement, l'industrie du jeu vidéo a de plus en plus recours à des comédiens connus à partir de la fin des années 2000, pour que ces derniers ne prêtent plus uniquement leurs voix à des personnages, mais apposent également leurs visages[68].

Il joue également la même année un hors-la-loi dans le western de série B Gone Are the Days (en) de Mark Landre Gould, qui comprend notamment les acteurs Danny Trejo et Tom Berenger[69].

En 2019, trente-trois ans après avoir joué pour la première fois l'androïde Bishop dans Aliens, il reprend une énième fois le personnage pour les besoins d'une fiction audio qui adapte le scénario avorté de William Gibson pour le film Alien 3 (1992)[70]. Il y côtoie notamment Michael Biehn, interprète du caporal Dwayne Hicks (en) dans le second volet, dont la présence dans le troisième volet a été quasi-intégralement effacée[70].

En 2020, il apparait sur grand écran dans le film Falling, un drame où il donne la réplique à l'acteur Viggo Mortensen qu'il avait rencontré douze ans plus tôt dans Appaloosa et qui fait ici, ses débuts en tant que réalisateur[71]. Sa prestation d'un vieil homme homophobe et atteint de démence est remarquée, parmi les nombreuses critiques élogieuses, John Defore de The Hollywood Reporter fait la remarque que : « peu de cinéphiles qui l'ont apprécié au fil des ans seront surpris, mais beaucoup auront du ressentiment car nous, et lui, avons attendu si longtemps pour un rôle comme celui-ci. »[N 3],[71],[72],,[73],[74]. Le film sortira à la réouverture des cinémas car il en avait été privé auparavant à cause de la pandémie de Covid-19.

En 2022, il réitère l'aventure vidéoludique, en prêtant ses traits à un personnage du jeu vidéo d'action-aventure de type survival horror, The Quarry, développé par Supermassive Games[75].

ThéâtreModifier

Filmographie partielleModifier

CinémaModifier

FilmsModifier

Années 1970Modifier
Années 1980Modifier
Années 1990Modifier
Années 2000Modifier
Années 2010Modifier
Années 2020Modifier

Films d'animationModifier

TélévisionModifier

TéléfilmsModifier

Séries téléviséesModifier

Séries d'animationModifier

LudographieModifier

Fiction audioModifier

LivreModifier

ComicsModifier

Dans la culture populaireModifier

Il est le second acteur à avoir été victime d'un Terminator (Terminator, 1984), d'un Alien (Aliens, le retour, 1986) et d'un Predator (Aliens vs. Predator, 2004), le premier étant Bill Paxton[78],[79].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Citation originale : Again, survival. You’ve got to do it. You’ve got to do what it takes. I came up with lines in there that I didn’t even know I owned!
  2. Citation originale : The thing that we know is that The Master[...] encompasses many voices. So, he's a character made of many voices over the centuries[...]We wanted to meld several voices, and one of the voices that we wanted to use was Lance, because of its power and authority and the way it sounds, and then mix it with other voices as the base for The Master's voice, for the authority and the power it has.
  3. Citation originale : Few moviegoers who've enjoyed him over the years will be surprised, but many will resent that we, and he, have waited so long for a role like this.

RéférencesModifier

  1. a b c d e et f (en) « Classic Hollywood: Lance Henriksen’s ‘oddball’ film picks speak to his creative nature », sur latimes.com, (consulté en )
  2. (en) « Viggo Mortensen on Falling star Lance Henriksen: ‘He’s like a wolf who might gobble you up’ », sur theguardian.com, (consulté en )
  3. « « Je suis un survivant. J’ai survécu à mon père » : Lance Henriksen, à l’affiche de « Falling »l », sur lemonde.fr, (consulté en )
  4. a b c d e f g h i j et k (en) « Lance Henriksen on Millennium, Close Encounters, and whether he can do that Aliens knife trick », sur avclub.com, (consulté le )
  5. a b et c (en) « Lance Henriksen on His Career: ‘Every Job I’ve Ever Gotten Was a Gift’ », sur denofgeek.com, (consulté le )
  6. a et b (en) « Change of Character for Henriksen », sur latimes.com, (consulté le )
  7. a et b (en) « Terminator's Lance Henriksen is back », sur ew.com (consulté le )
  8. a et b (en) « Terminator's Lance Henriksen is back », sur yahoo.com, (consulté en )
  9. a et b « Sorti en France il y a trente ans, le premier film en solo de la réalisatrice apporte du sang neuf au mythe usé du vampire et s'offre une sortie en Blu-ray. », sur lepoint.fr, (consulté le )
  10. a et b (en) « Pumpkinhead Is the Latest Classic Horror Franchise Getting a Major Reboot », sur .cbr.com, (consulté le )
  11. (en) « Blood, Gore, Demons and the Suburban Life », sur nytimes.com, (consulté le )
  12. a et b (en) « Pumpkinhead 4: Blood Feud Rolls Up on DVD October 2 », sur movieweb.com, (consulté le ).
  13. (en) « Pumpkinhead Reboot Reportedly Being Developed », sur comicbook.com, (consulté le )
  14. (en) « William Forsythe on punk rock, Al Capone, and the worst script ever written », sur avclub.com, (consulté le )
  15. (en) « Aliens, Prometheus, and even Spaceballs: Spot the references in Colonial Marines », sur venturebeat.com, (consulté le )
  16. a et b (en) « Hard Target: Jean-Claude Van Damme issues a roundhouse kick to class privilege », sur theguardian.com, (consulté le )
  17. (en) « Academy of Science Fiction, Fantasy & Horror Films, USA (1994) », sur imdb.com (consulté le )
  18. (en) « ‘Color of Night’ », sur washingtonpost.com, (consulté le )
  19. (en) « MOVIE REVIEW : ‘Jennifer 8’: Edgy Mix of Danger and Romance », sur latimes.com, (consulté le )
  20. (en) « Review/Film; Who Wouldn't Try to Run From Annoying Convicts? », sur nytimes.com, (consulté le )
  21. (en) « Powder Review », sur empireonline.com, (consulté le )
  22. (en) « ‘The Quick and the Dead’ 4K Ultra HD review », sur apnews.com, (consulté le )
  23. (en) « FILM REVIEW;Weirdos and Allegory in the Old West », sur nytimes.com, (consulté le )
  24. (en) « Lance Henriksen is pretty sure they're making a Millennium movie », sur avclub.com, (consulté le )
  25. (en) « The 15 Best Episodes of 'Millennium', Ranked », sur collider.com, (consulté le )
  26. (en) « The Entire Scream Timeline Explained », sur looper.com, (consulté le )
  27. a et b D'après le générique de fin.
  28. (en) « Lance Henriksen Joins the Faction », sur ign.com, (consulté le )
  29. (en) « Run Like Hell Review », sur ign.com, (consulté le )
  30. (en) « Four Horsemen of the Apocalypse details », sur gamespot.com, (consulté le )
  31. (en) « Playing Catch Up: Mutant League Football's Michael Mendheim », sur gamedeveloper.com, (consulté le )
  32. (en) « Interview: Lance Henriksen », sur ign.com, (consulté le )
  33. (en) « Alien Vs. Predator: How the Movie Monsters REALLY Met », sur cbr.com, (consulté le )
  34. (en) « Hellraiser Movies in Order: How to Watch Chronologically and by Release Date », sur movieweb.com, (consulté le )
  35. (en) « Alone in the Dark 2 goes straight to DVD in US, thankfully », sur vg247.com, (consulté le )
  36. (en) « Blood, Gore, Demons and the Suburban Life », sur nytimes.com/, (consulté le )
  37. (en) « Gun Loaded with Talent », sur ign.com, (consulté le )
  38. (en) « Tarzan II », sur ign.com, (consulté le )
  39. a et b (en) « Superman: Brainiac Attackssite=ign.com », (consulté le )
  40. (en) « Every Superman Movie Ranked By IMDb », sur looper.com, (consulté le )
  41. (en) « Another day, another celeb attached to a game », sur nypost.com, (consulté le )
  42. a et b (en) « Lance Henriksen on the moment he knew Viggo Mortensen was "my kind of guy" », sur avclub.com, (consulté le )
  43. (en) « Call Of Duty: 10 Secrets About Shepherd You Missed », sur screenrant.com, (consulté le )
  44. (en) « SEGA signs Bishop for Aliens vs Predator », sur eurogamer.com, (consulté le )
  45. (en) « Game review: The Chronicles Of Riddick: Assault On Dark Athena », sur theguardian.com, (consulté le )
  46. (en) « Review: The Chronicles of Riddick: Assault on Dark Athena », sur escapistmagazine.com, (consulté le )
  47. (en) « The Chronicles of Riddick: Assault on Dark Athena Review », sur gamespot.com, (consulté le )
  48. a et b (en) « The Old Republic's timeline as voiced by Lance Henriksen », sur engaget.com, (consulté le )
  49. « Un petit goût de "Millennium" dans "NCIS" », sur allocine.fr, (consulté le )
  50. « Lance Henriksen dans Aliens vs. Predator », sur jeuxactu.fr, (consulté le )
  51. a b c et d (en) « Lance Henriksen's 10 Best Movie & TV Roles, According To IMDb », sur screenrant.com, (consulté le )
  52. (en) « Lance Henriksen Interview SCREAM OF THE BANSHEE », sur collider.com, (consulté le )
  53. (en) « Mass Effect: Arrival Arrives Later This Month », sur escapistmagazine.com, (consulté le )
  54. (en) « Lance Henriksen Talks TRON: UPRISING and the "Big Push" for a MILLENNIUM Movie », sur collider.com, (consulté le )
  55. « Freddie Prinze Jr donne de la voix pour "Mass Effect 3" [VIDEO] », sur allociné.fr, (consulté le )
  56. (en) « CCI EXCLUSIVE: Lance Henriksen Marks Comics Debut in "To Hell You Ride" », sur cbr.com, (consulté le )
  57. (en) « Aliens: Colonial Marines fills in story gaps left by Alien 3, says Gearbox », sur polygon.com, (consulté le )
  58. « Lance Henriksen rend visite à Hannibal Lecter », sur allocine.fr, (consulté le )
  59. (en) « Phantom: Film Review », sur hollywoodreporter.com, (consulté le )
  60. a et b (en) « Guillermo del Toro: Bringing Lance Henriksen into The Strain & Creature Design », sur comingsoon.net, (consulté le )
  61. (en) « NYCC EXCLUSIVE: Harris & Carter Resurrect "Millennium" at IDW », sur cbr.com, (consulté le )
  62. (en) « Film Review: ‘Harbinger Down’ », sur variety.com, (consulté le )
  63. (en) « The Criminal Minds Episodes Where No One Dies », sur looper.com, (consulté le )
  64. « Photo Eoin Macken, Lance Henriksen », sur allociné.fr (consulté le )
  65. « Legends of Tomorrow complète sa Justice Society of America », sur allocine.fr, (consulté le )
  66. (en) « Mom and Dad: Nicolas Cage takes to the crazed plot like a duck to waters », sur irishtimes.com, (consulté le )
  67. a et b « Avec “Detroit : become human”, les androïdes ne nous ont jamais paru aussi beaux », sur telerama.fr, (consulté le )
  68. a et b (en) « Star Power: 16 Celebrities And Their Video Game Counterparts », sur gameinformer.com, (consulté le )
  69. (en) « Review: Lance Henriksen and Tom Berenger fit comfortably into throwback western ‘Gone Are the Days,’ flaws and all », sur latimes.com, (consulté le )
  70. a et b (en) « HOW WILLIAM GIBSON’S LONG-LOST ALIEN 3 SCRIPT BECAME 2019’S MOST INTRIGUING AUDIO DRAMA », sur theverge.com, (consulté le )
  71. a et b (en) « ‘Falling’: Film Review », sur hollywoodreporter.com, (consulté le )
  72. (en) « Falling review – Viggo Mortensen casts a clear eye on dementia », sur theguardian.com, (consulté le )
  73. (en) « ‘Falling’ Review: Father and Son Reunion », sur nytimes.com, (consulté le )
  74. (en) « ‘Falling’ Review: Lance Henriksen Is a Bad Dad for the Ages in Viggo Mortensen’s Directorial Debut », sur indiewire.com, (consulté le )
  75. « The Quarry : un nombre de fins monumental pour le jeu d'horreur », sur gameblog.fr, (consulté le )
  76. « Fiche de Lance Henriksen », sur IMDb (consulté le )
  77. « Alien lll - The script that never made it to screen | Audible » sur youtube.com
  78. (en) William Bibbiani, « Your ALIEN, PREDATOR and TERMINATOR Trivia is Wrong! », sur Blumhouse.com, (consulté le )
  79. (en) « Paxton and Henriksen: The Terminator, Alien, and Predator Death Trifecta », sur PoeGhostal.com, (consulté le )

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier