Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Meurtre

meurtre commis avec préméditation
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Meurtre (homonymie).
Le meurtre de saint Thomas Becket, Joseph Martin Kronheim, XIXe siècle.

Un meurtre est un homicide[1] volontaire.

Sommaire

En droit françaisModifier

En France, le meurtre est défini à l'article 221-1 du code pénal. Il s'agit du « fait de donner volontairement la mort à autrui » et est puni de trente ans de réclusion criminelle.

Le meurtre suppose la réalisation d'un élément moral et matériel. L'élément moral se caractérise par un dol général et un dol spécial.

L'auteur doit avoir commis des violences volontaires dans l'intention de provoquer la mort d'autrui. Si le résultat n'aboutit pas malgré la volonté de l'auteur, on parle de tentative de meurtre.

Un meurtre par autodéfense est un acte volontaire mais à causes atténuantes. Il est faiblement puni s'il y a preuve de l'agression.

Lorsqu'il y a préméditation, on parle d'assassinat.

Le meurtre généralModifier

Le meurtre général se caractérise par la volonté de commettre un acte de violence envers une personne ou un animal[réf. nécessaire].

Le meurtre spécialModifier

Il se caractérise par la volonté de tuer une personne.

L'élément matérielModifier

Il se caractérise par l'exécution de cette volonté. Ainsi, pratiquer le vaudou et insuffler des sorts n'est pas considéré comme étant un acte pouvant réellement aboutir à la mort. Cette pratique ne peut donc constituer une tentative de meurtre. De même, imaginer le scénario de la mort de quelqu'un n'est pas répréhensible puisqu'il relève de la pensée. En revanche, mettre en œuvre matériellement ce plan constitue le crime (c'est le résultat effectif qui différencie meurtre et tentative de meurtre).

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier