Ouvrir le menu principal

Gare de Lyon-Perrache

gare ferroviaire française
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gare de Lyon et Perrache.

Lyon-Perrache
Image illustrative de l’article Gare de Lyon-Perrache
Façade de la gare de Perrache.
Localisation
Pays France
Commune Lyon
Quartier Perrache (2e arr.)
Adresse 14, cours de Verdun
Coordonnées géographiques 45° 44′ 54″ nord, 4° 49′ 32″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire SNCF
Exploitant SNCF
Services TGV, Ouigo, Intercités, TER
Caractéristiques
Ligne(s) Paris-Lyon à Marseille-St-Charles
Moret-Veneux-les-Sablons à Lyon-Perrache
Lyon-Perrache à Marseille-St-Charles (via Grenoble)
Lyon-Perrache à Genève (frontière)
Voies 17 + voies de service
Transit annuel 6 111 077 voyageurs (2016)
Altitude 174 m
Historique
Mise en service
Architecte François-Alexis Cendrier
Correspondances
Métro Métro de Lyon Ligne A
Tramway Tramway de Lyon Ligne T1 Ligne T2
Bus TCL Bus en mode C Ligne C19 Ligne C21 Ligne C22
Bus TCL Ligne 8 Ligne 31 Ligne 46 Ligne 49
Bus TCL Ligne 55 Ligne 60 Ligne 63
Les cars du Rhône 114, 119, 120, 145

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Lyon-Perrache

Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes

(Voir situation sur carte : Auvergne-Rhône-Alpes)
Lyon-Perrache

Géolocalisation sur la carte : métropole de Lyon

(Voir situation sur carte : métropole de Lyon)
Lyon-Perrache

Géolocalisation sur la carte : Lyon

(Voir situation sur carte : Lyon)
Lyon-Perrache

La gare de Lyon-Perrache est une gare ferroviaire française établie dans la ville de Lyon, chef-lieu de la métropole de Lyon, en région Auvergne-Rhône-Alpes. Elle est située dans le quartier de Perrache, entre le confluent et le reste de la presqu'île de Lyon.

La gare ferroviaire de Perrache fut construite à partir de 1855 par l'architecte François-Alexis Cendrier pour le compte de la Compagnie du chemin de fer de Paris à Lyon et fut inaugurée le 2 juin 1857.

La gare est située au sud du centre d'échanges de Perrache, qui regroupe différents moyens de transports que sont le métro, le tramway et les autobus, situé au-dessus du boulevard urbain de liaison de l'A6 (aujourd'hui déclassée sur le territoire métropolitain lyonnais, à partir du tunnel de Fourvière) à l'A7.

Situation ferroviaireModifier

Établie à 174 mètres d'altitude, la gare de bifurcation de Lyon-Perrache est située au point kilométrique (PK) 510,915 de la ligne de Paris-Lyon à Marseille-Saint-Charles, entre les gares de Lyon-Vaise[1] et de Lyon-Jean-Macé[2].

Elle est également, l'aboutissement au PK 558,750 de la ligne de Moret - Veneux-les-Sablons à Lyon-Perrache, après la gare d'Oullins[3], l'origine au PK 0,000 de ligne de Lyon-Perrache à Marseille-Saint-Charles (via Grenoble), avant la gare de Vénissieux[4], et l'origine au PK 0,000 de la ligne de Lyon-Perrache à Genève, avant la gare de Lyon-Part-Dieu[5].

HistoireModifier

Gare PLMModifier

 
Façade de la gare, vers 1903.
Les voûtes servaient déjà à faire passer les anciens tramways de l'OTL.

Une décision ministérielle du 12 novembre 1845 fixe la nouvelle gare centrale de Lyon à Perrache[6], malgré sa situation exiguë[7], de préférence à un site sur la rive gauche du Rhône. Il faudra cependant attendre 10 ans avant la mise en œuvre du projet. Dans l'intérim, les trois compagnies ferroviaires desservant Lyon établissent chacune leur propre terminus: la Société du chemin de fer de Paris à Lyon par le Bourbonnais (ligne de Saint-Étienne) à la gare du Bourbonnais, la Compagnie du chemin de fer de Paris à Lyon (PL) à la gare de Vaise, et la Compagnie du chemin de fer de Lyon à la Méditerranée à la gare de La Guillotière.

Après 18 mois de travaux dirigés par François-Alexis Cendrier, l'architecte de la compagnie du chemin de fer de Paris à Lyon, la gare de Perrache est mise en service le 10 novembre 1856[8], lorsque cette compagnie prolonge sa ligne depuis la gare de Vaise à travers un tunnel long de 1 800 mètres percé sous la colline. Cette même année est réalisé le lien avec la gare de La Guillotière, origine de la ligne de Lyon à Marseille[9], par un pont au-dessus du Rhône. Finalement, la ligne de Saint-Étienne à Lyon est prolongée depuis la gare du Bourbonnais jusqu'à la nouvelle gare centrale. Le corridor ferroviaire de Perrache est situé dans un axe est-ouest, assez complexe, au-dessus du niveau du sol ; le passage entre la place Carnot au nord et le secteur industriel au sud est assuré par trois voûtes situées sous le bâtiment voyageurs.

L'inauguration de la gare a lieu début juin 1857[10]. Entre-temps, les trois compagnies utilisant la gare avaient convenu de leur fusion au sein de la Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée (PLM).

Le 1er juillet 1858, la ligne entre Lyon et Bourgoin est mise en service par le PLM. En 1859, la ligne de Lyon-Perrache à Genève est raccordée à Perrache depuis la gare des Brotteaux.

Le trafic s'intensifie et la gare est rapidement exiguë. Dès 1863, plusieurs projets d'agrandissement du plateau de voies et de modifications du bâtiment voyageurs sont proposés. Un de ces projets est réalisé en 1890. Une nouvelle halle métallique de 25 m de portée (la halle Saint-Étienne) est construite pour les abriter. Deux souterrains sont construits en sous-œuvre pour accéder aux différents quais au nord et au sud de la gare[11].

En 1896 apparaissent les premiers films des ateliers des Frères Lumière sur les trains arrivant à Lyon-Perrache[12].

En 1905, une grande cheminée est construite à la gare de Lyon-Perrache, sur les plans de Raoul Michelet, directeur d'exploitation des chemins de fer de Lyon. En 1906, la compagnie PLM ouvre l'actuel Hôtel Terminus.

Le bâtiment-voyageurs est de nouveau agrandi à plusieurs reprises (1913, 1921, 1922, 1926). En 1928 et 1929, pour dégager de la place sur les quais, les halles sont reprises en sous-œuvre et posées sur des piles métalliques communes. La construction d'un encorbellement sur la rue Dugas-Montbel permet d'aménager trois nouvelles voies et un cinquième quai[11].

Gare SNCFModifier

En 1944, le viaduc de Perrache est endommagé (bombardement des alliés en mai et dynamitage par les Allemands en septembre). Dans les premiers jours de la Libération, les Américains remblaient les voies restées en place pour faire passer les convois lourds ; les véhicules montent sur le pont par des rampes installées dans la gare de Perrache[13],[11].

Dans les années 1970, la gare est reliée au Centre d'échanges de Perrache. En 1980-1981, la passerelle du centre d'échanges est allongée et passe désormais au travers du bâtiment voyageurs de 1856 pour déboucher sur le cours Charlemagne[11].

La gare ferroviaire SNCF de Perrache est, avec les gares de la Part-Dieu et Saint-Exupéry TGV, l'une des trois principales gares de voyageurs de l'agglomération de Lyon. Depuis la mise en service du TGV Paris - Lyon en 1981, elle occupe un rôle secondaire : la gare des Brotteaux puis, en 1983, la gare de la Part-Dieu deviennent les points de correspondances entre le TGV et les autres trains, alors que celle de Perrache n'en est que le terminus, ainsi que celui d'autres trains (grandes lignes et régionaux).

Plus de 320 départs de trains par jour sont comptabilisés ainsi que 25 000 voyageurs. La gare est le terminus de TGV origine/destination Lyon (surtout vers ou depuis Paris, mais aussi Nantes et Rennes).

La gare assure une importante desserte régionale (TER Auvergne-Rhône-Alpes), sur l'étoile lyonnaise : au nord, vers Villefranche et Mâcon, Bourg-en-Bresse, au sud, vers Saint-Etienne, Bourgoin-Jallieu et Vienne, à l'ouest vers Roanne et à l'est vers Ambérieu, Genève, Evian-les-Bains et les destinations des Alpes.

En 2000, de nouvelles voies et de nouveaux quais sont créés pour pallier le problème de rebroussement des trains de Saint-Étienne. Une passerelle en porte-à-faux sur la rue Dugas-Montbel permet de relier les nouveaux quais à la passerelle du centre d'échanges[11].

Depuis le 17 décembre 2012, la SNCF a mis en place une nouvelle plate-forme de correspondance (hub) à proximité de la gare de Lyon-Perrache, avec des relations par autocars vers Paris, Londres, Turin et Milan[14]. Il s'agit désormais du réseau BlaBlaBus (ex-Ouibus, antérieurement iDBUS).

En 2016, selon les estimations de la SNCF, la fréquentation annuelle de la gare est de 6 111 077 voyageurs, après un nombre de 5 673 875 voyageurs en 2015[15].

Service des voyageursModifier

TER Rhône-Alpes dans la gare, en .

AccueilModifier

C'est une gare SNCF, avec un bâtiment voyageurs doté d'installations et services d'une grande gare. L'espace de vente est ouvert du lundi au vendredi de 10 h à 18 h[16].

DesserteModifier

Lyon-Perrache est une gare de grandes lignes, desservie par des TGV et des Intercités, mais également une importante gare du réseau régional TER Auvergne-Rhône-Alpes.

Elle reçoit également les trains à bas coûts Ouigo, effectuant les liaisons Lyon-Perrache – Marseille-Saint-Charles (aller-retour) et Lyon-Perrache – Lille-Flandres (aller simple).

IntermodalitéModifier

La gare ferroviaire est accessible depuis le centre d'échanges de Perrache via une passerelle au niveau 1. Ce centre d'échanges regroupe notamment une station du métro de Lyon terminus de la ligne A, une station du tramway de Lyon desservie par les lignes T1 et T2, des parkings et une gare routière où des autobus TCL, des autocars du Rhône et des autocars longue distance ont leur arrêt.

Dépôts lyonnaisModifier

Il existe plusieurs dépôts de locomotives (technicentres) à Lyon avec le technicentre TGV situé dans le quartier de Gerland du 7e arrondissement, le dépôt de Lyon-Vaise, le dépôt de Vénissieux et le dépôt de Lyon-Mouche. Le matériel peut de plus être remisé en gare de Lyon-Guillotière (chantiers de Lyon-Mouche, Lyon-Scaronne, Lyon-Croix-Barret) et sur les voies de l'ancienne gare des Brotteaux.

PeintureModifier

Une œuvre de Louis Beysson, La gare de Perrache, est au musée des Beaux-Arts de Lyon depuis 2003.

Notes et référencesModifier

  1. Douté, 2011 : [830/6] Mâcon - Lyon-Perrache, p. 147
  2. Douté, 2011 : [830/7] Lyon-Perrache - St-Rambert-d'Albon, p. 148
  3. Douté, 2011 : [750/5] St-Étienne - Lyon-Perrache, p. 98
  4. Douté, 2011 : [905/1] Lyon-Perrache - St-André-le-Gaz, p. 182
  5. Douté, 2011 : [890/1] Lyon-Perrache - Culoz, p. 169
  6. Gare de Lyon-Perrache, dossier descriptif, sur www.culture.gouv.fr. Consulté le 25 mars 2018.
  7. Bouvier, 1945, p. 107.
  8. « Recettes des chemins de fer : Chemin de fer de Paris à Lyon », Journal des chemins de fer des mines et des travaux publics, no 31,‎ , p. 1017 (lire en ligne, consulté le 15 février 2015).
  9. François et Maguy Palau, Le rail en France : Le Second Empire, t. 1 : 1852-1857, Paris, Palau éd., , 215 p. (ISBN 2-950-942-11-3, notice BnF no FRBNF36712104), « 1.28. Lyon (La Guillotière)-Valence », p. 101-102.
  10. Secteur urbain dit Presqu'île Perrache – voie ferrée, sur patrimoine.rhonealpes.fr. Consulté le 25 mars 2018.
  11. a b c d et e « Gare de Lyon-Perrache », sur Site de l'inventaire général du patrimoine culturel de la région Auvergne-Rhône-Alpes (consulté le 16 août 2019)
  12. « Catalogue Lumière – Arrivée d'un train à Perrache le 23 mars 1896 », sur catalogue-lumiere.com, catalogue de 2013-2014 (consulté le 9 décembre 2014).
  13. « Viaduc ferroviaire de Perrache », sur Site de l'inventaire général du patrimoine culturel de la région Auvergne-Rhône-Alpes (consulté le 16 août 2019)
  14. [PDF] iDBUS – SNCF, iDBUS ouvre un nouveau hub à Lyon, communiqué de presse du 13 novembre 2012, sur www.sncf.com, consulté le 15 novembre 2012.
  15. « Fréquentation en gares – Lyon Perrache », sur SNCF Open Data, traitement du (onglet informations) (consulté le 26 juillet 2018).
  16. « Services & Gares / Gare Lyon-Perrache », sur http://www.sncf.com/fr/trains/ter, (consulté le 4 mars 2019).

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • J.-A. Bouvier, « La gare de Perrache : Ses conditions de site et les conséquences de son établissement », Les Études rhodaniennes, vol. 20, nos 1-2,‎ , p. 97-111 (lire en ligne).
  • François et Maguy Palau, Le rail en France : Le Second Empire, t. 1 (1852-1857), Palau, , 215 p. (ISBN 2-950-942-11-3), « 2.12 Vaise-Perrache - 10 octobre 1856 », p. 157-158.
  • Pierrick Brihaye, Yves Godde et al., « Gare de Lyon-Perrache », sur Inventaire topographique Rhône-Alpes, Rhône, Lyon, Ministère de la culture et de la communication (Direction régionale des affaires culturelles de Rhône-Alpes / Service régional de l'inventaire) / Ville de Lyon, (consulté le 15 février 2015).
  • Reinhard Douté, Les 400 profils de lignes voyageurs du réseau français : lignes 601 à 990, vol. 2, La Vie du Rail, , 239 p. (ISBN 978-2-918758-44-0), p. 98, 147, 148, 169 et 182.

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier


Origine Arrêt précédent Train   Arrêt suivant Destination
Terminus Terminus TGV inOui Lyon-Part-Dieu Paris-Gare-de-Lyon
Terminus Terminus TGV Lyon-Part-Dieu Rennes
ou Nantes
ou Nancy-Ville
ou Bruxelles-Midi
Luxembourg Dijon-Ville
ou Mâcon-Ville
TGV Valence-TGV Montpellier-Saint-Roch
Terminus Terminus TGV Valence-TGV Nice-Ville
ou Toulouse-Matabiau
Terminus Terminus Ouigo Marne-la-Vallée - Chessy Lille-Flandres
Terminus Terminus Ouigo Avignon-TGV Marseille-Saint-Charles
Nantes Lyon-Vaise Intercités Terminus Terminus
Terminus Terminus TER Bourgogne-Franche-Comté Lyon-Part-Dieu Lons-le-Saunier
ou Besançon-Viotte
ou Belfort
ou Dijon-Ville
ou Paris-Bercy
Roanne
ou Terminus
Lyon-Vaise
ou Terminus
TER Auvergne-Rhône-Alpes Terminus
ou Lyon-Part-Dieu
Terminus
ou Bourg-en-Bresse
Moulins-sur-Allier
ou Paray-le-Monial
Lyon-Vaise TER Auvergne-Rhône-Alpes Terminus Terminus
Terminus Terminus TER Auvergne-Rhône-Alpes Lyon-Part-Dieu Roanne
ou Oyonnax
ou Annecy
ou Clermont-Ferrand
ou Paray-le-Monial
ou Moulins-sur-Allier
Mâcon-Ville
ou Villefranche-sur-Saône
ou Terminus
Lyon-Vaise
ou Terminus
TER Auvergne-Rhône-Alpes Terminus
ou Lyon-Jean-Macé
Terminus
ou Vienne
ou Valence-Ville
ou Avignon-Centre
Terminus Terminus TER Auvergne-Rhône-Alpes Lyon-Jean-Macé Saint-André-le-Gaz
ou Grenoble
Terminus Terminus TER Auvergne-Rhône-Alpes Oullins
ou Givors-Ville
Firminy
ou Le Puy-en-Velay
Terminus Terminus TER Auvergne-Rhône-Alpes Oullins Givors-Ville